Navigation – Plan du site
Débats et représentations en France

Dévotions et représentations de l’Immaculée Conception dans les cours royales et princières du Nord de l’Europe (1380-1420)

Eléonore Fournié et Séverine Lepape

Résumés

Si la question du débat théologique autour de l’Immaculée Conception est bien connue en France au xve siècle, force est de constater qu’il n’en est pas de même des pratiques dévotionnelles des laïcs à l’œuvre en faveur de la fête de la conception. Pourtant, à partir de Charles V, plusieurs éléments indiquent que les rois de France et leur entourage s’intéressent à la nouvelle croyance. Le prêche virulent du dominicain Jean de Monzon contre les partisans de la conception immaculée de la Vierge à l’Université de Paris en 1387 pousse le roi Charles VI à renvoyer son confesseur jacobin et de n’en plus choisir parmi l’ordre des Prêcheurs. Des théologiens champions de la défense de l’Immaculée Conception de la Vierge, comme Michel de Creney, Pierre d’Ailly ou Jean Gerson, clercs séculiers et formés au Collège de Navarre développent leur influence à la cour de France au début du XVe siècle. Si le contexte semble au sein de la cour royale être favorable à cette nouvelle croyance encore vivement contestée, peut-on en conclure que les artistes au service du roi et de ses proches élaborent une figuration de la conception immaculée de la Vierge ? Quelques éléments semblent l’indiquer. Un nouveau cycle autour de l’Enfance de la Vierge apparaît dans les livres d’heures manuscrits commandés par les grands laïcs de cette époque, représentant l’épisode de la Rencontre à la Porte Dorée mise en relation avec l’Annonciation mariale. La Vierge figurée sous les traits de la Femme de l’Apocalypse gagne également en importance tant dans les peintures des livres que dans les tableaux de dévotion réalisés pour Jean de Berry ou Louis d’Orléans. Ces nouveaux thèmes semblent indiquer, plus par leur mise en rapport avec ce contexte favorable que par leur contenu sémantique intrinsèque, que les artistes sollicités par le roi ou les princes des fleurs de lys se mirent à développer entre 1380 et 1430 des images de l’Immaculée Conception.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans son ouvrage pourtant fondamental sur la question, Marielle Lamy, L’immaculée Conception : étap (...)

1Les études sur la perception du culte et de la polémique autour de l’Immaculée Conception chez les laïcs sont rares voire inexistantes dans la bibliographie consacré au sujet1. Cet article se présente donc comme une première approche sur la question. En effet, à partir de Charles V, plusieurs témoignages montrent que la fête de la conception de la Vierge est célébrée à la cour royale et que celle-ci n’ignore en rien les débats complexes en pleine élaboration sur la préservation de Marie. Bien plus, divers théologiens issus du collège de Navarre partisans de l’Immaculée Conception, sont à mêmes d’encourager cette croyance par leurs fonctions de conseillers à la cour. Peut-on retrouver trace de l’intérêt pour cette fête et pour la construction autour du privilège marial dans les œuvres commandées par les grands laïcs au début du xve siècle ? Une telle question n’est pas simple, car elle sous-entend la possibilité d’un lien entre l’apparition d’une nouvelle fête liturgique dans la sphère laïque, et l’exécution d’œuvres exprimant ce concept, notamment chez ceux qui sont suffisamment fortunés pour en être prescripteurs. Enfin, elle interroge la place des artistes et leur capacité à adapter le cadre iconographique certes riche, mais connu pour son grand traditionalisme. Sont-ils concernés par les débats sur la question ? Face à la diffusion de la croyance, comment les peintres et les enlumineurs ont agi pour exprimer cette idée de l’Immaculée Conception ?

La présence de la croyance dans les cours princières : le rôle des intellectuels dans cette dévotion

Une croyance présente à la cour de France

2Comment appréhender le succès que la croyance en l’Immaculée Conception a pu rencontrer dans les cours princières ? Les sources sont rares et de nature différente.

  • 2 Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour : confesseurs et aumôniers des rois de France du (...)
  • 3 Léopold Delisle, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380) : recueillis dans les collecti (...)

Au-delà des éléments ténus que les recherches biographiques sur les souverains peuvent indiquer, un des axes prometteurs est de s’interroger sur la pratique liturgique de ces grands laïcs, par l’intermédiaire de leurs confesseurs et de leurs aumôniers. Grâce à l’étude menée par Xavier de la Selle2, cet aspect historique est aujourd’hui un peu mieux documenté, même si l’auteur s’est surtout intéressé à l’aspect institutionnel que revêtait la fonction de directeur de conscience des rois et des princes. Mais il ressort en filigrane plusieurs informations sur la dévotion royale. Ainsi, apprenons-nous que le 8 décembre 1377, Charles V fait remettre à son confesseur la somme de cinq francs « pour donner à Dieu » parce qu’il n’a pas jeûné la veille de la Conception de la Vierge3. L’indication est succincte mais permet de comprendre qu’à cette date déjà la fête est entrée dans la pratique de Charles V.

  • 4 Le Songe du Vergier, éd. Marion Schnerb-Lièvre, Paris, édition du CNRS, 1982, Livre II, chapitre CC (...)

3Une autre source, littéraire cette fois-ci, réside dans l’ouvrage Le songe du Vergier, dont l’auteur inconnu, a été identifié avec Evrart de Trémagon4. Il fut vraisemblablement écrit sous la demande de Charles V et traduit en français en 1378. Ayant pour cœur les rapports entre pouvoir temporel et spirituel, il consiste en un véritable playdoyer politique de l’indépendance que le roi de France entend avoir sur le Pape en pleine crise du Grand Schisme et prend la forme d’une dispute entre le partisan du pouvoir royal, le Chevalier et celui de l’autorité ecclésiastique, le Clerc. Chose souvent ignorée, l’œuvre aborde également la question de l’Immaculée Conception en sa toute fin. Les deux personnages du texte viennent de parler des ordres mendiants et le Chevalier se montre très critique à leur égard, en raillant le fait qu’ils ne parviennent pas à s’entendre, notamment sur la question de la conception de la Vierge. Il précise que ces débats sont déjà parvenus au roi et qu’ainsi, Charles V a déjà eu l’occasion de les entendre :

  • 5 Ibid., p. 246.

Et, pour ce, tres souverain Prince, que nous deux desputons de vostre conmandement, en la presence de Vostre Royal Majesté, je metteré un exemple dez descors lezquelx sont entre ces Mendyans en grant esclandre du simple peuple, c’est assavoir de la Concepcion de la benoite Vierge Marie, laquel doubte j’au aultre foys oÿ disputer en vostre presence, qui oyés volantiers, a la louange de la Vierge Marie, touz ceulx qui soubstiennent qu’elle n’ait mie esté conceüe en pechié origynel.5

4L’auteur mentionne d’emblée que Charles V est favorable à la croyance et à ceux qui la défendent. Néanmoins, les deux personnages proposent de refaire un débat en bonne et due forme qui opposera le Chevalier se faisant partisan de la conception maculée de la Vierge pour l’occasion bien qu’il croie en la conception immaculée de la Vierge, précise-t-il, tandis que le Clerc défendra le nouveau privilège. On comprend mieux pourquoi le Chevalier insiste sur le fait qu’il se fait l’avocat, malgré lui, des Jacobins. Le discours, très long, est une véritable dispute de théologiens : les arguments scripturaires sont passés en revue, tout comme les arguments philosophiques. Le clerc parle en dernier, c’est donc lui qui clôt le débat et il le fait en faveur de la conception immaculée de la Vierge. Cependant, il renvoie dos à dos Jacobins et Cordeliers, considérant que seule l’Église doit trancher cette question. Il met surtout en garde l’exposition d’un argumentaire si difficile, considérant que les laïcs n’y entendraient rien et seraient alors une proie facile à l’une ou l’autre thèse. Habile manière de renvoyer l’institution ecclésiale à ses responsabilités et de flatter également le roi, un des rares laïcs à entendre les subtilités d’une pareille affaire :

Et ja soit ce que, en ceste presente question, chascun puet tenir l’une ou l’autre opynion sanz offensse de Dieu ou de Sainte Eglyse, conme dist monseigneur saint Bernart, in fine Epystole ad Lugdunenses, juques a tant que l’Eglyse ait determiné laquelle opynion soit la plus vraie, toutevoies, de present, samble ceste opynion plus vraie qu’elle n’ait mie esté conceüe en pechié originel, plus pyteable, vraisamblable et plus consonant a la foy catholique, par lez auctorités et lez raysons devant dittes. Nientmoins, disons ce qui est escript Ad Romanos, XImo capitulo : « O altitudo diviciarum sapiencie et sciencie Die, quam inconprehensibilia sunt judicia ejus » : « O hautesse dez richesces de sapience et de la science de Dieu, de qui les jugemens ne puent estre conpris de sens humain », « quia nullus novit sensum Domini aut consiliarius ejus fuit » : « Nul ne puet avoir cognoissance du sens de Dieu, ne nul n’est digne d’estre son conseillier ».

  • 6 Ibid., p. 261.

62. Si deveroient cez freres Mendyens, Jacopins et Cordeliers, deporter d’acertener l’une ou l’autre opynion en leurs predicacions et meismement de acertener qu’elle ait esté conceüe en pechié originel devant lez gens lays qui n’ont pas le sens de concevoir lez soubstivetés de Theologie. Et pour ce dist un decret quod margarite non debent seminari coram porcis : « lez margarites ne devent mie estre semees devant lez porceaux, et doit estre chascun precheur sage de considerer ceulx devant qui il palle », XLIIIa distinctione, capitulo sit recthor. Ceste doubte, donques, doit estre disputee en l’escole et non mie devant le pueple, car lez soubstivetés de la foy ne devent mie estre publiquement devant le pueple disputees, Codice, De Summa Trinitate et fide catholica, lege Nemo6.

  • 7 Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour…, op. cit., p. 103-109.
  • 8 Voir sur l’affaire Jean de Monzon, Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour…, op. cit., p. (...)

5Une petite dizaine d’années plus tard, la question prend un tour encore plus politique. L’affaire Jean de Monzon, dominicain qui avait soutenu en 1387 à l’Université de Paris que la croyance en la conception immaculée de la Vierge était fausse et que ceux qui y croyaient étaient dans l’erreur7, secoue le milieu des théologiens8 : la faculté de théologie condamne le 6 juillet 1387 les quatre propositions contre l’Immaculée Conception, le cas est présenté devant l’officialité de Paris qui lui emboîte le pas puis devant la Papauté en Avignon, à l’initiative de Monzon qui s’y est réfugié. Cette dernière condamne les propositions de Monzon le 27 janvier 1389, après une intense compagne des partisans de l’Immaculée Conception.

  • 9 Georges Minois, Le confesseur du roi. Les directeurs de conscience sous la monarchie française, Par (...)

6Le conflit s’étend rapidement à la cour du roi. Les Dominicains, dont le confesseur du roi Guillaume de Valan, avaient pris fait et cause pour Jean de Monzon. En conséquence de quoi, Valan doit le 17 février 1389, en présence de la cour, se rétracter et abandonner sa charge de confesseur. Le religieux de Saint-Denis nous dit alors que Charles VI décide de ne plus choisir son confesseur et son aumônier parmi les Dominicains, rompant alors avec une longue tradition, établie depuis saint Louis9.

  • 10 Guillaume de Valant était l’ancien confesseur de Philippe le Hardi et avait été recommandé par lui (...)

7Si le renvoi par le roi de son confesseur fut peut-être aussi un signal envoyé aux Bourguignons pour leur signifier l’indépendance du roi dans ses affaires10, il est aussi révélateur de la place qu’une telle croyance a pu gagner dans la dévotion des grands laïcs et de l’influence d’intellectuels issus du collège de Navarre et champions de la conception immaculée de la Vierge.

Le rôle du collège de Navarre

8Guillaume de Valant est en effet remplacé en 1389 dans sa fonction par Michel de Creney, tandis que Pierre d’Ailly prend la charge d’aumônier.

  • 11 Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour, op. cit., p. 109.
  • 12 Bernard Guenée, Entre l’Église et l’état…, op. cit., p. 196-201.

9Michel de Creney n’est ni un franciscain, ni un régulier : il a fait ses études au collège de Navarre, tout en se formant en théologie à l’Université de Paris. Il cumule différentes charges ecclésiastiques, avant de devenir précepteur du dauphin, le futur Charles VI, puis son confesseur jusqu’à sa mort en 140911. Pierre d’Ailly, lui, a mené la campagne contre Jean de Monzon en allant porter l’affaire à la cour pontificale et a également prêché à la cour de Charles VI pour qu’il renvoie son confesseur. Lui aussi est issu du collège de Navarre et docteur en théologie12 avant de devenir évêque en 1395 et cardinal en 1411.

  • 13 Brian Patrick McGuire, Jean Gerson and the Last Medieval Reformation, Pennsylvania State University (...)
  • 14 Paris, BnF, ms. Fr. 12470, fol. 5v- 31. Suit à partir du fol. 31v l’office de la Conception de la V (...)
  • 15 Alfred de Coville, Jean Petit : la question du tyrannicide au commencement du xve siècle, Genève, S (...)

10Le collège de Navarre, fondé en 1305 par Jeanne de Navarre, est devenu un centre intellectuel de renom, qui manifeste un attachement indéniable au roi. Plusieurs figures importantes pour l’Immaculée Conception y ont fait leurs classes comme Jean Gerson, qui fut l’élève de Pierre d’Ailly, ou encore Jean Petit. Le rôle du premier dans la théologie mariale est indéniable, tout comme son influence dans les cours princières. Aumônier du duc de Bourgogne Philippe le Hardi en 1395, il rédige des traités pour le jeune prince Louis de Guyenne13. Quant à Jean Petit, homme du duc de Bourgogne Jean Sans Peur pour lequel il écrit une apologie du tyrannicide, il rédige un office de la conception de la Vierge et un poème intitulé la Disputoison des Pastourelles, où des vierges défendent la conception immaculée de la Vierge14. Son origine normande l’a sans doute rendu enclin à défendre cette fête et cette croyance, particulièrement bien implantées là-bas15.

  • 16 Bernard Guenée, Entre l’Église et l’état, op. cit., p. 173-175
  • 17 Voir la thèse d’École des Chartes d’Olivier Caudron, La spiritualité d’un chrétien du xive siècle : (...)
  • 18 Xavier de la Selle, Le service des âmes, op. cit., p. 148.

11Autre foyer qu’il faudrait sans doute regarder de près pour bien mesurer les prises de positions des proches du pouvoir royal dans la querelle théologique autour de l’Immaculée Conception, l’ordre des Célestins, dont le rôle et la position demeurent obscurs. Fondé au milieu du xiiie siècle, proche des Franciscains spirituels et installé à Paris au milieu du xive siècle16, l’église du couvent abritait une confrérie des notaires et des secrétaires du roi depuis 1352, et fut la dernière demeure de plusieurs membres de la famille royale. Un de ses plus illustres pensionnaires fut Philippe de Mézières. Auteur du Songe du Vieil Pèlerin, où il n’est nullement fait mention d’une prise de position en faveur ou défaveur d’une conception immaculée de la Vierge, il encourage en revanche l’implantation d’une nouvelle fête mariale, celle la purification, qui rencontre l’assentiment de Charles V, si bien que la fête est célébrée en France dès 137317. Il est très proche du pouvoir royal puisque Charles V lui confie l’éducation du Charles VI. Il est aussi ami de Michel de Creney, à qui il donne la charge d’enseigner la grammaire au futur roi, avant qu’il ne devienne le confesseur de Charles VI18. Il est donc très vraisemblable qu’il ait été au courant des discussions autour de l’Immaculée Conception, et qu’il ait eu son opinion sur ce point, mais ses biographes n’en soufflent mot.

Les autres cours princières

  • 19 Voir sur ce point Bertrand Schnerb, « Piété et dévotion des ducs de Bourgogne Philippe le Hardi et (...)
  • 20 André Vauchez, « Influences franciscaines et réseaux aristocratiques », Revue d’Histoire de l’Églis (...)

12Outre la sphère parisienne, l’étude des cours provinciales demeure nécessaire – quoiqu’inexistante. Concernant la cour de Bourgogne, les ducs continuèrent de prendre des Dominicains comme confesseurs, même après l’épisode du renvoi de Guillaume de Valant19. Mais leur position en faveur ou en défaveur de l’Immaculée Conception de la Vierge demeure délicate à cerner, dans la mesure où Jean Gerson fut également aumônier de Philippe Le Hardi. Quant à la cour angevine, elle semble avoir clairement favorisé des Franciscains, comme André Vauchez a pu le noter20.

13L’existence d’un groupe de théologiens proches des grands laïcs et défenseurs de la conception immaculée de la Vierge, semble constituer un arrière-plan dévotionnel qui encourage à penser que certaines cours princières sont favorables au nouveau privilège marial. Ces princes de sang, commanditaires de nombreux manuscrits, font travailler comme Jean de Berry, une nouvelle génération d’artistes. Peut-on essayer de retrouver trace de la faveur de l’Immaculée Conception dans les œuvres qu’ils achètent ou qu’ils se font faire ?

À la recherche d’images traduisant la conception immaculée de la Vierge

14Dans cette partie de la communication plus particulièrement consacrée à l’iconographie, nous essayerons de déterminer des types iconographiques qui ont pu soutenir la croyance en l’Immaculée Conception. La plus grande difficulté de cette recherche réside dans le fait que, compte tenu des polémiques que l’Immaculée Conception a suscitées, il n’y a pas eu au cours du Moyen Âge, et contrairement à ce qui se développera à l’époque moderne, d’iconographie officielle de ce privilège marial. Afin d’éviter les positionnements trop explicites et de conserver une certaine dose d’ambiguïté, les artistes ont préféré utiliser des images déjà existantes auxquelles ils ont pu donner une signification immaculiste. La deuxième difficulté est d’arriver à savoir comment les artistes ont pu introduire l’expression d’une nouvelle croyance dans leurs œuvres, bref quelle a pu être leur marge de manœuvre, entre exigence théologique et innovation iconographique.

Le Baiser à la Porte Dorée : intervention divine et parallèle avec l’Annonciation mariale

  • 21 « Alors, après avoir marché trente jours, ils approchaient de leur but, un ange du Seigneur apparut (...)

15La rencontre à la Porte Dorée représente le moment où Anne et Joachim, les parents de la Vierge, se retrouvent après qu’un ange est apparu à chacun d’eux, pour leur annoncer que, malgré leur grand âge, ils concevraient un enfant. Ce récit de retrouvailles, où Anne et Joachim s’étreignent, se trouve dans le Protévangile de Jacques, traduit ensuite en latin dans l’Évangile du Pseudo-Matthieu (III, 5) et dans l’Évangile de la Nativité de Marie (V, I)21. Dès l’origine se pose la question de savoir si cet épisode est le moment de la conception de la Vierge : une des versions du Protévangile fait dire à Anne lorsqu’elle retrouve son époux, qu’elle concevra malgré son âge et d’autres versions, en revanche, emploient le passé, ce qui signifie que la conception a déjà eu lieu. Au xive siècle la rencontre à la Porte Dorée tend à être considérée comme le moment de la conception de la Vierge qui se ferait donc en dehors d’un rapport sexuel. Dans le Ci nous dit, écrit par un anonyme picard en 1315, texte intéressant à prendre en compte car abondamment lu à la cour de Charles V, on lit au chapitre 15, sur l’avènement de la Vierge qu’ils s’entrencontrerent souz la Porte Dorée, et la fu concheüe Notre Dame.

16Il faut donc se poser la question de la signification des images illustrant cet épisode, qui ne font que montrer l’étreinte des deux époux : est-ce juste une scène de retrouvailles qui précède la conception charnelle de la Vierge, ou sommes-nous en présence de l’image de la conception de cette dernière ?

  • 22 Ainsi le Lexikon der Christlichen Ikonographie, col. 338-344 : parmi les « formes annonciatrices », (...)

17D’autres images ne montrent pas une étreinte mais un baiser sur la bouche, que s’échangent les époux. Là encore, cette caractéristique iconographique n’est-elle qu’une extrapolation de retrouvailles amoureuses du couple ou met-elle en valeur le caractère surnaturel de la conception par un baiser au pouvoir fécondant ? Les critiques d’un Jean Molan, théoricien de l’image de la Contre-réforme de la fin du xvie siècle, suggère qu’on a pu interpréter ainsi ce baiser. Les historiens d’art sont restés prudents22 quant à l’interprétation potentielle de ce sujet, parce qu’il est difficile d’établir une signification systématiquement immaculiste.

18Certaines scènes cependant nous semblent des manifestes très clairs de cette conception hors normes, scènes qui apparaissent dans l’iconographie médiévale au moins dès 1430-1440. Nous allons en examiner quelques unes.

19Bien avant cette période, mais figurant comme une sorte d’hapax iconographique, dans le Bréviaire à l’usage de Saint Martin de Tours, nous voyons que le peintre a choisi de représenter le baiser aux Mâtines de l’office de la Conception, ce qui est loin d’être anodin, surtout dans ce manuscrit qui date des premières décennies du xive siècle, moment où le culte se diffuse progressivement.

Image 1Bréviaire à l’usage de Saint Martin de Tours, Tours, B.m., ms 149, fol. 398, peu après 1323

  • 23 Sur ce manuscrit, voir le numéro d’Art de l’Enluminure, édition Faton, n° 2, septembre-novembre 200 (...)

20Mais pour revenir à la période historique qui nous intéresse, les premières décennies du xve siècle, et à la sphère laïque, on note dans les images l’intervention de Dieu, comme si l’on souhaitait suggérer que la fécondation d’Anne au moment des retrouvailles est avant tout le fait de Dieu, à la manière d’une Annonciation mariale. Ainsi, dans les Heures de Jacques II de Chatillon23, grand panetier de France, le Baiser à la Porte Doré est représenté aux Laudes des Heures de la Vierge.

Image 2Livre d’Heures de Jacques II de Chatillon, Paris, B.n.F., NAL 3231, fol. 103, Amiens, vers 1430 © B.n.F.

  • 24 Suggestion de Jean Wirth lors du colloque.
  • 25 Susie Nash, Between France and Flanders, manuscript illumination in Amiens, Londres, Toronto, 1999, (...)

21Le couple s’étreint devant la Porte Dorée et, dans les cieux, Dieu envoie des rayons d’or en direction du couple alors que Joachim pose la main sur le ventre de sa femme. Il s’agit bien là de souligner que la Vierge a été conçue au moment de la rencontre à la Porte de Jérusalem ; la Vierge n’a pas simplement reçu la sanctification in utero quarante jours après sa conception, elle a été préservée, par l’intervention de Dieu, du péché originel dès sa conception. Bien plus, la figuration d’une telle scène dans un espace clos, permet sans aucun doute de montrer l’analogie entre le couple Anne-Joachim et la Vierge dans un Hortus Conclusus et d’insister sur le caractère virginal de l’étreinte des parents de Marie24. Susie Nash a certes souligné le caractère inédit du cycle des Heures de la Vierge, qui commence par l’histoire de la Vierge, depuis l’offrande refusée de Joachim et a suggéré que l’insistance donnée à la conception et l’enfance de la Vierge résidait dans le fait que Jacques II et son épouse ne pouvaient avoir d’enfants25. Mais cet argument n’est pas forcément incompatible avec une interprétation immaculiste, car ces deux lectures renvoient au caractère miraculeux de la conception.

  • 26 La bibliographie sur ce manuscrit est pléthorique. On se concentrera sur John Plummer, The Hours of (...)
  • 27 Pour une reconstitution codicologique du manuscrit, voir Rob Dückers, « The Hours of Catherine of C (...)

22La figuration d’une intervention divine dans la conception de la Vierge se retrouve dans un autre livre d’heures fort célèbre enluminé à Utrecht vers 1435-1440, les Heures de Catherine de Clèves26. Le manuscrit, aujourd’hui en deux unités codicologiques distinctes27, devait commencer par un cycle des Heures de la Vierge, où le programme iconographique tel qu’on peut le reconstituer, relate l’histoire de la Vierge, de sa conception à son Assomption. Ainsi, pour Primes, se trouve une Rencontre à la Porte Dorée mais elle ne montre ni Dieu, ni intervention divine.

Image 3Livre d’Heures de Catherine de Clèves, New York, P.M.L., ms M 917, p. 144, années 1440 © D.R.

  • 28 New York, Pierpont Morgan Library , Ms. 945, fol. 2.
  • 29 NY, PML, ms. 945, fol. 20.
  • 30 James H. Marrow, « Multitudo et Varietas: The Hours of Catherine of Cleves » dans The Hours of Cath (...)

En dehors du fait de mettre l’accent sur la conception de la Vierge (Annonciation à Joachim28, Rencontre à la Porte Dorée et Naissance de la Vierge29), le programme ainsi peint ne semble pas mettre spécialement l’accent sur une interprétation immaculiste. En revanche, cela semble plus probable dans une autre section du livre d’Heures. Une des particularités de ce manuscrit est de comporter, en plus des différentes Heures traditionnelles, une série d’Heures et de Messes votives pour chaque jour de la semaine. Le samedi est consacré à la Vierge et a reçu une série de huit enluminures. S’il n’est pas rare dans les manuscrits commandés par des propriétaires fortunés de trouver ces messes en latin, James H. Marrow souligne que leur récitation, attendue de la part du clergé, est souvent encadrée chez les laïcs par des confesseurs, et sans doute faut-il voir dans la présence de cette section, l’influence d’une telle personne dans l’entourage de Catherine de Clèves et dans la confection du manuscrit30.

  • 31 NY, PML, M. 917, p. 138 et p. 139. L’antithèse est soulignée par l’inscription sur le phylactère : (...)
  • 32 Sur le caractère immaculiste du cycle, voir Barbara G. Lane, « An Immaculist Cycle in the Hours of (...)
  • 33 NY, PML, ms. 917, p. 145.

23Le cycle iconographique ainsi développé s’ouvre aux Matines sur une double page mettant en parallèle la Création d’ève et la figuration d’ève et de la Vierge de part et d’autre de l’arbre de vie31. La thématique de la Nouvelle ève n’est pas nouvelle en ces années 1430, mais elle donne ici une coloration particulièrement intéressante au cycle, en montrant que la Vierge, contrairement à Eve, n’est pas atteinte par le péché originel et joue un rôle déterminant dans la Rédemption du genre humain32. Après la représentation d’un Arbre de Jessé, une autre enluminure, pour Tierce, retient notre attention33.

Image 4 - Livre d’Heures de Catherine de Clèves, New York, P.M.L., ms M 917, p. 145, années 1440 © D.R.

  • 34 Voir l’édition en ligne des textes du Livre d’Heures à l’usage de Rome, à partir de l’édition impri (...)

Elle montre Anne et Joachim face à face. Ce dernier tient un phylactère sur lequel on lit : ex te nascetur mater Salvatoris (« de toi naîtra la mère du Sauveur »). Dieu apparaît dans un halo dans les cieux. Il envoie des rayons sur le ventre d’Anne. Dans cette représentation, l’accent est moins mis sur la rencontre à la Porte Dorée que sur le fait que Dieu, lui-même, soit à l’origine de la conception de la Vierge et qui l’ai « implanté », en quelque sorte, dans le ventre d’Anne, sans qu’il y ait eu consommation sexuelle, afin de préserver la jeune femme de la tare originelle. Le texte ex te nascetur mater Salvatoris est un décalque du passage de l’Évangile selon saint Luc, au moment de l’Annonciation, où Gabriel répond à la Vierge : nascetur ex te sanctum (Luc 1, 28). Ce passage est repris dans le texte des Heures de la Vierge, à tierce34, et dans de nombreuses pièces liturgiques. Ici, inscrit sur le phylactère que tient Joachim, il s’adresse directement à Anne et lui fait jouer le même rôle que la Vierge lors de l’Annonciation, avec en filigrane, l’idée d’une conception surnaturelle et virginale, où Joachim ne semble jouer aucun rôle, sauf celui de l'annoncer. L’enluminure, par le biais d’une inscription, fait basculer un simple portrait de deux parents de la Vierge, en une évocation d’une annonciation.

Image 5- Bible historiale, Bruxelles, K.B.R, ms 9002, fol. 258v, vers 1414-1415 © K.B.R.

  • 35 Eléonore Fournié, L’iconographie de la Bible historiale, coll. RILMA n° 2, Turnhout, Brepols, 2011.

24Dans cette miniature de la Bible historiale35, nous voyons la juxtaposition de deux scènes : une Annonciation faite à Marie par l’archange Gabriel qui tient un phylactère sur lequel est inscrit : Ave gratia plena Dominus tecum, « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi » (toujours Luc 1, 28), alors que des rayons d’or filent d’une nuée bleue pour toucher le visage de la Vierge. À droite, nous assisterions à une représentation simplifiée du Baiser à la Porte Dorée. Associer ici l’image du Baiser à la Porte Dorée à celle de l’Annonciation serait encore une manière de suggérer que la Vierge a conçu et a été conçue de manière virginale grâce à la seule intervention de Dieu. Ce type d’association est rare dans la Bible historiale ; néanmoins, à cette époque, nous retrouvons dans d’autres types de manuscrits le thème de la Rencontre des parents de la Vierge, articulé autour de l’Annonciation mariale.

  • 36 Vienne, ÖNB, codex 1855, fol. 25v, ca 1420-1422. Millard Meiss, The Limbourgs and their contemporar (...)
  • 37 M. Meiss, The Limbourgs..., op. cit., p. 364.
  • 38 Pour d’autres manuscrits relevant de ce style et de cette mise en page, que nous n’évoquerons pas i (...)

25Ainsi, à partir du premier quart du xve siècle se développe dans le livre d’Heures un cycle d’illustrations consacré à l’Enfance de la Vierge formé de petites vignettes tournant autour de l’image principale, l’Annonciation de Gabriel à Marie. Ce type de mise en page est une invention parisienne des années 1415 et est surtout le fait du Maître du Duc de Bedford et de quelques artistes de sa génération. Nous nous arrêterons sur quelques exemples. Dans un livre d’Heures conservé à Vienne36, enluminé par cet artiste au début des années 1420, l’Annonciation mariale est ainsi entourée de l’histoire de la conception de la Vierge, qui se lit en registres successifs, du haut vers le bas et de part et d’autre de l’enluminure principale. L’Annonciation à Joachim est ainsi représentée à gauche, tandis que celle à Anne est figurée à droite, à stricte hauteur de l’Annonciation mariale. On note une composition similaire dans le Livre d’Heures du duc de Bedford37, enluminé à Paris entre 1414 et 1423, aux mâtines, avec un peu plus de désordre dans la manière de présenter le déroulé successif des scènes38.

Image 6 - Livre d’Heures du duc de Bedford, Londres, B.L., ms Add. 18850, fol. 32, entre 1414 et 1423 © D.R.

  • 39 Charles Sterling, La peinture médiévale…, op. cit., I, n° 54 (attr. par lui au Maître de Boucicaut, (...)

26La composition de la feuille contenant ce programme iconographique dans le Livre d’Heures, conservé à la Mazarine, qui aurait été commandé par Louis de Guyenne, le dauphin, pour être offert à Charles VI, son père et dont l’enluminure se trouve aujourd’hui attribuée au Maître des Heures Mazarine, semble encore plus erratique39.

Image 7 - Paris, Mazarine, ms. 469, Paris, vers 1415, fol. 13, 1415

Image 7 (détail) - Paris, Mazarine, ms. 469, Paris, vers 1415, fol. 13, 1415

La représentation d’Anne et Joachim à la Porte Dorée se trouve isolée de la Naissance de la Vierge par un registre qui met l’accent sur le rejet des offrandes du couple et sa stérilité, là où les deux manuscrits précédemment cités montraient une mise en parallèle très nette des deux scènes, l’une résultant de l’autre.

  • 40 Dans le Bréviaire le duc de Bedford et son épouse (Paris, BnF, Lat. 17294, 1424-1435), la Rencontre (...)
  • 41 Voir pour cela M. Meiss, French Painting in the time of Jean de Berry : The Late 14th Century and t
    (...)

27Quelle raison d’être à cette insistance sur l’Enfance de la Vierge et cette nouvelle mise en page ? L’ensemble de ces miniatures fonctionnant en réseau n’évoque-t-il que la succession chronologique et historique de la vie de la Vierge jusqu’à son Annonciation ? Ou peut-on voir dans l’élaboration de ce cycle une problématique conceptionniste que les artistes parisiens du premier tiers du xve siècle mettraient en image, à la demande de commanditaires au fait des débats40 ? La question mérite d’être posée car au même emplacement des Heures de la Vierge, vingt cinq ans auparavant, un tel cycle insistant sur la conception et l’Enfance de la Vierge n’était pas envisagé par les artistes. Il puise dans des scènes de l’Enfance du Christ, où la Vierge joue un rôle certain, mais laisse de côté l’histoire de cette dernière avant l’Annonciation41. La page représentant l’Annonciation et l’Enfance de la Vierge dans le livre d’Heures de la Bibliothèque Mazarine contient de nombreux phylactères explicitant les différentes petites scènes marginales.

Image 7bis - Livre d’Heures, Paris, Bibl. Mazarine, ms. 46

  • 42 Marielle Lamy, L’Immaculée Conception..., p. 167, renvoie à C. Balic, « The Mediaeval Controversy o (...)

Dans la représentation de la Vierge tissant au temple, un phylactère tenu par un ange en haut à droite comporte l’inscription suivante : ab initio et ante secula (« depuis le début et avant les siècles »). La citation développée de ce fragment de texte, Ab initio et ante sæcula creata sum, et usque ad futurum sæculum non desinam (Ecclésiastiques 24 ; 14), est utilisée par les théologiens immaculistes comme un argument vétérotestamentaire se rapportant à la conception de la Vierge, depuis toujours dans le dessein divin avant même la création et le péché originel42. Par ce simple titulus, au demeurant discret, pouvons-nous peut-être considérer l’ensemble de la page comme porteuse d’un contenu immaculiste.

Le Baiser fécondant d’Osée

28Dans le cadre du Baiser à la Porte Dorée, et comme excroissance de ce schéma iconographique, nous voudrions parler des représentations du Baiser fécondant d’Osée et de Gomer. Il existe une dizaine d’images de ce genre dans les manuscrits de la Bible historiale, datant des années 140-1415 ; en voici deux exemples qui montrent Osée, le premier des douze petits prophètes de l’Ancien Testament, embrasser sa femme Gomer.

Image 8Bible historiale, Reims, B.m., ms 60, fol. 112v, Bible historiale, vers 1400 © B.n.F.

Image 9Bible historiale, Paris, B.n.F., Français 10, fol. 444, Bible historiale, vers 1412-1415 © B.n.F.

  • 43 Jérôme le premier rapproche le premier né d’Osée et de Gomer du Christ : Magnus est dies seminis De (...)

29Près d’eux, se trouve une femme alitée, vraisemblablement Gomer elle-même qui vient de donner naissance à leur premier-né, Jesraël, tenu par les sages-femmes. La question qui se pose alors est de savoir si cette image ne serait pas un « rejeton » du baiser à la Porte Dorée en s’articulant notamment autour du topos du baiser fécondant. En effet, ces images nous montrent que le baiser et la naissance sont logiquement et chronologiquement liés, le premier entrainant la seconde. En tout état de cause, il est évident que même si l’on n’est pas en présence d’une conception immaculée, le motif du baiser fécondant semble offrir un schème iconographique important dans la représentation de cette conception particulière, celle de Jesraël, dont le rôle salvateur est souvent rapproché du Christ dans la Patristique43.

  • 44 Par exemple, voir supra image 5 ou encore les exemples d’Arbres de Jessé que Séverine Lepape cite d (...)

30Les artistes de ces manuscrits de la Bible historiale sont ceux qui travaillent pour les grands commanditaires laïcs du début du xve siècle. Cette représentation, complètement innovante, montre bien que les artistes de cette époque s’interrogent sur la manière de représenter la conception. Le fait est que ce type de représentation se retrouve dans la Bible historiale, l’ouvrage par excellence des laïcs cultivés de la fin du xive et du début du xve siècle, n’est probablement pas anodin non plus. Il semblerait au vue de quelques, et encore trop rares exemples jusqu’à présent étudiés, que ce type de manuscrits soit propice à des interprétations iconographiques plus immaculistes que d’autres recueils44.

31Un dernier exemple, qui pourrait souligner le privilège marial, est celui de la Mulier Amicta Sole.

La Mulier Amicta Sole

  • 45 Voir sur ce point Pierre Prigent, Apocalypse 12. Histoire de l’exégèse, Tübingen, 1959, p. 31-54 et (...)
  • 46 Rupert de Deutz, In Apocalypsin, PL 169, col. 1043A : Mulier illa sole amicta... signum erat Eccles (...)
  • 47 Bernard de Clairvaux, Sermo in Domnica infra octavam Assumptionis BVM, PL 183, col. 430d-sq.

32La femme de l’Apocalypse ou Mulier Amicta Sole (Apo. 12), prise dans les douleurs de l’enfantement alors qu’un dragon à sept têtes et dix cornes tente de dévorer son enfant, décrite vêtue d’un vêtement de lumière, une couronne formée de douze étoiles et la lune sous les pieds, a d’abord été interprétée au Haut Moyen Âge comme une figure de l’Église, puis comme celle de la Vierge45, notamment chez Rupert de Deutz46 et Bernard de Clairvaux47, deux théologiens fondamentaux pour la mariologie.

33Or c’est cette image là qui sera choisie au xvie siècle comme image de la Vierge immaculée. Il n’est qu’à voir par exemple le tableau intitulé Immaculée Conception du peintre siennois Francesco Vanni, daté de 1588, et conservé à Montalcino, qui montre la Vierge à l’Enfant sur un croissant de lune et terrassant le Dragon, au milieu de plusieurs symboles mariaux communs à l’iconographie de la Vierge aux litanies.

Image 10 – Francesco Vanni, Immaculée Conception, 1588, Montalcino, San Salvatore © DR

Comment est-on arrivé à cette interprétation et à partir de quand a-t-elle été porteuse d’une signification immaculiste ? Aucune étude iconographie n’a été consacrée à ce thème, en dehors de la question de la figuration de l’Apocalypse, or il semble bien que la signification de cette représentation a fortement évolué, comme son interprétation par les théologiens.

  • 48 Un rapide sondage dans la Patrologia Latina a néanmoins montré que les douze étoiles étaient le plu (...)
  • 49 Bernard de Clairvaux, Sermo in Dominca…, col. 433A-433C : Nos tamen pro modulo nostrae exiguitatis, (...)
  • 50 Ci nous dit : recueil d'exemples moraux, publié par Gérard Blangez [et la Société des anciens texte (...)
  • 51 Séverine Lepape, « L’Arbre de Jessé… », op. cit., p. 120-121.

34La Mulier Amicta Sole est interprétée comme la Vierge enfantant le Christ d’une manière virginale, et les douze étoiles qui la couronnent symbolisent chez certains écrivains48 les douze privilèges dont bénéficie la mère du Christ. Arrêtons-nous quelque peu sur la glose de ces privilèges qui retiennent assez peu l’attention des théologiens dans leurs commentaires sur ce passage de l’Apocalypse. Bernard de Clairvaux, dans son sermon pour l’Assomption de la Vierge répartit ces douze privilèges en trois groupes : les privilèges célestes, les privilèges corporels et les privilèges du cœur49. Concernant les privilèges corporels, il est question de sa virginité, de la conception du Christ sans le péché, de sa grossesse et de son enfantement sans douleur. Dans un ouvrage plus tardif et de genre différent, puisqu’il s’agit d’un recueil d’exempla, le Ci nous dit, composé entre 1313 et 133050, développe un chapitre intitulé prénotification de la Vierge où les privilèges de la Mulier Amicta Sole sont abordés. Les douze étoiles signifient les 12 perrogatives que la Vierge auroit en li par desur toutes autres fames […]. Mais la liste des privilèges corporels est différente de celle donnée au xiie par Bernard de Clairvaux ; on trouve notamment qu’elle fut sainctefiee ou ventre de sa mere et avant saincte que née. Ici, il ne s’agit pas de conception immaculée mais de sanctification de la Vierge. Nous sommes encore au début du xive siècle avec le Ci nous dit, à un moment où le débat sur la question de la conception immaculée en France est encore timide, les positions de Bernard de Clairvaux restant majoritairement suivies, mais ce texte souligne qu’à partir du xive siècle, la mulier amicta sole participe du débat sur la conception de la Vierge. Une enquête plus approfondie sur des textes plus tardifs serait intéressante à mener car elle permettrait peut-être de voir comment cette figure ou préfiguration (prénotification) de la Vierge a été instruite par les théologiens dans la question de l’Immaculée Conception. Les partisans du privilège marial ont-ils utilisé cette référence comme élément d’autorité, comme ils l’ont fait avec d’autres préfigurations de la Vierge, comme la virga Iesse51 et d’autres ? Si cette hypothèse se confirmait, la Mulier Amicta Sole pourrait donc être une représentation de l’Immaculée Conception dès le Moyen Âge.

35Du point de vue figuratif, dans les œuvres d’art, le thème de la Femme de l’Apocalypse pour qualifier la Vierge Marie se développe en dehors du contexte apocalyptique dès la seconde moitié du xive siècle. En France et en Bourgogne, ce thème se diffuse au xve siècle dans les livres d’heures et les bréviaires commandés par des laïcs fortunés, à peu près au même moment et par les mêmes artistes qui s’attachent à la représentation d’un nouveau cycle de l’Enfance de la Vierge.

  • 52 Albert Châtelet, L’âge d’or du manuscrit à peintures en France au temps de Charles VI et les Heures (...)

36Nous ne nous contenterons que de quelques illustres exemples. Les Heures du maréchal de Boucicaut, enluminées à Paris vers 1408 montrent au suffrage des saints les deux commanditaires Jean II le Meingre et Antoinette de Turenne, représentés en prière sous une Vierge à l’enfant qui emprunte ses traits à la femme de l’Apocalypse52.

Image 11 - Livre d’Heures du maréchal de Boucicaut, Paris, Institut de France, Musée Jacquemart-André, ms. 2, fol. 26v, 1412-1416 © D.R

37Dans une enluminure isolée attribuée au Pseudo-Jacquemart par Millard Meiss et peinte à Paris en 1413, l’artiste choisi de combiner l’image avec un couronnement de la Vierge.

  • 53 Collection privée, fol. 17v. Voir M. Meiss, The Limbourgs..., fig. 514.

Image 12 - Collection privée, fol. 17v © D.R53

  • 54 Bréviaire, Châteauroux, B.m., ms. 2, fol. 98, vers 1414, Paris. Petit office de la Vierge, atelier (...)

38Le Bréviaire de Châteauroux, sans doute enluminé pour Louis de Guyenne à Paris vers 1414, comporte également une représentation de la Vierge à l’Enfant dans une mandorle de feu et les pieds sur un croissant54.

Image 13 - Bréviaire de Châteauroux, Châteauroux, B.m., ms. 2, fol. 98, vers 1414, Paris

  • 55 F. Avril, et N. Reynaud, Les manuscrits à peinture…, op. cit., p. 25, 232-233.

39Enfin les Heures d’Anjou décorées par le maître de Rohan et ayant appartenu à René d’Anjou, montrent une iconographie semblable à la prière de l’obsecro, longue invocation de la Vierge qui est aussi le lieu d’un portrait du commanditaire du manuscrit55.

Image 14 - Heures d’Anjou, Paris, B.n.F., Latin 1156A, fol. 18v, Paris ? Angers ?, 1430-1435 © B.n.F.

  • 56 Archives nationales, Inv. K. 264, 22 sept. 1396, Léon De Laborde, Les Ducs de Bourgogne : études su (...)
  • 57 25 septembre 1404. L. de Laborde, Les Ducs de Bourgogne…, op. cit., t. III, Preuves, n°5957.
  • 58 Baltimore, Walter Art Museum, INV 37.2404. Philippe Verdier, « La Vierge à l’encrier et à l’enfant (...)

Cette représentation semble avoir été très populaire auprès des princes des fleurs de lys, car on en trouve souvent mention dans les inventaires de leurs collections, non sous la forme d’enluminures, mais de petites peintures ou d’objets de dévotion. Ainsi, l’inventaire du duc d’Orléans, frère de Charles VI, nous apprend-il qu’il possédait un tableau d’or ouquel a un ymage de Notre Dame enlevé, tenant son enfant, assise sur un soleil56 ainsi qu’un reliquaire dor d’un ymage de Nostre Dame d’enleveure, tenant son enfant sur un soleil57. De ces mentions d’archives, il faut sans doute rapprocher une œuvre aujourd’hui encore conservée. Il s’agit d’un tondo, ou tableau peint circulaire58, réalisé en Flandres, ou à Cologne, autour de 1415, pour un commanditaire inconnu, dans l’entourage des ducs de Bourgogne.

  • 59 Par exemple, Ung miroir garny d’argent doré, et y a devant ung esmail de Nostre Dame et son filz as (...)

40L’iconographie de cette peinture à l’huile sur bois reprend en partie l’idée de la Vierge en Mulier Amicta Sole, puisqu’elle est figurée sur un croissant de lune mais s’y trouve une caractéristique assez rare, celle de l’Enfant plongeant sa plume dans un encrier que lui tient la Vierge pour écrire sur un petit billet. La forme du tableau, circulaire, imite celle d’un miroir, comme on pouvait en trouver dans les collections des ducs de Bourgogne qui comptaient des petits miroirs émaillés, certains représentant d’ailleurs la Vierge à l’Enfant sous les traits de la Femme de l’Apocalypse59. Il faut très probablement voir un jeu entre la forme du miroir et la référence au livre de la Sagesse (VII, 26) qui parle de speculum sine macula et qui pourrait faire écho à l’idée de conception immaculée de la Vierge. D’autant plus que l’on retrouve ce symbole du speculum sine macula dans les figures qui composent les litanies de la Vierge, une représentation d’un siècle plus tardif (début du xvie siècle) et qui exprime clairement l’Immaculée Conception de la Vierge.

Image 16 - Livre d’Heures, Paris, B.n.F., Vélin 1504, Litanies de la Vierge, Thielman Kerver, après 1502 © B.n.F

41Assurément, la Vierge à l’Enfant sous les traits de la femme de l’Apocalypse constitue en ce début du xve siècle une figure d’intercession, comme le souligne le Ci nous dit, dont le chapitre sur la Vierge en femme de l’Apocalypse conclut sur son rôle de protectrice et advocate de l’umain lignage. Représente-t-elle pour autant le caractère immaculé de la Vierge dès cette époque ? Une lecture au premier degré inviterait à penser le contraire, car ce qui est mis en valeur dans cette image, c’est le lien maternel entre la Vierge et le Christ et donc le rôle de la Vierge dans la conception du Christ, non la conception de la Vierge elle-même.

  • 60 M. Meiss a écrit deux textes sur ce thème. Millard Meiss, « La Vierge de l’Humilité » dans La Peint (...)
  • 61 Palerme, Museo Nazionale. Cf l’inscription sur le panneau : MCCC.XXXX.VI. HOC OPUS PINSIT. MAGISTER (...)
  • 62 Idem, art. cit., p. 448.

42Un des rares auteurs à s’être intéressé à cette question est Millard Meiss à propos de la Madone de l’Humilité60. L’iconographie de la Vierge allaitant l’Enfant, assise sur le sol, le plus souvent sur un coussin, identifiée par l’inscription Nostre Domina de Humilitate, intervient dans l’art italien dans les années 1340 et l’un des premiers artistes à avoir lancé cette représentation serait Simone Martini. Mais dès les premières œuvres, cette image puise dans le thème de la Femme de l’Apocalypse, comme le montre le panneau peint par Bartolomeo de Camogli et daté de 1346, figurant une Madone de l’Humilité avec une couronne de douze étoiles et à son pied un croissant de lune61. Elle ne s’y réfèrera pas systématiquement, même plutôt rarement dans les œuvres italiennes. Cependant, l’innovation iconographique voyage et se développe par les artistes actifs en Bohème, Espagne, France et Flandres62. Millard Meiss trouve ce qu’il appelle « la variante apocalyptique » de la Madone de l’Humilité surtout en France où il pense qu’elle a connu un développement plus important grâce aux artistes parisiens des années 1400-1420, puis en Flandres.

  • 63 Georgiana Goddard King, « The Virgin of Humility », dans The Art Bulletin, vol. 17, 4 (1935), p. 47 (...)
  • 64 Millard Meiss concède néanmoins que cette composition a peut-être été faite par les Franciscains da (...)

43Les exemples cités précédemment montrent donc que les artistes travaillant pour les grands laïcs commanditaires d’œuvres d’art sous Charles VI possèdent dans leur répertoire iconographique cette innovation italienne quelque peu adaptée. Mais si elle fait florès, c’est qu’elle correspond vraisemblablement à une nouvelle dévotion autour de la Vierge dont la caractérisation a divisé les historiens d’art. Millard Meiss émet deux hypothèses, celle d’une influence dominicaine, car de nombreuses madones de l’Humilité ont été retrouvées dans des églises dominicaines ou celle de Georgiana Goddard King qui a rapproché avant lui cette iconographie du courant spirituel des Franciscains63. Dans son article, elle s’intéresse surtout à la variante avec le croissant et montre que l’Apocalypse occupe une place très importante dans la dévotion de cette branche des Franciscains. Millard Meiss fait néanmoins remarquer que la version avec la Femme de l’Apocalypse ne se trouve pratiquement pas dans la sphère franciscaine : deux exemples seulement peuvent être liés à des couvents franciscains (Musée de Palerme et Santa Chiara à Naples) alors que neuf se trouvent dans des églises dominicaines64.

44La volonté de Millard Meiss d’assigner cette iconographie à un contexte religieux plus large, autour des ordres mendiants, est selon nous déterminante, car l’attribution aux Dominicains plutôt qu’aux Franciscains n’est pas anodine en termes d’Immaculée Conception. Selon lui en effet, une telle image aurait surtout servi les Dominicains en qui il voit les possibles promoteurs du thème de la Madone de l’Humilité pour aller contre l’Immaculée Conception de la Vierge, alléguant du fait que cette iconographie, montrant la Vierge à terre, donnant le sein à son enfant, met davantage en valeur son humanité et l’éloigne ainsi des tentatives des Immaculistes consistant à la soustraire au lot commun des mortels. Soulignons néanmoins que dans les exemples réalisés par les artistes parisiens, la Vierge à l’Enfant empruntant à la Femme de l’Apocalypse n’est plus du tout sur le sol, mais bien dans les airs. Son couronnement, dans certaines représentations, font d’elle une reine du Ciel. Seule l’étreinte tendre qu’elle partage avec l’Enfant et l’allaitement parfois figuré la rapprochent des Madones de l’Humilité italiennes de la seconde moitié du xive siècle. Une chose est sûre : cette nouvelle iconographie a bien été favorisée par les ordres mendiants à partir de 1350. Elle semble suffisamment ambiguë pour pouvoir être à la fois utilisée par des Dominicains et des Franciscains. Elle semble toujours l’être dans le dernier quart du xve siècle et servir les deux camps.

  • 65 Sixten Ringbom, « “Maria in sole” and the Virgin of the Rosary », Journal of the Warburg and Courta (...)
  • 66 L’ouvrage de base pour retrouver ces estampes du xve siècle est Wilhelm-Ludwig Schreiber, Handbuch (...)
  • 67 W.-L. Schreiber, Handbuch..., op. cit., t. 2, n° 1053, 1099a, 1107.
  • 68 W.-L. Schreiber, Handbuch..., op. cit., t. 2, n°1047, 1048-1, 1053-2, 1078a.

45Avec les bulles et la liturgie que Sixte IV favorise pour la fête de la conception à la fin du xve siècle (1476 et 1480), une prière nouvelle dotée d’indulgences, L’Ave santissima Maria, se met à circuler très rapidement en Europe à la fin du xve siècle. Elle se trouve ornée d’une figuration de la Vierge à l’Enfant empruntant à la Femme de l’Apocalypse65. Plusieurs xylographies de la fin du xve siècle comportent l’image et la prière gravée dessous66. Elles sont de bons vecteurs de cette iconographie et le contexte liturgique dont elles sont issues ne devrait faire aucun doute sur leur signification immaculiste. Pourtant, deux versions différentes de texte accompagnent ces gravures, l’une mentionnant clairement la conception immaculée de la Vierge Tu sine peccato concepta – « toi conçue sans péché »67, alors que l’autre ne parle que de l’engendrement virginal du Christ par la Vierge : Tu concepisti Ihesum filium Dei vivi sine peccato – « toi qui a conçu Jésus, le fils du Dieu vivant sans péché »68. Il semble donc impossible de considérer la Mulier Amicta Sole à la fin du Moyen Âge comme une image servant systématiquement l’Immaculée Conception de la Vierge, mais l’existence de ces deux versions montre qu’elle a été à l’évidence le jeu de tensions entre les deux partis et que sa signification à cette époque est liée à la question de la conception de la Vierge.

46Peu de motifs iconographiques que nous venons d’examiner ont été créés pour illustrer le privilège de l’Immaculée Conception ; la plupart d’entre eux existaient déjà dans le vocabulaire pictural du Moyen Âge. Mais leur contenu théologique semble avoir été sensiblement modifié soit par l’ajout de détails nouveaux dans l’image soit en étant associé avec d’autres images. Ce délicat basculement dans le champ immaculiste montre bien la difficulté à évoquer figurativement le sujet et les résistances que les partisans de cette croyance ont pu rencontrer pour l'introduire dans le panorama religieux de la fin du xive siècle et du début du xve siècle, et ce peut être en raison de la lenteur des modifications des images dans le répertoire iconographique chrétienne et de l’absence de dogme et d’unanimité au sein de l’Église tout au long de ce siècle.

Haut de page

Notes

1 Dans son ouvrage pourtant fondamental sur la question, Marielle Lamy, L’immaculée Conception : étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Âge (xiie-xve siècles), Paris, Institut d’études Augustiniennes, 2000, s’intéresse davantage aux clercs qu’aux laïcs.

2 Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour : confesseurs et aumôniers des rois de France du xiiie au xve siècle, Paris, édition de l’École des Chartes, 1995 (Mémoires et Documents de l’École des Chartes ; 43), 364 p.

3 Léopold Delisle, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380) : recueillis dans les collections de la Bibliothèque Nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1874, n°1537.

4 Le Songe du Vergier, éd. Marion Schnerb-Lièvre, Paris, édition du CNRS, 1982, Livre II, chapitre CCLXXXI, p. 246-261.

5 Ibid., p. 246.

6 Ibid., p. 261.

7 Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour…, op. cit., p. 103-109.

8 Voir sur l’affaire Jean de Monzon, Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour…, op. cit., p. 103-109 et Bernard Guenée, Entre l’Église et l’état : quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècles), Paris, Gallimard, 1987, 508 p. (Bibliothèque des histoires), p. 189-201.

9 Georges Minois, Le confesseur du roi. Les directeurs de conscience sous la monarchie française, Paris, 1988, p. 214.

10 Guillaume de Valant était l’ancien confesseur de Philippe le Hardi et avait été recommandé par lui pour cette charge au roi Charles VI.

11 Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour, op. cit., p. 109.

12 Bernard Guenée, Entre l’Église et l’état…, op. cit., p. 196-201.

13 Brian Patrick McGuire, Jean Gerson and the Last Medieval Reformation, Pennsylvania State University Press, 2005 ; Jean Gerson, Œuvres complètes, éd. Palémon Glorieux, Paris-Tournai-New York, 1961-1973.

14 Paris, BnF, ms. Fr. 12470, fol. 5v- 31. Suit à partir du fol. 31v l’office de la Conception de la Vierge de Jean Petit. Pour une édition moderne partielle de la Disputoison des Pastourelles, voir Denis Hüe, « De la disputatio à l'effusio » dans L'économie du dialogue dans l'ancien théâtre européen, éd. Jean-Pierre Bordier, Paris, Champion (Le savoir de Mantice, 4), 1999, p. 69-87.

15 Alfred de Coville, Jean Petit : la question du tyrannicide au commencement du xve siècle, Genève, Slatkine, Paris, H. Champion, 1974, p. 1-16.

16 Bernard Guenée, Entre l’Église et l’état, op. cit., p. 173-175

17 Voir la thèse d’École des Chartes d’Olivier Caudron, La spiritualité d’un chrétien du xive siècle : Philippe de Mézières (1327-1405), p. 983.

18 Xavier de la Selle, Le service des âmes, op. cit., p. 148.

19 Voir sur ce point Bertrand Schnerb, « Piété et dévotion des ducs de Bourgogne Philippe le Hardi et Jean sans Peur » dans L'art à la cour de Bourgogne : le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419) : les princes des fleurs de lis : [exposition], Musée des beaux-arts de Dijon, 28 mai-15 septembre 2004, the Cleveland museum of art, 24 octobre 2004-9 janvier 2005, Dijon, Musée des beaux-arts de Dijon ; Cleveland, Cleveland museum of art ; Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, p. 71-74. Voir aussi Fabrice Rey, « La Piété princière : les dévotions des duchesses Marguerite de Flandre et Marguerite de Bavière (1369-1423) » dans L'art à la cour de Bourgogne…, op. cit., p. 74-77. Dans aucun des deux essais, il n’est pas fait mention d’une dévotion particulière à l’Immaculée Conception de la Vierge.

20 André Vauchez, « Influences franciscaines et réseaux aristocratiques », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 70, 1984, p. 101-103.

21 « Alors, après avoir marché trente jours, ils approchaient de leur but, un ange du Seigneur apparut à Anne qui était en prière et lui dit : "Va à la porte qu’on appelle « dorée », à la rencontre de ton mari, car il reviendra vers toi aujourd’hui." Et elle, en toute hâte, partit avec ses servantes et se mit, à la porte même, à prier et à attendre longuement. Et alors que, par suite de cette longue attente, elle défaillait presque, élevant son regard, elle vit Joachim qui arrivait avec ses troupeaux. Anne courut vers lui et se suspendit à son cou, rendant grâce à Dieu et disant : "J’étais veuve et voilà que je ne le suis plus, j’étais stérile et voilà que j’ai conçu." Et toutes leurs connaissances et leurs proches se réjouirent, de sorte que tout le pays et les gens d’alentour les félicitaient de cette bonne nouvelle. Après cela, les neuf mois étant accomplis, Anne mit au monde une fille et l’appela Marie. » / « Cumque per triginta dies ambulantes pervenissent, apparuit Annae in oratione stanti angelus domini dicens ei : "Vade ad portam quae vocatur « aurea » et occure viro tuo, quoniam veniet ad te hodie." At illa festinanter perrexit cum puellis suis et coepit in ipsa porta stans orare et diutius exspectare. Et cum longa exspectatione deficeret, elevans oculos suos videt Ioachim venientem cum pecoribus suis. Et occurit Anna et suspendit se in collo ejus agens gratias deo et dicens : "Vidua eram et ecce iam non sum, sterilis eram et ecce concepi." Et factum est gaudium omnibus notis et affinibus eorum, ita ut universa terra et affinis de ista fama gratularentur. Post haec autem expletis mensibus novem, peperit Anna filiam et vocavit nomen ejus Mariam. » in Libri de nativitate Mariae. Pseudo-Matthaei evangelium, textus et commentarius cura Jan Gijsel, Turnhout, Brepols, 1997, p. 286-323, (Corpus christianorum. Series apocryphorum ; 9).

22 Ainsi le Lexikon der Christlichen Ikonographie, col. 338-344 : parmi les « formes annonciatrices », Das Formen zur Veranschaulichung, de l’Immaculée Conception se trouve la rencontre à la Porte d’Or. Louis Réau, Iconographie de l’art chrétien, 1956, t. I, p. 159 : cette scène est devenue l’une des plus populaires de tout le cycle de la vie d’Anne et Joachim tout au long du Moyen Âge « parce qu’on y voyait au Moyen Âge non seulement le prélude de la naissance de la Vierge, mais encore le symbole de l’Immaculée Conception ». Voir Maurice Vloberg, The dogma of the Immaculate Conception, Its history and significance, Notre Dame, Indiana (U.S.A.), University of Notre Dame Press, 1958, p. 464 : l’épisode de la Porte d’Or est, selon lui, une manière de fêter la conception de la Vierge qu’elle soit maculée ou pas et il souligne, à juste titre, que de très mauvaises interprétations ont pu être faites de ce motif. De même, Jacqueline Lafontaine-Dosogne, Iconographie de l’enfance de la Vierge dans l’Empire byzantin et en Occident, Bruxelles, Palais de l’Académie, Académie royale de Belgique, 1992, t. II, p. 77-84, tempère cette vision et montre que toutes les représentations de la Porte d’Or ne peuvent pas être interprétées comme immaculistes. Nous ne nous sommes pas servies de l’ouvrage de M. Levi d’Ancona, The iconography of the Immaculate Conception in the Middle Ages and early Renaissance, The College Art Association of America, 1957, pour cette étude car il est bien trop confus. Voir aussi l’article de Réjane Gay-Canton dans cette présente publication (lien).

23 Sur ce manuscrit, voir le numéro d’Art de l’Enluminure, édition Faton, n° 2, septembre-novembre 2002, avec les contributions de Susie Nash et Marie-Pierre Laffitte.

24 Suggestion de Jean Wirth lors du colloque.

25 Susie Nash, Between France and Flanders, manuscript illumination in Amiens, Londres, Toronto, 1999, n° 31, p. 378-383.

26 La bibliographie sur ce manuscrit est pléthorique. On se concentrera sur John Plummer, The Hours of Catherine of Cleves, New York, The Pierpont Morgan Library, 1964. Voir également The Hours of Catherine of Cleves: devotion, demons and daily life in the fifteenth century, éd. Rob Dückers, Ruud Priem, Antwerpen, Ludion, 2009.

27 Pour une reconstitution codicologique du manuscrit, voir Rob Dückers, « The Hours of Catherine of Cleves as an object : a codicological approach », dans The Hours of Catherine of Cleves: devotion..., p. 75-99.

28 New York, Pierpont Morgan Library , Ms. 945, fol. 2.

29 NY, PML, ms. 945, fol. 20.

30 James H. Marrow, « Multitudo et Varietas: The Hours of Catherine of Cleves » dans The Hours of Catherine of Cleves : devotion..., p. 19-20.

31 NY, PML, M. 917, p. 138 et p. 139. L’antithèse est soulignée par l’inscription sur le phylactère : Auctrix peccati eva, auctrix meriti maria.

32 Sur le caractère immaculiste du cycle, voir Barbara G. Lane, « An Immaculist Cycle in the Hours of Catherine of Cleves » dans Oud Holland, t. 87, 1973, p. 177-204, avec quelques réserves sur certaines interprétations, notamment sur l’Arbre de Jessé.

33 NY, PML, ms. 917, p. 145.

34 Voir l’édition en ligne des textes du Livre d’Heures à l’usage de Rome, à partir de l’édition imprimée de 1599, sur http://www.medievalist.net/hourstxt/home.htm, par Glenn Gunhouse.

35 Eléonore Fournié, L’iconographie de la Bible historiale, coll. RILMA n° 2, Turnhout, Brepols, 2011.

36 Vienne, ÖNB, codex 1855, fol. 25v, ca 1420-1422. Millard Meiss, The Limbourgs and their contemporaries, New York, G. Braziller, The Pierpont Morgan Library ; London, Thames and Hudson, 1974, p. 365. Otto Pächt, Französische Gotik und Renaissance in Meisterwerken der Buchmalerei: Ausstellung der Handschriften- und Inkunabelsammlung der Österreichischen Nationalbibliothek, Prunksaal, 16 Juni-7 Oktober 1978, Österreichische Nationalbibliothek Wien, Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 1978, n° 22.

37 M. Meiss, The Limbourgs..., op. cit., p. 364.

38 Pour d’autres manuscrits relevant de ce style et de cette mise en page, que nous n’évoquerons pas ici : Heures d’Isabelle de Bretagne, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, LA 237, fol. 25v par le Maître de Bedford, vers 1420 (Paris, 1400 : les arts sous Charles VI : [exposition], Paris, Musée du Louvre, 22 mars-12 juillet 2004, Paris, 2004, n°220) ; Heures Sobieski, Windsor, Windsor Castle, Royal Library, fol. 24, par le Maître de Bedford, vers 1420 (Eleanor P. Spencer, The Sobieski Hours, a manuscript in the Royal library at Windsor Castle, London-New-York 1977) ; Baltimore, Walters Art Museum, ms W. 288, fol. 17, par le Maître de la Légende Dorée de Munich, vers 1425-1430 (Charles Sterling, La Peinture médiévale à Paris. tome 1 : 1300-1500, Paris : Bibliothèque des arts, 1987, p. 421).

39 Charles Sterling, La peinture médiévale…, op. cit., I, n° 54 (attr. par lui au Maître de Boucicaut, autour de 1409-1412), fig. 275 ; Paris, 1400 : les arts…, n°175 (repr.)

40 Dans le Bréviaire le duc de Bedford et son épouse (Paris, BnF, Lat. 17294, 1424-1435), la Rencontre à la Porte Dorée fait l’objet de trois représentations dans des contextes différents : au sanctoral, à la conception de la Vierge, au fol. 386v, elle occupe la miniature principale avec d’autres scènes de l’histoire des parents de Marie ; à la naissance de la Vierge, au fol. 566v, elle se situe dans les marges d’une grande Nativité, avec de nouveau un cycle de l’histoire de ses parents ; enfin, à la fête d’Anne, au fol. 518, patronne de l’épouse de Jean de Lancastre, elle est encore une fois présente dans les marges avec les scènes habituelles. Sur ce manuscrit très étudié, à la bibliographie pléthorique, voir Ch. Sterling, La Peinture médiévale…, op. cit., t. I, p. 414, 421, 435 à 449 et François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France : 1440-1520, Paris, Bibliothèque nationale, Flammarion, 1993, p. 23-24.

41 Voir pour cela M. Meiss, French Painting in the time of Jean de Berry : The Late 14th Century and the patronage of the Duke, London, New York, Phaidon, 1967, 2 vol. L’examen des planches du volume permet de constater que les représentations choisies pour les Heures de la Vierge ne traitent pas de l’Enfance de la Vierge. La comparaison avec les cycles présentés dans le volume suivant, The Limbourgs…. par le même auteur, est éloquente.
Pour une approche plus générale de la question du cycle « usuel » aux Heures de la Vierge, voir Victor Leroquais, Les livres d’heures manuscrits, de la Bibliothèque nationale, t. 1, Paris, p. XLIV-XLVI et Roger Wieck, Time Sanctified. The Book of Hours in Medieval Art and Life, New York, Baltimore, 1988, p. 60-72, qui dressent la typologie suivante : Annonciation ; Visitation ; Nativité ; Annonce aux Bergers ; Adoration des rois Mages ; Purification ; Fuite en Egypte ; Couronnement de la Vierge.

42 Marielle Lamy, L’Immaculée Conception..., p. 167, renvoie à C. Balic, « The Mediaeval Controversy over the Immaculate Conception up to the Death of Scotus » dans Edward O'Connor, The Dogma of the Immaculate Conception: History and Significance, South Bend, University of Notre Dame Press, 1958, p. 184, n. 22.

43 Jérôme le premier rapproche le premier né d’Osée et de Gomer du Christ : Magnus est dies seminis Dei [ou Jesraël], qui interpretatur Christus ; voir Jacques-Paul Migne (éd.), Patrologie latine, Paris, 1844-1855, XXVIII, 1016-1027.

44 Par exemple, voir supra image 5 ou encore les exemples d’Arbres de Jessé que Séverine Lepape cite dans l’article « L’Arbre de Jessé, une image de l’Immaculée Conception ? » dans Médiévales, t. 57, automne 2009, p. 113-136.

45 Voir sur ce point Pierre Prigent, Apocalypse 12. Histoire de l’exégèse, Tübingen, 1959, p. 31-54 et Marie-Louise Thérel, À l’origine du décor du portail occidental de Notre-Dame de Senlis, Le triomphe de la Vierge-Église, sources historiques, littéraires et iconographiques, Paris, édition du CNRS, 1984, p. 120 et sq.

46 Rupert de Deutz, In Apocalypsin, PL 169, col. 1043A : Mulier illa sole amicta... signum erat Ecclesiae totius, cujus beata Virgo Maria portio maxima, portio est optima pro felicitate uteri proprii.

47 Bernard de Clairvaux, Sermo in Domnica infra octavam Assumptionis BVM, PL 183, col. 430d-sq.

48 Un rapide sondage dans la Patrologia Latina a néanmoins montré que les douze étoiles étaient le plus souvent interprétées comme les douze Apôtres.

49 Bernard de Clairvaux, Sermo in Dominca…, col. 433A-433C : Nos tamen pro modulo nostrae exiguitatis, abstinentes a periculoso scrutinio secretorum, non incongrue forsitan duodecim stellas istas, duodecim praerogativas gratiarum intelligere videamur, quibus Maria singulariter adornatur. Siquidem invenire est in Maria praerogativas coeli, praerogativas carnis, praerogativas cordis : et si fuerit ternarius iste per quaternarium multiplicatus, habemus forte stellas duodecim, quibus reginae nostrae diadema praefulgeat universis. Mihi sane singularis rutilat fulgor ; primo quidem, in Mariae generatione ; secundo, in angelica salutatione ; tertio, in Spiritus superventione ; quarto, in Filii Dei inenarrabili conceptione. Sic et in his quoque sidereum plane irradiat decus, quod virginitatis primiceria, quod sine corruptione fecunda, quod sine gravamine gravida, quod sine dolore puerpera. Nihilominus etiam speciali quodam splendore in Maria coruscant mansuetudo pudoris, devotio humilitatis, magnanimitas credulitatis, martyrium cordis. Chez un autre cistercien, Henri de Marsiac (ca. 1136-1189), abbé de Clairvaux à partir de 1177, les douze étoiles se rapportent aux différentes fêtes de la Vierge et du Christ, et également, dans un sens tropologique, aux douze vertus que Paul dans son épître aux Galates (Galat. V) énumère comme les fruits de l’Esprit saint et qu’Henri de Marsiac attribue à la Vierge. Henri de Marsiac, Tractatus de Peregrinante Civitate Dei, PL, 204, col. 345a-346a.

50 Ci nous dit : recueil d'exemples moraux, publié par Gérard Blangez [et la Société des anciens textes français], Paris, A. et J. Picard, 1979 (Publications de la Société des anciens textes français), t. 1, chap. 12, p. 43-44. Ce recueil a bien circulé et des exemplaires se trouvaient notamment dans les bibliothèques de Jean II le Bon, Charles V et Jeanne de Bourbon. Ci nous dit…, t. 1, p. XXXII-XXXIII.

51 Séverine Lepape, « L’Arbre de Jessé… », op. cit., p. 120-121.

52 Albert Châtelet, L’âge d’or du manuscrit à peintures en France au temps de Charles VI et les Heures du Maréchal de Boucicaut, Paris, édition Faton, 2000, p. 254-255 (repr.). Pour A. Châtelet, la Vierge à l’Enfant sous les traits de la Femme de l’Apocalypse désigne la Vierge de l’Immaculée Conception. Pour lui, le manuscrit est enluminé entre 1412 et 1416, ce qui est contredit par Inès Villela-Petit, qui place son exécution lors de l’intermède génois vers 1408-1409. Paris, 1400, les arts…, n°172.

53 Collection privée, fol. 17v. Voir M. Meiss, The Limbourgs..., fig. 514.

54 Bréviaire, Châteauroux, B.m., ms. 2, fol. 98, vers 1414, Paris. Petit office de la Vierge, atelier de Bedford. Inès Villela-Petit, Le Bréviaire de Châteauroux, Paris, Somogy, 2003, p. 80, fig. 69 et p. 81.

55 F. Avril, et N. Reynaud, Les manuscrits à peinture…, op. cit., p. 25, 232-233.

56 Archives nationales, Inv. K. 264, 22 sept. 1396, Léon De Laborde, Les Ducs de Bourgogne : études sur les lettres, les arts et l'industrie pendant le xve siècle, et plus particulièrement dans les Pays-Bas et le duché de Bourgogne, tome III : Preuves, Paris, 1852, n°5734.

57 25 septembre 1404. L. de Laborde, Les Ducs de Bourgogne…, op. cit., t. III, Preuves, n°5957.

58 Baltimore, Walter Art Museum, INV 37.2404. Philippe Verdier, « La Vierge à l’encrier et à l’enfant qui écrit, dans Gesta, XX/1, 1981, p. 247-256. L'art à la cour de Bourgogne : le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419) : les princes des fleurs de lis : [exposition], Musée des beaux-arts de Dijon, 28 mai-15 septembre 2004, the Cleveland museum of art, 24 octobre 2004-9 janvier 2005, Dijon, Musée des beaux-arts de Dijon ; Cleveland, Cleveland museum of art ; Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, n° 112 (repr.).

59 Par exemple, Ung miroir garny d’argent doré, et y a devant ung esmail de Nostre Dame et son filz assis dedens une raye de soleil, et de l’autres costé a le couronnement Nostre Dame assis sur ung pié, et la puignié de cristal… L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne…, op. cit., t. II, Preuves. 1851, n°3150.

60 M. Meiss a écrit deux textes sur ce thème. Millard Meiss, « La Vierge de l’Humilité » dans La Peinture à Florence et à Sienne après la Peste Noire, Paris, Hazan, (1951), trad. française de Dominique Le Bourg, p. 195-221 et « The Madonna of Humility » dans Art Bulletin, t. 18/4, 1936, p. 435-464. C’est ce dernier article qui est plus complet.

61 Palerme, Museo Nazionale. Cf l’inscription sur le panneau : MCCC.XXXX.VI. HOC OPUS PINSIT. MAGISTER. BARTOLOMEUS. DE CAMULIO. PINTOR. Millard Meiss, art. cit., p. 437.

62 Idem, art. cit., p. 448.

63 Georgiana Goddard King, « The Virgin of Humility », dans The Art Bulletin, vol. 17, 4 (1935), p. 474-491.

64 Millard Meiss concède néanmoins que cette composition a peut-être été faite par les Franciscains dans un premier temps et récupérée ensuite par les Dominicains. Idem, art. cit., note 52, p. 451-452.

65 Sixten Ringbom, « “Maria in sole” and the Virgin of the Rosary », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 25, 1962, p. 326-330. Bonnie J. Blackburn, « The Virgin in the Sun: Music and Image for a Prayer Attributed to Sixtus IV », Journal of the Royal Musical Association, 124, 1999, p. 157-195. Voir également l’article de Camilla Cavicchi dans le présent numéro.

66 L’ouvrage de base pour retrouver ces estampes du xve siècle est Wilhelm-Ludwig Schreiber, Handbuch der Holz-und Metallschnitte des XV. Jahrhunderts, Stuttgart, A. Hiersemann, 1969 (réédition), 9 volumes. Les estampes représentant la Vierge à l’Enfant sous les traits de la Femme de l’Apocalypse sont décrites dans le vol. 2, avec le lieu de conservation et une proposition de datation et de localisation artistique, Band 2, Holzschnitte mit Darstellungen der Heiligen Dreifaltigkeit, Gottvaters, Jesu Christi und der Jungfrau und Gottesmutter Maria, Nr. 736-1173. L’ouvrage est dépourvu de reproductions aussi faut-il se reporter à Richard Field, The illustrated Bartsch. 164, Supplement. German single-leaf woodcuts before 1500. Anonymous artists 997-1383, New York, Abaris books, 1992, qui suit la numérotation de Schreiber.

67 W.-L. Schreiber, Handbuch..., op. cit., t. 2, n° 1053, 1099a, 1107.

68 W.-L. Schreiber, Handbuch..., op. cit., t. 2, n°1047, 1048-1, 1053-2, 1078a.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Image 1Bréviaire à l’usage de Saint Martin de Tours, Tours, B.m., ms 149, fol. 398, peu après 1323
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Image 2Livre d’Heures de Jacques II de Chatillon, Paris, B.n.F., NAL 3231, fol. 103, Amiens, vers 1430 © B.n.F.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Image 3Livre d’Heures de Catherine de Clèves, New York, P.M.L., ms M 917, p. 144, années 1440 © D.R.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Image 4 - Livre d’Heures de Catherine de Clèves, New York, P.M.L., ms M 917, p. 145, années 1440 © D.R.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Image 5- Bible historiale, Bruxelles, K.B.R, ms 9002, fol. 258v, vers 1414-1415 © K.B.R.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Image 6 - Livre d’Heures du duc de Bedford, Londres, B.L., ms Add. 18850, fol. 32, entre 1414 et 1423 © D.R.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Image 7 - Paris, Mazarine, ms. 469, Paris, vers 1415, fol. 13, 1415
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Image 7 (détail) - Paris, Mazarine, ms. 469, Paris, vers 1415, fol. 13, 1415
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Image 7bis - Livre d’Heures, Paris, Bibl. Mazarine, ms. 46
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Image 8Bible historiale, Reims, B.m., ms 60, fol. 112v, Bible historiale, vers 1400 © B.n.F.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Image 9Bible historiale, Paris, B.n.F., Français 10, fol. 444, Bible historiale, vers 1412-1415 © B.n.F.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Image 10 – Francesco Vanni, Immaculée Conception, 1588, Montalcino, San Salvatore © DR
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Image 11 - Livre d’Heures du maréchal de Boucicaut, Paris, Institut de France, Musée Jacquemart-André, ms. 2, fol. 26v, 1412-1416 © D.R
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Image 12 - Collection privée, fol. 17v © D.R53
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Image 13 - Bréviaire de Châteauroux, Châteauroux, B.m., ms. 2, fol. 98, vers 1414, Paris
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Image 14 - Heures d’Anjou, Paris, B.n.F., Latin 1156A, fol. 18v, Paris ? Angers ?, 1430-1435 © B.n.F.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Image 15Tondo ou tableau peint circulaire, Baltimore, Walters Art Museum, INV 37.2404, 1410-1420
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Image 16 - Livre d’Heures, Paris, B.n.F., Vélin 1504, Litanies de la Vierge, Thielman Kerver, après 1502 © B.n.F
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4259/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléonore Fournié et Séverine Lepape, « Dévotions et représentations de l’Immaculée Conception dans les cours royales et princières du Nord de l’Europe (1380-1420) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://acrh.revues.org/4259 ; DOI : 10.4000/acrh.4259

Haut de page

Auteurs

Eléonore Fournié

Les thèmes de recherches d’Éléonore Fournié concernent :
L’Immaculée Conception, une controverse théologique médiévale
- Colloque organisé les 1er et 2 octobre 2009, publications des actes en cours, L’Atelier du Centre de recherches historiques ;
- « L’Immaculée Conception de la Vierge – Croyance, dogme et images », Biblia, n° 82, octobre 2009, Paris, Éditions du Cerf, p. 37 - 39 ;
- « L’Immaculée Conception – Enjeux et images d’un controverse médiévale », Religions et Histoire, Dijon, Éditions Faton, mars – avril 2010, p. 60 - 65.
La Bible historiale, objet d’Études historiques
- Sources et documents : La Bible historiale. Paru dans : L’Atelier du Centre de recherche historique, 03.2, 2009, URL : http://acrh.revues.org/index1830.html ;
- Guyart des Moulins dans ARLIMA, Archives de littérature du Moyen Âge, URL : http://www.arlima.net/eh/guyart_des_moulins.html ;
- L’iconographie de la Bible historiale, Brépols, collection du RILMA (Répertoire Iconographique de la Littérature du Moyen Âge), sous la direction de Christian Heck, parution prévue à l’automne 2010.
Famille et Parenté dans les images médiévales
- Le Baiser d’Osée, le 21 Juin 2008 - Journée d’études du Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale (G R I M ), organisée par Christian Heck, Paris, I N H A ;
- La famille du prophète Osée, incarnation de la famille chrétienne idéale, le 19 novembre 2008 - Séminaire de Dominique Donadieu - Rigaut et de Philippe Maurice, Famille, Religions et Parenté, Paris, E H E S S ;
- Vieillesse et fécondité au Moyen Âge : rencontre idéale ou controversée ?, le 14 octobre 2009 - Journée d’études pluridisciplinaires organisée dans le cadre du PRES Paris I, V et VII, Paris, Université Paris VII - Denis Diderot ;
- Les représentations des fratries vétérotestamentaires dans l'iconographie de la fin du Moyen Âge, le 9 novembre 2009 - Séminaire de Didier Lett, Parenté, genre et famille, Paris, Université Paris VII - Denis Diderot ;
- Gomer, un exemple de conversion : de la meretrix idolâtre à l’Ecclesia genetrix, le 19 février 2010 - Journée d’études du Centre Interdisciplinaire d'Étude du Religieux (C I E R ), Centre de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier
eleonore [point] fournie [arobase] wanadoo [point] fr

Articles du même auteur

Séverine Lepape

Titulaire d’un doctorat portant sur l’iconographie de l’Arbre de Jessé en France et en Angleterre du xiiie au xviiie siècle (EHESS, 2007), Séverine Lepape est conservateur à la Réserve du département des Estampes et de la Photographie à la Bibliothèque nationale de France, où elle s’occupe des gravures des xve et xvie siècles.
Elle enseigne l’histoire de gravure à l’école nationale des Chartes et à l’école du Louvre.
Elle s’intéresse au culte marial à la fin du Moyen Âge, à la genèse de l’image multiple en Europe et au rôle que cette dernière joue dans la dévotion de la fin du xve siècle.
slepape.at.voila.fr
Principales publications
-
« Le végétal et la parenté, les arbres de la famille du Christ », Actes du colloques de Micrologus, Le monde végétal : médecine, botanique, symbolique, Institut d’études médiévales de l’Université de Lausanne, organisé par Agostino Paravicini-Bagliani, 29 novembre - 1er décembre 2006. Textes réunis par Agostino Paravicini Bagliani, Florence : Sismel, 2009, p. 447-466.
- « L’Arbre de Jessé, une image de l’Immaculée Conception ? » dans Médiévales, t. 57, automne 2009, p. 113-136.
- L’estampe au Grand Siècle : Études offertes à Maxime Préaud, sous la direction de Peter Fuhring, Barbara Brejon de Lavergnée, Marianne Grivel, Séverine Lepape et Véronique Meyer, Paris : école nationale des Chartes, 2010, 612 p. (Matériaux pour l’Histoire publiés par l’école des chartes ; 9).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page