Navigation – Plan du site
Documents annexes

Textes théologiques importants pour l’Immaculée Conception de la Vierge

Texte intégral

Les parents de la Vierge et sa conception

  • 1 Libri de nativitate Mariae. Pseudo-Matthaei evangelium, textus et commentarius cura Jan Gijsel, Tur (...)

1Extrait de l’évangile du Pseudo-Matthieu1 I

In diebus illus erat vir in Israel nomine Joachim ex tribu Iuda, et hic erat pastor ovium suarum, timens dominum in simplicitate (…). Haec autem illi facienti multiplicabat deus greges, ita ut non esset similis illi homo in populo Israel. Haec autem inchoavit facere a quintodecimo anno aetatis suae. Cum autem annorum viginti accepit Annam filiam Isachar uxorem, ex tribu et genere David, cum qua moratus per annos viginti filios non excepit.

En ces jours-là, il y avait en Israël un homme du nom de Joachim, de la tribu de Juda. Et il était le berger de ses propres brebis, craignant Dieu dans la simplicité de son cœur (…). Pour lui qui agissait ainsi, Dieu multipliait les troupeaux, à tel point qu’il n’y avait personne dans le peuple d’Israël qui pût lui être comparé. Cela, il commença de le faire à l’âge de quinze ans. A vingt ans, il prit pour femme Anne, fille d’Isachar, de la tribu et de la famille de David. Et bien qu’ayant demeuré pendant vingt ans avec elle, il n’en avait pas d’enfants.

Factum est autem ut in diebus festis inter eos qui offerebant incensum domino staret Ioachim, parans munera sua in conspectu domini. Et accedens ad eum scriba templi domini nomine Ruben ait ad eum : « Non tibi licet intra sacrificia dei consistere, quia non te benedixit deus ut daret tibi semen in Israel. Passus itaque verecundiam in conspectu populi, abscessit de templo dei plorans et non est reversus ad domum suam, sed abiit ad pecora sua et duxit secum pastores inter montes in longinquo, ita ut per quinque menses nec nuntium de eo audiret uxor eius.

Et voici que pendant la grande fête, Joachim se tenait parmi ceux qui offraient l’encens au Seigneur, tout en préparant ses offrandes en présence du Seigneur. Et le scribe du temple, nommé Ruben, s’approcha de lui et lui dit : « Tu n’as pas le droit de te trouver au milieu des offrandes de Dieu, car Dieu ne t’a pas béni, au point de te donner une postérité en Israël. » Après avoir subi cet affront en présence du peuple, il quitta le temple de Dieu tout en pleurs et ne retourna pas dans sa maison, mais il partit vers ses troupeaux, emmenant avec lui ses bergers vers les lointaines montagnes. Ainsi, pendant cinq mois, sa femme n’eut aucune nouvelle de lui.

Quae dum fleret in oratione sua et diceret : « Domine jam quia filios non dedisti mihi, virum meum quare tulisti a me ? Ecce enim quinque menses fluxerunt et virum meum non video, et nescio ubinam mortuus sit vel sepulturam eius fecissem (…) Et dum ista dicit, ante faciem eius apparuit angelus domini dicens : « Noli timere, Anna, quoniam in consilio dei est germen tuum, et quod ex te natum fuerit dabitur in admirationem omnibus saeculis usque in finem. Et cum haec dixisset, ab oculis eius elapsus est (…) In ipso autem tempore apparuit quidam juvenis inter montes ubi Ioachim pascebat greges suos et dixit ad eum : « Quare non reverteris ad uxorem tuam ? (…) Angelo dei ego sum, qui apparui hodie flenti et orenti uxori tuae et consolatus sum eam, quam suis ex semine tuo concepisse filiam. Haec templum dei erit et spiritus sanctus requiescet in ea, et erit beatitudo super omnes feminas sanctas, ita ut nullus dicat qui fuit talis aliquando ante eam, sed et post eam non erit similis ei. Descende ergo de montibus et revertere ad conjugem tuam et invenies eam habentem in utero. Excitavit enim deus semen in ea et fecit eam matrem benedictionis aeternae. (…)

Et elle pleurait, tout en priant et disait : « Seigneur, tu ne m’as déjà point donné d’enfants, pourquoi m’as-tu enlevé mon mari ? Voilà cinq mois passés et je ne vois pas mon mari, et je ne sais pas s’il est mort ni où je puis faire sa tombe. »(…). Tandis qu’elle parlait ainsi, devant elle apparut un ange du Seigneur qui lui dit : « Ne crains pas, Anne car ta postérité est dans le dessein de Dieu, et ce qui naîtra de toi sera un objet d’admiration pour tous les siècles jusqu’à la fin du monde. » (…) Or, au même moment, un jeune homme apparut dans les montagnes où Joachim faisait paître ses troupeaux et lui dit : « Pourquoi ne retournes-tu pas auprès de ta femme ? (…)

Je suis l’ange de Dieu, qui est apparu aujourd’hui à ta femme au milieu de ses larmes et de ses prières, et je l’ai consolée. Sache qu’elle a conçu une fille de ta semence. Celle-ci sera le temple de Dieu, et l’Esprit saint reposera sur elle, et elle sera bienheureuse plus que toutes les saintes femmes de telle sorte que personne ne puisse dire qu’il y eut jamais une telle femme avant elle, mais aussi après elle, et n’y en aura pas de semblable à elle. Descends donc de la montagne et retourne auprès de ton épouse, et tu la trouveras enceinte, car Dieu a suscité auprès d’elle une postérité et l’a rendue mère de l’éternelle bénédiction. ( …)

Cumque per triginta dies ambulantes pervenissent, apparuit Annae in oratione stanti angelus domini dicens ei : « Vade ad portam quae vocatur aurea et occure viro tuo, quoniam veniet ad te hodie. A tilla festinanter perrexit cum puellis suis et coepit in ipsa porta stans orare et diutius exspectare. Et cum longa exspectatione deficeret, elevans oculos suos videt Ioachim venientem cum pecoribus suis. Et occurit Anna et suspendit se in collo ejus agens gratias deo et dicens : « Vidua eram et ecce iam non sum, sterilis eram et ecce concepi. » Et factum est gaudium omnibus notis et affinibus eorum, ita ut universa terra et affinis de ista fama gratularentur.

Alors, après avoir marché trente jours, ils approchaient de leur but, un ange du Seigneur apparut à Anne qui était en prière et lui dit : « Va à la porte qu’on appelle « dorée », à la rencontre de ton mari, car il reviendra vers toi aujourd’hui. » Et elle, tout en hâte, partit avec ses servantes et se mit, à la porte même, à prier et à attendre longuement. Et alors que, par suite de cette longue attente, elle défaillait presque, élevant son regard, elle vit Joachim qui arrivait avec ses troupeaux. Anne courut vers lui et se suspendit à son cou, rendant grâce à Dieu et disant : « J’étais veuve et voilà que je ne le suis plus, j’étais stérile et voilà que j’ai conçu. » Et toutes leurs connaissances et leurs proches se réjouirent, de sorte que tout le pays et les gens d’alentour les félicitaient de cette bonne nouvelle.

Post haec autem expletis mensibus novem, peperit Anna filiam et vocavit nomen ejus Mariam.

Après cela, les neufs mois étant accomplis, Anne mis au monde une fille et l’appela Marie.

Lettre de saint Bernard aux chanoines de Lyon

  • 2 Bernard de Clairvaux, Epistolae, ed. J. Leclercq,... H. Rochais, Romae : Editiones Cistercienses, 1 (...)

2La lettre de saint Bernard adressée aux chanoines de l’église de Lyon, sur la célébration de la fête de la conception de la Vierge, a sans doute été rédigée vers 1139 ou 1140. L’abbé de Clairvaux s’exprime contre cette nouvelle fête célébrée depuis peu par les chanoines, qui n’est pas reconnue par l’église et qu’aucune tradition ne légitime. Epistola CLXXIV2

Ad canonicos Ludgdunense de Conceptione S. Mariae.

Aux chanoines de Lyon sur la conception de sainte Marie

Sed et ortum virginis didici nihilominus in Ecclesia et ab Ecclesia indubitanter habere festivum atque sanctum, firmissime cum Ecclesia sentiens in utero eam accepisse ut sancta prodiret. Et de Ieremia siquidem lego quod, priusquam de vulva exiret, sanctificatus sit, et de Ioanne Baptista non secus sentio, qui ex utero Dominum in utero sensit (…).

Mais j’ai appris que l’on tient quand même pour jour festif et saint, dans l’église et par l’église, la naissance de la Vierge, avec d’autant plus de force que l’église juge qu’elle a reçu la sanctification dans le sein, et qu’elle en a été ainsi rendue sainte. Et je lis au sujet de Jérémie, qu’avant de sortir du ventre de sa mère, il a été sanctifié et je ne considère pas autrement Jean Baptiste, qui a reconnu hors du sein le Christ dans le sein (…)

Quod itaque vel paucis mortalium constat fecisse collatum, fas certe non est suspicari tantae Virgini esse negatum, per quam omnis mortalitas ermesit ad vitam. Fuit procul dubio et Mater Domini ante sancta quam nata, nec fallitur omnino sancta Ecclesia sanctum reputans ispum Nativitatis eius diem et omni anno cum exsultatione universae terrae votiva celebritate suscipiens. Ego puto quod et copiosor sanctificationis benedictio in eam descenderit, quae ipsius non solum sanctificaret ortum, sed et vitam ab omni deinceps peccato custodiret immunem, quod nemini alteri in natis quidem mulierum creditur esse donatum. Decuit nimirum Reginam virginum, singularis privilegio sanctitatis, absque omni peccato ducere vitam, quae dum peccati mortisque pareret peremptorem , munus vitae et justitiae omnibus obtineret. Sanctus igitur ortus, quoniam immersa prodiens ex utero sanctitas sanctum fecit illum.

Aussi, ce que l’on s’accorde à reconnaître à quelques hommes, on ne peut pas ne pas l’accorder à la Vierge, elle grâce à qui toute la nature mortelle s’est élevée vers la vie. Il ne fit pas de doute que la Mère du Christ a été sainte avant d’être née, et l’église ne commet absolument pas de faute en considérant que le jour de sa naissance est saint et en le célébrant partout et chaque année avec allégresse. Et je pense qu’une bénédiction de sanctification plus abondante est descendue en elle, qui a non seulement sanctifié sa naissance mais a gardé ensuite sa vie indemne de tout péché, ce qui, croit-on, n’a été donné à aucun autre né d’une femme. Il convenait que la Reine des vierges, par le privilège d’une sainteté particulière, menât une vie sans péché, elle qui, alors qu’elle enfanterait le destructeur du péché et de la mort, obtiendrait pour tous le don de la vie et de la justice. Sa naissance est donc sainte, puisque la sainteté répandue en elle et sortant de son ventre l’a rendu sainte.

Quid adhuc addendum his putamus honoribus ? Ut honoretur, inquiunt et conceptus, qui honorandum praeivit partum, quoniam si ille non praecessisset, nec iste esset qui honoratur. Quid, si alius, propter eamdem causam, etiam utrique parenti eius festos honores asserat deferendos ? Sed et de avio et proavis idipsum posset pro simili causa quilibet flagitare, et sic tenderetur in infinitum, et festorum non esset numerus (…).

Pourquoi ajouter quelque chose à ces honneurs ? Pour que soit honorée la conception, disent-ils, qui a précédé l’honorable engendrement, puisque si cette dernière n’avait pas eu lieu avant, cet honorable engendrement n’existerait pas. Et quoi, si quelqu’un, à cause du même argument, affirmait qu’il faut rendre les honneurs solennels à chacun de ses parents ? Mais on pourrait réclamer pour la même raison la même chose pour ses grands parents et ses aïeux, et cela tendrait à l’infini et il n’y aurait pas assez de fêtes (…)

Unde ergo conceptionis sanctitas ? An dicitur sanctificatione praeventa, quatenus jam sancta conciperetur ac per hoc sanctus fuerit et conceptus, quemadmodum sanctificata iam in utero dicitur, ut sanctus sequeretur et ortus ? Sed non valuit ante sancta esse quam esse, siquidem non erat antequam conciperetur. An forte inter amplexus maritales sanctitas se ipsi conceptioni immiscuit, ut simul et sanctificata fuerit, et concepta ? Ne hoc quidem admittit ratio. Quomodo namque aut sanctitas absque Spiritu sanctificante, aut Sancto Spiritu societas cum peccato fuit ? Aut certe peccatum quomodo non fuit, ubi libido non defuit ? Nisi quis forte dicat de Spiritu Sancto eam, et non de viro conceptam fuisse, sed id hactenus inauditum (….). Et si licet loqui quod Ecclesia sentit, et verum ipsa sentit, dico gloriosam de Spiritu Sancto concepisse, non autem et conceptam fuisse, dico peperisse virginem, non tamen et partam a virgine. Alioquin ubi erit praerogativa Matris Domini, qua singulariter creditur exsultare et munere prolis, et integritate carnis, si tantumdem dederis et matri ipsius ? Non est hoc Virginum honorare, sed honori detrahere. Si igitur ante conceptum sui sanctificari minime potuit, quoniam non erat, sed nec in ipso quidem conceptu, propter peccatum quod inerat, restat ut post conceptum in utero iam exsistens, sanctificationem accepisse credatur, quae, excluso peccato, sanctam fuerit nativitatem, non tamen et conceptionem.

Où est donc la sainteté de la conception ? Dit-on que la Vierge a été préservée par la sanctification, dans la mesure où elle a été conçue déjà sainte, et par là, sa conception a été sainte, de même que l’on dit qu’elle a déjà été sanctifiée dans le sein de telle sorte que s’en est aussi suivie une naissance sainte ? Mais il n’est pas possible qu’elle soit sainte avant d’avoir été, puisqu’elle n’était pas avant d’avoir été conçue. A moins que dans l’accouplement, la sainteté se soit mêlée à la conception, de sorte qu’elle a été à la fois conçue et sanctifiée ? On ne peut admettre un tel raisonnement. Car comment y aurait-il sainteté sans la sanctification de l’Esprit, et association avec le saint Esprit là où il a péché ? Et assurément, comment n’y aurait-il pas péché, là où concupiscence il y a eu ? Sauf à dire peut-être qu’elle n’a pas été conçue d’un homme mais du saint Esprit mais cela ne s’est jusqu’à présent jamais entendu (…). Et si l’on peut parler de ce que l’église pense et ce qu’elle pense est vrai, je dis que la glorieuse Vierge a conçu du saint Esprit et non qu’elle a été conçue de lui, je dis que vierge elle a engendré et non qu’elle a été engendrée d’une vierge. Où serait du reste le privilège de la Mère de Dieu, celui de s’enorgueillir du don d’un enfant et de l’intégrité de sa chair, si on l’accordait également à sa mère ? Ce n’est pas honorer la Vierge, mais lui retirer un honneur. Si donc il ne lui est absolument pas possible d’être sanctifiée avant la conception, puisqu’elle n’était pas, ni pendant sa conception, à cause de la présence du péché, il reste qu’il faut croire qu’elle a reçu la sanctification après la conception, quand elle existait déjà dans le sein, sanctification qui, en la préservant du péché, rend sa naissance sainte et non sa conception.

Quamobrem, etsi quibus vel paucis filiorum hominum datum est cum sanctitate nasci, non tamen et concipi, ut uni sane servaretur sancti praerogativa conceptus, qui omnes sanctificaret, solusque absque peccato veniens, purgationem faceret peccatorum. Solus itaque Dominus Iesus de Spiritu Sancto conceptus, quia solus et ante conceptum sanctus. (…) Cum haec ita se habeant, quaenam iam erit festivae ratio Conceptionis ? Quo pacto, inquam, aut sanctus asseretur conceptus, qui de Spiritu Sancto non est, ne dicam de peccato est, aut festus habebitur qui minime sanctus est ? Libenter gloriosa hoc honore carebit, quo vel peccatum honorari, vel falsa induci videtur sanctitas.

C’est pourquoi, même s’il a été accordé à peu de fils d’hommes de naître avec la sainteté, il n’en a pas été d’être conçu ainsi, de sorte que le privilège de la conception sainte a été préservé pour le seul qui a sanctifié tous les hommes et que le seul à venir sans péché, a fait réparation des péchés. Ainsi, seul le Seigneur Jésus a été conçu du saint Esprit, parce qu’il est le seul à être saint avant sa conception. (…) Puisqu’il en est ainsi, quelle serait la raison de la fête de la Conception ? Ceci convenu, affirmerait-on que la conception est sainte, là où il n’y a pas eu le saint Esprit, pour ne pas dire là où il y a eu péché, ou la fêtera-t-on, alors qu’elle n’est absolument pas sainte ? La glorieuse Vierge se passera bien volontiers de cet hommage, où l’on honore le péché et l’on suppose une fausse sainteté.

Bulle papale Ineffabilis Deus, 8 décembre 1854

3Cette bulle papale déclare comme dogme catholique l’Immaculée Conception de la Vierge Marie.

Auctoritate Domini nostri Jesus-Christi, beatorum apostolorum Petri et Pauli, ac Nostra declaramus, pronunciamus et definimus, doctrinam, quæ tenet beatissimam Virginem Mariam in primo instanti suæ conceptionis fuisse singulari omnipotentis Dei gratia et privilegio, intuitu meritorum Christi Jesu Salvatoris humani generis, ab omni originalis culpæ labe præservatam immunem, esse a Deo revelatam, atque idcirco ab omnibus fidelibus firmiter constanterque credendam.

Par l’autorité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, des bienheureux apôtres Pierre et Paul, et la Nôtre, nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine suivant laquelle, par une grâce et un privilège singulier de Dieu tout-puissant et en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, la très bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, préservée de toute tache du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu et qui, par conséquent, doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles.

Haut de page

Notes

1 Libri de nativitate Mariae. Pseudo-Matthaei evangelium, textus et commentarius cura Jan Gijsel, Turnhout : Brepols, 1997, p. 286-323, (Corpus christianorum. Series apocryphorum ; 9).

2 Bernard de Clairvaux, Epistolae, ed. J. Leclercq,... H. Rochais, Romae : Editiones Cistercienses, 1974-1977, t. 1, p. 388-392 (S. Bernardi Opera ; 7). Traduction Séverine Lepape.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Textes théologiques importants pour l’Immaculée Conception de la Vierge », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 23 août 2014. URL : http://acrh.revues.org/4279 ; DOI : 10.4000/acrh.4279

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page