Navigation – Plan du site
Débats et représentations en Allemagne

L’Immaculée Conception après le concile de Bâle dans les provinces dominicaines et franciscaines de Teutonie et de Saxe : débats et iconographie

Martina Wehrli-Johns

Résumés

L’essai propose de suivre le fil des débats autour de l’Immaculée Conception dans les pays germaniques à partir du Concile de Bâle jusqu’au début du xvie siècle.
Le décret du Concile en faveur de cette doctrine (1439) avait ranimé un désaccord déjà ancien entre les ordres mendiants et particulièrement entre les Franciscains et les Dominicains au sujet de la Vierge immaculée. Les deux traités défendant ce
privilège (1444/1445) écrits par l’ancien évêque de Constance, Otto d’Hachberg, sont un premier témoignage de ce conflit en Allemagne. Dès l’avènement du pape franciscain Sixte IV (1471-1484), les disputations publiques et les polémiques littéraires au sujet de l’Immaculée Conception se multiplient. Le point culminant de cette controverse arrive au moment du procès contre le dominicain Wigand Wirt à Rome où l’accusé se voit contraint en 1512 de révoquer ses écrits diffamatoires. L’isolement croissant de l’ordre dominicain dans ce débat semble être aussi la conséquence du thomisme rigide des dominicains observants en Italie et en Allemagne. Ainsi les frères observants de la province de « Teutonie » suivent-ils de près l’opinion de leur confrère Vincent Bandelli de la congrégation observante de Lombardie, déclarant la foi en l’Immaculée Conception comme hérétique. Bien que la bulle Grave nimis (1482) interdise aux partis opposés de se dénoncer mutuellement comme hérétiques, les observants allemands ne manquent pas de faire usage de cette arme, ce qui provoque l’alliance de leurs adversaires (Carmes, Chartreux, Augustiniens, Bénédictins et cercles humanistes de toute couleur) dans le camp des franciscains de l’Observance.
L’analyse des traités et des circonstances de cette querelle met donc en lumière les tensions et les constellations intellectuelles du discours religieux dans les décennies avant la Réforme protestante où le raisonnement théologique fait place à la polémique et où l’imprimerie permet d’atteindre un public en dehors du cloître et de l’université. Ainsi les gravures en bois de la Vierge Immaculée trouvent-elles leur place aussi bien dans la campagne des humanistes strasbourgeois autour de Sébastien Brand que dans les illustrations du récit satirique du franciscain Thomas Murner, relatant les différents épisodes de l’affaire Jetzer à Berne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir pour cette période l’article fondamental de Clément Schmitt, « La controverse allemande de (...)

1Le décret du concile de Bâle en faveur de la doctrine et de la fête de l’Immaculée Conception, énoncé lors de sa 36e session du 17 septembre 1439, a suscité une vive controverse dans les différentes régions de l’Empire germanique. Cette controverse s’est déroulée en plusieurs étapes dans des circonstances diverses qui dans leur ensemble devaient entraîner la défaite totale des frères prêcheurs et l’acceptation presque générale de cette doctrine avant la Réforme protestante. Pour démontrer la dynamique de ce conflit, je vais suivre l’ordre chronologique commençant par un bref regard sur la période du concile de Bâle jusqu’au pontificat de Sixte IV (1471-1484). Ensuite j’entreprendrai une analyse un peu plus détaillée des débats principaux dans les décennies entre la mort de Sixte IV et la rétractation du dominicain Wigand Wirt en 1512 à Rome qui représente en quelque sorte le point culminant de ce conflit1. L’enjeu des images dans la campagne contre Wirt, menée par les humanistes strasbourgeois autour de Sébastien Brant et Jacques Wimpfeling, sera un dernier point à aborder.

Premiers débats après la décision du concile

Dominicains et Franciscains de l’Observance

  • 2 Des franciscains de l’Observance commencèrent à s’établir en Allemagne à partir de 1426. Le premier (...)
  • 3 L’ancienne province Teutonia fut divisée en 1303 entre une partie Sud gardant le vieux nom de Teu (...)
  • 4 Voir Annette Barthelmé, La réforme dominicaine au xve siècle en Alsace et dans l’ensemble de la p (...)
  • 5 Bernhard Neidiger, « Dominikaner – Basel », Helvetia Sacra IV/5, p. 188-284 et 200-206.
  • 6 Franz Egger, Beiträge zur Geschichte des Predigerordens. Die Reform des Basler Konvents 1429 und di (...)
  • 7 Hillenbrand, op. cit., p. 258-262.
  • 8 Paulus von Löe, Statistisches über die Ordensprovinz Saxonia, Leipzig, coll. Quellen und Forschun (...)

2Dans les décennies du concile de Bâle jusqu’à l’avènement du cardinal franciscain Francesco della Rovere au trône pontifical en 1471, la question de l’Immaculée Conception de Marie ne jouait pas encore un rôle primordial dans les actions et les programmes des deux grands ordres mendiants en Allemagne. Les franciscains, organisés dans les trois provinces de Strasbourg (Allemania superior), de Cologne (Germania inferior) et celle de Saxe (Saxonia), étaient trop occupés par des problèmes internes causés par les diverses réformes que le concile et la papauté avaient initiées à leur insu2. En ce qui concerne les dominicains de la province de Teutonie avec la Rhénanie, Brabant, l’Alsace, l’Allemagne du Sud, l’Autriche et la Suisse allemande3, ils étaient divisés entre une partie réformée, dite de l’Observance, et une partie conventuelle4. Le couvent de Bâle avait été reformé par le dominicain nurembergeois Jean Nider deux ans avant l’ouverture du Concile5. Il soutenait les théologiens de leur ordre, qui comme Jean de Torquemada et Jean de Montenigro étaient venus d’Italie pour défendre la position thomiste contre l’Immaculée Conception6. Un autre centre important de la réforme dominicaine fut Nuremberg et à partir de 1464 Cologne, siège d’une université et du studium generale de la province7. Au contraire des frères observants dans la province de Saxonie8, les observants de la Teutonie obtinrent en 1475 la majorité des couvents, ce qui les mit en état de recommencer avec plus de force le combat contre la doctrine immaculiste.

Otto d’Hachberg et sa défense de l’Immaculée Conception (1444-1445)

  • 9 Udo Janson, « Otto von Hachberg (1388-1451), Bischof von Konstanz, und sein Traktat, De conceptio (...)
  • 10 Janson, op. cit., p. 282-284.
  • 11 Janson, op. cit., p. 249-251; « Das Bistum Konstanz », in Brigitte Degler-Spengler (dir.), Helveti (...)
  • 12 Janson, op. cit., p. 273-278.
  • 13 Sur Jean de Blatten, Helvetia Sacra I/2, op. cit., p. 512.
  • 14 Janson, op. cit., p. 258-268.
  • 15 Henri de Werle, Tractatus de immaculata conceptione B. M. V., Sophronius Clasen (dir.), New York, L (...)
  • 16 Janson, op. cit., p. 287-335.

3Cette première phase n’est pourtant pas dépourvue de conflits entre franciscains et dominicains au sujet de la conception de Marie. C’est ce que nous révèle, du moins, le traité De conceptione beatae virginis de l’ancien évêque Otto III de Constance, Margrave de Hachberg (1388-1451)9, que celui-ci, malgré ses réserves contre le concile schismatique, avait soumis en 1445 à l’examen des théologiens du Concile et sur lequel Jean de Ségovie s’était exprimé de manière favorable10. En 1434 Hachberg avait dû renoncer à la chaire épiscopale en raison du mauvais état financier de l’évêché. Il vivait depuis lors dans une maison à côté des franciscains de Constance, prenant régulièrement part à leur vie conventuelle11. Suivant l’historien Udo Janson12, le traité d’Hachberg est né d’un conflit entre l’évêque suffragant de Constance d’une part – il devait s’agir de Jean de Blatten, lecteur au couvent franciscain de Lucerne, qui fut nommé suffragant en 144113 – et le lecteur inconnu du couvent dominicain d’autre part. Le suffragant avait prêché dans la cathédrale de Constance lors de la fête de l’annonciation le 25 mars 1444, et s’y est prononcé en faveur de l’Immaculée Conception, provocant ainsi le lecteur dominicain à prêcher contre cette opinion quelques jours plus tard. Cette divergence d’opinion semble avoir suscité une grande inquiétude auprès des gens, que l’ancien évêque avait l’intention de calmer avec son traité. Lorsque, par la suite, la situation au lieu de se calmer, s’aggrava davantage, il redoubla son effort avec un deuxième traité au même sujet (daté vers 1445). Les deux traités sont conservés dans un manuscrit venant de la bibliothèque privée de l’évêque (aujourd’hui à Karlsruhe, Badische Landesbibliothek, Cod. Aug. XXXIV). Le dossier fut probablement compilé sur la demande d’Hachberg et contient en outre deux textes de l’anonyme lecteur dominicain à l’adresse du doyen de la cathédrale, deux traités contre le concile de Bâle, deux lettres de Jean de Ségovie et les questions disputées sur l’Immaculée Conception de l’augustin ermite Thomas de Strasbourg († 1357) et du provincial de la province de Cologne, Henri de Werle († 1463)14. Selon Janson, Hachberg n’exposait pas des idées neuves sur l’Immaculée Conception, suivant assez fidèlement les arguments de l’école franciscaine de son temps transmis par Thomas de Strasbourg et Henri de Werle15. Ainsi croyait-il à la prédestination éternelle de la Vierge et s’exprimait en faveur de sa préservation du péché originel au moment de la conception, avant l’infusion de l’âme, réfutant non seulement la théorie dominicaine de la sanctification, mais aussi leur doctrine du péché originel en général16.

Le rôle du thomisme

  • 17 Gabriel M. Löhr, Die Teutonia im 15. Jahrhundert, Leipzig, coll. Quellen und Forschungen zur Gesch (...)
  • 18 Erich Meuthen, Kölner Universitätsgeschichte, t. 1, Cologne - Vienne, Böhlau,1988, p. 178-181 ; B (...)

4La réaction du lecteur dominicain de Constance démontre que les dominicains allemands n’acceptaient pas la décision du concile. Après sa dislocation à Ferrare en 1437 par Eugène IV, le concile de Bâle avait perdu sa légitimité non seulement aux yeux d’Hachberg et d’Henri de Werle mais aussi pour la majorité des frères Prêcheurs désillusionnés par l’échec de leurs représentants au sujet de la conception de Marie. À leur avis, l’autorité de saint Thomas d’Aquin était mise en danger et avec cela la prédominance de leur ordre dans l’enseignement théologique de l’Église. Gabriel Löhr nous a communiqué l’extrait d’un registre du décanat de l’université de Cologne de l’an 1450 indiquant que les licenciés dominicains devaient établir la vérité sur la conception de la Vierge uniquement à l’aide des arguments de saint Thomas d’Aquin, « la doctrine duquel fut canonisée par le siège apostolique »17. Le nouveau thomisme de l’école théologique de Cologne gagnait encore en force dans la seconde moitié du xve siècle18. L’orientation thomiste se trouvait surtout auprès des théologiens observants qui, à partir de 1475, se mirent à la tête de l’opposition contre les constitutions de Sixte IV pour établir la fête de la conception dans l’Église.

La seconde période de la querelle

Vincent Bandelli et les dominicains observants en Allemagne

  • 19 C. Schmitt, op. cit., p. 397-398 ; Cherubino Sericoli, Immaculata B. M. Virginis Conceptio iuxta X (...)
  • 20 Paul Oskar Kristeller, Le Thomisme et la pensée italienne de la Renaissance. Conférence Albert-Le- (...)
  • 21 Gesamtverzeichnis der Wiegendrucke [en ligne], n. 03237. L’imprimeur était Christoph Valdafer de Re (...)
  • 22 C. Sericoli, op. cit., p. 30 ; U. Horst, op.cit., 2009, p. 59, et Bandelli, Liber recollectoriu (...)
  • 23 C Sericoli, op. cit., p. 31-35 ; texte de Cum praeexcelsa, p. 153-154.
  • 24 C. Sericoli, op. cit., p. 36-40, texte de Libenter, p. 155.
  • 25 C. Sericoli, op. cit., p. 40-44; U. Horst, op. cit., 2009, p. 70-73 ; j’ai consulté l’exemplaire (...)
  • 26 C. Sericoli, op. cit., p. 44-56, textes de deux bulles, p. 156-161 ; U. Horst, op. cit., 2009, (...)

5La seconde période de la querelle fut ouverte autour les années 1474-1475 par les diverses tentatives du dominicain Vincent Bandelli de Castronovo, futur Maître général de l’ordre en 1501-1506, pour empêcher l’approbation définitive de la fête de conception19. Bandelli, qui à ce moment se trouvait au début d’une brillante carrière au sein de la congrégation observante de Lombardie, était un fervent représentant du thomisme italien20. Vers 1474 il compila un manuel volumineux pour défendre l’opposition dominicaine contre l’opinion neuve des immaculistes, qu’il faisait imprimer sous le titre Liber recollectorius auctoritatum de veritate conceptionis beatae Virginis Maria l’année suivante à Milan tout en gardant l’anonymat21. Ce fut la première fois dans cette polémique que l’art de l’imprimerie encore récent en Italie fut utilisé comme moyen de propagation, fait d'autant plus grave de conséquences que Bandelli y avait déclaré en plusieurs lieux la foi dans l’Immaculée Conception comme hérétique22. Provoqué par cette démarche, Sixte IV essaya d’abord de soumettre les deux partis à l’arbitrage de la curie en convoquant Bandelli et le Maître général des Frères Mineurs, Franciscus Insuber, au commencement de l’an 1476 à Rome. Immédiatement après cette rencontre, le protonotaire apostolique Léonard Nogarol demandait au pape sous forme d’une supplique la confirmation de son office et de sa messe en l’honneur de la Vierge immaculée, ce que Sixte IV allait faire le 27 février 1476 avec la constitution Cum praeexcelsa23. À partir de ce moment la fête de la conception jouissait d’une approbation officielle de l’Église universelle et n’avait plus besoin de l’approbation conciliaire considérée comme illégitime. Peu après, le franciscain observant Bernard de Bustis compila un autre texte pour l’office liturgique de la conception que Sixte IV accueillit avec joie avec sa lettre « Libenter » du 4 octobre 148024. Réalisant que le pape était en train d’établir la fête de la conception dans l’Église universelle, Bandelli redoubla sa lutte contre ce qu’il considérait comme une erreur contre la foi chrétienne. Il prit part à une dispute à Ferrare et publia en 1481 à Bologne son intervention sous forme d’un livre portant le titre De singulari puritate et praerogativa conceptionis Salvatoris nostri Jesu Christi (De la pureté singulière et des prérogatives de la conception de notre seigneur Jésus Christ), dans lequel il répondait aux arguments que la bulle Cum praeexcelsa avait livrés aux immaculistes25. Pour mettre fin à ces discussions, Sixte IV promulgua en 1482 une première version de la constitution Grave nimis pour la Lombardie, interdisant aux prédicateurs des ordres religieux sous peine d’excommunication de se dénoncer mutuellement d’hérétiques s’ils ne partageaient pas les mêmes avis au sujet de la conception de la Vierge. Le 4 septembre 1483, Sixte publiait une seconde version de Grave nimis, cette fois ci pour l’Église générale, s’exprimant de nouveau contre les excès commis dans les prédications à l’occasion de la fête de la conception de Marie26.

  • 27 Florenz Landmann, « Die Unbefleckte Empfängnis Mariä in der Predigt zweier Strassburger Dominikaner (...)
  • 28 M. Lamy, op. cit., p. 510.
  • 29 F. Landmann, op. cit., p. 190-192.
  • 30 Jean Geiler de Kaysersberg († 1510) était professeur de théologie et recteur de l’université de Fri (...)
  • 31 Le sermon est perdu, voir F. Landmann, op. cit., p. 92-194.

6On va voir dans la suite que les livres de Vincent Bandelli ont exercé une grande influence sur les dominicains observants en Allemagne. Bandelli les encourageaient sans doute dans leurs efforts continus pour donner à la fête de la conception immaculée l’interprétation opposée de la sanctification de Marie, malgré la nouvelle constitution Cum Praeexcelsa. Ainsi un sermon moyen allemand du dominicain Jean Zierer, tenu auprès des dominicaines de Saint-Nicolas-in-Undis à Strasbourg lors de la fête de la conception le 8 décembre 1479, n’est en vérité qu’un éloge de la sanctification de la Vierge réfutant tacitement le contenu immaculiste de cette journée de fête27. Avant d’être nommé confesseur chez les sœurs de Saint Nicolas, Zierer avait été lecteur du couvent observant d’Ulm. Bien au courant de la controverse sur l’Immaculée Conception, il choisit comme thème de son sermon le texte de Proverbe 8, 24 : Nondum erant abyssi et ego iam concepta eram (Quand les abîmes n’étaient pas, je fus conçue), une autorité biblique particulièrement chère aux partisans de cette doctrine28. Zierer ne niait pas qu’il y eût une relation entre ce verset et la conception de la Vierge, mais il faisait en même temps une distinction nette entre la conception divine, purement spirituelle, et la conception de Marie après la chute d’Adam. En raison de la conception divine, la Vierge était en effet prédestinée par Dieu pour être la mère du Christ, tandis qu’en vertu de sa conception naturelle, elle était conçue comme tout être humain et sanctifiée immédiatement après l’infusion de l’âme dans le corps29. Le sermon est suivi de deux notices postérieures mettant le lecteur au courant des disputes au sujet de la conception de la Vierge depuis le concile de Bâle ainsi que de leurs retentissements immédiats dans la ville de Strasbourg où Jean Geiler de Kaysersberg30 aurait, en 1481, prêché en faveur de cette nouvelle doctrine31.

La dispute entre Jean de Breitenbach et Georges Orter de Frickenhausen OP

  • 32 C. Sericoli, op. cit., p. 99-100 (confondant Breitenbach avec Sébastien Brant, l’attribution de ce (...)
  • 33 Voir le sommaire dans Gesamtkatalog der Wiegendrucke [en ligne] sous « Breitenbach, Johannes » et T (...)
  • 34 Johannes de Breitenbach, Clypeus contra iacula in immaculatam virginis Mariae conceptionem volitant (...)

7En 1489, Jean de Breitenbach, professeur de droit à l’Université de Leipzig, organisait à la Faculté de droit une dispute sur l’Immaculée Conception, qui avait pour but l’interprétation juridique de la constitution Grave nimis. La liste des participants n’est pas connue, mais le récit de la dispute fut publié aussitôt après, provoquant une réponse acharnée de la part du dominicain Georges Orter de Frickenhausen32. Le dossier de cette controverse peu étudiée comprend : la Disputatio brevissima de immaculata conceptione virginis gloriose (Dispute très courte sur l’Immaculée Conception), rédigée par Breitenbach ainsi que la réplique de Georges Orter, portant le titre Repeticio disputeis de immaculata conceptione virginis gloriose (Répétition de la dispute sur l’Immaculée Conception de la Vierge glorieuse). Ensuite la réponse de Breitenbach en forme d’une corroboration de la décision sur l’Immaculée Conception, provoquant une seconde réplique de la part d’Orter, à laquelle Breitenbach répondait avec sa Triplicatio contra quundam scripturam Georgii de Frickenhausen incitant son adversaire à écrire une troisième invective contre lui33. À l’exception de cette dernière, tous ces textes ont été publiés dans les officines de Leipzig immédiatement après la dispute, ce qui montre l’intérêt des auteurs à faire valoir leurs arguments devant un public plus large. Une des deux éditions de la Disputatio, sortie de presse vers 1490, se présente comme l’annexe d’une œuvre anonyme, attribuée à tort à Breitenbach34. Celui-ci porte le titre parlant Clipeus contra iacula in immaculatam virginis Mariae conceptionem volitantia (Bouclier contre les flèches tirées vers l’Immaculée Conception) et réunit trois sermons et une question défendant la conception immaculée contre ses détracteurs.

  • 35 Johannes de Breitenbach, op. cit., fol. 3r.
  • 36 Idem, fol.[3r-6r].

8Au début de sa Disputatio brevissima Breitenbach explique, que l’altercation déjà ancienne entre franciscains et dominicains au sujet de la conception de la Vierge s’est de nouveau enflammée au sein de l’Université de Leipzig. Ensuite il fait appel à la bulle du pape Sixte Grave nimis par laquelle l’église s’est déclarée neutre dans ce conflit en confirmant que chacun des deux partis est libre d’en penser ce qu’il voudra et d’atteindre son salut dans cette conviction, interdisant sous peine de l’excommunication de se condamner mutuellement. Puisque la bulle avait donc permis de s’exprimer au sujet de la conception aussi bien par l’affirmative que par la négative, il avait aussi le droit de donner son opinion subjective sans préjudice de l’opinion de quelqu’un d’autre35. Après cette introduction plutôt conciliante, Breitenbach donne une définition du péché originel pour venir vite à la question disputée, que voici : la Vierge avait-elle été conçue avec ou sans le péché originel ? Il énumère ensuite des arguments principaux contre l’Immaculée Conception auxquels il répond par un discours équilibré en faveur de cette doctrine36.

  • 37 Georges Orter de Frickenhausen, Repetitio disputationis de immaculata conceptione virginis Mariae, (...)
  • 38 T. Kaeppeli, op. cit., p. 26.

9Georges Orter, de l’autre côté, riposta d’un ton beaucoup plus aigu, n’hésitant pas à calomnier Breitenbach sans le nommer, lui déniant toute compétence en matière théologique et juridique37. Le dominicain n’avait probablement pas participé à la dispute de Leipzig et s’était fâché contre Breitenbach, parce que celui-ci avait rendu publique une dispute privée, ce qui l’obligeait d’intervenir pour ne pas faire prévaloir l’opinion d’un juriste incompétent à ce sujet. Par ses études de théologie à Cologne, Pérouse et Bologne38, Orter était profondément marqué par le thomisme de l’école dominicaine. À Bologne où il avait accédé au grade de maître de théologie (1485), il avait dû rencontrer Vincent Bandelli et suivi de près son engagement dans les débats sur l’Immaculée Conception. En 1488 au plus tard, il fut de retour en Allemagne, désigné visiteur des couvents du district de Leipzig pour soutenir la réforme observante, mise en danger par les partisans de la vie conventuelle.

  • 39 G. Orter de Frickenhausen, op. cit., fol.[6v] et C. Sericoli, op. cit., p. 99-100.
  • 40 Il s’agit du Pseudo-Anselme, Sermo de conceptione B. M. V., Patrologia Latina 159, coll. 31-138 ; (...)
  • 41 Bandelli, op. cit., fol. 29ra-rb : Asserere virginem esse equaliter puritatis et innocentiae cum (...)
  • 42 G. Orter, op. cit., fol.[7v] : quisquis dicit beatam virginem equalis fuisse puritatis cum Christ (...)
  • 43 J. de Breitenbach, op. cit., fol.[3v] : Praeterea secundum Anselmum Decuit beatam virginem ea pur (...)
  • 44 Jean de Breitenbach, Triplicatio contra quandam cavillosam ac inutilem scripturam domini Georgii de (...)

10La réplique d’Orter est tout à fait en conformité avec la pensée de Bandelli. De prime abord il reproche à Breitenbach d’avoir mal compris la bulle Grave nimis de Sixte IV. La bulle n’aurait jamais menacé d’excommunication ceux qui déclaraient comme hérétique l’opinion de leurs adversaires. Le pape aurait uniquement interdit aux partis opposants de s’accuser mutuellement d’être atteint du mal de l’hérésie et en conséquence d’avoir commis un péché mortel. Grâce à cette distinction subtile, qui rappelle la condamnation des doctrines du cistercien calabrais Joachin de Fiore au 4e concile de Latran39, Orter ne réclame rien d’autre que son droit de déclarer la foi dans l’Immaculée Conception comme erronée, voire hérétique. C’est avec ce regard inquisiteur, qu’il examine ensuite les différents arguments de Breitenbach en faveur de l’Immaculée Conception. Ainsi Breitenbach est-il favorable à l’idée de l’éminente pureté de la Vierge, une idée qui se fondait principalement sur le Cantique des Cantiques (4,7) et le traité de Pseudo-Anselme sur la conception de la Vierge40. Vincent Bandelli en avait parlé dans le second livre de son Liber recollectorius. Il y posait la question suivante : la Vierge, à supposer qu’elle ait été conçue sans le péché originel, était-elle d’une pureté égale à celle du Christ. Répondre à cette question par l’affirmative, était aux yeux de Bandelli clairement une assertion impie41. Or, Georges Orter reprend ce passage presque mot pour mot, sauf l’expression impie, qu’il remplace par le mot plus fort errat42. Contre cette insinuation grave de conséquence, Breitenbach se défend en disant dans sa réplique, qu’il n’a jamais posé cette question compromettante et qu’il a seulement dit que personne n’aurait attribué à la Vierge cette singulière pureté si elle avait été conçue dans le péché originel comme toutes les filles d’ève43. Mais à en croire à la Triplicatio de Breitenbach44, Georg Orter, loin d’accepter les conséquences de la bulle Grave nimis, aurait dans sa réponse redoublé d'injures contre lui, se servant maintenant du (second) traité de son confrère Vincent Bandelli envoyé au Duc de Ferrare.

Wigand Wirt OP contre le bénédictin Jean Trithème de Sponheim

  • 45 Friedrich Lauchert, « Der Dominikaner Wigand Wirt und seine Streitigkeiten », dans Historisches (...)
  • 46 F. Lauchert, op. cit., p. 760-763 ; C. Schmitt, op. cit., p. 399-419 ; Klaus Arnold, Johannes (...)

11Le fait que Georges Orter ne fut pas le seul parmi des dominicains allemands dans sa poursuite obstinée des partisans de l’Immaculée Conception, est démontré par les diverses actions de son confrère Wigand Wirt, bien connues par les études de Friedrich Lauchert et de Clément Schmitt45. Wirt était fils professé du couvent observant de Francfort-sur-le Main où il tenait la position d’un lecteur de théologie lorsqu’il commença sa campagne contre le privilège marial. Wirt écrivit au mois de novembre 1494 une lettre anonyme à l’adresse de l’abbé bénédictin Jean Trithème de Sponheim, qui avait publié à Mayence et à Leipzig un petit traité à la louange de Sainte Anne (De laudibus sanctissimae Matris Annae), dans lequel il avait, à la demande d’un ami de l’ordre des Carmes, inséré au septième chapitre une défense assez polémique de la conception immaculée. Trithème, ayant vite dévoilé le pseudonyme du dominicain, lui répliqua par une lettre, aujourd’hui perdue, et un peu plus tard par une édition séparée et élargie de son chapitre sur la conception immaculée46. Wirt avait défendu sa cause avec des arguments théologiques de l’école dominicaine, tout en se référant explicitement à l’autorité de Jean de Torquemada et de Vincent Bandelli, appelé ici :

  • 47 Voir l’édition de la lettre par C. Schmitt, op. cit., p. 434-443 et p. 437.

Vicaire de la congrégation de Lombardie, professeur éminent en théologie et maintenant inquisiteur famosissimum en Italie.47

  • 48 Trithemius, De purissima, fol.[2v] : nec errorem tuum damno, sed arrogantiam, sed temeritatem, sed (...)

En lisant le texte de l’abbé de Sponheim, on est par contre frappé par l’absence d’arguments doctrinaires. Trithème blâme l’impertinence de ceux qui, malgré la détermination du Concile de Bâle, ne cessent de dénoncer les partisans de l’opinion opposée comme hérétiques. Il déclare ne pas vouloir argumenter contre l’opinion de n’importe quel érudit de l’avis opposé. Pour cette raison, il ne condamne pas l’opinion erronée de son agresseur, mais son arrogance et sa présomption. Selon Trithème, ce n’est pas un péché d’avoir des hésitations au sujet de la conception de Marie, parce Dieu avait voulu qu’elle soit occulte. Au contraire c’est un acte maudit et scélérat que de définir une chose qu’on ne sait pas avec certitude48. Ensuite, il dit cette phrase remarquable que :

  • 49 Trithemius, De purissima, fol.[3v]: Conceptionem eius semper purissimam credere non neccessitatis s (...)

croire en sa conception très pure ne revient pas d’une nécessité, mais d’un acte de piété49.

  • 50 Trithemius, De purissima, fol.[4r] : O stulti et subversores quare vosmetipsos decipitis. Cur chr (...)

Il oppose ainsi l’orgueil du dominicain érudit à la piété des simples, disant qu’au Jugement Dernier on ne lui demandera pas l’éloquence d’un Quintilien, mais une vie chrétienne et il lui prophétise qu’à ce jour-là les simples sans érudition surgiront et accepteront le règne de Dieu dans sa simplicité pieuse50.

  • 51 K. Arnold, op. cit., p. 22-44 et p. 74-102.
  • 52 K. Arnold, op. cit., p. 109-113 et C. Schmitt, op. cit., p. 422-423.
  • 53 Georg Söll, Handbuch der Dogmengeschichte, t. III, 4 : Mariologie, Freiburg, Herder, 1978, p. 19 (...)

12L’abbaye bénédictine de Sponheim appartenait depuis 1469 à la congrégation réformée de Bursfelden et Trithème mettait une grande partie de ses activités au service de la réforme monastique, tout en poursuivant ses études d’humanités. Il se lia d’amitié avec des représentants d’autres ordres réformés comme des carmes, des mineurs, des chanoines de St. Augustin et des trinitaires aussi bien qu’avec le cercle humaniste de la sodalitas litteraria Rhenana, fondée en 1495 à Heidelberg51. Or, il arriva que Trithème lançât un appel de secours aux amis pour le soutenir contre Wigand Wirt, auquel la plupart d’entre eux répondirent avec joie. Quelques uns parmi eux comme le franciscain Albert Morderer de Kreuznach, le chanoine de Windesheim, Rutger Sicamber de Venrey, l’humaniste Dietrich Gresemund de Mayence et l’alsacien Jacques Wimpfeling s’adressèrent directement au dominicain, d’autres écrivirent des traités en vers et en prose sur l’Immaculée Conception ou intervinrent auprès des Universités en faveur de cette doctrine52. Ainsi la petite guerre épistolaire du lecteur dominicain finit-elle par provoquer un ralliement dangereux de forces religieuses et intellectuelles bien diverses en faveur de l’Immaculée Conception. En septembre 1496, par l’intermédiaire du recteur de l’Université de Cologne Ulrich Kreitweiss d’Esslingen, la querelle entre Trithème et Wirt se termina par un compromis, forçant Wirt à se rétracter et interdisant Trithème d’écrire contre Wirt. Quelques mois après, le 3 mars 1497, la Sorbonne décrétait de rendre obligatoire le serment sur l’Immaculée Conception pour tous ceux qui voulaient être promus aux grades à la faculté de Théologie, une décision qui fut prise également par l’Université de Cologne et d’autres universités allemandes53.

De l’affaire Wirt à l’affaire Jetzer à Berne

  • 54 F. Lauchert, op. cit., p. 767-791 et C. Schmitt, op. cit., p. 423-434.
  • 55 B. Neidiger, op. cit., p. 133-137. 
  • 56 Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 434 et C. Schmitt, op. cit., p. 424-425.
  • 57 C. Schmitt, op. cit., p. 425-426.
  • 58 Ibidem, p. 426-427 et B. Neidiger, op. cit., p. 84-87 et p. 133-134. Wigand Wirt, Dialogus Apol (...)
  • 59 Kathrin Utz Tremp, « Eine Werbekampagne für die befleckte Empfängnis : der Jetzerhandel in Bern (15 (...)
  • 60 C. Schmitt, op. cit., p. 428-430.
  • 61 Ibidem, p. 430-433. La rétractation fut imprimée à Strasburg immédiatement après la seconde rétract (...)

13En 1501 Wigand Wirt déclencha une seconde querelle encore plus dramatique que celle contre l’abbé de Sponheim. Cette fois-ci les franciscains de l’Observance allaient jouer un rôle important dans cette affaire, incitant le dominicain Wirt à défendre la mariologie de son ordre54. Wirt fut probablement encouragé par le fait que Vincent Bandelli avait été élu Maître général de l’ordre des Prêcheurs au chapitre général de l’an 1501, espérant peut être pouvoir compter sur l’appui de son mentor spirituel. Les franciscains de la province observante de l’Allemagne supérieure avaient organisé pour le 13 juin 1501 une dispute sur l’Immaculée Conception, qui devait avoir lieu dans leur église conventuelle à Heidelberg55. À l’instigation des dominicains, la dispute fut prohibée par les autorités civiles et ecclésiastiques, ce qui n’empêcha pas les franciscains de la mener à bonne fin. En préséance d’Olivier Maillard, Vicaire général de l’Observance, le franciscain Jean Spengler d’Heidelberg présenta ses thèses sur l’Immaculée Conception, transmises dans un manuscrit en possession de l’humaniste nurembergeois Hartmann Schedel, qui se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque de l’État à Munich56. Parmi les participants se trouvaient Jacques Wimpfeling († 1528), Sébastian Brant († 1520) et aussi Conrad Hensel, un curé de Francfort, qui à son retour ne tarda pas à propager les idées défendues par Spengler au cours de sa prédication. Un jour, il se laissa surprendre dans son église par Wigand Wirt, qui l’insulta furieusement. À la suite de cet incident, les dominicains portèrent plainte contre Hensel auprès d’Albert de Bavière, évêque de Strasbourg, qui chargea le chanoine Thomas Wolf de l’affaire. Mais cette accusation finit mal pour eux, car Sébastien Brant, dans les mains duquel Hensel avait mis sa cause, allait gagner ce procès. Cela se passa en 1503, l’année où Alexandre VI avait renouvelé la bulle Grave nimis de Sixte IV57. Après cette défaite, Wirt publia deux invectives contre Sébastian Brant, dont l’une est perdue, suivie vers 1506 au plus tard par une troisième portant le titre Dialogus apologeticus contra Wesalianicam perfidiam. Le titre faisait allusion au procès d’inquisition contre le théologien Jean de Wesel († 1481), accusé de nier le péché originel. Wirt considérait Hensel comme un élève de Wesel, ce qui l’incita à inculper d’hérésie « weselienne » tous ses adversaires parmi des amis de Brant et des franciscains observants58. Les franciscains allemands de l’Observance qui avaient déjà porté plainte contre lui à Rome en 1503, firent prohiber ce livre scandaleux. Wirt pouvait compter jusqu’ici sur le soutien par ses confrères observants. Mais le scandale de l’affaire Jetzer à Berne59, causé par le zèle de quelques dominicains observants qui voulaient faire preuve de la conception maculée à l’aide de miracles frauduleux, fit comprendre au nouveau Maître général des Prêcheurs Thomas de Vio, qu’il fallait trouver un compromis pour mettre un terme à ce procès le plus vite que possible, évitant ainsi une sentence judiciaire défavorable aux dominicains. Après l’intervention du protecteur de leur ordre, on se mit d’accord pour régler cette affaire sous la forme d’une rétraction de l’accusé60. Wirt devait se rétracter deux fois, le 25 octobre 1512 à Rome, et le 24 février 1513 à Heidelberg dans l’église des franciscains observants. La formule de rétractation dictée par le Maître général força Wirt à déclarer que le Dialogue était un livre injurieux et condamné par l’église et de s’excuser formellement auprès des personnes, qui y avaient été inculpées d’hérésie, comme le curé défunt Conrad Hensel et les humanistes Sébastien Brant et Jacques Wimpfeling. Ensuite il fut contraint d’avouer que ceux qui croient que la Vierge fut conçue sans péché originel, ne commettent pas d’erreur61. Le désaveu de Wirt touche donc l’essentiel du débat mené par les dominicains observants en Allemagne depuis le pontificat de Sixte IV. En suivant fidèlement l’argumentation de leur confrère italien Vincent Bandelli, ils n’étaient pas las d’incriminer la foi en l’Immaculée Conception ce qui ne faisait qu’accroître l’opposition à leurs arguments doctrinaires. L’action concertée des humanistes alsaciens en faveur du privilège marial n’est donc pas seulement un acte de piété ou un conflit entre les écoles théologiques divergentes mais aussi un plaidoyer pour une culture religieuse sans menace d’accusation d’hérésie.

L’enjeu des images

L’iconographie de la Vierge tota pulchra

  • 62 M. Lamy, op. cit., p. 507, p. 512 et p. 530-535.
  • 63 M. Lamy, op. cit., p. 564, n. 19. À en juger par l’édition des Opera de Jean Gerson, parues e (...)
  • 64 Jean de Breitenbach, op. cit., fol.[13v-14r]: Tertio per solem quia sol operatur aurum in terra si (...)
  • 65 Gesamtkatalog der Wiegendrucke, n°5, Sp. 699b, 05803, 05804, 05805. J’ai consulté l’exemplaire nu (...)

14Pour gagner leur cause, le cercle autour de Sébastien Brant et Jacques Wimpfeling jouait sur tous les registres, utilisant tous les media modernes à leur disposition y compris les images. Une de leurs images préférées fut une variante de « la femme revêtue du soleil, avec la lune sur le pied » (Apocalypse 12,1) montrant la Vierge debout avec l’enfant, entourée d’un manteau ou d’une auréole de flammes radiantes. L’attrait de ce motif iconographique semble être fondé sur le raisonnement des immaculistes en défense de la pureté exceptionnelle de la Vierge. L’idée de la pureté de Marie est associée à l’idée de la prédestination éternelle du Christ et de sa mère62. Elle touche donc le problème de l’égalité entre le Christ et Marie, évoqué plus haut dans la question posée par Vincent Bandelli et Georges Orter, à savoir : la pureté de la Vierge est-elle égale à celle du Christ. Or, les trois sermons sur le thème Tota pulchra es, amica mea et macula non est in te (Cant. 4,7, « Tu es toute belle, mon amie, et il n’y a point de tâche en toi ») que Jean de Breitenbach avait fait imprimer sous le titre Clypeus contra iacula in immaculatam virginis Mariae conceptionem volitantia, contiennent tout une série d’arguments prouvant la pureté de Marie. La plupart d’entre eux sont pris du Cantique des Cantiques, d’autres des autorités théologiques bien connues, d’autres encore des figures de la nature ou de la bible en général. Le texte des sermons semble être d’origine franciscaine, puisque l’auteur s’est en grande partie servi du sermon de Ps. Jean Gerson Tota pulchra, qui n’est rien d’autre qu’un sermon du franciscain espagnol Jean Vital de la fin du xive siècle63. Au troisième sermon du Clypeus, le compilateur revient sur les raisons livrées par la nature et mentionne en particulier le soleil, parce que le soleil est capable de façonner l’or sans le corrompre et ainsi « Marie fut formée par le soleil de justice et en même temps préservée dans sa conception ineffable »64. Le sujet du soleil de justice illuminant la Vierge immaculée est aussi très présent dans la première partie du Mariale du franciscain de l’Observance, Bernardin de Bustis, publié en 1492 à Milan et en 1496 à Strasbourg auprès de Martin Flach. Se référant à son confrère François de Meyronnes, Bernardin y écrit au sixième sermon sur la conception de Marie que l’âme de la Vierge fut illuminée par le soleil de justice à l’instant de sa conception, comme l’air fut illuminé par le soleil au moment de son expiration65.

  • 66 Canticum canticorum, [Pays Bas], [ca. 1465], voir l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbib (...)
  • 67 Pour les combinaisons différentes de ce motif voir Maurice Vloberg, « The Iconography of the Immac (...)
  • 68 B. De Bustis, op. cit., Sermo V, pars tertia, O: Aurora enim a lumine incipit et semper in lumine (...)
  • 69 Cette exégèse est apparemment tirée du Pseudo-Jean de Mandeville, voir M. Lamy, op. cit., p. 18 (...)
  • 70 B. De Bustis, Sermo V, pars tertia, S : Per solem enim intelligitur beata virgo, quia sicut sol cla (...)

15L’image de la Vierge entourée de flammes radiantes semble donc avoir son fondement dans la pensée de l’école scotiste du xive siècle. Mais il faut attendre les débats du xve siècle pour qu’elle soit visualisée dans l’art. En ce qui concerne la gravure, le motif apparaît pour la première fois vers 1465 parmi les illustrations xylographiques du Cantique des Cantiques en provenance des Pays-Bas méridionaux. Ces illustrations sont probablement d’origine franciscaine ou du moins influencées par l’exégèse immaculiste du Cantique des Cantiques66. Le motif s’applique ici à la Vierge tota pulchra du verset du Cantique des Cantiques 4,7 et n’est pas encore associé à la femme revêtue du soleil de l’Apocalypse 12,1, ce qui montre que l’iconographie de la vierge entourée de flammes existe dans deux variantes, l’une en combinaison avec l’image de la femme apocalyptique, l’autre réservée à la Vierge en tant qu’épouse du Cantique des Cantiques67. Le rapprochement des deux motifs se fait déjà remarquer dans les sermons de Bernardin de Bustis où le symbolisme solaire joue un rôle fondamental. Ainsi Bernardin écrit-il au cinquième sermon, après avoir parlé du verset du Cantique des Cantiques (6, 9 : Quae est ista quae progreditur, quasi aurora consurgens, pulchra ut luna, electa ut sol - « Quelle est celle-ci qui s’avance comme l’aurore qui se lève, belle comme la lune et éclatante comme le soleil ») annonçant la tota pulchra du Cantique des Cantiques 4,768, que la Vierge peut être comparée au soleil, parce qu’elle est choisie pour être le tabernacle de son fils (Psaume 18,5)69 et en tant que soleil, elle est comparable à la femme amicta sole de l’Apocalypse 12,1, parce qu’elle fut toujours illuminée par la grâce de Dieu70. Bernardin établit donc ici un rapport étroit entre l’exégèse immaculiste du Cantique des Cantiques (4,7) et d’autres images cosmiques de l’Écriture sainte, y compris celle de la femme apocalyptique. Grâce à cela, l’image de la femme apocalyptique, réservée traditionnellement à l’assomption de Marie, fut transformée dans une figure de la Vierge tota pulchra.

La prière indulgenciée dite de Sixte IV

  • 71  Gesamtverzeichnis der Wiegendrucke (en ligne), n. 5067. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la (...)

16Deux gravures sur bois identiques avec ce motif iconographique apparaissent dans deux œuvres poétiques en latin sur la conception de Marie parues en 1494 à Bâle auprès de l’éditeur Jean Bergmann d’Olpe. L’une illustre la première et la dernière page d’une collection de chants en louange de Marie de Sébastien Brant (Carmina in laudem virginis Mariae)71.

Fig. 1 : « Maria in sole » Sebastian Brant, Carmina in laudem virginis Mariae multorumque sanctorum

[Basel], [Johann Bergmann], [pas avant 1494]. München, Bayerische Staatsbibliothek, 4 Inc.c.a. 1192#Beibd.1, fol. 161v.

  • 72 Gesamtverzeichnis der Wiegendrucke [en ligne], n. M51598. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la (...)

17L’autre, le titre de l’œuvre de Jacques Wimpfeling, « Sur la conception de la triple candeur de la glorieuse Vierge Marie » (De Conceptu et triplici Marie virginis gloriosissime candore Carmen)72 dans un recueil de poèmes rassemblés par son ami Sébastien Brant.

Fig.2 : « Maria in sole » Jakob Wimpfeling, De conceptu et triplici Mariae virginis candore carmen

[Basel], J[ohann] B[ergmann], 1494, planche de titre. München, Bayerische Staatsbibliothek, 4 Inc.c.a. 1167

  • 73 Joachim Knape, « Brant (Titio), Sebastian », dans Deutscher Humanismus 1480-1520, Verfasserlexi (...)
  • 74 J. Knape, op. cit., p. 248 ; Romy Günthart, « Deutschsprachige Literatur im frühen Basler Buc (...)
  • 75 Frank Hieronymus, Oberrheinische Buchillustration 1 : Inkunabelholzschnitte aus den Beständen der (...)
  • 76 F. Hieronymus, Oberrheinische Buchillustration 1, n° 55, n° 73, n° 74 a.b. ; F. Hieronymus, Oberrhe (...)

18Brant († 1521) vivait en ce temps à Bâle, où il avait fait ses études en droit et où il était depuis 1489 professeur de droit à l’université73. Il y entretenait des relations amicales avec l’éditeur Jean Bergmann d’Olpe, un chanoine érudit, à qui il confia également en 1494 la première édition de son œuvre magistrale, le Narrenschiff74. On sait que, pour l’illustration de la Nef des fous, Bergmann utilisa en grande partie des modèles d’Albrecht Dürer. Or les gravures sur bois dans ces deux publications mariales sont également attribuées à Dürer75. Que Bâle fût un centre de la dévotion de l’Immaculée Conception n’étonne point. Les chartreux aussi bien que les franciscains de l’Observance y participaient et encourageaient les imprimeurs à reproduire les nouvelles représentations de la Vierge immaculée tota pulchra, que ce soit avec ou sans les attributs de la Vierge amicta sole76.

  • 77 C. Schmitt, op. cit., p. 425.
  • 78 M. Consuelo Oldenbourg, Hortulus animae. (1494-1523). Bibliographie und Illustration, Hamburg, Dr.  (...)
  • 79 Peter Ochsenbein, « Hortulus animae », dans Verfasserlexikon, op. cit., t. 4, coll. 147-154  (...)
  • 80 Sébastien Brant et Jacques Wimpfeling (dir.), Hortulus animae, Strasbourg 1503, Johann Wähinger [(...)

19En 1500 Sébastien Brant quitta Bâle et son professorat pour un poste de conseiller juridique dans sa ville natale. La même année, Jacques Wimpfeling venait aussi s’installer à Strasbourg pour y poursuivre ses projets littéraires. Avant sa retraite, il avait été professeur de théologie à Heidelberg et prédicateur en charge de la cathédrale de Speyer. À partir de 1500, les conflits autour de l’Immaculée Conception s’étaient aggravés. D’un côté, la nova opinio avait gagné le soutien des universités et des humanistes, réunis dans la sodalité littéraire fondée à Heidelberg par le chancelier de l’université, Jean de Dalberg († 1503), de l’autre côté Wigand Wirt s’était lancé en 1501 dans sa nouvelle bataille contre le curé Conrad Hensel à Francfort. Cette fois-ci Brant s’était mis à la tête de l’opposition contre le dominicain litigieux. Il avait déjà en 1498 publié dans les Varia Carmina un poème fort polémique sur la conception de Marie, auquel il faisait suivre en 1499 une réédition des décrets du concile de Bâle. Dès lors, en défendant Hensel dans son procès contre le chanoine Thomas Wolf à la cour épiscopale de Strasbourg77, Brant combattait son adversaire avec tous les moyens juridiques à sa disposition. En même temps Wimpfeling et lui redoublaient leurs efforts pour diffuser davantage le culte de l’Immaculée Conception auprès un public plus large, profitant de leurs relations avec les imprimeurs strasbourgeois. Brant avait déjà collaboré à des éditions allemandes du Hortulus animae, parues en 1501 et 1502 auprès de Jean Wähinger et Guillaume Schaffener78. En 1503 les deux amis faisaient insérer dans leurs éditions latines de ce livre de dévotion plutôt novateur79, parues auprès de Wähinger et Jean Gruninger, la prière indulgenciée dite de Sixte IV80.

Fig.3 : « Maria in sole » avec l’oraison dite de Sixte IV en latin

Sebastian Brant / Jakob Wimpfeling, Hortulus animae, Strasbourg, J. Wähinger, 1503, München, Bayerische Staatsbibliothek, ESlg/P.lat. 2202, fol. 103v.

  • 81 Hortulus animae, Strasbourg 1503, Johann Grüninger [VD 16 H 5079]. J’ai consulté l’exemplaire numé (...)

20La version allemande de cette oraison parut la même année auprès de Gruninger dans une rédaction anonyme allemande du Hortulus, probablement initiée par Brant et Wimpfeling81.

  • 82 Copie bullarum concilii Basiliensis et Pape Sixti quarti in materiam conceptionis beatissime Marie (...)
  • 83  Nikolaus Paulus, Geschichte des Ablasses am Ausgange des Mittelalters, t. 3, Paderborn, 1923, p.  (...)
  • 84 Hieronymus, op. cit., n°10. a.
  • 85 M. C. Oldenbourg, op. cit., p. 17 ; Hieronymus, op. cit., p. 40-41, n° 72.

Grâce au zèle des franciscains de l’Observance, cette nouvelle prière mariale fit son entrée dans l’imprimerie à partir de la dernière décennie du xve siècle. Jean Spengler publia à Heidelberg la version latine dans l’annexe de son édition des décrets du concile de Bâle, parue vers 1493-1494, son confrère Bernardin de Bustis l’inséra dans son édition du « trésor spirituel », parue à Milan en 149482. Pour eux comme pour tous les autres témoins de leur temps, l’attribution de la prière au pape Sixte IV était hors de doute, malgré le chiffre exorbitant des indulgences accordées83. Dans les éditions de Brant et de Wimpfeling, la prière est toujours illustrée par l’image de la Vierge debout sur la lune, entourée des rayons du soleil, et accompagnée de l’introduction obligatoire pour ce type de représentation, avisant le lecteur qu’il devait réciter la prière d’un esprit dévot devant la madonna in sole pour être gratifié des onze mille années d’indulgence accordées par Sixte IV. Cette manière de présenter l’oraison de Sixte IV apparaît vers 1495 dans les gravures proches des chartreux de Bâle84. Il est possible que la Vierge de l’édition des Carmina de Brant auprès de Bergmann, qui contient en bas de page l’exhortation de réciter un Ave (Voir la figure 1 ci-dessus) aurait déjà dû être associée à cette prière dans un premier Hortulus animae, jamais réalisé85. C’est en tous les cas en raison de l’oraison indulgenciée de Sixte que les humanistes strasbourgeois choisirent l’image de la madonna in sole comme garante de leur victoire sur les détracteurs de la foi dans l’Immaculée Conception.

Le franciscain Thomas Murner et l’affaire Jetzer

  • 86 Rudolf Steck (dir.), Die Akten des Jetzerprozesses nebst dem Defensorium, Basel, coll. Quellen zur (...)
  • 87 R. Steck, op. cit., p. XIV-XV. L’édition du Defensorium se trouve p. 539-607. Hieronymus, op. cit.(...)

21L’antinomie croissante entre les humanistes strasbourgeois et les dominicains observants fit finalement ressortir une série de gravures sur bois de la main du graveur Urs Graf de Bâle illustrant l’histoire satirique du franciscain Thomas Murner et de l’affaire Jetzer à Berne, évoqué plus haut dans le contexte du procès contre Wigand Wirt à Rome. Murner, assigné lecteur au couvent franciscain de Berne au cours du printemps de l’an 1509, fut témoin du dernier procès inquisitorial contre les quatre dominicains du couvent observants à Berne, condamnés à mort au bûcher pour avoir commis des crimes contre Dieu, le sacrement de l’eucharistie, l’image de la Vierge et les stigmates du Christ86. Loin de s’apitoyer sur le sort des quatre pères, le franciscain profita de la situation pour fabriquer plusieurs récits mordants des évènements conduisant les quatre pères à la ruine morale et au supplice du feu. Murner s’appuyait d’une part sur les actes du procès, d’autre part sur un texte que les pères condamnés avaient écrit de leur vivant en leur défense et que le prieur de Bâle, Werner de Selden, avait complété après. En vue d’une publication prochaine, Werner de Selden avait demandé à Urs Graf de lui livrer les illustrations. Le plan échoua parce que les dominicains n’osaient plus publier ce texte délicat, qui par la suite, passa par les mains de leurs adversaires, qui le firent imprimer à Bâle sous une forme hostile à leurs intentions, enrichi d’un quatrième livre supplémentaire racontant la fin du procès et l’exécution des condamnés (Defensorium impie falsitatis. A quibusdam pseudopatribus excogitatum). Une traduction allemande de ce pamphlet (Ein erdocht falsch history etlicher Prediger Munnch, wie sye mit eim Brueder verhandelt haben) fut publiée aussitôt après chez Jean Knobloch à Strasbourg, cette fois-ci avec la série originale des gravures d’Urs Graf, à laquelle on avait ajouté cinq illustrations d’un autre atelier de gravure pour le dernier livre du Defensorium87.

  • 88 Hieronymus, op. cit., n° 49. L’édition fac-similée a été faite par Eduard Fuchs, op. cit. 
  • 89 Hieronymus, op. cit., n° 50.
  • 90 Idibem, n° 51.
  • 91 Ididem, p. 34.
  • 92 E. Fuchs, op. cit., p. 15-1-.

22Les divers récits de l’affaire Jetzer attribués à Murner visaient un public aussi savant que populaire. Selon Frank Hieronymus, Murner aurait publié d’abord son poème allemand « Des quatre hérésiarques de l’Ordre des frères Prêcheurs » (Von den fier ketzern Prediger ordens)88, ensuite « L’histoire merveilleuse des quatre hérésiarques en latin » (Historia mirabilis quattuor heresiarcharum ordinis Predicatorum de Observantia apud Bernensium combustorum)89, écrite probablement avant le poème allemand, et suivie d’une seconde version latine élargie (De quatuor heresiarchis ordinis Praedicatorum …)90. Toutes ses éditions parurent auprès de Knobloch à Strasbourg91. Puisque les titres ne donnent que la date du jour de l’exécution des condamnés, survenue le 24 mai 1509, plusieurs dates de parution ont été proposées. à partir d’une remarque dans le poème92, on peut toutefois conclure que Murner n’était pas encore au courant de la rétractation de Wigand Wirt à Rome et à Heidelberg ; ce qui veut dire que le poème fut composé au plus tard avant le mois d’octobre 1512.

  • 93 R. Steck, op. cit., p. 228 ; il s’agit de la confession du lecteur dominicain de Berne.

23Le poème commence par un discours préliminaire, informant le lecteur du contexte et des vraies causes de l’affaire Jetzer. Murner avait tiré des actes du procès l’information précieuse, que lors du chapitre de la province de Teutonie de l’an 1506 à Wimpfen, quelques supérieurs de l’ordre des Prêcheurs, parmi eux Wigand Wirt, auraient décidés de feindre des miracles en défense de la position maculiste, et qu’on aurait choisi Berne comme lieu de ce spectacle pieux, parce que les gens dans cette ville étaient plus crédules que la population dans les grandes villes commerciales comme Nuremberg ou Francfort93. Ayant la preuve de la participation de Wirt dans l’affaire Jetzer, Murner revient en détail sur les actions antérieures de celui-ci à Francfort contre Hensel, n’oubliant pas de louer le rôle de Sébastien Brant dans le procès à Strasbourg. Après cette introduction longue, qui a laissé une forte empreinte dans l’historiographie de ce conflit jusqu’à nos jours, il commence par son récit des différents actes frauduleux par lesquels les quatre frères Prêcheurs, le prieur, le sous-prieur, le lecteur et l’économe du couvent, avaient cherché à tromper le frère convers Jean Jetzer pour lui faire croire à la fausseté de la doctrine immaculée. Le tout est raconté à la manière d’un chanteur ambulant qui entretient son public par des historiettes rimées se servant de tableaux volants pour susciter la stupeur et le rire des gens. Ainsi les épisodes-clefs de cette affaire sont-ils illustrés par la série complète des gravures qui ornaient déjà la version allemande du Defensorium, commençant par le moment où Jetzer sollicite son entrée au couvent, et finissant par la scène où l’on voit les frères expirants sur le bûcher.

24Voir les planches 4, 6, 10 et 14 de la suite : [Urs Graf], Von den fier ketzeren Prediger ordens der observantz zu Bern im Schweytzer land verbrannt/in dem jar noch Christi geburt. M.CCCC.IV. uff den nechsten donderstag noch Pfingsten. Mit vil schœnen figürlin vnd lieblichen reymsprüchen nüwlich geteütscht, [Strasbourg] [1509] (lien)

Planche: Jean Jetzer reçoit la venue d’un revenant qui lui annonce l’apparition prochaine de la Vierge

Planche 4 : Jean Jetzer reçoit la venue d’un revenant qui lui annonce l’apparition prochaine de la Vierge

Planche: Le prieur, sous le déguisement de la vierge, fait son apparition devant le convers Jean Jetzer lui présentant le sacrement d’eucharistie teint en rouge pour faire illusion au sang du Christ

Planche 6 : Le prieur, sous le déguisement de la vierge, fait son apparition devant le convers Jean Jetzer lui présentant le sacrement d’eucharistie teint en rouge pour faire illusion au sang du Christ

Planche 10 : Le convers Jean Jetzer, à genoux devant le retable de la Pietà dans l’église des dominicains à Berne, où la vierge fait semblant de pleurer des larmes rouges, que les frères avaient fait peindre en avance

Planche 10 : Le convers Jean Jetzer, à genoux devant le retable de la Pietà dans l’église des dominicains à Berne, où la vierge fait semblant de pleurer des larmes rouges, que les frères avaient fait peindre en avance

Planche 14 : Les quatre frères torturés devant le tribunal inquisitorial

  • 94 E. Fuchs, op. cit., p. 154.

25Cette dernière illustration appartient aux gravures ajoutées plus tard au quatrième livre du Defensorium. Elle se trouve également au titre du poème ainsi qu’au titre de l’œuvre latine De quatuor heresiarchis et de maintes éditions plus tardives. L’image des Prêcheurs sur le bûcher devient ainsi aux yeux de Murner le symbole de leur défaite : en voulant tromper les autres, dit-il à l’adresse de Werner de Selden, l’ancien éditeur du Defensorium, vous périssez par votre propre glaive94.

Conclusion

26En parcourant les différentes étapes de la controverse autour de l’Immaculée Conception, on constate combien grandit l'animosité entre les divers opposants dans le débat doctrinal. Avec l’affaire Jetzer à Berne, l’acharnement des deux partis opposés était arrivé à son plus haut degré. Bien qu'étant un conflit purement local, le procès contre les quatre dominicains fit néanmoins son effet partout où l’un des multiples exemplaires de l’œuvre polémique de Thomas Murer trouva son chemin auprès des lecteurs intéressés. Sans l’enjeu des nouveaux media, l’appel des humanistes en faveur de l’Immaculée Conception n’aurait pas été couronné de succès. Ainsi ce débat met-il en lumière non seulement les tensions et les rivalités à l’intérieur de la société ecclésiastique mais aussi l’influence décisive de l’imprimerie et de l’image sur la culture religieuse du Moyen Âge finissant.

Haut de page

Notes

1 Voir pour cette période l’article fondamental de Clément Schmitt, « La controverse allemande de l’Immaculée Conception. L’intervention et le procès de Wigand Wirt, O.P. (1494-1513) », Archivum Franciscanum Historicum, t. 45, 1952, p. 397-450 ; Xavier Le Bachelet, « Immaculée Conception », Dictionnaire de théologie Catholique, t. 7, 1, Paris, 1922, col. 845-1218 ; Edward Dennis O’Connor (dir.), The Dogma of the Immaculate Conception. History and Significance, Toronto, University of Notre Dame Press, 1958 ; Remigius Bäumer, « Die Entscheidung des Basler Konzils über die Unbefleckte Empfängnis Mariens und ihre Nachwirkungen in der Theologie des 15. und 16. Jahrhunderts », in Johannes Helmrath et Heribert Müller (dir.), Studien zum 15. Jahrhundert. Festschrift für Erich Meuthen, t. 1, Munich, Oldenbourg, 1994, p. 193-206 ; Thomas M. Izbicki, « The Immaculate Conception and Ecclesiastical Politics from the Council of Basel to the Council of Trent. The Dominicans and their Foes », Archiv für Reformationsgeschichte, t. 96, 2005, p. 145-170 ; Ulrich Horst, Dogma und Theologie. Dominikanertheologen in den Kontroversen um die Immaculata Conceptio, Berlin, Akademie Verlag, coll. Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens, NF t. 16, 2009. Pour le concile et la période antérieure voir Ulrich Horst, « Nova Opinio und Novelli Doctores. Johannes de Montenigro, Johannes Torquemada und Raphael de Pornassio als Gegner der Immaculata Conceptio », in J. Helmrath et H. Müller (dir.), op. cit., p. 169-191 ; Marielle Lamy, L’Immaculée Conception : Étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Âge (xiie-xve siècles), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, Collection des Études Augustiniennes. Séries Moyen Âge et Temps modernes, t. 35, 2000.

2 Des franciscains de l’Observance commencèrent à s’établir en Allemagne à partir de 1426. Le premier couvent gagné par la réforme fut Heidelberg, suivi de Brandenbourg (1429) dans la province de « Saxonie ». Le concile de Bâle soutenait les observants en confirmant leur droit de vivre sous la direction d’un vicaire provincial de leur choix. En concurrence avec la réforme très stricte des observants, il y avait aussi des tentatives de réformes selon les constitutions « martiniennes », approuvées par les papes Martin V et Eugène IV. Cette réforme plus modérée fut longtemps favorisée par les supérieures des provinces de Cologne et de Saxe et confirmée par les papes Pie II (1463) et Paul II (1469), voir Paul L. Nyhus, The Franciscans in South Germany, 1400-1530. Reform and Revolution, Philadelphia, The American Philosophical Society, Transactions of the American Philosophical Society, New Series, t. 65, 8, 1975, p. 10-14 (concernant les observants) ; Paul L. Nyhus, « The Franciscan Observant Reform in Germany », dans Kapar Elm (dir.), Reformbemühungen und Observanzbestrebungen im spätmittelalterlichen Ordenswesen, Berliner Historische Studien 14 / Ordensstudien, 6, Berlin, Duncker & Humblot, 1989, p. 207-217 ; Brigitte Degler-Spengler, « Oberdeutsche (Straßburger) Observantenvikarie, dann Observantenprovinz 1427-ca.1530 », in Brigitte Degler-Spengler (dir.), Helvetia Sacra V/1 : Der Franziskusorden. Die Franziskaner, die Klarissen und die regulierten Franziskaner-Tertiarinnen in der Schweiz, Berne, Francke-Verlag, 1978, p. 102-109 ; Brigitte Degler-Spengler, « Observanten außerhalb der Observanz. Die franziskanischen Reformen sub ministris », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 89, 1978, p. 354-371 ; Bernhard Neidiger, « Die Martinianischen Konstitutionen von 1430 als Reformprogramm der Franziskanerkonventualen », Zeitschrift für Kirchengeschichte, t. 95, 1984, p. 337-381 ; Petra Weigel, Ordensreform und Konziliarismus. Der Franziskanerprovinzial Matthias Döring (1427-1461), Francfort-sur-Le-Main, Peter Lang, coll. Jenaer Beiträge zur Geschichte, t. 7, 2001, p. 15-26 et 27-53.

3 L’ancienne province Teutonia fut divisée en 1303 entre une partie Sud gardant le vieux nom de Teutonie et une partie Nord appelée Saxonia. Voir l’introduction de Petra Zimmer, « Die Dominikaner und Dominikanerinnen in der Schweiz », in Petra Zimmer, Brigitte Degler-Spengler (dir.), Helvetia Sacra IV/5 : Die Dominikaner und Dominikanerinnen in der Schweiz, Basel, Schwabe & CO AG 1999, t. 1, p. 112-124.

4 Voir Annette Barthelmé, La réforme dominicaine au xve siècle en Alsace et dans l’ensemble de la province de Teutonie, Strasbourg, Collection d’Études sur l’histoire du droit et des institutions de l’Alsace, t. 7, 1931 ; Eugen Hillenbrand, « Die Observantenbewegung in der deutschen Ordensprovinz der Dominikaner », dans Elm, Reformbemühungen, op. cit., p. 219-270.

5 Bernhard Neidiger, « Dominikaner – Basel », Helvetia Sacra IV/5, p. 188-284 et 200-206.

6 Franz Egger, Beiträge zur Geschichte des Predigerordens. Die Reform des Basler Konvents 1429 und die Stellung des Ordens am Basler Konzil (1431-1448), Berne, Peter Lang, Europäische Hochschulschriften, III, t.467,1991, p. 105-115 et 195-211 ; Horst, op. cit., 1994, p. 169-187 ; Horst, op. cit.,2009, p. 34-49.

7 Hillenbrand, op. cit., p. 258-262.

8 Paulus von Löe, Statistisches über die Ordensprovinz Saxonia, Leipzig, coll. Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, t. 4, 1910, p. 38-42 et Servatius Petrus Wolfs, « Dominikanische Observanzbestrebungen : Die Congregatio Hollandiae (1464-1517) », in Elm, Observanzbestrebungen, op. cit., p. 273-292. Les premières initiatives de la réforme observante dominicaine dans la province de Saxonie se concentraient aux régions du nord des Pays-Bas. En 1464, ces couvents formaient une congrégation à part, appelée Congregatio Hollandiae, à laquelle les monastères réformés de la province de Saxe comme Magdeburg, Halle, Halberstadt, Leipzig et Erfurt (tous réformés en 1462) ne voulaient pas s’associer.

9 Udo Janson, « Otto von Hachberg (1388-1451), Bischof von Konstanz, und sein Traktat, De conceptione beatae virginis », Freiburger Diözesanarchiv, t. 88, 1968, p. 205-358. L’article est l’extrait de la dissertation non publiée de l’auteur, laquelle donne également l’édition intégrale du traité De conceptione.

10 Janson, op. cit., p. 282-284.

11 Janson, op. cit., p. 249-251; « Das Bistum Konstanz », in Brigitte Degler-Spengler (dir.), Helvetia Sacra I/2 : Das Bistum Konstanz. Das Erzbistum Mainz. Das Bistum St. Gallen, Bâle, Francfort-Sur-Le Main, Helbing und Lichtenhan, 1993, p. 343-348.

12 Janson, op. cit., p. 273-278.

13 Sur Jean de Blatten, Helvetia Sacra I/2, op. cit., p. 512.

14 Janson, op. cit., p. 258-268.

15 Henri de Werle, Tractatus de immaculata conceptione B. M. V., Sophronius Clasen (dir.), New York, Louvain, coll. Franciscan Institute Publications, Text Series, t. 10, 1955. Selon Lamy, op. cit., p. 606, note 159, Henri de Werle serait dépendant en grande partie du Defensorium B.M.V. de Jean Vital ; voir aussi Janson, op. cit., p. 309, note 374. Sur la personne et l’œuvre du franciscain Henri de Werle, qui occupait la charge de provincial de la province de Cologne pendant trente ans, voir Kurt Ruh, « Heinrich von Werl », in Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, seconde édition, éd. Burghart Wachinger, 14 vol., Berlin - New York, de Gruyter, 1978-2008, t. 3, coll. 919-923.

16 Janson, op. cit., p. 287-335.

17 Gabriel M. Löhr, Die Teutonia im 15. Jahrhundert, Leipzig, coll. Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, t. 19,1924, p. 38.

18 Erich Meuthen, Kölner Universitätsgeschichte, t. 1, Cologne - Vienne, Böhlau,1988, p. 178-181 ; Bernhard Neidiger, « Die Observanzbewegung der Bettelorden in Süddeutschland », dans Rottenburger Jahrbuch für Kirchengeschichte, t. 11,1992, p. 175-196 et p. 195-196 ; Bernhard Neidiger, Das Dominikanerkloster Stuttgart, die Kanoniker vom gemeinsamen Leben in Urach und die Gründung der Universität in Tübingen, Stuttgart, Klett Cotta, coll. Veröffentlichungen des Archivs der Stadt Stuttgart, t. 58, 1993, p. 84-92.

19 C. Schmitt, op. cit., p. 397-398 ; Cherubino Sericoli, Immaculata B. M. Virginis Conceptio iuxta Xysti IV constitutiones, Sibenici-Rome, coll. Bibliotheca Mariana Medii Aevi, 1945, p. 28-47 ; Rosa Maria Dessi, « La controversia sull’Immaculata Concezione e la "propaganda" per il culto in Italia nel xv secolo », Cristianesimo nella storia, t. 12,1991, p. 265-293 et p. 268-273 ; U. Horst, op. cit., 2009, p. 53-76.

20 Paul Oskar Kristeller, Le Thomisme et la pensée italienne de la Renaissance. Conférence Albert-Le-Grand 1965, Montréal-Paris, Institut d’Études Médiévales, 1967, p. 52 et p. 112-123.

21 Gesamtverzeichnis der Wiegendrucke [en ligne], n. 03237. L’imprimeur était Christoph Valdafer de Regensburg. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, 4 Inc. c. a. 61m), cf. www.digitale-sammlungen.de, venant de la bibliothèque des chanoines de Saint Augustin à Rebdorf.

22 C. Sericoli, op. cit., p. 30 ; U. Horst, op.cit., 2009, p. 59, et Bandelli, Liber recollectorius, fol. 29rb, concernant la question, si la pureté de la vierge fut égale à celle du Christ.

23 C Sericoli, op. cit., p. 31-35 ; texte de Cum praeexcelsa, p. 153-154.

24 C. Sericoli, op. cit., p. 36-40, texte de Libenter, p. 155.

25 C. Sericoli, op. cit., p. 40-44; U. Horst, op. cit., 2009, p. 70-73 ; j’ai consulté l’exemplaire numérisé de l’édition de [Lübeck] [vers 1486] de la Bayerische Staatsbibliothek à Munich (BSB, 4 Inc. c. a. 181), voir Gesamtkatalog der Wiegendrucke [en ligne], n. 3239.

26 C. Sericoli, op. cit., p. 44-56, textes de deux bulles, p. 156-161 ; U. Horst, op. cit., 2009, p. 74-76.

27 Florenz Landmann, « Die Unbefleckte Empfängnis Mariä in der Predigt zweier Strassburger Dominikaner und Geilers von Kaysersberg, Archiv für elsässische Kirchengeschichte, t. 6, 1931, p. 189-194, p. 189-194 ; Hans-Jochen Schiewer, « Zierer, Johannes », dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, t. 10, coll. 1552-1554.

28 M. Lamy, op. cit., p. 510.

29 F. Landmann, op. cit., p. 190-192.

30 Jean Geiler de Kaysersberg († 1510) était professeur de théologie et recteur de l’université de Fribourg avant d’occuper à partir de 1479 la charge d’un prédicateur à la cathédrale de Strasbourg. Il laissa de nombreux sermons, parmi lesquels ne se trouve pas le sermon mentionné sur l’immaculée conception, voir Herbert Kraume, « Geiler, Johannes, von Kaysersberg », in Die Deutsche Literatur des Mittelalters, op. cit., t. 2, coll. 1141-1151.

31 Le sermon est perdu, voir F. Landmann, op. cit., p. 92-194.

32 C. Sericoli, op. cit., p. 99-100 (confondant Breitenbach avec Sébastien Brant, l’attribution de ce texte à S. Brant remonte à l’édition de P. De Alva et Astorga, Radii, 1672) ; C. Schmitt, op. cit., p. 398, et l’article « Breitenbach, Johannes » dans Marienlexikon, Remigius Bäumer et Leo Scheffczyk (dir.), t. 1, St. Ottilien, Eos Verlag, 1988, coll. 917-919. Sur la personne et l’œuvre de Breitenbach voir aussi Franzjosef Pensel, « Johannes von Breitenbach », dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, op. cit., t. 4, coll. 551.

33 Voir le sommaire dans Gesamtkatalog der Wiegendrucke [en ligne] sous « Breitenbach, Johannes » et Thomas Kaeppeli (dir.), Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, 4 vol. (t. 4 en collaboration avec Emilio Panella), Rome, Istitututo Storico Domenicano Roma, 1970-1993, t. 2, « Georgius Orter de Frickenhausen », p. 26-27.

34 Johannes de Breitenbach, Clypeus contra iacula in immaculatam virginis Mariae conceptionem volitantia ; Disputatio de immaculata coceptione virginis Mariae, [Leipzig] [vers 1489]. Voir Gesamtkatalog der Wiegendrucke [en ligne], n. 05084. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, 4 Inc. s.a. 526).

35 Johannes de Breitenbach, op. cit., fol. 3r.

36 Idem, fol.[3r-6r].

37 Georges Orter de Frickenhausen, Repetitio disputationis de immaculata conceptione virginis Mariae, [Leipzig] [après 1489]. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, 4 Inc. s. a. 1376, fol.[6r-8r].

38 T. Kaeppeli, op. cit., p. 26.

39 G. Orter de Frickenhausen, op. cit., fol.[6v] et C. Sericoli, op. cit., p. 99-100.

40 Il s’agit du Pseudo-Anselme, Sermo de conceptione B. M. V., Patrologia Latina 159, coll. 31-138 ; voir M. Lamy, op. cit., p. 89-90 et p. 494.

41 Bandelli, op. cit., fol. 29ra-rb : Asserere virginem esse equaliter puritatis et innocentiae cum Christo est valde impium, sed dicere beatam virginem non fuisse concepta in peccato originali est asserere ipsam esse equalis puritatis cum Christo, ergo dicere beatam virginem non fuisse conceptam in peccato originali est valde impium.

42 G. Orter, op. cit., fol.[7v] : quisquis dicit beatam virginem equalis fuisse puritatis cum Christo et non facit differentiam inter puritatem beatae virginis et Christi errat.

43 J. de Breitenbach, op. cit., fol.[3v] : Praeterea secundum Anselmum Decuit beatam virginem ea puritate nitere quam sub deo non possit maior intellegi und si foret concepta in peccato originali, tunc beatissima virgo non esset post deum nobilior et purior cum Adam et Eva essent puriores et nobiliores ; Jean de Breitenbach, Corroboratio determinationis de immaculata vonceptione virginis Mariae factae, [Leipzig] [1490] exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, 4 Inc. s. a. 526, fol.[3v-4r]) : Quia autem emulus iste loquatur in pluribus sine omni fundamento patebit ex infradicendis : Ad rationem quam idem emulus pro parte affirmativa silogistice adducit, respondeo negando minorem, videlicet quod dicens beatam virginem numquam habuisse aliquod peccatum dicat eandem equalis fuisse puritatis cum Christo. Pluris enim sunt gradus puritatis...

44 Jean de Breitenbach, Triplicatio contra quandam cavillosam ac inutilem scripturam domini Georgii de Frickenhausen. In qua contra solutiones per eum date ad rationes pro ea pia et devota opinione sancte ac immaculate conceptionis virginis gloriose supra adductas sunt iniuriose debiles et erronee ad oculum ostenditur ac demonstratur, Munich, Bibliothèque universitaire, 4o Inc. 134. GW 5086, fol.[1r], ensuite, fol.[2r], contra quandam iniuriosam ac pernicius inutilem scripturam nuper per Eximium dominum doctorem Georgium de Frickenhausen ut plurimum ex quodam tractatu fratris vincentii de Castello novo ad ducem Ferrariensis misso comportatam.

45 Friedrich Lauchert, « Der Dominikaner Wigand Wirt und seine Streitigkeiten », dans Historisches Jahrbuch, t. 18, 1897, p. 759-791 ; Nikolaus Paulus, « Über Wigand Wirts Leben und Streitigkeiten », Historisches Jahrbuch, t.19, 1898, p. 101-107 ; C. Schmitt, op. cit., p. 399-450.

46 F. Lauchert, op. cit., p. 760-763 ; C. Schmitt, op. cit., p. 399-419 ; Klaus Arnold, Johannes Trithemius (1462-1516), Würzburg, Kommissionsverlag Ferdinand Schöningh, coll. Quellen und Forschungen zur Geschichte des Bistums und Hochstifts Würzburg, t. 23, 21991, p. 103-109. Johannes Trithemius, De purissima et immaculata conceptione Virginis Mariae, Strasbourg, Hupfuff, 1506. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, 4 P.lat. 1240 n).

47 Voir l’édition de la lettre par C. Schmitt, op. cit., p. 434-443 et p. 437.

48 Trithemius, De purissima, fol.[2v] : nec errorem tuum damno, sed arrogantiam, sed temeritatem, sed presumptionem. Scio enim de conceptionem virginis marie hesitare non esse peccatum quam deus voluit occultam, sed eam impugnare et temerarie diffinire quod nescias inauditi est sceleris.

49 Trithemius, De purissima, fol.[3v]: Conceptionem eius semper purissimam credere non neccessitatis sed pietatis, non credere humane tarditatis et non credendo autem impugnare et opinionem contrariam velle defendere non solum crimine non caret sed etiam magne temeriatis.

50 Trithemius, De purissima, fol.[4r] : O stulti et subversores quare vosmetipsos decipitis. Cur christiani cum sitis simplicitatem ecclesiasticam contemnitis. Gracia dei non in eloquentia cognoscitur sed in simplicitate sancta acquiritur. In extremo dei iudicio non requiretur a vobis quintiliana eloquentia, sed christiana vita. Non remuneratur a deo ornatus sermo, sed humilis devotio, ibi cessabunt argumenta sophistica, ubi secreta cordium erunt manifesta. Tunc simplices devoti apparebunt in gloria et docti superbi in pena. Ecce surgunt indocti simplices et regnum dei in sua simplicitate devota accipiunt et vos cum doctrinis vestris in superbia et elatione ad infernum descenditis.

51 K. Arnold, op. cit., p. 22-44 et p. 74-102.

52 K. Arnold, op. cit., p. 109-113 et C. Schmitt, op. cit., p. 422-423.

53 Georg Söll, Handbuch der Dogmengeschichte, t. III, 4 : Mariologie, Freiburg, Herder, 1978, p. 190.

54 F. Lauchert, op. cit., p. 767-791 et C. Schmitt, op. cit., p. 423-434.

55 B. Neidiger, op. cit., p. 133-137. 

56 Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 434 et C. Schmitt, op. cit., p. 424-425.

57 C. Schmitt, op. cit., p. 425-426.

58 Ibidem, p. 426-427 et B. Neidiger, op. cit., p. 84-87 et p. 133-134. Wigand Wirt, Dialogus Apologeticus contra Wesalianicam perfidiam, Oppenheym [ca. 1504]. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, Polem. 3260d), fol. 24r : Tercia pars huius dialogi est contra maledicos Weselianos qui falso insimulant predicatores fratres solos esse immaculatissime virginis Marie hostes...

59 Kathrin Utz Tremp, « Eine Werbekampagne für die befleckte Empfängnis : der Jetzerhandel in Bern (1507-1509) », dans C. Opitz, H. Röckelein, G. Signori, G. P. Marchal (dir.), Maria in der Welt. Marienverehrung im Kontext der Sozialgeschichte 10. – 18. Jahrhundert, Zurich, Chronos, coll. Clio Luzernensis, t. 2, 1993, p. 323-337.

60 C. Schmitt, op. cit., p. 428-430.

61 Ibidem, p. 430-433. La rétractation fut imprimée à Strasburg immédiatement après la seconde rétractation à Heidelberg sous le titre Revocatio fratris Wygandi Wirt… Romae et Heydelbergae facta, Ad gloriam beatae Mariae virginis. Ad laudem Subtilissimo Io.Scoti & omnium Theologorum Neotericorum. Ad Honorem totius familiae Franciscinae ceterumque bonorum virorum eandem virginem ab origins labe immunem sentientium, [Strasbourg] [1513]. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, Rar.1432).

62 M. Lamy, op. cit., p. 507, p. 512 et p. 530-535.

63 M. Lamy, op. cit., p. 564, n. 19. À en juger par l’édition des Opera de Jean Gerson, parues en 1494 chez l’imprimeur strasbourgeois Martin Flach, où le sermon Pseudo Gerson est inséré au tome 2 : Secunda pars operum Johannis Gersonis, sous n° 47, le compilateur du Clipeus aurait emprunté de ce sermon au moins l’histoire de Pseudo-Ovidius, De vetula, pars II, transformée dans une dispute satirique entre huit vieilles femmes (vetulae) contre l’Immaculée Conception et huit vierges en sa défense. Je remercie Christian Scheidegger de la Bibliothèque Centrale à Zurich de m’avoir procuré des pages numérisés de ce sermon.

64 Jean de Breitenbach, op. cit., fol.[13v-14r]: Tertio per solem quia sol operatur aurum in terra sine eius corruptione, sic fuit Maria a sole iusticie formata ac preservata in sua // ineffabile conceptione.

65 Gesamtkatalog der Wiegendrucke, n°5, Sp. 699b, 05803, 05804, 05805. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, 2 P. lat. 341) de l’édition de Strasbourg 1502 : Bernardin de Bustis, Mariale eximii viri Bernardini de busti ordinis seraphici Francisci de singulis festivitatibus beate virginis…, Pars I, Sermo VI, pars tertia n : Sicut aer genitus in instanti quo gignitur a sole illuminatur, ita anima virginis illuminata fuit a sole iusticie in instanti conceptionis.

66 Canticum canticorum, [Pays Bas], [ca. 1465], voir l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek (BSB, Xylogr. 33), Image 8 ; Paris, Bibliothèque Nationale, Rés. Xylo. 29, voir pour ce motif iconographique Vincenzo Francia, L’iconografia dell’immacolata concezione nella pittura rinascimentale italiana, Rome, 2004, Pontifica Universitas Gregoriana, p. 106-107, fig. 10.

67 Pour les combinaisons différentes de ce motif voir Maurice Vloberg, « The Iconography of the Immaculate Conception », in E. D. O’Connor, op. cit., p. 463-512 et p. 470-480. Selon M. Vloberg, p. 465-468, il faudrait ajouter une troisième variation du thème de la Vierge entourée de flammes, attachée au culte de sainte Anne, qui ne joue pourtant pas un rôle important dans cette campagne contre Wirt. En ce qui concerne le rôle de ce culte auprès des humanistes voir notamment Ton Brandenbarg, « Saint Anne and her family in connection with concepts of marriage and the family in the early-modern period » dans Saints and she-devils : images of women in the 15th and 16th centuries, Lène Dresden-Coenders (dir.), Londres, The Rubicon Press, 1987, qui parle d’un réseau d’humanistes et de carmes organisés autour de la promotion du culte de sainte Anne.

68 B. De Bustis, op. cit., Sermo V, pars tertia, O: Aurora enim a lumine incipit et semper in lumine crescit quousque soli iungatur et numquam lumine privatur, sic beata virgo a lumine divine gratie incipiens nullis vnquam est peccatorum tenebris obscurata, sed semper in virtutum omnium claritate sucrescens tandem cum sol iusticie dulcissimo filio suo in celesti gloria mirandis circumdata fulgoribus est coniuncta, dans « Officium et missa de Immaculata Conceptione », Acta Ordinis Fratrum Minorum, t. 12, 1903, p. 401-420 et p. 415 (Septima die, Lectio quinta).

69 Cette exégèse est apparemment tirée du Pseudo-Jean de Mandeville, voir M. Lamy, op. cit., p. 180.

70 B. De Bustis, Sermo V, pars tertia, S : Per solem enim intelligitur beata virgo, quia sicut sol clarior est omnibus syderibus et est incorruptibilis: sic beata virgo in sua conceptione fuit clarior et purior omnibus creaturis et fuit incorrupta ab omnibus peccatis. Nam solum autem dicitur sol, sed clarior et pulcrior sole nominatur, unde Sapentienta VII, scriptum est. Hec est speciosior sole et Apoc. xii, dicitur Amicta sole, quia semper fuit illustrata lumine divine gratie. Ideo dicitur in officio conceptionis: In sole posuit tabernaculum suum dominus » [Ps. 18, 6], quia de immaculata virgine omni puritate fulgida natus est Christus dans Officium, op. cit., l’Antienne nocturne, p. 403.

71  Gesamtverzeichnis der Wiegendrucke (en ligne), n. 5067. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, 4 Inc.c.a. 1192 # Beibd. 1) ; Albert Schramm, Der Bilderschmuck der Frühdrucke, t. 22, 2, Leipzig, 1940, p. 36, fig. 1230.

72 Gesamtverzeichnis der Wiegendrucke [en ligne], n. M51598. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, Inc.c.a. 1167) ; A. Schramm, op. cit., t. 22, 2, p. 37, fig. 1230. Sur cette œuvre mariale voir Susann El Kholi et Jakob Wimpfeling, « De triplici candore Mariae. Notizen zu Inhalt und Aufbau », dans Jahrbuch für Internationale Germanistik, 2004, 2 [en ligne], p. 79-112. Concernant la vie et l’œuvre de J. Wimpfeling, voir Hermann Wiegand, « Wimpfeling, Jakob », Marienlexikon, op. cit., t. 6, coll. 742-744.

73 Joachim Knape, « Brant (Titio), Sebastian », dans Deutscher Humanismus 1480-1520, Verfasserlexikon, Franz Josef Worstbrock (dir.), t. 1, A-K, Berlin-New York, de Gruyter, 2008, coll. 247-283.

74 J. Knape, op. cit., p. 248 ; Romy Günthart, « Deutschsprachige Literatur im frühen Basler Buchdruck (ca. 1470-1510 », dans Studien und Texte zum Mittelalter und zur frühen Neuzeit, t. 11, Münster, New York, München, Berlin,Waxmann, coll. Studien und Texte zum Mittelalter und zur frühen Neuzeit t. 11, 2007, p. 36-38.

75 Frank Hieronymus, Oberrheinische Buchillustration 1 : Inkunabelholzschnitte aus den Beständen der Universitätsbibliothek, Katalog der Ausstellung 23. Mai - Juillet 1972, Bâle, coll. Publikationen der Universitätsbibliothek Basel, t. 6, 1972 (réimpression 1983), n. 71, n° 72 ; R. Günthart, op. cit., p. 52.

76 F. Hieronymus, Oberrheinische Buchillustration 1, n° 55, n° 73, n° 74 a.b. ; F. Hieronymus, Oberrheinische Buchillustration 2 ; Basler Buchillustration 1500 bis 1545, Katalog der Ausstellung Universitätsbibliothek Basel 31. Mars - Juin 1984, Bâle, coll. Publikationen der Universitätsbibliothek Basel, t. 5,1984, n°10 a., n°19.

77 C. Schmitt, op. cit., p. 425.

78 M. Consuelo Oldenbourg, Hortulus animae. (1494-1523). Bibliographie und Illustration, Hamburg, Dr. Ernst Hauswedell & Co.,1973, L7 et L8.

79 Peter Ochsenbein, « Hortulus animae », dans Verfasserlexikon, op. cit., t. 4, coll. 147-154 ; Cécile Dupeux, Jaqueline Levy, Jean Wirth (dir.), La gravure d’illustration en Alsace au xvie Siècle, t. 1 : Jean Gruninger, 1. 1501-1506, Strasbourg, Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg,1992, p. 19.

80 Sébastien Brant et Jacques Wimpfeling (dir.), Hortulus animae, Strasbourg 1503, Johann Wähinger [VD16 H 5042]. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB ESlg/ P.lat. 2202), image n°210.

81 Hortulus animae, Strasbourg 1503, Johann Grüninger [VD 16 H 5079]. J’ai consulté l’exemplaire numérisé de la Bayerischen Staatsbibliothek à Munich (BSB, Res/P.lat.2205)

82 Copie bullarum concilii Basiliensis et Pape Sixti quarti in materiam conceptionis beatissime Marie virginis, Heidelberg, [Heinrich Knoblochtzer, ca.1493/94] [GW 7285]. En ce qui concerne le développement de cette prière avec ces différentes variantes, voir Arnalda Dallaj, « Orazione e pittura tra « propaganda » e devozione al tempo di Sisto IV : il caso della Madonna della misericordia di Ganna », Revue Mabillon, t. 8 (= t. 69), 1997, p. 237-262 et p. 240-244.

83  Nikolaus Paulus, Geschichte des Ablasses am Ausgange des Mittelalters, t. 3, Paderborn, 1923, p. 297.

84 Hieronymus, op. cit., n°10. a.

85 M. C. Oldenbourg, op. cit., p. 17 ; Hieronymus, op. cit., p. 40-41, n° 72.

86 Rudolf Steck (dir.), Die Akten des Jetzerprozesses nebst dem Defensorium, Basel, coll. Quellen zur Schweizer Geschichte, t. 22, 1904, p. XI-LX ; Eduard Fuchs (dir.), Von den fier Ketzeren, Thomas Murners deutsche Schriften, t. 1,1, Berlin, Leipzig, 1927, réédité Karben, Verlag Petra Wald, 1997 ; parmi des études plus récentes voir K. Utz Tremp, op. cit. 

87 R. Steck, op. cit., p. XIV-XV. L’édition du Defensorium se trouve p. 539-607. Hieronymus, op. cit., p. 33-37, n° 46, n° 48.

88 Hieronymus, op. cit., n° 49. L’édition fac-similée a été faite par Eduard Fuchs, op. cit. 

89 Hieronymus, op. cit., n° 50.

90 Idibem, n° 51.

91 Ididem, p. 34.

92 E. Fuchs, op. cit., p. 15-1-.

93 R. Steck, op. cit., p. 228 ; il s’agit de la confession du lecteur dominicain de Berne.

94 E. Fuchs, op. cit., p. 154.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4280/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Planche: Jean Jetzer reçoit la venue d’un revenant qui lui annonce l’apparition prochaine de la Vierge
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4280/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Planche: Le prieur, sous le déguisement de la vierge, fait son apparition devant le convers Jean Jetzer lui présentant le sacrement d’eucharistie teint en rouge pour faire illusion au sang du Christ
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4280/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Planche 10 : Le convers Jean Jetzer, à genoux devant le retable de la Pietà dans l’église des dominicains à Berne, où la vierge fait semblant de pleurer des larmes rouges, que les frères avaient fait peindre en avance
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4280/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martina Wehrli-Johns, « L’Immaculée Conception après le concile de Bâle dans les provinces dominicaines et franciscaines de Teutonie et de Saxe : débats et iconographie », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://acrh.revues.org/4280 ; DOI : 10.4000/acrh.4280

Haut de page

Auteur

Martina Wehrli-Johns

Martina Wehrli-Johns est Docteur de l’Université de Zurich. Elle a enseigné comme lectrice auprès des Universités de Vienne, de Lucerne, de Berne et de Zurich et elle a collaboré à la Helvetia Sacra et d’autres œuvres collectifs comme le Dictionnaire Historique Suisse. Ses travaux sur le mouvement pénitentiel féminin en Europe ont été soutenus par le Fonds National Suisse. Actuellement elle est collaboratrice d’un projet de recherche de l’Université de Zurich sur le monastère franciscain double de Königsfelden (AG). Ses domaines de recherches sont les ordres mendiants et les béguines, la piété des laïques ainsi que l’iconographie de l’art médiéval et l’histoire culturelle et religieuse du Moyen Âge en général.
Publications récentes :
- Mystik und Inquisition. Die Dominikaner und die sog. Häresie des Freien Geistes, in Walter Haug et Wolfram Schneider-Lastin (éd.), Deutsche Mystik im abendländischen Zusammenhang. Neu erschlossene Texte, neue methodische Ansätze, neue theoretische Konzepte, Tübingen, Niemeyer, 2000, p. 223-252 ;
- L’osservanza dei Domenicani e il movimento penitenziale laico. Studi sulla regola di Munio e sul Terz’ordine domenicano in Italia e Germania, in Giorgio Chittolini - Kaspar Elm (éd.), Ordini mendicanti e società politica in Italia e Germania nei secoli xiv e xv, (coll. Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, Quaderni, t. 56), Bologna, Mulino, 2001, p. 287-329 ;
- Per modum sermonum. Le traité sur l’antienne du Salve Regina par Johannes Henlin (1502), in Nicole Bériou - Franco Morenzoni (éd.), Prédication et liturgie au Moyen Âge, (coll. Bibliothèque d’Histoire culturelle du Moyen Âge, t. 5), Turnhout, Brepols, 2008, p. 349-372 ;
- Die Straßburger Beginenverfolgungen (1317-1319) und ihre Nachwirkungen im Basler Beginenstreit. Neue Texte von Johannes Mulberg OP zum Basler Inquisitionsprozess, in Andrès Quero-Sanchez - Georg Steer (éd.), Meister Eckharts Straßburger Jahrzehnt, (Meister-Eckhart-Jahrbuch, t. 2), Stuttgart, Kohlhammer, 2008, p. 141-170 ;
- « Augustinusregel, Konstitutionen und Drittordensregel : Zur Regulierung von Frauengemeinschaften im dominikanischen Umfeld vom 13. bis 15. Jahrhundert », Rottenburger Jahrbuch für Kirchengeschichte, t. 27, 2008, p. 71-89 ;
Bildexegese und Sprachreflexion im Dienste der Kirchenreform. Predigten zum Fest Marià Heimsuchung aus dem Umfeld des Prager Reformkreises und der dominikanischen Frühobservanz, in René Wetzel - Fabrice Flückiger (éd.), Die Predigt im Mittelalter zwischen Mündlichkeit, Bildlichkeit und Schriftlichkeit – La prédication au Moyen Âge entre oralité, visualité et écriture, (coll. Medienwandel – Medienwechsel – Medienwissen, t. 13), Zurich, Chronos, 2010, p. 109-131.

Haut de page

Droits d’auteur

© Centre de recherches historiques

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org