Navigation – Plan du site
Débats et représentations en Allemagne

L’affaire de Berne. Immaculée conception et apparitions de la Vierge

Sylvie Barnay

Résumé

En janvier 1507, les « apparitions de la Vierge » dans le couvent dominicain de Berne commencent à défrayer la chronique. L’affaire des visions de Jean Jetzer se déroule sur fond de querelle immaculiste entre dominicains et franciscains. Les dominicains du couvent de Berne ont eu l’idée de créer des apparitions de la Vierge de toutes pièces au moyen de déguisement et de machineries de théâtre pour faire croire à la conception maculée de Marie contre leurs détracteurs franciscains. Leur chef de file est le prieur du couvent, Johannes Vatter, assisté de trois autres accolytes, le sous-prieur, Franz Ueltschi, le maître en théologie et lecteur Stephan Boltzhurst, l’administrateur Heirich Steinegger. La machination qu’ils orchestrent érige de la sorte en visionnaire patenté un novice à la crédulité éprouvée, Jean Jetzer, victime de leur complot. L’affaire défie la chronique et provoque la rumeur. La ville de Berne où elle se déroule est toute proche de la Bâle du Concile (1431-1449) qui a déclaré l’Immaculée Conception « doctrine pieuse et conforme au culte de l’Église » (session du 17 septembre 1439) comme de la Bâle du Formicarius – somme démonologique de répression de la sorcellerie – composée en 1435-1437 par le prieur des dominicains, Jean Nider, sur la base des conclusions de l'inquisiteur Pierre de Berne. La « fiction » de Berne témoigne des stratégies théologiques à l’égard des révélations et des miracles dans la controverse de l’Immaculée Conception. Si elle relève ici de l’affabulation volontaire, elle montre aussi l’usage qui pouvait être fait du discours visionnaire et de son nécessaire discernement à la toute fin du Moyen Âge. L’ensemble de ce dossier exceptionnel permet dès lors de saisir l’instrumentalisation des révélations qui ont pris une importance nouvelle dans les querelles théologiques de l’Immaculée Conception à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J. Nider, Formicarius Joannis Nyder... Pulcherrimus dialogus ad vitam christianam exempla, Douai, 1 (...)

1En janvier 1507, les « apparitions de la Vierge » dans le couvent dominicain de Berne commencent à défrayer la chronique. L’affaire des visions de Jean Jetzer se déroule sur fonds de querelle immaculiste entre dominicains et franciscains. Les dominicains du couvent de Berne ont eu l’idée de créer des apparitions de la Vierge de toutes pièces au moyen de déguisements et de machineries de théâtre pour faire croire à la conception maculée de Marie contre leurs détracteurs franciscains. Leur chef de file est le prieur du couvent, Johannes Vatter, assisté de trois autres accolytes, le sous-prieur, Franz Ueltschi, le maître en théologie et lecteur Stephan Boltzhurst, l’administrateur Heirich Steinegger. La machination qu’ils orchestrent érige de la sorte en visionnaire patenté un novice à la crédulité éprouvée, Jean Jetzer, victime de leur complot. L’affaire défie la chronique et provoque la rumeur. La ville de Berne où elle se déroule est toute proche de la Bâle du Concile (1431-1449) qui a déclaré l’Immaculée Conception « doctrine pieuse et conforme au culte de l’Église » (session du 17 septembre 1439) comme de la Bâle du Formicarius – somme démonologique de répression de la sorcellerie – composée en 1435-1437 par le prieur des dominicains, Jean Nider, sur la base des conclusions de l'inquisiteur Pierre de Berne1.

  • 2 R. Steck (dir.), Die Akten des Jetzerprozesses nebst dem Defensorium, Basel, 1904 (Quellen zur schw (...)
  • 3 R. Steck, op. cit., p. 600. L'adresse du Defensorium – pour sa partie présentant la version de la d (...)
  • 4 K. Utztremp, op. cit., p. 323-337
  • 5 M. Lamy, L’Immaculée Conception : Étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Âge (xiie - xve siècl (...)

2Les archives du procès en sorcellerie permettent ainsi de reconstituer minutieusement le déroulement des évènements2. Première pièce importante du dossier, les procès. Le premier procès est d’abord instruit contre le visionnaire Jean Jetzer par l'évêque de Lausanne, Aymon de Montfaucon (1491-1517), à partir du 8 octobre 1507. Le second procès est instruit par les évêques de Sion, de Lausanne et les commissaires apostoliques. Il se déroule à Berne entre le 26 juillet 1508 et le 7 septembre contre les quatre dominicains du couvent accusés de falsification par Jean Jetzer. Le procès de révision est instruit également à Berne par les mêmes autorités dès le 2 mai 1509 et se termine par la condamnation au bûcher des principaux accusés. Le 31 mai 1509, le prieur, le sous-prieur, le maître en théologie et l'administrateur du couvent dominicain sont alors suppliciés et brûlés vifs pour « hérésie, idolâtrie, négation de Dieu et empoisonnement ». Seconde pièce importante du dossier, le réquisitoire. Le Defensorium impiae falsitatis, présente la version de l’avocat de la défense sous les plumes successives du prieur du couvent de Berne et du prieur du couvent de Bâle, Etienne Boltchorstn – en 1507 pour le premier et 1508 pour le second – en vue d'innocenter l'ordre dominicain et d'établir la sainteté de Jean Jetzer3. C’est au départ un texte écrit par les accusés du couvent de Berne pour se justifier, complété ensuite par le prieur du couvent de Berne sans doute pour innocenter l’ordre dominicain. Dans le cadre de la querelle qui oppose les deux frères ennemis, le Defensorium est aussi une occasion idéal pour les franciscains de railler leurs adversaires : ce sont eux qui le publieront, enrichi d’un quatrième livre narrant la fin du procès et l’exécution des accusés4. L’ensemble de ce dossier exceptionnel permet dès lors de saisir l’instrumentalisation des révélations qui ont pris une importance nouvelle dans les querelles théologiques de l’Immaculée Conception à la fin du Moyen Âge5.

La stratégie théologique

  • 6 C. Schmitt, « La controverse allemande de l'Immaculée conception. L'intervention et le procès de Wi (...)

3Telle qu'elle est restituée dans la dernière partie du Defensorium, l'idée de départ semblait simple : dire que la Vierge n’est pas Immaculée Conception. Elle fut empruntée, dans sa théorie, au dominicain observant Wigand Wirt de Francfort († 1519), alors prieur du couvent dominicain de Stuttgart. Sa lettre datée du 6 novembre 1494 – en réplique au De laudibus S. Annae de l'abbé de Spanheim, Jean Trithème († 1516) – avait propulsé le théologien sur le devant de la scène6. Elle en fit le nouveau champion maculiste de l'Allemagne du début du xvie siècle. Dans le contexte de l’adhésion des universités de Cologne et de Mayence en faveur de l’Immaculée Conception, la polémique enfla au point d’être portée à Rome.

  • 7 R. Steck, op. cit., p. 602.
  • 8 C. Schmitt, op. cit., p. 412, note 5a. De laudibus sanctae Annae Matris Beatissimae Dei Genitricis (...)
  • 9 R. Steck, op.cit., p. 602-603.
  • 10 Ibidem, p. 603 : Placuit ergo omnibus communi concilio, ut huic rei operam darent, qui maiorem conv (...)

4Un chapitre provincial tenu en 1506 à Wimpfen rassembla les principaux défenseurs de la thèse maculiste au nombre desquels se trouvait Etienne Boltchorst, le prieur du couvent de Bâle7. Son chef de file restait Wigand. Les discussions portèrent notamment sur les preuves invoquées pour défendre la thèse maculiste, parmi lesquelles les visions et les apparitions de la Vierge en faveur de l’Immaculée Conception. À Trithème, invoquant le témoignage des apparitions de la Vierge contre les esprits orgueilleux ne voyant que mensonges ou rêveries de femmes dans les révélations divines, Wigant avait d’abord répondu vertement8. Le théologien dominicain accusait notamment les frères mineurs, en citant nommément le Mariale de Bernardin de Busti, d'introduire de nombreuses « fictions » pour prouver l'Immaculée Conception de Marie9. En effet, la plupart des traités ou des libelles du xve siècle sur l'Immaculée Conception apportaient tous un groupe de preuves miraculeuses ou visionnaires, une fois que l'invocation des autorités avait prouvé son insuffisance en se trouvant à court d'arguments, par exemple, en 1507, celui de Cucaro da Bonito, auteur d’un Elucidarius Virginis de conceptione incontaminata Virginis gloriosae. C’est alors que, selon le Defensorium, naquit l’idée d’avoir « l'autorité d'une nouvelle fiction », la machination d’apparitions taillées sur mesure. La trouvaille plut à tous10. Il ne restait plus qu’à la mettre à exécution au sens propre du terme.

  • 11 Ibidem, p. 603 : Delectus itaque locus est fictioni aptior in Berna post plures aliorum perlustrati (...)
  • 12 Ibidem, p. 603.
  • 13 R. Baumer, s.v. « Jetzer Johannes », dans Marienlexikon, 3, 1991, p. 378.

5Après plusieurs investigations, c'est le couvent de Berne qui fut choisi comme étant le plus apte pour le « lieu de la fiction »11. La manigance mit dans la complicité, sinon l'ensemble des frères, au moins les quatre supérieurs du couvent, si ce n’est l’adhésion tacite de tous les frères. Il ne restait plus qu'à trouver un novice pour faire les frais de l’expérimentation. C'est Jean Jetzer qui fut choisi à cause de sa « simplicité »12. Avant son entrée au couvent de Berne, Jean Jetzer travaillait comme bûcheron sur un bateau chargé de convoyer du bois sur le Rhin13. On sait qu’il y est reçu à 23 ans comme novice, malgré sa simplicité et son ignorance, car on dut même lui expliquer ce que signifiait le mot « église ». Il y prend l'habit le 6 janvier 1507.

Le stratagème de Berne

  • 14 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/08/Jetzerhandel_Holtzschnitt.jpg (...)

6La série de bois gravés de Urs Graf (1485-1528) en 1509 pour l’illustration du Defensorium résume succinctement toute l’histoire de ce novice crédule qui croit d’abord voir sans discernement la Vierge Marie, pour s'apercevoir ensuite progressivement de l'enfer du couvent où ilest tombé14. Le talent et la renommée de l’artiste graveur dans les milieux bernois ont contribué à donner une audience publique à l’histoire. Relisons d’abord toute l’histoire à partir de la réception du novice dans l’ordre.

  • 15 R. Steck, op. cit., p. 541-555.

7Planche 1 : Le sous-prieur joue dans un premier temps le rôle du revenant pour tester sa crédulité15.

8Planche 2 : Voyant que Jean Jetzer accorde foi à ces apparitions, il est décidé de passer à l'étape suivante de la fiction visionnaire.

  • 16 Ibidem, p. 543.

9Planches 3 et 4 : Le revenant - après avoir obtenu satisfaction des huit messes à dire en sa faveur pour être délivré des peines du purgatoire - lui annonce une proche apparition de la Vierge16.

10Planche 5 : Aux apparitions du bon esprit incarné par le sous-prieur, succèdent ensuite celles de sainte Barbe jouées par le même figurant.

  • 17 Ibidem, p. 557.
  • 18 Ibidem, p. 558.

11Planche 6 : Le culte de la sainte connaît alors un succès grandissant en Allemagne. À la demande du maître en théologie, sainte Barbe alias le sous-prieur est chargée de transmettre à la Vierge Marie une lettre cachetée comportant des demandes d'éclaircissement sur son Immaculée Conception17. L'apparition promise de la « Vierge » – jouée par le prieur – fait ensuite une entrée remarquée, un jour à matines, dans la cellule du frère, par le mur du fond qui s'ouvre avec grand bruit18.

  • 19 Ibidem, p. 558.
  • 20 Excellent état de la question dans J. P. Delville, « Le sang du miracle à la lumière de l’Originale (...)
  • 21 Ibidem, p. 558.
  • 22 Ibidem, p. 558-559.
  • 23 Thomas d’Aquin, IIIa pars, Question 76, art. 8 : « Le corps du Christ ne peut être vu sous son aspe (...)
  • 24 R. Steck, op. cit., p. 558.

12Les compères avaient aménagé la cellule voisine en y installant un ingénieux mécanisme commandé par un système de poids et de leviers. La machine à cordes permettait d’élever le prieur dans les airs pour donner l'illusion de l'apparition. Le déguisement en Vierge Marie à l’aide d’une perruque et d’un vieux drap suffisait à créer l’illusion. Les quatre coquins ne recherchaient pas la discrétion, désireux de donner d’emblée un tour publicitaire à leur orchestration19. Le message de la madone déguisée à l’intention de Jules II (1503-1513) a pour but d’acréditer la thèse maculiste. Il contient des secrets sur la conception de Marie dans le péché mais aussi sur le précieux sang de son Fils, autre pierre de discorde entre Franciscains et Dominicains20. L’apparition promet au pape une gloire céleste égale à celle de saint Thomas d’Aquin21. En guise de preuve, elle donne des reliques : des gouttes de sang – écoulées de la plaie du côté gauche de son Fils – répandues sur des linges ayant servi à envelopper l'enfant Jésus dans la crèche et sur une croix22. Leur mention à cet endroit n’est pas anodine : la bonne théologie thomiste affirme en effet que le sang du Christ est une relique, son corps ressuscité avec tout son sang ayant été élevé au ciel, à l’encontre de la théologie héritée de Duns Scot23. À cet endroit, l’apparition, pour mieux faire passer le message, ajoute une touche achéiropoïète pour annoncer que les luminaires du dortoir s’allumeront sans aide de main humaine24.

Un contre-modèle mariophanique

13La singerie du légendaire miraculeux franchit un cap quand le prieur déguisé en Vierge Marie inflige une stigmatisation expédiée manu militari au novice.

14Planche 7 :

  • 25 Ibidem, p. 561-562 : Et frater prae dolore : « O Maria », omnibus audientibus coepit clamare. Et di (...)

15Ce dernier hurle de douleur quand on lui transperce la main tout en continuant de manifester sa dévotion à Marie. Le faussaire, dans sa surenchère au surnaturel, lui fait ensuite don d’une nouvelle relique, les langes du Christ, pour panser ses blessures25.

16Planche 8 :

17Sans doute parce que des rumeurs sur d’éventuelles falsifications commencent à se faire entendre, les acolytes décident de jouer la carte du discernement. Ils empruntent à la littérature mariophanique en circulation un modèle exemplaire qui a fait date dans l’ordre dominicain : l’apparition du diable en forme de Vierge Marie à saint Pierre Martyr.

  • 26 Trier, Stadtbibliothek ms. 1168, fol. 134v-136v, reproduit dans S. Barnay, Le ciel sur la terre, le (...)

18L’exemplum est insérée dans les Miracles du Bienheureux Pierre Martyr rassemblés par Bérenger de Landore entre 1314 et 131726. Elle raconte que le diable déguisé en Vierge Marie est apparu à un hérétique ; accouru sur les lieux de l’apparition, Pierre Martyr lui a présenté une hostie afin de discerner l’origine divine de la vision ; le prince des démons est démasqué, laissant tomber perruque et beaux vêtements avant de s’enfuir dans un grand fracas. Afin d’adapter l’exemplum à la situation, les quatre compères imaginent le même scénario de discernement : présenter une hostie à l’apparition. Pour authentifier l’origine divine de ses visions, les supérieurs du couvent de Berne présentent ainsi une hostie à Jean Jetzer comme dans le prédécent récit de miracle.

19Planche 9 :

  • 27 R. Steck, op. cit., p. 563 : Tunc magister surgens et per foramen videns, vidit honestam matronam c (...)
  • 28 S. Branay, op. cit., p. 152-153.

20Vérification faite par un trou effectué dans la cellule, le maître en théologie dira avoir vu une honnête femme avec un grand manteau s'inclinant vers le frère27. Le légendaire de la prédication dominicaine multiplie de la sorte les exemples de discernement d’apparitions mariales déguisées en diable28.

  • 29 R. Steck, op. cit., p. 565.
  • 30 Ibidem, p. 565 et R. M Dessi, M. Lamy, « Saint Bernard et les controverses mariales au Moyen Âge », (...)
  • 31 Ibidem.
  • 32 Nombreux exemples cités à l'appui, Ibidem, p. 243-250.
  • 33 Sancti Antonini archiepiscopi Florentini, Opera omnia, Florence, 1742, t. I, pars. II, titulus VIII (...)

21Estampillée authentique par les supérieurs du couvent, l’apparition répond alors gracieusement à toutes les demandes. Elle confirme ainsi que les stigmates ont bien été imprimées à Lucie de Narni († 1544). Elle confirme encore que le pape Alexandre VI se trouve au purgatoire et reprend le visionnaire sur la distinction des trois sortes de péché – véniel, mortel, originel29. Elle confirme enfin que saint Bernard était apparu avec une tache après sa mort en signe de la vérité de sa conception dans le péché originel même si « les pervers le pervertirent et firent passer pour une peine ce qui fut donné en signe de vérité »30. La légende de la tache de saint Bernard – se trouve pour la première fois, semble t-il, dans le Commentaire sur les quatre livres des sentences de Guillaume de Ware († début xive)31. Instrumentalisée par les deux camps en présence, le récit de miracle racontant l’apparition de saint Bernard avec une tache avait servi à la fois les positions immaculistes et celles des adversaires de l'Immaculée Conception. Les immaculistes créditaient en effet saint Bernard d'une tache pour n'avoir pas cru à la conception sans tâche de Marie en utilisant la légende pour se débarrasser d'une auctoritas difficilement contournable. Les maculistes y voyaient le signe corporel de leur vérité, saint Bernard portant la tache comme un blason de ses affirmations sur la conception maculée de Marie32. Sur cette question des fictions, la théologie dominicaine était elle-même divisée. L'auteur de la Summa theologiae dominicaine du xve siècle, l'archevêque Antonin de Florence († 1459) avait statué par exemple sur la question de la vision de saint Bernard en disant que ce sont là « visions fantastiques qu'il ne faut pas croire » et montré que les révélations de sainte Brigitte disaient exactement le contraire de celles de sainte Catherine de Sienne33.

  • 34 M. Lamy, op. cit., p. 618-619.
  • 35 R. Steck, op. cit., p. 571et M. Lamy, op. cit., p. 618 et note 209.
  • 36 R. Steck, op. cit., p. 571.

22L’affaire de Berne offre ainsi un parfait panorama de l’instrumentalisation des révélations dans les querelles théologiques sur l’Immaculée Conception au début du xvie siècle34. À propos des révélations de Brigitte de Suède sur l’Immaculée Conception mais aussi des révélations de sainte Elisabeth de Hongrie, l’apparition de Berne répond que ces saintes n'ont jamais douté de sa conception dans le péché, mais que tout le mal provenait des confesseurs qui les ont mises par écrit35. La « Vierge » donne aussi son avis sur la difficulté majeure alléguée à l'encontre des positions maculistes : le concile de Bâle qui a déclaré l’Immaculée Conception « doctrine pieuse et conforme au culte de l’Église ». La difficulté n’est pas peu mince : sur ce point, l’apparition répond que son Fils n'avait pas voulu statuer sur la question au concile tout en assénant le seul argument fondamentalement irrécusable : le décret conciliaire a été validé par un concile schismatique36.

  • 37 Le décret du concile est cité par X. L. Bachelet, « Immaculée conception », dans Dictionnaire de Th (...)
  • 38 R. Steck, op. cit., p. 569 : Et Alberthus Magnus similiter bene de me scripsit et omnes antiqui doc (...)
  • 39 X. Le Bachelet, op. cit., c. 1120-1121.
  • 40 Ibidem, c. 1122.
  • 41 Hyppolite Marracius fera, au xviie siècle, des conclusions de Bandelli l'objet d'une accusation pos (...)
  • 42 X. Le Bachelet, op. cit., c. 1120-1124.

23Le décret du concile de Bâle n'avait pas, loin s'en faut, apaisé les querelles entre frères ennemis37. La production de libelles et pamphlets avaient alors atteint un sommet inégalé qui frisait l'indigestion. Même l’apparition de Jean Jetzer convenait, après avoir opposé les docteurs « nouveaux » aux docteurs « anciens », que Dieu avait la nausée de toutes ces haines38 ! Ce n'était pas peu dire. Si la bulle Grave nimis de 1482 avait momentanément imposé le silence aux parties adverses en menaçant d'excommunication les maculistes s'ils continuaient à traiter d'hérétiques leurs détracteurs, elle n'avait pas calmé les ardeurs belliqueuses39. L'offensive dominicaine était notamment revenue à la charge dès 1475 avec Vincent Bandelli († 1506) dont la conclusion sur la conception de la Vierge dans le péché originel semblait sans appel40. On devait du reste à sa plume acérée la propagation des révélations maculistes de la Vierge à sainte Catherine de Sienne41. Le dominicain provoqua un tollé qui lui valut une publicité notoire et plus tard les honneurs du généralat de l'ordre42. Le couvent de Berne comme celui de Bâle semblaient donc impliqués dans des intrigues à plus haut niveau tant leur machination coïncidait aussi avec la fin du généralat de Vincent Bandelli (1501-1506).

À quel miraculeux se vouer ?

  • 43 Ibidem.
  • 44 R. Steck, op. cit., p. 579-580.

24L’affaire prend maintenant un tour qui semble dépasser ses initiateurs. Jean Jetzer – par Vierge déguisée interposée – doit maintenant répondre aux interrogations du maître en théologie concernant le priorat de Bâle ou ses ajouts au Mariale du franciscain Bernardin de Busti († vers 1513)43. Le nombre des stigmates du malheureux novice est maintenant au complet depuis que la Vierge était apparue le 7 mai 1507 pour lui imprimer les stigmates à la main, aux pieds et au côté droit44.

25Planche 12 :

  • 45 Ibidem, p. 603.
  • 46 Ibidem.

26La violence du supplice est telle que la victime dut être soignée avec des médecines et ranimée avec de l'eau forte45. Ses bourreaux jugèrent sans doute plus prudent de poursuivre l'opération autrement, puisqu'ils imprimèrent les autres stigmates à l'aide d'une substance rouge obtenue à partir de teinture de graisse de bouc46.

  • 47 Ibidem, p. 580-581.

27Nouvelle escalade dans l’orchestration de la fabulation : la fabrication d’une image miraculeuse de la Vierge peinte en rouge pour faire croire qu’elle pleurait du sang47.

28Planche 10 :

  • 48 Ibidem, p. 581.

29Le Defensorium précise que le peuple se presse alors en grand nombre au couvent et que les femmes, en voyant l'image de la Vierge, poussèrent de grandes clameurs provoquant un concours d'hommes et de femmes encore plus important48.

  • 49 Ibidem, p. 581-582.

30La fama du couvent atteint ensuite très vite tout le pays... sans doute autant par l’avalanche miraculeuse attirant sur place la population que par sa facile récupération théologique. Elle parvient aussi aux oreilles du provincial de l'ordre, qui suspectant la supercherie, interdit aux frères d'écrire quoi que ce soit sur le sujet. Un maître en théologie et son associé sont dépêchés sur les lieux, mais repartent bredouilles au bout de quatre jours d'enquête, le 15 juillet 150749.

  • 50 Ibidem, p. 582.
  • 51 Ibidem, p. 582.
  • 52 Ibidem, p. 583.

31Les frères mineurs semblent aussi maintenant s'être mis de la partie en exhortant la population à ne pas croire à de telles rumeurs50. Le 21 juillet, l'évêque de Lausanne se rend à son tour en personne à Berne pour voir le frère Jetzer. L'auteur du Defensorium note que les frères de Berne furent « contraints » de l'entendre et que devant leur refus de parler, l’évêque s'en alla fort en colère51. À partir de ce moment, lit-on dans le Defensorium, la rumeur commença à dire que « toutes ces choses arrivaient à cause de l'Immaculée Conception »52. Le « stigmatisé » de Berne devenait encombrant.

  • 53 Ibidem, p. 125.
  • 54 Ibidem, p. 603.
  • 55 Ibidem, p. 603.
  • 56 Ibidem, p. 605-606.

32Les supérieurs décident de supprimer le frère devenu un témoin trop gênant. Ce dernier avait en effet surpris à plusieurs reprises la mascarade des supérieurs. Il les avait vus enlever leur masque et leur costume de Vierge Marie. Il les avait également surpris avec des filles de joie53. Il risquait donc de se mettre à parler. Les quatre complices se procurèrent du poison auprès d’un juif de la ville proche de Bamberg, nommé Lazare, qui se faisait passer pour une sage-femme. Ils obtinrent le sang d'un enfant juif – à la suite d'un meurtre rituel ? – auquel ils mélangèrent du vif-argent. Le sous-prieur conjura le tout54. Puis, invoquant autant de démons sur le frère que le nombre de crins de cheveux prélevés sur l'enfant, ils prononcèrent la formule magique de leur maléfice et firent boire la potion magique au malheureux55. Les procédés employés par les compères dominicains sont ceux dont les sorciers sont ordinairement accusés. Ensuite, ils teintèrent une hostie avec du sang obtenu auprès du même fournisseur et la testèrent sur un chat aussitôt mort56. (Voir la Planche 12 ci-dessus)

Mais le novice refusa d’avaler l’hostie empoisonné. La version de l'inculpation s'arrête là quant à son exposé des faits.

  • 57 Ibidem, p. 29 : Item dixit, quod per tres anos ante ingressum religionis sue, dum esset in navicula (...)

33Jean Jetzer clama son innocence lorsque le tribunal ecclésiastique de Lausanne présidé par l’évêque Aymon de Montfaucon (1491-1517) le cita à comparaître le matin du 8 octobre 1507. Il raconta être tombé dans le Rhin, trois avant son entrée en religion, alors qu'il travaillait comme manouvrier ou bûcheron sur un bateau chargé de bois, près du village de Coblence, dans le diocèse de Constance. Dans le péril de la noyade, il s’était recommandé à Marie pour qu'elle le délivre du danger du mort : la Vierge lui était apparue, disait-il, en lui affirmant qu'il était un « bon fils » et qu'il devait révéler à tous qu'elle avait été conçue sans péché57.

  • 58 P. de Alva, Ioannis de Segovia, Septem allegationes et totidem avisamenta pro informatione Patrum C (...)
  • 59 M. Lamy, op. cit., p. 90-97.
  • 60 R. Steck, op. cit., p. 4.
  • 61 M. Meiss et E. H. Beatson (dir.), La vie de Nostre Benoit Sauveur Jheuscrist et la saincte vie de N (...)
  • 62 R. Steck, op. cit., p. 32-33 : Item dixit quod die dominica tunc immediate subsequuta, dum vellet d (...)
  • 63 Ibidem, p. 33 : Non es tu Beata Maria et, hoc bene agnosco.

34La similitude de cette histoire avec la version du miracle d’Helsin sauvé de la noyade par une apparition de la Vierge est frappante. Jean de Ségovie, le défenseur immaculiste par excellence du concile de Bâle, fait par exemple figurer l’histoire en tête du traité de miracles invoqués en faveur de la doctrine58. La légende circule depuis l’origine de la controverse – vraisemblablement la fin du xiie siècle – dans les milieux favorables à la diffusion de la fête de la Conception59. L’homme a-t-il entendu le miracle au cours du prêche dominical qui imposait l'arrêt du travail ? Il avait caressé un moment l'idée de travailler à Constance après avoir effectué du service à Lucerne60. Le récit est bien connu dans la région : il figure, par exemple, en langue vernaculaire dans une Vie de Nostre Benoît sauveur Jhesuscrist et la saincte vie de Nostre Dame que Gerson recommanda à l'évêque de Constance dans une lettre datée de 140861. Dès le début du premier procès, Jean Jetzer manifeste en tout cas sa volonté de coller aux miracles estampillés par l’institution ecclésiale comme des preuves en faveur du privilège. Il témoigne aussi qu’il ne fut jamais dupe. Ainsi, lorsque l’apparition du sous-prieur « en robe blanche, la tête voilée et sa couronne sur la tête » provoqua la stupeur, la terreur et l'admiration de tous les novices qui, les larmes aux yeux, crurent que la Vierge avait fait une vraie apparition, il témoigne avoir crié à la fausse apparition62. Apostrophant le faussaire, il lui avait crié : « tu n’es pas la Vierge Marie, je le sais bien »63.

  • 64 Ibidem, p. 138 : « Tu non es Maria, tu es diabolus », voluitque baculo et cultello quos secum tuler (...)
  • 65 Ibidem, p. 124.
  • 66 Ibidem, p. 118.
  • 67 Ibidem, p. 127.
  • 68 Ibidem, p. 355-357.
  • 69 Ibidem, p. 84.
  • 70 Chronica XXIV generalium, Analecta franciscana sive chronica aliaque varia documenta ad historiam f (...)

35Le second procès, instruit par les évêques de Sion, de Lausanne et les commissaires apostoliques, se déroula à Berne entre le 26 juillet 1508 et le 7 septembre contre les quatre dominicains du couvent accusés de falsification. Au cours de ce procès, il ne fut guère de jour d'interrogatoire où le frère Jetzer ne témoignât ainsi de la délation, de la corruption et de la débauche ordinaire qui régnaient au couvent. Par exemple, un jour que l'apparition mariale avait donné lieu à un pugilat au couteau terminé par une course poursuite du sous-prieur dans les dédales du couvent, frère Jetzer questionna frère Jodocus : « Cette "Marie" s'est enfuie par ici ? » « Couilles de ta mère ! » (sic) lança le frère, de mèche avec le fuyard, en guise de réponse64. On avait encore essayé de l'acheter avec des pots de vin65. On lui avait aussi fait miroiter la torture de l'évêque de Lausanne si d'aventure, il oubliait de se taire66. Par ailleurs, les supérieurs avaient pensé à tout pour effacer toute trace de leurs méfaits. Ils avaient, par exemple, utilisé de la graisse incandescente pour faire les stigmates. Une poudre corrosive servait à les « entretenir » en sorte qu'aucun chirurgien ou médecin ne puisse reconnaître comment elles avaient été faites67. Et de fait, lors de sa déposition au procès de Berne, Louis de Schüpfen, le chirurgien de la ville témoigna qu'il ignorait l’origine des stigmates, si ce n'est que bien peu de frères pensaient à un miracle68. Frère Jean, interrogé sur la forme de ses stigmates, précisa, quant à lui, qu'on voyait le jour à travers sa main percée par un clou acéré69. L’idée fut-elle empruntée aux traités de discernement alors en circulation ? Dans les chroniques franciscaines, on lit par exemple que le diable déguisé en Vierge Marie donnait des recettes aux novices pour se crucifier dans les cuisines du couvent à l'aide de grands clous acérés70.

Conclusion

36Le témoignage à l’encontre des quatre dominicains était accablant. Le procès de révision – instruit également à Berne par les évêques de Sion, de Lausanne et les commissaires apostoliques dès le 2 mai 1509 – condamna le quatre acteurs des fausses apparitions de la Vierge à être suppliciés par la roue et le feu.

37Planches 13 et 14

38La « fiction » de Berne témoigne ainsi à l’extrême des stratégies théologiques à l’égard des révélations et des miracles dans la controverse de l’Immaculée Conception. Si elle relève ici de l’affabulation volontaire, elle montre aussi l’usage qui pouvait être fait du discours visionnaire et de son nécessaire discernement à la toute fin du Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1 J. Nider, Formicarius Joannis Nyder... Pulcherrimus dialogus ad vitam christianam exempla, Douai, 1602.

2 R. Steck (dir.), Die Akten des Jetzerprozesses nebst dem Defensorium, Basel, 1904 (Quellen zur schweizer Geschichte, 22). Voir aussi H. von Greyerz, « Der Jetzerprozess und die Humanisten », Archiv des Historischen Vereins des Kanton Bern, 31, 1932, p. 243-299 ; R. Reuss, « Le procès des dominicains de Berne en 1507-1509 », Revue de l'histoire des religions, 52, 1905, p. 237-259 ; K. Utztremp, « Eine Werbekampagne für die Beflekte Empfängnis », in Maria in der Welt, C. Opitz et alii (dir.), Berlin, 1993, p. 323-337. Nous n’avons pu voir R. Gunthart (dir.), Von den vier Ketzern, 2009.

3 R. Steck, op. cit., p. 600. L'adresse du Defensorium – pour sa partie présentant la version de la défense des accusés – se prévalait de l'autorité de l'ensemble des frères dominicains du couvent de Berne, prévenant aussi d'emblée son lecteur de son intention d'édification. Ce recueil (ou pars 1 du Defensorium), écrit après l'octave de la Pâques 1507 par le prieur du couvent de Berne était suivi d'un autre recueil d'édification (telle que le redonne le Defensorium). Il fut divulgué par le prieur du couvent de Bâle pendant le carême de l'année 1508 (pars 2 du Defensorium) qui en fit une traduction en langue vernaculaire.

4 K. Utztremp, op. cit., p. 323-337

5 M. Lamy, L’Immaculée Conception : Étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Âge (xiie - xve siècles), Paris, 2000, en particulier p. 221-225 et p. 613-620. E. Ruiz-Galvez Priego (dir.), L’Immaculisme, un imaginaire religieux et sa projection sociale, Paris, Indigo, 2009.

6 C. Schmitt, « La controverse allemande de l'Immaculée conception. L'intervention et le procès de Wigand Wirt (1494-1513) », Archivum Franciscanum Historicum, 45, 1952, p. 397-450.

7 R. Steck, op. cit., p. 602.

8 C. Schmitt, op. cit., p. 412, note 5a. De laudibus sanctae Annae Matris Beatissimae Dei Genitricis et Virginis Mariae, Leipzig, 1494, p. 636 et p. 660.

9 R. Steck, op.cit., p. 602-603.

10 Ibidem, p. 603 : Placuit ergo omnibus communi concilio, ut huic rei operam darent, qui maiorem convenientiam atque auctoritatem novae fictionis haberent. C’est nous qui soulignons.

11 Ibidem, p. 603 : Delectus itaque locus est fictioni aptior in Berna post plures aliorum perlustrationes (…).

12 Ibidem, p. 603.

13 R. Baumer, s.v. « Jetzer Johannes », dans Marienlexikon, 3, 1991, p. 378.

14 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/08/Jetzerhandel_Holtzschnitt.jpg

15 R. Steck, op. cit., p. 541-555.

16 Ibidem, p. 543.

17 Ibidem, p. 557.

18 Ibidem, p. 558.

19 Ibidem, p. 558.

20 Excellent état de la question dans J. P. Delville, « Le sang du miracle à la lumière de l’Originale de Bois-Seigneur Isaac », in Le miracle du Saint-Sang, Bois-Seigneur Isaac, J. M. Cauchies et M. A. Collet-Lombard (dir.), Berlin, 2009, p. 43-118.

21 Ibidem, p. 558.

22 Ibidem, p. 558-559.

23 Thomas d’Aquin, IIIa pars, Question 76, art. 8 : « Le corps du Christ ne peut être vu sous son aspect propre qu’en un seul lieu, dans lequel il est définitivement contenu. Donc lorsqu’il est vu et adoré sous son aspect propre au ciel, il n’est pas vu sous son aspect propre dans ce sacrement ».

24 R. Steck, op. cit., p. 558.

25 Ibidem, p. 561-562 : Et frater prae dolore : « O Maria », omnibus audientibus coepit clamare. Et dixit Beata Virgo : « Hoc in parte meruisti tuis orationibus quas iam quinque annis dixisti. Sed illa abrasura de pannis Filii mei data sunt tibi in refrigerium vulneris, ut lenius habeas (...).

26 Trier, Stadtbibliothek ms. 1168, fol. 134v-136v, reproduit dans S. Barnay, Le ciel sur la terre, les apparitions de la Vierge au Moyen Âge, préface de Jean Delumeau, Paris, Édition du Cerf, 1999, p. 151.

27 R. Steck, op. cit., p. 563 : Tunc magister surgens et per foramen videns, vidit honestam matronam cum lato peplo et pallio ut moris est viduarum honestarum (…).

28 S. Branay, op. cit., p. 152-153.

29 R. Steck, op. cit., p. 565.

30 Ibidem, p. 565 et R. M Dessi, M. Lamy, « Saint Bernard et les controverses mariales au Moyen Âge », dans Vies et légendes de saint Bernard. Création, diffusion, réception (xiie-xxe), Cîteaux, 5, 1994, p. 229-260.

31 Ibidem.

32 Nombreux exemples cités à l'appui, Ibidem, p. 243-250.

33 Sancti Antonini archiepiscopi Florentini, Opera omnia, Florence, 1742, t. I, pars. II, titulus VIII, cap. 2, c. 916, n° 13.

34 M. Lamy, op. cit., p. 618-619.

35 R. Steck, op. cit., p. 571et M. Lamy, op. cit., p. 618 et note 209.

36 R. Steck, op. cit., p. 571.

37 Le décret du concile est cité par X. L. Bachelet, « Immaculée conception », dans Dictionnaire de Théologie Chrétienne, VII/1, 1922, c. 1113. La bibliographie est importante.

38 R. Steck, op. cit., p. 569 : Et Alberthus Magnus similiter bene de me scripsit et omnes antiqui doctores in hac materia meae conceptionis (...). De modernis vero doctoribus sic dicebat : "Multi quidem", dicebat, "nunc sunt doctores in diversis universitatibus, verum tanta invidia regnat, ut Deus ad nauseam et in hac materia et in aliis provocetur nec diutius sustinere velit.

39 X. Le Bachelet, op. cit., c. 1120-1121.

40 Ibidem, c. 1122.

41 Hyppolite Marracius fera, au xviie siècle, des conclusions de Bandelli l'objet d'une accusation posthume, voir H. Marracius, Vindicatio S. Catharinae Senensis a commentitia revelatione eidem S. Catharinae Senensi adscripta contra immaculatam conceptionem Beatissimae Virginis Mariae, Lucensi Puteoli, 1663.

42 X. Le Bachelet, op. cit., c. 1120-1124.

43 Ibidem.

44 R. Steck, op. cit., p. 579-580.

45 Ibidem, p. 603.

46 Ibidem.

47 Ibidem, p. 580-581.

48 Ibidem, p. 581.

49 Ibidem, p. 581-582.

50 Ibidem, p. 582.

51 Ibidem, p. 582.

52 Ibidem, p. 583.

53 Ibidem, p. 125.

54 Ibidem, p. 603.

55 Ibidem, p. 603.

56 Ibidem, p. 605-606.

57 Ibidem, p. 29 : Item dixit, quod per tres anos ante ingressum religionis sue, dum esset in navicula supra Rhenum iuxta oppidum sive villagium Chobentz, diocesis Constanciencis, et esset navicula repleta nemoribus, cecidit in aquam Rheni et se in periculo videns, Beate Marie se recommandatum fecit summa cum devocione ; unde credit firmiter se auxilio Beate Marie a submersione et morte liberatum fuisse. Tunc sibi apparuit et dixit quod esset bonus filius, quia adhuc annunctiaret conceptionem suam, videlicet quod sine peccato originali concepta fuerit (…).

58 P. de Alva, Ioannis de Segovia, Septem allegationes et totidem avisamenta pro informatione Patrum Concilii Basiliensis, Bruxelles, 1664.

59 M. Lamy, op. cit., p. 90-97.

60 R. Steck, op. cit., p. 4.

61 M. Meiss et E. H. Beatson (dir.), La vie de Nostre Benoit Sauveur Jheuscrist et la saincte vie de Nostre Dame translatee a la requeste de tres hault et puissant prince Jehan, duc de Berry, New York, 1977, p. 142 : Item plus, nous lisons es ystoires qu'il n'as pas trop longtemps que un abbe, nom(m)e Heisermus (...) cuida noyer. Lequel abbe par grant devocion se mist en oraison ; si luy apparut une moult belle Dame vestue de blanc et luy dist (...). C'estoit la benoiste Vierge Marie.

62 R. Steck, op. cit., p. 32-33 : Item dixit quod die dominica tunc immediate subsequuta, dum vellet dictus supprior suam apparitionem et demonstrationem in forma Beatae Mariae facere (...) indutus veste alba, capite velato, supposita corona in capite (...). Quod videntes religiosi (...) scilicet religiosi iuvenes novicii et alii, qui dictam fictionem sive falsitatem nesciebant, ymo ad lacrimas permoti fuerunt, credentes, hanc Beate Marie Virginis apparicionem veram esse.

63 Ibidem, p. 33 : Non es tu Beata Maria et, hoc bene agnosco.

64 Ibidem, p. 138 : « Tu non es Maria, tu es diabolus », voluitque baculo et cultello quos secum tulerat, eam verberare ; que intellecto casu, subversa candela, extinctis luminibus protinus auffugit, quam celeri pede sequens, concipere non potuit sed in fine lectorii ubi una scala descendit ad capellam sancti Iohannis et alia ascendit ad locum organorum procediturque ad dormitorium, reperit fratrem Iodocum stantem et se continentem, cui dixit : « Quid facitis hic ? ». At ille respondit : « ibi », et Iodocus Iohanni respondit ironice : « Genitalia Matris tue ».

65 Ibidem, p. 124.

66 Ibidem, p. 118.

67 Ibidem, p. 127.

68 Ibidem, p. 355-357.

69 Ibidem, p. 84.

70 Chronica XXIV generalium, Analecta franciscana sive chronica aliaque varia documenta ad historiam fratrum minorum edita a patribus collegii S. Bonaventurae, t. III, Quaracchi, 1897, p. 309-310 : Et itarato apparuit sibi diabolus in specie Matris Dei (...). Volo, ut moriaris sicut meus Filius crucifixus (...). Tu igitur hac nocte, fratribus dormientibus, intrabis coquinam et claudes eam super te. Et ibi invenies duos palos, quos coniunges in forma crucis et in capitibus ligni transversalis tu magnos clavos infiges et in alio ligno inferius alios clavos pones et bene firmata cruce, appones sub pedibus aliquod sustentaculum, quod ascendens superius eleveris et percuties sic fortiter super acutiem clavi in capite ligni transversalis infixi cum manu quod manus infigatur et idem facies cum alia manu super alium clavum (...).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Barnay, « L’affaire de Berne. Immaculée conception et apparitions de la Vierge », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 19 avril 2014. URL : http://acrh.revues.org/4318 ; DOI : 10.4000/acrh.4318

Haut de page

Auteur

Sylvie Barnay

Historienne, maître de conférences à l’Université Paul Verlaine - Metz et chargée de cours à l’Institut catholique de Paris, Sylvie Barnay est notamment l’auteure de Le Ciel sur la Terre, les apparitions de la Vierge au Moyen-Âge (préface de Jean Delumeau, Paris, Cerf, 1999), de La Vierge, femme au visage divin (Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 2000) et de Les saints, des êtres de chair et de ciel (Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 2004). Elle s’apprête à publier une anthologie du prophétisme aux Editions du Seuil. Spécialiste du langage hagiographique au Moyen Âge, elle effectue des recherches sur les rapports entre langage visionnaire au Moyen Âge et langage vidéo au xxe siècle qui la conduisent actuellement à s’intéresser à l’histoire du culte marial contemporain. Elle est correspondante à l’Osservatore Romano et dirige la chronique radiophonique « Les mots des religions » à l’Institut de France.
sylvie.barnay[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page