Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La fête de la Conception de la Vierge est célébrée dans l’Eglise orientale à partir du viie siècle.

2La fête de la Conception de la Vierge, le 8 décembre, est introduite en Occident à partir du xiie siècle.

3Vers 1139-1140 : opposition de Bernard de Clairvaux (1091-1153) à la fête de la Conception Immaculée de la Vierge : lettre aux chanoines de Lyon.

4xiiie siècle : le débat est ouvert et âprement disputé à l’Université de Paris : Thomas d’Aquin (1225-1274) ou Bonaventure (1221-1274) s’y opposent fermement. La fête semble même se diffuser de manière ponctuelle et localisée dans l’Occident Chrétien.

51266 : la nation normande de l’Université de Paris adopte la fête de la Conception.

6Première moitié du xive siècle : le discours maculiste reste dominant grâce aux Dominicains, mais la pratique de la fête se généralise. Au tournant des xiiie et xive siècles, puis dans la première moitié du xive siècle, les arguments des Immaculistes commencent à prendre de l’importance sous l’influence des prédicateurs franciscains, comme Pierre d’Auriol (1230-1322) dans son Tractatus de conceptione Beatae Mariae Virginis ou Jean Duns Scott (c. 1266-1308) et son argument du « parfait médiateur ».

7Seconde moitié du xive siècle : rupture de ton. Les arguments immaculistes deviennent majoritaires, sous l’impulsion des arguments franciscains, rejoints par l’Université de Paris et ses deux plus grands orateurs : Pierre d’Ailly et Jean Gerson (1363-1429). Le débat sort de l’université pour toucher alors la sphère laïque et royale.

81376 : la nation anglaise adopte à Paris la fête de la Conception puis en 1380 : la nation française adopte à Paris la fête de la Conception. La fête se développe sans être intégrée par le discours officiel. Les écarts entre les pratiques des croyants et les discours des prédicateurs maculistes font éclater de nombreuses « affaires », dont celle de Jean de Monzon. Ce décalage entre doctrine et pratique et l’absence de positionnement clair de la part des autorités ecclésiastiques poussent celles-ci à se prononcer.

923 juillet 1431 : Début du Concile de Bâle – Les pères conciliaires furent invités à se prononcer sur la proposition suivante : Il est plus pieux de croire que l’âme de la bienheureuse Mère de Dieu fut préservée du péché originel à l’instant de son infusion dans le corps que de croire que la Vierge même a été conçue dans le péché originel.

1017 septembre 1439 : Publication du décret sur l’Immaculée conception de la Vierge : Nous définissons et déclarons que la doctrine disant que la glorieuse Vierge Marie mère de Dieu, par la grâce singulière prévenante et opérante d’un don divin, n’a jamais été actuellement soumise au péché originel, mais fut indemne de toute faute originelle et actuelle, sainte et immaculée, est une doctrine pieuse, conforme au culte ecclésiastique, à la foi catholique, à la droite raison et à la Sainte écriture, qu’elle doit être approuvée, tenue et embrassée par tous les catholiques, et qu’il n’est désormais permis à personne de prêcher ou d’enseigner le contraire. La fête fut instituée au 8 décembre et se dota d’un office propre.

11En rupture avec le pape Eugène IV, ce concile est considéré, notamment par les Dominicains, comme schismatique et le décret non reconnu.

12Fin du xve siècle : le pape franciscain Sixte IV (1414-1484) approuve le culte de la conception en fulminant deux bulles (en 1476, Cum praeexcelsa dote la fête d’indulgence et de l’octave de l’office composé par Léonard de Nogarole et en 1480, une seconde bulle reconnaît comme officiel un nouvel office composé par Bernardin de Bustis). Cependant devant les attaques répétées des Dominicains et ne souhaitant pas raviver les débats du début du siècle, le pape prend également ses précautions avec une troisième bulle, en 1483, Gravis Nimis, qui interdit toute prise de position en faveur ou en défaveur de l’Immaculée Conception. Le dogme n’est toujours pas reconnu par l’église et n’est pas considéré comme une des vérités « nécessaires au salut », alors que depuis 1497, l’Université de Paris a instauré l’obligation de prêter serment en faveur de l’Immaculée Conception de la Vierge à tous ses nouveaux licenciés et professeurs.

13xvie siècle : le Concile de Trente ne se prononce pas sur le sujet et réaffirme les propositions de Sixte IV, à savoir : célébration de la fête de l’Immaculée Conception et interdiction de tout débat autour de la question.

141854 : bulle Ineffabilis prononcée par Pie IX (1792-1878) qui reconnaît officiellement le dogme de l’Immaculée Conception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Chronologie d’une croyance », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://acrh.revues.org/4324

Haut de page

Droits d’auteur

© Centre de recherches historiques

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org