Navigation – Plan du site
Liturgie de la Fête de la conception de la Vierge

L’inscription liturgique de la Conceptio beate Marie dans le calendrier diocésain - Le cas lyonnais (xiie-xvie siècle)

Pascal Collomb

Résumés

On connaît depuis longtemps la célèbre lettre de saint Bernard aux chanoines de la cathédrale Saint-Jean de Lyon condamnant avec fermeté l’usage liturgique atypique de la fête de la Conception de la Vierge. En revanche, nous sommes particulièrement mal renseignés sur la pratique liturgique locale vécue. Cet article aborde les questions de la liturgie propre mise en place pour cette fête, de sa chronologie, de la forme structurelle de cette liturgie et de sa traduction rituelle à travers l’étude du cas de l’église de Lyon entre le xiie et le xve siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Saint Bernard, Epist. 174, dans J. Leclercq et H. Rochais (éd.), Opera omnia, cf. spéc. t. VII, Rom (...)

1Si l’on connaît depuis longtemps la célèbre lettre de saint Bernard aux chanoines de la cathédrale Saint-Jean de Lyon condamnant avec fermeté l’usage liturgique atypique de la fête de la Conception de la Vierge1, nous sommes en revanche mal renseignés sur la pratique liturgique locale vécue : quelle est la liturgie propre mise en place pour cette fête ? à partir de quand ? Comment cette liturgie s'est-elle construite dans le diocèse de Lyon ? Comment cette célébration se traduit-elle rituellement ? etc.

2Pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions importantes, je me propose, par l’étude de différents manuscrits qui sont à notre disposition, de voir quelle est la liturgie locale et de quelles manières se manifeste rituellement cette liturgie. Disons-le d’emblée, les témoins écrits de la Conceptio beate Marie – pour reprendre la terminologie médiévale employée dans les manuscrits – ne sont guère nombreux. Couvrant la période des années 1200 jusqu’à la prise de Lyon par les Huguenots en 1562 – ces deux dates seront les deux termes de notre chronologie –, six missels (du xiie au xve siècle), quatorze bréviaires (xive et xve siècle) et cinq ordinaires (c. 1200-1534) sont susceptibles de nous apporter quelques lumières sur les aspects liturgiques de la Conceptio Marie. J’ajouterai encore à cette liste de manuscrits un sixième et dernier ordinaire qui nous permettra de sortir des limites urbaines de Lyon et de proposer quelques points de comparaison avec une abbaye bénédictine située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Lyon (Saint-Martin de Savigny) et qui, elle aussi, a inscrit dans son ordinaire – et ce dès la seconde moitié du xiiie siècle – la fête de la Conceptio Marie. Nous reviendrons plus en détail sur ces manuscrits ultérieurement.

3Mon travail se fera en deux temps : dans le premier, je m’attacherai à présenter les aspects formels de la liturgie de l’office et de la messe telle que la présentent les manuscrits liturgiques à l’usage du diocèse de Lyon ; il sera alors intéressant de voir comment cette liturgie s’est construite tant dans sa forme que dans son discours. Dans un second temps, nous prendrons l’exemple du chapitre Saint-Paul de Lyon qui permettra de voir plus en détail les manifestations rituelles de la fête de la Conceptio Marie à la fin du xive siècle.

Les aspects formels de la liturgie de l’office et de la messe dans le diocèse de Lyon (xiie - xvie siècle)

Calendrier

  • 2 Le nombre des leçons faites à matines est variable selon l’importance de la fête : dans le cadre d’ (...)
  • 3 Duplex : antiennes doublées pour les offices de matines, vêpres et laudes. Cf. par exemple, Guillel (...)

4Avant de s’avancer plus avant dans l’observation des livres liturgiques, il va de soi que la lecture des calendriers permet de se faire une première impression de l’importance de la fête de la Conceptio Marie dans le diocèse. Pour cela, les manuscrits les plus anciens, à savoir ceux des xiie et xiiie siècles apportent un témoignage précieux. Si l’on tente de repérer ces mentions par type de manuscrit, les résultats sont les suivants : parmi les missels lyonnais, seul le manuscrit Rome Vatic., Barb. 559 donne, dès le xiie siècle, de première main dans son calendrier la fête de la Conceptio Marie marquée en bonne et due place, pour les 6e ides de décembre (en revanche, son sanctoral est vierge). Puis, les témoins des siècles suivants l’inscrivent tous, de première main, dans leur calendrier. La situation dans les bréviaires est similaire pour les xive et xve siècles ; en outre, dès le xive siècle, le manuscrit 6699 de la bibliothèque municipale de Lyon est le premier de l’ensemble des livres liturgiques à indiquer cette fête comment étant une fête à neuf leçons (nombre des lectures faites à l’office nocturne des matines) ; marquant par là l’importance de cette célébration. Ceci est par ailleurs confirmé par l’ordinaire de Saint-Just qui est le seul représentant des ordinaires avec un calendrier conservé (xvie siècle) et que ce dernier note la Conceptio Marie comme une fête à neuf leçons2 et duplex3.

L’office de la Conceptio beate Marie

5La situation de l’office doit être appréhendé par l’observation des bréviaires manuscrits à l’usage du diocèse de Lyon dont on possède, aujourd’hui encore, quelques exemplaires conservés : R. Amiet en a dénombré cinq du xive siècle et neuf du xve siècle.

  • 4 Robert Amiet, Les manuscrits liturgiques du diocèse de Lyon. Description et analyse, Paris, CNRS Éd (...)

6Reprenons l’exemple du manuscrit 6699 de la bibliothèque municipale de Lyon qui est un bréviaire complet de la seconde moitié du xive siècle et qui compte deux cent soixante-et-onze feuillets écrits sur deux colonnes4. Comme nous venons de le voir, son calendrier indique de première main la fête de la Conceptio sancte Marie et son sanctoral en note l’office qui, classiquement, débute avec les premières vêpres mais s’arrête très vite à la fin de ces mêmes vêpres – sans donner donc le reste des heures – précisant que l’office est similaire à celui de la nativité de la Vierge : Cetera sicut in Nativitate per ordinem, office de la Nativité de la Vierge que l’on trouve au feuillet 235v suivant.

7Voici l’office de ces premières vêpres tel qu’il apparaît dans le Lyon, B.m., ms 6699 (bréviaire de Lyon ; xive siècle) :

Agrandir Original (jpeg, 56k)

8Avant de voir le détail des pièces utilisées ici, voyons encore si cet office est bien conforme à la liturgie lyonnaise de la Conceptio Marie telle qu’elle apparaît dans les différents manuscrits autres que les bréviaires ; je pense bien sûr ici aux ordinaires qui sont une autre source liturgique moins connue et moins bien répertoriée – à la différence des missels et bréviaires catalogués par le chanoine Victor Leroquais dans la première moitié du xxe siècle.

  • 5 Sur les ordinaires, Edward B. Foley, « The Libri Ordinarii : an Introduction », Ephemerides liturgi (...)

9En deux mots, rappelons qu’un ordinaire, un liber ordinarius, est un livre pratique qui codifie dans ses pages l’ensemble de la liturgie de l’office et/ou de la messe pour l’intégralité de l’année. Il s’ouvre généralement par un calendrier, que suivent le temporal (de l’Avent au dernier dimanche après la Pentecôte), le sanctoral et le commun des saints. Il est rédigé soit à l’usage d’un diocèse (à la demande de l’évêque), d’un chapitre urbain, ou bien encore d’un ordre monastique. Les premiers exemplaires apparaissent vers la fin du xie-début du xiie siècle et c’est en général au xiiie siècle que de très nombreux diocèses d’Occident les rédigent, les mettent en place et imposent – par l’intermédiaire des synodes – qu’ils soient respectés comme des modèles à suivre par l’ensemble des paroisses du diocèse. Le liber ordinarius permet, grâce à ses rubriques, qui deviennent de plus en plus détaillées au cours des xive et xve siècles, d’appréhender au plus près l’ensemble de la liturgie et de ses nombreux rituels (processions, drames, etc.)5.

  • 6 Sur ces ordinaires lyonnais, cf. P. Collomb, « Le premier ordinaire connu à l'usage de la cathédral (...)

10Pour le diocèse de Lyon, les cinq libri ordinarii conservés à ce jour représentent bien l’ensemble des chapitres de la ville. Le plus ancien de ces manuscrits est à l’usage de la cathédrale de Lyon et date des années 1200, sans doute rédigé à la demande de l’archevêque Renaud II de Forez (1193-1226) : Paris, BnF, ms lat. 1017. C’est le seul ordinaire manuscrit conservé à l’usage de la cathédrale. Le chapitre séculier de Saint-Just est mieux pourvu, puisque le fonds ancien de la bibliothèque municipale de Lyon possède un premier ouvrage datant du xiiie siècle (Lyon, BM, ms 6167) et un second plus tardif, du xvie siècle (Lyon, BM, ms 1398) mais que l’on sait recopié d’un manuscrit aujourd’hui disparu mais datant peut-être du xive siècle6. Ces deux livres sont – comme nous pourrons le voir plus loin – parfaitement complémentaires. Le liber ordinarius du chapitre de Saint-Paul est quant à lui bien connu par huit copies des xviiie et xixe siècle, dont trois ont été faites et collationnées sur l’original par des notaires ; c’est par ces dernières que nous avons une bonne connaissance de ce manuscrit disparu et dont l’étude a pu dater la rédaction de la dernière décennie du xive siècle. Le dernier chapitre de la rive droite de la Saône, celui de Saint-Irénée est un chapitre régulier suivant la règle de saint Augustin est pour lequel est conservé un seul ordinaire manuscrit daté précisément de 1534 et conservé à la bibliothèque municipale de Lyon sous la cote ms 1399. Pour être complet, il faut encore signaler le chapitre de Saint-Nizier – presqu’île – dont le seul ordinaire connu date de 1602 ; sortant des limites chronologiques de notre étude, je n’en parlerai pas ici.

11Reprenons l’ordinaire de la cathédrale qui date des années 1200. Avec ce manuscrit, on a ici un témoignage de la liturgie de Saint-Jean quelques soixante années après la lettre de saint Bernard aux chanoines de la cathédrale. Si ce manuscrit lacunaire ne comprend plus de calendrier, nous devons néanmoins noter qu’il indique de première main et dans le corps de son texte, la mention de la fête de la Conceptio Marie accompagné de son office placé entre les fêtes de saint Nicolas (06.XII) et sainte Eulalie (10.XII). Disons-le immédiatement, comme pour le bréviaire présenté supra (Lyon, BM, ms 6699), l’office reprend, en l’adaptant, celui de la Nativité de la Vierge ; c’est d’ailleurs par cette indication que se termine cette liturgie : sicut in nativitate per ordinem. Ce choix liturgique est par ailleurs confirmé dans les autres libri ordinarii à l’usage des chapitres séculiers de Saint-Just et Saint-Paul ou bien encore du chapitre régulier de Saint-Irénée.

Liste des sigles employés (autres que bibliques) : CAO : René-Jean Hesbert, Corpus antiphonalium officii, Roma, Herder, 6 vol., 1963-1979, spéc. t. 3-4 ; Ha : Jean Deshusses, Le sacramentaire grégorien. Ses principales formes d’après les plus anciens manuscrits. Freiburg, Universitätsverlag (coll. Spicilegium Friburgense, n°16, 24 et 28), 1971-1982, 3 volumes ; Conc. : Jean Deshusses, Benoît Darragon, Concordances et tableaux pour l'étude des grands sacramentaires, Freiburg, Universitätsverlag (Spicilegium friburgensis subsidia, n° 9-14), 1982-1983, 6 vol.

  • 7 Famulis tuis : Ha 681 ; Conc. 1602. Supplicationem servorum tuorum : Ha 680 ; Conc. 3357.

12Le tableau ci-dessus reprend la liturgie des vêpres de la Conceptio Marie telle quelle apparaît dans les manuscrits liturgiques lyonnais – les autres heures reprenant l’office de la Nativité de la Vierge. Provenant du sacramentaire grégorien, les deux oraisons Famulis et Supplicationem sont des pièces qui traditionnellement font partie du formulaire de la Nativité de la Vierge au 8 septembre dans le cadre de cette liturgie papale attestée depuis le début du viiie siècle7 et répandue ensuite dans tout l’Occident par la diffusion du sacramentaire grégorien de type hadrianique envoyé de Rome à Charlemagne pour l’unification liturgique de son empire. Ici, on a simplement changé le terme de nativitas par celui de conceptio dans l’oraison. Les autres pièces employées – que ce soit le capitule Egredietur virga (Isaïe 1, 1sq.) ou bien encore les différentes antiennes –, sont également issues des formulaires de la liturgie mariale, principalement pour la Nativité de la Vierge ou bien encore pour l’Assomption. On est donc en présence d’une adaptation d’une liturgie mariale dans le cadre d’une fête qui ne dispose pas encore d’un office propre. En outre, le formulaire s’arrête brusquement à la fin des vêpres par une rubrique qui vient encore renforcée cette adaptation et qui renvoie à la liturgie du 8 septembre : Cetera sicut in Nativitate.

  • 8 Marie-Bénédicte Dary, La fête de la Conception de la Vierge Marie : Son introduction en France et s (...)

13On regrettera qu’aucun manuscrit ne donne les leçons des matines afin de voir à quelle « tradition » rattacher cet office. Pour cette question, je renvoie principalement à la lecture de la thèse de Marie-Bénédicte Dary qui a utilisé pour sa recherche les bréviaires et missels recensés à partir des catalogues Leroquais et a pu ainsi établir une typologie des offices ; en ce qui concerne l’office Egredietur virga, qui s’inspire de l’office de la Nativité, l’auteur le reconnaît dans divers manuscrits des xiiie et xive siècle sans qu’on puisse pour autant en établir une géographie particulière8.

  • 9 Lyon, Arch. Dép. du Rhône, 1H20, f. 4v. : « Aux vigiles de la Conception de Marie, tout doit être f (...)

14Si l’on porte maintenant le regard du côté du monde monastique local, il est intéressant de noter que l’on retrouve cette permanence de l’adaptation liturgique de l’office de la Nativité de la Vierge. L’ordinaire de l’abbaye bénédictine de Savigny (30 km au Nord-Ouest de Lyon) qui date du troisième quart du xiiie siècle, prend le soin de noter dans son sanctoral, entre les fêtes de saint Nicolas (6.XII) et la mention de la translation de saint Baldomère (08.XII) la rubrique suivante : In vigilia sancte Concepcionis Marie, omnia agantur sicut in Nativitate ejusdem virginis, excepto quod in ista festivitate nomen concepcionis pro nativitate mutatur9.

Fig. 1 : L’ordinaire de l’abbaye bénédictine de Savigny, 3e quart du xiiie siècle. Lyon, Arch. dép. du Rhône, 1H20, fol. 4v. © DR

  • 10 M.-B. Dary, « Saint Bernard et l’Immaculée Conception : la question liturgique », Revue Mabillon, n (...)

15En conclusion, dès les années 1200 et jusqu’au milieu du xvie siècle, la liturgie de Lyon est donc stable et repose sur une réutilisation et une adaptation du formulaire de la Nativité de la Vierge. Cependant un article de Marie-Bénédicte Dary publié en 2002 dans la Revue Mabillon10, présente un fragment d’un libellus manuscrit de la première moitié du xiie siècle contenant une liturgie de la Conceptio Marie qui, d’après une étude paléographique de Solange Corbin dans les années 1960, a pu être écrit et utilisé à Lyon.

Fig. 2 : Fragment d’un libellus manuscrit de la première moitié du xiie siècle contenant une liturgie de la Conceptio Marie. Annecy, Bibl. de l'Académie salaisienne, ms 2. © DR

  • 11 Sur ce manuscrit, cf. P. Collomb, « Annecy, bibliothèque de l’Académie salaisienne, ms. 2 : manuscr (...)

Ce fragment de libellus, conservé dans la reliure d’un ouvrage composite et conservé aujourd’hui dans les bibliothèque de l’Académie salaisienne d’Annecy11, peut donc être pensé comme contemporain de saint Bernard et refléter la liturgie de la Conceptio Marie suivie par les chanoines de Lyon au moment précis où en 1139 Bernard leur adresse sa célèbre lettre.

  • 12 Je remercie Nicole Bériou de ces remarques à ce sujet.

16Je ne vais pas redonner ici l’intégralité de cette liturgie que l’on désigne par l’incipit de sa première antienne des vêpres, à savoir Gaude mater ecclesia. Les pièces utilisées dans ce libellus sont d’un intérêt particulier puisqu’elles présentent, pour l’essentiel, un caractère inédit. Cependant si l’on compare ce formulaire Gaude mater ecclesia avec celui que l’on connaît à Lyon (Egredietur) on s’aperçoit qu’aucune de ces pièces ne sont communes. Se posent alors les questions de la provenance et de l’utilisation de ce fragment : est-il réellement lyonnais ? Si oui, pourquoi cette liturgie – sans doute importée et c’est le propre du libellus – n’a-t-elle pas eu de postérité ? Doit-on voir ici l’influence de saint Bernard dont les critiques auraient alors été entendues par le chapitre de la cathédrale de Lyon ? Devant une telle désapprobation, les chanoines auraient-ils abandonné l’office Gaude mater ecclesia pour s’en retourner à un formulaire peut-être moins « polémique », à savoir une réutilisation et une adaptation du formulaire liturgique utilisé pour la Nativité de la Vierge ? Cette hypothèse paraît séduisante12.

  • 13 Annecy, Bibliothèque du Grand Séminaire, n. c. ; cf. P.-M. Lafrasse, Étude sur la liturgie de l’anc (...)
  • 14 Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms 143, fol. 214ra ; cf. P.-M. Lafrasse, op. cit., (...)
  • 15 P. Ladner (éd.), « Ein spätmittelalterlicher Liber ordinarius officii aus der Diözese Lausanne », d (...)
  • 16 R. Amiet (éd.), L’ordinaire de la cathédrale d’Aoste (Bibliothèque capitulaire, Cod. 54, fol. 93-24 (...)
  • 17 Fr. Huot (éd.), L’ordinaire de Sion…, Freiburg, Universitätsverlag, 1973, spéc. p. 385, n° 38.

17Si ce manuscrit n’est pas lyonnais, peut-être a-t-il cependant une identité régionale. Et en effet, comparer la situation lyonnaise avec la liturgie de la Conceptio Marie dans les diocèses voisins permet de retrouver ce même formulaire Gaude mater ecclesia réutilisé plus tard dans les liturgies des églises voisines que sont, par exemple, celles de Genève, Lausanne, Sion ou bien encore Aoste. C’est notamment le cas à Genève, où les premiers témoins utilisant le formulaire Gaude mater ecclesia datent respectivement de 139813 et du xve siècle14. Les ordinaires tardifs de Lausanne15 (1454) et de la vallée alpine d’Aoste en Italie16 (c. 1470) notent également ce même formulaire. Enfin, à Sion, dans la vallée du Valais, si le liber ordinarius indique, dès le xiiie siècle, l’usage de célébrer la fête en reprenant l’office de la Nativité de la Vierge : […] et in Conceptione beate Marie que fit sicut in Nativitate, nisi ubi dicitur Nativitas in festo Nativitatis, dicitur Conceptio in festo Conceptionis17, ce n’est qu’au cours du xive siècle, qu’il inscrit l’office Gaude mater ecclesia dans son formulaire ; c’est, de plus, à la même période que le synode du 2 décembre 1346 étend à l’ensemble des églises du diocèse du Valais la célébration de la fête.

18Pour finir sur cette question, résumons la situation en disant que Lyon adapte la liturgie de la Nativité de la Vierge dès les années 1200 et lui reste fidèle au moins jusqu’au milieu du xvie siècle ; l’office Gaude mater ecclesia est donc totalement ignoré de la liturgie lyonnaise alors qu’en revanche, il est le formulaire utilisé dans les diocèses voisins aux xive et xve siècle, époque où ces diocèses adoptent et répandent dans leurs paroisses cette fête de la Conceptio Marie.

19Après l’office, nous devons maintenant regarder la situation de la messe célébrée pour la Conceptio Marie.

La messe

20Pour observer la situation de la messe de la Conceptio Marie, j’ai pu travailler à partir de six missels à l’usage de Lyon dont la copie a été faite entre le xiie et le xve siècle.

21La première attestation d’une messe propre à cette fête dans le sanctoral lyonnais se trouve dans le ms 5139 de la bibliothèque municipale de Lyon qui inscrit la fête de première main d’abord dans le calendrier (c. 1240). À partir de ce manuscrit, les différents missels étudiés inscrivent tous de première main dans leur calendrier la fête de la Conceptio beate Marie ; c’est le cas des manuscrits 1394 (1380), 1390 (1435) et 5131 (xve siècle). En revanche, seul le Lyon, BM, ms 1390 fait une place au sein de son sanctoral à la Conceptio Marie. Mais nous sommes là à une époque tardive puisque ce manuscrit date des années 1435 ; cependant s’il insère bel et bien la fête en bonne et due place dans le sanctoral, c’est sans lui donner de liturgie spécifique, mais au contraire procéder une fois encore à une adaptation de celle de la Nativité de la Marie : Conceptio beate Marie ut in Nativitate ejusdem cantatur. Un deuxième manuscrit datant des années 1240 (Lyon, BM, ms 5139) procède de la même manière mais au sein d’une addition du xve siècle (fol. 242r) en indiquant – de manière très brève – la mention de la Conceptio Marie : Conceptio beate Marie officium sicut in Nativitate ejusdem.

22Notons encore que, quelques années plus tôt, un livre très important pour l’histoire du sanctoral local, le manuscrit 1394 qui a appartenu à l’archevêque Jean de Talaru (c. 1380), est le premier ouvrage lyonnais à noter, au sein d’une petite partie en fin de volume (fol. 361r-366r) une liste des fêtes strictement locales, établissant par là-même un premier « propre » lyonnais qui, en l’occurrence ne note en aucune manière cette fête.

23La situation est donc la suivante : les premières mentions dans les calendriers apparaissent régulièrement dans les missels depuis le xiie siècle jusqu’au xve siècle. Quant à la présence inscrite d’une liturgie de la messe de la Conceptio Marie, il faut attendre le milieu du xiiie siècle (en fin de volume) et, c’est seulement au xve siècle que cette dernière trouve une place au sein du sanctoral ; comme pour l’office, cette liturgie de la messe reprend celle de la Nativité, se contentant de changer le terme nativitas par celui de conceptio dans les diverses pièces eucologiques utilisées.

24Dépassons maintenant ces premiers essais de la liturgie naissante de la Conceptio Marie pour avancer plus loin dans le temps et voir de quelle manière s’inscrit cette fête dans la « vie rituelle » locale. Pour cela, prenons l’exemple du chapitre séculier de Saint-Paul de Lyon qui permet de faire une présentation plus complète de cette liturgie dans la dernière décennie du xive siècle.

Ritualisation de la fête de l’Immaculée Conception : le cas du chapitre Saint-Paul de Lyon à la fin du xive siècle

  • 18 Sur cet ordinaire dont je prépare l’édition, cf.  P. Collomb, « L’ordinaire liturgique perdu de la (...)
  • 19 Une note manuscrite marginale tardive plus loin dans le manuscrit mentionne la présence de ce premi (...)

25Chapitre très important de Lyon et ayant des liens très étroits avec le chapitre cathédral, Saint-Paul possédait un ordinaire très détaillé : si l’exemplaire médiéval a disparu depuis le xixe siècle, il nous est cependant bien connu par des copies notariées des xviiie et xixe siècle. Sans entrer dans les détails, rappelons néanmoins que le manuscrit originel a pu être daté précisément de la dernière décennie du xive siècle18. La fête de la Conceptio Marie fait partie de première main du sanctoral de l’ordinaire et se trouve en deux endroits distincts : le premier, dès le début du manuscrit19 où un long paragraphe lui est consacré sous la rubrique De festo conceptionis beate Marie virginis et plus loin, dans une seconde rubrique plus courte intitulée Vigilia conceptionis beate Marie qui revient sur l’office des vêpres de cette fête, pourtant déjà évoquée précédemment.

26Voyons rapidement le déroulement cérémoniel en ce jour de Conceptio Marie qui, dès le début du chapitre, marque que l’office doit être conforme à celui de la Nativité de la Vierge : In die quoad officium fit ut in Nativitate ejusdem […]. Pour les premières vêpres, le clergé de Saint-Paul doit se rendre en procession dans la petite église Sainte-Marie-de-la-Saônerie – marquée sous le vocable de saint Eloy sur le plan scénographique de 1550 – pour y célébrer l’office : […] deinde vadit tota processio sine cantando suo ordine ad Sanctam Mariam de Salveria.

Fig. 3 : Plan scénographique de la ville de Lyon, 1550, quartier Saint-Paul © DR

Le lendemain matin, le jour de la fête, deux messes matutinales sont célébrées à Saint-Paul, la première à l’autel de la Vierge, la seconde à l’autel majeur. Une fois les messes célébrées, tous les membres du chapitre s’assemblent dans la nef de Saint-Paul : des clergeons vêtus de blanc portent des candélabres d’argent, le sous-diacre tient en main une croix processionnelle d’argent et le diacre, avec étole et chape blanches, porte l’évangile qui, lui-aussi, est recouvert d’argent : […] diaconus indutus alba parata, stola et capa alba, deferens textum argenteum. On sort ensuite par une porte « qui est devant Saint-Laurent » et le cortège se rend à nouveau en procession et en chantant à la petite église Sainte-Marie-de-la-Saônerie, dépendante de Saint-Paul où sont célébrés successivement l’office de tierce, la messe puis l’office de sexte.

27Il est cependant difficile de comparer cette liturgie de Saint-Paul avec ce que l’on connaît dans les bréviaires et ordinaires lyonnais présentés auparavant ; en effet, mises à part les quelques mentions d’antiennes processionnelles du jour, la liturgie des vêpres n’est pas indiquée et le copiste se contente de renvoyer au bréviaire local, ce qui est une habitude assez répandue dans cet ordinaire : cetera ut in breviario que malheureusement, nous ne possédons plus. Enfin, conformément à ce que les calendriers des manuscrits étudiés ont indiqué, cette fête est marquée comme étant une fête double, duplex, marquant ainsi son importance. Il faut remarquer cependant une différence de taille : si comme pour les autres fêtes mariales, le chapitre de Saint-Paul se rend processionnellement dans la petite église Notre-Dame-de-la-Saônerie pour y célébrer les vêpres et après les messes matutinales du jour, il est à noter que pour les quatre autres fêtes mariales – à savoir la Purification, l’Annonciation, l’Assomption et la Nativité de la Vierge –, il se rend également en procession à la cathédrale au cours de la journée et que le rituel suivi est beaucoup plus développé. Dans le cadre de la Conceptio Marie, la chapitre ne sort donc pas de ses limites paroissiales, se contentant d’une rapide procession dans la petite église proche de Notre-Dame-de-la-Saônerie ; il y a donc une différence de traitement avec les autres fêtes mariales qui, pour leur part, développent un rituel plus long et plus important et que peut-être on doit expliquer par une ancienneté moindre de la fête de la Conceptio Marie.

Conclusion

28Pour conclure, l’étude des manuscrits liturgiques à l’usage de Lyon – bréviaires, missels et ordinaires – montre que si les calendriers lyonnais inscrivent, dès le xiie siècle, la mention de la Conceptio Marie, en revanche, le formulaire de l’office, connu dès les années 1200, est un simple réemploi de celui de la Nativité de la Vierge, se contentant de changer le terme de nativitas par celui de conceptio (le formulaire Gaude mater ecclesia ayant rapidement disparu de la sphère lyonnaise). D’ailleurs, les formulaires n’indiquent que l’office des premières vêpres, renvoyant pour la suite des heures, à celui de la Nativité. La même conclusion s’impose à propos de la messe. Enfin, le cas de la collégiale Saint-Paul, à la fin du xive siècle, a montré qu’au-delà d’une organisation processionnelle qui ne sort pas des limites du cadre paroissial, le rituel de la fête apparaît cependant comme « à part » des autres grandes fêtes mariales plus anciennes que sont l’Annonciation, la Purification, l’Assomption et la Nativité. S’il est difficile dans un premier temps d’aller plus avant dans la présentation de la fête de la Conceptio Marie à Lyon, il conviendrait néanmoins d’approfondir ces différents points par l’étude d’autres documents locaux comme les actes capitulaires ou bien encore les décisions synodales.

Haut de page

Notes

1 Saint Bernard, Epist. 174, dans J. Leclercq et H. Rochais (éd.), Opera omnia, cf. spéc. t. VII, Rome, éd. Cistercienses, 1974, p. 388-392.

2 Le nombre des leçons faites à matines est variable selon l’importance de la fête : dans le cadre d’une église séculière, elles peuvent être au nombre de trois ou de neuf.

3 Duplex : antiennes doublées pour les offices de matines, vêpres et laudes. Cf. par exemple, Guillelmus Durandus, Rationale divinorum officiorum, lib. VII, 1, 31 (A. Davril, Th. M. Thibodeau [ed.], Turnhout, Brepols [CCCM, CXL B], 2000, spéc. p. 22).

4 Robert Amiet, Les manuscrits liturgiques du diocèse de Lyon. Description et analyse, Paris, CNRS Éditions, 1998, p. 44-45, n° 25.

5 Sur les ordinaires, Edward B. Foley, « The Libri Ordinarii : an Introduction », Ephemerides liturgicae, t. 102, 1988, p. 129-137 ; Aimé-Georges Martimort, Les « Ordines », les ordinaires et les cérémoniaux, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 56), 1991 ; Eric Palazzo, « Les Ordinaires liturgiques comme sources pour l'historien du Moyen Âge. à propos d'ouvrages récents », Revue Mabillon, n. s., n° 3 (t. 64), 1992, p. 233‑240 ; Id., Histoire des livres liturgiques, op. cit., spéc. p. 228-238 ; Pascal Collomb, « Le Liber ordinarius : un livre liturgique, une source historique », dans Comprendre le xiiie siècle. Études offertes à Marie-Thérèse Lorcin, sous la direction de Pierre Guichard et Danièle Alexandre-Bidon, Lyon, Presses universitaires lyonnaises, 1995, 313 pages, spéc. p. 95‑107 ; Jean-Loup Lemaître, « Les ordinaires : une source à redécouvrir ? », Revue de l’histoire de l’Église de France, 2003.

6 Sur ces ordinaires lyonnais, cf. P. Collomb, « Le premier ordinaire connu à l'usage de la cathédrale Saint-Jean-de-Lyon (2e moitié du xiie siècle) », Revue Mabillon, n° 8 [n. s.], 1997, p. 13-51.

7 Famulis tuis : Ha 681 ; Conc. 1602. Supplicationem servorum tuorum : Ha 680 ; Conc. 3357.

8 Marie-Bénédicte Dary, La fête de la Conception de la Vierge Marie : Son introduction en France et ses premiers développement. xiie-xiiie siècles, Université Paris X-Nanterre (sous la dir. d’André Vauchez), 1997, 386 pages, spéc. p. 127, 138, 141 et suiv.

9 Lyon, Arch. Dép. du Rhône, 1H20, f. 4v. : « Aux vigiles de la Conception de Marie, tout doit être fait comme pour la Nativité de Marie, attendu que pour cette fête le nom de ‘conception’ doit remplacer celui de ‘Nativité’. » Sur ce manuscrit, je renvoie aux travaux actuels de Pauline Gendry, La liturgie de l’abbaye Saint-Martin de Savigny (Rhône) d’après son ordinaire du xiiie siècle, mémoire de M2 sous la direction de J.-Cl. Schmitt, EHESS, 2010 ; la thèse de l’École nationale des chartes préparée donne l’édition complète de ce manuscrit: P. Gendry, Liturgie et vie monastique à l'abbaye bénédictine St Martin de Savigny d'après son ordinaire médiéval, Thèse de l'école nationale des Chartes, 2012, 3 volumes ; éd. t. II ; voir également ma notice rédigée dans le cadre du Catalogue des ordinaires liturgiques manuscrits médiévaux conservés dans les bibliothèques publiques de France, sous la dir. de P. Collomb, J.-B. Lebigue et O. Legendre (en préparation).

10 M.-B. Dary, « Saint Bernard et l’Immaculée Conception : la question liturgique », Revue Mabillon, n. s., t. 13 (= t. 74), 2002, p. 219-236.

11 Sur ce manuscrit, cf. P. Collomb, « Annecy, bibliothèque de l’Académie salaisienne, ms. 2 : manuscrit composite », Catalogue de manuscrits liturgiques médiévaux et modernes, Jean-Baptiste Lebigue, Benjamin Suc (éd.), Orléans, Institut de recherche et d’histoire des textes, à paraître (Ædilis, Publications scientifiques, 7) (à paraître).

12 Je remercie Nicole Bériou de ces remarques à ce sujet.

13 Annecy, Bibliothèque du Grand Séminaire, n. c. ; cf. P.-M. Lafrasse, Étude sur la liturgie de l’ancien diocèse de Genève, Annecy, Imp. J. Niérat, 1903, p. 37.

14 Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms 143, fol. 214ra ; cf. P.-M. Lafrasse, op. cit., Annecy, Imp. J. Niérat, 1903, p. 40 et Fr. Huot, Iter Helveticum, t. V, Freiburg, Universitätsverlag, 1990, p. 262-269, spéc. p. 265.

15 P. Ladner (éd.), « Ein spätmittelalterlicher Liber ordinarius officii aus der Diözese Lausanne », dans Schweizerische Kirchengeschichte, 1970, Heft. I-II, p. 1-103 et p. 185-281, spéc. p. 190-191, n° 614-621.

16 R. Amiet (éd.), L’ordinaire de la cathédrale d’Aoste (Bibliothèque capitulaire, Cod. 54, fol. 93-240), Aoste, Imprimerie valdotaine (Monumenta liturgica ecclesie augustanae, IV), 1978, 564 pages, spéc. p. 429-430, n° 1706-1716.

17 Fr. Huot (éd.), L’ordinaire de Sion…, Freiburg, Universitätsverlag, 1973, spéc. p. 385, n° 38.

18 Sur cet ordinaire dont je prépare l’édition, cf.  P. Collomb, « L’ordinaire liturgique perdu de la collégiale Saint-Paul de Lyon (fin xive siècle) », (résumé de la communication prononcée lors de la journée de l’IRHT consacrée au ordinaires le 6 mai 2004), in O. Legendre et J.-B. Lebigue (dir.), Les manuscrits liturgiques, cycle thématique 2003-2004 de l’IRHT, Paris, IRHT, 2005 (Ædilis, Actes, 9) [En ligne].

19 Une note manuscrite marginale tardive plus loin dans le manuscrit mentionne la présence de ce premier paragraphe au deuxième feuillet du manuscrit original : Quaere reliqua hic annotata super folio secundum hoc titulo de festo Conceptionis beate Marie Virginis (copie Perrichon, fol. 112r).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4355/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Liste des sigles employés (autres que bibliques) : CAO : René-Jean Hesbert, Corpus antiphonalium officii, Roma, Herder, 6 vol., 1963-1979, spéc. t. 3-4 ; Ha : Jean Deshusses, Le sacramentaire grégorien. Ses principales formes d’après les plus anciens manuscrits. Freiburg, Universitätsverlag (coll. Spicilegium Friburgense, n°16, 24 et 28), 1971-1982, 3 volumes ; Conc. : Jean Deshusses, Benoît Darragon, Concordances et tableaux pour l'étude des grands sacramentaires, Freiburg, Universitätsverlag (Spicilegium friburgensis subsidia, n° 9-14), 1982-1983, 6 vol.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4355/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4355/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4355/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/4355/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Collomb, « L’inscription liturgique de la Conceptio beate Marie dans le calendrier diocésain - Le cas lyonnais (xiie-xvie siècle) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://acrh.revues.org/4355 ; DOI : 10.4000/acrh.4355

Haut de page

Auteur

Pascal Collomb

Ingénieur de recherches à l’école des Hautes études en Sciences Sociales (depuis septembre 1997), PC est titulaire d’une thèse de doctorat sur les Processions liturgiques dans le diocèse de Lyon au Moyen Âge (Lyon, 1997). Il travaille sur la question des exempla médiévaux et anime parallèlement un séminaire de recherches sur la liturgie médiévale occidentale à l'EHESS (depuis 2003). Ses publications portent principalement sur les manuscrits et les rituels liturgiques de l’Occident médiéval.
collomb@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page