Navigation – Plan du site

Se dire « arabe » au Canada. Un siècle de vie associative, entre constructions identitaires et mobilisations politiques (1882-1975)

Houda Asal

Texte intégral

1Composition du Jury :

Sous la co-direction de Madame Nancy Green, Directrice d'étude à l’ÉHESS, et Madame Denise Helly, Professeur chercheur à l’INRS de Montréal ;
Monsieur Denys Cuche, rapporteur, Professeur à l’Université Paris V ;
Monsieur Jean-Michel Lacroix, rapporteur, Professeur, à l’Université de Paris III ;
Monsieur Yvan Gastaut, examinateur, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Nice.

2Thèse soutenue le 3 février 2011 à l'ÉHESS, mention très honorable avec les félicitations du jury.

Résumé

3L'ambition de cette thèse est d'analyser un siècle de vie associative au Canada, en examinant l'évolution des expressions identitaires collectives et des mobilisations politiques de la minorité arabe. De l'arrivée des premiers migrants du Machrek à la fin du xixe siècle aux années 1970, il s'agit d'approfondir les connaissances empiriques sur un groupe minoritaire dont il est souvent question au Canada mais dont l’histoire, la formation et l’évolution sont peu étudiées par l'historiographie. Les questionnements de la thèse sont centrés sur la visibilité de la minorité arabe dans l'espace public, à travers ses dynamiques organisationnelles, la formulation d'une parole collective, ses mobilisations politiques et ses interactions avec l'État canadien.
Pour y répondre, il faut interroger l'histoire d'une visibilité de l'extérieur en la confrontant à l'image et à la voix que les acteurs ont tenté d'élever par eux-mêmes et sur eux-mêmes. Qui est défini comme arabe et qui se dit arabe ? Selon les périodes, l'État, les médias et les différents acteurs sociaux désignent de manière différenciée chaque groupe de migrants et ses descendants. Parallèlement, comment le groupe étudié, à travers ses organisations collectives, a-t-il choisi de se nommer ? L'analyse de l'associationnisme permet de retrouver la voix des acteurs ayant manifesté une volonté de s'organiser, de s'exprimer et de se mobiliser sur la scène publique canadienne. Les questions de construction d'une parole publique et de dénomination assignée s'imbriquent dans la problématique de la politisation de cette minorité. À différents moments historiques, des organisations arabes ont pu refuser certaines assignations, développant des stratégies de contestation adaptées au contexte. Ces actions collectives relèvent d'une volonté d'exister sur la scène publique, d'obtenir des droits ou de défendre des intérêts. Enfin, les catégorisations, les discours et les réponses de l'État canadien face aux différentes mobilisations arabes constituent également un aspect important de la présente analyse. En effet, les interactions avec les autorités permettent de comprendre le contexte politique et les stratégies des organisations arabes.
En mobilisant les concepts de la sociologie des migrations et des mouvements sociaux, cette recherche empirique se fonde sur des archives gouvernementales, des documents d'associations et la presse publiée par la minorité arabe. Nous avons également conduit une série d'entretiens, principalement avec des acteurs associatifs. Dans une perspective socio-historique qui considère la temporalité comme un facteur central des processus analysés, cette thèse propose une périodisation permettant d'identifier des continuités, des ruptures et des cycles de mobilisation.
La première période, le temps des pionniers, correspond à l'arrivée des premiers migrants arabes au Canada à la fin du xxe siècle. La deuxième période, celle de l'implantation (1930 à 1950), renvoie aux années où la minorité arabe s'est insérée dans la société canadienne, composée en majorité des descendants de pionniers qui créent des associations et expriment une identité nouvelle. De 1950 à 1967, face à l'arrivée de nouveaux migrants arabes au Canada, la scène associative se recompose et de nouvelles mobilisations se développent, demeurant toutefois fragmentées. La dernière période, de 1967 à 1975, constitue un tournant pour le monde arabe et le Canada qui connaissent d'importants changements historiques, au moment où les associations arabes canadiennes tentent de s'unifier, s'affirment politiquement et connaissent une visibilité sans précédent sur la scène publique.
Ainsi, en croisant la méthode historique empirique et les outils de la sociologie, cette thèse vise à retrouver la parole des acteurs en l'inscrivant dans une certaine continuité, grâce à une approche diachronique sur une période d'un siècle.

Abstract

4« Identifying as Arab in Canada. A century of associative life, between identity discourse and political mobilization (1882-1975) ».
This thesis attempts to analyse a century of associative life in Canada by examining the evolution of collective identity expressions and political mobilizations by the Arab minority. Covering the period from the arrival of the first migrants from the Machrek at the end of the 19th century to the 1970s, it deepens empirical knowledge of a minority which often comes under scrutiny in Canada, but whose history, formation and evolution have scarcely been studied by historiography. The inquiry focuses on the public visibility of the Arab minority through its organizational dynamics, the formulation of a collective discourse, political mobilization and interactions with the Canadian state. This requires questioning the history of an external visibility, challenging it with the image and voice that the actors attempted to raise by themselves and about themselves. Who is defined as Arab and who considers themselves to be Arab ? Depending on the period, the state, media and various social actors classified each group of migrants and their descendants in differentiated ways. In parallel, how did the group studied, through its collective organizations, chose to name itself ? The analysis of associationism recovers the voice of actors who showed a desire to organize, express themselves and mobilize in the Canadian public. Relying on sociological concepts of migration and social movements, this empirical study is based on government archives, records of organizations, journals published by the Arab minority and interviews.

Haut de page

Document annexe

  • Sommaire (application/pdf – 30k)

    Sommaire

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Houda Asal, « Se dire « arabe » au Canada. Un siècle de vie associative, entre constructions identitaires et mobilisations politiques (1882-1975) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2011, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://acrh.revues.org/4466 ; DOI : 10.4000/acrh.4466

Haut de page

Auteur

Houda Asal

Spécialiste de l'immigration arabe au Canada, Houda Asal est aujourd'hui post-doctorante à l'ÉHESS, affiliée au CRH, dans le cadre de la bourse de recherche de la Ville de Paris contre la xénophobie et l'antisémitisme, pour un projet de recherche intitulé : « Débats sur la notion d'islamophobie en France : presse, usages savants et pratiques militantes ». Houda Asal est par ailleurs associée au projet international E - Diaspora Atlas, Exploration et cartographie des diasporas sur les réseaux numériques (projet financé par l’ANR – Commission STIC - et labelisé par Cap Digital). Dans ce cadre, sa recherche porte sur le transnationalisme de la diaspora libanaise sur le web.
Mail :houd117 [arobase] yahoo [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page