Navigation – Plan du site

Le projet photographique comme expérience et document géographiques

Jordi Ballesta

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Jean-Marc Besse, Directeur de recherche, E.H.GO (Rapporteur) ;
Monsieur Olivier Lugon, Professeur ordinaire à l’Université de Lausanne ;
Madame Marie-Vic Ozouf-Marignier, Directeur d’études, ÉHESS ;
Monsieur Gilles A. Tiberghien, Maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon - Sorbonne ;
Monsieur Panayotis Tournikiotis, Professeur à l’Université Technique Nationale d’Athènes (Rapporteur) ;
Monsieur Yannis Tsiomis, Directeur d’études, ÉHESS (Directeur de thèse).

2Thèse soutenue le 10 décembre 2011

Résumé

3La géographie entendue comme savoirs et recherches sur les manières de construire, d’aménager et d’habiter la Terre peut-elle s’appuyer sur le projet photographique ? Regarder, parcourir, s’arrêter, venir et revenir, se positionner et incorporer un espace jusqu’à ce qu’il devienne ordinaire, sont-ce des pratiques géographiques que les photographes ont érigé en art ? De quelles façons un art de la photographie géographique est-il susceptible de suggérer des interrogations, non pas sur les apparences, mais sur la part structurelle de phénomènes spatiaux ?
La thèse de doctorat, Le projet photographique comme expérience et document géographiques, est composée de deux volumes de recherches et d’enquête. Tout d’abord, la photographie géographique est définie comme un procédé d’expérimentation, d’observation et d’étude des modes de construction, d’aménagement et d’habitation, dans leurs différentes spatialités. Cette définition s’appuie sur l’étude de commandes institutionnelles, de travaux personnels et, notamment, sur des entretiens réalisés avec des photographes et des commanditaires, dont des aménageurs. Ensuite, une photographie et une géographie de la Grèce contemporaine sont conjointement développées. Pour cela, le projet photographique fut imaginé et accomplit afin d’examiner les usages, les pratiques d’édification et les logiques de transformation qui caractérisent ce pays, du nord au sud. Il a été pensé comme une manière d’être attentif, comme une technique de prise de notes et comme un moyen de produire des documents analysables par des habitants, des constructeurs, des acteurs de la géographie locale.

Abstract

4Can geography – conceived as knowledge and research on the ways of building, managing, and inhabiting Eart – rely on a photographic project ? Looking, scouring, stopping, going and coming back again, positioning oneself, embodying a space until it becomes ordinary, are all these actions geographical practices that photographers have transformed into art ? How can the art of geographical photography be a support to formulate questions, not based on appearances, but on the structural part of spatial processes ?
The PhD thesis entitled – The photographic project as a geographical experience and document – consists of two volumes of research and investigation. First, the geographical photography is defined as a process of experiment, observation, and study of the ways of building, planning and inhabiting, in all their different spatialities. This definition relies on the study of institutional commissions, personal works, notably and interviews conducted with photographers and commissioners, some of whom land use planners. Secondly, a photography and a geography of contemporary Greece were jointly developed. A photographic project was established to examine the use, building practices and the logic of transformation that characterize this country, from North to South. This project has been thought as a way of paying attention, as a technique of making notes and as a way of producing documents that can be analyzed by inhabitants, builders, and actors of local geography.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jordi Ballesta, « Le projet photographique comme expérience et document géographiques », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2011, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://acrh.revues.org/4500 ; DOI : 10.4000/acrh.4500

Haut de page

Auteur

Jordi Ballesta

En mai 2012, Jordi Ballesta était chercheur indépendant, résidant à Athènes. Il travaillait, d'une part, sur les écritures plurielles de la géographie et, dans ce cadre, sur les articulations entre texte, photographie et cartographie. Il perpétuait, d'autre part, ses enquêtes sur les manières de construire, d'habiter et d'aménager en Grèce, dans le but de réfléchir à une géographie du faible aménagement, laissant place aux échappées, aux espaces indéterminés.
Afin d'enrichir ces deux versants de sa recherche, il amorçait une étude sur les archives photographiques de John Brinckerhoff Jackson, lesquelles lui permettront, potentiellement, de réfléchir à l'expérience du paysage vernaculaire que développa ce géographe, de même qu'à son usage de la prise de vue durant ses enquêtes de terrain.
Mail :jordi [point] ballesta [arobase] laposte [point] net

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page