Navigation – Plan du site

« Le premier prince de l’Empire, le vote le plus sûr dont dispose Votre Majesté et sa Maison Royale ».
Les archevêques de Mayence et la projection espagnole dans le Saint Empire (milieu du XVIe siècle – milieu du XVIIe siècle)

Étienne Bourdeu

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Christophe Duhamelle Directeur d’études à l’ÉHESS ;
Monsieur Alain Hugon Professeur d'Histoire moderne à l'Université de Caen ;
Madame Isabelle Poutrin Maître de conférences HDR à l'université Paris - Est Créteil Val de Marne ;
Madame Carmen Sanz Ayan Professeure à l’Université Complutense de Madrid ;
Monsieur Bernard Vincent Directeur d’études à l’ÉHESS.

2Thèse soutenue le 7 décembre 2011

Résumé

3En abdiquant en 1556, Charles Quint impose à ses successeurs, Philippe II pour les territoires sous domination hispanique et Ferdinand Ier pour le Saint Empire, d’inventer de nouvelles formes de relations entre ces deux ensembles. L’activation du lien dynastique sert dans un premier temps au Roi Catholique à obtenir l’investiture des fiefs impériaux et à recruter des soldats dans l’espace impérial ; de son côté, l’empereur bénéficie du soutien financier de son cousin madrilène.
Á partir de 1566, la révolte flamande oblige les Espagnols à approfondir leurs relations avec les princes territoriaux voisins des Pays-Bas. Dans cette perspective, de premiers contacts sont établis avec les électeurs ecclésiastiques, les archevêques de Mayence, de Cologne et de Trèves. Si ces deux derniers intéressent davantage les Espagnols, du fait de leur proximité avec les territoires révoltés, la position institutionnelle de l’archevêque de Mayence, également archichancelier de l’Empire, semble alors être un gage de neutralité permettant d’envisager une médiation avec les rebelles en 1578.
C’est davantage la crise de l’autorité impériale durant le règne de Rodolphe II qui rapproche de manière la plus significative Mayence des Espagnols puisqu’ils partagent à cette occasion les mêmes objectifs : assurer la continuité et le renforcement de l’autorité impériale. La fin du xvie siècle et surtout le début du siècle suivant voient donc s’opérer un approfondissement des contacts qui atteint son apogée avec l’entrée de l’archevêque Johann Schweikard von Cronberg dans le réseau des client espagnols mis en place durant la Pax hispanica.
Sans vraiment remettre en cause cette alliance, l’éclatement de la guerre de Trente ans modifie les termes de la relation : accaparés par le déroulement de la guerre et son financement, les Espagnols ne sont plus en mesure de prêter toute l’attention nécessaire à leurs réseaux d’influence dans le Saint Empire. Dans le même temps, avec l’accession à la tête de l’Empire de Ferdinand II, un processus de reconstruction de l’autorité impériale s’amorce enfin et l’archevêque de Mayence peut ainsi revenir à sa politique traditionnelle de bonnes relations avec l’empereur.
Cette étude de la présence hispanique dans le Saint Empire à partir de l’exemple des archevêques de Mayence est indissociable d’un travail plus vaste sur les moyens de la présence espagnole dans cet espace. Aux liens dynastiques et aux rapports de force qu’ils permettent d’instaurer entre les deux branches de la famille des Habsbourg, il convient également d’ajouter le rôle joué par la structure diplomatique constituée par les ambassadeurs, ainsi que celui joué par les réseaux de clients. Enfin, l’argument confessionnel constitue une des modalités de l’affirmation d’une présence hispanique dans le Saint Empire même si elle est utilisée avec une plus grande souplesse que le facteur dynastique

Abstract

4When Charles v abdicates in 1556, his successors, Philip II in the Hispanic territories and Ferdinand I in the Holy Empire, have to find out a new model of relations between their two kingdoms. First, the dynastic relationship allows the Catholic King to recruit quite easily mercenaries among the princes of the Empire and to get invested in the Imperial fiefs in Northern Italy ; in return, the Spaniards give a financial support to the emperor.
From 1566 on and faced with the Dutch rebellion, the Spaniards have to enter in relation with more German princes neighbouring the Flemish states. That is the reason why Philip II comes into contact with the ecclesiastical electors, the archbishops of Cologne, Mainz and Trier. The Spaniards are interested in the last two of them because of the nearness of their principalities with the revolted territories. Nevertheless the institutional position of the archbishop of Mainz, who is also arch-chancellor for the Empire, seems to make possible to act as a mediator in the conflict between the Dutch and the Spanish king.
During the reign of Rudolf II, the crisis of the imperial power leads the archbishop of Mainz to get closer to the Spaniards. They both share the same goals : to perpetuate and to reinforce the imperial power. As a consequence, Archbishop Johann Schweikard von Cronberg enters the Spanish networks of clients at the very beginning of the 17th century when the Pax hispanica spreads all over Europe.
As the Thirty Years’ War begins, the conditions of this alliance are redefined but it is put into question. But as the more the Spaniards are preoccupied by the leading of the war and its financing, the less they can take care of their clients in the Holy Empire. In the same time, Emperor Ferdinand II begins to make his power stronger. This process allows the archbishop of Mainz to resume his close relation with the emperor to the detriment of the Spaniards.
The work on the Spanish presence in the Holy Empire through the role of the archbishops of Mainz cannot be dissociated from the analysis of the means of this very presence. This includes the dynastic relationships and the way they are used by the two branches of the Habsburg family. The diplomatic structures and the roles of the ambassadors are also to be studied. At last, the networks of clients and the religious policies are some of the tools used by the Spaniards to promote themselves in the Holy Empire and allow more possibilities than the plain dynastic factor

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Bourdeu, « « Le premier prince de l’Empire, le vote le plus sûr dont dispose Votre Majesté et sa Maison Royale ».
Les archevêques de Mayence et la projection espagnole dans le Saint Empire (milieu du XVIe siècle – milieu du XVIIe siècle)
 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2011, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 27 août 2014. URL : http://acrh.revues.org/4517 ; DOI : 10.4000/acrh.4517

Haut de page

Auteur

Étienne Bourdeu

Étienne Bourdeu est titulaire d’un DEA d’histoire et civilisations de l’université de Toulouse II – Le Mirail depuis 2001, il a passé le CAPES d’histoire-géographie en 2002 et l’agrégation d’histoire en 2003. Ancien membre scientifique de la Casa de Velazquez (2009-2011) et docteur de l'ÉHESS (2011) Étienne Bourdeu poursuit son travail sur la projection espagnole en Europe et plus spécialement dans l'espace impérial. Il a publié :
- « Redéfinition du projet impérial ou construction d'un réseau de clients ? Les étapes allemandes du voyage du prince Philippe aux Pays-Bas (1548-1552) », Mélanges de la Casa de Velázquez, p. 42-2, automne 2012.
- Compte-rendu d'ouvrage : René Vermeir, En Estado de guerra. Felipe IV y Flandes, 1629-1648, Cordoue, Universidad de Cordoba, 2006, Revue d'histoire moderne et contemporaine, 58-1, pp. 204-206.
Étienne Bourdeu A.T.E.R. histoire moderne - Université de Tours, 107 bis boulevard Soult, 75012 Paris. Tél : 0033 (0)1 43 41 60 05 Mail : etienne [point] bourdeu [arobase] wanadoo [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page