Navigation – Plan du site

Lutter contre l’avortement illégal.
Les politiques de la vie au défi du contrôle des moeurs (France, 1890-1950)

Fabrice Cahen

Texte intégral

1Composition du Jury :

Madame Isabelle von Bueltzingsloewen, Professeure à l’Université de Lumière Lyon 2, Histoire et sociologie de la santé ;
Madame Laura L. Downs, Directrice d’études à l’ÉHESS ;
Monsieur Christoph Conrad, Professeur à l’Université de Genève et Responsable de l'Unité d'Histoire contemporaine ;
Monsieur Olivier Ihl, Professeur à l’Institut d’études politiques de Grenoble ;
Monsieur Denis Pelletier, Directeur d’études à l’EPHE, Section des sciences religieuses ;
Monsieur Paul-André Rosental (Directeur de thèse), Professeur à Sciences Po et chercheur associé à l’Institut National d’Études Démographiques (INED).

2Thèse soutenue le 12 décembre 2011

Résumé

3Cette thèse se veut une contribution à l’étude (croisée) des normes familiales, des politiques sociales et/ou « natalistes » et des rapports de genre. La lutte anti-avortement est définie ici comme une mobilisation collective, imbriquant étroitement des militants natalistes et familiaux, des « experts » de la population et des responsables de l’appareil d’État. Elle est construite comme une politique de régulation des comportements de procréation/reproduction, politique étudiée dans sa confrontation, éminemment problématique, avec le corps social.
Á partir d’un portrait collectif des initiateurs de la lutte contre l’avortement, est d’abord retracée de façon étoffée la genèse d’une entreprise de lutte. Nous rejoignons ici des analyses relativement classiques de la sociologie politique en montrant par quel processus se construit, à partir de la fin du xixe siècle, une cause collective ensuite érigée en « problème public ». Ayant cherché à identifier les traits distinctifs de cette forme particulière de « croisade morale », nous insistons en particulier sur la diversité des acteurs engagés, en montrant comment se côtoient des personnalités privées (notamment des médecins exposés de près à la question de l’avortement) et des acteurs étatiques ou liés à l’État. L’analyse de réseaux permet de resituer à leur bonne place certaines figures emblématiques, souvent mentionnées dans l’historiographie, et d’identifier les acteurs les plus centraux comme le médecin Adolphe Pinard, le leader de l’Alliance nationale contre la dépopulation Fernand Boverat, ou encore le juriste Henri Berthélémy. On insiste sur la double composante, religieuse et profane, de cette croisade, en montrant notamment comment les notions de « respect de la vie » ou de morale sexuelle, qui sont d’ailleurs loin d’être l’apanage des chrétiens, rencontrent la démarche très « matérialiste » de « chiffrage » de l’avortement. Car il semble en effet avoir fallu, pour que l’avortement soit reconnu comme problème national et comme paramètre pertinent d’action publique, intégrer ce phénomène à ce que Louis-Adolphe Bertillon appelait la « comptabilité des existences ». Notre conclusion est ici que tout ce travail social aboutit, aux alentours de la Grande guerre, à une politisation réussie.
Vient ensuite la question de la définition des politiques de lutte contre l’avortement, et plus particulièrement de la fabrication des mesures opposées à ce « fléau social ». Nous observons ici comment l’hétérogénéité de la constellation d’acteurs mobilisés démultiplie les réponses politiques possibles. Plusieurs stratégies d’action publique s’affrontent. Il est difficile de les ranger dans les rubriques usuelles de la théorie politique (morale/droit, prévention/répression, politiques pénales/politiques sociales…) ; nous proposons donc une esquisse de typologie en distinguant des stratégies « idéalistes », des stratégies « matérialistes » et des stratégies « institutionnalistes ». Les dispositifs de lutte se constituent alors par arbitrages et dosages entre ces diverses approches. Nous démontrons ensuite que les acteurs mobilisés ne sont pas seulement des architectes qui disparaissent du jeu une fois les dispositifs mis en place, mais qu’ils contribuent activement à leur application opérationnelle. L’action publique fonctionne en effet en réseau, en intégrant toutes sortes de contributeurs et en particulier les acteurs associatifs.
Á partir de l’entre-deux-guerres, et surtout dans les années 1940, on voit cette « politique de la vie » revêtir un nouveau visage. Outre son aspect le plus manifeste - l’acceptation progressive de réponses marquées par un degré significatif de violence et juridiquement éloignées de l’État de droit - cette politique repose sur une logique plus profonde : le développement d’un impératif d’efficacité qui suppose une rationalisation, à tous les niveaux, de l’action institutionnelle. Nous observons notamment comment se constitue, pas à pas, une sorte de « machine à punir » : un pouvoir judiciaire rangé sous le contrôle de l’exécutif, des fonctionnaires placés en émulation, une restriction tendancielle de la marge d’interprétation et de l’esprit d’équité qui caractérisent l’acte de juger dans une démocratie libérale. Longtemps mal assumé, l’appel à certaines « bonnes volontés » prend une ampleur sans précédent : l’un des chapitres centraux de la thèse montre de quelle manière s’est constitué autour des années sombres un système associant forces de police judiciaire spécialisée et institutionnalisation de la délation. Cette radicalisation de la lutte contre l’avortement dans les années 1940 (remise en cause progressivement à partir de 1944) pose avec acuité la question de l’efficacité de ces mesures politiques. L’État peut-il lutter efficacement contre ce type de conduites privées et clandestines ? Il n’existe aucune réponse simple à une telle question. En plus des statistiques pénales, nous avons exploré ce que les données démographiques et médicales pouvaient livrer comme indication à ce sujet. Sans être en mesure d’offrir des résultats formels, nous suggérons certaines façons de reposer le problème, en l’abordant notamment à petite échelle et sur un intervalle de temps plus restreint. Nous rappelons d’autre part que la notion d’efficacité revêt des significations très diverses pour les combattants anti - avortement, rarement naïfs au point de croire à la magie de la puissance publique. Il nous semble que plusieurs éléments interdisent de penser que ces politiques (surtout dans leurs versants « idéaliste » et « institutionnaliste ») aient été strictement inopérantes : en contraignant les infractant(e)s, en les obligeant à se cacher et donc en rendant l’opération plus nocive, en maintenant l’acte abortif dans l’illégalité, en donnant mauvaise conscience aux femmes avortées, les combattants anti-avortement ont obtenu une partie de ce qu’ils recherchaient… Á cet égard, il est possible de soutenir que le tournant législatif de 1975 n’a pas effacé toutes les traces laissées par ces années de lutte anti-avortement.

Abstract

4This doctoral research deals about the struggle against illegal abortion in France, between the late 19th century and the early 1950’s. Its main purpose is to show – on the basis of empirical findings – how such « biopolitical » undertaking to manage and govern life and bodies confronted the impossibility to control human behaviours in the field of reproduction practices.
After examining the genesis of a collective project to fight abortion, this research tries to enlight its various institutional expressions. The carrying out of a global survey of the political strategies and means of government which were elaborated and/or implemented enables to show how coercion was associated to more subtile techniques (tending to reframe moral landmarks, to create self-care and even to produce emotions). Through a historical presentation showing the dynamic balance between these different instruments, we connect three historical elements : the evolution of the anti-abortion networks, the successive forms of the French State and the professional norms which could facilitate or prevent the control and the overviewing of intimacy. Then we observe the concrete interactions between civil servants, private actors like the physicians, and the population itself. Faced to the traditional skepticism as to the « effectiveness » of such an « utopian » project, we prefer to assume that the anti-abortion policies during the 19th century did produce many effects, at different levels, even though these policies did not reach the goals which were ascribed to them explicitly.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Cahen, « Lutter contre l’avortement illégal.
Les politiques de la vie au défi du contrôle des moeurs (France, 1890-1950)
 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2011, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://acrh.revues.org/4533 ; DOI : 10.4000/acrh.4533

Haut de page

Auteur

Fabrice Cahen

Enseignant en lycée depuis 2001, agrégé d’histoire, Fabrice Cahen entreprend actuellement, dans le prolongement de son étude doctorale, un ensemble de recherches sur l’histoire sociale des « politiques de la vie », en particulier autour des questions de la contraception et de l’avortement, de la stérilité conjugale et de l’eugénisme. Fabrice Cahen s’intéresse notamment à la figure du Docteur Jean Dalsace et à son action avant la loi Neuwirth.
Fabrice Cahen a notamment publié les articles suivants :
- De l'« efficacité » des politiques publiques : la lutte contre l'avortement « criminel » en France, 1890-1950 in Revue d’histoire moderne et contemporaine 2011/3 (n° 58-3) ;
- « La poursuite de la répression anti-avortement après vichy une guerre inachevée ? » in Vingtième siècle. Revue d’histoire 2011/3 (n° 111) ;
- « Medicine, statistics, and the encounter of abortion and "depopulation in France (1870-1920) », in History of the Family 14 (2009) 1, 19-35 ;
- « De la contraception clandestine à la loi Neuwirth : la France à la traîne ? » in « La loi Neuwirth quarante ans après : une révolution inachevée ? », Population et sociétés, n°439, novembre 2007, pp. 5-8 ;
- « Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et les visites des camps. Étude d'une controverse », in Revue d'histoire de la Shoah : le monde juif, 172 (mai-août 2001) ;
Fabrice Cahen a également effectué des comptes rendus critiques, notamment sur :
- Boltanski Luc, La condition foetale, Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gallimard, 2004 dans la revue Population 5/2005 (Vol. 60) ;
- Lemercier Claire et Zalc Claire, Méthodes quantitatives pour l’historien, La Découverte, collection « Repères », 2008 dans la revue Population, 2009/1 (Vol. 64) ;
- De Luca Barrusse Virginie, Les familles nombreuses. Une question démographique, un enjeu politique. France (1880-1940), Presses Universitaires de Rennes, 2008 dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2010/2 (n° 57-2).
Mail : Fabrice [point] cahen [arobase] wanadoo [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page