Navigation – Plan du site

« Vetat Mori ». Une institution au service du Prince, de la Petite Académie à l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres (1663-1742)

Fabrice Charton

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Christian Jouhaud (directeur ÉHESS Paris) ;
Monsieur Jean Boutier (Président ÉHESS Marseille) ;
Madame Françoise Waquet (rapporteur CNRS) ;
Monsieur Stéphane Van Damme (rapporteur Sciences Po Paris) ;
Monsieur Angelo Torre (Université du Piémont, Italie).

2Thèse soutenue le 19 septembre 2011. Mention très honorable avec les félicitations du jury.

Résumé

3En 1663, Jean-Baptiste Colbert, surintendant des bâtiments du roi, réunit une petite équipe composée de membres de l’Académie française : la Petite Académie est née. Chargée de rédiger l’histoire du Roi-Soleil par les devises, les inscriptions et les médailles, elle va rapidement devenir un acteur incontournable de la politique publicitaire royale. En 1701, elle reçoit un règlement qui l’institutionnalise et devient Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres. Dès le début du xviiie siècle, l’institution va diversifier ses activités, passant de tâches panégyriques à des études historiques plus fines. L’Académie, institution royale, devient alors le reflet de la figure du prince lettré. Elle est un maillon essentiel de la République des Lettres. Le fonctionnement de cette Académie sur une période de cent ans est le reflet d’un monde qui change, coincé entre les valeurs du Grand Siècle et les innovations du Siècle des Lumières.

Abstract

4In 1663, Jean-Baptiste Colbert, Superintendant of the King’s Buildings, gathered a small team composed of members of the Académie Française: the petite Académie was born. Entrusted with the responsibility of writing the history of the Roi Soleil (Louis xiv) in tokens, inscriptions and medals, it soon became an essential actor of royal propaganda. In 1701, it was institutionalised and became the Académie Royale des Inscriptions et Belles Lettres (Royal Academy of Inscriptions and Letters). In the early 18th century, the institution started to add some finer historical studies to its panegyric task. The Académie, a royal institution, then became a reflection of the figure of the Lettered Prince. It thus became an essential link in the Republic of Letters. The way this academy functioned during a century reflects a changing world, between the values of the Grand Siècle (17th century) and the innovations of the period of Enlightment in the 18th century.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Charton, « « Vetat Mori ». Une institution au service du Prince, de la Petite Académie à l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres (1663-1742) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2011, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://acrh.revues.org/4549 ; DOI : 10.4000/acrh.4549

Haut de page

Auteur

Fabrice Charton

Professeur d’Histoire au lycée Gustave Flaubert de La Marsa (établissement de l’AEFE en Tunisie), les travaux de recherches de Fabrice Charton portent actuellement sur les institutions royales d’Ancien Régime et en particulier sur l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres et sur ses membres. La construction de l’image royale, sa publicité, sa circulation, son contrôle, ses lectures sont autant d’objets d’études auxquels il s’intéresse.
Email : chartonfabrice [arobase] orange [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Centre de recherches historiques

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org