Navigation – Plan du site

Étude de la circulation de la Cena Cypriani durant le Moyen - Âge (avec édition de textes)

Andrea Livini

Texte intégral

1Composition du Jury :

Madame Anne Polo de Beaulieu, directeur de thèse, Directeur de recherche au CNRS ÉHESS ;
Madame Geneviève Bûhrer - Thierry, Professeur d’Histoire médiévale à l’université de Paris - Est, Marne-La-Vallée ;
Monsieur Alban Gautier, Maitre de conférence en Histoire médiévale à l’université du Littoral, Boulogne-sur-Mer ;
Madame Danuta R. Shanzer, Professor of Classics & Medieval Studies Dept. of the Classics University of Illinois ;
Monsieur Jean-Yves Tilliette, Professeur à l’université de Genève.

2Thèse soutenue le 24 octobre 2011 à Paris

Résumé

3Le sujet principal de cette thèse doctorale est l’étude de la Cena Cypriani, texte chrétien en prose, écrit au ve siècle probablement en France qui, bien que nous ignorions l’identité de son auteur, fut attribué à Cyprien de Carthage (200-258 après J-C) au cours du Haut Moyen Âge.
La Cena Cypriani est le court récit d’un singulier banquet biblique, organisé par le roi Joël (l’image de Dieu) auquel sont conviés tous les principaux personnages de la Bible, d’Adam à Jésus Christ. Alors que les invités préparent le banquet, se servent les uns les autres et s’amusent jusqu’à l’ivresse, soudainement, en raison du vol mystérieux des biens précieux du roi Joël, ils sont tous soupçonnés et soumis à la torture. Une fois découvert l’auteur du vol, les autres convives sont remis en liberté et peuvent rentrer chez eux.
L’on peut remarquer qu’au ton ouvertement satirique du texte, s’ajoute une technique narrative unique : le texte est constitué d’épisodes bibliques qui, par un mécanisme associatif, sont liés à des objets réels (comme, par exemple, la nourriture). Ce mécanisme permettait sans doute de comprendre les nombreuses indirectes citations bibliques contenues dans le texte, ce qui conférait à la Cena Cypriani une certaine fonction didactique.
L’élaboration de cette thèse a supposé un double travail : celui d’étudier la tradition originelle du texte – et celle de ses principales réélaborations médiévales – et celui d’étudier l’importance de la Cena Cypriani au Moyen Âge.
Nous avons divisé notre travail en deux parties et nous avons également proposé, dans un appendice, l’édition de textes, objet d’étude de notre travail.
Pour établir le texte de la Cena Cypriani nous avons tout d’abord proposé une étude des codices ayant transmis le texte (qui sont en nombre de 60), et qui ont été écrits notamment en France entre le ixe et le xiie siècle.
Á cette étude l’on a fait suivre un travail consacré aux sources du texte, qui nous permet de mieux comprendre quelle fonction pouvait être la de la Cena Cypriani au Moyen Âge.
Nous avons, donc, tâché d’étudier, dans un premier temps, la création littéraire du texte grâce à la reconstitution de la « bibliothèque » de l’auteur anonyme qui maîtrisait parfaitement la langue grecque et connaissait un grand nombre d’auteurs latins antiques (notamment Pline et Martial) et tardifs (Ammien Marcellin et Végèce) puis, dans un second temps, le milieu social et culturel dans lequel cet auteur aurait pu écrire la Cena Cypriani et surtout la fonction de cette dernière. Nous avons pu conjecturer que la Cena Cypriani était un texte de divertissement chrétien qui servait, lors de lectures publiques ou privées, à amuser l’auditeur ou le lecteur. En effet, dès le ve siècle la fonction principale du texte est celle qui lui sera encore attribuée au Moyen Âge : il s’agit d’amuser tout en enseignant la Bible aux auditeurs et aux lecteurs par le biais d’indirectes et nombreuses références bibliques qui constituent des images qu’il est faciles de mémoriser et de performer. La Cena Cypriani présente également de complexes allégories qui nous font penser que ce texte chrétien pouvait avoir de précises significations religieuses et exégétiques. Elle est un unicum dans la littérature latine tardive même si l’on peut retrouver dans d’autres textes analogues du ive siècle, comme le Iudicium coci et pistoris et le Testamentum porcelli, textes liés à l’inversion comique et religieuse de la fête des Saturnalia, ce type de didactique comique.
Dans la seconde partie de ce travail, nous avons proposé une raison à la fortune de la diffusion de la Cena Cypriani au début du Haut Moyen - Âge, notamment en France : elle offrait une nouvelle façon de comprendre et d’apprendre la Bible, tant aux élèves des écoles qu’aux personnes illettrées, puisque elle était à la base de la mise en scène de processions formées par des personnes déguisées en personnages bibliques. Nous avons, en outre, dans cette même partie démontré que la Cena Cypriani originale est l’un des archétypes des mystères médiévaux et qu’elle est également un texte de fondamentale importance pour comprendre la performance religieuse médiévale.
La circulation du texte et sa fortune sont marquées – notamment au Haut Moyen - Âge –par les deux réélaborations qui en ont été faites au ixe siècle : la Cena Nuptialis écrite en 856 par l’ancien abbé de Fulda, Raban Maure (780-856), et la Cena Iohannis de Jean Inmonides (IXe siècle), diacre romain faisant partie de la cour papale de Jean viii (872-882) qui transforma le texte original en un poème qui avait pour principale finalité celle d’être représenté à Rome, pendant la fête de Pâques, par le biais d’une procession religieuse et de rituels d’inversion comiques qui représentaient un mystère sacerdotal. Cette représentation romaine était une imitation de l’usage didactique et religieux carolingien de la Cena Cypriani. Lors de l’élaboration de notre édition critique de la Cena Iohannis nous avons découvert que c’est Charles le Chauve (823-877), qui se rendit à Rome en 875 pour être couronné empereur, qui fit découvrir la Cena Cypriani aux romains, en l’utilisant pour réaliser une procession religieuse de type théâtral.
La Cena Cypriani était considérée à l’Âge Carolingien comme un texte didactique et sa performance liturgique nous ouvre d’intéressantes perspectives pour mieux comprendre la dimension populaire de certaines formes de liturgie théâtrale qui servaient à apprendre la Bible aux masses. Ainsi, la Cena Azelini (xie siècle) aurait été écrite pour réaliser ce type de fonction. Même si elle ne nous est parvenue que de façon incomplète, de nombreux éléments nous prouvent que cette réélaboration de la Cena Cypriani a été écrite pour être lue publiquement ou pour être chantée, puisqu’elle était accompagnée d’annotations musicales. Par la suite la Cena Cypriani a encore été réélaborée à deux reprises entre le xiie et le xiiie siècle et il existe également un commentaire du texte, écrit par Hervé de Bourg - Dieu, qui témoigne de la grande importance religieuse de la Cena Cypriani et qui servait également à mieux expliquer les indirectes citations bibliques du texte ; en accompagnant la Cena Cypriani il facilitait probablement aux lecteurs la compréhension et la mémorisation logique du texte original. Cette didactique, qui peut sembler originale, eut une grande importance dans les écoles monastiques à partir de l’Âge Carolingien : en effet, la Cena Cypriani médiévale est majoritairement transmise par les manuscrits provenant des scriptoria monastiques, notamment bénédictins et cisterciens. L’écriture et la transmission de la Cena Cypriani au Moyen Âge semblent justifiées par la fonction didactique du texte, une didactique de la Bible complexe mais efficace qui se faisait également grâce aux réécritures du texte. Parmi celles - ci il faut compter l’une des dernières réélaborations connues– sans doute la plus complexe – ; la Cena d’Arras. Cette réélaboration, bien qu’elle ne nous soit parvenue que de façon incomplète et même si l’on peut douter qu’elle ait été représentée publiquement, comme la Cena Iohannis et peut-être la Cena Azelini, est la preuve de l’importance didactique et religieuse de la Cena Cypriani au xiiie siècle. Cette étude, consacrée à la tradition médiévale de la Cena Cypriani, que nous avons pu réaliser grâce aux nombreux manuscrits qui transmettent la Cena Cypriani et ses réélaborations et réécritures, nous a permis de mettre en lumière une partie méconnue de la didactique de la Bible et de la liturgie médiévale, toutes deux liées au folklore et à la culture populaire.
Pour finir, nous avons proposé dans un appendix une nouvelle édition critique de la Cena Cypriani et de la Cena Iohannis, ce dernier texte étant d’une extrême importance pour comprendre le sujet de la performance publique de thèmes religieux. Nous avons également proposé dans cet appendix une exégèse complète des 500 indirectes références bibliques du texte original, une liste des sources qui inspirèrent l’écriture de la Cena Cypriani originale et les textes de la Cena Azelini et de la Cena d’Arras.

Abstract

4“Study on the circulation of Cena Cypriani during the Middle Ages (with an edition of texts).”
The main subject of our PhD thesis is the study of Cena Cypriani, a Christian text in prose, written in the 5th century which, although we ignore the identity of its author, was attributed to Cyprian of Carthage (200-258 A.D.) during the Early Middle Ages, probably in France.
Cena Cypriani is the short tale of a singular biblical banquet, organized by King Joel (the image of God) to whom all the main characters of the Bible, from Adam to Jesus Christ, are invited. They prepare the banquet, serve food to each other and have fun until they are drunk. Suddenly, because of the mysterious theft of King Joel’s precious goods, all the guests are subjected to torture. Once the author of the theft has been known, the other characters are released by King Joel and can return home.
We can notice that in the openly satiric tone of the text, a unique narrative technique is added : the text is made up of biblical episodes which, by an associative mechanism, are connected to real objects (as, for example, the food). This mechanism should enable us to understand the numerous indirect biblical quotations contained in the text, what confers to Cena Cypriani a certain didactic function.
The elaboration of this thesis has supposed a double task : the study of the original tradition of the text - and of its main medieval rewritings - and the study of the importance of Cena Cypriani in the Middle Ages. We divided our work into two parts and we have also proposed the edition of Cena Cypriani at the final part of the thesis.
To edit the text of Cena Cypriani, we proposed first the study of the manuscripts which transmitted the text (60), and which were written in France in particular between the 9th and the 12th century. This was followed by a study dedicated to the sources of the text, in order to understand which function Cena Cypriani could have.
Thus, we tried to study the literary creation of the text thanks to the reconstruction of the "library" of the anonymous author who knew the Greek language perfectly, and knew a large number of antique Latin (in particular Plinius and Martial) and late (Ammianus Marcellinus or Vegetius) authors, as well as the social and cultural environment in which this author could have written Cena Cypriani and more specifically the function of the latter. We were able to guess that Cena Cypriani was indeed a text of Christian entertainment which was served to amuse the listener or the readers during public or private readings.
From the 5th century, the main function of the text had been the same one as in the Middle Ages : e.g. amusing and teaching the Bible to the listeners and to the readers by means of indirect and numerous biblical references which established images which were easy to memorize and to perform. Cena Cypriani also presents complex allegories which remind that this Christian text could have had some precise religious and exegetical meanings. It is a unicum in Late Latin literature even if we can find texts related to the funny and religious inversion of the Saturnalia festival, this type of funny didactics, in other similar texts of the 4th century, like Iudicium cocis et pistoris and Testamentum porcelli.
Then, in the second part of this work, we found a reason for the transmission of Cena Cypriani and its importance at the beginning of the Early Middle Ages, in particular in France : it offered a new possibility of including and of learning the Bible, both to pupils and illiterate persons, because it was based on the staging of processions formed by persons disguised as biblical characters. Besides, we demonstrated that the original version of Cena Cypriani is one of the archetypes of medieval mystery plays and also a text of fundamental importance to understand medieval religious performances.
The circulation of the text is marked – in particular in the Early Middle Ages – by two rewritings from the 9th century : Cena Nuptialis written in 856 by the former abbot of Fulda Rabanus Maurus (780-856) and Cena Iohannis by John Inmonides (9th century), a Roman deacon of the papal court of Jean viii (872-882 ), which transformed the original text into a poem destined to be performed in Rome, during Easter, thanks to a religious procession and O funny rites of inversion which represented priestly mystery plays.
The Roman representation of Cena Cypriani was an imitation of the Carolingian didactic and religious use of Cena Cypriani ; during the elaboration of our new critical edition of Cena Iohannis, we were able to discover that Charles the Bald (823-877) was the one who went to Rome in 875 to be crowned Emperor, who made Cena Cypriani accessible to Romans, by making it into a religious procession of theatrical type. In the Carolingian Age, Cena Cypriani was considered as a didactic text, its liturgical performance opens interesting perspectives to understand the popular dimension of certain forms of theatrical liturgy, which served to teach the Bible to the masses.
As a consequence, Cena Azelini (11th century) could have been written for this type of function. Even if it has come to us incompletely, numerous elements show us that this rewriting of Cena Cypriani was written to be publicly read or sung, because it was accompanied with musical notes. Cena Cypriani was again rewritten twice between the 12th  and the 13th century and we also know a comment on the text, written by Hervé of Bourg - Dieu, which shows the big religious importance of Cena Cypriani and also serves to explain better the indirect biblical quotations of Cena Cypriani ; by accompanying Cena Cypriani, it probably facilitated the readers’ understanding and logical memorization of the original text.
This didactics, which seem original, had a big importance in the monastic schools from the Carolingian Age : the medieval Cena Cypriani is indeed transmitted mainly by manuscripts resulting from monastic scriptoria, in particular Benedictines and Cistercians. The writing and the transmission of Cena Cypriani in the Middle Ages seem to be justified by the didactic function of the text, complex but effective didactics of the Bible which were made as well thanks to the rewritings of the text. Among these should be considered one of the last known - doubtless the most complex - rewriting of the text, that is Cena from Arras.
This reworking of Cena Cypriani, although it reached us in an incomplete way and even if we do not know if it was publicly performed, as Cena Iohannis and maybe Cena Azelini, evidences the didactic and religious importance of Cena Cypriani in the 13th century. This study, dedicated to the medieval tradition of Cena Cypriani, which we were able to carry out thanks to the numerous manuscripts which transmit Cena Cypriani and its reworkings and rewritings, allowed us to show an underestimated part of the didactics of the Bible and the medieval liturgy, both related to folklore and to popular culture.
Then, we proposed a new critical edition of the text of Cena Cypriani and Cena Iohannis in the final part of the thesis (appendix), this last text being of extreme importance to understand the subject of the public performance of religious themes. In this appendix we also proposed a complete exegesis of the nearly 500 biblical indirect references to the original text, a list of the sources which inspired the writing of the original version of Cena Cypriani and the texts of Cena Azelini and the Cena of Arras.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Livini, « Étude de la circulation de la Cena Cypriani durant le Moyen - Âge (avec édition de textes) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2011, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://acrh.revues.org/4702

Haut de page

Auteur

Andrea Livini

Après une maîtrise en Histoire Médiévale à l’Université de Bologne en 2001, Andrea Livini a poursuivi ses recherches sur le thème principal du mémoire de maîtrise : la littérature latine de type comique et théâtral. Andrea Livini s’est plus particulièrement consacrée à la Cena Cypriani, dont une nouvelle étude a fait l’objet du mémoire de DEA en littérature classique présenté à l’Université de Salamanque (Espagne) en 2006. Par la suite, elle a présenté une nouvelle édition et une nouvelle étude de ce texte et de sa tradition médiévale dans le cadre de la thèse doctorale soutenue au Gahom (EHESS-CNRS) en 2011. Au cours de ses recherches doctorales Andrea Livini a participé à de nombreux colloques nationaux et internationaux consacrés au Moyen - Âge et a également publié des articles sur le sujet de ces recherches pré - doctorales. Actuellement, Andrea Livini s’est engagée dans un projet post - doctoral (projet Omnia, IRHT-ENC-Artehis) pour le développement d’un outil d’interrogation des textes latins.
Mail : alivini [arobase] yahoo [point] it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org