Navigation – Plan du site

Le marché dans le Royaume d’Italie (viiie - milieu xie siècle) : archéologie et histoire

Francesca Rapone

Texte intégral

1Composition du jury:

Professeur Étienne Hubert (ÉHESS Paris) ;
Professeur Sauro Gelichi (Università Ca’ Foscari di Venezia) ;
Professeur Paul Arthur (Università del Salento) ;
Professeur François Bougard (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

2Thèse soutenue le 14 décembre 2011

Résumé

3Vers la fin du VIIe siècle le changement du climat politique, à la suite de la paix de 680, a eu une influence positive sur l’économie avec une plus grande circulation de biens et de personnes entre le Royaume, l’Empire et les territoires francs. Á cette amélioration des relations avec les voisins, s’est associé, la définition et le renforcement des structures politiques, administratives et législatives du Royaume lombard. Pendant cette même période, les centres commerciaux placés sur la côte du nord de l’Adriatique se sont développés grâce à leurs contacts directs avec l’Orient et les territoires byzantins, et grâce à leurs relations avec la région de la vallée du Po. Tous ces éléments ont du favoriser le développement d’un complexe et organisé réseau commercial qui trouve ses points nodaux dans les villes.
Dans la documentation du IXe siècle, le réseau de marchés de l’Italie centro - septentrionale nous semble complètement développé et structuré sur un système de lieux d’échange avec de fonctions différentes et placés hiérarchiquement dans le système des échanges. Ce développement doit être mis en relation avec la conquête de Charlemagne qui relia les circuits commerciaux de l’Italie avec celui de l’Europe centro - septentrionale. En effet, avec la conquête de l’Italie, l’axe du commerce avec la Méditerranée s’est déplacé vers l’Est sur l’axe Rhin - Alpes - Po. Donc, la concentration de marchés du IXe siècle sur la voie qui conduisait à Venise de Coire, en Suisse, nous semble pas due au hasard.
Ce parcours apparaît en pleine activité aussi pendant le Xe et XIe siècle quand les mentions de marchés, parfois hebdomadaires, dans les villes et les campagnes se font plus fréquentes. Ce développement ultérieur est probablement du, outre que au commerce international, à la croissance démographique qui a encouragé l’essor des réseaux d’échanges locaux et régionaux.
Á partir de la fin du VIIIe siècle, il est aussi possible d’observer la croissante implication, dans l’économie d’échange, des monastères et des églises qui s’efforçaient de connecter les circuits présents dans leurs terres avec ceux du commerce régional et international. Ceci est montré par les nombreuses concessions de marchés, ports et bateaux que les institutions religieuses reçoivent des souverains. Toutefois, la politique de concessions du droit de marchés suivie par les rois et les empereurs au cours des siècles ne semble pas être liée à un programme de développement commercial et économique mais à des nécessités de type politique.
L’implantation et le développement des lieux de marché et la constante croissance des concessions de leur droit par les souverains ne peuvent toutefois pas être expliqués exclusivement avec des raisons économiques surtout dans le contexte de sociétés qui tendaient à l’auto suffisance de chaque unité productive. Les marchés présents dans les campagnes lombardes déviant avoir des fonctions similaires aux « marchés périphériques » décrits par George Dalton. Par contre les propriétaires fonciers du IXe - Xe siècle devaient probablement implanter des marchés sur leur propriété à fin d’avoir un majeur control et pouvoirs sur les paysans installes sur leurs terres comme dans la Pologne du XVI XVIIIe siècle. En effet, le marché était un vecteur de rapports sociaux, religieux et administratifs outre que de relations commerciales. Pour cette raison il se déroulait souvent au même moment qu’un autre moment important de la vie sociale de cette époque: les festivités religieuses. Un certains nombres des marchés déviaient en effet leur naissance et développement à leur proximité à un lieu de culte.

Abstract

4“The Market in the kingdom of Italy (8th - first half of the 11th century) : Archaeology and History”.
In the late seventh century the change of the political climate, following the peace of 680, had a positive influence on the economy with a greater flow of goods and people between the Kingdom of Italy and the Frank’s Empire territories. This improvement of relationships with neighbors was associated with the definition and the strengthening of political, administrative and legislative structures of Lombard Kingdom. During this same period, commercial centers on the north coast of the Adriatic developed through their direct contacts with the East and the Byzantine territories and through their relations with the region of the Po Valley. All these elements supported the development of a complex and organized trade network that had its hubs in the cities.
In the documentation of the ninth century, the network of the markets of northern Italy seems fully developed and structured in a system of trading places with different functions and hierarchically set in the trading system. This development must be linked with the conquest of Charlemagne which connected Italian commercial circuits with that of central and northern Europe. Indeed, with the conquest of Italy, the axis of trade with the Mediterranean moved towards east, on the Rhine – Alps - Po axis. The concentration of the ninth century markets on the road leading to Venice from Coire, in Switzerland, seems not to be accidental.
This commercial road was also fully operational during the tenth and the eleventh century, when references to urban and rural markets, sometimes with weekly frequency, became more recurrent. This further development is probably not only due to an increase of international trade but also to the population growth which encourage the improvement of local and regional trade networks.
From the late eighth century is also possible to observe the involvement in trade economy of monasteries and churches which tried to connect the circuits existing in their lands with those of regional and international trade. This is shown by the numerous concessions of markets, ports and ships that religious institutions received from the kings. However, the policy of concessions of market right followed by kings and emperors over the centuries does not seem to be related to a program of trade and economic development but to political necessities.
The establishment and the development of the market place and the constant growth of its right, however, cannot be explained exclusively by economic reasons, especially in the context of societies that tended to self - sufficiency of each productive unit. Markets of Lombard lands had functions similar to"peripheral markets" described by George Dalton. Landowners of the ninth-tenth century probably located markets on their properties to have greater control and power over the peasants installed on their lands, as in Poland during the sixteenth – eighteenth centuries. Indeed, the market was a vector of social, religious and administrative, as well as trade, relations. Thus, for its characteristic of important social event, it is not surprising that it often took place at the same time of other important moments of the social life of that time: religious festivities. The birth and the development of a certain number of markets are in fact due to their proximity to a religious place.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Rapone, « Le marché dans le Royaume d’Italie (viiie - milieu xie siècle) : archéologie et histoire », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2011, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://acrh.revues.org/4745

Haut de page

Auteur

Francesca Rapone

Francesca Rapone est née à Rome le 6 juillet 1980. Elle a étudié à l’Université de Rome « La Sapienza » et a fait son doctorat en co - tutelle à l’ÉHESS de Paris et à l’Università Ca’ Foscari di Venezia.
Actuellement Francesca Rapone travaille à la publication des vestiges en métal provenant du site du haut Moyen Âge de Comacchio.
Mail : francescarapone [arobase] yahoo [point] it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org