Navigation – Plan du site

La phagothérapie : émergence d’une idée controversée et logique d’un échec (1917-1949)

Emiliano Fruciano

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Patrice Bourdelais, Directeur de thèse ;
Monsieur Christian Bonah ;
Monsieur Giovanni Camardi ;
Monsieur Gabriel Gachelin ;
Monsieur Jean-Paul Gaudilliere.

2Thèse soutenue le 18 juin 2011

Résumé

3L’objectif de cette thèse est de montrer le rôle de certains facteurs sociaux dans le processus d’acceptation d’une nouvelle découverte scientifique. À cette fin, nous avons analysé l’histoire de la phagothérapie. Il s’agit d’une thérapie fondée sur l’utilisation du bactériophage, virus parasite exclusif des bactéries. Ses caractéristiques biologiques en font un agent idéal pour le traitement des maladies infectieuses d’origine bactérienne. Certains experts contemporains affirment que la phagothérapie peut être plus efficace que les antibiotiques dans certaines conditions cliniques : de ce fait, elle se voudrait une solution à l’antibio - résistance.
Ce traitement a d’ailleurs une longue histoire. Il a été développé par le microbiologiste franco-canadien Félix d’Herelle (1873-1949). Ce traitement fut utilisé partout dans le monde entre les années 1920 et 1940 : il fut ensuite abandonné en Occident et son utilisation fut exclusivement poursuivie dans les pays de l’ex Union Soviétique jusqu’à nos jours. Malgré son efficacité, on a donc renoncé à cette thérapeutique en Europe de l’Ouest et aux États-Unis.
Dans cette thèse, nous avons essayé d’expliquer le sort de cette méthode. La plupart des auteurs contemporains mettent en cause l’introduction des antibiotiques (1940) et l’absence de connaissances et technologies adéquates pour expliquer l’échec du projet de d’Herelle en Occident. Nous avons supposé que des raisons technoscientifiques ne suffisent pas à expliquer l’histoire de la phagothérapie : il est nécessaire de faire référence à des facteurs extrascientifiques, ou « sociaux ».
Pour vérifier cette hypothèse, nous avons suivi deux pistes. La première est la tentative d’expliquer la faible crédibilité des promoteurs de cette thérapeutique ; la seconde a pour but de démontrer le rôle de certaines questions économiques et commerciales dans le devenir de cet objet technologique. La première question a été abordée en recherchant l’enjeu socio-scientifique de la phagothérapie (première partie) et en évaluant l’impact des découvertes de d’Herelle au sein d’un contexte institutionnel particulier : l’Institut Pasteur (deuxième partie). La seconde question a été abordée, en premier lieu, en évaluant dans quelle mesure et jusqu’à quand les faibles connaissances scientifiques et les limites technologiques de l’époque ont eu un impact sur le destin de la phagothérapie (troisième partie). Nous avons ensuite évalué la position des autorités de contrôle du médicament et les stratégies des entreprises pharmaceutiques (quatrième partie).
Nous avons tenté d’expliquer le phénomène « phagothérapie » en « interrogeant » les acteurs de l’époque (scientifiques, médecins, instituts de recherche, hommes politiques, presse, entreprises pharmaceutiques), plutôt qu’en proposant une analyse whig de l’échec de ce projet scientifique (ce qui est l’un des points faibles des autres travaux historiographiques). L’approche adoptée dans ce travail reprend les suggestions des social studies of science. Cette étude est fondée sur des sources primaires (documents d’archives et publications de l’époque) et secondaires (publications scientifiques contemporaines, historiographie, presse, etc.).

Abstract

4“Phage therapy : The emergence of a controversial idea and the logic of a failure (1917-1949).”
The goal of this dissertation is to show the role of social factors in the process of acceptation of a new scientific discovery. With this aim, we have analysed the history of phage therapy. This is a therapy based on the use of the bacteriophage, a virus parasite of bacteria. Its biological characteristics make of it an ideal agent for the treatment of bacterial pathologies. Several contemporary experts claim that phage therapy can be more effective than antibiotics in some clinical conditions: that is why, it could be a solution to the antibiotic crisis.
This treatment has a long history. It has been developed by the Franco - Canadian microbiologist Félix d’Herelle (1873-1949) and employed in almost any country between the 1920s and the 1940s. Then, it was abandoned in the West and its clinical utilisation continued only in some countries of the former Soviet Union (until today). Despite its possible efficacy, western medicine has renounced to this therapeutic strategy (in Europe as well as in North America).
In this study, we have tried to explain the fate of this method. Several contemporary authors mention the introduction of antibiotics (1940) and the poor knowledge and technologies of that time to explain the failure of d’Herelle’s project in the West. In opposition to this view, we have supposed that techno-scientific reasons are not sufficient to explain the history of this technology: we must refer also to extra-scientific or “social” factors.
To prove this hypothesis, we haven followed two research paths. The first is the attempt of explaining the weak credibility of phage therapy promoters; the second is the effort of demonstrating the fundamental importance of some economic and commercial issues on the definition of this technological product. The first question has been developed by the analysis of the socio - economic stake of phage therapy (first part) and the evaluation of the impact of d’Herelle’s discoveries in a specific academic context: the Pasteur Institute (second part).
The second question has been approached by evaluating how and in which degree the limited techno - scientific knowledge did have an impact on the destiny of phage therapy (third part). The last part of our work has been focused on the perspective of the medical authorities and of the strategies of the pharmaceutical firms (fourth part).
We have attempted to understand the phenomenon “phage therapy” by referring to the actors of d’Herelle’s time (scientists, doctors, research institutes, politicians, press, pharmaceutical firms), in spite of proposing a “Whig” analysis of the failure of this scientific project (the main weakness of the existing studies).
Our method is inspired by the Social studies of sciences. This work is based on primaries sources (archives documents, historical publications) and secondary literature (scientific papers, historiography, press, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emiliano Fruciano, « La phagothérapie : émergence d’une idée controversée et logique d’un échec (1917-1949) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2011, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://acrh.revues.org/4805

Haut de page

Auteur

Emiliano Fruciano

Avant d’obtenir son doctorat, Emiliano Fruciano a publié plusieurs articles d’histoire de la médecine, notamment sur les thérapies développées au cours du XXe siècle pour combattre les maladies infectieuses d’origine bactérienne (antibiotiques et phagothérapie). Actuellement, il prépare un article concernant l’histoire de l’essai clinique contrôlé randomisé en double aveugle.
Mail : emiliano [point] fruciano [arobase] ehess [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org