Navigation – Plan du site

Traitres et trahisons dans la Rome antique. De la fin de la République au début de l’Empire

Cynthia Couhade

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Jean Andreau, EHESS, Paris, Directeur de thèse.
Madame Catherine Wolff, Professeur à l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, Présidente du jury.
Monsieur Jean-Michel David , Professeur Emérite à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Madame Claire Lovisi, Recteur de l'Académie de Nice.
Monsieur Philippe Moreau, Professeur à l'Université de Paris Est Créteil.

2Date de soutenance : Thèse soutenue le 20 octobre 2012 à l'Ecole Normale Supérieure (Paris, 45 rue d'Ulm).

Résumé

3Ce travail s’intéresse au phénomène de la trahison et à ses différentes formes ainsi qu’à son agent, le traître, dans la Rome républicaine, à partir de la guerre menée contre Jugurtha jusqu’aux premières années du règne d’Auguste. Dans les mentalités antiques, la trahison appartient au registre des mauvaises conduites parce qu’elle porte atteinte à la cohésion sociale. En brisant les solidarités et en remettant en cause les rapports sociaux, elle met en danger la communauté. De fait, le sentiment qu’elle inspire est particulièrement négatif. C’est pourquoi tant sur le plan moral que sur le plan pénal, elle est sévèrement blâmée et réprimée. L’objectif de cette étude est de comprendre non seulement la manière dont les Romains appréhendaient le phénomène de la trahison, mais aussi comment ils l’utilisèrent et à quelle fin, à un moment où l’Urbs eut à subir de graves crises. En effet, le contexte tardo-républicain des guerres civiles amplifia considérablement ce phénomène aux dimensions morales autant que politiques, militaires et affectives. Il s’agit donc d’enquêter sur une crise violente des valeurs et des relations sociales dans la société romaine. L’analyse concerne les actes de trahison commis par un ou plusieurs membres de la communauté romaine, prise au sens large, c’est-à-dire par un citoyen romain, un Latin ou un esclave, contre la Cité et/ou ses représentants au profit de l’ennemi extérieur ou des adversaires politiques.

Abstract

4Traitors and Treasons in Ancient Rome of the end of the Republic at the Beginnings of the Empire.
This work focuses on the notion of betrayal and in its various forms as well as in his agent, the traitor, in Republican Rome, from the war led against Jugurtha until the early years of the reign of Augustus. In the ancient mentalities, treason belongs to the register of the bad behaviours because it strikes a blow at the social cohesion. By breaking the solidarities and by questioning the social relationships, it endangers the community. The feeling it inspires is particularly negative. That is why so morally speaking as on the penal plan, it is blamed and punished severely. The objective of this study is to understand not only how the Romans feared the phenomenon of betrayal, but also how they used it and for what purpose, at a time when the Urbs had to undergo serious crises. Indeed, the context of late-Republican civil wars greatly amplified this phenomenon in the moral dimensions as much as political, military and emotional. It is therefore to investigate a violent crisis of values and social relationships in Roman society. The analysis concerns the hostile acts committed by one or several members of the community, that is to say by a Roman citizen, a Latin or a slave, against the City and/or its representatives for the benefit of the external enemies or political opponents.

5Résumé long

6Sommaire

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cynthia Couhade, « Traitres et trahisons dans la Rome antique. De la fin de la République au début de l’Empire », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2012, mis en ligne le 03 juillet 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/5015

Haut de page

Auteur

Cynthia Couhade

Mail : cynthia [point] beyneix [arobase] wanadoo [point] fr
Cynthia Couhade-Beyneix enseigne actuellement dans le secondaire. Ancienne boursière de l'Ecole française de Rome, elle a été chargée de cours à l'Université Michel de Montaigne Bordeaux-III et ATER à l'Université de Perpignan Via Domitia. Au cours de ses recherches doctorales, elle a participé à plusieurs colloques internationaux consacrés à la trahison et à l'histoire ancienne. Rattachée à l'UMR 8210-ANHIMA, ses travaux de recherches portent sur l'histoire politique, institutionnelle et sociale ainsi que sur les mentalités de la Rome républicaine.
 Choix de publications :
- Couhade-Beyneix C., « La confiscation des biens dans le cadre de la procédure de maiestate », in : F. Delrieux et M.-C. Ferriès (éds.), Spolier et confisquer dans les mondes grec et romain (Ve av. J.-C. - Ier ap. J.-C.), éd. de l'Université de Savoie, Chambéry, 2013, p. 163-177.
- Couhade-Beyneix C., « La trahison dans les mentalités tardo-républicaines : Un acte méprisable dont on s’accommode », in : A. Queyrel Bottineau, J.-C. Couvenhes et A.Vigourt, Trahison et traîtres dans l’Antiquité, Actes du colloque international (Paris, 21-22 septembre 2011), éd. De Boccard, Paris, 2012, p. 173-187.
- Couhade-Beyneix C., « La trahison de Tarpéia et la fondation de Rome », in : Cl. Javeau et S. Schehr (dir.), La trahison de l’adultère au crime politique, éd. Berg international, Paris, 2010, p. 17-26.
- Couhade-Beyneix C., « L’évocation de la trahison dans l’iconographie monétaire à la fin de la République romaine et au début du règne d’Auguste », REA, 107, fasc. 2, 2005, p. 675-696.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org