Navigation – Plan du site

Coopérer pour travailler la terre, coopérer pour exploiter la terre : Itinéraires comparés des coopératives agricoles en Italie et en France dans la première moitié du vingtième siècle

Niccolo Mignemi

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Gérard Béaur, Directeur de thèse ;
Monsieur Marco Cattini, Professore ordinario à l’Università Luigi Bocconi de Milan, Président du jury ;
Madame Geneviève Gavignaud-Fontaine, Professeur d’histoire des mondes contemporains à l’université Paul-Valéry Montpellier III (Rapporteur) ;
Madame Rose-Marie Lagrave, Directrice d’études à l’ÉHESS ;
Monsieur Angelo Moioli, Professore ordinario à l’Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan (Co-directeur de thèse) ;
Monsieur Gaetano Sabatini, Professore ordinario à l’Università degli Studi Roma Tre (Rapporteur).

2Thèse soutenue le 1er décembre 2012

Résumé

3L’objectif de cette étude est d’explorer les transformations du monde paysan et les évolutions du secteur agricole à travers les itinéraires comparés des coopératives agricoles en Italie et en France, dans la première moitié du xxsiècle. Les origines et la progressive diffusion du phénomène à l’échelle nationale sont analysées à partir d’espaces et de temporalités différentes, mais toujours en rapport avec les transformations du secteur primaire. À la fois moyen d’organisation autonome des paysans pauvres et instrument au service de leur encadrement par les pouvoirs publics, les coopératives montrent au cours de leur histoire une indiscutable capacité d’adaptation en fonction des opportunités et des contraintes posées par le contexte. L’attention se concentre d’abord sur la diffusion des coopératives qui pratiquent les fermages collectifs dans les latifundia de la Sicile céréalière. C’est un cas spécifique, mais qui devient néanmoins exemplaire du rapport des paysans aux organismes collectifs. La dimension comparative est progressivement introduite, par l’observation des coopératives de travail et de culture en commun, dont l’expérience italienne et l’«absence» française sont explorées à partir de la même grille d’observation. Les croisements deviennent finalement systématiques dans le cadre d’une analyse de longue durée des évolutions quantitatives, géographiques et institutionnelles de la coopération agricole des deux pays. Cette mise en perspective constitue la base d’un essai de généralisation et de modélisation des interactions complexes entre paysans, coopératives et évolutions de l’agriculture.

Abstract

4This research explores the transformations of the peasantry and the evolutions of agriculture through a comparative study of agricultural co-operatives in Italy and France during the first half of the twentieth century. The origins and development of co-operatives at the national level are analyzed on the basis of multiple spaces and temporalities, but always in connection with transformations in the primary sector. Used by poor peasants as a means of self-organization, and by governments as an instrument of social control, the evolutions of co-operatives highlight an unquestionable capacity to adapt to shifting opportunities and constraints. I start by analysing the diffusion of co-operatives using collective tenant farming in the latifundia-dominated grain-producing regions of central Sicily. This specific case helps us to illustrate a broader set of relationships between peasants and collective organisations. A comparative approach is included through a comparative analysis of labour and production co-operatives in agriculture. The analytical framework that comes out of this research is then applied to Italy and to France. Finally, more systematic comparisons are made through an analysis of long term quantitative, geographical and institutional evolutions of agricultural co-operation in both countries. I am subsequently able to create the basis for a general model whose purpose is to understand the complex relations between peasants, co-operatives and the broader transformations of agriculture

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Niccolo Mignemi, « Coopérer pour travailler la terre, coopérer pour exploiter la terre : Itinéraires comparés des coopératives agricoles en Italie et en France dans la première moitié du vingtième siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2012, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://acrh.revues.org/5036

Haut de page

Auteur

Niccolo Mignemi

Niccolo Mignemi a soutenu sa thèse d’histoire et civilisations à l’ÉHESS, en cotutelle avec l’Università degli Studi di Milano.
En 2008, dans le cadre d’une bourse de la Fondation «Luigi Salvatorelli» de Marsciano (Pérouse), il a effectué des travaux de recherches sur la pauvreté dans les campagnes italiennes pendant les années 1930-1950 et a publié Nel regno della fame. Il mondo contadino italiano fra gli anni Trenta e gli anni Cinquanta. Aracne Editrice, Rome, 2010.
En 2010, grâce à la Fondation «Angelo Frammartino» de Monterotondo (Rome), il a effectué une enquête de terrain auprès des coopératives agricoles de la Sicile travaillant sur les terres confisquées par l’État à la mafia.
Il a reçu en 2008 le prix de la Fondation «Roberto Franceschi» pour son mémoire de master et il fait aujourd’hui partie du network scientifique de cet organisme. Il participe aussi aux activités du Groupe Petites Paysanneries.
Mail : mignic [arobase] gmail [point].com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org