Navigation – Plan du site

Les philosophes de la danse. Le projet du ballet pantomime dans l’Europe des Lumières (1760-1776)

Juan Ignacio Vallejos

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Roger Chartier, Directeur de thèse ;
Monsieur Antoine Lilti, Président du jury ;
Monsieur José Emilio Burucua ;
Monsieur Pierre Frantz.

2Thèse soutenue le 10 mars 2012

Résumé

  • 1 Rousseau, Jean-Jacques, Essai sur l’origine des langues, Paris, Flammarion, 1993 [1781].
  • 2 Habermas, Jürgen, L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la (...)
  • 3 Voir Chartier, Roger, Lectures et lecteurs dans la France d'Ancien régime, Paris, Éd. du Seuil, 198 (...)

3Le ballet pantomime est un nouveau genre de ballet, émergeant dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, qui associe la technique de la belle danse aux gestes expressifs de la pantomime. Les Lettres sur la danse de Jean-Georges Noverre, publiées en 1760, sont considérées comme un texte fondateur, portant la semence de cette réforme. Notre travail propose de réinscrire les travaux de Noverre dans un courant plus large de philosophes de la danse, c’est-à-dire des maîtres de ballet qui, dans un projet collectif de valorisation de la danse et de leur propre métier, ont agi dans l’espace public à travers la publication d’ouvrages au sein desquels ils cherchent à démontrer un savoir spécifique et une maîtrise des codes de la République des lettres.
Cette thèse étudie les interventions des maîtres de ballet dans le milieu théâtral ainsi que les discours à partir desquels ils cherchent à redéfinir la poétique du ballet et ses pratiques de représentation. Nous étudions la fonction du livre non seulement comme support du discours mais encore comme outil pour le développement de la carrière des compositeurs. La poétique du ballet pantomime, tout en étant liée aux idées théâtrales et linguistiques des Lumières, implique des mécanismes d’appropriation du discours philosophique par les maîtres de ballet. La pantomime existait déjà comme pratique théâtrale bien avant que les hommes de lettres ne s’intéressent à elle. Les philosophes de la danse utilisent le discours savant pour légitimer un projet esthétique qui trouve ses racines dans les pratiques artistiques des spectacles forains. Parallèlement, le programme de ballet constitue un outil à partir duquel les mêmes acteurs ont essayé à la fois de redéfinir leurs pratiques de représentation et d’influencer le regard du public sur la scène.
L’analyse de la fonction remplie par le programme durant la représentation du ballet pantomime permet de comprendre l’expérience esthétique proposée par le nouveau genre. Les compositeurs sont conscients des limites sémantiques de leur art, pour cette raison ce n’est pas spécialement une expérience cognitive qui est envisagée mais une expérience émotionnelle. L’intelligibilité du geste signifie l’intelligibilité d’une « formule pathétique » et non pas d’un énoncé articulé rationnellement. Le contenu narratif de la pièce est en quelque sorte « assuré » par le texte du programme. Le ballet offre à son spectateur la possibilité de regarder « à nu » les sentiments qui constituent la base de l’expression verbale, en accord, par exemple, avec les idées de Rousseau selon lesquelles ce sont les passions qui se trouvent à la base de l’invention des paroles1. Il s’agit d’exposer le public à une succession d’états émotionnels qui s’appuient sur une structure narrative dont la connaissance n’est pas indispensable.
Le ballet pantomime émerge, sans doute, dans le contexte des débats et des réformes concernant les arts de la scène. Or, l’émergence du projet du ballet pantomime et des philosophes de la danse en tant qu’intervenants dans le milieu philosophique, implique un certain nombre de conditions sociales et culturelles. En principe, elle suppose l’apparition de l’« opinion publique » ou de l’« espace public » en tant qu’espace de discussion séparé de l’État et critique à l’égard de celui-ci2. L’accès à un certain degré d’instruction de la part d’un secteur de la société est également en relation avec l’accès aux livres et avec ce qu’on désigne comme une « révolution de la lecture » 3. Toutefois, la mobilité sociale à l’époque est intrinsèquement liée à des formes de sociabilité précises. La production philosophique des maîtres de ballet représente, sans doute, une monnaie d’échange dans leurs rapports avec la noblesse de cour. Le prestige qu’ils obtiennent à travers leurs écrits leur sert à gagner des positions dans le milieu courtisan. Sans doute les interventions philosophiques des maîtres de ballet sont-elles en rapport direct avec un projet individuel d’ascension sociale et de valorisation du métier, mais nous ne pouvons pas non plus nier la valeur de leurs réflexions qui, y compris dans leur simplicité et dans leurs contradictions, nous permettent de comprendre une pratique artistique qui a profondément marqué l’histoire du ballet et, plus largement, l’histoire de la scène et de notre rapport à la représentation.

Abstract

4In the second half of the Eighteenth Century, a new kind of ballet emerged on the European stage : known as ballet-pantomime, this new form combined the techniques of the French noble style with the expressive gestures of pantomime. Jean-Georges Noverre’s Letters on dance and ballet, first published in 1760, has long been considered a founding document, largely responsible for initiating this reform of theatrical dance. Our thesis offers a re-evaluation of Noverre’s work, contextualizing it within a broader current of writing by “philosophers of dance” from the period – that is to say, the writing of ballet masters who, in a collective attempt to valorize the state of dance and their own profession, sought to demonstrate specific knowledge and mastery of the codes of the Republic of Letters by publishing their ideas as philosophy. Our thesis takes into consideration both the practical activities of these ballet masters in the context of the theater, as well as the discourse through which they sought to redefine both the poetics of ballet and the manner by which ballet was represented. Our study explores the function of books not only as a discursive tool but also as a means to develop the careers of the ballet composers. We examine how the ballet masters appropriated philosophical discourse in their project, redefining the poetics of ballet pantomime by drawing upon theatrical and linguistic ideas of the Enlightenment. Likewise, ballet masters also used the ballet program as a mechanism for redefining the practice of representing ballet to their public, thus influencing how the public viewed the stage

Haut de page

Notes

1 Rousseau, Jean-Jacques, Essai sur l’origine des langues, Paris, Flammarion, 1993 [1781].

2 Habermas, Jürgen, L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1993.

3 Voir Chartier, Roger, Lectures et lecteurs dans la France d'Ancien régime, Paris, Éd. du Seuil, 1987 ; Chartier, Roger et Martin, Henri-Jean (dir.), Histoire de l’édition française, vol. II : Le livre triomphant 1660-1830, Paris, Fayard, 1990 [1984] ; et Darnton, Robert et Roche, Daniel, Revolution in print : the press in France : 1775-1800, Berkeley, London, University of California press, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Ignacio Vallejos, « Les philosophes de la danse. Le projet du ballet pantomime dans l’Europe des Lumières (1760-1776) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2012, mis en ligne le 04 juillet 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://acrh.revues.org/5065

Haut de page

Auteur

Juan Ignacio Vallejos

Juan Ignacio Vallejos est chercheur au CONICET (Buenos Aires, Argentina).
Il a auparavant enseigné à l’Université de Buenos Aires et à l’Université de Nancy 2 en tant qu’ATER. Il est membre de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse (CRAL-EHESS). Juan Ignacio Vallejos a été boursier Getty de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) de Paris et a participé avec Dominique Brun et Sophie Jacotot au projet « DZIGA » financé par le programme « Aide à la Recherche et au Patrimoine en Danse ».
Ses recherches portent sur l’histoire culturelle de la danse, associant approche esthétique et méthodologies des sciences sociales. Il étudie actuellement la construction du discours poétique de l’art de la danse durant la période moderne (XVe-XVIIIe).
Mail : juanignaciovallejos [arobase] yahoo [point] com [point] ar

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org