Navigation – Plan du site

Deux modèles récents de la parenté à l’épreuve de la noblesse française d’Ancien Régime

Elie Haddad

Résumés

Cet article propose de tester deux modèles récents d’interprétation de la parenté en les appliquant à la noblesse française d’Ancien Régime. Le premier est celui de François Héran dont les diagrammes de parenté sont utilisés dans le cadre d’un système complexe, ce qui permet de mettre en évidence les limites de son approche structurale. Le second est l’interprétation du système de parenté européen entre xive et xviie siècle proposée par Gérard Delille, ce qui permet de revenir sur le caractère fondamentalement cognatique de la parenté à l’époque moderne et sur les biais introduits par une approche patrilignagère.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Une première recherche sur cette thématique a donné lieu à un livre auquel je me permets de renvoye (...)
  • 2 Parmi les travaux récents, voir notamment Robert Descimon, « Don de transmission, indisponibilité e (...)
  • 3 Daniel Dessert et Jean-Louis Journet, « Le lobby Colbert : un royaume ou une affaire de famille ? » (...)
  • 4 Jean-Louis Bourgeon, Les Colbert avant Colbert. Destin d’une famille marchande, Paris, PUF, 1973.
  • 5 André Burguière, Christiane Klapisch-Zuber, Martine Segalen, Françoise Zonabend (dir.), Histoire de (...)
  • 6 Michel Nassiet, « La parenté, entre anthropologie et histoire », Revue d’Histoire Moderne et Contem (...)
  • 7 Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, Flammarion, 2010 [2004] ; Laurent Barry, La P (...)
  • 8 C’est le travail engagé par le groupe Traitement Informatique de la Parenté qui a développé pour ce (...)
  • 9 Gérard Delille, « Parenté et alliance en Europe occidentale. Un essai d’interprétation générale », (...)
  • 10 Voir notamment David W. Sabean, Simon Teuscher and Jon Mathieu (eds), Kinship in Europe. Approaches (...)

1Cet article s’inscrit dans un parcours de recherche qui tente de saisir au mieux les formes de la transmission dans la noblesse française à l’époque moderne, constitutives de la prééminence de ce groupe, et qui renvoient à l’organisation sociale et politique générale du royaume1. Un tel projet se nourrit de toute une série de travaux qui ont été menés depuis trois décennies, et plus particulièrement dans les dix dernières années2. L’histoire de la famille qui a retenu l’attention des historiens dans le prolongement de la démographie historique a apporté des éclairages nombreux sur la noblesse, mais pas toujours très formalisés du point de vue de la parenté : les alliances et les divers liens familiaux mobilisés dans les familles en pleine ascension sociale purent ainsi être qualifiés de « lobby »3 ou de « clan »4. L’introduction de L’Histoire de la famille parue en 1986 présentait les concepts de l’anthropologie de la parenté, sans pour autant que ces derniers constituent le centre des études rassemblées5. Depuis, on le sait, les travaux historiques utilisant cette discipline se sont multipliés alors même qu’elle avait été mise à mal par les critiques virulentes d’anthropologues à l’encontre du structuralisme et des fondamentaux sur lesquels les études de la parenté s’appuyaient6. Cela n’avait d’ailleurs pas empêché la poursuite de travaux relativement nombreux, peu connus, qui parfois ont ouvert le questionnaire vers les questions de genre ou bien vers l’analyse spatiale, d’autres fois se sont tournées vers des formalisations mathématiques complexes. Puis, en 2000, le numéro de L’Homme intitulé « Questions de parenté », a contribué à relancer le chantier. Surtout, trois livres importants sont parus en France, ceux de Maurice Godelier, de Laurent Barry et de François Héran, qui proposent de manières différentes des réinterprétations d’ensemble de la parenté7. Le champ a également repris une nouvelle vigueur avec l’analyse informatique des réseaux sociaux envisagée comme moyen d’investigation de la parenté, et notamment des renchaînements d’alliance8. Dans la discipline historique, ce renouveau s’est traduit par la proposition de Gérard Delille d’un modèle du système de parenté européen durant un long Moyen Âge9 et par les travaux comparatifs à l’échelle européenne autour d’un groupe de travail réuni par David Sabean, Simon Teuscher et Jon Mathieu, dont les ouvrages vont également vers une interprétation générale, mais différente de celle de G. Delille10.

  • 11 Dionigi Albera, Au fil des générations. Terre, pouvoir et parenté dans l’Europe alpine (xive-xxe si (...)

2Le regain d’intérêt pour la parenté dans la discipline anthropologique impose aux historiens qui travaillent sur ce domaine de mettre à jour leur questionnaire et d’engager les discussions avec ces nouvelles études pour ne pas, comme le dit Dionigi Albera, que l’interdisciplinarité ressemble à la « prospection astronomique » où l’on capte la lumière d’étoiles depuis longtemps disparues11. Cet article entend participer à cette appropriation des nouveaux outils ou des nouvelles théories exposés par ces récents travaux. Je vais me concentrer sur les propositions de F. Héran et celles de G. Delille, qui ont en commun de poursuivre, à contre courant de la tendance dominante, la tradition des études structurales lancée par Claude Lévi-Strauss. Il s’agit de prendre au sérieux les théories générales de la parenté qui sont avancées par ces deux auteurs, de les mettre à l’épreuve des généalogies nobiliaires que l’on peut reconstituer pour l’époque moderne afin de voir si ces théories permettent de comprendre ou de mettre en évidence certains phénomènes que nous n’apercevrions pas ou que mal, et même pourquoi pas de remettre en cause le lien intrinsèque que j’établis entre parenté et transmission dans mon propre travail.

  • 12 Cet article est issu d’une série de séminaires présentés à l’EHESS en janvier 2011, dans le cadre d (...)

3Ma démarche est donc expérimentale. Je voudrais éprouver la pertinence heuristique de ces modèles pour et par l’étude de la noblesse française d’Ancien Régime. Je suis parti sans savoir où cela me conduirait – peut-être à un constat d’échec, mais même l’échec est porteur de sens –, dans l’idée que nous ne prenons pas suffisamment le temps de tester les modèles proposés dans les travaux des sciences sociales, que nous n’utilisons souvent que très partiellement pour les mettre au service de logiques qui leur sont extérieures. Il s’agit donc d’une étape dans une recherche en cours, qui doit permettre de préciser, même de manière négative, dans quelle voie poursuivre les investigations sur les rapports entre parenté et transmission dans la noblesse12.

Figurer la parenté nobiliaire

Les diagrammes de structure de François Héran : éléments de base

  • 13 Claude Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Annales ESC, 38-6, 1983, p. 1217-1231.
  • 14 Toute cette analyse est fondée sur Gildas Salmon, Logique concrète et transformations dans l’anthro (...)

4Prendre le modèle structural de la parenté proposé par F. Héran pour le tester sur la noblesse d’Ancien Régime peut sembler étrange tant il est devenu commun d’opposer structuralisme et histoire comme deux perspectives inconciliables. Pourtant, le structuralisme n’exclut pas l’histoire et l’interprétation sociale des faits structuraux. C’est vrai pour ce qui est de la théorie de Cl. Lévi-Strauss dont on sait qu’il a réfléchi fortement, à partir de la deuxième moitié des années 1970, aux rapports entre histoire et anthropologie. La notion de « maison » porte la marque de ses interrogations à ce sujet13. Plus largement, la théorie structurale de la parenté est encore tributaire, chez Cl. Lévi-Strauss, d’une fonction sociale. Elle porte, par la prohibition de l’inceste, l’exogamie nécessaire à la formation et à la reproduction des sociétés. Comme elle ne s’affranchit ni du fonctionnalisme des propositions de Marcel Granet, ni de l’idée de l’anthropologie anglaise selon laquelle il existe des groupes de filiation qui, dans la société, assument des fonctions sociales, l’anthropologie de la parenté de Cl. Lévi-Strauss conserve une ambiguïté fondatrice. C’est une « position de compromis » que Gildas Salmon qualifie de « fonctionnalisme structural », avec laquelle l’anthropologue français ne rompra que dans l’étude des mythes14. Or ce qui a été le plus retenu de cette position, c’est précisément son aspect fonctionnaliste.

5Mais même chez F. Héran, qui cherche largement à corriger ce qu’il considère comme des erreurs de Cl. Lévi-Strauss du point de vue de la logique structurale elle-même, les éléments d’interprétation de la structure sont à trouver dans l’analyse des sociétés. Il y a donc un travail empirique à mener pour rendre compte des phénomènes observés. On peut poser, même dans l’optique du structuralisme, que la spécificité des sciences sociales est de travailler sur un matériau qui nécessite un appel à l’interprétation parce qu’il porte des phénomènes de sens, donc fait appel à une herméneutique. Si des éléments de structure apparaissent par l’utilisation des diagrammes de F. Héran, nous aurons ainsi des éléments qui seront autant de pistes de réflexion par les comparaisons possibles avec les interprétations anthropologiques.

  • 15 Christiane Klapisch-Zuber, L’Ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Par (...)
  • 16 André Burguière, « La mémoire familiale des bourgeois gentilshommes : généalogies domestiques en Fr (...)
  • 17 Sur les usages de la généalogie, voir Germain Butaud et Valérie Piétri, Les Enjeux de la généalogie (...)

6Ces diagrammes sont d’ailleurs le second élément qui justifie la tentative de tester le modèle de F. Héran. La question de la représentation de la parenté est en effet loin d’être indifférente et la proposition de figuration que fait ce dernier mérite que l’on s’y arrête. Les anthropologues sont depuis longtemps à la recherche d’outils de représentation graphique qui leur permettent de présenter au mieux leurs travaux et de s’éloigner des arbres habituellement utilisés. Rappelons en effet que ces derniers, issus des théories vernaculaires de l’Europe moderne, ne sont pas neutres. Christiane Klapisch-Zuber a montré que cette forme graphique s’était imposée au xvie siècle sur une inversion par rapport aux arbres précédents. Figure enracinée dans la terre et ouverte vers le ciel au développement indéfini des générations, portant l’idée d’une solidarité mythique des membres issus d’un même ancêtre, et fondée sur les hommes, l’arbre généalogique a été un instrument des princes puis des aristocrates pour dire leur pouvoir et en donner à voir les fondements15. Ses usages se sont étendus par la suite, notamment à la bourgeoisie16, avant de devenir le mode de justification de la noblesse exigé par le pouvoir royal lui-même17. Ce processus d’extension s’est accompagné d’une déréalisation des représentations, l’arbre disparaissant pour revenir au schématisme du diagramme que l’on trouvait déjà dans certaines généalogies médiévales. Le langage de ces diagrammes ne s’est stabilisé chez les anthropologues que tardivement, au milieu du xxe siècle, en empruntant ses conventions, légèrement modifiées, aux eugénistes américains des années 1920.

  • 18 Douglas R. White et Paul Jorion, « Representing and Analysing Kinship : A New Approach », Current A (...)

7Ces arbres généalogiques sont très complexes à manier, d’où les tentatives nombreuses de passer à d’autres types de représentations graphiques, par exemple celle de Harrison C. White dans les années 1960 (diagrammes en fractales), et surtout celle de Douglas R. White et Paul Jorion en 1992 (p-graphs18). La proposition de F. Héran est une tentative pour mieux mettre en évidence les phénomènes de la parenté comme les échanges ou les transferts, obscurcis dans les schémas généalogiques utilisés habituellement, tentative dont il convient de mesurer l’utilité pour étudier la parenté dans une société complexe. La suite de cette première partie n’est destinée qu’à ceux qui ne connaissent pas le livre Figures de la parenté, dont elle fait une rapide synthèse, afin de leur permettre de lire les diagrammes de structure appliqués à la noblesse d’Ancien Régime.

8F. Héran présente sa recherche comme le résultat d’une question d’abord graphique : l’interrogation des diagrammes de parenté et des propriétés des outils graphiques a été la matrice intellectuelle qui lui a permis de discuter les principes de l’anthropologie structurale de la parenté. Un de ses objectifs était de se débarrasser des brouillages produits par le mode de représentation des liens de parenté dans les discussions des anthropologues, alors qu’il lui semblait que le matériau de base – quelques binômes – était relativement simple : féminin/masculin, parent/enfant, alliance/filiation, endogamie/exogamie, aîné/puîné, ligne directe/ligne collatérale.

  • 19 J. Bertin, Sémiologie graphique, les diagrammes, les réseaux, les cartes, La Haye, Mouton, s.d. [19 (...)
  • 20 « Pour comprendre la nature des liens sociaux, on ne doit pas poser d’abord des objets et chercher (...)

9Il est parti pour cela des ouvrages classiques et fondamentaux de Jacques Bertin19 dont la proposition centrale correspond pleinement à ce que Cl. Lévi-Strauss lui-même prônait en termes d’analyses, c’est-à-dire partir des relations, et non des termes20. Au lieu de figurer des individus par des symboles, J. Bertin proposait d’en faire des segments de lignes en mouvement. C’est en perfectionnant ce modèle que F. Héran en est arrivé à proposer une nouvelle figuration graphique de la parenté qui nous éloigne considérablement des schémas classiques dont la forme était héritière des arbres généalogiques de l’Europe moderne et contemporaine. C’est un des mérites (et une des difficultés) de ces diagrammes que de figurer la distance entre les représentations vernaculaires des généalogies et celles nourries des interrogations scientifiques des anthropologues. Un autre grand mérite de ces diagrammes, qui est aussi, comme on va le voir, leur limite la plus flagrante, est qu’ils sont pleinement conformes à la théorie structurale de la parenté.

10Le principe de base de ces nouvelles figures est de représenter la divergence des sexes par des segments verticaux droits et des segments obliques. Dans le cas de ce que F. Héran appelle des patrogrammes, les hommes sont représentés par les segments verticaux droits et les femmes par les segments obliques. Inversement, dans les matrogrammes, les femmes sont représentées par les segments verticaux droits et les hommes par les segments obliques. Chaque figure doit mentionner quelle est la convention prise, patrogramme [π] ou matrogramme [μ]. Il est possible de représenter également des amphigrammes [a], dans lesquels l’orientation assignée à chaque sexe n’est pas mentionnée, bien que la bifurcation soit maintenue de manière uniforme dans tout le diagramme. Cela permet de vérifier si les formules d’alliance conservent leurs propriétés en cas de permutation des positions respectives des hommes et des femmes. Quant à ego, individu de référence, il est représenté par un point noir sur le segment qui le concerne.

11La prohibition de l’inceste est donc portée par le diagramme qui introduit un clinamen dans la relation frère/sœur et interdit les trajectoires incurvées permettant un retour au point de départ. L’alliance, elle, est représentée par la convergence de deux segments, l’un oblique et l’autre droit. Soit deux hommes : si le premier donne sa sœur au second, la figure forme un N. Dans le cas inverse, la figure forme un N inversé. Les deux peuvent se combiner pour figurer un échange de sœurs (figure 1).

  • 21 F. Héran, op. cit., p. 23.

12Les diagrammes de structure portent fortement la distinction structurale entre cousins croisés et cousins parallèles, permettant aisément l’assimilation de ces derniers, représentant ainsi un interdit classique de mariage dans les systèmes élémentaires de parenté. Dans la version élémentaire des diagrammes de structure, on confond les germains et les cousins parallèles. Le lien de parenté défini par le diagramme de structure est donc toujours classificatoire : un segment n’est qu’une classe de parents, « un hyper-individu réunissant tous les germains parallèles »21. Pour reprendre le propos de Klaus Hamberger dans sa note critique sur l’ouvrage :

  • 22 Klaus Hamberger, « Espaces de la parenté », L’Homme, 195-196, 2010, p. 451-468.

[…] la structure étant homogène, tout nœud est lié à tout autre par un seul type de cheminement – autant dire que l’ensemble des types de cheminement (c’est-à-dire des relations de parenté classificatoire) forme un groupe de permutations régulier, ou un espace homogène au sens de l’algèbre.22

Pour tout ego, on trouve ainsi six connexions élémentaires (figure 2) : père (F), mère (M), sœur (Z) ou frère (B), épouse (W) ou époux (H), fils (S) et fille (D), la notation ne devant pas faire oublier qu’il s’agit là de classes de relations, mère pouvant signifier en raison de la réduction structurale « conjoints des agnats de la génération supérieure ».

  • 23 F. Héran, op. cit., p. 29.

13Les schémas permettent ainsi de figurer simplement la notation anglaise traditionnelle en anthropologie de la parenté (qui a l’avantage de partir d’ego) et de montrer par des figures géométriques des équivalences. Ainsi, le mariage avec la fille de l’oncle maternel (cousine croisée matrilatérale) produit l’égalité W = MBD. La double symétrie du parallélogramme qui s’ensuit montre que les femmes ont circulé deux générations de suite dans la même direction entre deux lignes partenaires23. Le mariage avec la cousine patrilatérale crée un motif en triangle qui montre l’inversion de la circulation des femmes d’une génération à l’autre. L’échange symétrique des sœurs crée un motif en papillon (figure 3).

  • 24 Ibid., p. 32-35.

Armé de ces motifs, Héran peut montrer graphiquement les quatre systèmes élémentaires de la parenté24.

14- Le transfert exclusif (figure 4), qui correspond au mariage avec la cousine croisée matrilatérale, produit un motif de pavage de parallélogrammes, et correspond à l’échange généralisé chez Cl. Lévi-Strauss.

15- Le transfert alterné (figure 5), qui correspond au mariage avec la cousine croisée patrilatérale pour un homme ou avec le cousin croisé matrilatéral pour une femme, crée un motif de pavage de triangles. Il correspond à l’« échange différé » de Cl. Lévi-Strauss qui le jugeait peu structurant et mal attesté.

16- L’échange exclusif (figure 6) fonctionne par des échanges de sœurs entre deux lignées et donne des motifs de papillon entre les lignées en jeu. Dans Les Structures élémentaires de la parenté, Cl. Lévi-Strauss l’interprète comme une forme bilatérale d’échange restreint et l’appelle aussi système kariera, du nom de la tribu australienne où il a été identifié par Alfred Radcliffe-Brown.

17- Enfin l’échange alterné (figure 7) fonctionne de la même manière mais à des générations différentes, ce qui engendre des contre-lignées obliques continues. Le bouclage de circuit se fait après deux générations. Lorsque ce système met en jeu quatre lignées, il est connu sous le nom de système aranda, toujours du nom de la tribu australienne où il a été identifié pour la première fois. Il s’agit d’une variante plus ouverte de l’échange restreint chez Cl. Lévi-Strauss.

18Les dénominations proposées par F. Héran rompent avec celles de Cl. Lévi-Strauss en jouant de la combinatoire entre échange/transfert, exclusif/alterné. Ces quatre structures sont qualifiées de « structures élémentaires primaires » car elles sont les plus élémentaires des structures élémentaires de la parenté. Il est toujours possible de les projeter sur une surface plane, en deux dimensions. Les choses se compliquent lorsque l’on veut passer à des structures élémentaires moins élémentaires…

  • 25 Ibid., p. 57.

19F. Héran montre que ces structures élémentaires primaires peuvent être regardées du point de vue des hommes (patrogrammes) ou des femmes (matrogrammes) sans que rien ne change : la figure reste la même. Les inégalités de genre ne sont pas fondées en structure, peu importe de dire que ce sont les hommes qui échangent les femmes ou les femmes qui échangent les hommes. De la même façon, les diagrammes de structure montrent que les lignes d’alliance et les lignes de filiation sont permutables ou, pour le dire autrement, que les lignes d’alliance sont nécessairement en même temps des lignes de filiation. L’équivalence structurale entre alliance et filiation est ainsi un point central des structures élémentaires de la parenté, et non une spécificité de la « maison » comme le pensait Cl. Lévi-Strauss. Le diagramme de structure reste neutre sur les contrelignées, pour savoir si elles sont interprétées comme des lignes de filiation (c’est la « filiation complémentaire » de Meyer Fortes), ou comme des lignes d’alliance (selon la théorie de « l’alliance de mariage » de René Dumont). F. Héran formule ainsi, suivant un raisonnement différent, des critiques proches de celles de Laurent Barry concernant l’opposition factice entre alliance et filiation. L’une et l’autre forment un couple nécessaire qu’il n’est pas possible de séparer : « C’est une même chose de dire que les groupes de filiation font alliance ou que l’alliance fait les groupes »25.

20F. Héran va plus loin encore en affirmant qu’il n’est nul besoin de lignages formalisés et reconnus socialement pour qu’il existe une structure élémentaire de la parenté dans la société : la réitération de lignes de conduite par les individus, suivant le modèle de la génération précédente, sans pour autant que le souvenir des générations antérieures soit présent et définisse une classe d’individus de même appartenance, suffit à créer le pavage noté dans les diagrammes. La question de savoir qui agit, si elle est pertinente pour le sociologue, ne l’est pas pour l’anthropologie structurale.

  • 26 Dans les faits, il est possible mais non nécessaire que l’écart d’âge structural recoupe bien, au f (...)

21Autre élément introduit par F. Héran, la notion d’écart d’âge structural, fondée non pas sur l’âge réel des conjoints, mais sur la différence de générations structurales dans les alliances, c’est-à-dire lorsque le mariage allie deux personnes qui n’appartiennent pas à la même génération du point de vue des diagrammes structuraux. F. Héran qualifie de « systèmes obliques » les systèmes de parenté fondés sur cet écart d’âge structural, par opposition aux « systèmes droits »26. Ces écarts sont figurés soit par des demi-segments, soit par des segments allongés dans les diagrammes (figure 8).

  • 27 F. Héran, op. cit., p. 138.

22Si, par exemple, dans un système, les hommes sont structuralement deux fois plus âgés que les femmes qu’ils épousent, leurs segments sont deux fois plus longs, ce qui implique un renouvellement des générations masculines deux fois plus lent. Il faut une compensation à ce déséquilibre hommes/femmes qui se trouve dans le nombre de lignées : le système n’est possible que s’il y a deux fois plus de patrilignes que de matrilignes (figure 9). Une des différences fondamentales entre systèmes obliques et systèmes droits est que les premiers, contrairement aux seconds, ne conservent pas la permutation des points de vue masculin et féminin : le tracé change lorsque l’on passe de l’un à l’autre. Pour le dire autrement, « les femmes ne font pas circuler les hommes de la même manière que les hommes font circuler les femmes »27. Il peut y avoir là un fondement essentiel de la domination masculine (lorsque les hommes sont structuralement plus âgés que les femmes).

23Les structures élémentaires primaires ne sont pas les seules qui intéressent F. Héran, même si la figuration des systèmes semi-complexes produit des diagrammes beaucoup plus ardus que ceux qu’il présente dans ses trois premiers chapitres. Il n’y a cependant pas, selon lui, de différence de nature entre les uns et les autres. Son raisonnement en termes de modèles ouverts est une réponse aux objections qui réfutent toute pertinence des structures de la parenté présentées par Cl. Lévi-Strauss et ses successeurs pour comprendre les systèmes semi-complexes et complexes. Les systèmes étudiés, y compris lorsqu’ils sont élémentaires, ne fonctionnent pas à la manière d’interdits mais comme des modèles incitatifs, qui peuvent être réalisés ou non. Il faut inverser les présentations habituelles : non pas en en termes prescriptifs, mais en termes de possibilités ouvertes.

  • 28 Ibid., p. 154.

Si complexité il y a, elle tient moins aux caractéristiques formelles du modèle qu’au mode de lecture qui en est donné. Une lecture fermée de l’échange exclusif (ou kariera) prétendra qu’il impose de s’entremarier entre deux lignées et prescrit le mariage des cousins croisés. En lecture ouverte, je dirai simplement qu’il est possible de redoubler l’alliance avec la même lignée dès la génération suivante, ce qui laisse ouverte la question du nombre exact de lignées en présence dans l’ensemble du corps social : ce nombre peut être indéfini, c’est une donnée empirique qui n’entre pas dans le modèle.28

C’est la lecture qu’on donne d’un système qui en fait un système simple, semi-complexe ou complexe, et non sa forme.

24Il n’empêche que dès que l’on passe à un système ouvert avec un réseau de filiations et d’alliances illimité, on ne peut plus se contenter des diagrammes pensés pour les structures élémentaires primaires. F. Héran propose une solution sous forme de diagrammes s’inspirant des fractales dont la complexité les rend très difficiles à manier. On le voit, la pensée de F. Héran est pleinement structuraliste, jusque dans sa réfutation de l’histoire comme moyen de comprendre le niveau structural : ce dernier donne une vision synoptique qui n’est pas celle des acteurs. À ce niveau, la quête des origines ne peut relever que de l’histoire conjecturale. Il y a dissociation entre la structure et les interprétations sociales possibles de celle-ci, différentes d’une société à l’autre. F. Héran va même jusqu’à montrer par ses diagrammes qu’une multitude de partenaires ayant tendance à renouer le lien après quatre ou cinq générations, lorsque le souvenir du lien s’évanouit, donne un modèle structural régulier.

  • 29 Ibid., p. 185.

La leçon du diagramme fractal périodique tient dans ce paradoxe : un modèle structural régulier peut s’accommoder d’une pratique lâche et vice versa. C’est pour le moins inquiétant, car cela signifie que l’on peut modéliser à peu près tout sans qu’il y ait nécessairement de réalité tangible derrière le modèle.29

La dissociation entre forme et fond conduit en effet à cette limite où, finalement, l’analyse structurale ne porte plus sens. Ce n’est donc pas à ce niveau que la théorie de F. Héran va nous donner les outils pour penser la parenté dans la noblesse à l’époque moderne, même s’il est indispensable d’avoir en tête les schémas structuraux qu’il propose pour pouvoir mettre à l’épreuve son modèle. En outre, puisqu’il affirme la continuité entre structures élémentaires, semi-complexes et complexes de la parenté, il doit être possible de mettre en évidence certains phénomènes propres à la parenté par l’utilisation de ses diagrammes, employés d’abord dans une version figurative afin de dégager d’éventuels éléments structuraux.

Du diagramme de structure au diagramme figuratif

  • 30  Ibid., p. 188.

25F. Héran lui-même propose de tels diagrammes figuratifs qui doivent permettre à l’anthropologue de la parenté de traiter le matériau qu’il travaille pour le formaliser ensuite au niveau structural. Le passage aux diagrammes figuratifs nécessite quelques ajustements. Le premier est de représenter les germains parallèles, de déplier donc ce que cache un trait du diagramme structural pour passer des hyperindividus aux individus réels (figure 10)30.

26Pour les remariages, dont on sait toute l’importance dans la parenté à l’époque moderne, la solution proposée est de doubler le trait de l’individu, relié en haut par une ligature forte (figure 11). Cette option est logique dans l’optique qui pense l’équivalence structurale entre alliance et filiation. Le motif du double mariage ressemble à celui de deux germains mariés. Cela crée néanmoins cette bizarrerie d’un individu dédoublé graphiquement.

27Il est possible de conserver l’ordre des naissances et des unions dans les diagrammes figuratifs, mais cela complique la représentation qui devient très difficile à réaliser lorsque plusieurs lignées sont en jeu (figure 12).

28Les diagrammes figuratifs permettent de représenter les mariages entre cousins parallèles, dont F. Héran donne une interprétation intéressante, liée à sa conception structurale de la parenté :

  • 31 Ibid., p. 230.

Le mariage entre segments parallèles peut être considéré soit comme une union endogame au sein d’une même lignée, quasiment incestueuse, soit comme un prélude à l’autonomie des branches, qui trouvent précisément dans de tels mariages le moyen de se poser mutuellement en alliés plutôt qu’en consanguins, le mariage servant davantage à séparer les partenaires qu’à les unir. L’intérêt du diagramme figuratif est qu’il est assez flexible pour figurer les deux interprétations, selon qu’on réduit ou qu’on élargit l’intervalle entre les partenaires.31

On peut en effet jouer de l’écart entre les germains (figure 13).

29Notons cependant, comme on va le voir, que les contraintes de la page et de la construction des dessins imposent souvent leur logique qui éloigne ou rapproche les individus sans que cela corresponde à une distance ou à une solidarité dans la vie des acteurs.

Application à des familles nobles des xvie et xviie siècles

  • 32 É. Haddad, Fondation…, op. cit., p. 90-103.

30L’appropriation des diagrammes proposés par F. Héran nécessite un peu de travail et leur construction à partir de schémas généalogiques classiques ne va pas sans tâtonnements pour que les figures réalisées soient lisibles. Je me suis fondé sur mes propres analyses des alliances chez les comtes de Belin et dans les familles qui leur étaient alliées aux xvie et xviie siècles. À l’aide de schémas généalogiques classiques, j’avais tenté de montrer quelques phénomènes remarquables de la parenté nobiliaire à cette époque32. Voyons ce que cela donne si l’on transforme ces schémas généalogiques en diagrammes figuratifs.

Exemple 1 : alliances entre les Montmorency, les La Marck, les d’Humières et les d’Averton

Exemple 1 : alliances entre les Montmorency, les La Marck, les d’Humières et les d’Averton

Conversion en diagrammes :

Conversion en diagrammes :

31Le schéma original illustre une forme typique d’alliances entre des lignées co-alliées : une structure d’alliances croisées dans le cadre d’un échange généralisé, mais sans bouclage car l’échange est asymétrique, les lignées en question étant socialement inégales. Le patrogramme montre en son cœur la double symétrie du parallélogramme typique de la répétition de l’alliance et du transfert exclusif, en l’occurrence ici d’une lignée hiérarchiquement inférieure (les d’Humières) vers une lignée hiérarchiquement dominante (les Montmorency), transfert répété deux générations de suite. En réduction partielle, qui écrase les germains, le parallélogramme est net. La forme triangulaire qui apparaît avec les La Marck ressemble à la figure du mariage avec la cousine patrilatérale qui, lorsqu’elle est répétée, donne la structure élémentaire du transfert alterné. Ici, cette forme de retour de l’alliance passe en fait par une lignée extérieure de chaque côté, celle des La Marck pour les Montmorency (ces derniers sont encore en position sociale supérieure, les La Marck transfèrent une femme aux Montmorency), celle des d’Averton pour les d’Humières (les premiers donnent aux seconds). En outre, cette forme de retour se fait à une génération d’écart.

32Le matrogramme oblige à créer une divergence factice entre les deux frères Henri et Guillaume de Montmorency qui transforme le transfert alterné passant par des lignées extérieures en une sorte d’échange d’hommes (la figure en papillon), qui là encore met en jeu deux lignes féminines complémentaires par rapport à la figure centrale du double transfert (le parallélogramme). Cette dernière ne change pas, conformément au fait que, d’un point de vue structural, il revient au même de dire que les hommes échangent les femmes ou que les femmes échangent les hommes. Mais pour l’ensemble du schéma, il n’y a pas équivalence, dans ce cas typique d’alliances, entre la circulation des femmes et celle des hommes entre les lignées. Ce qui apparaît du point de vue des hommes comme un retour des femmes par l’intermédiaire de deux lignées co-alliées de deux autres en situation de transfert exclusif, apparaît du point de vue des femmes comme un échange alterné des hommes.

33La ressemblance des figures avec les formes remarquables des diagrammes élémentaires attire, me semble-t-il, l’attention sur un point important : l’équivalence structurale entre alliance et filiation. Les lignées complémentaires des La Marck et des Rochechouart peuvent jouer leur rôle de retour du transfert exclusif central parce que l’alliance vaut la filiation et inversement.

Exemple 2 : alliances issues de remariage

Exemple 2 : alliances issues de remariage

Conversion en diagrammes :

Conversion en diagrammes :

34Le schéma originel avait pour fonction d’illustrer l’importance des remariages et les formes spécifiques de renchaînements d’alliances qu’ils entraînent. Les deux diagrammes sont intéressants par leur similitude qui montre que ces remariages ont des effets équivalents du point de vue des hommes et du point de vue des femmes. Ils permettent notamment une forme d’échange alterné qui passe par une mise en équivalence de l’alliance et de la filiation, conforme à la théorie structurale qui sous-tend les diagrammes. Du point de vue de la parenté dans la noblesse à l’époque moderne, les remariages sont structuralement équivalents pour les hommes et pour les femmes.

35Autre point intéressant de ces diagrammes, la forme d’échange alterné permise par les remariages se fait avec une génération de décalage. Si on simplifie les diagrammes, en réduisant les remariages, cela donne ceci :

Réduction des diagrammes

Réduction des diagrammes
  • 33 F. Héran, op. cit., p. 99-115.

36Les figures en papillon qui apparaissent (échange alterné) représentent des mariages à une génération d’écart. En matrogramme, il s’agit même d’une sorte de double échange des hommes avec, dans un cas, un écart d’âge d’une génération en faveur de l’homme, et dans l’autre en faveur de la femme. La figure se rapproche ainsi de ce qu’Érik Guignard, dans son étude des Touaregs Udalen, a appelé l’« échange en spirale », dont F. Héran donne des représentations en diagrammes élémentaires33. Il n’y a pas obliquité unique dans la parenté de la noblesse à l’époque moderne. Le passage du patrogramme au matrogramme ne conserve donc pas, et c’est logique puisqu’il y a obliquité, l’intégralité de la figure. Mais ce ne sont pas les remariages qui introduisent ces modifications.

Exemple 3 : renchaînements d’alliances par les lignées féminines

Exemple 3 : renchaînements d’alliances par les lignées féminines

Conversion en diagrammes :

Conversion en diagrammes :

37Là encore, cet exemple plus complexe avait pour objectif de montrer les renchaînements d’alliances qui passent par les remariages. À nouveau, on constate que la transformation du patrogramme au matrogramme ne modifie pas l’aspect général de la figure pour ce qui est des remariages, ce qui confirme leur équivalence structurale pour les hommes et pour les femmes. C’est là un résultat qui n’est pas négligeable et que je n’avais pas formulé dans mon travail sur les comtes de Belin, faute d’avoir réfléchi à la question et d’avoir eu un outil pour constater le fait. Dans le cas précis qui nous occupe, la forme de la figure est conservée, avec cette même inclinaison générale et ces lignes parallèles obliques qui croisent des droites parallèles verticales, le tout créant une ressemblance forte avec les parallélogrammes du transfert exclusif. L’autre intérêt de ces figures, c’est qu’elles montrent comment les remariages sont un moyen de lier des lignées différentes dans ce transfert exclusif. Pour reprendre une remarque de F. Héran qui s’applique parfaitement dans les deux cas que nous venons de voir,

  • 34 Ibid., p. 210.

[…] les remariages ou les doubles mariages (mariages de deux hommes avec deux sœurs par exemple) peuvent être un moyen efficace d’‘affrérer’ des lignées, voire de les faire émerger34.

38Il faut noter cependant les difficultés de la représentation. Contrairement à ce qui se passe dans les diagrammes des structures élémentaires primaires de la parenté, il n’est pas possible de conserver, dans les diagrammes figuratifs, une cohérence pleine entre la forme et le fond, entre la structure du schéma et la structure de la parenté. Ainsi, l’écart entre les deux frères Jean et Guillaume de Saux en tête des deux schémas est une pure contrainte de la représentation, non l’expression du fait que les deux frères auraient cherché à créer deux lignées différentes. On entr’aperçoit également combien serait difficile à déchiffrer un diagramme figuratif qui chercherait à étendre la représentation à d’autres lignées.

Exemple 4 : l’importance des lignées féminines

Exemple 4 : l’importance des lignées féminines

Conversion en diagrammes :

Conversion en diagrammes :
  • 35 Raymond C. Kelly, Etoro Social Structure : A Study in Structural Contradiction, Ann Arbor, Universi (...)

39Cette fois, le schéma originel avait pour but de montrer l’importance de construire des lignées féminines pour comprendre le fonctionnement de la parenté à l’époque moderne. Le patrogramme montre une forme très fréquente de renchaînement d’alliance passant par une lignée féminine. À partir d’exemples très différents (comme les Etoro de Nouvelle-Guinée, étudiés par Raymond Kelly35), F. Héran formule une conclusion dont la logique s’applique assez bien à ce qui se passe le plus souvent dans la noblesse française à l’époque moderne :

  • 36 F. Héran, op. cit., p. 278.

D’un point de vue structural, l’échange direct des sœurs est moins efficace que l’échange indirect : il ne fait que consolider un lien d’alliance entre deux lignées dont l’identité est déjà acquise. L’échange indirect fait mieux : ou bien il rapproche deux branches d’une lignée en voie de fission en leur donnant le même allié, ou bien il va jusqu’à introduire dans le jeu une troisième lignée qu’il apparie à l’une des deux autres. Dans cette formule enrichie, l’alliance contribue à redéfinir la filiation.36

40De manière frappante, le caractère fondamental de la lignée féminine Marie Potier / Charlotte Le Roux n’apparaît pas vraiment dans le matrogramme alors que la contrelignée qu’elles forment dans le patrogramme est nette. C’est finalement assez logique étant donné le caractère très limité de l’exemple qui est fondé sur trois patrilignées. Mais si on prend un ensemble plus important, l’importance des lignées féminines se dégage beaucoup plus nettement, même si le diagramme est très difficile à construire.

Exemple 5 : alliances entre les Chabot, les Saulx, les Rochechouart, les d’Averton, les Mesgrigny et les Bouthillier

Exemple 5 : alliances entre les Chabot, les Saulx, les Rochechouart, les d’Averton, les Mesgrigny et les Bouthillier

Conversion en matrogramme :

Conversion en matrogramme :

41Ce schéma est particulièrement intéressant. Dans sa version généalogique, il était lisible, mais assez difficilement. Dans sa version patrogramme, il est particulièrement malaisé à réaliser. Mais sa version matrogramme montre assez nettement que l’on peut tout à fait regarder la parenté dans ces lignages nobiliaires du point de vue des lignées féminines, qui organisent l’ensemble, alternent entre échange et transfert en s’appuyant pour cela sur des contrelignées masculines qui viennent étayer l’ensemble. Problème cependant : là encore, les contraintes de la représentation obligent à des choix. En l’occurrence, ici, j’ai décidé d’insister sur le parallélisme du transfert des hommes qui forment des contrelignées, sans pour autant parvenir à respecter une symétrie constante (ce que François Héran ne peut pas faire non plus dans les diagrammes figuratifs qu’il présente). Mais cette contrainte de la symétrie que je me suis imposé m’oblige à allonger démesurément les segments représentant quelques personnes comme Aimé de Rochechouart, Jean de Saulx ou Guillaume de Saulx.

Exemple 6 : les Phélypeaux

Exemple 6 : les Phélypeaux
  • 37 Sara E. Chapman, Private Ambition and Political Alliances. The Phélypeaux de Pontchartrain Family a (...)

42Ce dernier exemple permet de montrer que, quels que soient les alliés et alliés d’alliés des Belin vers lesquels on se tourne, on retrouve des phénomènes semblables à ceux observés dans les précédents schémas. En l’occurrence, il s’agit ici des Phélypeaux pour lesquels il est possible d’utiliser les généalogies fournies par Charles Frostin et Sara E. Chapman dans leurs études respectives37. Les Phélypeaux, comme le montre Ch. Frostin, sont un exemple remarquable des réseaux créés par les alliances dans les élites d’Ancien Régime. Il faudrait tenter de mieux formaliser ces multiples liens qui apparaissent dès que l’on se penche sur toutes ces familles. Les Phélypeaux appuient l’idée du caractère fondamental des appariements de lignées par les alliances, que l’on peut regarder tant du point de vue des hommes que du point de vue des femmes sans que cela modifie les logiques en profondeur : l’idée que l’alliance vaut la filiation et la filiation vaut l’alliance est ici pleinement opératoire en ce que l’alliance permet des renchaînements dans la filiation sans échange direct entre les lignées, sans passer non plus nécessairement par les patrilignées.

  • 38 Je reprends là une expression employée par R. Descimon à plusieurs reprises dans le cadre de notre (...)

43La multiplication des schémas ne permet pas d’aboutir à une vision synthétique de ce qui se passe sur plusieurs générations et pour de multiples lignées dans la noblesse française des xvie et xviie siècles. Il n’est pas possible de construire des réductions cohérentes des diagrammes figuratifs qui donneraient une clé structurale de compréhension de la parenté nobiliaire. Néanmoins, tous ces exemples laissent penser que ce ne sont pas les patrilignages qui structurent la parenté nobiliaire à l’époque moderne. Le patrilignage est de l’ordre de la conquête38, mais il dénie en même temps ce qui se passe du point de vue des alliances.

  • 39 F. Héran, op. cit., p. 193.

44Que conclure de ces différents exemples ? Pour F. Héran, « l’analyse structurale est impuissante à dire si le modèle a modelé les pratiques ou s’il les interprète a posteriori. En revanche, en groupant les parents parallèles en faisceaux, il identifie les acteurs de l’échange », c’est-à-dire les groupes qui échangent, qu’ils soient matri- ou patrilinéaires39. Le travail de figuration ne dispense donc pas du travail d’interprétation des pratiques. Il donne des éléments remarquables à expliquer.

  • 40 Sur les généalogies, R. Descimon, « Élites parisiennes entre xve et xviie siècle. Du bon usage du C (...)

45D’après les exemples que l’on vient de voir, je noterai trois choses supplémentaires. La première, c’est que les diagrammes figuratifs ne permettent pas de respecter les échelles et l’homogénéité des inclinaisons que l’on trouve dans les diagrammes structuraux. Cela signifie qu’il faut vérifier que les formes engendrées ne sont pas de simples résultats des contraintes de la représentation, et non des formes spécifiques pertinentes. La seconde, c’est que ces diagrammes sont difficiles à construire, et parfois même impossibles. Ils ne permettent donc pas de représenter de nombreuses lignées avec des alliances multiples. C’est une limite, mais qui est également celle des schémas généalogiques. Toute représentation de la parenté sur le papier induit des choix, une simplification et un tri dans l’ensemble des données récoltées. Mais pas rapport aux schémas généalogiques, le grand avantage des diagrammes figuratifs est de faire nettement apparaître, lorsqu’on parvient à les mettre en forme, les moments où il y a équivalence entre point de vue féminin et point de vue masculin, et les moments où il y a divergence. Il s’agit donc d’un instrument assez utile pour se déprendre du prisme patrilinéaire qui structure les généalogies et les sources nobiliaires d’Ancien Régime. Celles-ci, on le sait, nous viennent souvent du Cabinet des titres ou de généalogies forgées à l’époque moderne pour répondre à des enquêtes ou pour des besoins de légitimation ou d’affirmation de pouvoir40. Or, même si on vérifie les données par le travail d’archives, même si on reconstitue d’autres généalogies que l’on confronte à celles qui ont été faites à l’époque étudiée, il reste assez difficile de se déprendre de l’idéologie du patrilignage qui a informé leur conception, surtout à partir du xviie siècle, relayée par la suite au xixe et au xxe siècles dans les nombreux travaux d’érudits consacrés à des familles nobles, mais aussi dans les ouvrages académiques sur la noblesse.

  • 41 George P. Murdock, Social Structure, New York, The Free Press / Londres, Collier-Macmillan, 1949. T (...)
  • 42 C’est le travail de Louis Dumont sur les vocabulaires dravidiens dans les années 1950. Voir notamme (...)
  • 43 Floyd G. Lounsbury, « The structural analysis of kinship semantics », dans H. E. Flunt (éd.), Proce (...)

46F. Héran est conscient des difficultés de son modèle. Reprenant les travaux des anthropologues qui ont montré que la bifurcation sexuée n’est pas universelle41, que certains vocabulaires ne classent pas la parenté sur un mode absolu mais sur un mode relatif, suivant une logique égocentrée et non sociocentrée42, que la neutralisation de la différence frère/sœur chez les Iroquois seneca était elle aussi relative et égocentrée, contrairement à ce qu’avait écrit L. Morgan43, F. Héran écrit :

  • 44 F. Héran, op. cit., p. 365.

On notera qu’elles [ces découvertes] ont toutes une caractéristique commune : elles réhabilitent le point de vue d’ego en lui faisant toute sa place dans l’organisation du vocabulaire de parenté. Ego n’est plus un individu interchangeable : son point de vue vient courber en quelque sorte l’espace de la parenté. Pour reprendre les termes de M. Granet, la considération des ‘relations de proximité’ revient en force par rapport à celle des ‘catégories’, c’est-à-dire des classes d’équivalence structurale. D’où le défi majeur que doit relever l’anthropologie structurale : peut-elle, sans abdiquer ses principes, intégrer cette dimension égocentrée de la parenté ?44

Les diagrammes patrimoniaux

  • 45 Cl. Lévi-Strauss, « Nobles sauvages », dans Culture, science et développement : contribution à une (...)
  • 46 Élisabeth Claverie et Pierre Lamaison, L’Impossible mariage : violence et parenté en Gévaudan, xvii(...)
  • 47 F. Héran, op. cit., p. 203-206.

47François Héran propose des formes alternatives à ses diagrammes, notamment ce qu’il appelle des diagrammes patrimoniaux, afin de représenter les systèmes à « maisons » des sociétés paysannes. Il s’agit de modifier un peu les schémas en fondant la divergence structurale non sur le sexe, mais sur la succession à la « maison ». La bifurcation sexuée est donc remplacée par la bifurcation fondamentale entre héritiers des « maisons », quelque soit leur sexe, et cadets (ceux qui n’héritent pas de la « maison »). Ce type de diagramme m’intéresse particulièrement puisque j’ai défendu l’idée que la noblesse moyenne et haute d’Ancien Régime peut s’analyser en termes de système à « maisons », en suivant la définition de Cl. Lévi-Strauss telle qu’elle a été retravaillée par certains anthropologues américains45. En s’appuyant sur l’étude de Ribennes en Gévaudan qu’avaient menée Élisabeth Claverie et Pierre Lamaison46, F. Héran présente des schémas dans lesquels des figures spécifiques apparaissent mais où l’exogamie domine. La représentation graphique n’est pas simple à réaliser, laissant apparaître les limites de la méthode structurale47.

48F. Héran ne s’attarde cependant pas sur ce type de schémas et sur les difficultés à résoudre. Par exemple, comment représenter l’alliance de deux héritiers, ou encore l’alliance entre deux cadets, ou encore le fait qu’il puisse y avoir plusieurs héritiers qui fondent chacun leur propre « maison » ? Dans ce dernier cas, une solution simple consiste à représenter les multiples héritages de la même manière que la germanité de même sexe dans les diagrammes figuratifs. En ce qui concerne l’alliance entre deux héritiers, je propose de reprendre la solution des représentations de l’inceste fournie par F. Héran : l’alliance entre deux héritiers serait marquée par un segment vertical courbé, qui aurait l’avantage de figurer la spécificité et l’importance de ce genre d’alliances. L’alliance entre deux cadets peut être figurée par un V, la convergence, donc, de deux segments obliques.

49Armé de ces solutions, j’ai tenté de représenter la transmission de la « maison » Belin mais le diagramme obtenu n’est pas très concluant. Ce genre de schéma donne nécessairement un état final qui ne permet pas, notamment, de figurer le fait que des individus, hommes ou femmes, ont pu devenir héritiers ou héritières de leur « maison » après leur mariage, en raison du décès d’un ou plusieurs frère(s) et sœur(s).

  • 48 Démonstration faite dans le cadre de notre séminaire commun à l’EHESS en novembre et décembre 2008.

50J’ai également appliqué ce type de schéma aux Potier, importante famille dont l’ascension sociale conduit la branche aînée des Novion aux sommets de la noblesse de robe parisienne, et la branche cadette à la duché-pairie et aux sommets de la noblesse de cour. R. Descimon et moi avons montré la force du patrilignage chez les Potier en même temps que la segmentation en patrilignées qui n’échangent pas entre elles mais en revanche entretiennent des relations continuées et opèrent des renchaînements qui mettent en jeu les deux lignées principales48. Le diagramme patrimonial fait nettement apparaître les deux lignées principales, ainsi que les alliances communes des deux lignées. L’absence d’héritier ou d’héritière de la « maison » Novion au milieu du xviiie siècle apparaît sous forme de V inversé.

Figure 14 : diagramme patrimonial des Potier

Figure 14 : diagramme patrimonial des Potier

Réflexions sur un échec

51À l’évidence, les diagrammes figuratifs de F. Héran, s’ils sont un instrument qui peut parfois soutenir des interprétations, rendent mal compte des phénomènes fondamentaux de la parenté nobiliaire d’Ancien Régime. S’il est certain que mes propres limites m’empêchent de tirer pleinement partie de ce type de figures, cet échec est cependant porteur de quelques enseignements. Il me semble notamment assuré que ce mode de représentation ne permet pas (pas plus que les arbres généalogiques classiques) de figurer des réseaux comportant des centaines de nœuds dans un système complexe de la parenté. Les diagrammes montrent des formes locales de structuration, dont la réitération peut porter sens, mais ils ne permettent pas de passer à une échelle générale d’analyse. En revanche, la possibilité de construire des matrogrammes et, de la sorte, d’inverser notre perspective habituelle patrilinéaire largement portée par le mode de représentation des arbres généalogiques traditionnels, est un réel apport.

52Mais, contrairement à ce que F. Héran affirme, les systèmes élémentaires de la parenté et les systèmes complexes ne peuvent se figurer de la même manière, aucune réduction structurale n’étant possible dans ces derniers. Il faut en tirer la conclusion qui s’impose si on suit la logique même de l’auteur : les systèmes complexes de la parenté ne sont pas de la même espèce que les systèmes élémentaires et la logique structurale échoue à en rendre compte globalement. Tout au plus peut-elle en révéler quelques aspects locaux, dont l’explication est à rechercher dans les choix opérés par les acteurs ou bien dans la densité de l’endogamie, en fonction des lieux et des milieux. Le test des figures de la parenté sur la noblesse d’Ancien Régime conforte ainsi la critique formulée par Klaus Hamberger à l’encontre de l’ambition de F. Héran de rendre compte, par son modèle, de tous les systèmes de parenté. L’ouvrage de ce dernier se caractérise par un esprit « euclidien », dans lequel

  • 49 K. Hamberger, art. cit., p. 465-466.

l’espace de parenté a beau être localement hétérogène (les individus ne se marient pas tous avec leurs cousins croisés directs, les germains ne partagent pas tous la même orientation matrimoniale, etc.), il reste toutefois globalement homogène, une fois que l’on a trouvé la grille classificatoire appropriée. Or, un espace non euclidien se caractérise de façon exactement contraire : localement homogène, il est globalement hétérogène. Cette distinction n’a rien à voir avec le caractère plus ou moins classificatoire des liens de parenté entre conjoints. Les structures élémentaires les plus parfaites obéissent à une logique classificatoire, alors que les structures fortement complexes peuvent se tisser par des mariages entre parents proches. Le critère décisif pour un système complexe est que le modèle élémentaire, tout en s’appliquant dans l’environnement immédiat d’Ego, devient de moins en moins applicable dans la mesure où l’on élargit le radius, faute de transitivité des relations classificatoires. Dans cette optique, ce n’est pas la structure élémentaire qui enveloppe la structure complexe, mais la structure complexe qui se compose de structures élémentaires (…).49

Les exemples de diagrammes figuratifs qui précèdent me semblent aller dans le sens des propos de K. Hamberger, mais jusqu’à un certain point seulement. En effet, si le modèle élémentaire peut s’appliquer dans l’environnement immédiat d’Ego, ce n’est pas systématiquement le cas, et surtout les formes de la parenté passent, pour ce qui est de la noblesse d’Ancien Régime, par des jeux avec les co-alliés, avec les lignées féminines, et par des formes de renchaînements qui ne ressortissent pas du modèle élémentaire. Ce dernier n’est alors qu’une indication, une piste qui permet de questionner les phénomènes observés, non un outil qu’il est possible d’utiliser clé en main. Les logiques de la parenté dans la noblesse à l’époque moderne, et plus généralement dans les sociétés de l’époque moderne, ne sont pas autonomes par rapport au social, l’espace de la parenté n’est donc pas homogène, il n’est pas structural. Il faut inventer d’autres interprétations et d’autres méthodes pour en rendre compte, sans se priver pour autant des apports que donnent le comparatisme inhérent aux études structurales de la parenté et les figures élémentaires de l’alliance et de la filiation qu’elles mettent en évidence.

Quelle anthropologie historique pour la parenté nobiliaire ?

Un modèle général d’interprétation de la parenté et de l’alliance en Europe occidentale

  • 50 G. Delille, « Parenté et alliance en Europe occidentale », art. cit.
  • 51 Id., Famille et propriété dans le royaume de Naples (xve-xixe siècle), Rome/Paris, École Française (...)
  • 52 Id., « Échanges matrimoniaux entre lignées alternées et système européen de l’alliance : une premiè (...)
  • 53 Id., « Réflexions sur le “système” européen de la parenté et de l’alliance (note critique) », Annal (...)
  • 54 Id., « Représentation, généralisation, comparaison. Sur le système de parenté européen », Annales H (...)

53Un autre modèle, lui aussi issu de lectures précises de Cl. Lévi-Strauss et de l’anthropologie de la parenté, mérite que l’on s’y arrête. Il concerne en effet l’Europe occidentale depuis le xiiie jusqu’au xviie siècle inclus, renoue donc avec une échelle spatiale large et une chronologie de la longue durée pour tenter de caractériser les grandes structures qui ont régi la parenté et l’alliance du bas Moyen Âge et de l’époque moderne. Il a été proposé par Gérard Delille dans un article d’une livraison de L’Homme, parue début 201050, consacrée en grande partie à Cl. Lévi-Strauss qui venait de décéder. Cet article vient après de nombreux autres dans lesquels G. Delille n’a cessé d’approfondir son questionnement issu de ses recherches sur Manduria, dans les Pouilles, dont il a tiré deux livres importants51. Il s’est d’abord attaché à caractériser ce qu’il a appelé « le système européen de l’alliance » fondé sur les échanges entre lignées alternées52, avant de monter en généralité pour décrire le système de la parenté53 en proposant des réflexions sur la comparaison et la généralisation qui portent son travail54. La suite de cet article présente, discute et teste ce modèle en le confrontant à ce que j’ai pu observer dans quelques familles nobiliaires et à ce que d’autres ont observé dans les élites parisiennes et dans la noblesse en France à l’époque moderne ; en utilisant également les diagrammes de F. Héran afin de préciser encore mieux les apports et les limites de ces deux modèles.

54Reprenant les travaux de Martine Segalen sur le pays bigouden au xviiie siècle, qui elle-même nuançait la thèse de Jack Goody affirmant qu’il n’y avait pas de bouclages d’alliances dans le système européen de la parenté à l’époque médiévale et à l’époque moderne, G. Delille réduit la pertinence des renchaînements d’alliances aux xviiie et xixe siècles pour mettre en évidence, auparavant, un système fondé sur des bouclages :

  • 55 Id., « Parenté et alliance en Europe occidentale », art. cit., p. 76.

J’essaierai de montrer que la multiplication, au xixe siècle, des mariages dans l’affinité très proche (lévirat et sororat), des mariages consanguins eux aussi de plus en plus proches, des mariages dans le même nom, des mariages dans les ‘lignages’ des mères a entraîné, paradoxalement, la destruction de tous les mécanismes d’organisation préférentielle des échanges qui prévalaient encore au xvie et au xviie siècle, ce qui a porté à la disparition de cycles et de bouclages consanguins réguliers pour ne laisser subsister, pendant un court laps de temps, que des ré-enchaînements construits de manière aléatoire dans le champ des seules parentèles.55

Cette perspective générale est, notons-le d’emblée, contradictoire avec l’importance que j’accorde aux renchaînements d’alliances dès le xvie siècle dans la noblesse française, notamment à partir des exemples présentés plus haut, renchaînements qui passent par la collatéralité, les relations d’affinité et les lignées féminines.

55G. Delille se fonde sur le Libro Magno delle Famiglie di Manduria, le document le plus précis et le plus complet qu’il ait trouvé, dans lequel la position des femmes dans les chaînes généalogiques est toujours connue, ainsi que sur d’autres documents qui sont des reconstitutions moins précises faites par des historiens et des érudits locaux : familles de laboureurs du Boulonnais, familles des Hautes-Alpes, familles de l’élite locale de Verviers (dans l’actuelle Belgique), totalité des familles de Fégréac, petit village de l’Ouest français au sud de Redon, et les Cibot, immense lignage dont de nombreux membres sont inscrits à la corporation des bouchers de Limoges. G. Delille ne fait appel à la noblesse qu’en contrepoint, indiquant qu’il s’y intéressera de manière approfondie dans un second temps de sa recherche.

56La thèse majeure qu’énonce G. Delille est que l’on ne se marie pas dans le même nom. À Manduria, il n’y a pratiquement pas de mariages parallèles patrilatéraux alors même qu’il est tout à fait possible de se marier ainsi en respectant les interdits de parenté.

  • 56 Ibid., p. 84.

Globalement, sur 4 782 mariages (soit environ la moitié de ceux transcrits dans le Libro Magno), 22 seulement sont de type parallèle patrilatéral, soit une proportion de 0,46 %. Ces alliances n’ont donc pas de véritable incidence sur le fonctionnement du système général des échanges.56

Le même phénomène se retrouve dans le Boulonnais : sur 2 025 mariages passés par les lignages des Routtier, des De Habart, et par d’autres, 13 seulement se nouent dans la même parenté patrilinéaire. G. Delille en tire une règle d’interdit qu’il formule ainsi :

  • 57 Ibid.

On ne se marie pas dans la parenté masculine de son père57.

Il faut, dit-il, se tourner vers des régions de montagne très isolées ou vers des familles constituant des associations de nature économique et sociale particulière pour rencontrer des exemples qui dérogent partiellement à cette règle. De même, les lignages de dimension importante ont plus tendance à s’allier dans le même nom.

57Ce n’est qu’au cours du xviiie siècle que les mariages dans le même nom commencent à augmenter, dépassent les 5% du total, atteignant parfois plus de 10% au cours du xixe siècle. Pour G. Delille,

  • 58 Ibid., p. 88.

Nous sommes là en présence de la diffusion progressive d’un modèle et d’une ‘idéologie’ qui réfute une des bases fondamentales du système, celle de la similitude entre nom et parenté.58

Ce n’est d’ailleurs pas cette simple augmentation des mariages dans le nom qui indique une mutation du système, mais le fait qu’elle s’accompagne d’un resserrement des bouclages consanguins en deçà des interdits de parenté (deuxième et troisième degrés). En s’appuyant sur les généalogies des familles nobles publiées dans l’Europäische Stammtafeln, G. Delille indique que ces mariages parallèles patrilatéraux ont aussi été beaucoup plus nombreux aux xiie et xiiie siècles, avant de quasiment disparaître durant une période qui s’étend du xive au xviie siècle. La première règle d’interdit fondamentale

  • 59 Ibid., p. 90

[…] semble donc, avec d’amples oscillations au niveau régional et selon les groupes sociaux, avoir valeur générale pour une période historique qui s’étend à peu près du milieu du xive au milieu du xviiie siècle. À partir de la fin du xvie siècle dans la noblesse et du milieu du xviie dans les classes ‘populaires’, ce comportement est progressivement ignoré par un nombre toujours plus grand de familles et finit par être largement rejeté au xixe siècle, période pendant laquelle les mariages dans le même nom sont, partout, nombreux.59

G. Delille relie le phénomène à l’apparition au Moyen Âge de la transmission du nom en ligne patrilinéaire, qui a permis d’individualiser et de positionner les différents groupes familiaux entre eux. Ce phénomène se serait donc accompagné de la constitution de groupes de descendance masculine parfaitement définis et exogames, et de la fin de la segmentation des lignages en noms différents.

58À cette première règle fondamentale s’en ajoute une autre que G. Delille appuie sur les mêmes corpus :

  • 60 Ibid., p. 93. L’expression « les mères » signifie toutes les épouses de la lignée ascendante mascul (...)

On ne se marie pas dans les parentés masculines de ses mères. Ce que nous pouvons également décliner de la manière suivante : on ne se marie pas dans le même nom que l’une des mères de sa propre lignée ascendante masculine (sauf homonymie).60

Les chiffres de tels mariages sont très faibles, même si un peu plus élevés que ceux trouvés pour le premier interdit (1, 63 % à Manduria), ce que G. Delille explique par le fait que le nom des mères finit sans doute par s’oublier. On note que cet interdit étant cumulatif, le nombre de lignages exclus du mariage grandit considérablement. En revanche, rien n’empêche de répliquer les alliances faites par les collatéraux : il y a donc bien une orientation de l’échange qui se fait par les interdits, susceptibles d’une lecture positive. La position de G. Delille se rapproche ainsi de celle de F. Héran qui interprète, comme on l’a vu, les systèmes élémentaires de la parenté comme des modèles ouverts. Pourtant, avec une telle lecture ouverte, le système ne peut conserver son caractère élémentaire ou les échanges conserver une orientation si une règle de conduite ne vient pas s’ajouter aux interdits fondamentaux. Ainsi, dans un système élémentaire, il faut que le modèle soit appliqué, sans quoi la différence avec un système complexe de la parenté disparaît, l’exogamie pouvant tout à fait dominer largement dans une société avec des interdits qui n’auraient aucun caractère prescriptif. Aussi, pour qu’orientation des échanges il y ait dans le modèle de G. Delille, il faut nécessairement qu’en plus des règles mentionnées, les lignages recherchent les bouclages par l’intermédiaire de maillons féminins, ou encore les réplications d’alliances faites par des collatéraux. L’interdit en lui-même, parce qu’il n’est pas prescriptif (la définition d’une société à parenté complexe selon Cl. Lévi-Strauss), laisse ouvert la porte à une exogamie complète sans orientation des échanges. Il n’est pas suffisant pour organiser le système.

59Les conséquences du modèle proposé par G. Delille sont considérables. D’abord, la diachronie est essentielle, l’histoire modelant la structure puisque le champ des possibles se transforme de génération en génération. Ensuite, plus la mémoire des ancêtres est grande, plus l’exogamie des lignages est importante. G. Delille propose ainsi de renverser la thèse de M. Godelier suivant laquelle l’accélération des échanges économiques aurait entraîné une désarticulation des rapports de parenté et d’alliance. Ce serait plutôt ce système des échanges matrimoniaux qui, en poussant à l’exogamie, aurait pu entraîner une accélération des échanges économiques. Enfin, dans ce système,

[…] la femme établit une relation d’exclusion entre la lignée masculine qu’elle engendre et toutes les personnes portant son propre nom, c’est-à-dire son lignage masculin d’origine. Le système repose sur une dialectique entre lignée et ‘lignage’ et non entre lignée et lignée, comme on l’affirme parfois (…),

  • 61 Ibid., p. 97.

thèse qui va à l’encontre de la caractérisation du système occidental de la parenté selon Jack Goody61.

60Le sang des mères ne se transmet que par les hommes, en même temps que le nom et les interdits. Aussi, si l’on combine ces deux règles, tout bouclage dans la société chrétienne médiévale et moderne ne peut se faire qu’en passant par deux maillons féminins. Dans cette perspective aurait pu se mettre en place un mariage préférentiel avec la cousine parallèle matrilatérale : G. Delille interprète l’interdit canonique de quatre degrés comme un moyen d’éviter ces bouclages courts en voie purement féminine qui auraient conféré à l’alliance une place prépondérante par rapport à la parenté et auraient transformé le système en système matrilinéaire.

61Les jeux de l’échange s’organisent, à partir de là, sur une figure de base de mariage avec la MBWBD (la fille du frère de la femme du frère de la mère d’Ego, pour Ego m ; le FZHZS, fils de la sœur du frère du mari de la sœur du père d’Ego w) que Delille simplifie en « mariages oncle-neveu avec tante-nièce ». On peut aisément donner le diagramme de structure de ce type d’alliance (figure 15).

62En multipliant les lignées en jeu, on sera en présence d’un schéma typique d’échange généralisé, qui peut très bien en rester à une faible profondeur généalogique, tout en étant sans cesse relancé. Surtout, on reconnaît en simplifié une forme que l’on a trouvée dans plusieurs schémas précédents, ainsi dans l’exemple 1. Il s’agit d’un type de bouclage qui passe par la collatéralité et produit, dans les diagrammes de F. Héran, ces figure nettes dans lesquelles le segment oblique voit son obliquité accentuée pour pouvoir rejoindre le segment du ou de la marié(e), à moins qu’au contraire on allonge le segment droit en choisissant de respecter la symétrie. Comme la figure 15 est une sorte de schéma minimal, et n’exclut bien sûr par des bouclages plus complexes, mettant en jeu des remariages (même si G. Delille ne propose pas d’exemples dans ce sens), ou bien des germains, ou bien des écarts d’âge de génération, ou bien encore plus de deux générations (cas le plus fréquent), on comprend qu’une grande partie des schémas qui précèdent, avec leurs segments obliques accentués et allongés (et/ou leurs segments droits allongés), relèvent de ces types d’alliances préférentielles typiques de la parenté à l’époque moderne.

63Renouvelés au cours de générations successives, les passages dans la collatéralité et dans l’affinité produisent des renchaînements réguliers d’alliances qui peuvent se présenter sous des formes très diverses en fonction de la démographie des familles. En revanche, lorsque les relations s’effectuent uniquement entre les patrilignées de deux lignages différents, apparaissent ce que G. Delille appelle les échanges entre lignées alternées qu’il avait déjà étudiés auparavant, affirmant que l’on retrouve ces types d’échanges dans toute l’Europe, sauf en Angleterre et en Europe du Nord.

64À Manduria, si l’on tient compte du fait que les circuits par les femmes n’apparaissent pas, au minimum 70 % des alliances obéissent à ces règles d’échanges dans la collatéralité, en lignée alternée ou non. La structuration de la parenté dans ce système peut donc, en fonction des lieux, des moments, et des catégories sociales, se faire sous la forme de l’échange généralisé, avec une faible profondeur généalogique, ou bien au contraire déboucher sur des constructions importantes et durables. Il faut alors expliquer pourquoi telle ou telle forme du système domine.

65Curieusement, G. Delille insiste d’abord sur ces échanges entre lignées alternées. Le premier exemple qu’il prend est celui de l'ascendance D'Agostina/Perruccia à Manduria aux xvie et xviie siècles. On peut en figurer une version patrogramme et une version matrogramme (figure 16) et les comparer avec ceux que j’ai construits à partir de mon travail sur les comtes de Belin.

Figure 16 : bouclages consanguins dans l’ascendance d’Agostina/Perruccia. Manduria, xvie-xviie siècle

Figure 16 : bouclages consanguins dans l’ascendance d’Agostina/Perruccia. Manduria, xvie-xviie siècle

66Notons tout d’abord que ces schémas sont simplifiés puisqu’ils écartent les germains – ce que j’ai également fait dans mes propres schémas. Notons ensuite la forte structuration patrilinéaire de l’exemple, qui se voit très bien dans le fait que le passage au matrogramme fait apparaître les lignées obliques comme structurantes. La figure centrale du bouclage présentée plus haut, qui met les relations avec les co-alliés au cœur de l’échange, est ici prise entièrement dans ces lignées principalement masculines issues d’une segmentation du lignage. Disparaissent alors toutes les réplications d’alliances possibles avec les alliés des collatéraux. Cette patrilinéarité des schémas est logique puisque le nom, transmis en ligne patrilinéaire, est le fondement des échanges dans le modèle de G. Delille. Mais elle est aussi un effet de la fixation de la recherche sur l’échange entre lignées alternées. G. Delille emploie le terme de lignage

  • 62 Ibid., p. 82.

[…] pour désigner un groupe de descendance masculin issu d’un même ancêtre commun et portant le même patronyme, ce qui n’implique pas nécessairement une filiation de type unilinéaire.62

Les reconstitutions généalogiques sur lesquelles il se fonde sont alors très nettement orientées de manière patrilinéaire, même si la recherche des bouclages dans le cadre des deux interdits mis en évidence le conduit à construire des schémas qui ne sont pas des patrilignages avec un nom unique.

67La différence avec l’exemple 4 présenté plus haut, un matrogramme assez semblable par la profondeur généalogique, est frappante. Dans celui-ci, il est possible de regarder les bouclages et les renchaînements du côté des femmes, ce qui fait apparaître des lignées féminines qui structurent le schéma tout autant que les lignées masculines. Ce n’est pas le cas dans les diagrammes issus des généalogies de G. Delille.

68Dans le Boulonnais et partout où des généalogies relativement complètes ont pu être reconstituées, les bouclages se font majoritairement entre le quatrième et le sixième degré, et sont encastrés dans des bouclages qui mettent en jeu le septième, huitième ou neuvième degré. G. Delille y voit la confirmation des interprétations de Françoise Héritier concernant les sociétés complexes et l’existence d’un « échange des femmes ». Notons que comme le système dominant exclut la segmentation des lignages, ce mécanisme ne peut fonctionner que s’il y a expansion démographique des lignages, c’est-à-dire apparition de nouvelles lignées collatérales. Dans le cas contraire, la poursuite du système contraindra les lignages à s’allier avec des lignages qui leur sont inférieurs socialement. Il y a là, selon G. Delille, une cause possible de l’augmentation du célibat des cadets et de la mise en place de la primogéniture aux xvie et xviie siècles, dont l’une des conséquences a été la disparition des mariages multiples de germains, ce qui a conduit à un isolement des lignées et mis fin à l’échange entre lignées alternées. Cela les a aussi rendues plus fragiles, accentuant les risques d’extinction des lignages.

69G. Delille interprète les exceptions avant tout comme les survivances des mécanismes de segmentation avec changement de nom qui autorisent les lignées issues d’une telle segmentation à s’allier, et donc le mariage entre cousins parallèles patrilatéraux. Cela se trouve notamment dans les sociétés de montagne, ou encore chez les Cibot de Limoges jusqu’au xviie siècle. Mais globalement, de tels phénomènes sont de plus en plus rares. Dans les pays protestants, par exemple en Angleterre, on trouve aussi cette grande faiblesse des mariages dans le même nom, avec une évolution chronologique semblable à celle constatée sur le continent, même si les pourcentages des maxima semblent plus faibles : 2, 27 % en Cornouailles. La dispersion et la mobilité géographiques seraient la cause de la faiblesse des chiffres en général. Elles ne signifient cependant pas rupture des liens familiaux, et donc absence de principes organisateurs des échanges, même si ces derniers restent minoritaires. La grande différence entre l’Angleterre et le continent n’est donc pas dans les interdits structurants de l’alliance, mais dans le fait que ceux-ci n’ont pas conduit, comme sur le continent, à la mise en place d’un échange des lignées entre elles. Ce serait aussi une conséquence possible de l’organisation en « maisons » fondées sur la primogéniture et une plus grande liberté de tester, qui auraient préservé une large mobilité des lignées, une mobilité plus grande des populations, et l’absence de mise en place de mécanismes de type lignager qui nécessitent l’héritage de cadets pour fonctionner. Cette interprétation, valable pour la nobility, groupe très restreint et dont la transmission ne se fait en effet qu’en primogéniture mâle, peut-elle vraiment être étendue à l’ensemble de la société anglaise ?

Premiers éléments de mise à l’épreuve du modèle de G. Delille

  • 63 Ch. Frostin, op. cit.
  • 64 Cl. Chatelain, Chronique…, op. cit.
  • 65 M. Bennini, art. cit.
  • 66 R. Descimon, « La réconciliation des Hotman protestants et catholiques (des années 1580 aux années (...)

70Une analyse des très nombreuses généalogies fournies par Ch. Frostin dans son livre sur les Pontchartrain63 confirme la grande rareté des mariages dans le même nom dans la noblesse française à l’époque moderne. La généalogie des Miron et toutes celles fournies par Cl. Chatelain64, celles que j’ai constituées dans mon travail sur les comtes de Belin vont dans le même sens. Sur 242 mariages dans ce dernier cas, 5 sont dans le même nom, soit 2, 06 %, chiffre relativement plus élevé que ceux trouvés par Gérard Delille, mais qui reste faible, d’autant que dans deux cas ces mariages ont lieu à la fin du xvie siècle dans la famille des Hennequin, qui est peut-être spécifique. La généalogie des Leclerc de Lesseville65 présente une particularité intéressante avec deux mariages dans le même nom à la même génération, mais leur caractère tardif (fin xviie-début xviiie siècle) va plutôt dans le sens de la chronologie proposée par G. Delille. En revanche, le cas des Hotman étudiés par R. Descimon montre plusieurs alliances dans le même nom qui permettent aux branches de resserrer leurs liens au xvie et au début du xviie siècle66. Sous réserve de vérifications plus poussées, on peut cependant penser que la règle « on ne se marie pas dans le même nom » était une tendance forte dans la noblesse française à l’époque moderne.

71Qu’en est-il de la seconde règle, à savoir qu’on ne se marie pas avec les lignages du nom des épouses de ses propres ascendants paternels ? La recherche est beaucoup plus difficile à mener. En reprenant les mêmes corpus, les cas semblent là encore rares. Dans les généalogies fournies par Ch. Frostin, quelques cas apparaissent nettement, ainsi Gaspard Fieubet qui épouse Marie Ardier – nom de sa mère –, mais là encore ils semblent peu fréquents. Des cas apparaissent également chez les Hotman. Il faut cependant prendre en compte la difficulté à reconstituer les généalogies et leur faible profondeur. Sous bénéfice d’inventaire plus complet, on peut penser que la tendance notée par G. Delille se confirme pour la noblesse d’Ancien Régime, mais là encore moins fortement que ce qu’il a trouvé dans les corpus qu’il a étudiés.

72La mise en évidence de ces principes est un point fondamental et il faudra sans doute du temps pour approfondir l’histoire qui permet de les comprendre, pour mesurer les évolutions dans leur application, et surtout pour en déployer les conséquences. Ma critique ne va donc pas porter sur les deux principes posés, pour lesquels de longues recherches supplémentaires seront nécessaires, mais sur les conséquences que G. Delille en tire d’un point de vue des bouclages d’alliances et de l’échange des femmes.

73Tous les exemples qu’il prend dans sa démonstration sont orientés vers les échanges entre lignées alternées et les bouclages consanguins fonctionnant dans la profondeur généalogique. Or, les renchaînements d’alliances passant par les lignes féminines ou les bouclages dans la collatéralité sans échange entre lignées alternées (ce dernier type étant lui-même une forme spécifique de renchaînement) sont, dans les chiffres mêmes de G. Delille, plus nombreux que les mariages relevant de l’échange entre lignées alternées, et ils sont eux aussi susceptibles de fonctionner dans la profondeur généalogique. Pour le montrer, prenons l’exemple des Phélypeaux de Pontchartrain (figure 17) et comparons-le avec celui des D’Agostina/Perruccia.

Figure 17 : alliances dans la collatéralité autour des Phélypeaux

Figure 17 : alliances dans la collatéralité autour des Phélypeaux

74En gras est figuré la fratrie (incomplète, il manque deux frères et deux sœurs) des Phélypeaux qui ont propulsé ce lignage dans les élites d’Ancien Régime. Le schéma présenté n’est qu’un parcours possible dans les généalogies proposées par Ch. Frostin. On pourrait multiplier ces réplications d’alliances de collatéraux et ces jeux de renchaînements passant par la collatéralité, et parfois par les femmes. Chez les Phélypeaux, la densité de ces renchaînements et le maillage qu’ils créent atteignent des degrés assez sidérants. Mais on voit qu’il ne s’agit nullement, ici, d’échanges entre lignées alternées au sens strict, sans pour autant que cela conduise à ce que les jeux de l’échange ne se déploient pas sur plusieurs générations. Représentés sous forme de diagrammes de parenté, le schéma ressemblerait à ceux que j’ai constitués à partir du corpus des comtes de Belin.

  • 67 R. Descimon et S. Geoffroy-Poisson, « La construction juridique d’un système patrimonial de l’offic (...)
  • 68 C’est ce qu’il écrit dans le compte-rendu de Fondation et ruine d’une « maison ». Histoire sociale (...)

75Quelles conclusions en tirer par rapport au modèle proposé par G. Delille ? Si ce dernier met en évidence l’importance des deux maillons féminins, qui ne sont qu’un minimum, dans les jeux de l’échange, et par conséquent le fait que la parenté européenne au Moyen Âge et à l’époque moderne ne fonctionne pas sur un mode patrilignager, son optique consistant à privilégier l’échange entre lignées alternées le conduit néanmoins à rechercher d’abord les descendances masculines, c’est-à-dire à construire des pseudo-patrilignages (voir par exemple le schéma I en annexe de son article). Pourtant, rien n’oblige à privilégier cette optique, l’exemple des Phélypeaux de Pontchartrain prouvant que d’autres formes de structurations de la parenté peuvent se produire sur la durée dans le cadre du modèle général proposé par G. Delille. Ce biais patrilinéaire affaiblit la restriction chronologique qu’il formule à propos des renchaînements d’alliances qui ne se généraliseraient qu’à partir du xviiie siècle car son corpus ne permet pas de faire apparaître l’éventuelle existence de tels renchaînements avant : il faudrait pour cela reconstituer des lignées féminines. Tel quel, le modèle de G. Delille ne permet de voir que la moitié de l’espace de la parenté, sauf à considérer que l’orientation patrilinéaire du système est homogène aux discours et à l’idéologie patrilinéaires de l’époque. Or les diagrammes figuratifs présentés plus haut nous ont montrés qu’il n’existait pas une telle correspondance, que l’on pouvait très bien regarder la parenté du point de vue féminin et voir un ensemble de phénomènes apparaître. Plus encore, R. Descimon a établi que, dans la noblesse de robe, le discours patrilinéaire ne fut pas le même durant toute l’époque moderne67, et même Michel Nassiet, s’il est en désaccord avec moi sur la chronologie de l’inflexion patrilinéaire de la noblesse, considère qu’il y a bien eu une évolution en ce sens au xve-xvie siècle68. On ne peut donc étudier la chronologie longue de G. Delille sans tenir compte des changements importants qui ont eu lieu. Pour le dire autrement, son modèle minore trop le caractère cognatique de la parenté dans l’Europe occidentale médiévale et moderne.

76C’est alors la notion même d’échange des femmes qui doit être questionnée. On a vu que selon F. Héran, dans le cadre des structures élémentaires de la parenté, on ne peut pas poser que ce sont les hommes qui échangent les femmes plutôt que les femmes qui échangent les hommes. D’un point de vue structural, les deux formules sont équivalentes. C’est la lecture que la société fait de la structure qui, en cette matière, permet de trancher. Dire qu’il y a échange des femmes, comme le fait G. Delille, c’est interpréter les bouclages qu’il met en évidence en conformité avec l’idéologie dominante masculine de l’époque étudiée. Il faut d’ailleurs s’interroger sur ces bouclages puisque, passant par des maillons féminins, ils sont découplés de toute circulation des dots. Comment penser alors qu’il s’agit d’un échange des femmes ?

  • 69 « Si les femmes sont (partiellement) exclues du jeu de la succession, ce n’est pas en vertu d’un pr (...)
  • 70 É. Haddad, Fondation…, op. cit. ; « Les Mesgrigny ou le coût social et moral des prétentions à l’ép (...)

77Au fond, la question qui se pose est de savoir quelle est la structure que G. Delille a découverte et si elle permet en effet de poser qu’il y a, dans une société complexe comme l’Europe médiévale et moderne, un même type d’échanges par l’alliance que dans les sociétés élémentaires. J’ai déjà dit que les interdits mis en évidence par G. Delille, en tant qu’ils ne sont aucunement prescriptifs, pourraient très bien s’accompagner d’une exogamie complète, sans aucun échange entre lignées, sans aucun renchaînement, sans aucun bouclage. Le fait qu’il y en ait indique que d’autres logiques sont à l’œuvre. Or dans le cadre d’une société cognatique, l’apparition de groupes capables d’échanger par l’intermédiaire de l’alliance et de la parenté, et de se structurer ainsi, n’est pas fondée sur le système de la parenté lui-même, par l’intermédiaire de groupes de descendances unilinéaires institués et reconnus comme tels, mais elle nécessite un travail de construction d’un groupe dans la durée, qui passe par la transmission et par les jeux d’alliances avec d’autres familles prises dans ce même processus de construction. Anita Guerreau-Jalabert l’a dit fortement à plusieurs reprises, dans l’Europe médiévale et moderne, la création de patrilignées ou de « maisons » ou de patrilignages est le résultat de processus sociaux, et non d’un principe unilinéaire régissant la parenté69. Les « maisons » nobles de l’époque moderne peuvent être considérées comme des entités crypto-corporatives dont la délimitation est un enjeu permanent entre leurs membres et qui articulent pleinement un nom à la transmission de biens matériels et symboliques70. À travers les hommes aussi bien que les femmes circulaient de l’argent, du pouvoir, des biens symboliques et matériels, qui contribuaient à structurer les familles par la transmission. Il n’est pas du tout avéré que ces dernières pensaient cette circulation en termes d’échanges des femmes. Il est encore moins certain que cela permette de comprendre la structure des échanges entre lignées alternées.

  • 71 Voir notamment M. Nassiet, « Signes de parenté, signes de seigneurie : un système idéologique (xve-(...)

78Une autre question ouverte par l’article de G. Delille est d’ailleurs celle du nom. Les généalogies qu’il travaille peuvent – sauf à Manduria qu’il connaît parfaitement – masquer des manipulations de noms toujours possibles dans la noblesse française du xvie et du premier xviie siècle. Les cas que j’ai rencontrés sont trop nombreux pour que l’on puisse en faire une simple survivance d’un système plus ancien, propre à l’Ouest français. Le double nom (patronyme/nom de seigneurie) est fondamental dans le système onomastique de la noblesse de même que son rapport avec les armes71, éléments passés sous silence dans le modèle de G. Delille. Or les noms de terre et les armoiries étaient des instruments de revendication et de rattachement qui contribuaient à la construction des familles et des « maisons ».

En guise de conclusion

  • 72 D. Sabean, S. Teuscher et J. Mathieu (eds), Kinship in Europe, op. cit.

79Dans sa note critique sur le livre Kinship in Europe72, François-Joseph Ruggiu fait une proposition forte qui, s’appuyant sur des recherches variées prises dans toute l’Europe à différentes périodes, conteste les analyses de parenté proposées aussi bien par G. Delille que dans l’ouvrage recensé. Il écrit :

  • 73 François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour (...)

[…] le mariage entre parents proches apparaît, à des périodes différentes, comme une solution pragmatique que les familles stables ont tendance à adopter en particulier, mais pas seulement, pour éviter le morcellement du patrimoine familial. Nous préférons, d’ailleurs, parler de familles ‘stabilisées’, car le phénomène peut durer peu de temps, comme pour les pools d’Écouen ou de Villiers-le-Bel, ou, au contraire, s’étendre sur plusieurs générations, comme pour les familles étudiées par Gérard Delille. Cette solution prend les formes que la configuration démographique de la famille autorise au moment où l’union est souhaitable. Cela explique d’ailleurs pourquoi bon nombre d’unions remarquables sont, en fait, souvent liées à des remariages, celui d’un veuf ou d’une veuve à un proche parent du conjoint décédé. Cela explique aussi que le remariage d’un veuf ou d’une veuve s’accompagne parfois de l’union de leurs enfants respectifs.73

Les critiques formulées par F.-J. Ruggiu relèvent d’un refus d'abstraire les études de la parenté des jeux sociaux, de la transmission, des choix individuels. Les analyses précédentes rejoignent une partie de ces critiques. Mais les justifications de ces dernières, le contre-modèle proposé par F.-J Ruggiu en quelque sorte, vont dans une tout autre direction :

  • 74 Ibid., p. 247-248. Pour la mise en œuvre de cette perspective d’analyse, F.-J. Ruggiu, L’Individu e (...)

Il nous semble qu’il n’est pas encore pleinement démontré que les figures de l’alliance que dessinent les reconstitutions des arbres généalogiques soient bien la conséquence de l’insertion des individus dans une structure de parenté ou dans des règles d’organisation générale qui gouverneraient les comportements matrimoniaux ou politiques. Nous ne pouvons écarter qu’elles soient, simplement, le résultat de réponses pragmatiques à des situations données façonnées, en grande partie, par les aléas de la démographie, cette ‘loterie’ qui, jusqu’au xxe siècle, a défié les schémas les mieux pensés. Le pragmatisme de ces réponses joint à l’existence de cultures familiales, explique les oscillations qui peuvent être repérées, selon les cas, entre les inflexions patrilinéaires et les inflexions bilatérales. Il nous paraît donc préférable de continuer à travailler sur la parenté aux époques modernes et contemporaines d’une manière qui soit informée par les problématiques de la démographie historique ou de l’histoire sociale plutôt que par celles de l’anthropologie historique en tous cas dans sa variante structuraliste.74

80La critique de F.-J. Ruggiu, si elle ne récuse pas le recours à l’anthropologie de la parenté, au moins formellement, est fondée sur une méprise par rapport au structuralisme comme par rapport à toute tentative de construction de modèle rendant compte de faits sociaux. Pourquoi penser qu’un modèle ou une structure de parenté sont des règles d’organisation générale gouvernant les comportements matrimoniaux et politiques ? Un modèle peut être suivi ou pas, c’est dans sa définition même. En outre, comment concilier l’idée de réponses pragmatiques à des situations aléatoires et celle de cultures familiales qui détermineraient les comportements des individus ? Que signifient des cultures familiales qui seraient autonomes du reste de la société ? Comment l’aléa démographique peut-il à lui seul réduire les choix des individus à du hasard ? Tout au plus peut-on considérer qu’il réduit le champ des possibles pour les individus et pour les familles.

81F.-J. Ruggiu pense que l’approche structuraliste de G. Delille récuse une approche d’histoire sociale. Il me paraît évident – les lignes qui précèdent l’auront montré – que ce n’est pas le cas. En revanche, il est exact que l’importance accordée par G. Delille aux bouclages consanguins et aux échanges entre lignées alternées est le résultat de sa volonté de découvrir un système de la parenté qui puisse prendre place aux côtés de ceux mis en évidence par les anthropologues dans les sociétés élémentaires ou semi-complexes. De ce point de vue, la parenté est susceptible de former un champ d’investigations en lui-même. La mise à l’épreuve des deux modèles qui précède indique que ce geste n’est possible qu’en sacrifiant une partie de l’espace de la parenté (pour reprendre l’expression de K. Hamberger), espace qui, parce qu’il est cognatique et complexe, ne peut se structurer que par des mécanismes sociaux, économiques et politiques qui orientent les possibles au sein des familles tout en laissant la structuration de la parenté du côté de la réussite de projet de transmission et d’alliance. Pour le dire autrement, dans une telle société, la transmission joue un rôle beaucoup plus important de modelage de la parenté, ce qui signifie que les logiques de l’alliance et de la parenté ne peuvent s’appréhender de manière autonome par rapport aux structures de la reproduction sociale.

Haut de page

Notes

1 Une première recherche sur cette thématique a donné lieu à un livre auquel je me permets de renvoyer : Élie Haddad, Fondation et ruine d’une « maison ». Histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706), Limoges, Pulim, 2009.

2 Parmi les travaux récents, voir notamment Robert Descimon, « Don de transmission, indisponibilité et constitution des lignages au sein de la bourgeoisie parisienne du xviie siècle », Hypothèses, 2006, p. 413-422 ; id., « Guillaume Du Vair (7 mars 1556-3 août 1621) : les enseignements d’une biographie sociale. La construction symbolique d’un grand homme et l’échec d’un lignage », dans Bruno Petey-Girard et Alexandre Tarrête (dir.), Guillaume Du Vair. Parlementaire et écrivain (1556-1621), Genève, Droz, 2005, p. 17-77 ; id., « Patriarcat et discordes familiales : les conflits liés aux enjeux de l’alliance et de la transmission dans la robe parisienne aux xvie et xviie siècles », dans Anna Bellavitis et Isabelle Chabot (dir.), La Justice des familles. Autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau Monde, xiie-xixe siècles), Rome, école Française de Rome, 2011, p. 49-68 ; Claire Chatelain, Chronique d’une ascension sociale. Exercice de la parenté chez de grands officiers (xvie-xviie siècles), Paris, Éditions de l’EHESS, 2008 ; R. Descimon et É. Haddad (éd.), Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (xvie-xviiie siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2010.

3 Daniel Dessert et Jean-Louis Journet, « Le lobby Colbert : un royaume ou une affaire de famille ? », Annales ESC, 30-6, 1975, p. 1303-1336.

4 Jean-Louis Bourgeon, Les Colbert avant Colbert. Destin d’une famille marchande, Paris, PUF, 1973.

5 André Burguière, Christiane Klapisch-Zuber, Martine Segalen, Françoise Zonabend (dir.), Histoire de la famille, Paris, Le livre de poche, 1994 [1986], 3 vol.

6 Michel Nassiet, « La parenté, entre anthropologie et histoire », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 49-4 bis, supplément 2002, Bulletin de la SHMC, p. 96-103.

7 Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, Flammarion, 2010 [2004] ; Laurent Barry, La Parenté, Paris, Gallimard, 2008 ; François Héran, Figures de la parenté. Une histoire critique de la raison structurale, Paris, PUF, 2009.

8 C’est le travail engagé par le groupe Traitement Informatique de la Parenté qui a développé pour ce faire le logiciel PUCK. Voir notamment Klaus Hamberger, Michael Houseman et Cyril Grange, « La parenté radiographiée : un nouveau logiciel pour l’analyse des réseaux matrimoniaux », L’Homme, 191, 2009, p. 107-138.

9 Gérard Delille, « Parenté et alliance en Europe occidentale. Un essai d’interprétation générale », L’Homme, 193, 2010, p. 75-136.

10 Voir notamment David W. Sabean, Simon Teuscher and Jon Mathieu (eds), Kinship in Europe. Approaches to long-term development (1300-1900), New York, Bergham Books, 2007.

11 Dionigi Albera, Au fil des générations. Terre, pouvoir et parenté dans l’Europe alpine (xive-xxe siècles), Grenoble, PUG, 2011, p. 19-20.

12 Cet article est issu d’une série de séminaires présentés à l’EHESS en janvier 2011, dans le cadre de l’enseignement commun que R. Descimon et moi y dispensons. Merci aux participants pour leurs remarques et les discussions qui ont suivi chaque communication.

13 Claude Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Annales ESC, 38-6, 1983, p. 1217-1231.

14 Toute cette analyse est fondée sur Gildas Salmon, Logique concrète et transformations dans l’anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss, thèse de l’université Paris I sous la direction de Jocelyn Benoist, 2009, notamment p. 51-52.

15 Christiane Klapisch-Zuber, L’Ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000.

16 André Burguière, « La mémoire familiale des bourgeois gentilshommes : généalogies domestiques en France aux xviie et xviiie siècles », Annales ESC, 46-4, 1991, p. 771-788.

17 Sur les usages de la généalogie, voir Germain Butaud et Valérie Piétri, Les Enjeux de la généalogie (xiie-xviiie siècle). Pouvoir et identité, Paris, Autrement, 2006.

18 Douglas R. White et Paul Jorion, « Representing and Analysing Kinship : A New Approach », Current Anthropology, 33, 1992, p. 454-462.

19 J. Bertin, Sémiologie graphique, les diagrammes, les réseaux, les cartes, La Haye, Mouton, s.d. [1968 ?], et Le Graphique et le traitement graphique de l’information, Paris, Flammarion, 1977.

20 « Pour comprendre la nature des liens sociaux, on ne doit pas poser d’abord des objets et chercher ensuite à établir entre eux des connexions. Renversant la perspective traditionnelle, il faut percevoir au départ les relations comme des termes, et les termes eux-mêmes comme des relations. » Cl. Lévi-Strauss, Le Regard éloigné, Paris, Plon, 1983, préface.

21 F. Héran, op. cit., p. 23.

22 Klaus Hamberger, « Espaces de la parenté », L’Homme, 195-196, 2010, p. 451-468.

23 F. Héran, op. cit., p. 29.

24 Ibid., p. 32-35.

25 Ibid., p. 57.

26 Dans les faits, il est possible mais non nécessaire que l’écart d’âge structural recoupe bien, au final, une différence d’âge réel entre les époux ; il faut en effet toujours garder en mémoire que les diagrammes structuraux représentent des hyperindividus, non des individus réels, c’est-à-dire des parents classificatoires dont il n’est pas possible de dire l’âge puisque des substitutions sont possibles. Une lecture démographique des modèles structuraux est donc, du point de vue de F. Héran, un non-sens.

27 F. Héran, op. cit., p. 138.

28 Ibid., p. 154.

29 Ibid., p. 185.

30  Ibid., p. 188.

31 Ibid., p. 230.

32 É. Haddad, Fondation…, op. cit., p. 90-103.

33 F. Héran, op. cit., p. 99-115.

34 Ibid., p. 210.

35 Raymond C. Kelly, Etoro Social Structure : A Study in Structural Contradiction, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1977 [1974].

36 F. Héran, op. cit., p. 278.

37 Sara E. Chapman, Private Ambition and Political Alliances. The Phélypeaux de Pontchartrain Family and Louis XIV’s Government, 1650-1715, Rochester, The University of Rochester Press, 2004 ; Charles Frostin, Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV. Alliances et réseaux d’influence sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2006.

38 Je reprends là une expression employée par R. Descimon à plusieurs reprises dans le cadre de notre séminaire commun à l’EHESS, notamment en novembre 2009 dans une séance intitulée « La parenté dans la noblesse de robe et d’épée (xvie-xviiie siècle). Les obscurs objets de la transmission ».

39 F. Héran, op. cit., p. 193.

40 Sur les généalogies, R. Descimon, « Élites parisiennes entre xve et xviie siècle. Du bon usage du Cabinet des titres », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 155, 1997, p. 607-644 ; G. Butaud et V. Piétri, op. cit.

41 George P. Murdock, Social Structure, New York, The Free Press / Londres, Collier-Macmillan, 1949. Trad. française : De la structure sociale, Paris, Payot, 1972. Ce livre contient une typologie des vocabulaires de parenté qui fait encore référence.

42 C’est le travail de Louis Dumont sur les vocabulaires dravidiens dans les années 1950. Voir notamment Dravidien et Kariera : l’alliance de mariage dans l’Inde du Sud et en Australie, Paris/La Haye, Mouton, 1975.

43 Floyd G. Lounsbury, « The structural analysis of kinship semantics », dans H. E. Flunt (éd.), Proceedings of the IXth International Congress of Linguists, La Haye, Mouton, 1964.

44 F. Héran, op. cit., p. 365.

45 Cl. Lévi-Strauss, « Nobles sauvages », dans Culture, science et développement : contribution à une histoire de l’homme : mélanges en l’honneur de Charles Morazé, Toulouse, Privat, 1979, p. 40-54, republié dans La Voie des masques sous le titre « L’organisation sociale des Kwakiutl », Paris, Presses Pocket, « Agora », 1988, p. 141-164. Janet Carsten et Stephen Hugh-Jones, About the House. Lévi-Strauss and Beyond, Cambridge, Cambridge University Press, 1995. Rosemary A. Joyce et Susan D. Gillespie (dir.), Beyond Kinship. Social and Material Reproduction in House Societies, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2000. É. Haddad, Fondation…, op. cit.

46 Élisabeth Claverie et Pierre Lamaison, L’Impossible mariage : violence et parenté en Gévaudan, xviie, xviiie et xixe siècles, Paris, Hachette, 1982.

47 F. Héran, op. cit., p. 203-206.

48 Démonstration faite dans le cadre de notre séminaire commun à l’EHESS en novembre et décembre 2008.

49 K. Hamberger, art. cit., p. 465-466.

50 G. Delille, « Parenté et alliance en Europe occidentale », art. cit.

51 Id., Famille et propriété dans le royaume de Naples (xve-xixe siècle), Rome/Paris, École Française de Rome-Éditions de l’EHESS, 1985 ; Le Maire et le prieur : pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle), Rome/Paris, École Française de Rome-Éditions de l’EHESS, 2003.

52 Id., « Échanges matrimoniaux entre lignées alternées et système européen de l’alliance : une première approche », dans Jean-Luc Jamard, Emmanuel Terray et Margarita Xanthakou (sous la dir.), En substances. Textes pour Françoise Héritier, Paris, Fayard, 2000, p. 219-252.

53 Id., « Réflexions sur le “système” européen de la parenté et de l’alliance (note critique) », Annales HSS, 56-2, 2001, p. 369-380.

54 Id., « Représentation, généralisation, comparaison. Sur le système de parenté européen », Annales HSS, 62-1, 2010, p. 137-157.

55 Id., « Parenté et alliance en Europe occidentale », art. cit., p. 76.

56 Ibid., p. 84.

57 Ibid.

58 Ibid., p. 88.

59 Ibid., p. 90

60 Ibid., p. 93. L’expression « les mères » signifie toutes les épouses de la lignée ascendante masculine directe d’Ego.

61 Ibid., p. 97.

62 Ibid., p. 82.

63 Ch. Frostin, op. cit.

64 Cl. Chatelain, Chronique…, op. cit.

65 M. Bennini, art. cit.

66 R. Descimon, « La réconciliation des Hotman protestants et catholiques (des années 1580 aux années 1630) », dans Thierry Wanegffelen (dir.), De Michel de L’Hospital à l’édit de Nantes. Politique et religion face aux Églises, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2002, p. 529-562.

67 R. Descimon et S. Geoffroy-Poisson, « La construction juridique d’un système patrimonial de l’office. Une affaire de patrilignage et de genre », dans R. Descimon et É. Haddad (éd.), Épreuves de noblesse, op. cit, p. 47-59 ; R. Descimon, « Les chemins de l’inégalité menaient-ils à la pérennité des lignages ? Réflexions sur les procédés juridiques qui permettaient de s’émanciper des normes égalitaires dans la coutume de Paris (xvie-xviie siècle) », dans Jean-François Chauvard Anna Bellavitis et Paola Lanaro (sous la dir.), « Fidéicommis. Procédés juridiques et pratiques sociales (Italie-Europe, bas Moyen Âge-xixe siècle », dossier des Mélanges de l’Ecole Française de Rome, 2012-2, p. 381-403.

68 C’est ce qu’il écrit dans le compte-rendu de Fondation et ruine d’une « maison ». Histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706) paru dans Annales HSS, 65/6, 2010, p. 1547-1549. Voir aussi M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques xve-xvie siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000.

69 « Si les femmes sont (partiellement) exclues du jeu de la succession, ce n’est pas en vertu d’un principe unilinéaire régissant la filiation, mais du fait de processus sociaux où se combinent la prééminence des hommes et la contrainte patrimoniale. », article « Parenté » dans Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 865.

70 É. Haddad, Fondation…, op. cit. ; « Les Mesgrigny ou le coût social et moral des prétentions à l’épée », dans R. Descimon et É. Haddad (éd.), Épreuves de noblesse…, op. cit., p. 211-231 ; « Parenté et transmission dans la noblesse française (xviie-xviiie siècles) : le cas des Vassé », à paraître dans French Historical Studies en 2014.

71 Voir notamment M. Nassiet, « Signes de parenté, signes de seigneurie : un système idéologique (xve-xvie siècle) », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXVIII, 1991, p. 175-232 et « Nom et blason. Un discours de la filiation et de l’alliance (xive-xviiie siècle) », L’Homme, 129, 1994, p. 5-30.

72 D. Sabean, S. Teuscher et J. Mathieu (eds), Kinship in Europe, op. cit.

73 François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour de Kinship in Europe, Annales de Démographie Historique, 2010/1, p. 241.

74 Ibid., p. 247-248. Pour la mise en œuvre de cette perspective d’analyse, F.-J. Ruggiu, L’Individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaise et française (1720-1780), Paris, PUPS, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 3
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 5
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 7
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 8
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 9
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 10
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 11
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 12
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 13
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Exemple 1 : alliances entre les Montmorency, les La Marck, les d’Humières et les d’Averton
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Conversion en diagrammes :
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Exemple 2 : alliances issues de remariage
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Conversion en diagrammes :
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Réduction des diagrammes
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Exemple 3 : renchaînements d’alliances par les lignées féminines
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Conversion en diagrammes :
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Exemple 4 : l’importance des lignées féminines
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Conversion en diagrammes :
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Exemple 5 : alliances entre les Chabot, les Saulx, les Rochechouart, les d’Averton, les Mesgrigny et les Bouthillier
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Conversion en matrogramme :
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Exemple 6 : les Phélypeaux
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 14 : diagramme patrimonial des Potier
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 15
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 16 : bouclages consanguins dans l’ascendance d’Agostina/Perruccia. Manduria, xvie-xviie siècle
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 17 : alliances dans la collatéralité autour des Phélypeaux
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5086/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elie Haddad, « Deux modèles récents de la parenté à l’épreuve de la noblesse française d’Ancien Régime », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 09 | 2012, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://acrh.revues.org/5086 ; DOI : 10.4000/acrh.5086

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org