Navigation – Plan du site

La querelle des corps. Acceptions et pratiques dans la formation des sociétés européennes

Giulia Calvi et Silvia Sebastiani

Texte intégral

Présentation

  • 1 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, vol. 1 : Nouveaux problèmes ; vol. 2 : (...)
  • 2 Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1980. L’image est présente dès la pr (...)
  • 3 Ibid.. Voir aussi le recueil d’articles de M. de Certeau, Le Lieu de l’autre. Histoire religieuse e (...)

1Les articles qui sont ici rassemblés ont été présentés lors d’une journée d’études qui s’est tenue, voici maintenant trois ans, à l’Institut Universitaire Européen de Florence, en conclusion du séminaire trimestriel de Giulia Calvi, intitulé Bodies in historical knowledge. L’objectif du séminaire était de faire le point sur un objet identifié comme « nouveau » au début des années 1970, par les acteurs de la « nouvelle histoire » en train de redessiner, en France, ses carnets de route, dans un moment de profonde mise en crise du paradigme braudélien des Annales1. Un objet « nouveau », dont la découverte venait de se faire sous la double égide de Michel Foucault et de Michel de Certeau, à travers des travaux en cours de publication au moment du lancement de la trilogie dirigée par Pierre Nora et Jacques le Goff. En 1980, dans la deuxième édition de L’écriture de l’histoire, Certeau ouvrait par le commentaire d’une image sa magistrale étude sur les rapports de pouvoir mobilisés dans la nouvelle épistémologie de l’écriture de l’histoire, qui se développe avec la Renaissance et la découverte du Nouveau Monde. Cette image, celle d’un corps nu, celui d’Amérique, lors de son premier face-à-face avec Amerigo Vespucci, l’homme blanc venu d’Europe et vêtu des habits et des armes de la conquête, était empruntée à Jan Van der Straet (1619) à partir d’une gravure de Theodor Galle (1580 ca.)2. Elle était au cœur de la préface qui permettait à l’historien de rendre compte de ce que son livre cherchait à saisir, à savoir le rapport de domination que, dès son arrivée aux confins du monde connu, l’explorateur européen, le sujet, exerce sur le corps nu de la femme indienne, l’objet. La domination est effectuée à travers l’utilisation du corps nu comme d’une page blanche sur laquelle les découvreurs européens écrivent leur propre histoire, sans rencontrer d’opposition : l’absence d’une écriture chez l’autre crée les conditions de l’écriture de l’autre, une écriture conquérante qui assujettit l’autre. C’est dans ce que véhicule cette image et dans ce qu’elle suggère comme lecture allégorique que Certeau situe les origines du discours ethnologique et anthropologique, soit encore celui de l’altérité3.

  • 4 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance la prison, Paris : Gallimard, 1976, dont le premier (...)

2Dans un registre différent, et dans le cadre d’une analyse qui puise ses références dans un autre horizon épistémologique, un autre Michel, Foucault, se lançait dans une histoire de la sexualité, dont le premier tome était publié en 1976. La question du corps occupe une place centrale dans l’œuvre de Foucault, comme l’indiquent déjà ses premières réflexions sur le disciplinement et les dispositifs de la répression décrits dans Surveiller et punir, comme l’a ultérieurement confirmé la publication des ses leçons du Collège de France4. Son centrage sur le tournant chronologique de la modernité, son intérêt pour les sociétés occidentales ouvraient des horizons différents de ceux qu’invitait à parcourir Certeau, mais l’un comme l’autre, et avec des postérités et des circuits de réception fort différents, signaient l’entrée du corps sur la scène des sciences sociales et de l’histoire plus particulièrement, signal immédiatement enregistré par les éditeurs de Faire de l’histoire.

  • 5 Jacques Revel et Jean-Pierre Peter, « Le corps. L’homme malade et son histoire », dans Faire de l’h (...)
  • 6 Andra Carlino, La fabbrica del corpo. Libri e dissezioni nel Rinascimento, Turin: Einaudi, 1994 ; A (...)

3à partir du milieu des années 1970, les études se sont multipliées, à la faveur de nombreuses circonstances, dont on n’entend pas rendre compte ici. Dans le troisième volume de Faire de l’histoire, « le corps », « absent de l’histoire, et pourtant l’un de ses lieux », faisait l’objet d’une première problématisation par le biais de la maladie, analysée par Jacques Revel et Jean-Pierre Peter5. Chez les historiens de la médecine, le thème plus familier était cependant relancé, grâce à l’attention nouvelle portée à l’essor de l’anatomie dans la lignée des travaux de Vésale, à la Renaissance, notamment6.

  • 7 C’est cette constatation qui se trouve au fondement du monumental travail collectif coordonné par A (...)
  • 8 Norbert Elias, Über den Prozeß der Zivilization (1939), traduit en deux volumes La Civilisation des (...)

4Le succès historiographique qui s’en est suivi a culminé, en France, avec l’organisation, en 2009, des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois sur « Le corps dans tous ses états ». Entre-temps, les travaux et séminaires de Georges Vigarello se consacraient presque exclusivement au corps, saisi à la croisée de l’histoire individuelle et de l’expérience collective, comme frontière entre le subjectif et la norme, et à ce titre même, au cœur des dynamiques culturelles, objet donc d’appropriations par toutes les sciences sociales, histoire incluse7. Le corps comme marqueur de civilité, comme l’avait déjà indiqué Norbert Elias, devient aussi marqueur de civilisation, comme le soulignent depuis longtemps maintenant les travaux des anthropologues8. Ainsi, l’histoire du corps embrasse celle du monde, elle en est le miroir et l’expression, et c’est à l’historien de l’inscrire dans la pluralité des régimes d’historicité auxquelles elle appartient.

  • 9 Voir, à titre d’exemple, parmi une très vaste littérature : Catherine Gallagher et Thomas W. Laqueu (...)
  • 10 Tony Ballantyne et A. Burton (eds.), Bodies in Contact. Rethinking Colonial Encounters in World His (...)

5On doit aussi indiquer que la variété des configurations de savoir qu’elle a produite s’est déclinée en fonction des horizons académiques où elle a pris son essor. Si en France, elle est restée profondément associée à des questions d’histoire sociale, elle a assumé, aux états-Unis, une position forte dans l’ensemble des sciences sociales. Avec l’accueil de la « French theory » et du tournant culturel des Annales, avec un essor rapide des « gender studies » et des « post-coloniales studies », le corps y a acquis droit de cité plus rapidement et visiblement qu’ailleurs9. C’est ainsi que l’introduction de Tony Ballantyne et Antoinette Burton à Bodies in Contact souligne la centralité du corps comme site sur lequel le pouvoir impérial et colonial est imaginé et exercé. Le corps permet de voir, selon eux, comment, pourquoi et sous quelles conditions les femmes et le genre peuvent devenir visibles dans une perspective d’histoire globale10.

  • 11 Christopher A. Bayly, The Birth of the Modern World, 1780-1914, Oxford: Blackwell, 2004 ; Kenneth P (...)

6Au même titre, on assiste dans les synthèses proposées ces dernières années, en particulier dans le cadre de la recherche anglo-américaine, à des tentatives de rapprochement entre d’une part la global history et d’autre part l’histoire sociale et culturelle des femmes, des genres et de l’enfance, qui conduisent à élargir, de plus en plus rapidement, l’échelle, les objets et les contextes susceptibles d’être traduits en termes de globalisation, primaire et secondaire. Le caractère expérimental, et parfois surprenant, constitue le dénominateur commun de cette historiographie qui est le plus souvent contrainte de faire face aux incertitudes, aux critiques, aux insatisfactions, ainsi qu’au risque que représente cet effort de globaliser des thèmes et des objets déjà pris en examen par de longues traditions historiographiques. Il est pourtant indéniable qu’à travers cette tension irrésolue, la recherche historique voit s’élargir ses capacités discursives et connait une transformation de ses fondements épistémologiques. Certaines propositions d’articulation entre d’un côté la world history, trop abstraite et encline aux généralisations, et de l’autre les méthodes et les objets d’étude propres à l’histoire sociale et culturelle, thématisent le corps et les pratiques de manipulation et de représentation auxquelles il est soumis. L’historien britannique Christopher Bayly intègre dans les processus de modernisation, les « bodily practices » qui tendent vers une uniformisation des représentations de soi dans l’espace public à travers le vêtement et le comportement11. Kenneth Pomeranz souligne la nouveauté que représente une histoire globale du vêtement et des pratiques corporelles, en particulier en ce qui concerne l’élite bourgeoise du xviiie et xixe siècles, précisément pour les périodes qui précèdent la pleine modernité. Au sein d’une multiplicité de centres et de processus qui tendent vers la modernité, se dessinent ainsi des lignes de convergence qui disciplinent le comportement en public (le « three-piece-suit » en Europe, parallèlement au « fez » et à la « burqua » dans l’Empire ottoman) et qui autorisent à rapprocher l’apparition des nationalismes et des colonialismes, des pratiques vestimentaires, esthétiques et hygiéniques qui transforment au même moment les cultures métropolitaines de l’Occident à travers l’introduction de nouveaux modes de consommation et de nouveaux styles de vie. Les notions mêmes d’Europe, d’Occident, d’individu occidental blanc, etc., sont alors soumises à un processus de redéfinition qui se réalise à la lumière de cette oscillation qui force à repenser ces catégories internes et conduit à les reformuler en termes de syncrétisme et d’identité négociée. Dès lors, le phénomène qui consiste à estomper les différences ne doit pas être attribué seulement à une impulsion de modernisation venue de l’Occident : ce sont également les changements internes à une pluralité d’autres centres qui stimulent, selon des rythmes différents, les transformations de goût, de consommation, des apparences, des normes. Aussi bien Bayly que Pomeranz proposent, selon des formulations distinctes, une approche qui intègre les méthodes et les objets de l’histoire sociale et culturelle, et la world history, de façon à donner la priorité à des metadiscours, où l’accent est mis tout autant sur la question des relations entre les genres que sur les éventuelles contributions d’une histoire anthropologique liée aux pratiques corporelles.

  • 12 Tony Ballantyne et A. Burton, Bodies in Contact, op. cit. ; C. Hall (ed.), Cultures of Empire. A Re (...)

7Le corps comme objet d’étude, affleure également, ainsi que nous l’avons évoqué, dans la recherche consacrée à la construction des empires coloniaux, entendue au sens de « rencontres » entre les cultures12. Ici, la centralité du corps est perçue comme zone de contact, un lieu, un site où le savoir sur les différences sexuelles et raciales, ainsi que sur les relations entre les genres, se construit à travers l’exercice et la représentation du pouvoir colonial. Grâce à la construction de longues diachronies, qui remontent aux mouvements de protoglobalisation du xvie siècle et couvrent les zones d’expansion et de conquêtes extra-européennes, le corps normé et discipliné apparait également comme un corps qui résiste et s’oppose. Placer le corps au centre du projet de contrôle signifie, dès lors, le thématiser aussi bien, et simultanément, en tant qu’objet de discipline et de pouvoir, qu’en tant que sujet de résistance. L’agenda de la recherche s’ouvre alors dans des directions inédites : les systèmes de ségrégation féminine et la formation des états en Europe, au Moyen-Orient et en Chine ; le rôle des impérialismes dans les processus de construction des identités sexuelles et raciales des hommes et des femmes ; le sens de l’esclavage et de la division sexuelle dans le monde du travail dans le cadre d’économies locales et de l’émergence du capitalisme ; l’importance de la sexualité et de la religion dans la conquête et le gouvernement colonial de l’Amérique centrale et de l’Europe. On assiste ainsi, par le recours à une perspective comparative et à des arcs chronologiques qui s’étendent du xvie au xxe siècle, à une problématisation des transformations des systèmes de travail et de mariage, des mouvements migratoires et de leur impact sur la structure des relations de genres, des mouvements de résistance et de lutte pour les droits.

8Le corps n’a pas perdu sa capacité heuristique : il se présente comme un objet malléable et souple, capable de s’adapter aux questionnaires que les historiens, depuis les années 1970 jusqu’à aujourd’hui, ne cessent de lui adresser, en élargissant l’horizon des réflexions, tout en demeurant, cependant, dans la continuité des thématiques que nous avons rappelées en introduction. Mais c’est justement cette capacité à se situer dans les interstices, à jouer avec les tensions – les échelles, les subjectivités, les interdisciplinarités, les espaces – qui rend d’autant plus difficile aujourd’hui de répondre à la question : que signifie prendre le corps comme objet d’enquête historique ? Si on peut d’emblée admettre que c’est sa construction sociale qui est au cœur des agendas de la recherche, il n’en demeure pas moins que la recherche se trouve au carrefour de différents domaines, histoire des sciences (et notamment médecine et anatomie, mais aussi histoire naturelle), histoire des religions et des pratiques sociales (à travers les questions de la sexualité, des rapports de genre, des représentations), histoire politique (de la prison, des corps du roi ou de la reine). Elle puise à des corpus de sources vastes et hétéroclites : textes littéraires, traités philosophiques ou théologiques, objets comme les vêtements, images et gravures. On a donc cherché, dans la rencontre de Fiesole, à limiter le questionnaire du point de vue chronologique, et de le centrer sur l’époque moderne, ce qui permettait d’inclure dans la discussion la dimension européenne et non-européenne de la fabrique du corps comme objet historique ; de réunir des spécialistes venus d’horizons intellectuels différents, historiennes et historiens du genre, de la médecine, de la culture, nourris d’histoire sociale, intellectuelle ou politique. L’ambition n’est pas de proposer un bilan exhaustif sur le corps dans tous ses états, mais bien de témoigner de la richesse d’un objet qui a profondément participé à la reconfiguration des pratiques historiennes dans les trente dernières années.

9Pris ensemble, les textes qui suivent abordent le corps par des questions différentes et sur la base de sources hétérogènes, en conformité avec ce qu’est l’historiographie contemporaine du corps : pratique de la dissection ou traités médicaux ; livres de costumes et de géographie ; littérature de voyage ou sources inquisitoriales ; pamphlets ou images sont tour à tour soumis à la question du corps. Mais chaque contribution tire ses conclusions de l’étude d’un contexte et d’un cas précis, à partir de ce qui a été identifié comme le début de la « mise en science » du corps dans l’Europe de la Renaissance, mise en science qui passe par l’établissement d’un véritable programme sensoriel complémentaire d’une étude tirée des savoirs livresques (Andretta/Mandressi). Le recueil a pour terminus ad quem le dernier tiers du xviiie siècle, un moment où le corps est au cœur d’une bataille politique qui trouve ses arguments dans les sciences dont elle fait abondamment usage, au sein d’une configuration géopolitique spécifique, l’empire, qui tend à reconfigurer les enjeux dont le corps est l’objet. Les textes construisent des inscriptions spatiales diverses de la question du corps, travaillé à des échelles différentes qui se déploient entre la ville et l’empire, et à travers des réseaux variables, de Rome à la Suède, ou ceux des Balkans divisés entre les trois empires habsbourgeois, ottoman et vénitien, ou ceux de l’empire britannique d’Édinbourg à la Jamaïque. Mais l’objectif n’est pas, en passant d’une contribution à l’autre, d’offrir une histoire linéaire et continue de la querelle des corps : la querelle des corps est, par définition, polyphonique. L’attention à l’articulation entre le corps et la construction de langages disciplinaires se retrouve dans l’ensemble des textes présentés ici. Le corps est tout à la fois le lieu et l’objet qui permet de définir et d’inventer de nouvelles relations entre les savoirs et les pratiques, en élargissant les horizons épistémologiques et en permettant des renversements et des transformations de sens et de signification.

10Dans la première moitié du xvie siècle, une nouvelle conception du corps humain s’affirme en Europe, liée au rôle central que conquiert l’anatomie dans le cadre de l’ars medica et plus généralement de la philosophie naturelle, autant sur le plan institutionnel que savant. Il s’agit à la fois d’une démarche de connaissance et de validation du savoir qui impose l’examen autoptique du corps comme un recours de plus en plus fréquent dans des situations de plus en plus diverses. C’est cette centralité qui autorise, à la fin du xviie siècle, le médecin anglais de la Royal Society Edward Tyson, à faire de l’anatomie comparée une nouvelle clé de lecture pour établir la ligne de partage entre l’humain et l’animal. C’est elle qui permet le réemploi des dissections d’orangs-outans de Tyson au cœur de la polémique sur l’esclavage des Noirs encore un siècle plus tard (Sebastiani).

11La nouvelle place accordée au corps dans la littérature et dans la pratique médicale se trouve au centre de la première contribution. La proposition d’Elisa Andretta et de Rafael Mandressi se concentre sur un genre particulier, l’anatomia artificiosa, procédure qui consiste à intervenir sur les corps anatomisés en vue d’en mettre en évidence certaines spécificités. Leur travail vise à tracer le geste manipulateur, contemporain de celui de l’objectivation par dévoilement, qui signe l’émergence de l’anatomie. à partir de Bartolomeo Eustachi, qui travaille à Rome dans les années 1550-1560, Andretta s’interroge sur les savoir-faire et les techniques qu’il mobilise dans ses experientiae artificiosae et sur leur mise en écriture. Puis Mandressi pose les jalons d’une histoire du corps mort, encore à écrire, mais qui les conduit jusqu’à la fin du xviiie siècle : ils montrent ainsi comment le cadavre et les conditions matérielles de sa dissection peuvent être considérés comme les producteurs d’un ordre des savoirs.

12Du corps nu et ouvert, la contribution de Giulia Calvi invite à passer au corps vêtu et couvert. Ce faisant, elle parcourt un espace géographique qui suit le transfert de la culture visuelle du vêtement et des pratiques du corps de la région des Balkans – une aire d’investigation encore négligée – à travers l’Italie et l’Europe à la fin de la Renaissance. Calvi adopte une perspective polycentrique, dans laquelle le vêtement devient un « objet hybride », résultant d’échanges et de contacts qui impliquent des pratiques corporelles et des comportements, et montre des relations de pouvoir asymétriques définies par le genre et l’âge et représentées à travers le statut, l’ethnicité, les rituels et les pratiques religieuses. à travers l’histoire du vêtement à la Renaissance, elle montre comment les corps des hommes et femmes «indigènes» participent d’un imaginaire qui rend « l’autre » accessible visuellement à travers des codes esthétiques qui sont autant de processus de traduction, de représentation et d’hybridation.

13Un troisième élément caractéristique de l’entrée du corps dans l’horizon des sociétés de la Renaissance est celui que pointe la recherche d’Alessandro Arcangeli : car le corps est aussi le siège des passions, de ces passions qu’il importe de connaître et de discipliner, notamment quand il s’agit de former le prince. En construisant son analyse sur une étude de cas située dans le duché de Brunswick Lunebourg des années 1550, il ouvre un chapitre d’un type d’histoire en cours de consolidation, l’histoire des émotions, qui a pour objectif de suivre les rapports des sociétés aux passions, terme qui qualifie couramment au xvie siècle les affects des individus et des groupes sociaux. Le corps est impliqué au premier chef dans ce type d’approche, puisque les sources qui traitent des émotions, qu’elles soient théologiques, médicales ou philosophiques, visent à travailler sur les expressions ou le contrôle, psychiques et corporels, des émotions. Dans le traité étudié par Arcangeli, il s’agit de tracer la généalogie des passions qui alimente la vision d’Antonius Niger, depuis les classifications stoïciennes et les théories de Thomas d’Aquin jusqu’aux auteurs de la Renaissance. Cette analyse invite à prendre la mesure du caractère localisé de la lecture de Niger, qui combine une histoire médicale à une histoire politique, en faisant des émotions et du corps qui les abrite un élément central du dispositif par lequel s’impose la figure du prince moderne.

14Tout au long de l’époque moderne, le corps s’affirme comme enjeu politique à travers un ensemble de nouveaux lieux qui contribuent à constituer une sphère publique polymorphe. Dans la Venise du xviie siècle, dont Federico Barbierato est à ce jour l’un des meilleurs spécialistes, le corps intéresse particulièrement l’Inquisition. Le dossier qu’il présente déplace l’enquête du corps torturé des victimes – qui soumis à ce type de violence devient l’espace nouveau d’une mesure possible du vrai – à celui du corps-preuve. Son étude vise à éclairer les mécanismes et stratégies employés par les inquisiteurs pour observer et mettre à l’épreuve les corps, ceux des témoins comme ceux des accusés. Avec l’aide des médecins et des chirurgiens, les Inquisiteurs analysent les gestes et comportements pour contrôler les discours. Le tribunal de l’Inquisition constitue, à partir des années 1580 et 1590 et pendant encore une bonne partie du xviie siècle, l’un des principaux terrains de querelles entre des savoirs différents et les raccords entre orthodoxie médicale et orthodoxie religieuse. à la fin du xviie siècle, les procédures commencent à se standardiser, et les expertises sont presque toujours effectuées par des médecins ou des chirurgiens liés au Saint-Office. Dans les prisons et les tribunaux de la Sérénissime, le corps devient un espace expérimental de la fabrique de la preuve et du vrai.

15à l’inverse, la littérature libertine s’en empare sur un mode paradoxal, en procédant à un renversement presque carnavalesque du beau et du laid. C’est ce que suggère l’étude de Jean-Pierre Cavaillé, à partir de l’analyse d’un discours académique du philosophe vénitien Antonio Rocco faisant l’éloge paradoxal de la laideur (1630). Cavaillé révèle d’une part l’ensemble des références littéraires et philosophiques de la Renaissance italienne qui servent de contre-point au discours de Rocco, et montre d’autre part comment l’éloge de la laideur est porté par une vision misogyne du monde qui limite radicalement la portée contestatrice d’un tel éloge : la laideur ne peut être qu’un attribut féminin, dont l’éloge par Rocco sert uniquement à exalter celle du jeune corps masculin et à valoriser la sodomie. Du reste, l’éloge revient d’abord à celui qui le prononce, c’est-à-dire à l’esprit masculin rivalisant d’ingéniosité dans la production d’une image gratifiante de la difformité. Le corps féminin devient donc l’objet d’un répertoire de la contestation de l’ordre moral et religieux, sans pour autant intégrer la femme des libertins dans un monde égalitaire.

  • 13 Erns Kantorowicz, The King’s Two Bodies. A Study in Mediaeval Political Theology, Princeton, Prince (...)

16Si on connait les deux corps du roi depuis les travaux pionniers d’Ernst Kantorowicz13, celui, androgyne, de la Reine Christine (1626-1689) est au cœur de l’analyse de Marion Lemaignan, qui éclaire sous l’angle du genre la question de la souveraineté sans territorialité. Elle le fait à partir des descriptions du physique de la reine qui, après son abdication, suit une longue itinérance européenne, de Stockholm à Rome. Les portraits étudiés par Lemaignan montrent comment le genre apparaît comme une catégorie politique à même non seulement de dépasser le clivage homme/femme dans l’exercice du pouvoir, mais également d’exprimer les incertitudes inhérentes à la posture de Christine de Suède sur la scène européenne. Les difformités et les ambigüités corporelles de Christine sont au centre de la critique qui, se moquant de son corps, dit son malaise face au modèle politique qu’elle veut incarner et qui n’a pas sa place dans l’ordre masculin traditionnel du pouvoir.

17Corps de l’accusé, corps de la femme, corps de la Reine, corps mort, corps vêtu, un dernier corps est évoqué dans cet ensemble d’analyses sur les usages politiques du corps : c’est celui du Noir, saisi dans le débat britannique sur l’esclavage, entre celui de l’orang-outang et celui de l’enfant sauvage, dans le cadre d’un débat sur les limites de l’humain, où la réalité corporelle telle qu’elle s’est exprimée dans tous les débats depuis la Renaissance, beauté, difformité, genre, occupe une position centrale. L’analyse à laquelle se livre Sebastiani des polémiques déclenchées dans l’empire britannique par la mise en place progressive d’une juridiction anti-esclavagiste invite à mesurer la multiplicité des registres argumentaires dans lesquels puisent les opposants à la cause noire : médecine et anatomie, droit, histoire, philosophie, histoire naturelle, qui mêlent les corps et leurs lectures.

18C’est donc un autre exemple de la manière dont l’époque moderne voit l’invasion du corps dans les débats, discours et représentations, invasion qui pourrait être lue comme la préfiguration du nouveau régime de modernité que constitue l’avènement de la biopolitique.

19Les responsables de cette édition remercient vivement Jean-Pierre Cavaillé pour avoir suggéré d’ouvrir l’Atelier du Centre de Recherche Historique à cet ensemble de communications.

Haut de page

Notes

1 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, vol. 1 : Nouveaux problèmes ; vol. 2 : Nouvelles approches ; vol. 3 : Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974.

2 Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1980. L’image est présente dès la première édition, qui date de 1975, mais sans l’Avant-propos qui la commente.

3 Ibid.. Voir aussi le recueil d’articles de M. de Certeau, Le Lieu de l’autre. Histoire religieuse et mystique, Paris, coll. « Hautes Études », Gallimard et Seuil, 2005.

4 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance la prison, Paris : Gallimard, 1976, dont le premier chapitre s’intitule « Le corps des condamnés ». La même année est publié le premier volume de l’Histoire de la sexualité, vol. 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976 ; vol. 2, L’usage des plaisirs, Paris : Gallimard, 1984 ; vol. 3, Le souci de soi, Paris : Gallimard, 1984. Sur Foucault et la biopolitique, voir Emmanuel Betta (ed.), « Biopolitica e biopotere », Contemporanea, a. XII, n. 3 (2009), pp. 481-523.

5 Jacques Revel et Jean-Pierre Peter, « Le corps. L’homme malade et son histoire », dans Faire de l’histoire. Nouveaux objects, cit., pp. 169-191.

6 Andra Carlino, La fabbrica del corpo. Libri e dissezioni nel Rinascimento, Turin: Einaudi, 1994 ; Andrew Cunningham, The Anatomical Renaissance: The Resurrection of the Anatomical Projects of the Ancients, Aldershot : Brookefield, Scholar Press, 1997 ; Rafael Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissection et invention du corps en Occident, Paris: Seuil 2003 ; Elisa Andretta, ‘Roma Medica’. Anatomie d’un système médical au xvie siècle, Rome: EFR, 2011 ; Claudia Pancino, G. Olmi (ed.), Anatome. Sezione, scomposizione e raffigurazione del corpo fra Medioevo e età moderna, Bologna: Bononia University Press, 2012.

7 C’est cette constatation qui se trouve au fondement du monumental travail collectif coordonné par Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, Histoire du corps, 4 vols., Paris : Éditions du Seuil, 2011.

8 Norbert Elias, Über den Prozeß der Zivilization (1939), traduit en deux volumes La Civilisation des mœurs, et La dynamique de l’occident Paris : Calmann-Lévy, 1973 et 1975, accompagnés de La société de cour (1974), dont on sait fort bien à présent l’influence décisive de sa réception tardive parmi les historiens.

9 Voir, à titre d’exemple, parmi une très vaste littérature : Catherine Gallagher et Thomas W. Laqueur (eds.), The Making of the Modern Body, Berkeley: University of California Press, 1987 ; Thomas W. Laqueur, Making Sex: Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge: Harvard U. P., 1990. Voir aussi les synthèses de Roy Porter, “History of the Body”, in Peter Burke (ed.), New Perspectives in Historical Writing, Cambridge: Polity Press, 1991, pp. 206-232 ; Barbara Duden, The Woman Beneath the Skin: A Doctor's Patients in Eighteenth-Century Germany, Cambridge, Harvard U.P., 1991, chap. I, “Toward a History of the Body”, pp. 1-49.

10 Tony Ballantyne et A. Burton (eds.), Bodies in Contact. Rethinking Colonial Encounters in World History, Durham, NC: Duke University Press, 2005. Voir en outré Bernard S. Cohn, Colonialism and its Forms of Knowledge: The British in India, Princeton: Princeton U.P., 1996, chap. 5, “Cloth, Clothing and Colonialism”, pp. 106-162 ; Ulrike Strasser et Heidi  Tinsman, “Engendering World History”, Radical History Review, No. 91 (2005), 151-64.

11 Christopher A. Bayly, The Birth of the Modern World, 1780-1914, Oxford: Blackwell, 2004 ; Kenneth Pomeranz, “Social History and World History: From Daily Life to Patterns of Change”, Journal of World History, Vol. 18, No. 1 (2007): pp. 69-98, et notamment, pp. 75–6.

12 Tony Ballantyne et A. Burton, Bodies in Contact, op. cit. ; C. Hall (ed.), Cultures of Empire. A Reader, London: Manchester University Press, 2000; Philippa Levine, Gender and Empire, Oxford: Oxford UP, 2004; Ann Laura Stoler, Carnal Knowledge and Imperial Power. Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley: California University Press, 2002; J. Tosh, Manliness and Masculinities in Nineteenth-Century Britain: Essays on Gender, Family and Empire, Harlow: Pearson Education, 2005; Elsa Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006 ; Mary Taylor Huber et Nancy C. Lutkehaus, Gendered Missions: Women and Men in Missionary Discourse and Practice, Ann Arbor : University of Michigan Press, 1999.

13 Erns Kantorowicz, The King’s Two Bodies. A Study in Mediaeval Political Theology, Princeton, Princeton U. P., 1957.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giulia Calvi et Silvia Sebastiani, « La querelle des corps. Acceptions et pratiques dans la formation des sociétés européennes », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 08 juillet 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://acrh.revues.org/5211 ; DOI : 10.4000/acrh.5211

Haut de page

Auteurs

Giulia Calvi

Articles du même auteur

Silvia Sebastiani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org