Navigation – Plan du site

L’Éloge de la laideur dans la littérature antipétrarquiste

Jean-Pierre Cavaillé

Résumés

à partir de l’analyse d’un discours académique du philosophe Antonio Rocco faisant l’éloge paradoxal de la laideur (1630), on distingue plusieurs types de mise en forme de la laideur par l’écriture dans la littérature italienne des xvie et xviie siècle, qui entretiennent une relation de contestation ou de perversion, selon les cas, avec le modèle platonisant du pétrarquisme : Les louanges marinistes de la beauté défectueuse (belle vieille, belle boiteuse, etc.), le thème du Tasse de l’amour sincère et conscient pour une femme laide, l’éloge burlesque pour la femme laide (Lorenzo il Magnifico, Berni, etc…), d’une misogynie déclarée. Dans tous ces cas, la laideur considérée est celle du corps de la femme. De manière très révélatrice, le motif silénique, souvent appliquée à la laideur masculine (un corps laid recouvrant une belle âme) est inimaginable pour la femme. Par contre la dépréciation du corps féminin se fait généralement au profit de celle du jeune corps masculin, dans la valorisation discrète ou tonitruante de la sodomie. Ainsi, en aucun cas, cette littérature qui s’affranchit pourtant des préjugés de la morale religieuse, ne conduit à la reconnaissance d’une quelconque égalité des sexes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Esercitationi filosofiche di D. Antonio Rocco... Le quali versano in considerare le positioni et ob (...)
  • 2 Animae rationalis immortalitas simul cum ipsius propagatione ex semine, via quadam sublimi peripate (...)
  • 3 Alcibiade Fanciullo a Scola, D.P.A. Oranges, par Juann Vvart, 1652 (fausses indications) ; éd. Laur (...)
  • 4 A. Rocco, Della brutezza, in Discorsi Academici de’Signori Incogniti, Venetia, per il Sarzina, 1635 (...)
  • 5 Voir surtout le livre de Maria Cristina Figorilli, Meglio ignorante che dotto : l’elogio paradossal (...)

1Della Brutezza : tel est le titre d’un discours académique prononcé à l’académie vénitienne des Incogniti (Inconnus) probablement au début des années 1630 par Antonio Rocco, moine franciscain très hétérodoxe, professeur de philosophie à Venise. Il n’est hélas presque uniquement connu des chercheurs que pour avoir défendu la physique d’Aristote contre Galilée1. Rocco est aussi l’auteur d’un ouvrage mis à l’index où il se fait fort de démontrer que l’âme rationnelle immortelle se propage par la semence, de sorte que l’on se demande bien comment elle peut être malgré tout immortelle2. Surtout, on lui doit un sommet de la littérature libertine et pornographique du xviie siècle, Alcibiade fanciullo a scola, qui décrit l’entreprise de séduction philosophique et sexuelle du jeune élève Alcibiade par son maître3. Son éloge académique de la laideur4, qui se présente apparemment comme un pur divertissement académique, s’inscrit dans la tradition consolidée de l’éloge paradoxal, dont l’Italie a donné le goût à toute l’Europe maniériste et baroque5. Rocco n’est du reste certes pas, comme nous le verrons, le premier à prendre la laideur comme sujet d’éloge.

2Ce qui le distingue est la portée philosophique de son discours mais aussi la qualité rhétorique, indissociable d’une intention affichée de performativité de la laideur, la recherche d’un style et d’un mode d’argumentation adéquats à son sujet : « laids » donc :

  • 6 46. Cf. Amore è un puro interesse: « Al mio fine di disordinar gli ordini regolati, deve attarsi di (...)

Sarà per tanto (ripiglio) bruttissimo il mio discorso, e in lode appunto della bruttezza, e quanto più sarà vile e deforme, tanto meglio conseguirò con effetti il fine proposto. 6

Mon discours, je le répète, sera donc très laid, et à la louange justement de la laideur, et plus il sera vil et difforme, mieux je parviendrai à atteindre le but visé.

3On pourrait bien sûr estimer que cette esthétique de la laideur est un pur jeu d’esprit – car Rocco parle bien et son style ne manque pas de beauté – et surtout que la dimension philosophique du discours est purement parodique. L’auteur cependant prend lui-même la peine de rappeler la dimension joco-sérieuse des plaisanteries et bagatelles académiques, dans une autre pièce d’éloquence académique, consacrée à défendre une thèse paradoxale, fort proche de l’éloge de la laideur, qui s’intitule Amore è un puro interesse (Amour est un pur intérêt) :

  • 7 Amore e un puro interesse (Amour est un pur intérêt), paru dans le même volume des Incogniti (voir (...)

[…] dove l’oggetto proposto è più tenue, ivi con vigore più generoso s’attende dalla potenza cognoscitiva la miglior parte dell’opra.7

[…] c’est là où l’objet proposé est le plus réduit, que l’on attend de la puissance cognitive en sa plus généreuse vigueur la meilleure opération.

La portée philosophique du discours est proportionnelle à la tradition de pensée à laquelle il s’oppose, marquée par le platonisme et son mouvement ascensionnel, qui conduit, comme on le sait bien, de la vision des beaux corps à la contemplation du beau et du bien, mais il se caractérise aussi par l’élection de la distinction du beau et du laid comme critère d’appréhension dans tous les domaines du réel :

  • 8 Ed. W. Lupi, op. cit., p. 47; éd. J.-P. Cavaillé, op. cit., p. 116-117.

Il [...] bello nei corpi umani è venustà, nell’intelletto sapere, nell’Arbitrio virtù, nella Natura decenza. I cui contraposti sono deformità, ignoranza, vizio, e difetto. Di quali con convenevoli paralelli intendo mostrarvi che siano buoni, o men mali degli altri, buone dico le prenominate brutture.8

Ce beau dans les corps humains est vénusté, dans l’intellect, savoir, dans la Nature décence. Leurs opposés sont difformité, ignorance, vice et défaut. Lesquels par des parallèles convenables j’entends vous montrer qu’ils sont bons, ou moins mauvais que les autres, que sont bonnes, dis-je, les laideurs susnommées.

  • 9 « Ma che ella non sia bene onesto, è facile da provarsi, poiché la ragione, e l’oggetto di ogni dis (...)

4Il s’agit de montrer que toutes les formes de laideur – la difformité des corps, l’ignorance, le vice et le manque – sont bonnes suivant la tripartition classique du bon en utile, honnête et plaisant. L’argumentation est une prouesse de funambulisme rhétorique visant à montrer que la laideur, dans toutes ses dimensions, est plus utile, plus honnête et plus agréable que la beauté. Mais Rocco se livre ainsi d’abord à un véritable jeu de massacre où se trouve réduite à néant la conception platonicienne et plus largement idéaliste de la beauté, à partir de son assomption et d’ailleurs de sa réduction pétrarquiste ; la beauté considérée avant toute chose comme la beauté du corps de la femme aimée. Une telle beauté n’est pas utile, car elle appauvrit ceux qui en sont épris (selon le topos, évidemment, de la beauté vénale), elle n’est pas plaisante, car elle est une source inépuisable de tourments et elle est enfin « objet de choses déshonnêtes et de sensualité9 ». Voici l’amour de la beauté ramené, à travers la femme, du ciel sur la terre et de l’esprit à la chair. La beauté du corps en effet, d’abord et avant tout, excite à faire de « laides choses » ! Mais justement Rocco réhabilite le laid… et il ne faudrait surtout pas croire que son propos est moralisateur. La sexualité est considérée comme laide par le platonisme chrétien ? Soit, admettons la laideur de la génération des animaux, auquel Aristote a consacré un ouvrage fameux :

  • 10 éd. W. Lupi, p. 60-61 ; éd. J.-P. Cavaillé, op. cit., p. 134-135.

Chi vedesse quelle fecciose misture di sangui atri, di semi immondi, di menstrui sordidi, di sperma putrido nausearebbe in sommo. [...] Considerate i parti, le purghe, l’escrezioni, ecc. e vedrete verissimo quanto dico, e nondimeno questi sono i principii di ogni bene, assolutamente importanti, e necessarii.10

Qui verrait ces mixtures épaisses de sang corrompu, de semences immondes, de menstrues sordides, de sperme putride en aurait la nausée au suprême degré. [...] Considérez les accouchements, les purges, les excrétions, etc. et vous conviendrez que ce que je dis est tout à fait vrai, et cependant ces choses là sont les principes de tout bien, absolument primordiaux et nécessaires.

  • 11 « Or la fede, e il credere, è altro che un’ignoranza ? Fides est de rebus non apparentibus, i Filos (...)
  • 12 « Le leggi son state date per corregger, e castigar i scelerati, si che se non si trovassero i vizi (...)

5La laideur de la génération en effet est une bonne chose : sans aucun doute utile au genre humain, plaisante et honnête car conforme aux lois de la nature (« quanto buona la bruttura della Natura »). C’est en substance ce que montre Rocco tout au long de son discours joco-sérieux. Or il est évident que l’affirmation de la laideur de la nature et l’éloge inconditionnel de la laideur physique sont fort difficilement compatibles avec les principes de la théologie chrétienne, pour laquelle la nature, œuvre de Dieu, est belle et bonne, mais pervertie et enlaidie par le péché originel. En effet, tout à son jeu d’équilibriste, Rocco n’hésite pas à faire l’éloge des vices et des défauts de l’homme à travers une argumentation théologico-politique ébouriffante : il vante la laideur de l’ignorance car elle ne serait qu’une et seule et même chose avec la foi chrétienne qui exige de croire sans comprendre11, puis il fait l’éloge de la laideur des vices humains qui, s’ils n’existaient pas, rendraient le Dieu des récompenses et des châtiments désœuvré et inutile12, comme seraient inutiles la grandeur et la majesté du pouvoir d’État de la République de Venise, et en fait son existence même, si les citoyens de la Sérénissime étaient bons…

  • 13 Voir Laura Coci, « L’Alciabiade Fanciullo a scola – nota bibliografica », Studi Secenteschi, XXVI, (...)
  • 14 Agostino Lampugnano est connu pour sa chronique de la peste de Milan, La Pestilenza seguita in Mila (...)

6Le jeu de cet éloge paradoxal reconduit ainsi à ce qu’il est convenu d’appeler le « libertinage », pratiqué par plus d’un membre de l’Accademia degli Incogniti de Venise, largement attesté pour Antonio Rocco, tant par la lecture de ses ouvrages que par les maigres indications biographiques dont nous disposons13. Cette dérive « libertine » apparaît très clairement lorsqu’on compare ce texte à un autre éloge de la laideur (c’est dire la popularité du thème) publié dans le même recueil de discours des Incogniti en 1635 : La bruttezza lodata du bénédictin milanais Agostino Lampugnano14. En effet, la louange de la laideur est cette fois au service de l’ascétisme chrétien, à travers la dénonciation de la nature illusoire, trompeuse et vaine des belles apparences :

  • 15 Discorsi, op. cit., p. 225.

Non è il bello, che veramente si goda : ma è […] il brutto vestito da Bello. Perche l’estrinseche sembianze […] che vestono il brutto, e lo fan parer bello, sono così flussibili, e sparenti, che per dar loro qualche brieve fermezza, l’astutia donnesca ha appreso a mendicalo da i mentovati colori. 15

Ce n’est pas le beau, dont on jouit vraiment, mais […] le laid vêtu du beau. Parce que les apparences extérieures […] qui habillent le laid, et le font paraître beau, sont si fluentes et évanescentes, que pour leur donner quelque brève fermeté, la ruse féminine a appris à le mendier par de mensongères couleurs.

  • 16 «  Non il bello dunque, che il Petrarca avvisava della sua donna, era il varco di poggiar alla cons (...)

7La fausse beauté, la beauté mensongère, chez Lampugnano comme chez Rocco est, on le voit, la beauté féminine qui, pour le bénédictin, n’est qu’apparente et superficielle car elle dissimule à la fois la laideur des entrailles du corps et la laideur morale, qui se manifeste d’ailleurs par le recours à l’artifice du fard. Nous reviendrons sur cette misogynie qui, tout en prenant des formes différenciées, est véritablement un dénominateur commun de la culture de la Contre-réforme comme du libertinage. Chez Lampugnano, l’éloge de la laideur est le vecteur d’un christianisme doloriste qui, par la haine des beautés terrestres, s’oppose expressément à Pétrarque. Selon le bénédictin, la contemplation de la laideur conduit bien plus directement et efficacement à la contemplation de Dieu que ne le fait la beauté qui égare les sens16.

  • 17 « la brutezza istessa priva d’ogni vesustà, è atta ad innamorare »
  • 18 p 234-235. Voir Vincenzo De Gregorio, « Il tempo, la morte e la bellezza nella lirica barocca », St (...)

8Mais Lampugnano va plus loin, en exposant la thèse selon laquelle « la laideur elle-même, dénuée de toute beauté, est capable de rendre amoureux »17. Ce faisant, le bénédictin se réfère explicitement à la grande vogue de la lyrique baroque consacrée à l’attraction paradoxale pour le corps féminin difforme, irrégulier ou âgé18. Il cite ainsi un sonnet qui chante l’amour pour une vieille et un autre qui vante les charmes d’une bossue. Il s’agit encore d’une forme d’éloge paradoxal, mais qui joue moins sur le renversement du modèle pétrarquiste que sur sa perversion. Surtout à la différence d’une autre lyrique, liée sans aucun doute à la démarche de Rocco (nous la nommerons par commodité lyrique bernesque), le but n’est pas de faire rire, c’est-à-dire d’abaisser et d’avilir un corps féminin disgracieux, mais d’élever et ennoblir un corps féminin irrégulier, c’est-à-dire en fait à la fois beau et laid, ou plutôt d’autant plus désirable, d’autant plus érotique, qu’il est irrégulier, qu’il comporte une part de disharmonie et de laideur. On pourrait composer de grosses anthologies de pièces marinistes sur le thème de la beauté défectueuse qui en effet se radicalise chez certains auteurs jusqu’à l’amour proclamée pour une femme laide.

9Voici quelques titres : Bella vecchia (Belle vieille, Giuseppe Salomoni) ; Bella nana (Belle naine, Giovan Leone Sempronio) ; Bella zoppa (Belle boiteuse, Paolo Adriani, Sempronio) ; Bella balba ou balbuziente (Belle bègue, Sempronio, Scipione Errico) ; Bella pidocchiosa (Belle pouilleuse, Anton Maria Narducci) ; Bellissima donna cui manca un dente (Très belle femme à laquelle il manque une dent, Bernardo Morandi), etc.

10Ces louanges de la beauté défectueuse ont largement essaimé dans la lyrique européenne, en Espagne, en France, en Angleterre, etc. par exemple à travers les thèmes de la belle noire, de la belle maure, de la belle juive, de la belle bohémienne, de la belle mendiante, de la belle paysanne etc. On a vu parfois dans ces poèmes et dans la peinture qui représente ces thèmes, une anticipation de la critique des préjugés raciaux et sociaux par les Lumières. Il s’agit en réalité de tout autre chose : une érotisation plutôt de l’altérité, considérée comme altération et dégradation du modèle esthétique ; une beauté enlaidie ou une laideur embellie, excitantes de ce fait même. Loin d’avoir affaire à une réhabilitation de l’autre en tant qu’égal, il s’agit ici au contraire d’une exaltation de l’altérité dans les termes d’une relation de domination à la fois de genre et proprement sociale.

  • 19 Veglie de Signori Unisoni, in Venetia, il Sarzina, 1638, Veglia terza, p. 30-43.

11Du reste, l’éloge revient d’abord à celui qui le prononce, c’est-à-dire à l’esprit masculin rivalisant d’ingéniosité dans la production d’une image gratifiante de la difformité. Cela est par exemple très clair dans un autre recueil de discours académiques auquel Rocco a participé, les Veglie dei signori accademici unisoni (Veilles de ces messieurs académiciens unissons), où l’on trouve les considérations du Docteur Speranzi, qui a bien voulu, dit-on, « far prova nella deformità d’una donna della bellezza del suo ingegno » (« prouver la beauté de son esprit dans la difformité d’une dame ») ; discours suivi de vers du même auteur, intitulés Bellezze diformi della sua donna (Beautés difformes de sa dame)19.

12Ce thème de l’amour pour une femme laide est d’autant plus intéressant qu’il ne paraît pas ancien, même s’il faut citer au xvie siècle, le très beau poème du Tasse, écrit Per un signore che amava una donna brutta (Pour un monsieur qui aimait une femme laide), où la laideur devient objet même de l’amour, non parce que l’amour rendrait aveugle, mais au contraire parce que la perception de la laideur suscite l’amour et en fait d’abord le désir sexuel. La laideur chez la femme aimée, pour le Tasse, est préférable à la beauté, comme les fruits acerbes sont les meilleurs à confire ; l’amour est cette alchimie sucrée de la confiserie, qui n’ôte pas la laideur, mais la rend exquise :

Udite affetto nuovo,
(Hor chi sia, che me’ l creda ?)
Ch’io ami Donna Brutta e me n’avveda.

Écoutez sentiment nouveau,/ (Mais qui va me croire ?)/ J’aime une Femme Laide et je le sais bien.

  • 20 Giovanni Battista Manso, Paradossi, overo dell’Amore, Naples 1608 ; Erocallia, overo dell’Amore e d (...)

13Ce sont ces trois vers qui servent de prétexte et de base au dialogue de Manso où se trouve soutenu le paradoxe Che si debbano amar più le men belle Donne (Que l’on doit aimer les moins belles femmes)20. Mais l’esthétique maniériste du Tasse (et celle du reste, dans son sillage, de Manso) déforme et tord, sans l’éliminer, le modèle pétrarquiste et néoplatonicien, afin de le recharger, par la difformité, de cette sensualité et de cet érotisme que sa codification avait finis par affaiblir et neutraliser.

  • 21 Voir surtout, sur ces textes, P. Bettella, op. cit.
  • 22 Voir Jean-Luc Nardone, « Les canons de la laideur : portrait des muses des antipétrarquistes », Mar (...)
  • 23 Berni, en fait emboitait le pas à Niccolò Campani, dit « Strascino », auteur de deux très savoureux (...)

14Son rejet, est par contre accompli, sans équivoque possible, par le travail parodique et satirique de Berni et des bernesques, qui s’inspirent eux-mêmes du modèle de la Nencia di Barberino de Lorenzo il Magnifico et de la Beca da Dicomano de Luigi Pucci21. La Nencia et La Beca étaient des pièces satiriques recherchant des effet comiques par la mise en scène poétique, dans un langage volontairement chargé de traits vernaculaires, des effusions amoureuses de paysans du Mugello pour des femmes de leurs conditions, qui apparaissent, dans la louange amoureuse à dominante gastronomique qui en est faite, d’une laideur et vulgarité consommées. Berni utilisa ces modèles, qui s’inscrivaient dans une tradition burlesque ancienne, bien antérieure à Pétrarque22, pour ridiculiser le pétrarquisme, en particulier à travers la parodie (Sonetto alla sua Donna) d’un sonnet célèbre de Bembo (Crin d’oro crespo…), affectant de décrire en langage courtois tous les éléments qui font le charme de sa dame, sauf, que chez Berni, tout l’appareil métaphorique est détourné pour rendre la laideur du corps de l’amante23. Il s’agit là en fait du même thème de l’amour pour une femme laide, mais parodique et ridicule. Le pétrarquisme n’est pas ici perverti ; il est violemment rejeté. Berni sera suivi par beaucoup d’autres que l’on ne peut citer ici, parmi lesquels nous ne retiendrons que Gianfrancesco Ferrari pour son capitolo à la louange des femmes laides où la beauté féminine de la courtoisie néoplatonicienne est révoquée au nom même de ce à quoi les femmes seraient selon lui destinées par la « nature ».

  • 24 Ferrari, Rime burlesche, 1570, Capitolo XL : in lode delle donne brutte.

La fa ben a l’incontro più perfetta,
Dandole quel, che giova, e ch’a l’honore,
Et a l’utile de l’huom pertiene, e spetta,

Ch’al fin son poi tutte una, e d’un sapore. 24

Elle [la nature] la [la femme laide] fait bien plus parfaite,/ en lui donnant, ce qui sert au plaisir, à l’honneur/ et à l’utilité de l’homme,/ puisqu’en fin de compte, elle sont toutes pareilles, et d’un même goût.

En gros les femmes sont toutes les mêmes, et les laides valent bien les belles, puisqu’elles ont tout ce qui sert au plaisir, à l’honneur et à l’utilité de l’homme.

  • 25 « … aimer le beau est abus, son partenaire urgence ; de sorte que, comme l’a dit un Poète : Même le (...)

15C’est indubitablement dans cette veine giocosa, satirique et très fortement misogyne, que s’inscrit le discours antiplatonicien de Rocco à la louange de la laideur. Du reste à travers la citation d’un poète (mais on soupçonne plutôt un proverbe), il dit exactement la même chose que Ferrari, qu’il a sans doute lu, partant de la constatation selon laquelle la laideur des corps n’empêche guère leur accouplement. Ainsi, « … l’amar il bello è abuso, il corrispondente urgenza si che disse un Poeta : Ancora i brutti musi, sanno far torti i fusi. »25 ; les laides savent aussi bien filer la laine que les belles et font donc, en substance, aussi bien l’affaire que les autres pour le reste…

  • 26 P. Bettella, op. cit.

16La laideur, dans toute cette littérature, est, on l’a vu, d’abord et avant tout celle du corps féminin. La thématique de la laideur masculine existe aussi, dans la satire, et surtout dans des pièces d’autodérision ; mais alors, comme l’a remarqué Patrizia Bettella, c’est le modèle silénique et socratique qui s’impose du corps disgracieux qui cache une belle âme, thème à peu près inimaginable pour une femme26.

  • 27 L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008.

17Nous sommes évidemment, avec cette littérature, dans un monde d’hommes, surtout dans la littérature bernesque, moins sans doute pour la lyrique marinienne, où il semble qu’il y ait une place sinon pour une production, en tout cas pour une réception féminine. La littérature bernesque et burlesque est éminemment misogyne et homosociale, pour reprendre une notion mise en exergue par Louis-Georges Tin27 et il ne faudrait surtout pas imaginer que la subversion du modèle pétrarquiste qu’ils opèrent, conduise à une révision du statut et de l’image de la femme.

18Au contraire, cette insistance sur le thème de la laideur féminine est invariablement associée à la dévalorisation de la femme comme partenaire sexuel au profit – cela ne cesse d’être exprimé à demi-mot et parfois en toutes lettres – des adolescents dont les poètes bernesques et un auteur comme Rocco font leurs délices érotiques. De manière significative, les organes de la différenciation sexuelle, les parties génitales de la femme sont systématiquement dévalorisés par rapport à la part que les femmes ont en commun avec les hommes : les fesses… C’est ainsi que l’on trouve très abondante littérature – hélas peu étudiée – qui compare le culo et la potta, mais pour affirmer, à la fin, invariablement la supériorité incontestable du premier sur la seconde et valoriser la sodomie, quel que soit le sexe du partenaire. C’est là aussi un thème central, trop pudiquement sous-estimé, de la culture bernesque et « libertine », qui représente certes un affranchissement radical vis à vis de la morale chrétienne mais n’offre guère une perspective libératoire, on en conviendra, pour le corps et l’esprit des femmes, souillées, enlaidies et niées même comme femmes dans la promotion exclusive, burlesque mais tout aussi bien réaliste, de la sodomie.

Haut de page

Notes

1 Esercitationi filosofiche di D. Antonio Rocco... Le quali versano in considerare le positioni et objettioni, che si contengono nel dialogo del signor Galileo Galilei Linceo contro la dottrina d'Aristotile, Venetia, F. Baba, 1633.

2 Animae rationalis immortalitas simul cum ipsius propagatione ex semine, via quadam sublimi peripatetica, non hactenus post Aristotelem signata vestigiis, exercitationis Philosophicae illibataeque, veritatis gratia indagatur..., Francofurti, apud Philippum Hertez, 1644.

3 Alcibiade Fanciullo a Scola, D.P.A. Oranges, par Juann Vvart, 1652 (fausses indications) ; éd. Laura Coci, Rome, Salerno Editrice, 1988 ; Alcibiade enfant à l'école, éd. Louis Godbout, Montréal, Balzac, 1995 ; Pour convaincre Alcibiade, préface de M. Dimitrakis, Paris, Nil éditions, 1999 ; en appendice de Al-Jahiz, Le livre des mérites respectifs des jouvencelles et des jouvenceaux, éd. Bernard Bouillon, Arles, Picquier, 2000.

4 A. Rocco, Della brutezza, in Discorsi Academici de’Signori Incogniti, Venetia, per il Sarzina, 1635, p. 149 sq. ; éd. F. Walter Lupi, Pisa, Ets, 1990. Voir notre édition bilingue : A. Rocco, Amour est un pur intérêt suivi de De La Laideur, éd. Garnier, 2012.

5 Voir surtout le livre de Maria Cristina Figorilli, Meglio ignorante che dotto : l’elogio paradossale in prosa nel Cinquecento, Napoli, Liguori, 2008.

6 46. Cf. Amore è un puro interesse: « Al mio fine di disordinar gli ordini regolati, deve attarsi disordinato in varie guise il parlare, onde operando lo conseguisca, o l’adombri », éd. W. Lupi, op. cit., p. 69 ; éd. J.-P. Cavaillé, p. 82-83.

7 Amore e un puro interesse (Amour est un pur intérêt), paru dans le même volume des Incogniti (voir supra n. 4). Voir sur ce texte, l’introduction de W. Lupi à son édition, A. Rocco, Della brutezza, Amore e un puro interesse, Pisa, ETS, 1990 et notre essai introductif à la version française, « Les Gloires du paradoxe. Contexte et enjeux des Discours académiques d’Antonio Rocco », op. cit., p. 45 sq.

8 Ed. W. Lupi, op. cit., p. 47; éd. J.-P. Cavaillé, op. cit., p. 116-117.

9 « Ma che ella non sia bene onesto, è facile da provarsi, poiché la ragione, e l’oggetto di ogni disonestà, di ogni lascivia, non ha in sé onestà alcuna », éd.W. Lupi, op. cit., p. 48 ; éd. J.-P. Cavaillé, op. cit., p. 118-119.

10 éd. W. Lupi, p. 60-61 ; éd. J.-P. Cavaillé, op. cit., p. 134-135.

11 « Or la fede, e il credere, è altro che un’ignoranza ? Fides est de rebus non apparentibus, i Filosofi dicono non evidentibus, e solo l’evidente è scibile, la non evidenzia ignoranza. Qual utile apporti alle Religioni non voglio dirlo, si vede, che il fondamento di essa fu sopra pescatori, né rivoluzioni o sette ribellanti son provenute mai da persone semplici e idiote ; il che avendo pur troppo esattamente conosciuto il gran Politico Ottomano, del pari bandisce dal suo Impero non meno i facinorosi, che i dotti », éd. W. Lupi, p. 57 ; « Or qu’est-ce que la foi, et la croyance, sinon une ignorance ? Fides est de rebus non apparentibus, les Philosophes disent non evidentibus, et seul l’évident est connaissable, la non évidence ignorance. Quel utile bénéfice en tirent les Religions, je n’ai pas besoin de le dire, on le voit, dès lors que le fondement [de la nôtre] reposa sur de simples pêcheurs, alors que les révolutions ou les sectes rebelles n’ont jamais été issues de personnes simples et ignares ; ce que n’ayant que trop parfaitement reconnu le grand Politique Turc chasse de son Empire aussi bien les doctes que les factieux », éd. J.-P. Cavaillé, op. cit., p. 131. On songe à des sorties tout à fait similaires chez Vanini, puis, en France, chez La Mothe Le Vayer ou Saint-Évremond. Voir en particulier l’article d’Alain Mothu, « De la foi du charbonnier à celle du héros (et retour) », Les dossiers du Grihl, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 23 novembre 2008. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/document3393.html.

12 « Le leggi son state date per corregger, e castigar i scelerati, si che se non si trovassero i vizii, sarebbono inutili i Magistrati, i Giudici, i Tribunali, le Leggi e il Prencipe […] La Religione è per far gli uomini pii, divoti, da bene. Dunque è necessario che prima fussero empii, indivoti e furfanti, chi è tale, non ha da farsi tale, e i Sacramenti son tutti ordinati alla, remissione dei peccati: anzi, perciò Cristo è umanato e ripieno di gloria, Foelix culpa, quae talem, ac tantum meruit hahere redemptorem, canta la Chiesa », p. 58-59  ; « Les lois ont été données pour corriger, et châtier les scélérats, de sorte que s’il n’y avait pas les vices, les Magistrats, les Juges, les Tribunaux, les Lois et le Doge seraient inutiles […] La Religion sert à faire les hommes pieux, dévots, honnêtes. Donc il est nécessaire qu’ils aient été auparavant impies, irréligieux et délinquants. Qui est ainsi, n’a pas à le devenir, et les Sacrements sont tous ordonnés à la rémission des péchés : et même plus, c’est pour cela que le Christ est incarné et plein de gloire ; Foelix Culpa, quae talem, ac tantum meruit habere redemptorem, chante l’Eglise. ».

13 Voir Laura Coci, « L’Alciabiade Fanciullo a scola – nota bibliografica », Studi Secenteschi, XXVI, 1985, p. 301-332 et son édition de l’Alcibiade…, op cit. Voir aussi J.-P. Cavaillé, « Antonio Rocco, Alcibiade enfant à l’école. Clandestinité, irréligion et sodomie », Tangence, été 2006, n° 81, p. 15-28.

14 Agostino Lampugnano est connu pour sa chronique de la peste de Milan, La Pestilenza seguita in Milano l’anno 1630, a cura di Ermanno Paccagnini, Milano, La vita felice, 2002.

15 Discorsi, op. cit., p. 225.

16 «  Non il bello dunque, che il Petrarca avvisava della sua donna, era il varco di poggiar alla consideratione del vero bello : ma più tosto la Brutezza in quella guisa, che chi hà più voto lo stomaco, e è sano, più appetisce il cibo, e più veloce a quello si volge annelando per giugnerlo… »

17 « la brutezza istessa priva d’ogni vesustà, è atta ad innamorare »

18 p 234-235. Voir Vincenzo De Gregorio, « Il tempo, la morte e la bellezza nella lirica barocca », Studi Secenteschi, 12, 1971, p. 177-206 ; Patrizia Bettella, The Ugly Woman : Transgressive Aesthetic Models in Italian Poetry from the Middle Ages to the Baroque, Toronto, University of Toronto, 2005.

19 Veglie de Signori Unisoni, in Venetia, il Sarzina, 1638, Veglia terza, p. 30-43.

20 Giovanni Battista Manso, Paradossi, overo dell’Amore, Naples 1608 ; Erocallia, overo dell’Amore e della belleza dialoghi XII… con gli argomenti a ciascun dialogo del cavalier Marino…, Venetia, Deuchino, 1628, parad. I, dial. IX.

21 Voir surtout, sur ces textes, P. Bettella, op. cit.

22 Voir Jean-Luc Nardone, « Les canons de la laideur : portrait des muses des antipétrarquistes », Marie Viallon (éd), Dérision et démythification dans la culture italienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2003, p. 27-40.

23 Berni, en fait emboitait le pas à Niccolò Campani, dit « Strascino », auteur de deux très savoureux capitoli « Delle bellezze della dama ». Voir sur tout ce groupe de texte, les analyse de Patrizia Bettella, The Ugly Woman, op. cit., chap. 3 et de la même auteure, l’article signalée à la note suivante.

24 Ferrari, Rime burlesche, 1570, Capitolo XL : in lode delle donne brutte.

25 « … aimer le beau est abus, son partenaire urgence ; de sorte que, comme l’a dit un Poète : Même les vilains museaux, savent tourner les fuseaux », op. cit., p. 120-121

26 P. Bettella, op. cit.

27 L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « L’Éloge de la laideur dans la littérature antipétrarquiste », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 08 juillet 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/5234 ; DOI : 10.4000/acrh.5234

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org