Navigation – Plan du site

La souveraineté ancrée dans le corps

Les portraits littéraires de Christine de Suède après l’abdication
Marion Lemaignan

Résumés

Cet article vise à étudier l’articulation entre genre et souveraineté mobilisée dans de nombreux portraits scripturaires insérés dans des pamphlets – principalement français – publiés suite à l’abdication de Christine de Suède en 1654. Ces textes mettent en scène le caractère éminemment politique du corps naturel de la reine. Si le sexe de Christine n’y est jamais remis en question, la définition de son genre – défini par une très grande labilité – fait en revanche l’objet des portraits. En effet, si l’ambiguïté de genre préexiste à l’abdication, ce n’est que lors de la transition d’un état politique à l’autre qu’elle est dénoncée.
L’événement de l’abdication bouleverse l’équilibre entre genre et fonction royale, la perte de la fonction entraînant une indispensable redéfinition du genre. On voit alors apparaître ce qui serait un « tiers genre » purement politique, défini par l’exercice du pouvoir royal et qui ne peut exister que dans ce contexte. Hors du pouvoir, ce genre n'existe plus et le corps de Christine dans ses aspects sexués et genrés devient le lieu de dénonciation – et d'énonciation – d’une nouvelle identité à définir.
Ces portraits montrent donc les difficultés d’appréhension que suscitent la souveraineté et l’identité de Christine de Suède après l'abdication, et le genre apparaît non seulement comme une catégorie politique à même de dépasser le clivage homme/femme dans l’exercice du pouvoir, mais également comme catégorie politique qui permet d’exprimer les incertitudes inhérentes à la posture de Christine de Suède sur la scène européenne. On montre ainsi combien ces portraits mobilisent la flexibilité des frontières du corps et du genre à des fins politiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anonyme, Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant a la reyne de Suède, inséré da (...)

Sa taille est tout à fait irregulière, elle est voutée, elle a une hanche hors d’architecture, elle boitte & cela ne luy sied pas bien, elle a le nez plus long que le pied, elle a les yeux assez beaux, mais elle n’a pas la vue bonne, elle rit de mauvaise grace, que son visage se ride comme un morceau de bazanne, que l’on met sur les charbons, elle a un teton plus bas que l’autre de demy pied & si enfoncé sous l’espaule, qu’il semble qu’elle ait la moitié de la gorge relevée en bosse & l’autre en platte peinture, elle n’a pas la bouche laide pourveu qu’elle ne rie point, elle n’a pas beaucoup de soin de ses dents qui sont assez infidelles de leur naturel. Ce que l’on nous dit pourtant de son halaine, n’est pas veritable, car elle ne put pas jusques a faire mourir ceux qui sont auprès d’elle, mais elle put assez honnestement pour obliger ceux qui s’an [sic] approchent à se precautionner & à se parer de la main, on dit qu’autrefois elle avoit les cheveux admirablement beaux, mais depuis qu’elle les à fait couper pour faire le metier de vagabonde, elle a pris une perruque noire afin de plaire a son Pimentel.1

  • 2 Il faut souligner que lors de l’abdication, la reine négocie malgré tout la conservation de son tit (...)

1L’articulation entre genre et souveraineté se dégage de manière prégnante des écrits publiés sur Christine de Suède après l'abdication, en particulier dans de nombreuses descriptions de ses caractéristiques physiques. Christine de Suède (1626-1689) a marqué et fasciné son siècle par son parcours exceptionnel. La reine, qui abdique du trône de Suède en 16542 et se convertit au catholicisme en novembre 1655, s’installe à Rome après huit années de voyages en Europe et y demeure jusqu’à sa mort. Très érudite, elle entretient pendant son règne puis à Rome des correspondances avec les plus grands lettrés du siècle et poursuit des activités académiques ; elle se démarque par ses choix atypiques en matière politique et religieuse – elle est notamment accusée d’impiété voire d’athéisme –, et elle est souvent stigmatisée pour ses comportements hétérodoxes en termes de genre (elle est souvent caractérisée par une forte masculinité), ainsi que pour sa grande mobilité géographique et son inconstance personnelle. Elle a ainsi alimenté de nombreux textes publiés dans toute l’Europe parmi lesquels des écrits satiriques parfois assez virulents dont je souhaite traiter ici.

  • 3 Alcide Bonnecase de Saint Maurice, Le Génie de la Reyne Christine, 1655, sans indication de lieu. C (...)
  • 4 Antoine de Brunel, sieur de Saint Maurice, Voyage d’Espagne fait en 1655 contenant entre plusieurs (...)
  • 5 Jacques Carpentier de Marigny, Lettre ou récit véritable du Séjour de Christine Reine de Suède à Ro (...)

2Je m’attacherai donc ici aux portraits littéraires de Christine de Suède pour étudier la manière dont, sur les descriptions du corps de la reine, s'ancrent des problématiques politiques. Portraits littéraires et portraits iconographiques suivent des voies bien distinctes et ne se rejoignent que rarement. Toutefois, l’enjeu politique qui se greffe sur le corps de la reine et sur la façon de le représenter unit ces modes de publication par-delà leur clivage. Je souhaite ici m’intéresser aux portraits intégrés dans les pamphlets français publiés sur la reine dans les années qui suivent l’abdication. C’est bien sûr le caractère éminemment politique de ce corps naturel qui apparaît dans les différents types de supports, ainsi que la variété des possibilités d’expression du politique qu’il recèle. Parmi de très nombreuses descriptions physiques de la reine, on s'intéressera ici notamment aux portraits insérés dans quatre textes satiriques qui ont connu un grand succès attesté par de nombreuses republications, traductions et circulations dans toute l’Europe : Le génie de la reyne Christine de Suède d’Alcide Bonnecase, texte publié en 16553, le Voyage d’Espagne fait en 1655 contenant entre plusieurs particularités de ce royaume trois discours politiques sur les affaires du Protecteur d'Angleterre, la Reine de Suède, et du Duc de Lorraine, publication clandestine de 1666 de Antoine de Brunel4, la Lettre ou récit véritable du séjour de Christine de Suède à Rome de Carpentier de Marigny, basé sur une lettre réelle et intégré à l’un des recueils de pamphlets contre Christine5 et enfin la Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant a la reyne de Suède d'auteur anonyme, publié la première fois en 1668 dans un recueil de pamphlets réédité en 1668, 1669 puis 1680.

3On évoquera dans un premier temps les problématiques spécifiques aux portraits insérés dans les pamphlets sur Christine de Suède, puis on étudiera la manière dont le politique définit le genre de la reine avant d’analyser la façon dont l’écriture du genre dans les portraits peut être un outil politique.

Écrire la nature de l’être : les portraits littéraires et Christine de Suède

  • 6 Signalons ici que l’on citera ce texte de sous le nom du Génie, les deux textes étant identiques.
  • 7 Concernant la mode des portraits littéraires, voir la très dense – bien que quelque peu décevante ( (...)
  • 8 Dans la tradition du portrait littéraire, les caractères physiques font partie de la causalité hist (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Louis Adrian Montrose, The Subject of Elizabeth : Authority, Gender, and Representation, Chicago, T (...)
  • 11 Ibid.

4À l’étude du corpus des pamphlets se dégage rapidement la forte récurrence des descriptions de la reine ; constituant presque un « sous-genre » des pamphlets, ces portraits deviennent – particulièrement dans les écrits satiriques – une figure presque incontournable de l’écriture sur la Reine de Suède. Le changement de titre que connaît le Génie de la reine Christine, publié en 1655, lors de son intégration à un recueil en 1667 en Pourtraict de la reine Christine6 semble particulièrement révélateur du succès de ces descriptions qui font écho à la mode du portrait littéraire qui se développe en France à partir des années 16557. Si ces portraits satiriques n’appartiennent pas à proprement parler à cette mode aristocratique, il semble néanmoins nécessaire de les inscrire dans le développement de cette pratique. La seconde moitié du xviie siècle connaît en effet une forte croissance de cette écriture de portraits qui concurrencent les portraits iconographiques et qui, de manière similaire, relèvent presque exclusivement d’une pratique aristocratique8. Ces portraits visent à rendre l’aspect dynamique du sujet en articulant ses attributs physiques et moraux, et à travers la lecture de son apparence extérieure à établir ses caractéristiques psychologiques : c’est la nature profonde de l’aristocrate, qui est dépeinte dans cette littérature9. Ainsi, si nos textes ne relèvent pas directement de cette typologie, ils se développent sans aucun doute dans le sillon de cette mode et en partagent l’objectif de mise au jour de la nature profonde du sujet. C’est alors une grille de lecture de Christine de Suède qui nous est offerte qui, pour être satirique, n’en donne pas moins des informations sur les interrogations que la reine suscite. Louis Montrose10 ajoute, à propos de la reine Elizabeth et concernant les portraits royaux, que ce n'est pas la correction factuelle qui importe dans les portraits mais les indicateurs d'attitudes et de perceptions qu’ils représentent. Ils consolident l'image du roi par l'appropriation de son corps ; les portraits sont ainsi des « Idées de la Monarchie »11. Ces portraits qui allient description physique et description morale doivent donc être traités comme un genre d’écriture offrant une lecture sociale et politique de la souveraine.

  • 12 L’étude de cette singularité de la souveraineté de Christine de Suède, des questions politiques et (...)

5On mesure, dans ce contexte, les spécificités dont sont susceptibles de faire preuve les portraits concernant Christine de Suède au vu de la singularité de sa position de reine sans royaume, c’est-à-dire sans territoire, État ni sujets12. On retrouve en particulier à son propos, dans tous ces portraits, d’identiques traits physiques qui soulignent l’ambiguïté du personnage en termes de genre, ambiguïtés qui doivent être mises en relation avec les singularités de son statut de souveraine.

  • 13 Sur cette question voir les analyses de Sylvie Steinberg, La confusion des sexes ou le travestissem (...)
  • 14 C’est en fait plus tardivement (au xviiie siècle en particulier) que le débat sur le sexe même de l (...)
  • 15 Sylvie Steinberg souligne l’importance des cheveux pour la physionomie comme marqueurs de la comple (...)

6Les caractéristiques physiques et morales dans les portraits sont avant tout les marqueurs du genre et dessinent une certaine complexité à propos de la reine. La physiognomie – florissante au xviie siècle – distingue en effet sexe et genre, ce dernier recouvrant à la fois les caractéristiques morales et physiques13. Ainsi, si dans tous les portraits on retrouve à plusieurs reprises l’affirmation définitive du sexe de Christine – elle est femme et personne n’en doute14 – la question de son genre est par contre fréquemment mise en discussion et fait l’objet du portrait. De ce point de vue, les nombreuses descriptions de ses cheveux sont particulièrement intéressantes15. Nombre d’auteurs rappellent en effet dans leur portrait que Christine est blonde mais porte une perruque noire. Or, selon la physiognomie, la blondeur, féminine, relève de l’humidité, tandis que les cheveux noirs dénotent la chaleur, masculine. On semble voir à l’œuvre toute l’ambivalence du genre de Christine qui est naturellement blonde (son sexe est féminin) mais de manière construite brune (son genre est masculin). On constate alors ici une parfaite illustration de l'ambiguïté de Christine de Suède dont le sexe est défini mais le genre incertain. Ce genre en construction est caractérisé dans les pamphlets – et les portraits en général – par une grande labilité.

Une définition politique du genre

Ambivalences de genre et de pouvoir

7L’ambivalence de l’articulation entre le genre et la nature de la souveraineté de Christine de Suède est extrêmement présente dans les portraits et en particulier celui qui suit qui, malgré sa longueur, mérite que l’on s’y attarde un instant.

  • 16 On voit apparaître ici la compétition entre peinture et portrait littéraire, les auteurs de ces der (...)
  • 17 Carpentier de Marigny, Lettre ou récit véritable du Séjour de Christine Reine de Suède à Rome p. 12 (...)

Apres vous avoir parlé d’un Esprit si bien tourné, je prévois que vous me demandez si le corps y repond & si la cage est faite pour cette oiseau, tous les peintres ont essayé d’en faire une copie, mais l’art n’a rien moins imité que la nature, connoissez la par ce leger crayon, qui ne farde point16 : Elle à le front bien large en son contour se [texte original coupé] insensiblement entre les deux yeus, desquels elle a le fond bleu, couverts d’une dague blanche pour la seureté de ceux, qui ont la hardiesse de les regarder fixement : leur mouvement est vagabond & peu asseuré, ses sourcils sont châtains, gros, grands, tres bien fournis & se joignant l’un à l’autre, son nez est de juste mesure, sa bouche confine ses oreilles qui par une prerogative toute particulière elle retourne comme elle veut, ses dents sont tres-blanches & bien rangées, son menton est un peu fourchu s’élargissant pourtant par les extremitez en deux machoires de raisonnable étendue, ses cheveux qu’elle a naturellement blonds feroyent honte aux rayons de phebus sans une perruque noire qui les couvre. Les curieux s’y peuvent satisfaire car elle est a tout poil, son col est gros & court, l’empatement de sa gorge (ne me faites pas un procès sur ce mot, car il trouveroit des partisans dans l’Academie) est extremement maigre : deux os qui descendent des omphates ont la commission de porter ses tetons dont l’un, suivant la situation des [texte original coupé], est haut & l’autre bas & tous deux par une admirable symmetrie sont une garde d’espée à l’Espagnole.
Voyez comme est dans ce party jusqu’au go. Mais pour revenir aux tetons, ils sont d’une figure quarrée oblongue, outre le mol, & le dur, leur petit bout est sec & long, comme celuy d’une nourrice. Ses bras sont en mème devation [sic] que ses coussinets, souvent couvert d’une peau d’Espagne : la gauche avance extraordinairement & laisse entre les deux epaules un si grand vuide qu’un zelé pour le bien public pourroit y courir comme Curtius monté sur son cheval. Ses mains sont courtes & maigres, le ressort de son poignet est tres aisé, ses côtes sont fort efflanquez, son ventre à quelques vides, signe d’une terre bien cultivée pour sa felicite, son nombril est plus haut qu’à l’ordinaire des femmes. Le bas de l’os pubis est escarpé comme les rochers de la grand Chartreuse, couvert d’un bois du quel le Soleil ne penetra jamais la hauteur ny l’épaisseur à l’orée duquel est un cypres d’une extraordinaire grandeur qui renaist à toutes lumes malgré les soins que le medecin à de faire abbatu. Il est bordé d’un precipice de mème figure que la place Navone : la comparaison n’en est pas defectueuse car le milieu de l’un & de l’autre est également orné d’une aiguille de la quelle vous ne pouvez expliquer les hieroglifes.
Mais pardonnez moy de ne m’abandonner pas d’avantage, crainte d’estre ensevely comme les autres dans cet abisme. Deux grosses cuisses, assez longues & de couleur de porphyre, soûtiennent cet Edifice, les quelles sont attachées à deux jambes courtes & le tout repose sur deux picès [sic] nerveux, larges & plats. Je laisse à ceux qui travaillent à present apres sa partie posterieure d’en mettre au jour les beautez. Tout son corps est entierement velu. La relige de sa physionomie veut que poloso sia generose, forte ò lussurioso. Elle avoüe publiquement qu’elle n’a pas de part au premier, elle contre fait le second, pour le dernier elle autorise entierement l’axiome. Sa taille est entre la grande & la mediocre, son geste est frequent, son mouvement dru, sa parole forte, ne vous en estonnez pas, car elle sort d’une voûte. Elle vole plûtost qu’elle me [sic] marche. Enfin son temperament est chaud & humide & par consequent elle est colerique & retient facilement les premières idées. Elle est un peu rude a l’abord, mais pour veu que Bucephale ne voye son ombre, Alexandre le dompte facilement.17

On touche avec ce texte au cœur de la complexité des portraits de Christine de Suède qui font suite à l’abdication.

  • 18 La fontaine monumentale qui orne le centre de la place est consacrée à quatre fleuves, représentés (...)

8Outre la difformité physique, qui est récurrente dans tous les textes, la souveraineté de la reine est exacerbée par la mobilisation du champ sémantique de la guerre (avec les références à la dague et à la garde d’épée notamment), de la bravoure et de l’héroïsme (avec Curtius ou Alexandre) qui dresse le portrait d’une souveraine guerrière. Ce portrait guerrier est accentué par la démesure qui émane du texte et vient servir cette figure de grandeur de la souveraineté. Démesure des défauts, tout est gros et grand, et en particulier son sexe, « grande chartreuse », « cyprès d’une extraordinaire grandeur », « précipice », « abisme », qui est à la fois souverain et terrifiant : c’est un sexe féminin dévoreur et monstrueux. Le texte est également hautement politique et la comparaison à la place Navone est significative. La place évoque la démesure, le prestige, ainsi qu’une image de centralité Européenne18 ; mais elle évoque également le pouvoir papal qui érige Christine de Suède en parangon de la conversion et en reine de la catholicité à cette époque. Émerge donc de ce portrait particulièrement riche l’image d’une souveraineté magistrale qui vient renforcer l’ambivalence latente à propos de Christine entre les figures de la reine exceptionnelle et de la femme monstrueuse. Le corps ici, et en particulier le sexe démesuré, est acteur et illustration d’une souveraineté extra-ordinaire. Au cœur du portrait se trouve donc l’image d’une souveraineté singulière dans laquelle le sexe féminin prend une ampleur démesurée.

9On mesure ainsi combien sont associés le physique, le sexe et le pouvoir politique de Christine de Suède dans ces portraits qui permettent, au travers du corps physique de la reine, de porter un discours politique.

Labilité et temporalités

10C’est ensuite une grande labilité du genre, autour du pivot que constitue l’abdication, qui émerge de ces portraits qu’ils soient physiques ou moraux.

  • 19 Antoine de Brunel, sieur de Saint Maurice, Voyage d’Espagne fait en 1655 contenant entre plusieurs (...)

Toute l’Europe parla de ce changement [l’abdication], & comme depuis plusieurs siecles, aucune Nation y avoit causé tant de surprise & tant d’estonnement, chacun essayoit d’en trouver le motif par milles raisonnements chimeriques. Cette grande Reyne eut le malheur de n’estre pas exempte des dents de la Satyre en cette occasion. On commença d’abord d’avoir mauvaise opinion de son sçavoir, on soupçonna sa Morale de mal reglée & de mal épurée ; son jugement & sa volonté semblerent peu fermes & ses ennemis disoient qu’elle ne quittoit pas son sceptre & sa Couronne par un principe de vertu pour vivre a elle mesme & dans une solitude où elle fist que cultiver son esprit & elever sa foy. Mais par un desir de courir, de sortir de son Royaume & de montrer à la Renommée ce prodige du Nord qu’elle avoit tant vanté.19

11Inconstance, immoralité et orgueil, la renonciation de Christine de Suède au trône entraîne dans les textes une déchéance morale toute féminine. C’est aux vices spécifiquement féminins que succombe Christine de Suède lorsqu’elle renonce à son pouvoir monarchique. Toutefois, si les vices de la reine sont extrêmement présents dans tous les pamphlets satiriques – à l’origine notamment des nombreuses accusations de libertinage et d’athéisme – c’est plus généralement l’ambivalence de ses attitudes plutôt que de sa nature en termes de genre qui est dénoncée.

  • 20 Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant a la reyne de Suède.

Il n’y a point de charetier dans tout le Brabant qui jure si furieusement qu’elle fait & la plus effrontée maquerelle qui soit au monde rougiroit en luy entendant dire les mots de bordel qu’elle a continuellement dans la bouche […]. Les qualitez de sont Esprit ne méritent pas plus de louange que sa personne, elle s’est estudiée à apprendre de méchantes qualitez & de miserables pointes de vendeurs de beaume dont elle a fait des lieux commun & quand elle dit une extravagance elle rit la première & applaudit a soy mesme comme si elle avoit dit un bon mot. [...] Elle sçait par cœur les plus sales passages de Petronius Arbiter & les vers les plus dissolus de Martialis. Elle parle de Sodomie avec plus d’effronterie que si elle en avait fait leçon dans la Golisée à Rome : & tous les Italiens qui l’entendent sur ce chapitre disent qu’elle a eu raison de quitter la Couronne de Suède où les habitants sont trop grossiers pour chercher & gouter toutes les delicatesses de la chair & qu’il faut qu’elle aille se faire couronner dans Sodome.20

  • 21 À partir des années 1650, la reine privilégie en effet des représentations officielles « naturalist (...)

En évoquant la sexualité, le libertinage, la sodomie et la vulgarité masculine, c’est non seulement le vice qui est dénoncé mais plus encore l’ambiguïté du genre qui se dissimule derrière. L’abdication est un pivot à partir duquel les ambiguïtés qui caractérisaient Christine de Suède et son règne (érigées par la reine elle-même en imagerie royale dans les portraits officiels)21 deviennent sources de trouble. Dans les pamphlets, c’est la perte du pouvoir souverain légitime qui brouille la lecture du genre de la reine, et ses ambiguïtés suscitent les polémiques.

12La temporalité joue donc un rôle crucial dans la définition politique du genre de Christine de Suède. On constate une étroite imbrication entre genre et fonction royale dans ces portraits et la rupture politique de l’abdication altère la lecture de l’identité de la reine qui s’exprime dans les troubles du genre. Il en va de même pour les caractéristiques physiques ; suite à l’abdication, les portraits de Christine de Suède insistent de manière unanime sur la difformité physique de la reine. Or ce qui devient monstruosité après l’abdication n’est en rien dévalorisé dans le cadre circonscrit du pouvoir légitime. L’ambiguïté préexiste à l’abdication, mais ce n’est que lors de la transition d’un état politique à l’autre qu’elle est dénoncée et met donc au jour la labilité possible de la notion de genre au cours du temps biographique.

La souveraineté comme tiers genre dans les portraits

  • 22 Par ailleurs, cette chaleur qui imprègne son tempérament est également considérée comme définissant (...)

13Quelques caractéristiques physiques majeures reviennent de manière récurrente dans ces portraits. Noirceur, maigreur, sécheresse et pilosité sont des caractéristiques proprement masculines très souvent attribuées à Christine de Suède. La pilosité par exemple, présente dans tous les portraits, est associée pour ses contemporains à un excès de chaleur qui, ne pouvant s’écouler par le sang menstruel ou par le lait maternel est dégagée par la production de poil. Il s'agit donc là d'une caractéristique qui évoque directement le refus de Christine de Suède de se marier et sa défiance envers la maternité. Forme d’expression physique d’un pouvoir féminin singulier sur lequel on reviendra. Christine de Suède ainsi privée à tous points de vue de la maternité est alors définie par la chaleur, humeur masculine22 résultant d’un déficit de féminité. Son être politique est donc physiquement défini par des confusions de genre.

14Les portraits, qui ont pour objet la définition du genre physique et moral de la reine, donnent à lire un tempérament sanguin, chaud et humide, au cœur donc de l’ambivalence entre masculin et féminin. Toutefois, ceci non seulement ne remet pas en question son sexe ni ses orientations sexuelles, mais de plus n’a rien d’ontologiquement invalidant pour ses contemporains, puisque le tempérament sanguin est considéré comme idéal et valorisant pour une femme dans la mesure où il lui permet de dépasser les faiblesses inhérentes à sa condition.

  • 23 Luciana Gentili (a cura di), Tra parola e immagine, effigi, busti, ritratti nelle forme letterarie, (...)
  • 24 Il s’agit là de termes émics que l’on rencontre fréquemment dans les pamphlets à propos de Christin (...)

15Si l’ambiguïté et la satire sont donc bien au cœur de ces portraits, ils ne font pas pour autant figure de pure dénonciation et donnent plutôt à lire la force de caractère et les qualités requises de la part d’une souveraine. Il est donc important de prendre ces portraits très genrés pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire une lecture de l’identité sociale de la reine distincte de son identité sexuelle, toutes deux pleinement liées à sa souveraineté. C’est alors l’événement de l’abdication qui bouleverse l’équilibre entre genre et fonction royale, la perte de la fonction entraîne une indispensable redéfinition du genre. Christine de Suède, en renonçant à sa souveraineté, rompt avec la continuité dynastique qui caractérise son essence royale. C’est alors cette rupture concernant l’essence souveraine de la reine qui est au cœur des portraits et qui est exposée à travers les questions de genre. La souveraine indigne de son sang et qui rompt avec sa pérennité n’est alors plus qu’une aventurière23, une femme particulière et errante24.

  • 25 Derval Conroy à propos des reines dans le théâtre du xviie, et notamment d’Elisabeth, étudie le fai (...)

16On voit alors apparaître ce qui serait un « tiers genre » purement politique, défini par l’exercice du pouvoir royal et qui ne peut exister que dans ce contexte25 ; un genre qui perd sa cohérence au moment de l’abdication, puisque le brouillage entre masculin et féminin qui le caractérisait perd de sa légitimité. On mesure ainsi que la définition du genre est indissociablement liée pour la reine à sa localisation politico-institutionnelle. La perte de la souveraineté engendre une redéfinition du genre. Les portraits sont donc le lieu d’une redéfinition de l’articulation entre sexe, genre et souveraineté afin de pouvoir assigner à Christine de Suède une place reconnaissable. Après l’abdication, le genre de la souveraine ne peut plus être celui de la princesse itinérante.

17Ainsi, le corps genré est défini avec et par son statut. La satire et les attaques qui structurent malgré tout ces portraits ne portent pas directement sur le fait que Christine de Suède agisse comme un homme – ou qu’elle transgresse les canons de la féminité – mais sur le fait que n’étant plus reine, son genre ambigu n’a plus de légitimité. Les pamphlets portent un discours sur la souveraineté conçue comme un genre qui transcende les distinctions entre masculin et féminin, dans lequel Christine de Suède, tant qu'elle conserve sa royauté, avait établi une légitimité. Hors du pouvoir, ce genre n'existe plus et le corps de Christine dans ses aspects sexués et genrés devient le lieu de dénonciation – et d'énonciation – d’une nouvelle identité à définir.

18Les portraits ne sont donc pas seulement un mode de description, de satire ou de divertissement, mais évoquent à travers Christine de Suède les difficultés d’appréhension de la nature de la souveraineté et de l’identité de la reine après l'abdication. L’événement, dans ces portraits, réside dans la perte de son autorité de souveraine qui remet en question les lectures de son genre. L’abdication rend illégitime son ambivalence de genre puisqu’elle perd l’autorité qui la rendait lisible.

Le genre comme outil politique singulier

19On a vu combien genre et politique s’entremêlent dans les portraits, les descriptions physiques et morales de la reine offrant une grille de lecture des questions politiques qu’elle suscite. La reine, qui refuse de renoncer à tout engagement politique après l’abdication et voyage sans se fixer nulle part pendant huit ans, suscite nombre d’interrogations quant à la place et au rôle qu’elle est susceptible de prendre sur la scène européenne. Dans ce cadre, le genre apparaît non seulement comme une catégorie politique à même de dépasser le clivage homme/femme dans l’exercice du pouvoir, mais également comme catégorie politique qui permet d’exprimer les incertitudes inhérentes à la posture de Christine de Suède sur la scène européenne. Enfin, ces portraits de Christine de Suède et leurs constructions du genre peuvent également être des outils politiques singuliers.

Portraits d’une singularité politique

  • 26 Un excellent exemple de la présence de ces lieux de pouvoir féminins dans l’historiographie réside (...)

20La construction du corps politique de Christine de Suède dans ces portraits met au jour les usages du genre spécifiques mobilisés par Christine de Suède. La souveraineté au féminin et l’accès des femmes au pouvoir ont désormais été largement étudiés. Toutefois, Christine de Suède présente, grâce à ses choix, un itinéraire politique fort différent des modalités d’accès au pouvoir par les femmes au xviie siècle qui résident généralement en la mobilisation d’« outils » spécifiquement féminins que sont notamment le mariage ou le rôle dynastique des femmes. Autant d’« espaces » du pouvoir que Christine de Suède ne mobilise pas26. En termes d’imagerie et de représentations, les historiens ont souvent étudié les différents topoï mobilisés par les reines et régentes afin de légitimer leur autorité : les figures de l’Épouse, de la Mère ou de la reine Vierge, que Christine, pour sa part, ne mobilise pas. Christine de Suède se distingue ainsi notamment d’Elisabeth d’Angleterre – dont elle est pourtant la plus proche en termes de statut. Le trouble concernant le genre de Christine de Suède, suite à l’abdication, tient ainsi tant à la perte du pouvoir – ce que l’on vient de montrer – qu’aux stratégies de représentation spécifiques à la reine.

  • 27 On s’aperçoit effectivement que Christine de Suède de son arrivée au pouvoir à sa mort met en place (...)

21L’usage politique du genre par la reine ne relève pas d’une construction basée sur l’image de la femme de pouvoir, mais d’une fabrique malléable qui évolue au gré des orientations politiques de Christine de Suède27. De plus, dans son cas, ce n’est pas le genre qui définit le type de pouvoir politique exercé, mais c’est le pouvoir escompté qui définit la construction du genre et l’imagerie genrée de la reine. Christine ne dépasse pas les contraintes inhérentes à sa féminité en jouant sur la représentation, mais mobilise de manière active la catégorie de genre comme outil politique afin d’accéder à des sphères de pouvoir.

  • 28 Sur la signification de l’immobilité et de la passivité comme état néo-stoique de tranquillitas acq (...)

22Christine de Suède, pendant sa période de règne effectif (1647-1654) élabore ainsi une imagerie royale basée sur des références mythologiques et sur la représentation d’un règne puissant et sage qui se construit en s’appuyant sur les qualités masculines et les topoi du bon gouvernement ; elle féminise les valeurs masculines davantage qu’elle ne construit une imagerie et une cosmogonie spécifiquement féminine. Au moment de l’abdication et dans les années qui suivent (jusque vers 1668) – période de publication de nos pamphlets – elle favorise des représentations naturalistes qui mettent en avant ses ambivalences de genre dans une perspective néo-stoïque de la tranquillitas acquise grâce à un contrôle rationnel et ascétique des passions. Elle se fait représenter dans une sublimation du monarque qui montre ainsi sa capacité à gouverner par-delà l’apparence physique28.

23Ainsi, c’est cette politique active de mise en scène du genre et de jeu sur les représentations hors des canons du pouvoir féminin qui émerge également de ces textes publiés à la même période. L’exploitation dans les portraits satiriques de ces ambivalences physiques – au moment même où Christine les exploite afin de faire valoir une image de monarque néo-stoïque – fait figure de défiguration satirique, d’un envers de la politique de représentation que la reine mène simultanément. Les pamphlétaires se munissent des propres outils de la reine pour susciter le ridicule. Or ce ridicule n’est sans doute pas dirigé exclusivement contre Christine de Suède mais touche à des enjeux politiques plus généraux.

Christine de Suède, arme politique

24Ces textes s’inscrivent enfin dans des réseaux et des clivages politiques plus divers et leur contenu n’est pas exclusivement lié à Christine de Suède. Ils partagent également des enjeux politiques contextuels. Au-delà de l’analyse que l’on a proposée ici, il convient de rappeler que cette image de la reine peut s’inscrire dans des enjeux politiques plus vastes. Ainsi, Christine de Suède est à cette même période magnifiée à Rome dans de nombreux textes dédiés ou commandités par le Pape. Christine, reine sans royaume et nouvelle convertie est en effet mobilisée comme instrument politique : elle est faite reine de la Catholicité pour faire l’apologie de l’universalisme romain ; elle est un outil de la Contre Réforme grâce à sa conversion exemplaire ; elle sert de faire-valoir à la puissance temporelle du Pape concurrencée à cette époque par le roi de France.

  • 29 Si ces textes sont publiés clandestinement – sans doute en Hollande –, leurs auteurs présumés sont (...)

25La forme pamphlétaire que nous avons étudiée ici est presque exclusivement française29 et je n’ai pu retrouver que très peu de textes de ce type provenant des autres pays européens. Ces écrits propres à la France, s’inscrivent dans des réseaux de commanditaires au plus proche du pouvoir. Il me semble alors que l’on peut lire certains de ces pamphlets à la lumière des conflits d’autorité entre la France et le Pape. Le ridicule qui touche Christine, accentué par de lourdes accusations d’impiété et d’athéisme généralement associées aux descriptions de la reine, discrédite non seulement celle-ci mais également le Pape qui investit politiquement sur elle. Christine de Suède, reine de l’Église universelle dans les textes catholiques, est ici ridicule, si ce n’est monstrueuse – les pamphlets semblent donc retourner l’arme politique qu’incarne la reine pour le pape contre ce dernier.

*

26Pour conclure, on saisit combien la flexibilité des frontières du corps et du genre est mobilisée à des fins politiques dans ces portraits. La satire du corps et du genre de la reine est à la fois un outil politique qui s’insère dans le contexte des tensions européennes grandissantes et des politiques de représentation de Christine de Suède par elle-même et par les grandes puissances qui instrumentalisent son image. Elle est la lecture d’un corps qui, départi de son pouvoir et de son autorité, nécessite d’être réélaboré. Démunie d’un genre souverain jusque là légitime, la quête et l’éventuel rétablissement d’une posture politique sur la scène européenne pour Christine de Suède passe par la redéfinition d’un genre acceptable, affirmation d’une nouvelle identité européenne.

Haut de page

Notes

1 Anonyme, Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant a la reyne de Suède, inséré dans le Recueil de quelques pièces curieuses Servant à l’éclaircissement de l’histoire de la vie de la reyne Christine. Ensemble, plusieurs voyages qu’elle a fait. A Cologne Chez Pierre du Marteau, 1668,1669, 1680.

2 Il faut souligner que lors de l’abdication, la reine négocie malgré tout la conservation de son titre de reine ainsi que la conservation d’une autorité sur quelques provinces dont les rentes sont censées lui permettre de subvenir financièrement à ses besoins.

3 Alcide Bonnecase de Saint Maurice, Le Génie de la Reyne Christine, 1655, sans indication de lieu. Ce texte a connu une très grande circulation, il est plusieurs fois republié sous le titre Briève relation de la vie de Christine de Suède, jusques à la démission de sa Couronne et son arrivement à Bruxelles, et publié en anglais, en italien et en hollandais en 1656. Ce texte anonyme a longtemps été attribué à Urbain Chevreau. Toutefois, on a tout lieu de croire qu’Alcide Bonnecase de Saint Maurice en est l’auteur ; l’hypothèse étant solidement soutenue par Albert de la Fizelière, « Chevreau et la reine Christine : anecdote bibliographique », bulletin du bibliophile, 1858, p.1045. Alcide Bonnecase de Saint Maurice semble avoir évolué à la marge des réseaux de clientèle, ayant tenté un certain temps de s’attirer les faveurs littéraires de Christine de Suède et ayant échoué, il aurait par dépit écrit ce pamphlet majeur contre la reine.

4 Antoine de Brunel, sieur de Saint Maurice, Voyage d’Espagne fait en 1655 contenant entre plusieurs particularités de ce royaume trois discours politiques sur les affaires du Protecteur d'Angleterre, la Reine de Suède, et du Duc de Lorraine, Paris, C. de Cercy, 1665; Gentilhomme protestant exilé aux Pays-Bas, il ne semble pas avoir fait profession d’auteur et on ne lui connaît que ce récit publié de manière anonyme. Cf. « Compte-rendu des lectures faites à la session d’histoire et de philologie par M. Hippeau, secrétaire de la section », in Revue des Sociétés Savantes des départements, IX, 1869, p. 300.

5 Jacques Carpentier de Marigny, Lettre ou récit véritable du Séjour de Christine Reine de Suède à Rome, publié dans un recueil de textes satiriques, Histoire de la vie de la Reyne de Suède, In 8°, 1667, A Fribourg ; 1677, à Stockholm chez Jean Pleyn de Courage ; 1682, chez Jean Plein de Courage. Carpentier de Marigny fut un libelliste appartenant au réseau de clientélisme du Prince de Condé, très actif notamment pendant la Fronde.

6 Signalons ici que l’on citera ce texte de sous le nom du Génie, les deux textes étant identiques.

7 Concernant la mode des portraits littéraires, voir la très dense – bien que quelque peu décevante (en particulier sur l’analyse des portraits concernant Christine de Suède) – thèse de Jacqueline Plantié, La mode du portrait littéraire en France (1641-1681), Paris, Champion, 1994.

8 Dans la tradition du portrait littéraire, les caractères physiques font partie de la causalité historique dans l’événement au même titre que les valeurs morales ; on voit alors l’importance de cette lecture des caractéristiques physiques qui sont censées avoir une action directe sur l’événement. À ce sujet, Piero Toffano, « Il portrait come apologia dell’aristocratico, nell’opera di tre fondisti : La Rochefoucault, Retz, La Grande Mademoiselle », in Luciana Gentili (a cura di), Tra parola e immagine, effigi, busti, ritratti nelle forme letterarie, atti del convegno Macerata, Urbino 1-4-5 april 2001, Macerata, Pisa, 2003.

9 Ibid.

10 Louis Adrian Montrose, The Subject of Elizabeth : Authority, Gender, and Representation, Chicago, The university of Chicago press, 2006.

11 Ibid.

12 L’étude de cette singularité de la souveraineté de Christine de Suède, des questions politiques et sociales qu’elle suscite et de son inscription sur la scène européenne fait l’objet de ma thèse, en voie d’achèvement à l’Institut Universitaire Européen de Florence sous la direction de Giulia Calvi. En étudiant la manière dont est publiée cette singularité, il s’agit dans ce travail d’explorer les enjeux européens de la présence de cette reine sans royaume au cœur des événements politiques et diplomatiques de la période.

13 Sur cette question voir les analyses de Sylvie Steinberg, La confusion des sexes ou le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Fayard, Paris, 2001, p. 176.

14 C’est en fait plus tardivement (au xviiie siècle en particulier) que le débat sur le sexe même de la reine apparaît, alors que dans plusieurs pamphlets publiés de son vivant la certitude de sa féminité est réaffirmée : « l’habit d’homme qu’elle porte aujourd’hui & qu’elle avoit auparavant imité en Suede où elle alloit presque vestue a la cavalière, sont les marques de l’inclination qu’elle auroit de changer son sexe en un autre plus parfait, & quoi qu’elle soit veritablement une femme ainsi connue de tout le monde », le Génie, p. 31.

15 Sylvie Steinberg souligne l’importance des cheveux pour la physionomie comme marqueurs de la complexion, masculine ou féminine, et des humeurs. S. Steinberg, op. cit. p. 180.

16 On voit apparaître ici la compétition entre peinture et portrait littéraire, les auteurs de ces derniers revendiquant la vivacité, le dynamisme des sujets et la réalité de leurs portraits littéraires.

17 Carpentier de Marigny, Lettre ou récit véritable du Séjour de Christine Reine de Suède à Rome p. 121. C’est moi qui souligne.

18 La fontaine monumentale qui orne le centre de la place est consacrée à quatre fleuves, représentés par des statues, qui représentent les quatre continents : le Danube pour l'Europe, le Nil pour l'Afrique, le Rio de la Plata pour l'Amérique et le Gange pour l'Asie. Rome fait alors symboliquement figure de centre du Monde.

19 Antoine de Brunel, sieur de Saint Maurice, Voyage d’Espagne fait en 1655 contenant entre plusieurs particularités de ce royaume trois discours politiques sur les affaires du Protecteur d'Angleterre, la Reine de Suède, et du Duc de Lorraine, Cologne, P. Marteau, 1666.

20 Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant a la reyne de Suède.

21 À partir des années 1650, la reine privilégie en effet des représentations officielles « naturalistes » qui ne cherchent pas à effacer les défauts physiques de la reine mais montrent au contraire l’ambivalence de genre physique et vestimentaire de la reine. C’est particulièrement le cas dans les portraits de Sébastien Bourdon.

22 Par ailleurs, cette chaleur qui imprègne son tempérament est également considérée comme définissant l’aptitude intellectuelle qui est une caractéristique souvent soulignée de Christine de Suède.

23 Luciana Gentili (a cura di), Tra parola e immagine, effigi, busti, ritratti nelle forme letterarie, atti del convegno Macerata, Urbino 1-4-5 april 2001, Macerata, Pisa, 2003.

24 Il s’agit là de termes émics que l’on rencontre fréquemment dans les pamphlets à propos de Christine de Suède. Par exemple : « Cette folle pensée qu’il [Mercure] lui inspira de prefferer une vie vagabonde & errante à l’esclat & à la magnificence d’un Throsne, & de Souveraine devenir sujette pour satisfaire son humeur volage », in Le Génie, p. 22-23.

25 Derval Conroy à propos des reines dans le théâtre du xviie, et notamment d’Elisabeth, étudie le fait que « la plasticité inhérente au gender dans le concept de souveraineté saute aux yeux » et évoque lui aussi la possibilité de penser le genre en termes de souveraineté, et de dépasser le clivage masculin/féminin. L’exemple de Christine de Suède permet de sortir du cadre théâtral et proposer une analyse en termes de tiers genre ou genre souverain. Derval Conroy, « Reines, invraisemblables rois ? Reines vierges et épouses célibataires dans le théâtre du xviie siècle. Les cas d’Elisabeth, de Nitocris et Pulchérie », in J.V. Blanchard et H Visentin (dir.), L’invraisemblance du pouvoir, mises en scènes de la souveraineté, Schena editore et Presses de l’université Paris Sorbonne, Fasano, Paris, 2005, pp. 89-122.

26 Un excellent exemple de la présence de ces lieux de pouvoir féminins dans l’historiographie réside dans l’ouvrage dirigé par I. Poutrin et M.K. Schaub, Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe, Bréal, 2007. Le plan de l’ouvrage en lui-même est particulièrement révélateur de cette historiographie du pouvoir féminin et distingue dans l’analyse différents modes d’actions politiques spécifiques aux femmes : successions, marché matrimonial, sexualité et maternité (continuité dynastique), réseaux de correspondance, influences indirecte, polycentrie des cours. Autant d’espaces et de modalités avec lesquels Christine de Suède est en fort décalage.

27 On s’aperçoit effectivement que Christine de Suède de son arrivée au pouvoir à sa mort met en place différentes stratégies de représentation et de mises en scène du genre s qui sont étroitement corrélées à ses choix politiques successifs. Selon les périodes de sa vie, Christine de Suède ne s’inscrit pas dans les mêmes modalités d’actions politiques ni sur les mêmes sphères d’influence et mobilise différents outils politiques selon le type d’autorité qu’elle cherche à établir. Après l’abdication, la publication de Christine de Suède semble ainsi effectuer une transition de sphères politiques et diplomatiques dans les années 1650-1660 à celles culturelles et scientifiques à partir de la décennie 1670.

28 Sur la signification de l’immobilité et de la passivité comme état néo-stoique de tranquillitas acquis grâce à un autocontrôle des passions démontrant l’aptitude à gouverner et associé au monarque, je m’appuie sur l’analyse d’Ann Jensen Adams, Public faces and private identities in seventeenth-century Holland : portraiture and the production of community, New York, Cambridge University Press, 2009, p. 88-93.

29 Si ces textes sont publiés clandestinement – sans doute en Hollande –, leurs auteurs présumés sont français. Ils s’inscrivent dans des réseaux et sont imprégnés des enjeux politiques également français. On considère donc qu’il s’agit de productions propres à la France qui ont dans un second temps très largement circulés dans toute l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Lemaignan, « La souveraineté ancrée dans le corps », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 08 juillet 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://acrh.revues.org/5256 ; DOI : 10.4000/acrh.5256

Haut de page

Auteur

Marion Lemaignan

Marion Lemaignan a soutenu en juin 2012 sa thèse en histoire moderne intitulée « Une souveraineté de papier au miroir de l’Europe. Publier Christine de Suède entre 1654 et 1689 », à l’Institut Universitaire Européen (Florence, Italie). Ce travail vise à analyser les actions de publication multiples et hétérogènes qui se concentrent autour Christine de Suède (1626-1689) dans l’espace européen, après son abdication du trône en 1654 et jusqu’à sa mort à Rome en 1689. À la croisée de l’histoire politique, de l’histoire des pratiques d’écriture et de l’histoire du genre, cette étude porte sur la publication du phénomène politique qu’incarne la reine du fait de la singularité de son statut, de sa volonté de conserver une autorité publique malgré l’abdication, et de son envergure internationale dans l’Europe géographique et politique du second xviie siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org