Navigation – Plan du site

L’orang-outang, l’esclave et l’humain : une querelle des corps en régime colonial

Silvia Sebastiani

Résumés

Cet article analyse l’impact que l’infléchissement des pratiques médicales, réélaborées dans d’autres cadres disciplinaires – les histoires philosophiques et naturelles, notamment – provoque dans les débats britanniques sur l’esclavage des années 1770. Il s’attache à suivre les usages des débats sur l’orang-outang, dont l’humanisation est accompagnée d’une représentation bestialisée de « l’homme sauvage ». Il montre comment, dans l’Angleterre et l’Écosse de cette époque, les défenseurs de l’esclavage s’appuient sur les théories qui conduisent au rapprochement entre l’orang-outang et les Noirs, pour justifier leurs positions politiques, et par là-même renforcent le camp de ceux qui, philosophes, médecins, ou hommes politiques, contribuent à fracturer l’unité de l’espèce humaine.
L’analyse s’attache à suivre les réemplois de l’œuvre d’Edward Tyson. La dissection de l’orang-outang (en réalité un chimpanzé) qu’il pratique à Londres en 1698 et sa comparaison ponctuelle avec le corps humain, marque un tournant dans les pratiques médicales du xviiie siècle, qui affecte la définition philosophique et historique de l’humain : la similitude qu’elle permet d’établir avec l’homme, sur le plan du corps et du cerveau, conduit l’anatomiste à suggérer une possible continuité entre monde animal et humain, qui invite à repenser la labilité des frontières qui les séparent. à partir de cette expérience, la comparaison entre singes anthropomorphes et hommes « sauvages » – catégorie qui inclut les Noirs et les Indiens Américains mais aussi, au cœur même de l’Europe, les enfants trouvés – devient un geste récurrent de l’anatomie comparée à l’époque des Lumières, une branche de la médecine en plein essor dans cette période.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alexandre Savérien, « Discours Préliminaire sur l’Histoire Naturelle » de Histoire des naturalistes(...)

J’ai toujours été étonné de voir l’homme dans un cabinet d’histoire naturelle. Il semble qu’il ne devrayt pas être l’objet des Naturalistes ; car qui dit Histoire Naturelle, dit l’histoire physique d’un être, les mots physique & naturel étant synonymes. Les Naturalistes ne peuvent donc considérer l’homme du côté du moral : ce qui concerne l’entendement humain, je veux dire l’analyse de ses idées, ses conceptions, les opérations de son esprit, regarde le Métaphysicien : & ses inclinations, ses passions, ses mœurs & sa conduite forment la science de la morale & celle de la législation. Il n’y a par conséquent que le corps à examiner ; mais le corps seul de l’homme n’est pas l’homme. Encore en décomposant ce corps il forme l’étude de deux sortes de Savants, des Anatomistes qui en décrivent la structure, & des Physiologistes qui expliquent le méchanisme de ses opérations. Que reste-t-il donc au Naturaliste ? Rien. Aussi les plus célèbres zoologistes n’en ont pas parlé ; & ce n’est que de nos jours que quelques-uns d’entre eux ont voulu joindre son histoire à celle des animaux…1

  • 2 Georges Gusdorf, « Préface », dans Franck Tinland, L’Homme sauvage : « Homo ferus » et « homo sylve (...)
  • 3 Cette question a été centrale dans la réflexion de Sergio Moravia, “Moral-Phisique : Genesis and Ev (...)

1Dans le « Discours Préliminaire » à l’Histoire des naturalistes, qui date de 1773 et constitue le tome VIII de l’Histoire des Philosophes modernes, le philosophe et mathématicien Alexandre Savérien pose un problème central pour l’histoire naturelle, celui du statut du corps humain dans les opérations de définition de l’homme. J’emprunte ici – dans sa version entière – la citation utilisée par Georges Gusdorf, en 1968, dans la préface au livre de Franck Tinland, L’homme sauvage. « Homo ferus » et « homo sylvestris »: de l’animal à l’homme. Mais je ne l’utilise ni pour sa « valeur de témoignage », ni comme exemple d’un « esprit… attardé », pour reprendre les termes de Gusdorf2. Elle m’intéresse plutôt pour souligner ce qu’elle révèle des contradictions du xviiie siècle, telles qu’elles s’expriment dans l’opposition entre l’homme physique et l’homme moral.3 Puisque le naturaliste s’occupe du physique, l’homme ne peut ni ne doit faire partie de son domaine de compétence, selon la lecture de Savérien. Sur cette affirmation se fonde la tentative de définir l’histoire naturelle comme un domaine séparé de la science de la morale, de la science de la législation et de la métaphasique, ainsi que de l’anatomie et de la physiologie.

2Cependant, c’est précisément la porosité des frontières disciplinaires qui caractérise ce qu’on a appelé la « science de l’homme » des Lumières, un projet porté par différents acteurs, en différents lieux et espaces, et différentes configurations de savoir, dont l’histoire naturelle et la médecine. Aussi avec elles, les attributs corporels de l’humain occupent une place centrale dans les débats, signant ainsi une rupture fondamentale avec la longue tradition des études sur l’homme portée jusque dans l’œuvre de Descartes ou Leibniz.

  • 4 Gusdorf, “Préface”, op. cit., p. 8.
  • 5 Voir Fauna svecica (1746), Stockholm : L. Salvii, 1761, p. 3. Sur ce point, Nicholas Hudson, “From (...)

3Si « l’homme de Descartes n’a ni tête, ni mains, ni jambes », selon la formule synthétique de Gusdorf4, et est réduit à un être pensant et raisonnable dont la principale définition est le « cogito », le physique devient, en revanche, central dans la classification de l’homme de Carl von Linné. Publié pour la première fois en 1735, retravaillé et augmenté jusqu’à la douzième édition de 1766-68 en trois volumes, le Systema Naturae place l’homme d’abord dans la classe de mammifères pour ses mamelles, puis dans l’ordre des primates, à cause de sa dentition. à partir de la 10e édition de 1758, avec l’invention de l’Homo Sapiens, la rationalité perd sa centralité, en devenant seulement l’un des attributs, parmi d’autres, de l’homme. Ce qui s’opère dans le travail de Linné est la mise en question du rationalisme cartésien et leibnizien qui faisait de l’universalité de la raison le caractère substantiel de définition de l’humain et de distinction par rapport aux animaux ; la rationalité est totalement absente de la définition que Linné donne de l’homme dans sa Fauna svecica qu’il qualifie de “animal flens, ridens, melodum, docile, judicans, admirans, sapientissimus”5. Le Systema Naturae scinde le genre humain en deux espèces : l’Homo Sapiens et le Troglodyte, exemplifié par l’orang-outang. L’Homo sapiens, dont le motto est « nosce te ipsum », est divisé en 6 variétés : quatre, sur la base de la couleur de la peau – le blanc européen, le rouge américain, le jeune asiatique et le noir africain – à laquelle correspondent des différences dans les mœurs, dans les tempéraments (la colère, la mélancolie…) et dans les principes qui les guident (l’habitude, les rites, les opinions…) ; l’homo ferus, à savoir les cas des enfants sauvages retrouvés à différents moments dans les bois européens, et l’homo monstruosus, qui est tel à cause de la nature (les géants, les nains…) ou de l’art, comme les Hottentots monorquides, ou les femmes européennes soumises aux corsets… De cette classification on retiendra brièvement la caractéristique principale : elle se fonde sur le constat de différences physiques, qui sont à la base de la distinction non seulement entre homo sapiens et troglodyte, mais aussi entre les différents types de sapiens. L’autre conséquence est que l’anatomie comparée, et notamment celle qui s’occupe de mettre en regard l’homme et le singe, devient une référence pour le naturaliste Linné, et une ressource dans le débat que suscite sa lecture et sa critique.

4L’autre monument de la « science de l’homme » des Lumières, l’œuvre de Buffon, se situe dans une même perspective. Buffon, explique l’utilité méthodologique de la comparaison, voire sa nécessité épistémologique, dans sa monumentale Histoire Naturelle, publiée en 36 volumes entre 1749 et 1788 :

  • 6 Buffon, « Discours sur la nature des animaux », dans Histoire naturelle générale et particulière, 3 (...)

[...] ce n’est pas qu’en comparant que nous pouvons juger, que nos connaissances roulent même entièrement sur les rapports que les choses ont avec celles qui leur ressemblent ou qui en diffèrent.6

  • 7 Ibid.

C’est par elle qu’il inclut l’homme dans le monde animal et l’intègre dans l’histoire naturelle, pour pouvoir marquer la discontinuité radicale entre l’homme et l’animal. Néanmoins il affirme que « s’il n’existait point d’animaux, la nature de l’homme serait encore plus incompréhensible ». Cela signifie qu’il faut « examiner la nature des animaux, comparer leur organisation, étudier l’économie animale en général » pour « nous conduire à la science importante dont l’homme même est l’objet »7. La comparaison entre homme et animal est, chez Buffon, parallèle et croise celle entre homme et femme, ainsi que celle entre les différents peuples, qui, sur cette même base, sont définis comme sauvages, barbares ou civils.

5La question qui se trouve au cœur de tous ces gestes comparatifs est unique : les différences existantes sont-elles naturelles, ou bien dépendent-elles de causes climatiques et environnementales, ou encore de causes morales et historiques ? C’est pourquoi la comparaison devient le principal instrument épistémologique de la nouvelle science de l’homme à l’époque des Lumières, où la mise en évidence de la proximité entre l’homme et l’animal conduit au renforcement des distances entre l’homme et l’homme, à travers une tendance qui, rapprochant le noir et sauvage Hottentot de l’orang-outang, l’éloigne de plus en plus de l’homme européen, blanc et civilisé.

  • 8 Dans une abondante littérature, voir les études classiques de : Winthrop D. Jordan, White over Blac (...)

6Dans cette perspective, un autre domaine de savoir est attentif à saisir dans un même regard l’animal et l’humain, à la faveur de la multiplication des produits animaliers présents sur le marché européen : l’« anatomie comparée » inscrit à son agenda la dissection des singes anthropomorphes et leur mise en relation avec les humains, offrant une ressource supplémentaire à tous ceux qui cherchent à définir l’homme. Or, ceux qui sont en quête d’une nouvelle définition ne sont pas uniquement les représentants d’une communauté scientifique aux contours disciplinaires encore flous, comme je viens de le suggérer. Et les enjeux d’une telle définition ne sont pas seulement d’ordre savant. Dans le cadre de la Grande Bretagne des années 1770, qui constitue mon terrain d’enquête, ils sont au cœur du principal débat politique de l’empire, celui sur l’esclavage, précisément parce que ce moment est celui de l’émergence de propositions favorables à l’émancipation et à l’abolition de la traite8. Je fais l’hypothèse que les prises de position sur l’animalité ou l’humanité de l’esclave puisent directement dans le répertoire des faits et des preuves que l’anatomie comparée met à leur disposition, à partir des arguments qu’elle offre sur le corps.

L’anatomie comparée dans l’histoire naturelle

7Dans le deuxième tome de l’« Histoire naturelle de l’homme », publié en 1749, Buffon affirme que l’homme est le seul être capable de se connaitre lui-même (adoptant une variante de la formule linnéenne du « nosce te ipsum ») et il relie sa nature sociale à la disposition naturelle à exprimer sa pensée et à communiquer :

  • 9 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. II (1749), p. 439.

[...] l’homme rend par un signe extérieur ce qui se passe au dedans de lui, il communique sa pensée par la parole, ce signe est commun à toute l’espèce humaine ; […] aucun des animaux n’a ce signe de la pensée.9

Non seulement il est un animal social mais la société est une nécessité pour lui, au sens où il ne peut pas survivre en dehors d’elle :

  • 10 Ibid. vol. IV (1753), p. 96. Voir Michèle Duchet, « L’anthropologie de Buffon », dans Buffon, De l’ (...)

[...] l’homme en un mot n’est homme que parce qu’il a sû se réunir à l’homme ».10

  • 11 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV (1766), p. 30.

Les capacités de réflexion, de communication, de perfectionnement et d’invention sont, pour Buffon, les caractéristiques essentielles de la nature humaine, et signent la différence avec la nature animale, ainsi que sa supériorité. C’est pourquoi – Buffon le rappelle dix-sept ans plus tard, dans le volume XIV sur la « Nomenclature des singes », paru en 1766 – même si l’orang-outang « peut faire ou contrefaire tous les mouvemens, toutes les actions humaines », il « ne fait aucun acte de l’homme »11.

8Pour alimenter la réflexion sur l’homme, au cœur de son œuvre, Buffon, comme nombre de ses contemporains, est amené à revenir sur la frontière entre l’humain et l’animal. Au moment où il le fait, il dispose non seulement des savoirs sur les animaux qui sont le propre de la zoologie, mais aussi de ceux que lui propose l’anatomie comparée, qui, depuis l’extrême fin du xviie siècle, s’est lancée dans la comparaison, par la dissection, des hommes et des grands singes.

  • 12 L’anatomiste hollandais Nicolaas Tulp avait appelé « orang-outan », ou « Satyrus Indicus », le chim (...)
  • 13 Edward Tyson, Orang-Outang, sive Homo Sylvestris : or, the Anatomy of a Pygmie Compared with that o (...)
  • 14 La biographie de Francis Ashley Montague constitue encore un bon point de départ : Edward Tyson, M. (...)

9Les dissections de singes ne constituent pas une nouveauté en soi, mais la figure d’Edward Tyson ouvre, avec la reprise d’une telle pratique, de nouvelles perspectives que synthétise sa contribution écrite. En 1698, ce médecin de Londres déjà bien connu, membre de la Royal Society et du Royal College of Physicians, pratique la dissection d’un jeune chimpanzé, qu’il appelle orang-outang en suivant une terminologie qui à l’époque désigne les primates en général12. Les résultats de cette dissection sont décrits dans un ouvrage qui servira de référence tout au long du siècle suivant, Orang-Outang, sive Homo Sylvestris: or, the Anatomy of a Pygmie compared with that of a Monkey, an Ape, and a Man, paru à Londres en 169913. Mon propos n’est pas d’ajouter une nouvelle contribution à la vaste bibliographie déjà disponible sur l’ouvrage que l’historiographie retient comme l’un des textes fondateurs de l’anatomie comparée14. Je vais en suivre les usages dans le cadre du débat dont je viens d’esquisser les contours, et où ce qui est principalement retenu par ses différents lecteurs est la ressemblance physique entre le singe et l’homme.

  • 15 On pourra, à titre d’exemple, s’appuyer sur la définition de « Monkey », proposée par Samuel Johnso (...)
  • 16 Voir le sous-titre A Philological Essay Concerning the Pygmies, the Cynocephali, the Satyrs, and Sp (...)
  • 17 Voir Gould, “To Show An Ape”, cit. Sur la grande chaîne des êtres, la référence classique reste Art (...)

10On soulignera, en premier lieu, la double structure – et perspective – de l’ouvrage, entre anatomie moderne et philologie ancienne. Dès le titre, Tyson se concentre sur six termes qu’il soumet à une comparaison reposant sur le physique. Orang-outang, terme d’origine malaysienne qui signifie « homme des bois », reprend à la lettre l’Homo Sylvestris latin, qui est considéré comme un synonyme du pygmée, figure mythologique des anciens ; son corps est comparé, d’un côté, à celui d’un Monkey ou d’un Ape – considérés comme équivalents, selon l’usage courant15 – et, de l’autre, à celui d’un homme. L’Essai philologique qui suit la partie anatomique, annonce dès le sous-titre que les pygmées, cynocéphales, satyres ou sphinx sont des êtres réels, mais il ajoute qu’il ne s’agit pas de « several sorts of men » comme l’avaient cru les Anciens, trompés par leur ressemblance physique : ils appartenaient à l’espèce des « apes or monkeys »16. Son enquête, loin de s’apparenter à un projet précurseur de l’évolutionnisme darwinien comme l’ont suggéré jusqu’à récemment les historiens des sciences à l’affût d’un récit des origines, vise à reconstituer la « grande chaîne des êtres », principe organisateur de la nature, pour y trouver le chaînon manquant – entre l’animal et l’homme –, selon l’agenda de la science de son temps17. Dans sa dédicace à Lord Evesham, président de la Royal Society, c’est à cela que Tyson se réfère lorsqu’il explique la nécessité d’identifier les degrés, la transition depuis le corps le plus infime et petit jusqu’au plus complexe. C’est dans cet esprit qu’il développe une analyse extrêmement précise du primate, qui n’est pas sans conséquence sur la définition de l’homme lui-même.

11On notera en second lieu qu’il assigne au pygmée des caractéristiques humaines et l’affecte d’émotions : ce dernier est, sous la plume de Tyson, susceptible de se vêtir et d’en éprouver de la satisfaction, et d’accepter de se faire aider quand il n’y parvient pas tout seul ; il dort sous une couverture et utilise un coussin ; il s’exprime « comme un enfant », en pleurant et donnant des coups de pieds ; il aime boire, mais est capable de tempérance.

12Dans sa minutieuse comparaison entre le corps du singe et celui de l’homme, Tyson aboutit à la conclusion que l’orang-outang/chimpanzé/pygmée a plus de ressemblances physiques, internes et externes, avec l’être humain qu’avec le singe : il compte quarante-huit points communs contre trente-quatre de divergence. Les implications d’une telle description sont soulignées dès la brève préface de l’ouvrage :

  • 18 Tyson, Orang-Outang, cit., p. 94.

Our Pygmie is no man, nor yet the Common Ape; but a sort of animal between both.18

  • 19 Ibid., p. 5.
  • 20 Ibid., “Epistle dedicatory”.

13Décrit en position verticale, soutenu par un bâton, l’orang-outan incarne l’« intermediate Link between an Ape and a Man »19. Comme il y a des ressemblances frappantes (le terme utilisé par l’auteur est « similitude ») entre certaines plantes et certains minéraux, il y en a aussi entre « the lowest Rank of Men, and the highest kind of Animals » – affirme Tyson dans un passage, apparemment innocent, mais où l’espèce humaine perd son unité et est divisée en hommes de rangs différents, supérieurs et inferieurs20.

14A l’appui de sa démonstration, les planches qui accompagnent le texte contribuent à fixer la dimension anthropomorphe du chimpanzé : elles sont réalisées par William Cowper, lui aussi anatomiste et membre de la Royal Society, auteur de Myotomia Reformata, or a New Administration of the Muscles (1694) et The Anatomy of the Humane Bodies (1698), une sorte d’atlas du corps humain. Elles jouent un rôle déterminant dans la visualisation des concepts et la fixation des représentations qui accompagnent l’argument principal du livre : elles montrent l’orang-outang vivant en position verticale. Le bâton et la corde qui servent à le maintenir droit, quand il est représenté respectivement de face et de dos, disparaissent des dessins de son squelette et de sa musculature, qui deviennent ainsi plus semblables encore à ceux de l’être humain. Ce qui permet de conclure que la « nature intended it a biped ».

  • 21 L’ouvrage se compose de 17 figures qui représentent l’orang-outang vu de dos, ses muscles, son sque (...)

Tyson, Orang–Outang. “Figure 1 : Represents the Fore-parts of the Orang-Outang or Pygmie, in the Erect Posture”21

Tyson, Orang–Outang. “Figure 1 : Represents the Fore-parts of the Orang-Outang or Pygmie, in the Erect Posture”21
  • 22 Ibid.

15Au-delà de cette ressemblance corporelle, l’orang-outang ne peut pas parler, même si ses organes de la parole, selon l’analyse de l’anatomiste, sont identiques à ceux des humains. Surtout son cerveau se révèle, contre toute attente, incroyablement semblable à celui de l’homme. C’est pourquoi il est qualifié comme l’animal « nearest to Mankind » et celui qui semble fournir « the Nexus of the Animal and Rational »22.

16à ce stade de la comparaison, Tyson réintroduit la distinction, qui remonte à Aristote, entre l’homme rationnel et l’animal seulement sensible, permettant ainsi le retour de l’opposition entre âme et corps. Le physique, le corps, ne suffisent pas à définir l’humain. L’esprit seul distingue l’homme de l’animal :

  • 23 Ibid., p. 55.

The Organs in Animal Bodies are only […] Pipes and Vessels, for the Fluids to pass through, and are passive […]. But those Nobler Faculties in the Mind of Man, must certainly have a higher Principle; and Matter organized could never produce them […] if all depended on the Organ, not only our Pygmie, but other Brutes likewise, would be too near akin to us.23

  • 24 Ibid.; italiques dans l’original.

17Cette déclaration implique la possibilité que les corps puissent être dotés d’organes non fonctionnels, inutiles : munis de ceux de la voix, les orangs-outangs ne peuvent cependant pas s’en servir pour parler. Tyson le dit de manière explicite dans le paragraphe qui précède la citation ci-dessus : « there is no reason to think, that Agents do perform such and such Actions, because they are found with Organs proper thereunto: for then » – la conclusion d’un tel raisonnement est significative – « our Pygmie migh be really a Man ».24

  • 25 Wokler, “Tyson and Buffon on the orang-utan”, cit.
  • 26 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV, (1766), pp. 62-66, notes en bas de pages ; il propose q (...)
  • 27 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV, p. 30.

18L’analyse de Tyson inspire directement l’Histoire Naturelle de Buffon, qui, à plus de cinquante ans de distance, reste très proche du raisonnement du médecin de la Royal Society, lorsqu’en 1766 il décrit l’orang-outang, ou pongo25. Pour ce faire, Buffon ne propose pas moins que la traduction intégrale du rapport de Tyson sur les différences/similitudes entre « men » « orang-outang » et « apes », mettant ainsi le texte de ce dernier à la disposition d’un lectorat de langue française26. Comme Tyson, Buffon souligne leurs similarités physiques, par opposition à leurs capacités morales. En suivant les anatomistes (il cite aussi les Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, publiés en 1671 par Claude Perrault), Buffon réaffirme que des membres, sens et organes (cerveau inclus), entièrement semblables et aussi parfaits que ceux de l’homme, ne permettent cependant pas au singe de parler. La conclusion qu’il en tire est que « l’âme, la pensée, la parole » ne dépendent pas « de la forme ou de l’organisation du corps »27 :

  • 28 Ibid., vol. XIV, p. 4.

Cet orang-outang ou ce pongo, n’est en effet qu’un animal, mais un animal très-singulier, que l’homme ne peut voir sans rentrer en lui-même, sans se reconnoître, sans se convaincre que son corps n’est pas la partie la plus essentielle de sa nature.28

Sur certains points, Buffon s’écarte du médecin : il refuse en particulier, de façon plus radicale que Tyson, l’hypothèse d’une continuité entre l’animal et l’humain. Un regard du philosophe ou de l’historien de la nature permet de comprendre, selon lui, qu’il n’y a pas

  • 29 Ibid. vol. II, p. 443.

[...] d’êtres moins parfaits que l’homme et plus parfaits que l’animal, par lesquelles on descendroit insensiblement et par nuances de l’homme au singe.29

La grande chaîne des êtres ressort fracturée, et la nature humaine émerge par contraste et discontinuité avec la nature animale. Mais il s’agit encore d’une distance morale et non physique : le corps matériel de l’humain, en lui rapprochant à la bête, ne rend pas compte de l’homme.

  • 30 Linnée, Systema Naturae (I éd. 1735), X éd., Stockholm : L. Salvii, 1758, vol. 1, p. 24.
  • 31 Linné, Fauna svecica, cit., pp. 3-4.
  • 32 Phillip R. Sloan, “The Buffon-Linneaus Controversy”, Isis, vol. 67 (1975) : pp. 356-75 ; Claude Bla (...)

19En ce sens, l’anthropologie de Buffon s’offre comme une critique sévère à la classification adoptée par Linné en 1758, qui, s’appuyant lui aussi sur une référence explicite à Tyson, met l’Homo Sapiens côte à côte avec l’Homo Nocturnus, incarné par le Troglodyte ou orang-outang.30 Buffon ne peut pas accepter l’ambigüité de Linné, qui, s’il avait distingué le Troglodyte de l’Homo sapiens sur la base du sang, l’avait classé parmi les hommes et non parmi les singes, en faisant de l’orang-outang une sorte d’étape intermédiaire entre les deux. La Fauna svecica rebondit sur l’impossibilité de distinguer un homme d’un singe à partir de données scientifiques et mesurables.31 Aux yeux de Buffon, la nomenclature de Linné établit les variétés naturelles de manière arbitraire,32 alors que la référence à l’Homo Nocturnus est susceptible d’introduire la confusion entre règne humain et règne animal, en jetant des doutes profonds sur les frontières de l’humain.

  • 33 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV, p. 30.
  • 34 Ibid., vol. XIV, p. 32.
  • 35 Voir Jordan, White over Black, cit., p. 229. Le chimpanzé/orang-outang de Tyson et Buffon est en fa (...)
  • 36 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. III, p. 491 ; pour la comparaison entre « l’homme en société (...)

20Cependant, le principe de la division n’est pas maintenu de manière rigoureuse lorsque Buffon aborde les « peuples sauvages » et des contradictions profondes parcourent son œuvre, notamment sur leur corps et sur leur mode de vie : « si l’on ne faisait attention qu’à la figure », l’orang-outan pourrait être regardé « comme le premier des singes ou le dernier des hommes »33.« Le dernier des hommes » est incarné par l’Hottentot d’Afrique du Sud, qui dévie des canons esthétiques européens pour la couleur de sa peau particulièrement sombre, pour les mamelles et lèvres des femmes considérées comme disproportionnées, ainsi que pour la pratique culturelle des hommes de se couper un testicule – raisons pour lesquelles Linné les avait classés dans la variété « monstrueuse ». Le passage de l’homme en général à l’Hottentot en particulier, vu comme le plus simiesque, est direct chez Buffon34.S’opère, dans son raisonnement, le glissement depuis une proximité géographique entre Noirs et grandes singes, tous deux localisés en Afrique, à une proximité typologique, qui permet de les associer35.Par ailleurs, Buffon décrit le mode de vie des Amérindiens en termes animalesques : selon ses mots, ils forment « moins une nation qu’un assemblage tumultueux d’hommes barbares et indépendans » ; sans règle ni loi, ils vivent « en troupeau », comme les animaux – que Buffon considère à une distance irréductible de la vie « en société » des hommes36.

  • 37 Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755), dans Œuv (...)

21La ligne de démarcation entre l’homme et l’animal devient encore plus faible lorsqu’en 1766 Buffon cherche à répondre à la provocation de Rousseau, qui, dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755), propose de trancher la question en accouplant un orang-outang et un homme pour voir s’ils génèrent une descendance féconde : une expérience qui pourrait fournir la preuve indiscutable de leur appartenance à la même espèce37. Dans cette provocation, Rousseau ne fait que reprendre la définition buffonienne de l’espèce caractérisée par la capacité de procréer.

22Buffon relève le défi, dans le volume XV de l’Histoire Naturelle, où il envisage la possibilité d’unions fertiles entre femmes noires et grands singes, telles qu’elles sont rapportées par les récits de voyages. Il admet qu’il est fort injuste de comparer « le singe des bois avec l’homme des villes », comme l’avait observé Rousseau : « c’est à côté de l’homme sauvage, de l’homme auquel l’éducation n’a rien transmis, qu’il faut le placer pour les juger l’un et l’autre ». Buffon développe une minutieuse description physique du sauvage qui perd toute la noblesse traditionnellement attribuée à l’humain, et qu’il convient de citer en entier :

  • 38 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV, pp. 30-31.

A-t-on une idée juste de l’homme dans l’état de pure Nature ? la tête couverte de cheveux hérissés, ou d’une laine crépue ; la face voilée par une longue barbe, surmontée de deux croissans de poils encore plus grossiers, qui par leur largeur et leur saillie raccourcissent le front, et lui font perdre son caractère auguste, et non-seulement mettent les yeux dans l’ombre, mais les enfoncent et les arrondissent comme ceux des animaux ; les lèvres épaisses et avancées ; le nez aplati ; le regard stupide ou farouche ; les oreilles, le corps et les membres velus ; la peau dure comme un cuir noir ou tanné ; les ongles longs, épais et crochus ; une femelle calleuse en forme de corne sous la plante des pieds ; et pour attributs du sexe, des mamelles longues et molles, la peau du ventre pendante jusque sur les genous ; les enfans se vautrant dans l’ordure et se traînant à quatre ; le père et la mère assis sur leurs talons, tous hideux, tous couverts d’une crasse empestée.38

23Buffon spécifie qu’il s’agit d’une « esquisse tirée d’après le sauvage Hottentot », mais qu’on peut aller bien plus bas dans la recherche de l’homme primordial, « car il y a plus loin de l’homme dans l’état de pure nature à l’Hottentot, que de l’Hottentot à nous ». C’est pourquoi il invite à charger encore le tableau pour pouvoir parvenir à une véritable comparaison entre le singe et l’homme :

  • 39 Ibid., vol. XIV, pp. 31-32.

Ajoutez-y les rapports d’organisation, les convenances de tempérament, l’appétit véhément des singes mâles pour les femmes, la même conformation dans les parties génitales des deux sexes ; l’écoulement périodique dans les femelles, et les mélanges forcés ou volontaires des Négresses aux singes, dont le produit est rentré dans l’une ou l’autre espèce ; et voyez, supposé qu’elles ne soient pas la même, combien l’intervalle qui les sépare est difficile à saisir.39

  • 40 Comme le note de façon parfaitement claire Jordan, White over Black, op. cit., p. 238.

24Même si la référence reste vague, du fait d’un manque de sources fiables, l’association entre l’orang-outang et l’homme est conçue en termes sexués : l’union sexuelle intervient toujours entre une femme noire et un singe anthropomorphe mâle40. Le physique, central tout au long de ce passage, est ce qui permet de passer indistinctement du sauvage, au noir et à l’orang-outang. Il permet aussi d’uniformiser la femelle chez les humains et chez les animaux, à travers l’identité des organes de reproduction.

25Il ne s’agit pas, en vérité, que d’une concession partielle à Rousseau, puisque Buffon aboutit – dans la conclusion de ce paragraphe – à la dissociation, voire l’opposition, entre l’homme, doté d’une âme, et l’animal, qui en est privé. Faisant ce choix, il renonce, cependant, à défendre une quelconque spécificité du corps de l’homme.

L’orang-outang, la fille sauvage, l’esclavage : entre le linguiste, le philosophe et le juge

26Les travaux de l’anatomiste comparatiste Tyson, repris par les naturalistes Linné et Buffon, sont au cœur de la gigantesque recherche de James Burnet, Lord Monboddo, dont l’œuvre continue à alimenter le débat atlantique sur le singe et l’homme, sans le trancher. Si les recherches le concernant sont fort nombreuses, dans une tradition d’histoire intellectuelle qui s’est longuement penchée sur les différents avatars de la naissance de la science de l’homme, je voudrais esquisser ici un autre cadre de lecture qui permettrait de jeter un éclairage différent sur sa contribution. En effet, les débats philosophiques, médicaux et naturalistes qui alimentent l’Europe des Lumière trouvent dans l’arène politique un terreau fertile non seulement en termes d’applications, mais aussi de mobilisations et de reconfigurations. C’est ce que révèle notamment l’empire colonial britannique de la seconde moitié du xviiie siècle, en passe de devenir le plus puissant empire du monde. Au plan politique, la critique du système esclavagiste qui en est le fondement économique, se diffuse à partir des années 1750 sur les deux rives de l’Atlantique et, dans les années 1760 et 1770, elle occupe l’espace public, notamment à travers les réactions suscitées par l’adoption de lois qui reconnaissent progressivement les droits des Noirs. C’est donc dans le cadre du débat sur l’esclavage et la traite négrière que la question du grand singe et de l’homme est reprise par les protagonistes des deux camps, qui occupent la scène politique britannique du moment.

  • 41 Malgré l’Union parlementaire de 1707, l’Écosse reste indépendante de l’Angleterre au plan juridique (...)

27La décision prise, en Angleterre, par la Court of King’s Bench – la plus haute juridiction du Common Law – à propos du cas (James) Somersett en 1772, constitue un moment-tournant de cette histoire, car elle prend une valeur claire de condamnation de l’esclavage. Sans entrer dans le détail de ce procès, on indiquera que la sentence émise établit que tout esclave arrivant en Angleterre devient libre. En d’autres termes, le cas Somersett conduit à l’abolition de l’esclavage sur le territoire anglais. En Écosse, où le commerce triangulaire constitue le pivot de l’économie insulaire, une sentence similaire, et encore plus radicale, est émise six ans après, en 1778 par la Court of Session, la plus haute cour civile de la juridiction écossaise41 : le cas (Joseph) Knight conduit aussi à l’interdiction de l’esclavage en Écosse. Il faudra ensuite attendre 1807 pour que la traite des esclaves soit abolie dans l’empire britannique par un acte du Parlement, puis 1833 pour que l’esclavage soit aboli par le Slavery Abolition Act. En Jamaïque sa mise en application ne se fera qu’entre 1834 et 1838.

  • 42 Voir les notes sur la sentence, prises par le juge David Dalrymple, Lord Hailes, un collègue de Mon (...)

28La décision prise à Édimbourg, dans le sillage de celle de Londres, ne fait pas l’objet d’une unanimité parmi les juges siégeant dans le procès intenté par le Noir Jamaïquain Joseph Knight contre l’écossais John Wedderburn, qui avait construit sa fortune grâce au commerce du sucre dans les Indes Occidentaux en devenant l’un des plus grands propriétaire terriens de la Jamaïque. Le juge Monboddo s’y oppose au nom de la légitimité juridique de l’esclavage, sur la base du droit romain : l’esclavage n’est pas un droit de nature, mais de jus gentium, comme le gouvernement ou la propriété, et donc « unless it can be proved that slavery is contrary to the jus gentium, there can never be turpitude in it »42. En outre, il considère que le principe de l’esclavage est soutenu par la religion elle-même. Or Monboddo n’est pas seulement un homme de loi installé et pratiquant à Édimbourg, il est aussi un philologue érudit et un linguiste réputé de la République des Lettres écossaise. On fera l’hypothèse que ses positions politiques anti-abolitionnistes trouvent dans ses recherches savantes sur les origines des langues et la définition de l’être humain, un socle intellectuel sur lequel il bâtit sa vision du monde, où l’esclave se trouve de l’autre côté de la ligne de séparation entre l’humain et l’animal.

  • 43 James Burnet, Lord Monboddo, Of the Origin and Progress of Language, 6 vols., Édimbourg : J. Balfou (...)
  • 44 Sur l’excentrisme de Monboddo, on rappellera le fameux commentaire sarcastique de Samuel Johnson, q (...)

29Monboddo développe dans ses deux œuvres majeures, Of the Origin and Progress of Languages (1773-92) et Antient Metaphisics (1779-89), chacune composée de 6 volumes, une apologie de l’Antiquité (grecque surtout) et des Anciens, qui nourrit un mépris féroce de la modernité et des ses contemporains, y compris les monstres sacrés de la philosophie moderne et des Lumières, Newton et Locke. C’est de cette conception qu’il tire une première justification de sa défense outrancière de l’esclavage. Si son érudition est reconnue par tous ses contemporains, il est cependant amené à s’en isoler précisément lorsque, consacrant de longs développements à la question de l’humanité de l’orang-outang dans son ouvrage sur l’origine des langues, il endosse le point de vue de Rousseau sur l’existence d’un statut présocial de l’humanité43. Alors que, dans le sillage de Montesquieu et Buffon, les représentants des Lumières écossaises considèrent la sociabilité, le langage, la forme du corps et la position verticale comme autant de caractères distinctifs de l’humain, Monboddo reprend à son compte les arguments développés par l’auteur du Discours sur l’inégalité parmi les hommes44.

  • 45 Claude Lévi-Strauss, Le Totémisme aujourd’hui, Paris : Presses Universitaires de France, 1962 ; Id. (...)
  • 46 Voir Robert Wokler, “Perfectible Apes in Decadent Cultures : Rousseau’s Anthropology Revisited”, Da (...)
  • 47 Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité, cit., note 10, p. 208. C’est dan (...)

30Dans la longue note 10 de ce texte45, Rousseau fait l’hypothèse que l’orang-outang est une variété humaine, l’exemple de l’homme dans son état sauvage primordial46. Si les voyageurs, ignorants de la nature humaine, les avaient pris, « sans beaucoup d’examen », pour des bêtes féroces, « à cause de quelques différences qu’ils remarquaient dans la conformation extérieure, ou seulement parce que ces animaux ne parlaient pas », Rousseau confère aux philosophes de son temps la tâche de retracer les frontières entre animalité et humanité47. L’incipit de cette note 10 fait littéralement exploser la définition buffonienne de l’espèce humaine, tout en l’acceptant formellement : la description des variétés humaines, multipliées à l’infini, jusqu’à comprendre les géants, les nains et envisageant même l’existence des peuples avec une queue, crée l’espace théorique pour y accueillir l’orang-outang.

  • 48 Ibid.

Parmi les hommes que nous connaissons, ou par nous-mêmes, ou par les historiens, ou par les voyageurs, les uns sont noirs, les autres blancs, les autres rouges ; les uns portent de longs cheveux, les autres n’ont que de la laine frisée ; les uns sont presque tout velus, les autres n’ont pas même de barbe ; il y a eu et il y a peut-être encore des nations d’hommes d’une taille gigantesque, et laissant à part la fable des Pygmées qui peut bien n’être qu’une exagération, on sait que les Lapons et surtout les Groenlandais sont fort au-dessous de la taille moyenne de l’homme ; on prétend même qu’il y a des peuples entiers qui ont des queues comme les quadrupèdes…48

  • 49 Ibid.

31Il s’agit pour Rousseau de « faits », prouvés de façon incontestable, et qui trouvent leur explication dans « la diversité des climats, de l’air, des aliments, de la manière de vivre, des habitudes en général, et surtout la force étonnante des mêmes causes, quand elles agissent continuellement sur de longues suites de générations »49. Il procède ainsi à une redéfinition des limites de l’humain où, traçant une nouvelle ligne de démarcation qui passe sous l’orang-outang, il atténue la division entre l’humanité et le reste de la nature, et renforce celle qui sépare l’homme sauvage de l’homme civilisé. Ce faisant, il sape à la base l’idée selon laquelle l’espèce humaine est différente (et supérieure) à toute autre espèce en vertu de la raison, du langage et de la sociabilité, tous attributs que Rousseau considère comme acquis et non comme naturels. Dans son analyse, le corps lui-même se développe en fonction de l’histoire.

  • 50 Ibid.
  • 51 Ibid. pp. 142 et 162; Jean-Jacques Rousseau, Essai sur l’origine des langues, où il est parlé de la (...)

32Conséquemment, l’orang-outan/pygmée de Tyson et le Troglodyte/orang-outan de Linné deviennent l’homme présocial de Rousseau. L’orang-outan est en effet présenté comme un être qui n’a eu l’« occasion de développer aucune de ses facultés virtuelles », n’a « acquis aucun degré de perfection » et se trouve « encore dans l’état primitif de nature ». Il y a pour le moins des « conformités frappantes » entre l’homme et l’orang-outang ou le pongo – note Rousseau – et des différences moins nettes que celles entre homme et homme. Leur « stupidité », et leur mutisme ne peuvent pas être considérés comme des raisons satisfaisantes « pour refuser aux animaux en question le nom d’hommes sauvages ». Rousseau explique que « quoique l’organe de la parole soit naturel à l’homme » – et Tyson avait montré que les orangs-outans étaient munis d’un tel organe – « la parole elle-même ne lui est pourtant pas naturelle »50. C’est la capacité à se perfectionner qui « a élevé l’homme civil au-dessus de son état originel », et qui a rendu le progrès possible, ainsi que le développement des autres facultés humaines ; c’est la perfectibilité qui permet au sauvage idiot et silencieux d’agir comme un agent libre51. Cependant celle-ci ne se développe pas de manière autonome, mais seulement sous certaines circonstances, qui peuvent ne pas se présenter.

33Exclure les orangs-outangs de l’humanité sur la base de leur incapacité à penser ou parler signifie en exclure aussi les « enfants sauvages », comme celui qui fut retrouvé parmi les ours de Lituanie en 1694,

  • 52 Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité, cit., note 3.

[...] qui ne donnait aucune marque de raison, marchait sur ses pieds et sur les mains, n’avait aucun langage et formait des sons qui ne ressemblaient en rien à ceux d’un homme.52

En liant orang-outang, homme naturel et enfant sauvage, Rousseau formule la question suivante : qu’en serait-il des enfants sauvages si on les confiait à des voyageurs ignorants plutôt qu’à des philosophes ? La réponse est simple : au lieu de leur apprendre le langage, les voyageurs ignorants les auraient traités comme des animaux, les auraient chassés, ou mis dans des zoos, comme des bêtes féroces.

34Si l’existence des hommes quadrupèdes ne signifie pas, pour Rousseau, que la nature les a prédisposés à être tels, à l’inverse leur position redressée ne peut constituer un signe distinctif d’humanité, et encore moins le langage et le raisonnement, en tout et pour tout, inventions de l’homme civilisé. L’erreur des philosophes modernes est précisément d’avoir projeté sur l’homme et sur l’enfant « sauvage » l’image déformante de l’enfant et de l’homme « civilisé », de ses faiblesses, de sa vie sociale. Inversant l’argument de Buffon, Rousseau soutient que l’homme est le seul être capable de vivre seul, alors que les animaux sont condamnés à la vie collective.

  • 53 Mon propos ici n’est pas d’engager une nouvelle étude sur un transfert fort intéressant, comme l’a (...)
  • 54 Monboddo, Of the Origin and Progress of Language, II éd., Édimbourg : J. Balfour ; Londres : T. Cad (...)

35Lord Monboddo se fait l’écho de Rousseau53, lorsqu’il écrit qu’il est démontré que les orangs-outangs appartiennent à l’espèce humaine, puisqu’ils partagent avec les hommes les mêmes caractéristiques physiques (larynx, pharynx et langue inclus), puisqu’ ils marchent sur deux jambes et non pas sur quatre pattes, contrairement à beaucoup des enfants sauvages trouvés dans les bois de l’Europe, ils utilisent des bâtons pour se défendre, ils construisent des cabanes, ils connaissent l’usage du feu comme la valeur du fer (à la différence des peuples américains, par exemple), ils brûlent leurs morts : en un mot, puisqu’ils vivent en société. En outre, ils s’emparent des femmes noires qu’ils utilisent comme esclaves et pour leur plaisir. Ils sont modestes, sensibles et amicaux, tout comme l’avait déjà indiqué Tyson. Penser que des êtres de ce genre aussi semblables aux hommes puissent appartenir à une espèce différente contredit toute loi de la nature. C’est pourquoi la seconde édition de Of the Origin and Progress of Languages, en 1774, qui est enrichie de deux chapitres sur les orangs-outangs, indique que « nous » devons déclarer humains ces derniers, comme le Pape en avait indiqué la voie avec les Indiens d’Amérique54.

  • 55 Alan Barnard, “Monboddo’s Orang Outang and the Definition of Man”. in Ape, Man, Apeman, cit., pp. 7 (...)

36Monboddo est donc aux prises avec les différentes théories qui composent le champ scientifique de son temps : il répond à Buffon, réélabore les conclusions de Tyson, et celles du naturaliste Linné, dans une entreprise qui vise à retracer le progrès de l’espèce humaine à ses différents stades, pour en repérer les imperceptibles avancées. Suivant la hiérarchie proposée dans le volume III de Antient Metaphysics (1784), les hommes primordiaux sont « Brutes and Tailed Men (including Wild Men) »; suivent les orangs-outangs et les « speechless savages », parmi lesquels on repère les premiers signes de civilisation et de vie sociale, puisqu’ils sont déjà policés et grégaires ; puis arrivent les « Savages proper », avec lesquels naît « the invention of arts and sciences ». Le point culminant de la parabole est composé par les « Antients », qui, avec les Grecs, ont porté le progrès à son degré de développement extrême. Avec Rome commence la décadence qui conduit aux modernes. En analysant le même phénomène sous l’angle du langage, le premier livre du premier volume de The Origin and Progress of Language montre que « Language is not natural to man », soit parce que les idées doivent être formées avant de trouver une expression, soit parce que l’articulation n’est pas naturelle chez l’homme. Le deuxième livre indique que « the Political State was necessary for the invention of language » et que « such state is not natural to man, any more than Language, to which it gave birth »; avant de traiter, dans le troisième, « Of the first beginning of Language » dans l’Egypte antique. On assiste donc à une lente transformation historique de la nature humaine, accompagnée d’une mutation physique parallèle, au sein de laquelle l’homme-singe se transforme, avec le temps, en homme civilisé55.

37Ceci n’implique cependant pas qu’il ne fait pas de différence entre l’homme et l’animal. Au contraire, c’est sur Linné qu’il s’appuie pour préciser :

  • 56 Monboddo, Of the Origin and Progress of Language, vol. I, p. 311.

Though I hold the Orang Outang to be of our species, it must not be supposed that I think the monkey, or ape, with or without a tail, participates of our nature; on the contrary, I maintain, that, however much his form may resemble ours, yet he is, as Linnaeus says of the Troglodyte, nec nostri generis, nec sanguinis.56

38Dans ce raisonnement, la relation entre l’orang-outang et l’enfant sauvage joue un rôle central. Monboddo, qui avait rencontré deux fois Peter, le garçon sauvage trouvé dans les bois de la région de Hanovre, emmené à la cour de Georges Ier et confié sans succès à un premier éducateur, Dr. John Arbuthnot, membre de la Royal Society, « Physician to the Queen », le dit clairement :

  • 57 James Burnet, Lord Monboddo, Antient Metaphysics, 6 vols., London : Cadell, 1779-89, reprint avec u (...)

Nothing but Vanity can hinder us from being convinced of the Orang Outang being a Man. If the Orang Outang be not a Man, Peter the Wild Boy is not one.57

La référence polémique à Buffon devient alors directe :

  • 58 Ibid. p. 367.

For, if Mr Buffon’s Orang Outang was not a man, because he had not learned to speak at the age of two, it is impossible to believe that Peter who, at the age of seventy, and after having been above fifty years in England, has learned to articulate but few words, is a man…58

  • 59 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris : Gallimard, 1975, p. 144.

39Linné, qui fait de l’homo ferus une catégorie taxinomique, et donc un objet de discussion savante, intègre dans son étude de cette catégorie, entre 1758 et 1766, les cas particuliers de Peter (Juvenis hannoveranus), et de Marie-Angélique, la jeune fille sauvage trouvée en Champagne (Puella campanica). Puisque la fonction même de la taxinomie est celle de construire des classes – ce que Foucault appelle « l’espace disciplinaire des êtres naturels »59 –, Linné ne se réfère pas à leur histoire particulière, mais seulement à leur sexe et au lieu de leur découverte. Monboddo, en revanche, part des cas pour retracer le progrès de l’espèce, du stade sauvage au stade civilisé. C’est dans son approche de Marie-Angélique qu’on saisit au plus près le rapport qu’il établit entre le physique et le moral dans le procès de civilisation. C’est dans ce cas aussi que la dimension genrée du corps est mobilisée.

  • 60 James Burnet, Lord Monboddo, « Preface » à An Account of a Savage Girl, Caught Wild in the Woods of (...)

40La Préface à la traduction anglaise de An Account of a Savage Girl, Caught Wild in the Woods of Champagne. Translated from the French of Madame H–T, publiée à Édimbourg en 1768, fonctionne comme un laboratoire expérimental pour étudier le cheminement universel de l’espèce humaine. Monboddo y avance nombre des réflexions qu’il développera ensuite dans ses œuvres majeures60. L’original français, imprimé à Paris en 1755, sous le nom de Marie-Catherine Hecquet, mais attribué à Charles-Marie de La Condamine, porte sur l’histoire d’une jeune fille « sauvage » trouvée dans les bois de la Champagne à l’âge de 9-10 ans, capturée, et puis civilisée. Contrairement à Peter, Marie-Angélique se civilise : elle apprend à parler le français, et finit sa vie dans un couvent.

41Le récit français s’ouvre sur la capture de la fille sauvage ; suit l’histoire de sa domestication, qui coïncide avec sa purification, depuis la sauvagerie jusqu’à la conversion au catholicisme ; le point d’acmé est atteint avec l’épisode de sa rédemption. Puis le narrateur opère un retour en arrière jusqu’aux origines américaines de l’enfant trouvée. Dans la traduction anglaise, le texte s’ouvre sur une préface philosophique dans laquelle Monboddo reprend l’histoire de Marie-Angélique, qui complète par des détails absents de l’original français : ceux-ci proviennent des ses conversations directes avec la protagoniste, qu’il rencontre en 1764-65, et de ses réflexions personnelles sur son origine, et en particulier sur son langage primitif. Ce texte constitue une sorte de contre-champ par rapport à l’histoire de la Condamine, un discours sur le discours ou une analyse de discours, même si celui de la protagoniste n’est pas direct et se trouve d’emblée rapporté par l’autre. En ce sens, Monboddo développe la narration de deux points de vue différents, qui lui permettent de faire émerger son opposition à la Condamine, notamment à travers la localisation de l’origine de fille sauvage chez les Hurons et non chez les esquimaux. Il se pose à la fois comme témoin et philosophe.

  • 61 Julia Doutwhaite, « Rewriting the Savage : The Extraordinary Fictions of the ‘Wild Girl of Champagn (...)
  • 62 Douwhaite, “Rewriting the Savage”, cit.

42L’aspect physique de la fille, son corps, avant et après le processus de civilisation, continue à dégoûter le « man of feeling » de l’Europe du xviiiesiècle. En tant que sauvage, Marie Angélique a des dents pointues, des ongles épais, avec lesquels elle peut écorcher un lapin et déterrer les racines dont elle se nourrit ; elle est sale, au point de paraitre Noire, et presque nue ; elle émet des cris répugnants. Par sa sauvagerie, elle brise donc tout ce qui fait la norme pour une femme au xviiiesiècle61. C’est pourquoi la fille sauvage doit être domptée : elle est alors soumise à une éducation religieuse stricte et à une discipline rigoureuse. On lui apprend à couvrir son corps, à rester discrète et à se soumettre entièrement à Dieu, principales composantes du processus de socialisation féminine de cette époque. Le nom lui-même qui lui est attribué après sa capture – Marie-Angélique Memmi Le Blanc – cherche, par ses références à la Vierge, la sainteté et la pureté, à intégrer cette enfant anormale à une norme62. Mais, contrairement à la femme civilisée, elle n’a pas conquis sa beauté : elle est édentée, sans ongles, et malade ; la seule chose qui lui reste est son regard sauvage.

43En revanche, moralement et intellectuellement, elle s’est élevée au rang de femme : domptée, convertie à la religion catholique, pénitente, soumise, et même sage. Dans le développement de tous ses traits de caractères, son assignation au genre féminin est pleinement maîtrisée. Elle vit pauvrement et dans l’indifférence générale, précisément parce qu’elle n’a plus aucune des caractéristiques des sauvages des cabinets de curiosité. Pour survivre, elle coud, ce qui prouve le succès de sa normalisation comme femme. Enfin, elle vend le récit de son histoire, et, dans un effet de miroir entre son humble demeure et les salons littéraires, elle accepte les visites des philosophes et de quelques curieux.

  • 63 Monboddo, Account of a Savage Girl, cit., “Preface” p. xviii.

44Pourtant, à l’élévation morale correspond un dépérissement physique. Il s’agit d’un des aspects problématiques de la civilisation elle-même, qui va de pair avec la perte de souplesse, de force, de liberté. Cette histoire est classique : c’est déjà celle de Pocahontas (Virginie, ca 1595 – Gravesend, 21 mars 1617), dont les Britanniques connaissent la trajectoire depuis le xviie siècle, et qui devient une véritable légende au xixe. On pourrait donc lire l’étude de Monboddo comme une actualisation de ce premier récit du coût de la civilisation. Mais son but est autre : celui de tracer les étapes mêmes de la civilisation, à partir d’une condition animale jusqu’à un état civil, en laissant ouverte la question corollaire de la sagesse et du bonheur croissants63.

  • 64 Monboddo, Origin and Progress of Languages, cit., vol. I, pp. 193-194 et 478-479. Il cite comme sou (...)

45C’est à travers la référence à Rousseau que l’histoire, qui répond en grande partie aux canons littéraires de son temps, entre récit de voyage et roman, devient une réflexion sur la capacité humaine de « perfectionnement ». La description de la jeune fille sauvage, qui pousse des cris et émet des sons gutturaux, permet à Monboddo d’aborder la thématique centrale de son principal ouvrage, celui sur le langage : le « language arose from natural cries », et les premières langues, parlées principalement par la gorge, sont caractérisées par des consonances gutturales – comme celle des Hurons qui est, parmi les langues connues, la plus imparfaite et donc la plus proche du langage primordial64. Dans la correspondance que Monboddo entretient avec James Harris, entre le milieu des années 1760 et le milieu des années 1770, c’est cette hypothèse qu’il élabore : le lien indissoluble entre capacité de s’exprimer et progrès de l’esprit.

  • 65 Monboddo à James Harris, Edimbourg, le 26 mars 1766, dans William Knight, Lord Monboddo and Some Hi (...)

In tracing the progress of language, you at the same time trace the progress of human understanding.65

46Les pages finales du récit de la « jeune fille sauvage » disent ce qu’enseigne l’histoire de Marie Angélique : si le lecteur « simple » y trouve un divertissement, comme il peut en trouver un dans la lecture de Robinson Crusoé, le philosophe peut en tirer bien d’autres conséquences. Il peut voir, à travers cet exemple, que :

  • 66 Monboddo, Account of a Savage Girl, cit., “Preface” p. xvi; italiques dans l’original.

Though man is by his natural bent and inclination disposed to society, like many other animals, yet he is not by natural necessity social, nor obliged to live upon a joint stock, like ants or bees; but is enabled, by his natural powers, to provide for his own subsistence.66

47Pour Monboddo, comme pour Rousseau, les animaux sont contraints à la vie grégaire contrairement à l’homme. C’est aussi avec le philosophe genevois qu’il partage l’idée selon laquelle l’orang-outang sans langage est la preuve de l’origine sauvage de l’humanité, comme le postulaient déjà les Anciens, Horace et Diodore de Sicile – sources toujours citées par le juge écossais.

  • 67 Ibid., p. xviii ; voir aussi Origin and Progress of Language, cit., vol. I, p. 409-410. La phrase d (...)

In tracing back the long line of man’s progression, he will discover another state of our nature, even beyond that in which this girl was, however near it may seem to the original, I mean the state before language was invented, that is, the communication of general ideas, by the articulation of the voice, when men were literally, as the poet [Horace] describes them, mutum et turpe pecus: For it is impossible to suppose, that language, the most wonderful art among men, should have been born with us.67

  • 68 Monboddo, Account of a Savage Girl, cit., p. xvi. Voir aussi Antient Metaphisics, cit., vol. III, A (...)

48Les spéculations des philosophes modernes, qui prétendent que l’homme est toujours le même animal, même s’il passe à travers différentes étapes et conditions, ne sont pas seulement absurdes, mais elles sont aussi « contredites » par « the whole history of mankind »68. En d’autres termes, selon Monboddo, il y a une discontinuité totale dans la nature humaine, et celle-ci est due à son histoire :

  • 69 Monboddo, Account of a Savage Girl, cit., p. xvii ; italiques dans l’original.

Those superior faculties of mind, which distinguish our nature from that of any other animal on this earth, are not congenial with it, as to the exercise or energy, but adventitious and acquired, being only at first latent powers in our nature, which have been evolved and brought into exertion by degrees, in the course of our progression above mentioned, from one state to another69.

49L’homme rationnel est né de l’animal, et la raison dérive de la sensation animale. Payant son tribut à Linné, faisant de Rousseau sa source, Monboddo revendique une place parmi ceux qui participent à l’élaboration de la science de l’homme.

  • 70 Monboddo à John Pringle, 16 june 1773, dans Knight, Lord Monboddo, cit., pp. 84-5.

As to the humanity of the Orang-Outangs, and the story of the men with the tails, […] I have only followed Linnaeus, and I think I have given a better reason than he has done for the Orang-Outang belonging to us.70

  • 71 Monboddo, Origin and Progress of Language, vol. I, p. 144; italiques dans l’original.
  • 72 Aaron Garrett, “Human Nature”, dans The Cambridge History of Eighteenth-century Philosophy, éd. Knu (...)

50L’histoire du genre humain se donne donc à lire comme celle d’un cheminement de l’animalité à l’humanité complète : non seulement tous les peuples, y compris les plus avancés et les plus éduqués, ont été des barbares dans le passé, mais « man himself was originally a wild savage animal, till he was tamed, and, as I may say, humanized, by civility and arts »71. En soulignant le parallèle entre les traits bestiaux de la jeune fille sauvage et les caractères humains de l’orang-outang, Monboddo révèle la perméabilité des classifications « homme »/« femme », « animal », ainsi que la perfectibilité de l’espèce humaine. En cela, il est aussi un ardent défenseur de l’antique méritocratie et il voit dans l’orang-outang moins la société égalitaire de Rousseau que « a natural gentleman emerging from the undifferentiated herd »72.

51Sans pouvoir établir de lien explicite entre ses théories et ses positions politiques, il convient cependant d’indiquer que non seulement, comme on l’a vu plus haut, c’est un farouche opposant de la loi écossaise de 1778, mais que, selon le témoignage de son adversaire politique et philosophique d’Aberdeen, James Beattie, Monboddo se serait même exprimé en faveur d’un retour de l’esclavage dans la métropole britannique, pour les classes les plus pauvres :

  • 73 Voir la lettre de Beattie, en date du 17 décembre 1779, à Beilby Porteus, évêque de Londres et acti (...)

Whether he justifies their conduct towards the Helots, I do not remember; but I have heard him seriously maintain, that slavery is the state that is most proper for peasants, and that they and the cattle ought to be annexed to the soil, and bought and sold along with it.73

52Monboddo, toujours selon Beattie, affirmait sans pudeur que

  • 74 James Beattie, “On the Lawfulness and Expediency of Slavery, particularly that of the Negroes, Writ (...)

[...] in men, as well as in horses, nothing can be great but what is noble.74

53On pourrait alors avancer l’hypothèse que les différences naturelles entre les hommes ne suivent pas une ligne de partage basée sur la peau ou l’aspect physique, mais qu’elles ont à voir avec des questions sociales, politiques et historiques. L’Ancient Metaphysics invite le lecteur à ne pas croire que

  • 75 Monboddo, Antient Metaphysics, cit., vol. III, pp. 144-145, note.

[...] the qualities of the mind depend on the features of the face, any more than upon the colour of the skin or the nature of the hair.75

  • 76 Ibid. David Hume, “Of National Characters” (1748), dans Essays Moral, Political and Literary, éd. E (...)

Monboddo s’oppose à ses confrères écossais prêts à défendre l’infériorité des uns contre la supériorité des autres, les Européens. Il s’attaque à l’historien et philosophe écossais David Hume, et en particulier à un passage dans lequel ce dernier affirme l’infériorité des Noirs et met en doute leur capacité à se civiliser, tout en s’opposant, par ailleurs, au système de l’esclavage76. Contre ce pilier des Lumières écossaises, il n’hésite pas à rappeler que les Égyptiens, la vraie source du savoir grec, étaient un peuple africain qu’aucun peuple de l’Europe modern n’était parvenu à égaler.

La synthèse du planteur, ou le corps au service de l’esclavagisme

54Le débat britannique sur l’humanité ou la bestialité des Noirs n’est donc pas tranché par Lord Monboddo, qui, comme on vient de l’esquisser, tout préoccupé qu’il est de la question de la science de l’homme, n’est pas pour autant en quête d’une articulation explicite de ses positions savantes et politiques. C’est à Edward Long, Lieutenant-governor et juge de la Vice admiralty court de la Jamaïque, que revient de mettre l’accent sur les Noirs esclaves, alors que Monboddo avait centré son analyse sur la question de l’homme sauvage en tant que tel et sur l’invention du langage.

  • 77 L’île passe de la domination espagnole à celle de l’Angleterre pendant le protectorat de Cromwell e (...)
  • 78 Anthony Barker insiste sur cet aspect, qu’il considère nécessaire pour mettre en contexte l’ouvrage (...)

55L’History of Jamaica est publiée en 1774 : le livre paraît alors que son auteur est de retour dans la métropole, après un séjour de plus que dix ans (entre 1757 et 1769) en Jamaïque au service de la Couronne ; il est reçu très positivement par les principales revues britanniques et s’impose rapidement auprès du public. La Monthly Review en particulier, l’un des principaux journaux savants de l’Angleterre, en fait l’éloge pour la qualité des détails et des informations utiles et de première main qui sont fournies sur l’économie d’une colonie pivot du système impérial britannique77. Le compte-rendu anonyme va jusqu’à exalter l’humanitarisme de Long, pour l’importance qu’il accorde au bon traitement des esclaves et la critique de la « plantocratie » jamaïcaine qu’il cherche à rationaliser78. En conclusion l’article recommande l’ouvrage de Long à toutes sortes de lecteurs, le voyageur comme le politique, le philosophe ainsi que le marchant ou le médecin, qui pourra aussi y trouver des informations importantes :

  • 79 Monthly Review, vol. 51 (1774), p. 441.

We cannot in justice but recommend this History to a place in every library. The literary traveler will find information in it; the senator instruction. You can see in the author the philosopher, the planter, the merchant, the physician, and the friend.79

56De manière symptomatique, il ne fait à aucun moment allusion à un aspect central de l’ouvrage : celui-ci est, d’abord et avant tout, un fervent plaidoyer en faveur du système esclavagiste et, dans cette lignée, il est porteur d’une image extrêmement négative des Noirs. L’History of Jamaica s’inscrit en effet au cœur du débat ouvert par le cas Somersett et son auteur, avant de s’imposer comme « l’historien » de la Jamaïque, s’est d’abord illustré comme un pamphlétaire : en réaction à la sentence prononcée dans cette affaire, le juge de l’Admiralty Court de la Jamaïque rédige et publie, dès 1772, les Candid Reflections upon the Judgement lately awarded by the Court of King’s Bench, in what is commonly called The Negroe Cause, qui circule sous le sceau de l’anonymat. En effet, le texte est signé « by a Planter », le choix de l’auto-désignation par l’activité économique correspondant à la mise en exergue d’une compétence dans le jugement sur le jugement, due à une expérience de terrain.

  • 80 Edward Long, Candid reflections upon the Judgement Lately Awarded by the Court of King’s Bench, in (...)

57De ce pamphlet, on ne retiendra qu’un aspect : il fait appel au Common Law pour affirmer que le statut légal des Noirs est celui d’une « merchandize », un produit, une propriété. Cela a été établi non seulement par les codes coloniaux, mais aussi par les principes et coutumes du commerce britannique, et a été approuvé par la succession des rois et parlements anglais, avec le consentement de tout le royaume : l’esclavage est partie intégrante de la constitution anglaise elle-même, et les Africains en Amérique ont un statut légal comparable à celui des vilains de l’Angleterre médiévale. Un autre élément est ajouté à ce plaidoyer pro-esclavagiste : les Africains sont les instruments nécessaires à la colonisation de l’Amérique80.

58L’argumentation de Long présente d’importantes similitudes avec celle d’un autre-porte parole de l’empire, Samuel Estwick : représentant à Londres de la Barbade, il est l’auteur des Considerations on the Negroe Cause Commonly So Called, rédigées elles aussi en réaction à la sentence prononcée dans le cas Somersett, et publiées au cours de la même année 1772, dans deux éditions différentes. Estwick et Long, au nom de la défense de l’esclavage, partagent la même vision de l’humanité : les Noirs et les Anglais ne sont pas également des êtres humains, comme dans le cas des animaux,

[...] each kind having its proper species subordinate thereto.

En conséquence de quoi :

  • 81 Samuel Estwick, Considerations on the Negroe Cause Commonly So Called, Addressed to the Right Honou (...)

May it not be more perfective of the system, to say, that human nature is a class, comprehending an order of beings, of which man is the genus, divided into distinct and separate species of men?81

59Long mobilise le schéma conceptuel de la grande chaîne de l’être pour reléguer le Noir au niveau le plus bas de l’échelle humaine, selon une hiérarchie des couleurs qui donne au mulâtre une place intermédiaire entre le Blanc et le Noir : les mûlatres

  • 82 Ibid., vol. II, p. 333, dans la section sur “Freed Blacks and Mulattos”.

[...] form the centre of connexion between the two extremes, producing a regular establishment of three ranks of men, dependent on each other, and rising in a proper climax of subordination, in which the Whites would hold the highest place.82

  • 83 Jordan, White over Black, cit., p. 228.

En conclusion, les Noirs qui ont développé leurs potentialités au maximum, diffèrent des autres hommes « in species ». Comme l’a noté Winthrop Jordan dans une étude qui reste fondamentale, la force du modèle conceptuel que représente de la grande chaîne de l’être réside dans sa capacité à universaliser le principe de la hiérarchie. La popularité de cette référence, dans différents milieux et types de débats, est particulièrement intéressante dans une période où le principe de la hiérarchie des groupes humains au sein de l’organisation sociale se trouve mis en question à travers le débat sur l’esclavage83.

  • 84 Long attaque en particulier James Beattie, qui dans An Essay on the Origin and Immutability of Trut (...)

60L’History of Jamaica franchit un pas dans ce qui devient une lutte politique entre deux camps opposés : elle se donne à lire comme un attaque contre ceux qui cherchent, sur la base des « principes creux de philanthropie », à combattre l’esclavage en exaltant « à tort » les capacités des Noirs, et atténuant leurs monstruosités physiques84. En s’opposant à ce « philanthropisme », le gouverneur de la Jamaïque réagit au nom de la prospérité économique de l’empire britannique. Ainsi le troisième livre du second volume s’ouvre sur « The general remarks on Negroes », et cite verbatim, mais sans l’indiquer, le passage d’Estwick sur la place du Noir dans la grande chaîne des êtres. C’est pourquoi la question du corps occupe une place centrale dans son propos, ce qui le conduit à puiser aussi ses ressources dans l’histoire naturelle et l’anatomie, intéressées depuis presque un siècle à ce thème.

  • 85 Hume considère l’abolition de l’esclavage comme la principale différence, et supériorité, entre le (...)
  • 86 Long, History of Jamaica, cit., vol. 2, pp. 353-354.
  • 87 Barker, The African Link, cit., pp. 46-48, 163-177.

61En vue d’expliquer les particularités physiques des Noirs, Long présente et discute les différentes théories anatomiques qui sont disponibles pour lui : de celles du xviie siècle, à celle plus récentes, Buffon en particulier. Par ce système de références, il entend assoir son analyse sur des considérations scientifiques et fonder son crédit sur l’expérience de l’homme de terrain, comme sur la culture du membre respectable de la République des Lettres qu’il est. En s’appuyant sur l’autorité de Tyson, Buffon ou Hume, dont il omet d’indiquer la position antiesclavagiste85, Long affirme que les Africains représentent une exception dans le genre humain, se distinguant comme l’unique peuple qui ne dispose d’aucune qualité positive, ou capacité de progrès et perfectibilité « in civility or science ». Il insiste sur le fait que « Negroes debases their nature even below that of brutes », au point qu’ils sont « the vilest of the human kind », depuis toujours et à jamais. L’infériorité des Noirs par rapport aux Blancs se fonde sur la superposition de caractéristiques physiques et mentales : une peau de couleur sombre, de la laine en guise de cheveux, un nez écrasé, les lèvres charnues, des femmes aux tétons énormes, une odeur fétide et bestiale, les Noirs, violents et paresseux, sont prêts à tous les excès, privés de toute ingéniosité, sans morale et sans goût. Ces caractéristiques sont données et originelles, fruit des actes créateurs de la divinité, et elles ne dépendent pas des effets du climat – contre la thèse développée par Buffon pour expliquer les « variétés » humaines. Les Africains sont, en synthèse, « a brutish, ignorant, idle, crafty, treacherous, bloody, thievish, mistrustful and superstitious people »86. La violence verbale de Long est telle que l’abolitionniste William Wilberforce le citera directement dans ses discours au Parlement comme exemple d’absence de compassion et d’humanité, de sens moral et piété religieuse87.

62Mélange souvent confus de références à la grande chaîne des êtres et au polygénisme ambiant, le système général du monde de Long fait aussi sa place au singe : « the monkey kind, or anthropomorphites, so called by naturalists, because they partake more or less of the human shape and disposition », pourrait constituer « the palpable link which unites the human race with the quadruped, not in exterior alone, but in the intellectual quality ». À travers toute une gradation de singes,

  • 88 Long, History of Jamaica, cit., vol. 2, p. 358.

we come to the ouran-outang species, who have some trivial resemblance to the ape-kind, but the strongest similitude to mankind, in countenance, figure, stature, organs, erect posture, actions or movements, food, temper, and manner of living. [...] If he is a creature sui generis, he fills up the space between mankind and the ape, as this and the monkey tribe supply the interval that is between the oran-outang and quadrupeds.88

  • 89 Ibid., p. 370, note.
  • 90 Ibid., p. 371.

63L’humanisation du singe à travers la préposition « he », ne peut pas échapper dans une description qui inclut le physique et le tempérament, la contenance ainsi que la manière de vivre. Long puise ses références auprès de Tyson, Linné, Buffon et Monboddo, ainsi qu’auprès d’une vaste littérature de voyage et des sources classiques. Tout au long de ce chapitre sur les Noirs, il utilise plus particulièrement les descriptions de Buffon, malgré les conclusions auxquelles aboutit le naturaliste français, en même temps qu’il reconnaît sa dette envers Monboddo, « an ingenious modern author », qui a fourni les preuves que le langage n’est pas un cadeau de la nature, mais le produit de l’art, et qui a montré que « mankind are truly in their natural state a mutum pecus »89. La dette envers Monboddo permet de récuser Buffon qui, contre toute logique selon Long, décrit l’orang-outan avec tous les organes humains, mais en prétendant qu’ils ne servent à rien. Il est absurde de le présenter comme un être qui « has the eyes, but sees not ; ears has he, but hears not ; he has a tongue, and the human organs of speech, but speaks not, he has the human brain, but does not think… »90. Un naturaliste devrait savoir, poursuit l’historien de la Jamaïque, que l’on manque encore d’informations sur le cerveau des grands singes et de travaux sur leurs capacités à être éduqués. Long s’installe dans la position de l’observateur/savant expérimental par opposition à celle du naturaliste français, qui repose sur la conjecture :

  • 91 Ibid.

For my own part, I conceive that probability favours the opinion, that human organs were not given him for nothing: that this race have some language by which their meaning is communicated; whether it resembles the gabbling of turkies like that of the Hottentots, or the hissing of serpents, is of very little consequence, so long as it is intelligible among themselves…91

  • 92 Ibid., p. 370.

64La référence aux Hottentots n’est nullement accidentelle comme elle pourrait sembler l’être dans ce passage. Elle permet à Long d’arriver au point suivant de son raisonnement « …nor, for what hitherto appears, do they seem at all inferior in the intellectual faculties to many of the Negroes race…. »92. En pratique, poursuit Long, c’est Buffon lui-même qui lui fournit ses arguments quand il introduit la distinction entre le physique et le moral. Ce sont les théories buffonniennes elles-mêmes qui permettent de déduire que un orang-outang « is a human being, quoad his form and organs, but of an inferior species, quoad his intellect ». De la même manière, on peut alors souvenir que les Noirs sont une espèce en soi, en fonction de leurs caractères physiques, qui influencent aussi les organes de l’intellect et du cerveau. En fait :

  • 93 Ibid., 371.

[...] the brain, and intellectual organs, so far as they are dependent upon meer matter, though similar in texture and modification to those of other men, may in some of the Negroe race be so constituted as not to result to the same effects.93

65En d’autres termes, s’il est possible de trouver des hommes incapables de parler – comme Rousseau en avait fait l’hypothèse et Monboddo l’avait montré – il devient également possible d’imaginer l’existence d’êtres capables de parler, mais non totalement humains. C’est la logique de la grande chaîne des êtres, reprise des arguments du médecin anatomiste Tyson, qui permet à Long de tracer la ligne qui descend de l’homme blanc au noir, puis de l’homme à l’animal. L’History of Jamaica mobilise la divinité elle-même, comme principe ordonnateur de l’univers :

  • 94 Ibid.

We cannot but allow, that the Deity might, if it was his pleasure, diversify his works in this manner, and either withhold the superior principle entirely, or in part only, or infuse it into the different classes and races of human creatures, in such portions, as to form the same gradual climax towards perfection in the human system, which is so evidently designed in every other.94

66Dans un même mouvement, Long humanise l’orang-outang et animalise la « race monstrueuse » des Hottentots selon la classification linnéenne. Les singes anthropomorphes sont décrits comme des créatures « sui generis », qui se rapprochent fortement de l’homme ; ils sont capables de compassion et d’humanité :

  • 95 Les descriptions du comportement éduqué et modeste des singes exhibés dans la haute société contrib (...)

[...] leur disposition shews a great degree of social feeling; they seem to have a sense of shame, and a share of sensibility [...]. Nor must we omit the expression of their grief by shedding tears, and other passions, by modes entirely resembling the human.95

67Les Hottentots, en revanche, sont des animaux à tous les effets, et de la pire espèce. Long, dans son extrémisme, déclare, sur la base des témoignes les plus fiables selon lui :

  • 96 Long, History of Jamaica, cit., vol. 2, p. 364.

Ludicrous as the opinion may seem, I do not think that an Oran-Outang husband would be any disgrace to an Hottentot female; for what are these Hottentots? They are, say the most credible writers, a people certainly very stupid, and very brutal. In many respects they are more like beasts than men; their complexion is dark; they are short and thick-set; their nose is flat, like those of a Dutch dog; their lips very thick and big; their teeth exceedingly white but very long, and ill set, some of them sticking out of their mouths like boars tusks; their hair black, and curled like wool; they are very nimble, and run with a speed that is almost incredible; they are very disagreeable in their persons, and, in short, taking all thing together, one of the meanest nations on the face of the earth.96

  • 97 C’est ce que notera, quelques années plus tard, l’abolitionniste qui fait champagne jusqu’en Écosse (...)

68Dans le discours de Long se rejoue une distance raciale, mais aussi sociale entre Noirs et Blancs, entachée de sexisme97. C’est ce qu’il a déjà anticipé, dans des termes différents mais également emprunts de dégoût, dans son pamphlet sur le cas Somerset, où il renverse le topos masculin-féminin, pour souligner la même monstruosité d’un acte sexuel contraire à la nature :

  • 98 Long, Candid reflections, cit., pp. 48-49.

The Lower class of women in England are remarkably fond of the black, for reasons too brutal to mention: they would connect themselves with horses and asses, if the laws permitted them.98

  • 99 Thomas Jefferson, Notes on the State of Virginia (1782), éd. William Peden, Chapel Hill : Universit (...)

69Une telle assertion n’est cependant pas unique dans cette période, parmi les esclavagistes comme les anti-esclavagistes. Thomas Jefferson, par exemple, souligne l’attraction des hommes noirs pour les femmes blanches, en fonction d’une impulsion « naturelle », selon lui, vers le perfectionnement. Suivant une logique symétrique, il note que les orangs-outangs sont attirés par les femmes noires. à souligner le fait que cette réflexion se situe dans un passage de son œuvre consacré à la beauté supérieure des femmes blanches99.

70Long franchit un pas lorsqu’il souligne que entre orangs-outans et Nègres il y a « the most intimate connexion and consanguinity », et qu’il s’agit d’une information « crédible » :

  • 100 Long, History of Jamaica, vol. 2, p. 370. C’est ici que Long place sa note dans laquelle il cite fa (...)

The amorous intercourse between them may be frequent; the Negroes themselves bear testimony that such intercourses actually happen; and it is certain, that both races agree perfectly well in lasciviousness of disposition.100

En d’autres termes, les similarités corporelles et celles de comportement s’inscrivent dans une même logique comparative. L’aboutissement cohérent de ce raisonnement se trouve dans la question de Long :

Has the Hottentot from this portrait, a more manly figure than the oran-outang?

71Dans sa réponse, il souligne l’inconsistance des conclusions de Buffon, ainsi que de Tyson, qui avaient pourtant établi toutes les preuves de l’alliance structurelle entre homme et orang-outang :

  • 101 Ibid., p. 365.

That the oran-outang and some races of black men are very nearly allied, is, I think, more than probable; Mr. Buffon supports his deductions, tending to the contrary, by no decisive proofs.101

  • 102 Ibid., p. 371.

72Long fait de la ligne de partage entre l’homme et l’animal une ligne constamment perméable. A mesure que les animaux se rapprochent des hommes, une partie des hommes est décrite comme de plus en plus proche des bêtes, au point de s’y confondre presque complètement : la figure du Hottentot se superpose alors à celle de l’orang-outang qui « has in form a much nearer resemblance to the Negroe race, than the latter bear to White men »102.

73Appliquées à la question de l’esclavage, ces constructions théorico-empiriques ne sont pas sans conséquences : le système de la traite, rationalisé et libéré de ses aspects les plus cruels, trouve sa justification théorique dans la mission civilisatrice de l’homme blanc. Elle devient, dans les colonies anglaises, une « mild and benevolent institution », qui contribue à arracher l’Afrique de la barbarie, en la libérant de ses criminels et en l’intégrant dans le système commercial du monde. Dans le même temps, elle donne aux Noirs la meilleure opportunité d’éducation, par le travail, seuil d’accès à la société civile. En synthèse :

  • 103 Ibid., p. 371.

The system of man [l’esclavage] will seem more consistent, and the measure of it more complete, and analogous to the harmony and order that are visible in every other line of the world’s stupendous fabric.103

74En mêlant ainsi stéréotypes traditionnels et « nouvelle » science de l’homme, Long abolit toute distinction entre l’âme et le corps, l’animal et l’humain, et jette les fondements d’une vulgaire philosophie raciste à utiliser comme soutien du système esclavagiste.

Dénouement ?

  • 104 Petrus Camper, “Account of the Organs of Speech of the Orang Outang”, Philosophical Transactions, v (...)
  • 105 Camper, “Account”, cit. Voir Tinland, L’homme sauvage, cit., pp. 118-122.
  • 106 Petrus Camper, The Works of the Late Professor Camper, on the Connexion between the Science of Anat (...)

75En 1779, l’année où Monboddo commence a publier son Antient Metaphysique, le médecin de Groningue Petrus Camper divulgue les résultats de ses dissections opérées sur plusieurs orangs-outans. A presque un siècle de distance de Tyson, dans les mêmes Philosophical Transactions, un « Account of the Organs of Speech of the Orang Outang »  expose la solution médicale à la question de l’identité supposée entre les organes des animaux et ceux des humains104. Il montre que, non seulement la position debout n’est pas naturelle chez l’orang, qui est en fait un quadrupède, mais aussi que les organes de la parole ne sont pas identiques, comme l’avait soutenu Tyson. L’orang-outang ne parle pas parce qu’il ne peut pas parler, et la cause s’en trouve dans la structure de son larynx, dans « the texture of their organs »105. En outre, les organes de la reproduction rapprochent davantage les grand singes de l’espèce canine que de l’humaine, ce qui contredit les soi-disant mélanges sexuels, évoqués par Buffon comme une possibilité, formulés par Rousseau comme une hypothèse plausible, et défendues par Monboddo et Long. La conclusion de Camper est simple : les différences observables entre l’orang-outang et l’homme sont évidentes et indiquent la limite que le Créateur a voulu poser entre les différentes classes d’animaux106.

76Les naturalistes modernes ont, selon lui, exagéré les points de ressemblance entre l’orang-outang et l’homme, mais si l’on regarde dans le détail chaque partie de la tête, de telles ressemblances doivent être clairement redimensionnées. C’est pourtant le même Camper, considéré comme le père de l’anthropométrie, qui, dans une série d’esquisses, se met à tracer une ligne de l’angle facial descendante, graduelle et continue, qui conduit du Grec antique, ou du Georgien, jusqu’au Noir et à l’orang-outang. C’est ce schéma qui donne un principe d’organisation à son cabinet naturaliste – n’en déplaise à Savérien.

  • 107 Camper, Works, cit., p. 50.

It is amusing to contemplate an arrangement of these [skulls] placed in a regular succession: apes, orangs, negroes, the skull of an Hottentot, Madagascar, Celabese, Moguller, Calmuck, and divers Europeans. It is in this manner that I arranged them in a shelf of my cabinet, in order that those differences might become more obvious.107

  • 108 Voir Miriam C. Meijer, Race and Aesthetics in the Anthropology of Petrus Camper (1722–1789), Amster (...)

77Mais il ne s’agit ici que d’une curiosité esthétique, même si elle n’est pas sans implications. Chrétien fervent et monogéniste convaincu108, Camper rejette comme une « notion extravagante » l’assimilation de l’humain à l’animal :

  • 109 Camper, Works, cit., p. 32.

The striking resemblance between the race of Monkies and of Blacks, particularly upon a superficial view, has induced some philosophers to conjecture that the race of blacks has originated from the commerce of the whites with ourangs and pongos; or that these monsters, by gradual improvements, finally become men.109

  • 110 Schiebinger, “The Gendered Ape”, cit., p. 79. Camper distingue l’orang-outang de Tyson (aujourd’hui (...)

78Grâce à ses réseaux hollandais de l’East Indian Company, Camper peut se procurer un nombre important de grands singes (huit au total, dont cinq font l’objet de ses dissections), ce qui renforce son autorité par rapport à Tyson et lui permet de mettre un terme (provisoire) aux doutes que celui-ci avait formulés un siècle plus tôt pour tout le xviiie siècle110. C’est du moins l’opinion qui se diffuse dans le monde britannique dans les années 1780s.

  • 111 Voir, parmi de nombreux exemples : James Dunbar, Essays on the History of Mankind in Rude and Culti (...)

79Sans ouvrir ce nouveau chapitre, ce qui m’intéresse de souligner, pour conclure ma réflexion, est que la « découverte » de Camper de l’existence des différences physiques entre l’orang-outang et l’homme est souvent évoquée par les anti-esclavagistes britanniques qui, en réponse à Long, utilisent eux aussi la « science » pour leur propre cause. Camper leur donne un argument « objectif », à savoir structurel et commensurable pour montrer la diversité incommensurable entre Noir et singe111.

  • 112 Eberhard August Wilhelm von Zimmermann, Zoologie géographiques, Cassel : De l’imprimerie française (...)
  • 113 Compte-rendu de Zimmermann, “Geographical History of Man and Quadrupeds”, Monthly Review, vol. 80 ( (...)

80La conséquence en est la présence de plus en plus fréquente, dans le débats britanniques des années 1780s, des naturalistes allemands tels que Eberhardt August von Zimmermann et Johann Friedrich Blumenbach, aux côtés de Camper. Dans leurs analyses, les enfants sauvages deviennent une exception humaine qui, en tant que telle, « ne nous apprend absolument rien touchant l’état naturel de l’homme ». Dans les termes de Zimmermann, prendre appui sur ces exceptions « c’est vouloir étudier la Physiologie, par l’observation d’un homme attaqué de la plus violente des maladies »112. Au même temps, le corps de l’humain est définitivement distingué de celui de l’orang-outang. C’est encore la Monthly Review qui enregistre le triomphe des observations anatomiques sur le système crâne-colonne vertébrale, face à tous ceux qui, à commencer par Rousseau et Monboddo, avaient replié l’homme sur ses quatre pattes113. La voie est ainsi ouverte à la possibilité d’établir les spécificités et les singularités de l’homme par rapport au singe sur de nouvelles bases, qui permettent d’abandonner l’idée héritée des Anciens que les animaux manquent d’âme : dans ce débat, le corps finit par triompher.

Haut de page

Notes

1 Alexandre Savérien, « Discours Préliminaire sur l’Histoire Naturelle » de Histoire des naturalistes, dans Histoire des Philosophes modernes, Paris, Bleuet et Guillaume, 1773, tome VIII, p. LXIX.

2 Georges Gusdorf, « Préface », dans Franck Tinland, L’Homme sauvage : « Homo ferus » et « homo sylvestris » : de l’animal à l’homme, Paris : L’Harmattan, 1968, p. 7.

3 Cette question a été centrale dans la réflexion de Sergio Moravia, “Moral-Phisique : Genesis and Evolution of a Rapport”, dans Enlightenment Studies in Honour of Lester G. Crocker, éd. Alfred J . Bingham et Virgil W. Topazio, Oxford : Voltaire Foundation, 1979 ; Id, La scienza dell’uomo nel ’700, Bari : Laterza, 1970. Voir aussi la mise au point de Robert Wokler, “From l’homme physique to l’homme moral and Back : Towards a History of Enlightenment Anthropology”, History of Human Sciences, vol. 6 (1993) : pp. 121-138.

4 Gusdorf, “Préface”, op. cit., p. 8.

5 Voir Fauna svecica (1746), Stockholm : L. Salvii, 1761, p. 3. Sur ce point, Nicholas Hudson, “From Nation to Race : the Origin of Racial Classification in Eighteenth-century Thought”, Eighteenth-Century Studies, vol. 29, (1996), p. 253; Gunnar Broberg, “Homo sapiens : Linnaeus’s Classification of Man,” dans Linnaeus : The Man and his Work, éd. Tore Frängsmyr, Berkeley-Los Angeles-Londres : University of California Press, 1983, pp. 156-94.

6 Buffon, « Discours sur la nature des animaux », dans Histoire naturelle générale et particulière, 36 vols., Paris : Imprimerie Royale, 1749-1789, vol. IV, 1753, p. 3. Sur la centralité de la méthode comparative dans l’étude de la nature de Buffon, voir Thierry Hoquet, Buffon : histoire naturelle et philosophie, Paris : Honoré Champion, 2005.

7 Ibid.

8 Dans une abondante littérature, voir les études classiques de : Winthrop D. Jordan, White over Black. American Attitudes Toward the Negro, 1550-1812, Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1968; Anthony J. Barker, The African Link : British Attitudes to the Negro in the Era of the Atlantic Slave Trade, 1550–1807, Londres : Frank Cass and Co, 1978. Plus récemment, voir Emma Rothschild, The Inner Life of Empires : An Eighteenth-Century History, Princeton University Press, 2011.

9 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. II (1749), p. 439.

10 Ibid. vol. IV (1753), p. 96. Voir Michèle Duchet, « L’anthropologie de Buffon », dans Buffon, De l’Homme, Paris :,Maspero, 1971, pp. 7-36.

11 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV (1766), p. 30.

12 L’anatomiste hollandais Nicolaas Tulp avait appelé « orang-outan », ou « Satyrus Indicus », le chimpanzé qu’il avait disséqué en 1641 et décrit dans ses Observationum medicarum libri tres : Cum aeneis figuris, Amsterdami : Apud Ludovicum Elzevirium, 1641, livre 3, pp. 274-279. Tyson lui emprunte sa terminologie. Voir Richard Nash, « Tyson’s Pygmie : the Orang-outang and Augustan ‘Satyr’ », dans Ape, Man, Apeman : Changing Views since 1600, éd. Raymond Corbey and Bert Theunissen, Leiden : Leiden University, 1995, pp. 51-62.

13 Edward Tyson, Orang-Outang, sive Homo Sylvestris : or, the Anatomy of a Pygmie Compared with that of a Monkey, an Ape, and a Man. A Philological Essay Concerning the Pygmies, the Cynocephali, the Satyrs, and Sphinges of the Ancients, Wherein it Will Appear that They Are All either APES or MONKEYS, and not MEN, as Formerly Pretended, 2 vols. Londres : T. Bennett and D. Brown, 1699.

14 La biographie de Francis Ashley Montague constitue encore un bon point de départ : Edward Tyson, M.D., F.R.S. 1650-1708 and the Rise of Human and Comparative Anatomy in England, Philadelphia : American Philosophical Society, 1943. Voir, dans une production abondante : Stephen Jay Gould, “To Show An Ape”, dans The Flamingo’s Smile : Reflections in Natural History, New York : Norton, 1985, pp. 263-80; Robert Wokler, “The Gaze of Natural History”, dans Inventing Human Science, éd. Christopher Fox, Roy Porter et Robert Wokler, Berkeley : University of California Press, 1995, pp. 112-151 ; Id., “Tyson and Buffon on the orang-utan”, Studies on Voltaire and the eighteenth century, vol. 155, 1976, pp. 2301-2319.

15 On pourra, à titre d’exemple, s’appuyer sur la définition de « Monkey », proposée par Samuel Johnson dans A Dictionary of the English Language (I ed. 1755), III éd., Londres : A. Millar, 1766, vol. 2 : “An ape; a baboon; a jackanapes. An animal bearing some resemblance of man”.

16 Voir le sous-titre A Philological Essay Concerning the Pygmies, the Cynocephali, the Satyrs, and Sphinges of the Ancients, Wherein it Will Appear that They Are All either APES or MONKEYS, and not MEN, as Formerly Pretended, ainsi que “Preface” pp. 3 et 91.

17 Voir Gould, “To Show An Ape”, cit. Sur la grande chaîne des êtres, la référence classique reste Arthur O. Lovejoy, The Great Chain of Being. A Study of the History of an Idea. Cambridge : Harvard U. P., 1936.

18 Tyson, Orang-Outang, cit., p. 94.

19 Ibid., p. 5.

20 Ibid., “Epistle dedicatory”.

21 L’ouvrage se compose de 17 figures qui représentent l’orang-outang vu de dos, ses muscles, son squelette, ses organes internes (estomac, intestins, pancréas…), les organes de la reproduction, le thorax, le larynx, le cerveau. Les trois dernières images sont des copies des orangs outangs de Tulpius, Bontius et Gesner.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 55.

24 Ibid.; italiques dans l’original.

25 Wokler, “Tyson and Buffon on the orang-utan”, cit.

26 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV, (1766), pp. 62-66, notes en bas de pages ; il propose quelques variations de détail par rapport à l’examen de Tyson. Dans le 7ème volume des Suppléments à l’Histoire naturelle, publié en 1789, un an après sa mort, Buffon introduit la distinction entre le pongo et l’orang-outan (ou « jocko »), qu’il avait assimilés l’un à l’autre jusque là . Voir Wokler, “Tyson and Buffon on the orang-utan”, cit.

27 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV, p. 30.

28 Ibid., vol. XIV, p. 4.

29 Ibid. vol. II, p. 443.

30 Linnée, Systema Naturae (I éd. 1735), X éd., Stockholm : L. Salvii, 1758, vol. 1, p. 24.

31 Linné, Fauna svecica, cit., pp. 3-4.

32 Phillip R. Sloan, “The Buffon-Linneaus Controversy”, Isis, vol. 67 (1975) : pp. 356-75 ; Claude Blanckaert, “Contre la méthode. Unité de l’homme et classification dans l’anthropologie des Lumières”, dans La Fabrication de l’humain dans les cultures et en anthropologie, éd. Claude Calame et Mondher Kilani (Lausanne : Payot, 1999), pp. 111-26; Giulio Barsanti, « Linné et Buffon : deux visions différentes de la nature et de l'histoire naturelle », dans Les fondements de la botanique. Linné et la classification des plantes, éd. T. Hocquet, Paris : Vuibert, 2005, pp. 103-130.

33 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV, p. 30.

34 Ibid., vol. XIV, p. 32.

35 Voir Jordan, White over Black, cit., p. 229. Le chimpanzé/orang-outang de Tyson et Buffon est en fait africain ; il sera distingué seulement par Petrus Camper du véritable orang-outang asiatique.

36 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. III, p. 491 ; pour la comparaison entre « l’homme en société » et « l’animal en troupeau », voir Ibid., vol. IV, pp. 90 sq.

37 Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755), dans Œuvres complètes, éd. Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, 5 vols., Paris : Gallimard, 1959-95, vol. III, note 10, p. 211.

38 Buffon, Histoire naturelle, cit., vol. XIV, pp. 30-31.

39 Ibid., vol. XIV, pp. 31-32.

40 Comme le note de façon parfaitement claire Jordan, White over Black, op. cit., p. 238.

41 Malgré l’Union parlementaire de 1707, l’Écosse reste indépendante de l’Angleterre au plan juridique et maintient un système basé sur le droit romain.

42 Voir les notes sur la sentence, prises par le juge David Dalrymple, Lord Hailes, un collègue de Monboddo, Decisions of the Lords of Council and Session, from 1766 to 1791. Collected by David Dalrymple of Hailes, Bart., éd. M.P. Brown, William Pait, 1826, (n. 42), vol. 2, pp. 776-779 : “1778. January 15. Joseph Knight, a Negro, against John Wedderburn, Esq., Slave. State of a Negro brought into this country from the Plantations”. Voir le chapitre éclairant de John W. Cairn, “The Definition of Slavery in Eighteenth-Century Thinking : Nor the True Roman Slavery”, dans The Legal Understanding of Slavery : From the Historical to the Contemporary, éd. Jean Allain, Oxford : Oxford U. P., 2012, pp. 61-84; Id., “Knight v. Wedderburn”, dans The Oxford Companion to Black British History, éd. David Dabydeen, John Gilmore et Cecily Jones, Oxford : Oxford U. P., 2007, pp. 244-246; Id., “Stoicism, Slavery, and Law : Grotian Jurisprudence and Its Reception”, Grotiana (new Series) 22–23, Grotius and the Stoa, éd. Hans W. Blom et Laurens C. Winkel (2001-2), pp. 197-232 ; Rothschild, The Inner Life of Empires, cit., pp. 91-96.

43 James Burnet, Lord Monboddo, Of the Origin and Progress of Language, 6 vols., Édimbourg : J. Balfour; Londres : T. Cadell, 1773-92, vol. I (1773), pp. 174-176, et 272 sq.

44 Sur l’excentrisme de Monboddo, on rappellera le fameux commentaire sarcastique de Samuel Johnson, qui le décrit comme « as jelous of his tail as a squirrel », selon le témoignage de James Boswell, Journal of a Tour of the Hebrides, with Samuel Johnson (1773), III ed., revisited and corrected, Londres : Henry Baldwin, 1786, pp. 141 et 66. Le compte-rendu publié par Gilbert Stuart dans l’Édimbourg Magazine and Review est particulièrement violent : vol. II, (1774) : pp. 423-430. La Monthly Review est elle aussi critique, notamment face à l’Antient Metaphisics et à sa condamnation de la science moderne : vol. 49 (1773) : pp. 166-173 et 321-332; vol. 60 (1776), pp. 425-430 ; vol. 61 (1779) : pp. 191-200. Sur l’importance de Buffon pour la définition de l’homme des Lumières écossaises, voir Paul B. Wood, “Buffon’s Reception in Scotland : the Aberdeen Connection”, Annals of Science, vol. 44 (1987) : pp. 169-90; Id., “The Natural History of Man in the Scottish Enlightenment.” History of Science, vol. 27 (1989) : pp. 89-123 ; Silvia Sebastiani, The Scottish Enlighenment. Race, Gender and the Limits of Progress, New York : Palgrave-MacMillan, 2013.

45 Claude Lévi-Strauss, Le Totémisme aujourd’hui, Paris : Presses Universitaires de France, 1962 ; Id. « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme », dans Jean-Jacques Rousseau, éd. Samuel Baud-Bovy et al., Neuchâtel, La Baconnière, 1962, pp. 239-248.

46 Voir Robert Wokler, “Perfectible Apes in Decadent Cultures : Rousseau’s Anthropology Revisited”, Daedalus 107 (1978) : pp. 107–34 ; Christopher Frayling et Robert Wokler, “From the Orang-utan to the Vampire: Towards an Anthropology of Rousseau”, dans Rousseau after 200 Years. Proceedings of the Cambridge Bicentennial Colloquium, éd. R.A. Leigh, Cambridge : Cambridge U.P., 1982, pp. 109-129, qui invitent à regarder l’anthropologie de Rousseau non comme un partage entre peuples primitifs et peuples civilisés, mais plutôt en termes de relation entre l’homme et la bête.

47 Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité, cit., note 10, p. 208. C’est dans cette même note que Rousseau regrette le fait que : « depuis trois ou quatre cents ans que les habitants de l’Europe inondent les autres parties du monde et publient sans cesse de nouveaux recueils de voyages et de relations, je suis persuadé que nous ne connaissons d’hommes que les seuls Européens ; encore paraît-il aux préjugés ridicules qui ne sont pas éteints, même parmi les gens de lettres, que chacun ne fait guère sous le nom pompeux d’étude de l’homme que celle des hommes de son pays ».

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Ibid. pp. 142 et 162; Jean-Jacques Rousseau, Essai sur l’origine des langues, où il est parlé de la mélodie, et de l’imitation musicale (1781), Introduction et notes par Angèle Kremer-Marietti, Paris : Aubier Montaigne, 1974, pp. 210-213. Voir Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières (1971), Postface de Claude Blanckaert, Paris : Albin Michel, 1995, pp. 335 sq.

52 Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité, cit., note 3.

53 Mon propos ici n’est pas d’engager une nouvelle étude sur un transfert fort intéressant, comme l’a fait, par exemple, Arthur O. Lovejoy, « Monboddo and Rousseau », Modern Philology, vol. 30 (1932-33), pp. 275-296 ; voir aussi R.A. Leight, « Rousseau and the Scottish Enlightenment », Contributions to Political Economy, vol. 5 (1986), pp. 1-21.

54 Monboddo, Of the Origin and Progress of Language, II éd., Édimbourg : J. Balfour ; Londres : T. Cadell, 1774, livre II, chaps. 4 et 5 : “Of the Orang Outang. The account Buffon and Linneaus give of him examined (pp. 270-312) ; et “Continuation of the subject. General rules for definition. Application of those rules to the definition of animals in general and of man. That this definition applies to the Orang Outang. Differences between us and the Orang Outang accounted for” (pp. 313-360); voir vol. I, pp. 347-348, pour le parallèle entre orang-outan et Amérindiens : “Indeed, it appears to me, that they are not so much inferior to the Americans in civility and cultivation, as some nations of America were to us, when we first discovered that country”. C’est cette édition que j’utiliserai à partir de maintenant.

55 Alan Barnard, “Monboddo’s Orang Outang and the Definition of Man”. in Ape, Man, Apeman, cit., pp. 72-85.

56 Monboddo, Of the Origin and Progress of Language, vol. I, p. 311.

57 James Burnet, Lord Monboddo, Antient Metaphysics, 6 vols., London : Cadell, 1779-89, reprint avec une Introduction de Aaron Garrett, Bristol : Thoemmes Press, 2001, vol III Containing the History and Philosophy of Men, 1784. Voir Appendix, Dissertation 3, « The Difference between ;am and Brute further illustrated and explained, with additional Facts and Observations concerning the Oran Outang and Peter the Wild Boy », et notamment pp. 336-337.

58 Ibid. p. 367.

59 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris : Gallimard, 1975, p. 144.

60 James Burnet, Lord Monboddo, « Preface » à An Account of a Savage Girl, Caught Wild in the Woods of Champagne. Translated From the French of Madam H-T. With a Preface, Containing several Particulars Omitted in the Original Account, Édimbourg : A. Kincaid, E. Bell, 1768.

61 Julia Doutwhaite, « Rewriting the Savage : The Extraordinary Fictions of the ‘Wild Girl of Champagne’ », Eightennth-Century Studies, vol. 28, n. 2 (1994-1995), pp. 163-192; Ead, The Wild Girl, Natural Man, and the Monster : Dangerous Experiments in the Age of Enlightenment, Chicago : University of Chicago Press, 2002 ; Londa Schiebinger, “The Gendered Ape”, dans Nature’s Body. Gender in the Making of Modern Science. Boston : Beacon Press, 1994, pp. 75-114.

62 Douwhaite, “Rewriting the Savage”, cit.

63 Monboddo, Account of a Savage Girl, cit., “Preface” p. xviii.

64 Monboddo, Origin and Progress of Languages, cit., vol. I, pp. 193-194 et 478-479. Il cite comme source Gabriel Sagard, auteur d’un Grand voyage du pays des Hurons, Paris : Denys Moreau, 1632, ainsi que d’un Dictionnaire de la langue huronne, Paris : Denys Moreau, 1632.

65 Monboddo à James Harris, Edimbourg, le 26 mars 1766, dans William Knight, Lord Monboddo and Some His Contemporaries, London : John Murray, 1900, pp. 48-50.

66 Monboddo, Account of a Savage Girl, cit., “Preface” p. xvi; italiques dans l’original.

67 Ibid., p. xviii ; voir aussi Origin and Progress of Language, cit., vol. I, p. 409-410. La phrase d’Horace est reportée sur le frontispice même de l’Origin and Progress of Language.

68 Monboddo, Account of a Savage Girl, cit., p. xvi. Voir aussi Antient Metaphisics, cit., vol. III, Appendix 3, p. 377.

69 Monboddo, Account of a Savage Girl, cit., p. xvii ; italiques dans l’original.

70 Monboddo à John Pringle, 16 june 1773, dans Knight, Lord Monboddo, cit., pp. 84-5.

71 Monboddo, Origin and Progress of Language, vol. I, p. 144; italiques dans l’original.

72 Aaron Garrett, “Human Nature”, dans The Cambridge History of Eighteenth-century Philosophy, éd. Knud Haakonssen, Cambridge : Cambridge U. P., 2006, pp. 160-233, et notamment p. 183.

73 Voir la lettre de Beattie, en date du 17 décembre 1779, à Beilby Porteus, évêque de Londres et actif abolitionniste, dans William Forbes, An Account of the Life and Writings of James Beattie, An Account of the Life and Writings of James Beattie, 2 vols., London : E. Roper, 1824; reprint London : Routledge-Thoemmes Press, 1996, vol. II, pp. 64-65.

74 James Beattie, “On the Lawfulness and Expediency of Slavery, particularly that of the Negroes, Written in the Year 1778”, dans The Works of James Beattie, Introductions de Roger J. Robinson, 10 vols., London : Routledge-Thoemmes Press, 1996, vol. x, p. 6; italiques dans l’original.

75 Monboddo, Antient Metaphysics, cit., vol. III, pp. 144-145, note.

76 Ibid. David Hume, “Of National Characters” (1748), dans Essays Moral, Political and Literary, éd. Eugene F. Miller, Indianapolis : Liberty Fund, 1985, pp. 208 et 629-630. Il s’agit d’une note de bas de page, ajoutée en 1753 et révisée pour l’édition posthume de 1777, qui a beaucoup fait discuter les contemporaines ainsi que l’historiographie moderne à cause de sa posture polygéniste et de la condamnation radicale des Noirs comme une « espèce » incapable de progrès, du fait de leur complexion. Parmi l’énorme littérature qui a commenté cette note de Hume, voir la contributions pionnières de Richard H. Popkin, “The Philosophical Basis of Modern Racism”, dans Racism in the Eighteenth Century, éd. Harold E. Pagliaro, Cleveland : Case Western Reserve U. P., 1973, pp. 245-62 ; Id. “Hume’s Racism”, dans Id., The High Road to Pyrrhonism, éd. Richard A. Watson et James E. Force, San Diego : Austin Hill Press, 1980, pp. 251–66; ainsi que les mises à point d’Aaron Garrett, “Hume’s Revised Racism Revisited”, Hume Studies XXVI (2000), pp. 171–7; Id., “Hume’s ‘Original Difference’ : Race, National Character and the Human Science”, Eighteenth-century Thought 2 (2004), pp. 127-152. Voir aussi Silvia Sebastiani, The Scottish Enlighenment. Race, Gender and the Limits of Progress, New York : Palgrave-MacMillan, 2013, chap. 1.

77 L’île passe de la domination espagnole à celle de l’Angleterre pendant le protectorat de Cromwell en 1655. Elle joue alors un rôle déterminant dans l’économie de l’empire notamment grâce à ses plantations de sucre, le principal produit d’exportation de l’île, et de café.

78 Anthony Barker insiste sur cet aspect, qu’il considère nécessaire pour mettre en contexte l’ouvrage de Long : Barker, African Link, cit., pp. 41-58.

79 Monthly Review, vol. 51 (1774), p. 441.

80 Edward Long, Candid reflections upon the Judgement Lately Awarded by the Court of King’s Bench, in What is Commonly called The Negroe Cause, by a Planter. Londres : T. Lowndes, 1772.

81 Samuel Estwick, Considerations on the Negroe Cause Commonly So Called, Addressed to the Right Honourable Lord Mansfield, Lord Chief Justice of the Court of King’s Bench, Londres : Dodsley, II ed., 1772, p. 74. Voir Jack P. Greene, “Liberty and Slavery. The Transfer of British Liberty to the West Indies, 1627-1865”, dans Exclusionary Empire : English Liberty Overseas, 1600-1900, éd. Greene, Cambridge : Cambridge U. P., 2009, pp. 50-76. Au moment d’écrire son histoire, Long reprendra : “We perceive a regular order and gradation from inanimate to animated matter; and certain links, which connect the several genera one with another; and under these genera we find another gradation of species, comprehending a vast variety, and in some classes, widely differing from each other in certain qualities”. Long, History of Jamaica, cit., vol. II, p. 356.

82 Ibid., vol. II, p. 333, dans la section sur “Freed Blacks and Mulattos”.

83 Jordan, White over Black, cit., p. 228.

84 Long attaque en particulier James Beattie, qui dans An Essay on the Origin and Immutability of Truth, in Opposition to Sophistry and Scepticism (Édimbourg : A. Kincaid and J. Bell, 1770) s’était opposé à Hume en plaidant la cause des Noirs.

85 Hume considère l’abolition de l’esclavage comme la principale différence, et supériorité, entre le système économique moderne et celui des Anciens. Contrairement à Long, il considère qu’une économie fondée sur le travail salarié est bien plus productive du point de vue de l’empire britannique. Voir “Popolousness of Ancient Nations”, dans Essays, cit., esp. pp. 387-390.

86 Long, History of Jamaica, cit., vol. 2, pp. 353-354.

87 Barker, The African Link, cit., pp. 46-48, 163-177.

88 Long, History of Jamaica, cit., vol. 2, p. 358.

89 Ibid., p. 370, note.

90 Ibid., p. 371.

91 Ibid.

92 Ibid., p. 370.

93 Ibid., 371.

94 Ibid.

95 Les descriptions du comportement éduqué et modeste des singes exhibés dans la haute société contribuaient à la diffusion de cette image. On peut rappeler notamment « Madame Chimpanzé », en provenance de l’Angola, arrivée à Londres en 1738, et devenue une véritable célébrité, décrite au moment de prendre le thé, et amatrice de vêtements de soie. Voir Schiebinger, “The Gendered Ape”, cit.

96 Long, History of Jamaica, cit., vol. 2, p. 364.

97 C’est ce que notera, quelques années plus tard, l’abolitionniste qui fait champagne jusqu’en Écosse : “ludicrous” signifie “indecent or shocking” dans la vision “misanthropic, antimosaic, or antichristian” di Long. VoirWilliam D. Dickson, Letters on Slavery, To Which Are Added, Addresses to the Whites, and to the Free Negroes of Barbadoes; And Accounts of Some Negroes Eminent for Their Virtues and Abilities, Londres : J. Phillips, 1789, pp. 83-84; souligné dans le texte original.

98 Long, Candid reflections, cit., pp. 48-49.

99 Thomas Jefferson, Notes on the State of Virginia (1782), éd. William Peden, Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1955; voir Jordan, White over Black, cit., p. 490.

100 Long, History of Jamaica, vol. 2, p. 370. C’est ici que Long place sa note dans laquelle il cite favorablement Monboddo.

101 Ibid., p. 365.

102 Ibid., p. 371.

103 Ibid., p. 371.

104 Petrus Camper, “Account of the Organs of Speech of the Orang Outang”, Philosophical Transactions, vol. LXIX (1779) : pp. 139-159.

105 Camper, “Account”, cit. Voir Tinland, L’homme sauvage, cit., pp. 118-122.

106 Petrus Camper, The Works of the Late Professor Camper, on the Connexion between the Science of Anatomy and the Arts of Drawing, Painting, Statuary, &c &c in Two Books... Translated from the Dutch by T. Cogan, M.D., Londres : C. Dilly, 1794, pp. 32 sq. En Antient Metaphysics, vol. III, p. 44, Monboddo se réfère aux données fournies par Camper pour soutenir que son orang-outang vient de Borneo et non de l’Angola comme celui de Tyson, qu’il est donc d’une autre espèce, plus semblable à la nôtre.

107 Camper, Works, cit., p. 50.

108 Voir Miriam C. Meijer, Race and Aesthetics in the Anthropology of Petrus Camper (1722–1789), Amsterdam : Rodopi, 1999.

109 Camper, Works, cit., p. 32.

110 Schiebinger, “The Gendered Ape”, cit., p. 79. Camper distingue l’orang-outang de Tyson (aujourd’hui classifié comme chimpanzé) de l’orang-outang asiatique (qu’on considère aujourd’hui comme le « veritable » orang). Pour la polemique qui suit ses conclusions, voir Tinland, L’homme sauvage, cit., p. 122-126.

111 Voir, parmi de nombreux exemples : James Dunbar, Essays on the History of Mankind in Rude and Cultivated Ages, (I ed. 1780) 2nd edition with additions, Londres : W. Strahan; T. Called; Édimbourg : J. Balfour, 1781, pp. 161-162, 202.

112 Eberhard August Wilhelm von Zimmermann, Zoologie géographiques, Cassel : De l’imprimerie française de Cassel, 1784, p. 203. L’édition originale allemande, parue à Leyde, entre 1778 et 1783, porte le titre Geographische Geschichte des Menschen.

113 Compte-rendu de Zimmermann, “Geographical History of Man and Quadrupeds”, Monthly Review, vol. 80 (1789), pp. 678–90; vol. 81 (1789), pp. 633–41. Pour un travail sur l’écho des œuvres d’histoire naturelle dans les revues britanniques de la seconde moitié du xviiie siècle, Hannah F. Augstein, Race. The Origins of an Idea, 1760-1850, Bristol : Thoemmes Press, 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tyson, Orang–Outang. “Figure 1 : Represents the Fore-parts of the Orang-Outang or Pygmie, in the Erect Posture”21
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Sebastiani, « L’orang-outang, l’esclave et l’humain : une querelle des corps en régime colonial », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 08 juillet 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://acrh.revues.org/5265 ; DOI : 10.4000/acrh.5265

Haut de page

Auteur

Silvia Sebastiani

Maitre de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales depuis novembre 2010, Silvia Sebastiani est rattachée au Centre de recherches historiques/Groupe d’étude sur les historiographies modernes. Spécialiste des Lumières écossaises, du monde britannique et des questions de genre et de race, elle a publié récemment The Scottish Enlightenment. Race, Gender, and the Limits of Progress, New York, Palgrave-MacMillan, 2013 (http://www.palgrave.com/products/title.aspx?pid=506408, traduction révisée du livre apparu en italien en 2008). Parmi ses articles les plus récents, voir « L’Amérique des Lumières et la hiérarchie des races. Disputes sur l’écriture de l’histoire dans l’Encyclopaedia Britannica (1768-1788) », Annales HSS, a. 67, n°2, 2012 et « William Robertson, entre l’Amérique et l’Inde. D’un nouveau monde sans histoire au berceau de la culture et du commerce », Purusartha, numéro spécial L’Inde des Lumières. Discours, histoire, savoirs (xviie-xixe siècle), éd. Marie Fourcade & Ines G. Zupanov, vol. 31, 2013. Pour plus d’information : http://crh.ehess.fr/index.php?1184

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org