Navigation – Plan du site

Corps et Espaces. Les costumes des Balkans dans l’Europe du xvie siècle

Giulia Calvi

Résumés

Cet article s’inscrit dans le cadre de l’historiographie du vêtement et de l’apparence en expansion au sein de l’histoire culturelle. Il s’agit ici d’analyser le transfert de la culture visuelle du vêtement et des pratiques du corps de la région des Balkans à travers l’Italie et l’Europe à la fin de la Renaissance. L’analyse vise moins à étudier la matérialité des vêtements qu’à reconstruire les processus de représentation culturelle et de dissémination à travers l’espace et le temps, dans un cadre interprétatif pour lequel la production d’images participe de tensions politiques plus larges et met en lumière la coexistence de différentes minorités ethniques et religieuses. À partir des livres de voyage et de costume du xvie siècle, cet article situe le vêtement au sein d’un espace définit par les sources : dans les villes et leurs environs en premier lieu – Venise, Raguse, Adrianople et Pera –, dans des espaces moins circonscrits et aux frontières plus incertaines – la mer, les paysages de plaine et de montagne des régions balkaniques –, et enfin à travers les cartes mentales que les artistes et les graveurs reproduisent, inventent et imaginent. l’espace est compris ici comme une construction socioculturelle et l’habit devient alors un aspect de l’imaginaire géographique et des savoirs cartographiques qui se développent à la Renaissance dans les cartes, les atlas, les livres de costumes et les traités ethnographiques au cœur d’un système d’échanges complexe entre l’Europe et l’Empire ottoman.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C. Brosius, R.Wenzlhuemer (eds.), Transcultural Turbulences. Towards a Multi-Sited Reading of Image (...)

1Cet article s’inscrit dans le cadre de l’historiographie du vêtement et de l’apparence en expansion au sein de l’histoire culturelle. Il s’agit ici d’analyser le transfert de la culture visuelle du vêtement et des pratiques du corps de la région des Balkans à travers l’Italie et l’Europe à la fin de la Renaissance. L’analyse vise moins à étudier la matérialité des vêtements qu’à reconstruire les processus de représentation culturelle et de dissémination à travers l’espace et le temps, dans un cadre interprétatif pour lequel la production d’images participe de tensions politiques plus larges et met en lumière la coexistence de différentes minorités ethniques et religieuses. Les approches actuelles des pratiques visuelles soulignent les interactions entre les espaces occidentaux et non occidentaux dans une perspective polycentrique, c’est-à-dire que le vêtement n’est plus considéré dans une dimension téléologique identifiant la modernité à la mode ouest-européenne, mais comme un objet hybride, résultant d’échanges, de migrations et de contacts qui impliquent également les pratiques corporelles et les comportements1. Les vêtements sont donc conceptualisés comme des points d’intersection et de construction des interactions sociales. À l’encontre des interprétations traditionnelles qui analysent la modernité en tant que processus unilinéaire menant à l’individualisme, le vêtement est ici avant tout inséré dans les relations de pouvoir asymétriques définies par le genre et l’âge et représentées à travers le statut, l’ethnicité, les rituels et les pratiques religieuses. À partir des livres de voyage et de costume du xvie siècle, cet article situe le vêtement au sein d’un espace définit par les sources : dans les villes et leurs environs en premier lieu – Venise, Raguse, Adrianople et Pera –, dans des espaces moins circonscrits et aux frontières plus incertaines – la mer, les paysages de plaine et de montagne des régions balkaniques –, et enfin à travers les cartes mentales que les artistes et les graveurs reproduisent, inventent et imaginent. Ces dernières procèdent de sources multiples – anciennes et modernes – et occasionnellement de la propre expérience de ces acteurs. Compte tenu ces différents niveaux analytiques, stratifiés et entrecroisés, l’espace est compris ici comme une construction socioculturelle et l’habit devient alors un aspect de l’imaginaire géographique et des savoirs cartographiques qui se développent à la Renaissance dans les cartes, les atlas, les livres de costumes et les traités ethnographiques au cœur d’un système d’échanges complexe entre l’Europe, l’Empire ottoman et l’Orient.

2Dans cet article je m’intéresserai à l'aire d’investigation négligée que constituent les costumes des Balkans et la manière dont ils furent représentés au xvie siècle. Je prendrai en considération les tensions et les échecs inhérents à la circulation des images et la façon dont les hégémonies visuelles furent graduellement établies.

  • 2 C.Brosius and R. Wenzlhuemer, Transcultural Turbulences, Introduction, p. 13.
  • 3 D. Woodward, Maps as Prints in the Italian Renaissance: Makers, Distributors, London, The Panizzi L (...)

3Les historiens de l’art ont introduit la notion d’intervisualité définissant une pratique de référencement croisé et citant des images dont le sens change constamment selon leur itinéraire, leur localité, leur temporalité et leur public. La circulation des imprimés à travers les territoires des Balkans, divisé entre les trois Empires – habsbourgeois, ottoman et vénitien – souligne l’importance des médias qui, comme il a été dit, «détiennent une sorte d’agency, une rationalité qui leur est propre par lequel ils influencent les directions et la vitesse « des flux culturels »2. La circulation des images imprimées met en lumière les agents – imprimeurs, éditeurs, graveurs – ainsi que les publics, les contextes et les circonstances de la perception transculturelle3. Ce processus constitue la « vie sociale » des images migrantes et révèle les éléments performatifs multiples que les illustrations des livres de costume et de la littérature anthropologique activent pour le lecteur de l’Europe du xvie siècle. Ainsi, les objets, les images et les corps des hommes et femmes « indigènes » deviennent un aspect d’un imaginaire qui rend « l’autre » accessible visuellement à travers des codes esthétiques qui produisent peu à peu une hégémonie représentative. Ces images sont liées, comme on l’a dit, aux processus dynamiques de transfert, de transformation et de traduction opérés par des médiateurs – graveurs, éditeurs, interprètes locaux. Dans ce processus de traduction, de représentation et d’hybridation, les images ne sont pas des éléments de support passifs, mais des « complexités organisées » dans la mesure où ils expriment des significations, des intentions et des choix au sein de relations de pouvoir inégales. Ainsi, plutôt que de tracer une histoire des influences d’un centre vers une périphérie, les images migrantes défient les notions de modernités singulières, mais questionnent les problématiques de développement parallèle et de convergence à travers le temps et l’espace. Comme nous le verrons, la circulation met en lumière les asymétries présentes dans les flux de médias, formées dans des sites de pouvoir politique locaux et internationaux.

4Il s’agira, dans une première partie, de contextualiser la circulation des images entre les Empires habsbourgeois, vénitien et ottoman ; puis d’analyser les gravures du géographe français Nicolas de Nicolay et leurs migrations à travers l’Europe ; enfin, on considérera l’imagerie des Balkans de Vecellio, en particulier la manière dont elle représente les intérêts impériaux vénitiens tout en demeurant restreinte à une circulation locale, alors que Nicolay incarne progressivement un consensus visuel transculturel et que ses représentations de la population des Balkans – habitants peu connus de l’Europe – deviennent hégémoniques.

À travers trois empires

5Pendant les premiers siècles de la domination ottomane, seuls les diplomates vénitiens et les voyageurs allemands ont laissé des observations détaillées, et non biaisées par la propagande anti-Turcs, sur les différences ethniques existantes parmi les peuples slaves. Durant le xvie siècle, les diplomates vénitiens ont sans aucun doute acquis la connaissance la meilleure et la plus sophistiquée sur l’Empire ottoman et les Balkans, grâce à leur tradition d’échanges commerciaux remontant à l’Empire byzantin, ainsi qu’à la place privilégiée de Venise dans l’Est méditerranéen.

  • 4 L.Woolf, Venice and the Slavs, Stanford, 2011.

6Le regard que les Vénitiens ont porté sur l’autre côté de la Méditerranée n’était pas concentré sur un axe Nord/Sud, mais s’étendait plutôt le long d’une coordonnée géographique Est/Ouest qui, comme Braudel l’a écrit, était la route du Levant, caractérisée par un commerce et des relations établis de longue date et une civilisation complexe dans laquelle vivaient les Byzantins4. C’était la route de Venise à Istanbul qui, se développant du côté asiatique le long d’un axe Nord/Ouest, ramenait à Venise, en même temps que la soie et les épices, des immigrants venant de Croatie, de Dalmatie, de Slovénie, de Turquie et de l’Empire ottoman. Ainsi, la Riva degli Schiavoni n’était pas seulement un point de départ, mais également d’arrivée. L’existence, suggérée par Braudel, d’une perspective Sud/Est bien avant la partition Est/Ouest du continent européen inaugurée par les Lumières introduit ainsi une lueur orientale. Les voyageurs qui empruntaient la route intérieure traversaient la frontière entre la Dalmatie vénitienne et la Bosnie ottomane, rejoignant Istanbul par les régions montagneuses de la péninsule Balkanique. C’était également la route des caravanes ottomanes apportant leurs marchandises orientales au lazaret de Split avant leur expédition vers Venise.

  • 5 C Vecellio, Habiti antichi e moderni di diverse parti del mondo, Venezia 1590 ; Habiti antichi e mo (...)
  • 6 Vecellio, Habiti, 1590, p. 472-474.

7Retracer les représentations des costumes et des coutumes de la péninsule Balkanique dans l’Europe du xvie siècle implique de faire le choix d’une approche transculturelle et transrégionale. Cela requiert ainsi de traverser constamment les frontières entre les territoires contestés et changeants de trois empires de différente dimension : l’Empire ottoman, l’Empire habsbourgeois et le stato da mar vénitien. Les corps vêtus des hommes et des femmes de ces régions apparaissent dans des images éparses et sont situés dans le royaume hongrois, les Empires ottomans et habsbourgeois, la cité indépendante de Raguse (Dubrovnik) et les colonies vénitiennes d’outre-mer. De plus, une approche transculturelle et transrégionale requiert également de traverser les frontières religieuses en tension constante à l’époque de la Contre-Réforme entre la Chrétienté catholique et orthodoxe, l’Islam et le Judaïsme. Les captifs, les fugitifs, les esclaves et les convertis faisaient partie de ce large réseau de communication, d’information, d’échange et de commerce à travers la Méditerranée. Représenter les identités des Balkans implique ainsi de localiser les minorités ethniques, linguistiques et religieuses au sein d’entités politiques concurrentes de grande échelle. Dans ce contexte, les corps et les vêtements étaient souvent le lieu de camouflages et d’identités ambivalentes par lesquels les minorités marquaient leur tradition – notamment à travers le rituel et les costumes féminins. Le manque d’attention accordée aux frontières politiques dans les cartes de l’Europe de l’Empire ottoman, en faveur d’informations topographiques et toponymiques, suggère l’existence d’une manière très différente de conceptualiser l’espace politique à l’époque. Chaque territoire et frontière n’était pas considéré en effet comme central pour l’ordre politique ; les souverains régnaient sur un peuple et généralement sur des communautés dotées de formes de gouvernement et de religions différentes. Les traités de paix, les arrangements matrimoniaux et les accords dynastiques construisirent un espace géopolitique dans lequel les frontières étaient fluides et non démarquées, plus facilement décrites que cartographiées. Dans l’ouvrage de Cesare Vecellio, Habiti antichi e moderni (1590 ; 1598)5 les robes de mariée des femmes sont porteuses d’une capacité symbolique à définir l’espace en termes ethniques, en utilisant la pratique religieuse et la langue comme des marqueurs de frontières culturelles changeantes au sein d’un cadre urbain plus large. Ainsi, dans son œuvre, Vecellio grave et décrit une robe de mariée grecque à Pera, sous domination ottomane, comme ressemblant à celles de Venise et Florence ; il souligne ses racines européennes, bien que le mariage croisé entre Orthodoxes et Catholiques soit fortement combattu. Toutefois, dans la même ville, le vêtement quotidien des femmes suivait « le style turc » ; en Syrie, « gouvernée par le Grand Turc », les hommes juifs s’habillaient dans le style syrien, « dans des vêtements similaires à ceux des Turcs », qui à leur tour ressemblaient à ceux portés par les Juifs Levantin de Venise, alors que les femmes juives s’habillaient « différemment des Chrétiens6 » (Vecellio 1598). Les minorités tendaient ainsi à s’intégrer et à se camoufler, mais tentaient également de résister et de se distinguer en adoptant un costume traditionnel. Dans cette perspective, les vêtements féminins, surtout à travers le rituel du mariage, étaient des marqueurs de frontières culturelles.

  • 7 Wolff, Venice and the Slavs.

8Malgré la fragmentation locale, une grande uniformité trans-culturelle est également clairement perceptible. Une longue tradition, qui perdure depuis Sebastien Munster et Konrad Gessner, souligne la persistance de langues « sclavoniennes » communes définissant un domaine linguistique slave étendu. Dans une autre sphère de savoirs, comme on le verra, Cesare Vecellio dans son Habiti Antichi et moderni montre les similarités visibles dans les vêtements et costumes de la Dalmatie à l’Ukraine et la Russie. Des voyageurs plus tardifs, au xviiie siècle, tel l’abbé Alberto Fortis, dans son Viaggio in Dalmazia (1774), partagent la même conception malgré une reconnaissance grandissante des différences ethniques et des identités locales dans la taxinomie des Slaves du Sud (Albanais, Bosniaques, Illyriens, Serbes, Croates, Dalmates)7.

  • 8 Cit in Wolff, Venice and the Slavs, p. 8.

9L’empire des Habsbourg contrôlait les régions sud de l’Autriche que sont la Carinthie, la Carniole et Trieste, ainsi que le royaume de Hongrie comprenant une partie de la Croatie et Zagreb. Venise, qui avait perdu une quantité considérable de territoires contre les Ottomans (Chypre en 1571), maintenait un contrôle sur ses territoires d’outre-mer comprenant la Dalmatie, l’Adriatique et les Iles Ioniennes, Morée et Candie (Crète). Durrës et Split étaient les principaux ports commerciaux pour le commerce oriental. Marino Berengo a défini comme «semi colonial» le régime de domination vénitienne sur la Dalmatie, rendu « légitime et presque inévitable du fait du retrait craintif de la région et de la menace ottomane permanente ».8

  • 9 M. Todorova, Imagining the Balkans, Oxford and New York, 1997.
  • 10 Todorova, Imagining the Balkans ; S.Subrahmanyam, “A Tale of Three Empires”, Symposium Imperial Tra (...)

10La péninsule Balkanique, largement dominée par les Ottomans, semble principalement avoir créé un passage intérieur de l’Europe continentale à Istanbul et Maria Todorova soutient en effet, avec une certaine provocation, que l’identité des Balkans est issue du sentiment d’avoir appartenu à l’Empire ottoman9. Alors que la perception d’une appartenance ottomane persiste bien après la sécession des Balkans envers l’Empire, une opinion répandue et largement partagée tend à amalgamer la perte de l’identité culturelle à l’européanisation et à considérer la naissance de l’état nation comme un processus normatif en opposition avec l’héritage impérial. Pourtant, Todorova distingue nettement les Balkans et l’Orient et dessine une ligne entre les catégories d’analyse historique d’Orientalisme et de Balkanisme. Les Balkans font partie de l’Europe, formant un pont entre l’Est et l’Ouest. La région est une périphérie « semi coloniale » de laquelle on ne peut « provincialiser » l’Europe en adoptant une posture post-coloniale, puisque qu’elle est située à l’intérieur de ses frontières10.

  • 11 Nicolas de Nicolay, Dans l’Empire de Soliman le Magnifique, Présenté et Annoté par M-C-Gomez-Géraud (...)

11Retracer la représentation des costumes des Balkans dans les livres de costumes de l’Europe de la Renaissance implique donc de croiser les frontières de trois Empires: ottoman, habsbourgeois et vénitien, en cherchant les minorités au sein de similarités englobantes. Cela signifie aussi – comme Todorova le suggère également – de questionner la perception genrée qui a suscité l’assimilation du Balkanisme à une masculinité agressive. Alors que l’Orient est ouvertement féminisé dans l’imagerie occidentale, les Balkans, qui manquent d’opulence et de sensualité, sont construits à travers les symboles de types médiévaux de bravoure et de chevalerie. L’homme balkanique typique – selon Todorova – est primitif, dur et cruel. Dans une perspective plus large, les représentations occidentales des Turcs sont caractérisées par une masculinité issue de pratiques religieuses sévères et d’attitudes guerrières, et sont diffusées par l’ouvrage pionner, à grande circulation et plusieurs fois réédité, Les Quatre premiers livres de Navigations et Pérégrinations de Nicolas de Nicolay, géographe français de Charles IX qui voyagea à Istanbul en 1551 pour une mission diplomatique et dont l’ouvrage fut imprimé à Lyon en 1567-156811.

Fig. 1 : Camocio, Mediterraneo Orientale 1568

Fig. 1 : Camocio, Mediterraneo Orientale 1568

Fig. 2 : Petrus Plancius, Mediterraneo orientale 1590

Fig. 2 : Petrus Plancius, Mediterraneo orientale 1590

Fig. 3 : Levinus Hulsius, Map of Croatia 1596

Fig. 3 : Levinus Hulsius, Map of Croatia 1596

Fig. 4 : Giovanni Maria Cassini, La Dalmatia 1793

Fig. 4 : Giovanni Maria Cassini, La Dalmatia 1793

Archétypes

  • 12 I. Manners (ed.), European Cartographers and the Ottoman World 1500-1750, The Oriental Institute Mu (...)
  • 13 Ibidem, 39.

12L’ouvrage de Nicolay doit être inscrit dans le cadre des échanges intellectuels, commerciaux et politiques entre les Ottomans et l’Europe de la fin du xve siècle et du début du xvie siècle qui préparent la production des nouvelles géographies. Venise occupait alors une position centrale. Les événements fascinants qui mènent à l’impression à Venise, en 1559, de la première carte portant une large inscription arabe, intitulée « Carte parfaite et complète décrivant le monde entier » et accompagnée d’un texte en Turc ottoman, ainsi que la commission faite par le Sénat vénitien dans les années 1550 pour Giacomo Gastaldi, géographe officiel de la République afin qu'il prépare une carte du monde « sollicitée avec insistance par Selim », l’un des trois fils de Souleymane I, témoigne de la croissance des échanges intellectuels à travers la Méditerranée. À la même période, les livres de Nicolay formulaient et réaffirmaient selon un code visuel différent « l’impulsion cartographique » qui s’étendait à travers la Méditerranée, où l’intérêt pour les « nouvelles langues et les contenus des cartes était aussi important à Istanbul qu’à Venise ou Lisbonne »12. La recherche récente a analysé la nature changeante de la pensée géographique et des représentations cartographiques dans la seconde moitié du xvie siècle, montrant ainsi « le triomphe de la représentation comme mode de pensée, en sorte que la peinture, la cartographie ou la modélisation du monde commencent à être considérés comme les seuls moyens fiables de le connaître »13.

  • 14 B. Wilson, ‘Foggie diverse di vestire de’ Turchi’: Turkish Costume Illustration and Cultural Transl (...)

13Probablement envoyé par le roi afin d’étudier les fortifications ottomanes, Nicolas de Nicolay voyage dans l’Empire ottoman entre juillet 1551 et juillet 1552 avant d’être nommé géographe ordinaire du Roi à son retour en France. Ses Quatre premiers livres de navigations et pérégrinations orientales sont publiés à Lyon en 1567-1568 et les costumes des Balkans dans l’Empire ottoman apparaissent dans les Livres III et IV. Ces images se répandent alors à travers l’Europe construisant ainsi une imagerie occidentale et créant des stéréotypes durables. Des graveurs italiens, français et flamands copièrent les illustrations de Nicolay lorsque les Livres furent traduits et imprimés en Italie (1576, 1577, 1580), en Allemagne (1572,1576), en Flandres (1576) et en Angleterre (1686). Les illustrations de Nicolay représentaient des minorités ethniques et religieuses au sein de l’Empire, qui s’étaient généralement convertis à l’islam et dissimulaient leurs origines sous des vêtements et des coutumes turcs. Ceci introduit une dimension dynamique et évolutive qui manque généralement dans les images fixes des livres de costume et qui les conduisent à être elles-mêmes rapidement stéréotypées à travers un processus de sélection, de circulation et de reproduction. Par ailleurs, un lien subtil entre les images et les textes peut également être identifié puisque les descriptions de costumes dans les livres de voyage correspondent à leurs représentations iconiques dans les livres de costumes, et inversement. Les Livres de Nicolay, avec leur importante diffusion européenne, créent un processus de différenciation qui produit rapidement une esthétique sélective, un goût particulier pour certaines images, des vêtements, des gestes qui se répandent et consolident une imagerie européenne occidentale de la structure composite de l’Empire ottoman14.

  • 15 P.Bertelli, Diversarum nationum habitus, Padova 1589.

14Je souhaite maintenant m’intéresser au travail du vénitien Cesare Vecellio en analysant les différentes manières selon lesquelles il dresse le portrait des hommes et des femmes des Balkans et en comparant les deux éditions de son ouvrage : Degli habiti antichi e moderni di diverse parti del mondo (1590) et Habiti antichi e moderni di tutto il mondo (1598). Alors que Pietro Bertelli15, un contemporain vénitien connu, auteur de gravures de costumes, dupliquait simplement les illustrations de Nicolay, Vecellio casse le consensus visuel admis entourant les images de Nicolay en en dessinant et gravant de nouvelles et en les insérant dans un livre, donnant ainsi une cohérence textuelle, iconographique et spatiale à un ensemble de représentations jusques-là fragmentées et dispersées. Ces choix sont particulièrement significatifs puisqu’ils offrent une vision de la position de sujet de l’artiste qui situe son regard en fonction des intérêts du stato da mar vénitien. Comme on l’a mentionné précédemment, quelques costumes vénitiens de Vecellio suggèrent l’existence d’un échange dynamique entre la métropole et ses territoires d’outre-mer, à la fois en termes de migration et de pouvoir politique. Contrairement à la masculinité dominante dans l’imagerie des Balkans, Vecellio introduit pour sa part quelques costumes féminins, notamment celui de la femme Dalmate, à côté de son homologue masculin. Toutefois, les gravures des livres de costumes de Vecellio ne seront pas reproduites dans l’Europe du xvie siècle. La représentation de Nicolay des costumes balkaniques prévaut et acquiert une place dominante parmi les artistes nord européens. On pourrait alléguer que le regard français supplante celui vénitien, malgré l’expérience, la proximité et les échanges permis par la mer Adriatique.

Minorités

  • 16 L. Peirce, The Imperial Harem, Oxford and New York 1993 ; M.P.Pedani, Venezia porta d’Oriente, Bolo (...)
  • 17 L. Bassano, I costumi e ‘l modo di vivere de’Turchi minutamente descritto, Roma 1545 ; Giovanantoni (...)

15Retracer les descriptions et les portraits des minorités balkaniques dans l’Empire ottoman nécessite de pouvoir accéder au processus social qui mène à la construction et la reproduction de l’élite administrative et politique de l’Empire, composée des hommes et des femmes asservis issus de milieux non musulmans, entraînés dans les corps militaires des Janissaires pour les uns et à l’intérieur du harem comme concubines pour les autres16. Nicolas de Nicolay s’appuie sur deux auteurs contemporains qui revendiquent une expérience directe des enjeux internes de la cour ottomane grâce à leur éducation d’esclaves chrétiens dans le Sérail. Il copie ainsi des textes de deux vénitiens, Giuseppe Bassano et Giovanantonio Menavino17, enlevés et réduits en esclavage, et sollicite l’aide d’un eunuque de Raguse, Zaferaga, éduqué depuis son enfance dans le sérail.

  • 18 N.de Nicolay, Dans L’Empire de Soliman le Magnifique, 1989, p. 129.

Dès qu’il comprit mon désire de dessiner les costumes des femmes – écrit Nicolay – Zaferaga me fournit deux prostituées vêtues pour moi de riches habits qu’il s’était procuré au marché, le bezestan, où l’on peut acheter toutes sortes de vêtements. Ce sont les femmes que j’ai représentées dans les dessins suivants.18

Le regard de l’eunuque de Raguse, son choix des femmes et des ornements est ainsi une caractéristique constitutive de la perception et de la représentation par Nicolay de l’élite féminine dans le harem du sultan. Son inaccessibilité produit une mise en scène d’identités dans lesquelles la dissimulation et le mimétisme sont les composants principaux de l’expérience visuelle. Le regard orientalisant de Nicolay est modelé par l’interprétation et la médiation culturelle de Zaferaga.

16Les deux images des azamoglans, les garçons chrétiens envoyés comme tributs à la Sublime Porte par les paysans de la partie européenne continentale de l’Empire, issues du troisième livre des Navigations, sont réimprimées et reproduites dans les gravures des costumes turcs de Vecellio et dans le livre flamand de De Bruyn.

Fig. 5 : Nicolas de Nicolay, Azamoglan rustico 1580

Fig. 5 : Nicolas de Nicolay, Azamoglan rustico 1580
  • 19 Ibidem, p. 151-154 ; Vecellio, Habiti, 1590, p. 455-456.

17Le discours fortement anti-turc et anti-islam mobilisé par Nicolay est légèrement atténué dans le texte de Vecellio de 1590 qui reproduit seulement une image et qui décrit le costume porté par ces jeunes hommes avec les mêmes mots que ceux utilisés par Nicolay, « un vêtement de tissu bleu léger » et « un chapeau jaune en forme de pain de sucre »19. Une autre gravure amplement reproduite dans les livres de costumes européens est celle des delly, ces guerriers fous et fulminants méprisant les blessures et la mort, troupes irrégulières et non payées de l’armée turque, d’origine serbe. Nicolay décrit ces guerriers dans un long texte, mobilisant des sources classiques, principalement Hérodote, et sa propre expérience. Leur apparence physique et leur tenue terrifiante naturalisent le type de masculinité performative et agressive qu’incarnent les portraits des Balkans. Les dellys, selon Nicolay, viennent des parties de la Bosnie et de la Serbie frontalières avec la Grèce d’une part et avec la Hongrie et l’Autriche d’autre part. Selon Hérodote, ils sont les vrais Illyriens : forts, imposants, dotés de membres robustes et bien formés et « ayant la couleur lionasse ». Ils sont barbares dans leurs coutumes, mais peuvent être facilement dupés. Les Turcs les appellent les dellys, terme qui signifie « fou furieux », mais ils s’appellent entre eux zataznicis, « ce qui dans leur langue signifie rebelle, puisqu’ils sont obligés de se battre seul contre dix hommes afin d’acquérir le nom et le statut de delly, ou zatanici ». À Adrianople (Roumanie), Nicolay ayant accompagné l’ambassadeur français d’Aramont dans la maison d’un pacha local, lors de sa première visite de l’Empire, vit un delly. Lui offrant un peu d’argent, il l’invita à la résidence de l’ambassadeur où il dessina son portrait et son « étrange » costume. L’artiste est tout particulièrement attiré par sa coiffe :

  • 20 Ibidem, p. 227.

En la tête, avait un long bonnet à la polaque ou à la géorgienne, penchant sur une épaule, fait de peau d’un léopard bien moucheté: et sur icelui, au devant du front, pour se montrer plus furieux, avait attaché en large la queue d’un aigle, et les deux ailes, avec de grands clous dorés.20

  • 21 Ibidem, p. 226-229.

18Quelques jours plus tard, comme l’armée se déplaçait en Transylvanie, Nicolay vit à nouveau le delly, montant un beau cheval turc « caparaçonné d’une entière peau d’un grand lion, attaché des deux premières jambes au milieu du poitrail, et les deux autres étaient pendantes sur le derrière ». Se tournant vers un interprète, Nicolay l’interrogea sur sa religion et son origine : le delly répondit qu’il venait de Serbie et était né chrétien, mais dissimulait désormais sa foi derrière une pratique islamique. Ensuite, il prononça en grec et en « sclavonique » les prières dominicales chrétiennes et lorsque Nicolay demanda pourquoi il s’habillait d’une aussi étrange manière avec deux énormes ailes, il dit que c’était pour avoir l’air plus furieux et terrifiant face à l’ennemi21.

Fig. 6 : Nicolas de Nicolay, Delly 1580

Fig. 6 : Nicolas de Nicolay, Delly 1580
  • 22 Ogier Ghislan de Busbecq, Travels into Turkey, containing the most accurate account of the Turks, a (...)

19La figure dessinée par Melchior Lorck, un artiste dano-germanique qui servit comme membre de l’ambassade impériale représentant les intérêts du Saint Empire Romain à la cour de Souleymane le Magnifique entre 1555 et 1559 et sous la direction de l’ambassadeur Ogier Ghislain de Busbecq est beaucoup plus impressionnante22. La fine gravure de Lorck du deli – la peau de lion enveloppant la tête du cheval avec sa bouche grande ouverte – exprime effectivement l’utilisation terrifiante des peaux d’animaux dans les costumes de ces guerriers.

Fig. 7 : Melchior Lork, Deli 1559

Fig. 7 : Melchior Lork, Deli 1559

20Les deux artistes appartenaient au même milieu, partageant les expériences et les images.

  • 23 Pedani, Venezia porta d’Oriente, p. 160-170.

Dans le livre IV de ses Livres des Navigations, Nicolay présente Raguse et la Roumanie, qu’il nomme Thrace d’après Hérodote, tandis qu’un petit chapitre sur les Macédoniens est intégré à la section dédiée à la Grèce. Ces références éparses sont les seules portant sur la région des Balkans et comprennent de longs textes et quelques illustrations: deux d’entre elles représentent le marchand ragusain local et le « fante », c’est-à-dire le jeune messager qui transporte les lettres à pied jusqu’à Istanbul23 ; cinq portraits représentent les costumes féminins des minorités juive et grecque à Adrianople (Roumanie) ; et les trois dernières, une « fille de joie », une femme turque de statut moyen et la femme macédonienne.

Fig. 8 : Nicolas de Nicolay, Mercante raguseo 1580

Fig. 8 : Nicolas de Nicolay, Mercante raguseo 1580

Fig. 9 : Nicolay de Nicolay, Fante raguseo 1580

Fig. 9 : Nicolay de Nicolay, Fante raguseo 1580
  • 24 Nicolay, Sous l’Empire, p. 241.

21Nicolay dépeint Raguse et ses habitants à partir de sources contemporaines et se concentre sur la ville moderne, la représentant à travers les costumes masculins. Dans le riche port, seuls les hommes se rendent remarquables : certains s’habillent comme des Vénitiens et d’autres à la façon du marchand et du fante, représentés dans les illustrations. La langue parlée est le « sclavonien » mais les gens parlent également « un certain italien corrompu, encore plus goffe que celui des Vénitiens »24. Les femmes ne sont mentionnées que dans les textes et Nicolay ne les dessine pas, peut-être parce que

  • 25 Ivi.

[...] leurs femmes ne sont guère belles, et s’habillent assez mal proprement, portant ordinairement un ornement de tête élevé en coqueluche, fait de fine toile de lin. Mais les femmes nobles le portent de soie blanche, ayant leur chausses avallées jusqu’aux talons. Elles sortent peu souvent hors de leur maison, mais volontiers apparaissent aux fenêtres pour regarder les passants. Quant aux filles, elles sont tenues tant resserrées qu’on les voit aucunement.25

  • 26 A. Testart et J-L. Bruneaux, Esclavage et prix de la fiancée. La société thrace au risqué de l’ethn (...)

22Contrairement à Raguse, la Roumanie, et en particulier Adrianople, de même que la Macédoine, sont représentées à travers la mode féminine contemporaine. Les hommes, Thraces et Macédoniens, sont quant à eux présentés exclusivement à travers de longues citations issues des auteurs classiques, en particulier Hérodote. Le fait que l’auteur s’appuie sur les sources anciennes témoigne d’un manque de connaissance directe : l’ethnographie de la Renaissance décrit ces régions en répétant les stéréotypes de la promiscuité, de la polygamie et de l’anarchie dérivés d’Hérodote, dont la classification des peuples dans la région du Caucase et aux frontières nord de la Grèce les définit comme des barbares26 (Calvi 2007). Seule Adrianople, le siège du palais et du harem du sultan, offre un panorama contemporain des habitants, en particulier des minorités grecque et juive, prééminentes parmi la population turque dominante. Ainsi Nicolay dessine les femmes citadines grecques, juives et turques à partir de la réalité. La femme de Macédoine est également une image contemporaine :

  • 27 Nicolay, 1989 : 269.

23Par la figure suivante se voit quel est l’habit moderne des femmes macédoniennes.27

24Cette figure deviendra une véritable icone dans les livres de costumes au xvie siècle, copié par Boissard, De Bruyn, Bertelli et Vecellio.

Fig. 10 : Nicolas de Nicolay, Donna di Macedonia 1580

Fig. 10 : Nicolas de Nicolay, Donna di Macedonia 1580
  • 28 Nicolay, 1989 : 251.
  • 29 Boemo, 1543 ; Hodgen, 1953 ; Stahl, 1974 ; Testart et Brunaux, op. cit., 2004.

25Contrairement à l’expérience visuelle contemporaine, tout le chapitre intitulé « Mœurs, Lois, Religion et Manière de vivre des Anciennes des Thraces » est issu d’Hérodote et réitère la distinction binaire entre la Grèce et ses voisins du nord, les barbares. Étant non grecs, ils sont représentés comme le peuple le plus cruel, mauvais et inhumain en Europe, tout particulièrement les descendants des Scythes. Leurs yeux ont l’air sauvages, leurs voix produisent des sons atroces, leurs corps sont plus forts et plus gros que n’importe qui. Ils vendent leurs enfants dans des contrées étrangères et fort lointaines et permettent à leurs filles de mener une vie de promiscuité avec qui leur plaît. Cependant, ils gardent avec attention leurs femmes après le mariage, particulièrement les plus belles d’entre elles, la raison en étant qu’ils les achètent à un prix élevé à leurs pères et mères28. Pendant plusieurs siècles, un système de couple et de famille différent séparent en effet les Balkans de l’Europe de l’Ouest, ancré dans la distinction qu’opère Hérodote entre le prix de la mariée payé dans les régions orientales de l’Europe, et la dot occidentale d’origine grecque et romaine. La servitude volontaire qui se développe des Balkans en Russie représente la seconde caractéristique structurante distinguant les régions « sclavoniennes » de l’Ouest, répétée sans cesse par les auteurs du xvie siècle29. Une asymétrie intéressante émerge des représentations par Nicolay des minorités balkaniques dans l’Empire ottoman : les images, et en particuliers celles qui s’inscrivent dans le cadre urbain (Raguse et Adrianople), transmettent des informations contemporaines sur les habitants locaux avec leurs différences de vêtements définis et modelés par l’ethnicité et le genre, alors que le texte est construit par un mélange composé de sources classiques, massives, d’auteurs contemporains vénitiens et de quelques expériences personnelles divertissantes.

Perspectives vénitiennes

  • 30 A.de Bruyn, Omnium pene Europae, Asiae, Aphricae atque Americae gentium habitus, Antwerp, 1581.
  • 31 J-J.Boissard, Habitus variarum orbis gentium, Mechlin, 1581.

26En Italie, les premiers dessins des costumes des Ragusains apparaissent dans le Diversarum Nationum Habitus de Pietro Bertelli, imprimé à Padoue en 1589. Il copie le marchand ragusain, le messager et la femme macédonienne de Nicolay en les insérant de manière aléatoire et sans aucun texte. Il n’y eut ensuite probablement aucune autre image imprimée de costumes des Balkans dans cet ouvrage, avant la première édition de l’ouvrage de Vecellio Degli Habiti antichi e moderni di diverse parti del mondo publiée un an plus tard, en 1590. Dans l’Europe du Nord, cependant, le graveur flamand Abraham De Bruyn30 avait déjà reproduit deux images issues des Livres des Navigations en les nommant Tabellarius ragusanus et Mercator ragusanus olim Epidaurius. La même année (1581), l’artiste français Jean Jacques Boissard31 mobilisait différents modèles et références et, pour dresser le portrait des élites de la ville, il représentait un Civis Ragusius et un Nobilis Ragusius dont les longues robes plissées évoquent plutôt celles des sénateurs vénitiens. Dans son texte, Nicolay distingue les aristocrates qui dirigent la cité par le conseil des Pregadi et qui sont habillés selon le style vénitien, des marchands et manœuvres. Boissard connaissait donc certainement son travail dans la mesure où il reprend l’illustration faite par Nicolay de la femme macédonienne et représente probablement les deux citoyens de Raguse, non à partir d’une gravure, mais de la description textuelle détaillée que donne Nicolay du patriciat ragusain.

27Avant 1590, date de publication du premier Habiti de Vecellio, les Livres de Nicolay sont traduits dans quatre langues et publiés dans sept éditions à travers l’Europe. Il est indubitable que ces gravures de costumes de l’Empire ottoman aient déjà établi une solide imagerie des régions balkaniques. La femme macédonienne de Nicolay, avec sa coiffe unique et élaborée, soutenant une miche de pain, connut un large succès. Elle apparaît chez De Bruyn, Bertelli et Boissard – qui élimine le pain, la transformant en virgo macedonica et la représentant aux côtés d’une foemina macedonica, plus mûre, portant un turban de style turc. Vecellio copie ces deux costumes féminins issus des gravures de Boissard, transforme la virgo en Nobile donzella et les insert parmi les costumes grecs.

28Dans le texte de Vecellio de 1590, la Macédoine, où était situé Durrës qui appartenait aux terres outre-mer de Venise, est essentiellement décrite comme un rempart chrétien contre l’Islam à travers la valorisation de la mémoire de George Scandenberg, le héros local qui, se battant contre les Turcs, maintint « la foi chrétienne lui-même dans la province ». Une description soignée du costume de la jeune fille macédonienne non mariée détaille notamment sa coiffure

[...] en forme de boite, faite de lames de bois fines et légères, couverte d’un petit tissu en or serti de nombreux joyaux, formant tout en haut une couronne.

Bien qu’aucun dessin ne les représente, on apprend que les « visages beaux et plaisants » de ces jeunes filles sont couverts

  • 32 Vecellio, Habiti (1590), p. 478-79.

[...] de voiles d’une riche et fine soie qu’elles laissent tomber jusqu’à leur taille.32

Dans l’Habiti de Vecellio, la jeune fille vénitienne finement voilée rencontre alors la vierge macédonienne à travers les codes culturels de l’honneur familial et de la pureté sexuelle. Les corps voilés et semi cachés des jeunes femmes incarnent ces normes sociales qui participaient d’un dessein général et d’un langage relationnel distinguant les femmes des élites urbaines, en particulier dans les régions méditerranéennes de l’Europe et dans l’Empire ottoman.

  • 33 L. Valensi, Venise et la Sublime Porte, Paris 1990 ; “The Making of a Political Paradigm: the Ottom (...)

29Si l’on compare les deux éditions de l’Habiti antichi e moderni de Vecellio imprimées en 1590 et 1598, les costumes des régions balkaniques sont distribués différemment. Dans la première édition, ces figures sont insérées dans un continent européen vaste et indifférencié ; dans la seconde, elles sont groupées dans le livre IX sous le titre Habiti d’Ungheria qui inclut neuf illustrations – six figures masculines et trois féminines. Les Habiti d’Ungheria appartient à des territoires qui ne sont pas définis par une unité géographique et culturelle distincte, mais qui sont plutôt présentés comme un ensemble fragmenté de pays divisés entre différents systèmes politiques et religieux, composés de territoires chrétiens comme islamiques. Les cartes contemporaines imprimées à Venise, précisément celles produites par le géographe de la République Giacomo Gastaldi, représentent cette zone selon des caractéristiques identiques. Dans la lignée du courant intellectuel dominant, présent dans les écrits politiques et culturels vénitiens du xvie siècle33, le texte de Vecellio ne dessine pas une ligne qui sépare le Catholicisme de la chrétienté Orthodoxe et de l’Islam, mais persiste à les inclure dans l’Europe. Comparé aux livres de costumes contemporains, dans lesquels les images concernant cette région sont éparpillées de manière aléatoire ou rassemblées avec les costumes turcs, arméniens, caramans et grecs, Vecellio construit le seul ensemble cohérent d’illustrations et de textes sur les Balkans, répété presque à l’identique dans les deux éditions. Il ajoute seulement une illustration dans celle de 1598, celle du prince de Transylvanie, sans doute Sigismond Batory, en armure occidentale qui ouvre la série Habiti d’Ungheria.

30Dans cette seconde édition, il opère une structure hiérarchique claire permettant d’intégrer les Balkans à l’Europe et au monde, dans la mesure où les dirigeants religieux et séculiers (le doge, le pape, l’empereur et tous les rois et princes européens et non occidentaux) fondent ses représentations des peuples des quatre parties connues du monde. Tous ces peuples sont représentés dans leur contexte dynastique et les femmes sont largement absentes (seules les reines à demi nues du Nouveau Monde apparaissent dans quelques illustrations), alors que dans la première édition, les costumes féminins inauguraient chaque section de l’œuvre, symboles de chaque identité civique.

  • 34 Vecellio, Habiti (1598), p. 408.

31La robe chatoyante en soie et richement ornée du prince de Transylvanie correspond par les matériaux, le style et les couleurs aux habits portés par les principaux groupes ethniques appartenant au royaume – les Hongrois et les Croates – offrant ainsi une représentation d’unité dynastique à travers le symbolisme visuel de cette robe remarquable. Le portrait immédiatement consécutif dans la hiérarchie des apparitions représente le noble de Hongrie ou de Croatie. Le texte qui accompagne les images change de la première à la seconde édition ; les longues descriptions italiennes des peuples et des paysages cèdent la place à des commentaires plus courts en latin et en italien, dont toutes les références aux trois ordres de la société (prêtres, guerriers et paysans), aux villages et à la vie villageoise sont éliminées. Seul est signalé qu’« il y a de très nombreuses villes » et le vêtement des gens ressemble à celui de la Croatie. Ils portent un petit chapeau de fine laine, noir ou coloré, et des manteaux de soie légère allant jusqu’au sol. Les références à la fourrure et aux armes, aux bas et aux boutons sont éliminées34. En descendant dans la hiérarchie sociale, le vêtement du Croate est le même que celui du Hongrois et très similaire à celui porté par les Polonais. Vecellio mentionne que les Croates sont « Cristianissimi », très chrétiens, bien qu’ils soient sous domination turque.

32Dans tous les milieux sociaux, la couleur est une caractéristique particulière de ces costumes. Contrairement à la mode du noir qui prévaut à travers toute l’Europe occidentale se déployant à partir de l’Espagne, les Croates et les Hongrois s’habillent de manière colorée et témoignent d’un goût certain pour le rouge.

  • 35 Ibidem, p. 410.

Les Hongrois portent de longs vêtements, souvent rouges. Tous portent des boutons attachés à un galon, certains en soie et or et d’autres en cristal.35

Ils n’ont pas l’habitude de porter des gants, mais placent leurs mains dans les longues manches de leurs robes. Ils rasent leurs têtes et portent barbe et moustaches. Ce sont des êtres belliqueux et c’est pourquoi ils portent de hautes chaussures arquées munies de semelles en fer. L’insistance sur les attitudes naturellement guerrières sera par la suite sans cesse répétée dans les journaux de voyages plus tardifs, jusqu’au xixe siècle. Une société décousue et composée d’hommes agressifs est graduellement essentialisée dans le texte de Vecellio à travers un ensemble de portraits principalement masculins et qui sera, au xviiie siècle, de plus en plus assimilée au manque de civilisation. Les topoi de l’agressivité, de la sauvagerie et de la grande force physique, de même que leur dégoût pour le noir, sont également présents dans les images qui suivent du Schiavone ou du vrai Dalmate.

  • 36 Ibidem, p. 411.

Ce pays produit des hommes qui sont grands, robustes et en pleine santé, mais ils sont généralement grossiers dans leurs comportements et leurs discours. Ils portent des habits colorés et sont rarement vêtus de noir, à l’exception de lorsqu’ils pleurent leurs morts.36

33Les nobles sont également habillés de soie, de velours et de damas coloré. Ils portent un cimeterre à la manière turque et souvent une masse recouverte de fer. Ils sont catholiques et pieux, portent des armes et sont des travailleurs endurants.

34Le regard et le point de vue de Vecellio est celui d’un vénitien décrivant et dessinant des costumes qui font partie du stato da mar, les territoires vénitiens est-méditerranéen. Ce sont des territoires qui produisent des soldats pour l’armée et la flotte de la République et l’approche est biaisée par la logique de la loi impériale : les Dalmates au service de Venise sont des chrétiens dévots, se battant pour le triomphe de la vraie foi dans le monde méditerranéen. Dans l’édition de 1590, la domination vénitienne sur la Dalmatie est représentée à travers les costumes « des dames des avant-postes et des territoires vénitiens », ainsi que dans le costume plus simple de la femme Dalmate.

  • 37 Vecellio, Habiti (1590), p. 187.

Les épouses des hommes envoyés pour administrer d’autres villes reçoivent les titres de leurs maris et sont ainsi appelées Podestaresse, Capitane, etc. Selon le décorum, certaines modes élégantes sont également nommées selon ces titres inhabituels. C’est pourquoi ces femmes s’habillent avec magnificence et portent de nombreux ornements, selon leur titre et leur rang. Leurs jupes, de différentes couleurs, sont de brocart de soie, d’or et d’argent. Leurs cheveux, toujours blonds (par nature ou par art), sont très richement coiffés avec des perles et toute sorte de bijoux. […] Lors de leurs sorties, elles sont accompagnées de femmes nobles des villes où elles sont postées et, en leur compagnie et ainsi vêtues, elles vont à l’église et dans les fêtes publiques.37

35Les femmes locales et vénitiennes de l’élite incarnent des réseaux d’alliance, de hiérarchie et d’ethnicité. Les robes apparaissent avant tout comme une technologie culturelle de domination au sein de ce que Bernard Cohn définit comme « théâtre d’expérimentation étatique ». Les vêtements somptueux de la Podestaresse et capitane, de même que ceux des dames locales imitant la mode vénitienne transgressent les lois somptuaires de la métropole et sont un élément primordial de constitution de l’autorité. Comme Cohn le formule avec conviction, les vêtements ne peuvent être seulement compris

  • 38 B. Cohn, Colonialism and its Forms of Knowledge, Princeton, 1996.

[...] comme des métaphores du pouvoir et de l’autorité. Dans de nombreux contextes, les vêtements sont littéralement l’autorité. L’autorité est littéralement une partie du corps de ceux qui la possèdent.38

Les femmes vénitiennes en Dalmatie incarnent une identification fondamentale entre l’habit et la domination impériale.

36Sans être un membre de l’élite, la « grande, vigoureuse et active » dalmate avec ses habits simples, amples et colorés (elle ne porte pas de corsage) paraît très gracieuse dans son ghellero, un court « vêtement ouvert et ample de fine laine, de satin ou de damas muni de manches à mi-longueur ».

Fig. 11 : Cesare Vecellio, Donna dalmatina 1598

Fig. 11 : Cesare Vecellio, Donna dalmatina 1598
  • 39 Vecellio, Habiti (1598), p. 412-13.

Comme leurs hommes, ces femmes sont très pieuses. Celles qui vivent dans l’île de Crès viennent chaque année à Venise pour la fête de l’ascension et portent alors des voiles de soie fine, de longues jupe de laine colorée, des tabliers en lin et une fine « camicia » dénuée de fioritures39.

  • 40 C. Bracewell, The Uskoks of Senj, Ithaca, 1992.

37Personne n’avait jamais dessiné de portrait du chef des Uskoks, une « tribu très féroce, audacieuse et terrifiante » sujette de l’Empire habsbourgeois et habitant la région montagneuse de Senj en Dalmatie, « ils sont si agiles et rapides lorsqu’ils courent, qu’ils se déplacent dans ces montagnes aussi rapidement que des chamois ». Les Uskoks vivent de vols permanents et de raids généralement menés contre les Turcs, mais également contre la République lorsqu’ils considèrent leur butin comme insuffisant et quand les tensions avec les puissances dominantes éclatent ; Venise l’expérimente lors de ce qu’on a appelé la guerre Uskok40.

  • 41 Vecellio, Habiti (1598), 414.

Leurs manteaux ressemblent à ceux des Slaves, longs derrière et courts devant. Sur la tête, ils portent un petit chapeau de velours d’une forme extraordinaire ; il descend jusqu’au milieu de la nuque derrière, et il est retroussé devant avec une fente de chaque côté.41

Fig. 12 : C.Vecellio, Capo di Uscocchi 1598

Fig. 12 : C.Vecellio, Capo di Uscocchi 1598
  • 42 Ibidem, 415.

38La dernière illustration du livre IX de Vecellio représente une jeune femme de Raguse, en Slovénie. Le texte de la première édition est radicalement raccourci, toutes les références à l’histoire de la ville sont éliminées : sa situation actuelle (la beauté de ses ports et de ses fontaines), sa richesse commerciale, la langue slave et le régime politique républicain, ainsi que ce qui concerne sa population qui s’habille en partie dans le style vénitien, en partie selon leurs goûts. On rencontre dans la seconde édition une brève observation concernant le manque de beauté des femmes (qui coïncide avec une remarque similaire de Nicolay) suivie par la description de la coiffe, des bijoux, de la jupe et du long manteau noir. Le texte de 1590 spécifie que la représentation est celle d’une mariée de la noblesse locale, ce qui explique le manque de couleur et le style vénitien du buratto42.

Fig. 13 : Cesare Vecellio, Giovanetta ragusea 1598

Fig. 13 : Cesare Vecellio, Giovanetta ragusea 1598
  • 43 B. Krekic, Dubrovnik: a Mediterranean Urban Society, 1300-1600, S. Bertelli, Trittico, Roma 2004 ; (...)
  • 44 J. Martin and D. Romano (eds.), Venice Reconsidered. The History and Civilization of an Italian Cit (...)

39La représentation de la jeune femme de Raguse dans un manteau noir est significative et offre une vision très différente des coutumes locales, contrastant avec les gravures et reproductions qui circulaient largement du marchand de Raguse et du messager du Livre IV de Nicolay. La jeune fille en noir souligne l’influence vénitienne à travers les modes adoptées par le patriciat et les citoyens qui entretiennent des liens étroits avec la République43. La giovanetta ragusea exprime donc le point de vue d’un artiste vénitien, dans la même mesure que le Dalmate et la Dalmate, le chef des Uskoks et le Croate. Tous sont des Slaves du Sud qui maintiennent une identité chrétienne malgré leur sujétion à l’Empire ottoman et entretiennent des liens avec Venise par la guerre, les migrations, les réseaux sociaux et politiques, dans une relation semi-coloniale ou coloniale envers le pouvoir dominant44. Ils aiment s’habiller de manière colorée, les femmes n’aiment pas le noir ni les corsages, les hommes portent des boutons doré et de cristal, de petits chapeaux soulignés de fourrure et portent souvent des cimeterres et des poignards. Leur style et le choix des vêtements est commun à beaucoup de Slaves, depuis la Dalmatie, la Croatie et la Bosnie jusqu’à la Pologne et la Russie. Vecellio choisit de les inclure dans un livre séparé dans lequel il ne reproduit pas les gravures de Nicolay, mais dont il a probablement dessiné les modèles à partir d’une expérience visuelle directe.

  • 45 Wolff, Venice and the Slavs, p. 357.

40Cependant, alors que la femme macédonienne, le marchand ragusain et le messager de Nicolay devenaient des symboles largement reconnus des Balkans, systématiquement sélectionnés et copiés par les graveurs nord européens, les figures de Vecellio ne construisent pas d’imagerie des Balkans et, pendant longtemps, ne circulent pas au-delà de Venise ou de l’Italie. Malgré cet oubli iconographique, la jeune fille de Dalmatie survécut, seule ou avec le Dalmate, dans des contextes étonnamment différents. En 1758, Zandira, une femme de Dalmatie devint l’héroïne de l’une des pièces orientales de Goldoni, La Dalmatina, et en 1944, alors que les partisans communistes se battaient contre l’occupation étrangère, Tito « louait les vertus martiales » du Dalmate et de la Dalmate, comme des héros de la résistance des Partisans45.

Haut de page

Notes

1 C. Brosius, R.Wenzlhuemer (eds.), Transcultural Turbulences. Towards a Multi-Sited Reading of Image Flows, Berlin 2011 ; J.B. Eicher (ed.), Berg Encyclopedia of World Dress and Fashion, v. 10, Global Perspectives, New York 2010 ; K. Tranberg Hansen, The World in Dress:Anthropological Perspectives on Clothing, Fashion and Culture, “Annual Review of Anthropology” 33 (2004), p. 369-392.

2 C.Brosius and R. Wenzlhuemer, Transcultural Turbulences, Introduction, p. 13.

3 D. Woodward, Maps as Prints in the Italian Renaissance: Makers, Distributors, London, The Panizzi Lectures 1995 ; L.B. Cormack, Glob(al) Visions. Globes and Their Publics in Early Modern Europe, in B. Wilson and P. Yachnin (eds), Making Publics in Early Modern Europe, New York and London 2010, p. 139-156.

4 L.Woolf, Venice and the Slavs, Stanford, 2011.

5 C Vecellio, Habiti antichi e moderni di diverse parti del mondo, Venezia 1590 ; Habiti antichi e moderni di tutto il mondo, Venezia, 1598.

6 Vecellio, Habiti, 1590, p. 472-474.

7 Wolff, Venice and the Slavs.

8 Cit in Wolff, Venice and the Slavs, p. 8.

9 M. Todorova, Imagining the Balkans, Oxford and New York, 1997.

10 Todorova, Imagining the Balkans ; S.Subrahmanyam, “A Tale of Three Empires”, Symposium Imperial Trauma, Part Three, Common Knowledge, 12, 1, 2006, p. 66-92.

11 Nicolas de Nicolay, Dans l’Empire de Soliman le Magnifique, Présenté et Annoté par M-C-Gomez-Géraud et Stephane Yerasimos, Presses du CNRS, 1989.

12 I. Manners (ed.), European Cartographers and the Ottoman World 1500-1750, The Oriental Institute Museum of the University of Chicago 2007, Introduction, 23.

13 Ibidem, 39.

14 B. Wilson, ‘Foggie diverse di vestire de’ Turchi’: Turkish Costume Illustration and Cultural Translation, “Journal of Medieval and Early Modern Studies”, 37, 1, 2007, p. 97-139.

15 P.Bertelli, Diversarum nationum habitus, Padova 1589.

16 L. Peirce, The Imperial Harem, Oxford and New York 1993 ; M.P.Pedani, Venezia porta d’Oriente, Bologna 2010.

17 L. Bassano, I costumi e ‘l modo di vivere de’Turchi minutamente descritto, Roma 1545 ; Giovanantonio Menavino, I cinque libri della legge, religione et vita de’Turchi, et della corte & alcune guerre del Gran Turco, Venezia 1548.

18 N.de Nicolay, Dans L’Empire de Soliman le Magnifique, 1989, p. 129.

19 Ibidem, p. 151-154 ; Vecellio, Habiti, 1590, p. 455-456.

20 Ibidem, p. 227.

21 Ibidem, p. 226-229.

22 Ogier Ghislan de Busbecq, Travels into Turkey, containing the most accurate account of the Turks, and neighbouring nations, London 1774 ; E. Fisher, Melchior Lork, Copenhagen, The Royal Library MMIX ; pour une perspective globale sur ces guerriers, v. M. Speidel, Berserks: A History of Indo-EuropeanMad Warriors’ “Journal of World History” 13, 2, 2002, p. 253-290.

23 Pedani, Venezia porta d’Oriente, p. 160-170.

24 Nicolay, Sous l’Empire, p. 241.

25 Ivi.

26 A. Testart et J-L. Bruneaux, Esclavage et prix de la fiancée. La société thrace au risqué de l’ethnographie compare, “Annales” 59, 3, 2004, 615-640 ; G. Calvi, Gender and the Body, in A. Molho and D. Ramada Curto (eds.), Finding Europe, London 2007.

27 Nicolay, 1989 : 269.

28 Nicolay, 1989 : 251.

29 Boemo, 1543 ; Hodgen, 1953 ; Stahl, 1974 ; Testart et Brunaux, op. cit., 2004.

30 A.de Bruyn, Omnium pene Europae, Asiae, Aphricae atque Americae gentium habitus, Antwerp, 1581.

31 J-J.Boissard, Habitus variarum orbis gentium, Mechlin, 1581.

32 Vecellio, Habiti (1590), p. 478-79.

33 L. Valensi, Venise et la Sublime Porte, Paris 1990 ; “The Making of a Political Paradigm: the Ottoman State and Oriental Despotism”, in A. Grafton and A. Blair (eds.), The Transmission of Culture in Early Modern Europe, Philadelphia 1990, p. 173-203.

34 Vecellio, Habiti (1598), p. 408.

35 Ibidem, p. 410.

36 Ibidem, p. 411.

37 Vecellio, Habiti (1590), p. 187.

38 B. Cohn, Colonialism and its Forms of Knowledge, Princeton, 1996.

39 Vecellio, Habiti (1598), p. 412-13.

40 C. Bracewell, The Uskoks of Senj, Ithaca, 1992.

41 Vecellio, Habiti (1598), 414.

42 Ibidem, 415.

43 B. Krekic, Dubrovnik: a Mediterranean Urban Society, 1300-1600, S. Bertelli, Trittico, Roma 2004 ; S. Newton, The Dress of the Venitians 1495-1525, Aldershot, 1988.

44 J. Martin and D. Romano (eds.), Venice Reconsidered. The History and Civilization of an Italian City State, Baltimore, 2000.

45 Wolff, Venice and the Slavs, p. 357.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Camocio, Mediterraneo Orientale 1568
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-1.png
Fichier image/png, 982k
Titre Fig. 2 : Petrus Plancius, Mediterraneo orientale 1590
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 : Levinus Hulsius, Map of Croatia 1596
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4 : Giovanni Maria Cassini, La Dalmatia 1793
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5 : Nicolas de Nicolay, Azamoglan rustico 1580
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 6 : Nicolas de Nicolay, Delly 1580
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 7 : Melchior Lork, Deli 1559
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 8 : Nicolas de Nicolay, Mercante raguseo 1580
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 9 : Nicolay de Nicolay, Fante raguseo 1580
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 10 : Nicolas de Nicolay, Donna di Macedonia 1580
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 11 : Cesare Vecellio, Donna dalmatina 1598
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 12 : C.Vecellio, Capo di Uscocchi 1598
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 13 : Cesare Vecellio, Giovanetta ragusea 1598
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5291/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giulia Calvi, « Corps et Espaces. Les costumes des Balkans dans l’Europe du xvie siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 10 juillet 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/5291 ; DOI : 10.4000/acrh.5291

Haut de page

Auteur

Giulia Calvi

De 2004 à 2012, Giulia Calvi a enseigné dans le cadre de la chaire « Gender History in Europe and the World (xvi-xix) » dans le département d'Histoire et Civilisation de l'Institut Universitaire Européen de Florence. Elle est professeur en histoire moderne à l'Université d Sienne. En 2012, elle a occupé la chaire de Culture italienne à l'Université de Berkeley. Elle a été professeur invitée à l'EHESS-Paris en 2001 et 2011.
Son champ de recherche privilégié et ses principales publications concernent l'histoire culturelle et sociale à l'époque moderne. Elle s'est intéressée à l'histoire des pratiques médicales (Histories of a plague year. The social and the imaginary in Baroque Florence, California University Press 1989), de la famille (Il contratto morale. Madri e figli nella Toscana moderna,Laterza 1994), de l'écriture féminine (Barocco al femminile, Laterza 1992), de l'historiographie (Innesti. Donne e genere nella storia sociale, Viella 2004). Ses travaux plus récents abordent la circulation des images et de la culture matérielle en Europe : Gender and the Body in A. Molho and D. Ramada Curto (eds), Finding Europe, Berghan Books 2007; La famiglia in Europa, in A. Barbero (a cura di), Storia dell’Europa e del Mediterraneo, L’Età moderna, Salerno editrice 2009; Global trends: Gender Studies in Europe and the US, “European History Quarterly” 4, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org