Navigation – Plan du site

Généalogie d’une oeuvre à (in) succès. Lectures et écritures de la Veteris ac Novi Testamenti Concordia dans la collégiale de Saint - Isidore de Léon (1148-1240)

Amélie De Las Heras

Texte intégral

1Composition du jury :

Directeur de thèse : M. Alain Boureau, Directeur d’études, ÉHESS ;
Mme Amaia Arizaleta, Professeure, Toulouse I - Le Mirail ;
Mme Gregoria Cavero Dominguez, Professeure, Universidad de Leon (Espagne) ;
M. Pierre Chastang, Professeur, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ;
M. Patrick Henriet, Directeur d’études, École pratique des hautes études (ÉPHE) ;
M. Dominique Iogna - Prat, Directeur d’études, ÉHESS.

2Thèse soutenue le 25 novembre 2013, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

3Martin de León, chanoine à Saint - Isidore de León où la communauté suit la règle de saint Augustin depuis 1148, compose entre 1185 et 1203 un homéliaire de cinquante-quatre sermons et quatre commentaires bibliques qu’il intitule la Veteris ac Novi Testamenti Concordia. Avec l’étude de cette oeuvre et des structures politiques et savantes qui soutiennent sa production puis sa promotion, la thèse vise à enrichir les connaissances sur l’éthique et les savoirs des chanoines réguliers ibériques aux XIIe - XIIIe siècles, en s’interrogeant sur l’existence d’une culture qui soit à proprement parler canoniale. Pour ce faire, l’enquête s’est ordonnée autour d’une oeuvre qui peut être qualifiée d’insuccès sur le moyen à long terme, tant est frappante la dissonance entre, d’une part, les intentions de ses auteurs et promoteurs jusqu’en 1240 et, d’autre part, la circulation et les lectures qu’on lui connaît par la suite.
La Concordia marque une renaissance documentaire des études bibliques dans la péninsule Ibérique chrétienne : la figure de Martin a fait l’objet de tant de promotions probablement pour avoir mis fin à un hiatus exégétique de près de quatre siècles. L’attraction qu’exerce la production des écoles parisiennes sur le chanoine est décisive dans cette évolution. Cependant, l’affaiblissement de sa collégiale au sein de l’Église ibérique à partir des années 1200, l’essor et l’affirmation des nouveaux choix de vie religieux soutenus par la royauté léonaise aussi bien que de nouvelles formes de prédication et de nouvelles postures face à la lectio divina, dans la première moitié du XIIIe siècle, expliquent le faible intérêt que suscite l’oeuvre après 1240.

Abstract

4Between 1185 and 1203, Martin of León -a canon of San Isidoro of León, whose community had been following the Rule of St. Augustine since 1148 wrote a large homiliary of fifty four sermons and four biblical commentaries which he entitled the Veteris ac Novi Testamenti Concordia. By examining his work as well as the political and academic structures which supported both its production and promotion, this dissertation aims to expand academic knowledge on the ethics and science of Iberian Canons in the twelfth and thirteenth centuries and attempts to determine whether or not there was in those days such a thing as a distinguishable canonical culture. To that purpose, the inquiry focuses on a work which can be considered a failure in so far as there is indeed a striking discrepancy between the intentions of its authors and promoters before 1240 and the way it was later used and interpreted.
The Concordia lead to a resurgence of biblical studies in the Christian Iberian peninsula. The reason why Martin of León became briefly so popular may be that his work put an end to an exegetical hiatus which had been lasting for nearly four centuries. Martin felt drawn to the production of Parisian schools, and this sense of attraction was crucial in that evolution. However, the weakening of his collegiate in the Iberian Church from the 1200s onwards, the development and consolidation of new ways of religious life promoted by the Leonese sovereignty and the appearance in the first half of the thirteenth century of new forms of preaching and of new postures on the lectio divina, may explain why Martin's opus aroused little interest after 1240.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie De Las Heras, « Généalogie d’une oeuvre à (in) succès. Lectures et écritures de la Veteris ac Novi Testamenti Concordia dans la collégiale de Saint - Isidore de Léon (1148-1240) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/5461

Haut de page

Auteur

Amélie De Las Heras

Les principaux axes de recherche actuels de l’auteur sont l’Histoire culturelle du Moyen Âge (pratiques de savoir et transmission ; sermons et commentaires bibliques ; spiritualité), l’Histoire des chanoines réguliers au Moyen Âge et l’Histoire des rapports entre l’Église et la royauté dans la péninsule Ibérique chrétienne médiévale.
E-mail : delasheras [point] amelie [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org