Navigation – Plan du site

On ne fait que s'entraider. Dynamique des relations de pouvoir et construction de la figure du leader chez les Inuit du Nunavik (xxe siècle - 2011)

Caroline Hervé

Texte intégral

1Composition du jury:

Yves Cohen, Directeur de thèse, Directeur d’Étude à l’ÉHESS;
Frédéric Laugrand, Co-Directeur de thèse, Professeur à l’Université Laval (Canada);
Alban Bensa, Directeur d’Études à l’ÉHESS;
Louis - Jacques Dorais, Professeur à l’Université Laval (Canada);
Patrick Plattet, Professeur assistant à l’Université d'Alaska à Fairbanks.

2Thèse en cotutelle avec l’Université Laval à Québec (QC) Canada, soutenue le 27 novembre 2013 à l'Université Laval.

Résumé

3Cette thèse est construite sur deux mouvements qui s’entrecroisent : une analyse de la nature des relations de pouvoir et une étude de la construction de la figure du leader chez les Inuit du Nunavik. Elle propose ainsi de déconstruire la catégorie de leader en montrant sa nature endogène, mais réappropriée, tout en offrant une nouvelle perspective analytique sur la question des formes de pouvoir. Outillée par l’anthropologie réflexive, cette recherche doctorale met en évidence la prééminence de la cooptation dans le Nunavik contemporain. Au sein même des relations d’entraide qui dépassent de loin le cadre des échanges alimentaires et matériels pour toucher des dimensions sociales et immatérielles, se manifestent clairement les rapports de pouvoir. Les figures de pouvoir sont des personnes possédant des biens dont d’autres sont dépourvus et dans l’obligation de les partager. Dans le sillage des travaux menés sur les sociétés dites égalitaristes et sur les sociétés dites sans Etat, cette thèse montre ainsi que la source du pouvoir chez les Inuit est externe. Sa légitimité est conférée par le groupe et il se manifeste dans la contrainte sociale de redistribuer Le groupe l’institue en décidant, librement, de suivre certaines personnes. Ce schème éclaire sous un nouveau jour la nature du lien tissé entre. Les Nunavimmiut et les Qallunaat tout au long du xxe siècle. La pression constante que le groupe exerce sur les figures de pouvoir s’étend en effet aux missionnaires ou aux commerçants venant s’installer dans l’Arctique québécois. Alors que ces derniers tentent d’imposer leurs conceptions et d’établir de nouvelles positions de pouvoir, ils sont dans le même temps considérés comme des pourvoyeurs devant partager leur richesse. Il en est de même pour les gouvernements qui s’implantent progressivement dans la région à partir des années 1950. Ceux-ci voient alors s’enliser leur politique paternaliste. Les critiques adressées au projet de gouvernement régional au Nunavik portent elles aussi ces marques. Pour les Nunavimmiut, un gouvernement autonome doit être, avant tout, au service des habitants de la région.

Abstract

4“We just help each other.” Dynamics of power relationships and construction of the figure of leader among the Nunavik Inuit (20th century - 2011)”;
This dissertation describes power relationships among the Nunavik Inuit by addressing two interrelated themes. On the one hand, the nature of power and the role of authority figures are analyzed. On the other, the concept of leader is deconstructed by showing its endogenous nature and the way it is appropriated by Inuit. Through reflexive fieldwork, this research points to a high prevalence of cooperation practices among the Nunavik Inuit. These practices, which are structured by power relationships and various inequalities, cover a wide range of social and material goods and go far beyond food sharing and equipment lending. Such pooling of resources is driven by authority figures who possess what others lack and, as such, are obliged to give back and share their wealth. In line with previous research on egalitarian groups and stateless societies, this research shows that Inuit individuals gain power through exogenous factors, what others within the group think of them, and not through endogenous ones, their personal ambitions. In other words, a group creates its leader by deciding to follow him or her. This finding sheds new light on the history of Inuit and Qallunaat relations during the 20th century. Each Inuit group continually exerted pressure to control authority figures, and this pressure extended to missionaries and traders as well. Despite efforts to impose their own power structures by creating new positions of authority in the Arctic, missionaries and traders were nevertheless considered to be wealthy people who had an obligation to share. Governments likewise felt the same pressures, which in time subverted their paternalistic policies. The same applies today to the Nunavik regional government projects, whose negotiators recognize this reality and are seeking to develop a very advanced form of participatory democracy.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Hervé, « On ne fait que s'entraider. Dynamique des relations de pouvoir et construction de la figure du leader chez les Inuit du Nunavik (xxe siècle - 2011) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, mis en ligne le 11 avril 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/5517

Haut de page

Auteur

Caroline Hervé

L’auteur est coordonnatrice d’un programme de recherche international intitulé « Leadership et gouvernance inuit : récits de vie, perspectives analytiques et formation », financé par le Conseil en sciences humaines du Canada. Elle a également été la principale chercheuse d’un projet de recherche sur le leadership inuit « Leaderpol » (2009-2011), financé par l’Institut Paul-Émile Victor. Elle est chercheure associée au Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA) et du groupe de recherche « Mutations polaires : sociétés et environnement ». Elle poursuit ses recherches sur le lien entre coopération et leadership et sur les dimensions ontologiques de la coopération. Elle a publié en 2010 « Analyse de la position sociale du chercheur : des obstacles sur le terrain à l’anthropologie réflexive » dans Les Cahiers du Ciéra, (n°6 : 7-26) consulté en ligne le 25 mars 2014 https://depot.erudit.org/id/003552dd;
Caroline Hervé a obtenu le 1er prix du jury des prix de la Fondation Jean-Charles Bonenfant pour la meilleure thèse de doctorat sur le politique au Québec et le Prix du ministère des Relations internationales, de la francophonie et du Commerce extérieur du gouvernement du Québec et du ministère des Affaires étrangères de la République française.
E-mail : caroline_rv [arobase] yahoo.fr, ou caroline [point] herve [arobase] ciera [point] ulaval [point] ca;

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org