Navigation – Plan du site

Proscrits ibériques à Paris au temps des monarchies constitutionnelles (1814-1848)

Anne Leblay

Texte intégral

1Composition du jury :

Bernard Vincent, directeur de thèse ÉHESS ;
Caroline Douki, Université Paris 8 ;
Jean - Philippe Luis, Université de Clermont Ferrand ;
Paul – André Rosental, Sciences Po ;
Marie Manuela Tavares Ribeiro, Université de Coimbra.

2Thèse de doctorat en Histoire et civilisations soutenue le 24 juin 2013

Résumé

3La présence à Paris des réfugiés politiques espagnols et portugais pendant la Restauration et la monarchie de Juillet est importante. Les émigrations ibériques jouent un rôle dans la création d’un premier statut des réfugiés au début de la monarchie de Juillet : une politique d’accueil qui s’inspire de la gestion des prisonniers de guerre est mise en place pour les Espagnols. À la surveillance individualisée et politique des réfugiés se substitue une politique générale de distribution de subsides et de résidence obligée qui tend vers un système de contrôle global. Mais, dans la continuité de la Restauration et malgré les déclarations officielles, l’assistance, reste partisane. L’organisation portugaise libérale entre 1828 et 1833 s’apparente à celle d’un État en exil qui assiste les réfugiés, développe une propagande active et poursuit le combat militaire. Pour les Espagnols libéraux, sous la Restauration, Paris est une place secondaire. Mais avec l’échec de la stratégie de « pronunciamientos », différents comités directeurs des réfugiés y sont expérimentés en 1830-1831. Malgré leur échec, ils montrent l’existence de nouveaux modèles politiques fondés sur la représentativité et la liberté d’expression. La présence des réfugiés interroge les identités. La proscription contribue à l’émergence d’un « nationalisme d’exil ». Les deux populations émigrent en famille. L’armée constitue un vecteur de solidarité, ainsi que, dans une moindre mesure, l’Église ou la franc-maçonnerie. Contrairement aux Portugais, beaucoup d’Espagnols exercent un emploi. Les émigrés politiques vivent à Paris dans un régime d’exception. La dimension de la ville permet aux réfugiés des deux nationalités de vivre séparés. La durée de l’exil des Espagnols ainsi que le fait que les « étrangers » et les « réfugiés » ne constituent pas encore des catégories clairement définies dans la société française postrévolutionnaire favorisent leur intégration.

Abstract

4The presence in Paris of Spanish and Portuguese political refugees is significant during Restauration and Monarchie de Juillet. Iberic emigrations play their part in the creation of a first status of refugees at the beginning of Monarchie de Juillet : an asylum policy, developed from the model of treatment of war prisoners, is created for the Spaniards. The individual and political surveillance towards refugees is replaced by a general policy of allocating “subsides” and setting residence is organized, which tends to a global control system. But, in the continuity of Restauration and despite official statements, refugees care remains biased. Portuguese liberal organization between 1828 and 1833 is close to an exiled State. It gives assistance to the refugees, realizes an active propaganda and carries on the military battle. During Restauration, Paris’ play is limited for the Spanish liberal. But with the failure of “pronunciamientos” strategy, various representative boards of refugees are tried out in 1830-1831. Despite their failure, they convey new political patterns based on representativeness and freedom of expression. Refugee situation also questions identity. Proscription contributes to the emergence of a nationalism “in exile”. Both populations emigrate with the family. The army is a conveyor of solidarity, as, to a lesser extent, Church and freemasonry. Unlike the Portuguese, a lot of Spaniards have a job. In Paris, political migrants are depending on a special system. Because of the size of the city, refugees of each nation can live separately. The long-lasting Spanish exile and the fact that “Foreigners” and “refugees” are not yet well-defined denomination in the French society born after the French Revolution help their integration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Leblay, « Proscrits ibériques à Paris au temps des monarchies constitutionnelles (1814-1848) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, mis en ligne le 28 mars 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/5561

Haut de page

Auteur

Anne Leblay

E-mail : anne [point] leblay [arobase] ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org