Navigation – Plan du site

« In hoc signo vinces. » Pratiques de Consécration au Sacré Cœur en France et en Italie pendant La Grande Guerre (1914-1919)

Sante Lesti

Texte intégral

1Composition du jury :

Alberto - Mario Banti (Università di Pisa (Italie), rapporteur) ;
Philippe Boutry (ÉHESS/Paris 1, Paris, co-directeur de thèse) ;
Claude Langlois (EPHE, Paris, rapporteur) ;
Daniele Menozzi (SNS, (Italie), directeur de thèse) ;
Renato Moro (Università degli studi di Roma Tre (Italie), rapporteur) ;
Gilles Pécout (ENS/ÉPHE, Paris, président).

2La thèse a été soutenue en cotutelle avec la Scuola normale superiore de Pise en Italie le 8 novembre 2013 à Pise.

Résumé

3« La démarche la plus importante de toute la guerre », « journée historique », « occasion magnifique » : comment expliquer l’ « émotion » ou, pour mieux dire, le très haut niveau des attentes accompagnant la célébration des différentes pratiques de consécration au Sacré Cœur de Jésus en France et en Italie entre 1914 - 1919 ? Dans le but de répondre à cette question, l’analyse se concentre sur les principales cérémonies de consécration mises en place dans les deux pays : celle de la France (11 juin 1915), celle des soldats de l’armée italienne (5 janvier 1917), celle des nations alliées (15 juin 1917), celle enfin de la Basilique de Montmartre (16 – 19 octobre 1919).
À bien des égards, une question préalable à toute analyse ultérieure était : nos acteurs, qui sont-ils ? Ou pour être plus précis : Qui sont les promoteurs des pratiques de consécration au Sacré Cœur ? Et d’autre part : qui sont les participants (les consacrés, en d’autres mots) aux cérémonies de consécration ? Est - on réellement face, comme l’historiographie le suggère, à des démarches isolées et à des milieux somme toute marginaux par rapport aux deux Églises nationales ? Les cérémonies examinées au fil des chapitres nous montrent le contraire. Commençons par le cas français : lancées dans trois cas sur quatre par l’archevêque de Paris au nom des cardinaux français, les principales pratiques de consécration nationale sont célébrées, avec le soutien de l’épiscopat et le concours de millions de fidèles, dans toutes les églises et chapelles du pays.
Passons au cas italien, en commençant par la consécration des soldats. Il n’y a pas de doutes qu’à l’origine de l’« idée » on trouve, mis à part la pluie et les « désirs » confiés par le Sacré Cœur à sœur Maria - Fedele Filippini, d’une part l’expérience de guerre du père Gemelli (ses « rêves », ainsi que les durs reproches venant de Rome), d’autre part l’ambitieuse exégèse du « message » du Sacré Cœur donnée par Armida Barelli. Il s’agit cependant d’une cérémonie a) bénite par le pape ; b) relancée de manière enthousiaste par l’évêque aux armées ; c) officiée par des centaines d’aumôniers et prêtres - soldats ; d) avec la participation (quoique non spontanée dans certains cas) de deux millions de soldats. On ne peut pas nier, par conséquent, d’être face à une cérémonie de l’Église militaire italienne. Il en est de même pour la consécration nationale mise en place en juin 1917 : a) également bénite par le pape (quoique de façon informelle), elle est b) organisée, diocèse par diocèse, par l’effort conjugué de l’Apostolat de la prière et de l’Unione delle donne cattoliche italiane.
Qu’est-ce qu’il y a donc derrière l’ « émotion  » suscitée par les pratiques de consécration au Sacré Cœur ? D’abord, trois « choses » qui sont « faites » (John L. Austin) par les catholiques français et italiens en se consacrant au Sacré Cœur. La première est, pour le dire selon une formule, l’ « action » magique assurant le triomphe de la France. Loin d’être seulement des supplications pour « obtenir plus promptement de Dieu la victoire et la paix », les cérémonies de consécration sont l’accomplissement des « demandes » adressées par le Seigneur au roi de France en 1689 par le biais de Marguerite Marie ; « demandes » « en retour » desquelles le « Dieu de Clovis » a promis d’assurer à sa « fille ainée » la victoire sur tous ses ennemis.
La deuxième « chose » est la christianisation de la nation et sa guerre (et, en juin 1917, de l’Entente et sa « croisade »). En effet, il s’agit non pas de pratiques de consécration de n’importe quelle nation, ou de légitimation de n’importe quelle guerre, mais des pratiques de consécration d’une nation catholique et de légitimation d’une « croisade » catholique.
La troisième « chose » est la création (ou la réactivation, dans le cas français) d’une armée de croisés s’engageant, à partir de ce moment-là, à « travailler » pour le « rétablissement » du règne social de Jésus - Christ, les cérémonies de consécration n’étant pas seulement des professions de foi, mais des serments.
Ce n’est pas seulement ce que les catholiques français et italiens sont en train de « faire » en se consacrant au Sacré Cœur qui explique l’« émotion » qu’ils ressentent, mais aussi les fragments d’imaginaires évoqués par les cérémonies. Et avant tout, en France aussi bien qu’en Italie, l’imaginaire politico - religieux de la religion catholique comme religion publique de la nation. Ou pour être plus précis le double imaginaire de la religion catholique comme religion publique de la nation, car on est confronté, me semble-t-il, à deux imaginaires distincts (quoique étant presque toujours à l’œuvre ensemble) : celui de la religion officielle de l’État - nation d’une part, celui de la religion de la communauté - nation d’autre part (ou d’une religion « sociale », pour parler comme les acteurs de l’époque). Cela mérite toute notre attention, parce qu’il s’agit d’une distinction fondamentale pour comprendre non seulement l’ « émotion » ressentie par nos acteurs face aux rites « nationaux » mais non officiels célébrés pendant la Guerre, mais aussi, plus généralement, une dimension centrale de la culture du catholicisme intransigeant aux XIXe - XXe siècles. En effet, ce catholicisme n’est pas confronté seulement au « choc » de l’ « apostasie » des États modernes, mais aussi à celui de la privatisation de la foi.
Essais d’ « histoire croisée », cette thèse ne se penche pas seulement sur les rites (ainsi que sur les « rêves » qui y sont plus ou moins cachés) des catholiques français et italiens, mais aussi sur la réaction des autorités politiques et militaires de la République et du Règne, non moins que sur mon propre regard d’observateur, selon la démarche proposée par Michael Werner et Bénédicte Zimmermann. Pour ce faire, plusieurs sources ont été croisées : sources ecclésiastiques (françaises et italiennes non moins que romaines) et publiques, sources d’archives et imprimées.

Abstract

4“The most important step of the whole war”, “historical day”, “wonderful opportunity”: how to explain the “emotion” or, to speak more correctly, the very high level of expectations raised by the celebration of the consecration to the Sacred Heart of Jesus in France and Italy between 1914-1919? In order to answer this question, the analysis focuses on the main consecration ceremonies implemented in the two countries: that of France (11 June 1915), that of the soldiers of the Italian Army (5 January 1917), that of the Allied nations (15 June 1917), and finally, that of the Basilica of Montmartre (16-19 October 1919).
However, a preliminary question to be answered was: “Who are the promoters of and participants to the consecration ceremonies?” “Are they so marginal to the Church as historiography suggests?” The ceremonies examined in the thesis show precisely the opposite. Let us start with the French case. Launched in three out of four cases by the Archbishop of Paris on behalf of the French cardinals (and with the support of the Episcopate and the participation of millions of faithful people), the main national consecrations are celebrated in all the churches and the chapels of the country.
Let us pass to the Italian case, beginning with the consecration of the Army. There is no doubt that the origin of the “idea” comes, on the one hand, from father Agostino Gemelli and his war experience, and, on the other, from Armida Barelli and her exegesis of the “message” of the Sacred Heart to sister Maria Fedele Filippini (and we could also mention the downpour that brings together the two women). However, the consecration of the Italian Army is a ceremony a) blessed by the Pope; b) enthusiastically relaunched by the military vicar, Angelo Bartolomasi; c) officiated by hundreds of chaplains and priests; d) attended (not always spontaneous) of two millions of soldiers. Therefore, it is the whole Italian military Church that is involved in the ceremony. It is the same for the national consecration celebrated in June 1917: a) also blessed by the Pope (albeit informally), the ceremony is b) organized in all the dioceses by the Apostolato della preghiera and the Unione delle donne cattoliche italiane.
So, what is behind the “emotion” raised by the celebration of the consecration to the Sacred Heart of Jesus in France and Italy between 1914-1919? For the most part, three “things” that have been “done” (John L. Austin, How to Do Things With Words) by French and Italian Catholics by consecrating themselves to the Sacred Heart. The first is the magical action ensuring the triumph of France. Indeed, these rites of consecration are not only supplications “in order to obtain more promptly from God the victory and the peace”. They are also (and perhaps primarily) the fulfilment of the “demands” addressed by the Lord to France in 1689 through Marguerite Marie demands “in return for which” the God of Clovis had promised to his “eldest daughter” to give her the “triumph against all her enemies”.
The second thing is the Christianization of nation and war (then, in June 1917, of the Entente and its crusade against “German militarism”). Indeed, consecrations to the Sacred Heart of Jesus are not practices of legitimation of whatever war, but practices of legitimation (and sacralisation, to be honest) of a Catholic war, of a Catholic crusade.
The third thing is the creation (or the reactivation, in the French case) of an army of crusaders who engage in “working” for the “restoration” of the social Kingdom of Jesus Christ. In fact, consecrations to the Sacred Heart are not only professions of faith, but also political oaths.
However, it is not only what French and Italian Catholics “do” consecrating themselves to the Sacred Heart of Jesus that explains the “emotion” they feel, but it is also the fragments of imagination evoked by the ceremonies. Principally, in France as in Italy, the political and religious image of the Catholic religion as the public religion of the national community. Or, to speak more correctly, the double image of the Catholic religion as, on the one hand, the official religion, and, on the other, the religion of the national community (or, in the language of the time, the “social” religion). This distinction is very important, not only because it explains the “emotions” raised by the “national” but not official consecrations celebrated during the War. Indeed, in more general terms, this distinction draws our attention to a crucial dimension of 19th-20th.century Catholic intransigence. This latter, in fact, has to face not only the challenge of institutional secularization, but also that of privatization of faith.
A study in both histoire croisée and comparative history, this thesis not only focuses on the rituals (and the “dreams”) of French and Italian Catholics, but also on the reactions of the Kingdom of Italy and the French Republic, in order to intercross all the points of view involved in the research process - including my own categories and their relationships with the categories of the social actors (See Michael Werner and Bénédicte Zimmermann, “Beyond Comparison: Histoire Croisée and the Challenge of Reflexivity”, History and Theory, Vol. 45, No. 1 (Feb., 2006), pp. 30-50).

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sante Lesti, « « In hoc signo vinces. » Pratiques de Consécration au Sacré Cœur en France et en Italie pendant La Grande Guerre (1914-1919) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 31 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/5570

Haut de page

Auteur

Sante Lesti

L’auteur est actuellement membre du projet de recherche européen ENARC « European Network on Archival Cooperation » (Scuola Normale Superiore di Pisa);
E-mail: sante [point] lesti [arobase] sns [point] it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org