Navigation – Plan du site

L’exemplum en pratiques : Production, diffusion et usages des recueils d’exempla latins aux xiiie – xve siècles

Nicolas Louis

Texte intégral

1Composition du jury :

Xavier Hermand (Université de Namur - LAMOP), directeur de thèse ;
Marie - Anne Polo de Beaulieu (EHESS - CNRS), directeur de thèse ;
Nicole Bériou (EPHE - CNRS) ;
Franco Morenzoni (Université de Genève) ;
Steven Vanderputten (Universiteit Gent)

2Thèse soutenue en cotutelle avec l’Université de Namur, Académie Universitaire Louvain (Belgique), le 2 juillet 2013

Résumé

3L’« exemplum » est une cible privilégiée pour l’étude culturelle de la société médiévale. Si la recherche concernant le contenu de ces anecdotes édifiantes est déjà bien avancée, l’analyse des auditoires réels et des usages concrets des « exempla » restait à entreprendre. La caractérisation et l’expansion de cette typologie étant directement liée à l’émergence de recueils d’« exempla », notre enquêté était fondée sur l’analyse de ce genre d’ouvrage. Afin de mener à bien ce projet, nous avons exploité les informations présentes dans les copies de manuscrits et les listes médiévales de livres. À travers ces deux types de sources, nous avons analysé les livres en tant qu’objets physiques (couverture, écriture...), véhicules de culture (versions, ouvrages avoisinants...) et témoins historiques (ventes, dons...). Cette thèse devait répondre aux questions suivantes : comment les recueils d’« exempla » se sont diffusés dans le temps et l’espace ? Quelles œuvres ont connu un succès ? Qui étaient les possesseurs et les utilisateurs de tels livres ? Comment les (uti)lisaient-ils ?
Dans la première partie - théorique - de notre analyse, les définitions historiographiques et historiques de l’exemplum ont été clarifiées. Cette étape s’avérait indispensable en raison de l’existence, en France surtout, d’une importante littérature scientifique qui considérait l’exemplum uniquement comme un type d’histoire, qui apparut au XIIe siècle et fut utilisé par les prédicateurs dans les sermons pour illustrer un message salutaire. En affirmant cela, ces scientifiques ont négligé la nature persuasive de l’« exemplum », le confinant à un genre littéraire. En réalité, l’« exemplum » doit être fondamentalement considéré comme un argument rhétorique fondé sur un acte ou une parole qui s’est déroulé dans le passé. Néanmoins, son pouvoir persuasif provenant de son caractère visuel est particulièrement efficace quand le cas est présenté sous forme de récit. Ce phénomène est actuellement étudié dans le « storytelling management », qui utilise des récits pour améliorer la communication. En somme, l’« exemplum » est un argument issu de la réalité sous la forme d’un récit.
L’histoire de l’« exemplum » ne commença pas avec les ordres mendiants, mais dans le cadre de la démocratie et des écoles de rhétorique athéniennes puis romaines. Avec l’apparition du christianisme, les Pères de l’Église en firent usage pour combattre les hérétiques, tandis que les moines l’utilisaient pour partager l’expérience spirituelle des anciens vers les novices. Une utilisation « pro domo » des « exempla » apparaît avec la création des nouveaux ordres religieux, d’abord clunisien puis cistercien et finalement mendiants. Ces derniers introduisirent des « exempla » dans leurs sermons afin d’attirer l’attention de leurs auditoires, mais pas seulement. Ils les utilisèrent dans des conversations, des « lectiones » ainsi que dans des traités moraux et didactiques. Ce n’était pas une nouveauté : des écrivains précédents, tel Jean de Salisbury dans son Polycraticus en firent un usage abondant. Si la période 1250-1350 marque l’âge d’or de l’exemplum, à partir de la seconde moitié du xive siècle, on peut noter un déclin de l’exemplum dans son mode d’utilisation, qui devient davantage une illustration, une allégorie ou un récit, qu’il soit ouvert, facétieux, divertissant ou dévot.
En ce qui concerne les recueils d’« exempla » les chercheurs n’ont pendant longtemps pas cherché à les définir de façon précise. Ils regardaient ces collections uniquement du point de vue des histoires qu’ils contenaient. Selon eux, un recueil d’« exempla » était simplement un livre à l’intérieur duquel il y avait des « exempla ». Afin d’effectuer une distinction nécessaire entre des livres très différents, il est nécessaire de préciser : a) la proportion d’« exempla » ; b) si les « exempla » sont utilisés par les auteurs comme arguments ou proposés aux lecteurs pour leurs fins rhétoriques ; c) s’il existe un système organisationnel. Ces questions permettent successivement de distinguer les livres d’« exempla » de livres avec des « exempla » de traités d’« exempla » de collections d’« exempla » ou encore de répertoires.
En raison du fait que l’« exemplum » ne soit pas un genre mais une fonction, il est très difficile de définir un corpus précis. Le premier recueil d’« exempla » important provient de l’Antiquité romaine. Les « Facta » et « dicta memorabilia » de Valère Maxime furent utilisés comme un manuel pour les étudiants en rhétorique. Avec l’apparition du monachisme, les recueils d’« exempla » des « Vitae patrum » se répandirent à travers toute la chrétienté, diffusant les bons exemples des Pères du désert. Au début du second millénaire, les ordres religieux continuèrent cette pratique, mais avant la volonté nouvelle de mettre leurs ordres respectifs en avant. Les premiers répertoires d’« exempla » apparurent à la fin du xiiie siècle, en lien avec la nécessité de prédication et d’organisation d’un savoir en pleine expansion. Cependant, à côté de ces collections d’« exempla » faites pour des fins de prédication, il y a beaucoup d’autres livres et traités d’« exempla » dont la fonction est d’instruire, ou de donner des règles de morale sociale ou encore d’édifier simplement leurs lecteurs.
La seconde partie de la thèse met l’accent sur la diffusion concrète et les usages réels des collections d’« exempla ». La recherche sur les exemplaires manuscrits indique, entre autres, une augmentation de leur nombre au fil des siècles (13 fois plus au xve s. qu’au xiiie s.), la place prédominante de l’espace germanique, spécialement au xve siècle, et l’importance croissante des traités d’« exempla » prenant l’avantage sur les répertoires. En ce qui concerne les incunables, on compte 172 éditions latines contre 74 éditions vernaculaires. Les premières renferment principalement des répertoires tandis que les secondes sont presqu’exclusivement des traités. Cette production d’éditions débute dans les années 1470, culmine dans les années 1480 et se tasse à la fin du siècle. D’un point de vue géographique, on remarque la même importance de l’espace germanique, spécialement la ville de Strasbourg. On retrouve à la deuxième place l’Italie, qui produisit principalement des collections antiques d’« exempla ». Tant pour les exemplaires manuscrits que pour les éditions incunables, on doit garder à l’esprit qu’il existe une différence conséquente de succès entre les recueils d’« exempla ».
Le dernier chapitre se concentre sur la diffusion et les usages des recueils d’« exempla » écrits par les dominicains, le plus grand producteur de pareilles collections. On remarque ici aussi des grandes différences de succès, de propriétaires et d’usages. Par exemple, les « Vitae fratrum » de Gérard de Frachet furent surtout lues en Europe continentale par des dominicains et des chanoines réguliers afin de garder la morale et l’ordre conventuel, tandis que le « Promptuarium exemplorum » de Jean Herolt a été utilisé par différents ordres et personnes dans l’espace germanique pour des fins pastorales, et que la « Summa praedicantium » de Jean de Bromyard se trouvait dans de grandes institutions intellectuelles en Angleterre, comme des universités et des monastères bénédictins. Un même recueil d’« exempla » peut aussi avoir différents lecteurs et usages. Le « Bonum universale de apibus » de Thomas de Cantimpré, écrit pour des fins conventuelles, fut aussi utilisé comme répertoire d’« exempla » pour la prédication et traité de morale sociale. Le « Liber de moribus » de Jacques de Cessoles n’a pas seulement été lu par des prédicateurs et des pasteurs, mais aussi par des laïcs comme lecture spirituelle. À travers l’étude de différentes collections d’« exempla », on remarque beaucoup de manuscrits germaniques du xve s. élaborés exclusivement pour des usages pastoraux. Dans ces « Priesterhandbücher », on peut trouver à côté des recueils d’« exempla » des sermons, des « artes praedicandi », des traités sur la messe, des explications des Dix commandements et du Credo.
À rebours de la perception habituelle des recueils d’« exempla » produits et utilisés à l’intérieur de la prédication, cette enquête globale montre, d’une part, la grande diversité des milieux et des fins attendues par les compilateurs d’« exempla » et, d’autre part, une variété tout aussi importante en ce qui concerne la diffusion et les usages réels de tels ouvrages.
En complément à la thèse, on trouve une annexe de plus de 300 pages présentant 68 recueils d’« exempla » latins, où sont exposés les caractéristiques des ouvrages, les objectifs d’usages prévus par les auteurs et les modalités de diffusion (grâce à une liste des manuscrits, des mentions médiévales, des traductions et des éditions)

Abstract

4The exemplum is a privileged target for the cultural study of the medieval society. If the research regarding the content of those edifying anecdotes is already well advanced, the analysis of the real audiences and concrete uses of the exempla remained yet to be undertaken. Because the expansion and characterization of this typology is directly linked with the emergence of the collections of exempla, our investigation was based on this kind of works. To succeed with this project, we used the information existing in the manuscripts copies and in medieval booklists. With these two kinds of sources, we analysed books as physical objects (cover, writing, etc.), vehicles of culture (versions, surrounding works, etc.) and historical witness (purchase, legacies, etc.). The thesis focused on the following central questions: how did books of exempla diffused in time and space? Which works achieved success? Who were the owners of these books? How did they read and use them? In the first part of our analysis, the theoretical one, historiographical and historical definitions of the exemplum and the collections of exempla have been clarified. This was indispensable because a large part of the scientific literature, especially in France, only considered the exemplum as a kind of story, which appeared in the twelfth century and was used by preachers in sermons to illustrate a salutary message. By saying so, they neglected the persuasive nature of the exemplum, confining it to a literary genre. In reality, the exemplum should be primarily considered as a rhetorical argument based on a deed or a word that happened in the past. Nevertheless, its persuasive power, which comes from its visual imagery, is especially effective when the case is told in the form of a story. This phenomenon is currently studied in the storytelling management, which uses stories to improve communication. In sum, the exemplum is an argument stemming from reality in the form of a story. The history of the exemplum does not start with the mendicant orders, but within democracy and the rhetoric schools of Athena and later in Rome. With the emergence of Christianity, church fathers use it to fight against heretics and monks to share the spiritual experience of elders to novices. A pro domo use of the exempla appears with the creation of the new religious orders, first Cluny, then the Cistercians and finally the mendicants. The latter put exempla in theirs sermons to attract the attention of their audience, though not only. They use them in conversations, lectiones and also in didactic and moral treatises. This was no novelty: previous writers such as John of Salisbury in his Polycraticus uses it abundantly. If the years 1250-1350 are the magnificent era of the exemplum, since the second half of the 14th century, we can notice a decline of the exemplum, which becomes either an illustration, an allegory, or an open, facetious, entertaining or devote story. As far as the books of exempla are concerned, for a long time scholars did not try to define them precisely. They looked at these collections only for the stories they contained. To their minds, an exempla collection was simply a book in which there were exempla. To make a necessary distinction between very differing books of exempla, we need to precise: a) the proportion of exempla; b) if the exempla are used by the authors as arguments or offered to the readers for rhetorical purposes; c) if there is an organizational system. Those questions successively allow distinguishing books of exempla from books with exempla, exempla treaties from exempla collections and exempla repositories. Nonetheless, due to the fact that exemplum is not a genre but a function, it is very hard to define a clear corpus. The first important book of exempla comes from Roman Antiquity. The Facta et dicta memorabilia of Valerius Maximus was used as a text book for students in rhetoric. With the flourishing of monasticism, exempla collections of the Vitae patrum spread all over the Christian world, diffusing the good examples of the desert Fathers. In the beginning of the second millennium, religious orders continued this practice, but with the new will of putting their respective orders forward. The first alphabetical repositories of exempla appear at the end of the 13th century due to the necessity of preaching and of tidying up growing knowledge. However, alongside the existence of these collections of exempla made for preaching purposes, there are many others books and treaties of exempla, whose function is either to instruct, or to give the rules of social morality, or simply to edify readers. The second part of the thesis puts the stress on the concrete diffusion and uses of the exempla collections. The investigation on the manuscript copies shows, inter alia, an increase in their number during the centuries (13 times more in the 15th than in the 13th century), the predominant place of the German area, especially in the 15th century, and the growing importance of the treatises of exempla, taking advantage on the repertories. With regards to the incunabula, we count 172 Latin and 74 vernacular editions of exempla collections before 1500. This mainly concerns repositories for the former when the latter contains almost exclusively treaties. The production of this edition starts in the years 1470, culminates in the years 1480 and declines at the end of the century. Geographically, we notice the same importance of the German speaking area, especially in the city of Strasbourg. At the second place we find Italy, which produces mainly antique exempla collections. For the manuscript copies as for the incunabula editions, we have to keep in mind that it exists huge differences of success between books of exempla. The last chapter focuses on the diffusion and uses of the books of exempla written by the Dominicans, the biggest producer of such collections. We also see big discrepancies of success, owners and uses. For example, the Gerard of Frachet’s Vitas fratrum were mainly read in continental Europe by Dominicans and Canons regular to keep conventual order and morality, while the John Herolt’s Promptuarium exemplorum was used by different orders and persons in the German world for pastoral purposes and John of Bromyard’s Summa praedicantium was located in England in highly intellectual institutions, such as universities and big Benedictine monasteries. A collection of exempla can also have different readers and uses. Thomas of Cantimpre’s Bonum universale de apibus, written for conventual purposes, was also used either as a repertory of exempla for preaching or as a treaty of social morality. John of Cessoles’ Liber de moribus was not only read by preachers and pastors but also by lay people as spiritual lecture. Across the study of the different exempla collections, we notice many German 15th century manuscripts exclusively elaborated for pastoral uses. In these Priesterhandbücher we can find, next to exempla collections, sermons, artes predicandi, treaties on the Mass, explanation of the sacraments, the Ten Commandments and Credo. Unlike a common vision of exempla collections produced and used within the preaching, this global study shows, on the one hand, the great diversity of production environments and aims intended by exempla compilers, as well as, on the second hand, an equally important variety concerning diffusion and real uses of such works. Added to the thesis, there is an appendix of more than 300 pages presenting 68 Latin books of exempla, in which the characteristics of the work are exposed, the objectives of use pursued by the author, and the modalities of diffusion (including the list of manuscripts, medieval mentions, translations and editions).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Louis, « L’exemplum en pratiques : Production, diffusion et usages des recueils d’exempla latins aux xiiie – xve siècles », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/5600

Haut de page

Auteur

Nicolas Louis

Voir www.nicolaslouis.be;
Thèse entièrement accessible aux pages suivantes : Tel, serveur de thèses multidisciplinaire, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00860685, consulté le 25 mars 2014; Dial, dépôt institutionnel de l’académie « Louvain », http://dial.academielouvain.be/handle/boreal:133816?site_name=FUNDP, consulté le 25 mars 2014;
E-mail : nicolas [point] louis [arobase] fundp [point] ac [point] be, ou nlouis1984 [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org