Navigation – Plan du site

Une nation impériale : construire une communauté politique ottomane moderne au lendemain de la révolution de 1908

Anastasia Moroni

Texte intégral

1Composition du jury :

Maurice Aymard, directeur de thèse, ÉHESS ;
Ahmet Insel, Université Galatasaray Istanbul ;
Frannçois Georgeon, directeur de recherches CNRS ;
Gilles Pécout,ENS Ulm ;
Anasthasia Anagnostopoulou, directrice de thèse, Université Panteion d’Athènes.

2Thèse soutenue en cotutelle avec l’Université Panteion d’Athènes et l’ÉHESS le 2 juillet 2013 à Paris

Résumé

3Cette thèse examine la transformation de l’ordre politique ottoman qui suit la révolution jeune turque de 1908. S’appuyant en particulier sur des documents des Archives du Ministère des Affaires Étrangères de la France (AMAE), elle réévalue d’abord la révolution qui inaugure la « Seconde Ère Constitutionnelle » en juillet 1908. Ensuite, en considérant également des journaux de langue ottomane et française, mais surtout en analysant en profondeur les Actes du Parlement ottoman pour l’année 1908 - 09, elle présente les principaux enjeux du régime constitutionnel et les réponses données à ceux - ci par les élites issues de la révolution. La révolution ayant bouleversé l’ordre politique ottoman, les députés, se posant en représentants d’une nation ottomane, revendiquent le transfert de la légitimité du sultan - souverain à la nation souveraine. Il s’agit alors de définir cette nation - dans un empire multi ethnique - et d’établir les règles selon lesquelles seront définis ses intérêts généraux. Sur ces sujets, on constate aussi bien des divergences que des convergences d’opinion parmi les députés. Dans une large mesure, leurs idées se forment au fur et à mesure qu’ils se trouvent face à des événements imprévus. La thèse conclut que la souveraineté de la nation est consacrée, mais cette dernière est définie dans la lignée des traditions impériales, en « nation impériale » : les élites trouvent que l’implication active de l’ensemble du peuple - qu’ils jugent ignorant - et l’ébranlement possible de l’équilibre fragile entre groupes ethno - religieux seraient contraires à la raison d’État et mettraient en danger l’intégrité de l’Empire.

Abstract

4Imperial nation: constructing a modern Ottoman political community in the aftermath of the 1908 revolution.
This thesis examines the transformation of the Ottoman political order in the aftermath of the 1908 Young Turk revolution. First, through bibliography and documents from the Ministry of Foreign Affairs of France (AMAE), I seek to re-evaluate the revolution that inaugurates the “Second Constitutional Era” in July 1908. Then, using again the AMAE as well as Ottoman and French language newspapers, but mostly analyzing in depth the minutes of the Ottoman Parliament from 1908-09, I present the main issues that the constitutional régime had to face, and the answers given by the élites who emerged thanks to the revolution. As the revolution had upset the Ottoman political order, deputies posing as representatives of an Ottoman nation demanded that legitimacy be transferred from the sultan-sovereign to the sovereign nation. But they also were challenged to define this nation -in a multi-ethnic empire- and set the rules according to which its general interests could be defined. On these issues, I observe that there are both agreements and disagreements among deputies; to a large extent, their views formed gradually, as they encountered unpredicted events. The thesis concludes that, in the end, the sovereignty of the nation was consolidated, but the nation was defined along the lines of Ottoman imperial traditions, as an “imperial nation.” Elites found that the active implication of the totality of the people -whom they believed to be ignorant- and the possible upset of the fragile balance that existed among ethno-religious groups would be contrary to the raison d’état and would endanger the Empire’s integrity.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anastasia Moroni, « Une nation impériale : construire une communauté politique ottomane moderne au lendemain de la révolution de 1908 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, mis en ligne le 28 mars 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/5639

Haut de page

Auteur

Anastasia Moroni

Anastasia Moroni participe notamment au projet de recherche financé par l’Université de Chypre (janvier 2013-décembre 2014) « The Turkish Cypriots from the Ottoman erea to the British colonial system (1856-1931): from a Muslim-Ottoman to a Turkish Cypriot community » ; Pour plus d’informations http://ehess.academia.edu/IleanaMoroni/About;
E-mail : ileamoroni [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org