Navigation – Plan du site

Affirmation puis effacement du mouvement légitimiste sous la Seconde République à partir de la correspondance de Paul de Dieuleveult

David Stefanelly

Texte intégral

1Composition du jury :

Philippe Boutry, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et directeur de thèse;
Sylvie April,
professeur à l’université Lille III Charles de Gaulle et présidente de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIX ème siècle;
Jordi Canal,
maître de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales;
Jean Garrigues,
professeur à l’université d’Orléans et président du Comité d’histoire parlementaire et politique.

2Thèse soutenue le 9 décembre 2013 à l’Université Paris I - Panthéon Sorbonne, mention très honorable

Résumé

3Il s’agit de montrer comment le mouvement légitimiste, bien qu’en position de force aux échelles locale et nationale au début de la Seconde République, subit un échec final qui aboutit à un effacement politique.
La proclamation de la Seconde République permet, en effet, le retour au premier plan des légitimistes. Présents tant au niveau local et national, ils possèdent de multiples atouts dans les commencements du nouveau régime. Au niveau local, les différentes élections permettent l’affirmation de notables légitimistes traditionnels, particulièrement dans l’Ouest. De même, à l’échelon national, grâce aux élections à la Constituante en avril 1848 puis à la Législative en mai 1849, les parlementaires légitimistes paraissent en mesure de s'imposer et participent activement au combat politique contre la gauche. Ils sont également les porteurs d’un projet politique novateur.
Pourtant, en dépit de ce dynamisme, les légitimistes échouent à tous niveaux pour subir un effacement politique, national et local, après le 2 décembre 1851. D’un point de vue national, la coalition des droites demeure fragile et hétéroclite en raison de positions idéologiques divergentes et intransigeantes. De même, d’un point de vue local, le coup d’État du 2 décembre 1851 et la proclamation du Second Empire aboutissent à un effacement politique quasi-général des légitimistes, en particulier sur leurs terres de l’Ouest. De nouvelles élites politiques rivales, écartées du pouvoir jusque - là, en profitent pour prendre le pouvoir.

Abstract

4Assertion then disappearance of legitimist movement under the Second Republic;
It is a question of showing how the legitimist movement, although in a strong position in the local and regional scales at the beginning of the Second Republic, suffers a final setback which ends in a political disappearance.
The proclamation of the Second Republic allows, indeed, the return the foreground of the legitimists. Presents both at the level local and national, they process multiple assets in the beginnings of the new regime. At the local level, the various elections allow the assertion of traditional legitimist notables, particularly in the West. Also, in the national level, thanks to the elections to the Constituent Assembly in April, 1848 then to the Legislative in May, 1949, the legitimist members of Parliament appear there measure to stand out and participate actively in the political fight against the left. They are also the carriers of an innovative project.
Nevertheless, in spite of this dynamism, the legitimists fall at every level to undergo a political, national and local disappearance, after December 2nd, 1851. From a national point of view, the coalition of the rights remains fragile and heterogeneous because of divergent and inflexible ideological positions. Also, from a local point of view, coup d’Etat of Decembe 2nd, 1851 and proclamation of the Second Empire end in a quasi-general political disappearance of legitimists, in particular of their western lands. New rival political elites, spread from the power up to there, take advantage of it to take the power.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Stefanelly, « Affirmation puis effacement du mouvement légitimiste sous la Seconde République à partir de la correspondance de Paul de Dieuleveult », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, mis en ligne le 11 avril 2014, consulté le 31 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/5784

Haut de page

Auteur

David Stefanelly

L’auteur est agrégé d’histoire géographie depuis 2010 (Université Paris X Nanterre), il a passé son CAPES d’histoire géographie en 1999 (Université de Rennes II);
Il est l’auteur notamment de Lettres d’un député (1849-1851), La flèche Association Dieuleveult et Alliés, 1999, 294 pages;
David Stefanelly a aussi publié un article « la constitution d’un groupe parlementaire légitimiste sous la Seconde République, un « processus inachevé », d’après la correspondance de Paul de Dieuleveult », Parlement[s]. Revue d’histoire politique, 2012, n°18, pages 99-113 ;
Son article « forces et faiblesses du notable légitimiste de l’Ouest sous la Seconde République : l’exemple de Paul de Dieuleveult, représentant légitimiste breton (1849-1851) », ABPO, 12 pages, 2014, est à paraître ;
Il mène des recherches actuelles sur le groupe parlementaire légitimiste au commencement de la Troisième République ;
E-mail : david [point] stefanelly [arobase] neuf [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org