Navigation – Plan du site

La Tunisie aux expositions universelles de 1851 à 1900

Isabelle Weiland

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Composition du jury :

Directeur de thèse : Christophe Prochasson, directeur d’études à l’ÉHESS ;
Président du jury : Monsieur Hamit Bozarslan, directeur d’études à l’ÉHESS ;
Membres du jury : Madame Christiane Demeulenaere - Douyère, expert, Conservateur général du patrimoine, Madame Armelle Enders, maître de conférences à l’Université Paris IV et madame Mercedes Volait, directrice de recherche au CNRS.
Discipline : Histoire et civilisations

2Thèse soutenue le18 janvier 2013

Résumé

3Travailler sur la Tunisie dans les expositions universelles du xixe siècle permet d'articuler une réflexion sur les expositions comme révélatrices d'un mouvement de mondialisation à une interrogation sur les mutations des rapports entre Orient et Occident. Le choix de l'Afrique du Nord permet d'analyser un Orient proche, connu des Européens au milieu du xixe siècle mais gardant des zones d'ombre, favorables à la création de fantasmes et à la fabrication de stéréotypes. Cette étude permet d'appréhender une diplomatie des expositions tunisiennes qui se déroule sur fonds de réformes et de crise financière. Quels sont les transferts culturels et techniques, réalisés ou montrés par la régence de Tunis, à l'occasion des expositions ? Quels sont les intermédiaires, les diplomates officiels et officieux, qui organisent les expositions tunisiennes avant 1881 ? L'analyse d'une Tunisie colonisée permet ensuite d'examiner dans quelle mesure la perte de souveraineté politique de la régence a un impact sur sa représentation internationale dans le cadre des expositions universelles. L'exposition de la Tunisie voulue par la France est celle d'un modèle colonial - le protectorat - et celle d'un pays oriental original, qui demeure exotique et pittoresque, comme doivent le montrer les nombreux Tunisiens devenus professionnels de l'animation des expositions universelles et coloniales.

Abstract

4Working on Tunisia at the world fairs of the xixth century enables us to combine a reflection on fairs as an indicator of a trend towards globalization with an investigation on the change of relationships between the east and the west. Choosing North Africa enables us to analyze the near east, familiar to Europeans in the mid xixth century, but still containing grey areas giving rise to fantasy and manufactoring stereotypes. This study helps to understand tunisian fairs as diplomacy taking place against a backdrop of reforms and financial crisis. What are the cultural and technical transfers, performed or displayed by the regency of Tunis, on the occasion of the fairs? Who are the intermediaries, official and unofficial diplomats who organize fairs in Tunisia before 1881? The analysis of Tunisia under colonial rule can then show us to what extent the loss of the political sovereignty of the regency has an impact on its international representation within the world fairs. France wanted to show Tunisia as a colonial model - that of the protectorate - and as an original oriental country, which remains exotic and colonial fairs.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Weiland, « La Tunisie aux expositions universelles de 1851 à 1900 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/5837

Haut de page

Auteur

Isabelle Weiland

Archiviste chargée des archives de la recherche à l’ÉHESS, l’auteur participe régulièrement à des colloques concernant les expositions universelles, les relations internationales ou l’archivistique.
Isabelle Weiland a notamment publié « Les expositions universelles, instruments de l’action diplomatique : les invitations faites à la Tunisie de 1851 à 1900 », in Demeulenaere-Douyère Christiane et Perez Liliane (dir.), Les expositions universelles. Les identités au défi de la modernité, Presses universitaires de Rennes, 2014;
« La Tunisie aux expositions universelles à Paris de 1855 à 1900 » in Demeulenaere-Douyère Christiane (dir.), Exotiques expositions. Les expositions universelles et les cultures extra-européennes, France 1855-1937, Paris, Archives nationales/Somogy, 2010 ;
E-mail : weiland [arobase] ehess [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org