Navigation – Plan du site
Du bon usage du vin

Le vaisselier du vin (xiiie-xvie siècle). Contribution à l’histoire du goût

Danièle Alexandre-Bidon

Résumés

Au xiiie siècle, de nouveaux objets propres au service du vin sont fabriqués par les artisans potiers et verriers. Ils font écho aux manières de table et à l’intérêt pour l’œnologie qui se diffusent à cette même date. La transparence du verre et les décors des pichets en céramique sont autant de révélateurs de l’évolution des modes de consommation. Une catégorie particulière d’ustensiles de table, les pots surprise (puzzle jugs) et les verres trompeurs, dévoile même un aspect non renseigné par les sources écrites de la convivialité du vin, fondée sur le rire comme facteur d’agrégation au sein d’un groupe social.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plus exceptionnellement, on retrouve ce type de verre exporté dans le nord de la France. Un exempla (...)
  • 2 Epitomea seu reparationes totus philosophiae naturalis Aristotelis, Cologne, 1496. Londres, Wellcom (...)

1C’est au moment même du développement sans précédent de la viticulture en Occident, entre xiie et xiiie siècle, que les manières de boire se sont transformées en même temps que se sont diffusés les traités de bonnes manières et que s’est constituée en art la manière de parler du vin. Ces évolutions entraînent des changements jusque dans la vaisselle du vin, à la fois dans l’apparence et la morphologie. En Europe de l’Ouest, les vases à boire adoptent alors la forme du verre à pied transparent, à calice large et peu profond surmontant une longue hampe fichée sur un large pied. Auparavant, on employait plutôt des verres apodes. En Italie et dans le Midi de la France, il s’agissait de gobelets transparents entièrement recouverts de cabochons en forme de pustules, sauf sur la lèvre et le bourrelet du pied : on ne pouvait les tenir commodément que par la base1. En Europe de l’Est, ce type de verre, semble-t-il venu de Grèce, a connu plus durablement le succès avec une variante : il s’agit de verres de couleur verte. Pour illustrer le goût dans la théorie des cinq sens, un manuscrit allemand de la fin du xve siècle montre le buveur trempant sa langue dans un tel verre en même temps que, pour figurer l’odorat, il hume le parfum d’une fleur2 (fig. 1).

Figure 1 : Epitomea seu reparationes totus philosophiae naturalis Aristotelis, Cologne, 1496, détail. Londres, Wellcome Library

Figure 1 : Epitomea seu reparationes totus philosophiae naturalis Aristotelis, Cologne, 1496, détail. Londres, Wellcome Library
  • 3 James Dauphiné, « Bonvesin de la Riva : De Quinquaginta curialitatibus ad mensam », in Manger et bo (...)
  • 4 Olivier de la Marche, Mémoires, édité par Henri Beaune et Jules dArbaumont, Paris, S.H.F., 1883-18 (...)
  • 5 Femmes ivres des Dits de Watriquet de Couvin. France, Paris ?, v. 1330. Paris, Arsenal, ms. 3525, f (...)

2Ces objets nouveaux du service du vin reflètent l’évolution des manières de boire. Ainsi, tant les gobelets que les verres en calice doivent être présentés et tenus par le pied. Au xiiie siècle, les contenances de table exigent que « […] si offres la coupe, / Jamais le haut du hanap ne touche de ton pouce. Prends le hanap par-dessous, et l’offre d’une seule main. Qui agit autrement agit en vilain »3. À la cour de Bourgogne, deux siècles plus tard, dans son traité intitulé Les Honneurs de la table, le maître d’hôtel et homme de confiance du duc de Bourgogne, Olivier de la Marche, précise de quelle main l’échanson doit remettre son hanap au duc : il doit le « prendre par le pied en sa main droite » et le présenter en élévation pour que le verre de vin ne soit pas souillé par l’haleine du serviteur4. Comme le montrent les enluminures, il faut être un rustre, un ivrogne5 ou un fou pour empoigner son verre de vin par la tige (fig. 2).

Figure 2 : « Les trois dames de Paris ». Watriquet de Couvin, Dits, Paris ?, v. 1330. Paris, Arsenal, ms. 3525, fol. 88 v

Figure 2 : « Les trois dames de Paris ». Watriquet de Couvin, Dits, Paris ?, v. 1330. Paris, Arsenal, ms. 3525, fol. 88 v
  • 6 Devinettes françaises du Moyen Âge, éditées par Bruno Roy, Montréal-Paris, Bellarmin/Vrin, 1977, p. (...)
  • 7 Voir par exemple les verres retrouvés dans une cave-latrine de Rennes : Françoise Labaune-Jean, « L (...)

3A contrario, un buveur bien né n’attrape jamais son verre par la coupe ou la hampe mais il le tient élégamment par la base, entre les doigts. Une devinette précise même la manière de prendre l’hanap par en dessous : elle parle d’un « hanap de vin que l’on tient sur ses cinq doigts »6. Au xvie siècle et au-delà, la tige des verres à pied est d’ailleurs si souvent ornée de décors exubérants que nul ne pouvait plus les saisir par la hampe : la tige n’ayant pas de fonction ergonomique, elle pouvait supporter pléthore de décors7.

  • 8 Arnaud de Villeneuve, Le Livre des vins, traduit du latin, présenté et annoté par Patrick Giffreu, (...)

4La révolution des mœurs, dans les manières de table et particulièrement dans les manières de boire, ainsi que la naissance de l’œnologie n’auraient pas été pensables sans des outils non seulement techniques mais aussi conceptuels qui dépassent de beaucoup le niveau matériel de l’alimentation et de la boisson envisagées au quotidien. Les modes de consommation du vin reposent en effet sur un substrat scientifique qui paraît s’inspirer directement du domaine médical en ce qu’il fait appel aux connaissances empiriques et symboliques des matériaux et de leur influence sur le corps humain. De fait, c’est encore à la même période, au xiiie siècle, que le savoir médical se diffuse grâce à la multiplication des traités de diététique et de médecine qui, assez souvent composés en langue vernaculaire, comportent tous un chapitre sur le vin. Le phénomène culmine en 1313 avec le Traité sur le vin attribué à Arnaud de Villeneuve8. Or, les protocoles médicaux semblent avoir inspiré ceux de l’œnologie au sens actuel du terme.

  • 9 Cité dans Mireille Ausécache, « Des aliments et des médicaments : les plantes dans la médecine médi (...)

5Composé au xiie siècle dans le cadre de l’école de Salerne, le Livre des simples médecines, du médecin Mattheus Platearius, explique ainsi comment juger de la nature et de la qualité des produits médicinaux : il faut d’abord en examiner la couleur, l’odeur, puis la saveur, en la caractérisant par sa bonté, sa suavité, les sensations qu’elle laisse en bouche, par exemple en médecine « un peu sur l’aigre avec quelque amertume ». Autrement dit, dans l’ordre, se déroulent l’examen visuel de la couleur, ensuite la respiration du produit, enfin seulement la dégustation : c’est le protocole même qui est appliqué à la consommation du vin et, en premier lieu, par les médecins eux-mêmes. À la fin du xiie siècle, dans son De uirtutibus et laudibus compositorum medicaminum, le médecin Gilles de Corbeil, qui a étudié à Salerne, reprend exactement cet ordre pour qualifier les crus qu’il préconise dans les traitements. Il écrit, pour le vin de Falerne : « sa couleur est celle de l’or pur, il est fort et parfumé et sans aucune amertume, il est également clair et subtil »9. La couleur, le parfum et la texture en bouche, subtile, sont donc les trois étapes de la dégustation médicale du vin, et elles l’ont été avant que l’œnologie, à l’origine l’étude des techniques de fabrication et de conservation du vin, ne se constitue en art de discourir sur le vin.

  • 10 On trouve encore un pichet de bois daté du xive siècle sur le site du monastère de la Charité, à To (...)
  • 11 James Motteau, « La verrerie de table en France du xive au xvie siècle », in F. Ravoire et A. Dietr (...)
  • 12 Voir Danièle Alexandre-Bidon, Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de (...)

6Au-delà de la pensée savante, les buveurs se sont aussi penchés sur la question des matières constitutives du vaisselier. C’est encore au xiiie siècle que de nouveaux matériaux sont adoptés pour le service du vin. Auparavant composé seulement d’écuelles en douelles ou en bois tourné et de pots de bois10 ou de terre cuite ordinaire, le vaisselier du vin est désormais également constitué de pichets très décorés en terre cuite glaçurée ainsi que de verres de plus en plus translucides, même si, à l’époque moderne, on trouve localement des exemples de verres opaques mais qui ont vocation à imiter les pierres dures et précieuses ou la porcelaine chinoise11. Ces deux nouvelles classes d’objets que sont les pichets glaçurés et les verres transparents sont généralement envisagées par l’archéologie sous l’angle de l’innovation technologique. Il importe de les resituer aussi dans le contexte de l’histoire du goût, car ces innovations ne sont pas nées simplement de l’amélioration des techniques. Elles n’ont peut-être d’autre raison d’être que celle de l’évolution des mœurs. Par ailleurs, le fait qu’à partir du xiiie siècle les pots à vin se couvrent d’images peintes, tantôt stylisées, tantôt figuratives, invite aussi à aborder à travers le vaisselier du vin une dimension nouvelle de la consommation : l’irruption des images dans le cadre de vie des petites gens et l’impact des représentations sur le buveur. Il arrive même, en Italie, que les pots du service du vin portent des inscriptions, phénomène que l’on ne rencontre que très rarement en ce qui concerne le mobilier domestique. Il importe de comprendre le rôle qu’ont joué les objets de la vie matérielle qui servent de support médiatique aux images, particulièrement ceux du service du vin : ce ne sont pas les seuls, puisque les pots de pharmacie, eux aussi, et à partir de la même date, ont été dans les apothicaireries des supports privilégiés d’images12, mais ce sont les seuls pour ce qui est du cadre domestique des petites gens.

Le sens de la vue : couleur et brillance

7Les vases à boire en bois, particulièrement utiles en médecine parce que, selon la formule d’Hildegarde de Bingen, « la force du bois passe dans tes veines », ne permettaient pas de contempler la couleur du vin. Or, ce geste est devenu primordial dans la consommation de plaisir. En effet, la vue est, des cinq sens, celui qui est privilégié dans les mentalités médiévales : le sens visuel l’emportait sur les sens olfactif et gustatif, eux-mêmes jugés complémentaires. C’est donc la vue du vin davantage que son odeur et même que son goût qui suscite et stimule le plaisir des sens.

Le verre ou le bois

  • 13 Chansons satiriques et bachiques du xiiie siècle, éditées par Alfred Jeanroy et Arthur LÅngfors, Pa (...)
  • 14 Nous soulignons. Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillée, Paris, Champion, 1978. Un vin mousseux au xi (...)

8De ce fait, face à l’opacité des pots et écuelles de bois, les verres à boire transparents deviennent une nécessité. Sans cette nouvelle classe d’objets, qui se diffuse en ville seulement et dans les châteaux, les poètes n’auraient pas pu chanter le vin comme ils le font au siècle de saint Louis : « Quand je le vois au verre clair »13, dit l’auteur d’une chanson bachique… Les verres sont nécessairement incolores pour pouvoir apprécier visuellement un vin dont la couleur suffit à identifier le cru – « clair comme larme de pécheur », dit Jean Bodel d’Arras du vin d’Argenteuil – et pour examiner la nature physique du liquide : « friant » (frémissant) ou mousseux, comme on le lit dans le Jeu de la feuillée. La littérature montre bien à quel point la vue est le premier sens mis en œuvre par le buveur face à son verre de vin : « Voyez comme il mange sa mousse », dit l’auteur de ce jeu théâtral qui se déroule en large part dans une taverne, Adam de la Halle, qui conseille ainsi implicitement de procéder à l’examen visuel du vin dans le verre14.

  • 15 En dépit de sa date ancienne, les tout premiers articles sur la question restent de première import (...)
  • 16 Dans Regnault et Jeanneton, écrit par René d’Anjou, sont décrits « de terre deux goderons / Et l’es (...)
  • 17 Françoise Piponnier, « Fortune et genre de vie des vignerons dijonnais (fin xive-xve siècle) », Bul (...)
  • 18 Anne Dietrich, « La vaisselle médiévale en bois du site de l’hôtel de Ville à Beauvais (Oise) », Re (...)
  • 19 Metz médiéval…, op. cit., p. 79-80.
  • 20 Sylvie Cantrelle et al., Histoire d’un quartier de Montbéliard (Doubs). Le bourg Saint-Martin (xiii(...)
  • 21 À la Fortune du pot. La cuisine et la table à Lyon et à Vienne xe-xixe siècles d’après les fouilles (...)
  • 22 F. Piponnier, « Fortune et genre de vie… », art. cit., p. 47.

9Certes, tous les milieux sociaux n’ont pas accès aux verres à boire, chers à l’achat et fragiles par surcroît. De ce fait, le verre n’a pas détrôné le bois, même en milieu urbain, comme en témoigne l’archéologie15. Les fouilles livrent quantité d’écuelles qui n’ont pas dû servir seulement à manger potages et bouillies : c’est dans de tels récipients que les mangeurs consomment les « soupes » de pain au vin et qu’ils boivent leur vin pur. Tant les sources littéraires16 que les actes de la pratique le confirment : les vignerons dijonnais ont des hanaps de bois17. Les essences sont variées. À Besançon, les écuelles sont tournées dans le frêne, le peuplier, le noyer, l’orme et l’érable sycomore. À Beauvais, près de la moitié des écuelles le sont dans du hêtre, qui le dispute à l’aulne18, bois également employé à Metz19. À Montbéliard, les coupes étaient en orme, les écuelles en érable et en peuplier20. En Normandie, ce sont le tilleul et le frêne, en Rhône-Alpes, le frêne et l’érable qui paraissent les bois les plus utilisés21. Françoise Piponnier a aussi relevé, dans les inventaires bourguignons, des mentions de hanaps de bruyère pour le vin22. Chez les plus riches, on allait jusqu’à choisir de servir le vin dans des vases en bois odoriférants : hanaps d’aloès dont l’odeur a pu faire fonction d’exhausteur de goût pour le vin, sans oublier que les essences plus rares avaient selon toute vraisemblance des valeurs ajoutées d’ordre médicinal.

  • 23 Le « cristallo » est un verre transparent fabriqué à Venise à partir de 1450. Voir L’Âme du vin…, o (...)
  • 24 Antoine de la Sale, Histoire du petit Jehan de Saintré et de la dame des belles-Cousines, Paris, Di (...)
  • 25 Traduit dans Gilbert Garrier, Histoire sociale et culturelle du vin, Paris, Bordas, 1995, p. 57. No (...)
  • 26 Cité dans Françoise Argod-Dutard, Pascal Charvet et Sandrine Lavaud (dir.), Voyage au pays du vin. (...)

10Quoi qu’il en soit, le niveau de fortune reste le discriminant le plus marquant dans la naissance de l’œnologie. Plus le milieu social est élevé, plus la matière permet de transfigurer le vin : mieux encore que le verre clair est le « cristal » translucide – de roche ou de sable, il est difficile de trancher23 – dans lequel sont taillés les coupes et flacons décrits dans le roman d’initiation Le Petit Jehan de Saintré, composé en Bourgogne, au xve siècle, et à travers lesquels les prestigieux invités d’un abbé de Voujeaux (i.e. Clos-Vougeot) regardent « briller le vin »24, ou à travers lesquels les clients des tavernes admirent sa « clarté ». Ce terme, dans le Jeu de la Feuillée, ne concerne peut-être pas seulement sa gamme chromatique, dans les blancs, mais aussi sa luminescence, d’autant que l’auteur dit aussi le voir « étinceler et frire » dans le verre25. Jean Froissart, dans L’Épinette amoureuse, chante lui aussi la robe du vin « si claire » et « si tentante dans le verre »26… La couleur du vin est ici signifiée par sa luminosité, exaltée par le vaisselier.

Le métal

  • 27 Urban Nyström, Poèmes français sur les biens d’un ménage depuis L’Oustillement au villain du xiiie  (...)
  • 28 F. Piponnier, « Fortune et genre de vie… », art. cit., p. 46.
  • 29 Montaigne, Les Essais, Livre iii, chapitre 13, cité in F. Argod-Dutard, P. Charvet et S. Lavaud (di (...)
  • 30 Voir Brigitte Fromaget, Médecine ou miséricorde ? Des outils pour le soin. Les étains des hôpitaux, (...)
  • 31 G. Garrier, Histoire sociale…, op. cit., p. 257 : à Lyon, le « pot de vin » des bistrots fut de ter (...)

11Le désir de voir par transparence la couleur du vin exposé à la lumière du soleil à travers carafes et verres à pied est concurrencé par le choix d’un vaisselier en métal qui, dans certains milieux, manifeste mieux la promotion sociale. Énumérant les ustensiles domestiques, les poèmes sur les biens du ménage du temps de saint Louis ne manquent pas, à propos des « escueles », d’observer que « Quant cela est d’estain, l’ostel en est plus beau27 ». Sans doute aussi plus beau en est le vin qui, s’il n’est pas vu en transparence, est observable sur une large surface, les coupes faisant plus de dix centimètres de diamètre : le métal s’y reflète. Or, l’étain n’est pas réservé aux élites : « Le petit luxe d’un pot, d’une salière ou d’une écuelle d’étain commence à se diffuser en milieu rural dans le troisième quart du xive siècle », observe Françoise Piponnier à propos des viticulteurs28. Sur les tables bourgeoises du xve siècle, l’étain domine encore. Mais chez les gens bien nés, au xvie siècle, il est déprécié en raison de son opacité. Montaigne le dit nettement : pour le service du vin, « tout métal m’y déplaît au prix d’une matière claire et transparente. Que mes yeux y tâtent aussi, selon leur capacité29 ». L’étain ne disparaît pas pour autant. Il reste apprécié dans les tavernes – comme d’ailleurs en apothicairerie30. Au xviie siècle, un voyageur de passage à Lyon, Élie Brackenhoffer, observe que les Lyonnais servent le vin non seulement dans des « verres malpropres » mais encore dans des bouteilles d’étain « à travers lesquelles on ne voit pas »31. Impossible dans ces conditions de juger de la qualité du vin à la vue.

12Employer du métal dans le service du vin n’était pas contradictoire avec l’envie de le voir briller dans sa coupe. Il suffisait à cette fin de sélectionner des vases à boire faits de métaux brillants, tels le cuivre, le laiton, un alliage cuivreux riche en zinc, ou, chez les puissants, l’argent et le vermeil. La brillance du vin est sans doute accrue, à moindres frais, par les coupes à boire en métal qui se diffusent aux xiiie et xive siècles. Le reflet brillant d’un étain, d’un cuivre, d’un laiton que dorent les minéraux du zinc, voire de l’argent sur la surface du vin pourrait avoir été, au Moyen Âge, tout autant apprécié que la transparence d’un verre ; du reste, les « tastevins », un mot qui date de la dernière décennie du xve siècle, en témoignent encore. Dans le village vigneron de Dracy, de larges écuelles en laiton étaient utilisées pour boire le vin (fig. 3).

Figure 3 : Coupe de Dracy (Côte-d’Or), milieu du xivsiècle

Figure 3 : Coupe de Dracy (Côte-d’Or), milieu du xive siècle
  • 32 Barthélemy l’Anglais, Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie au xive siècle, introduc (...)

13Pourtant, la toxicité d’un étain trop riche en plomb était connue de longue date, de même que celle du laiton ou du cuivre. Depuis le xiiie siècle, le Livre des propriétés des choses de Barthélemy l’Anglais le déconseille : cette vaisselle « qui paraît d’or lorsqu’elle est neuve mais qui perd sa beauté petit à petit, se ternit et prend la couleur et le goût du cuivre dont elle est faite. Quand on conserve longtemps du vin ou des aliments dans de tels récipients, ils prennent une saveur aigre et désagréable »32. Mais une consommation sur le pouce n’aurait pas le temps de souffrir de cette réaction chimique. La beauté d’un vase à boire en métal, certes des plus simple mais orné de surcroît d’un motif gravé zoomorphe, comme à Dracy, l’emporte clairement sur le souci de sécurité alimentaire : le laiton transmet à la surface du vin des reflets dorés, manifestement recherchés en une époque où, justement, les vins blancs sont préférés aux vins rouges, à titre de boisson tout comme en médecine.

Le vin et le corps : la santé par l’image

  • 33 Hildegarde de Bingen, Les Causes et les remèdes, traduit et présenté par Pierre Monat, Grenoble, Jé (...)
  • 34 Danièle Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût. Céramique et consommation (Moyen Âge-Temps modern (...)

14À travers le verre et l’étain ou le laiton, la bataille du vin ensoleillé et du vin métallisé vient empiéter sur le champ traditionnel du pot de terre, qui ne disparaît pas pour autant. Bien qu’il présente le désavantage d’être opaque, comme le bois, le matériau céramique est jugé bon pour la santé. En effet, pour les médecins médiévaux, le corps humain est pour une large part fait de l’élément terre. Hildegarde de Bingen rappelait que le premier homme était issu de la glaise et que, de la terre, l’être humain tirait les muscles et la substance osseuse33. Manger de l’argile était d’ailleurs une pratique de santé, ce, avant que la géophagie ne soit considérée comme une pathologie alimentaire34. Quant au vin, il est systématiquement comparé au sang qui court dans les veines. Boire dans un vase en argile rechargeait symboliquement et matériellement le corps.

Des hommes de terre

  • 35 À l’exemple du pichet très décoré, daté du milieu du xiiie-xive siècle, découvert dans les fouilles (...)
  • 36 Voir par exemple le pichet très décoré, daté du milieu du xive siècle, publié par Alban Horry, « Le (...)
  • 37 Jeremy Haslam, Medieval Pottery in Britain, Aylesbury, Shire Archaeology, [1978] 1984, p. 47, n° 11
  • 38 On en trouvera plusieurs exemples in Ibid., p. 51 (fouilles de Londres), 55 (fouilles de Southampto (...)
  • 39 Par exemple, pichet à l’homme au fermail, fouilles de Coventry. Coventry, Herbert Art Gallery and M (...)
  • 40 Agathe Lafortune-Martel, Fête noble en Bourgogne au xve siècle, Montréal-Paris, Bellarmin/Vrin, 198 (...)

15Les pichets à vin eux-mêmes en rendent compte. Parfois, comme à Metz, ils sont couverts d’appliques en forme de petites têtes humaines35. Mieux encore, ils adoptent très souvent une forme humanisée, en France comme en Angleterre. Rappelons d’ailleurs que, à la période médiévale comme aujourd’hui encore dans le vocabulaire de la céramologie, les parties du pot sont nommées d’après les parties du corps humain, avec le col, la lèvre, les oreilles, l’épaulement, la panse, le pied… Un visage peut même constituer le col d’un pichet ventru, comme on le voit dans les fouilles de Lyon36, ou orner le corps d’une chope, comme en Angleterre37. Les potiers anglais, qui diffusaient ce type de produit jusqu’en Norvège, ont privilégié la figure d’un homme38 souvent rieur39, aux bras croisés sur son ventre – la panse du pot – ou sur la poitrine (fig. 4 et 5). Il s’agit parfois d’un personnage barbu, motif qui convient particulièrement bien aux vases à boire, mais qui pourrait aussi concerner la cervoise, car il existe en Flandre du moins une boisson dénommée « wabrebart » ou « éveille-barbe », nom qui ferait allusion à l’ivresse40.

  • 41 Harlow, 1630-1660. Cambridge, Fitzwilliam Museum. Voir Juliet Fleming, Graffiti and the Writing Art (...)

16Les buveurs qualifiaient de tels pots de « man with the beard » ou les disaient « faced with a beard » et, au xviie siècle, des inscriptions portées sur ces vases font dire à ces figures humaines pleines de vin : « From erthe I am » : de terre, je suis fait ou je viens de la terre, ou mieux encore : « You and I are earth », toi et moi sommes faits de terre41. La complémentarité et la compatibilité entre l’homme, l’argile et le vin est mise en évidence par le vaisselier. On peut y voir une manière d’inviter le consommateur à boire sans crainte, et surtout à volonté.

Figure 4 : Pichet glaçuré anthropomorphe, Angleterre, v. 1300. Londres, The Trustees of the British Museum, inv. MLA 55, 10-29.11

Figure 4 : Pichet glaçuré anthropomorphe, Angleterre, v. 1300. Londres, The Trustees of the British Museum, inv. MLA 55, 10-29.11

Figure 5 : Pichet glaçuré anthropomorphe souriant, Angleterre, fin du xiiisiècle. Fabrique de Nuneaton (?), fouilles de Coventry. Coventry, Herbert Art Gallery and Museum, inv. 49/220/2

Figure 5 : Pichet glaçuré anthropomorphe souriant, Angleterre, fin du xiiie siècle. Fabrique de Nuneaton (?), fouilles de Coventry. Coventry, Herbert Art Gallery and Museum, inv. 49/220/2
  • 42 Sur le site potier de Fosses, Rémy Guadagnin a su déceler des contenances types et mettre en éviden (...)

17L’argile est donc particulièrement qualifiée pour servir de conteneur au vin, et ce sentiment est largement diffusé chez ces véritables passeurs culturels que sont les taverniers, un métier exercé de surcroît à titre secondaire par toutes sortes de professions, au nombre desquelles les apothicaires. Dans les tavernes, le pot en céramique, peu décoré, simplement flammulé en pays de France, est la vaisselle de service par excellence : il continue d’être employé au titre de mesure à vin42. C’est un pot marchand, loyal, sans risque sanitaire, un pot à l’image du buveur.

L’influence psychologique des images

  • 43 Cité par Marilyn Nicoud, Les Régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture m (...)

18L’évolution des mœurs œnologiques se traduit également par la décoration de surface des pots et des pichets à vin. La vaisselle de terre a pour autre avantage qu’elle autorise une ornementation facile à réaliser, par modelage ou au pinceau. De fait, si les pots de terre existent depuis des siècles, ils n’étaient pas décorés de manière figurative. C’est encore au xiiie siècle, et pour la première fois, que la peinture d’images s’impose sur le vaisselier à boire du monde occidental. Il faut dépasser l’effet catalogue des études archéologiques pour juger à sa juste mesure l’impact d’une telle innovation dans le cadre de vie du plus grand nombre, jusqu’alors totalement démuni d’images, voire sur son niveau de culture. D’abord, il paraît vraisemblable de trouver – de nouveau – l’origine de cette innovation culturelle dans la médecine médiévale. Au xiie siècle, toujours dans le cadre de l’école de Salerne, Petrus Musandinus évoque l’influence sur la santé des malades ayant perdu l’appétit d’un vaisselier de table caractérisé, non par ses qualités techniques et leur rôle dans la théorie des humeurs, mais par sa beauté et la capacité de celle-ci à susciter la « délectation »43. Pour lui, présenter son repas à un patient dans un beau vase l’aidait à guérir, l’incitant à manger s’il avait perdu l’appétit.

19Est donc reconnue à la beauté d’un pot une influence d’ordre psychologique. Peut-on postuler que les images qui en faisaient la beauté jouaient elles aussi un rôle ? Et jusqu’à quel niveau social ce type de phénomène a-t-il pu s’appliquer ? Il n’est pas anodin d’observer que, au milieu du xive siècle, les pichets à vin, qui sont décorés même en milieu paysan, comme on peut le voir dans le village vigneron de Dracy, sont ornés de motifs végétaux stylisés avec simplicité tout à fait à la manière des manuscrits ordinaires du Livre des simples médecines de Platearius.

Des images publicitaires ?

20Si un beau vase peut donner envie de manger au malade, un beau pot de vin peut à coup sûr donner envie de boire à la personne en bonne santé, lui faire anticiper le bon goût du vin, peut-être même le rendre meilleur. On sait aujourd’hui que la vue modifie la perception du goût. Que les pichets aient été décorés n’est certainement pas anodin. Il n’est pas exclu que les décors aient constitué à l’adresse du convive un message implicite et subliminal fondé sur la cénesthésie et qu’ils aient été choisis en toute lucidité pour accroître le plaisir des sens. Or, les motifs peints sur les pichets entre xiiie et xve siècle ne paraissent pas choisis en vain. Leur examen invite à s’interroger sur la conscience qu’avaient les producteurs de l’impact des images sur la consommation.

  • 44 Par exemple au château de Pymont : Pymont. La forteresse oubliée, Lons-le-Saulnier, Cercle Girardot (...)
  • 45 Peter G. Farmer, An Introduction to Scarborough Ware and A Re-Assessment of Knights Jugs, Hove (Sus (...)
  • 46 Voir le pot surprise publié dans Viking and Medieval Dublin, catalogue de l’exposition, Dublin, Nat (...)
  • 47 Mireille Vincent-Cassy, « Between Sin and Pleasure. Drunkenness in France in the Late Middle Ages » (...)
  • 48 Un sujet d’exemplum classique… Gobelet en argent, vermeil et émail peint, France (Bourgogne), v. 14 (...)

21En Italie, quantité de motifs font allusion à la noblesse du vin : des blasons prototypiques, des meubles héraldiques simples, réduits au statut d’icône (aigles, châteaux) aident à penser le vin comme un produit sinon aristocratique, du moins valorisant. Dans les cultures française et anglo-saxonne, quantité de pots, dès le xiiie siècle, sont décorés de motifs figuratifs en deux ou trois dimensions, qui illustrent pleinement la thématique aristocratique avec des représentations de bêtes sauvages, tel le cerf44, des scènes de chasse et, comme en Angleterre, à Scarborough, des chevaliers combattant à pied ou à cheval45. Parfois, ainsi à Dublin, ces motifs coexistent avec d’autres, plus triviaux, qui évoquent des noms de débits de boisson, comme le singe à la pomme46, une allitération plaisante (« the ape with the apple ») et une allusion peut-être au « vin de singe », un vin léger qui mène à la luxure, comme on le voit expliqué dans une poésie de Gace de la Buigne47. Vin de chevalier ou vin de singe ? Maintes images d’ivresse et de boisson renvoient d’ailleurs aux singes, et l’on peut se demander quel avant-goût pouvait avoir le vin bu dans un gobelet haut certes orfévré mais dont le motif décoratif figure des singes croquant les poux d’un homme endormi48

  • 49 Un exemple dans les fouilles de Londres. Voir J. Haslam, Medieval Pottery…, op. cit., p. 60, n° 12.
  • 50 Orvieto, fin du xve siècle. Paris, musée du Louvre, Dpt des Objets d’art, inv. 7393.

22Quantité d’autres pots et pichets se réfèrent au monde animal, pris en bonne part ou en mauvaise part. Si les cruches et pichets ornés d’un fer à cheval49 renvoient au chevalier voyageur assoiffé, en revanche les chiens, les animaux des pays chauds, camélidés ou girafes au long col, sont dans le registre de l’excès. Le dromadaire renvoie plaisamment à l’idée du consommateur assoiffé ; porteur d’un coffre à serrure que l’on imagine empli d’épices précieuses50, il est aussi associé au tempérament chaud et aux plaisirs de la bouche (fig. 6).

Figure 6 : Orvieto, fin du xve siècle. Paris, musée du Louvre, Dpt. des Objets d’art, inv. 7393

Figure 6 : Orvieto, fin du xve siècle. Paris, musée du Louvre, Dpt. des Objets d’art, inv. 7393
  • 51 Voir le pichet glaçuré découvert dans les fouilles de Saint-Denis. Saint-Denis, musée d’Art et d’Hi (...)
  • 52 Voir supra, note 2.

23Comme lui, la girafe a partie liée à la gourmandise : un long col dénonce ce péché capital ; en effet les moralistes jugent particulièrement peccamineux le plaisir de gueule prolongé par la longueur de la déglutition si l’on a un long cou ! Le singe renvoie à la luxure, qui découle directement des excès de table. Les oiseaux, plus nombreux encore sur les pots de vin, renvoient à l’ivrognerie. Les ivrognes leur sont couramment comparés, comme chez Rabelais : ils sont saouls comme une grive… Mais, plus généralement, c’est un éloge de la nature que traduisent ces images du Moyen Âge finissant. Les oiseaux y sont en effet volontiers associés à des fleurs, marguerites ou fleurs à cinq pétales, comme à Saint-Denis51, qui elles-mêmes évoquent le sens de l’odorat52 et donc l’odeur du contenu (fig. 7).

Figure 7 : Pichet à fleurs et oiseaux. Fouilles de Saint-Denis. Saint-Denis, musée d’Art et d’Histoire, inv. 11.231.2

Figure 7 : Pichet à fleurs et oiseaux. Fouilles de Saint-Denis. Saint-Denis, musée d’Art et d’Histoire, inv. 11.231.2

Histoire naturelle du goût : un vin frais, fleuri ou fruité

  • 53 Il en est de même des pots de pharmacie, dont les décors végétaux ne correspondent jamais, sauf que (...)
  • 54 Voir le flacon publié in F. Ravoire et A. Dietrich (dir.), La Cuisine et la table…, op. cit., p. 38 (...)
  • 55 On consultera F. Sauvageot et A. Struillou, « Effect of the modification of wine color and lighting (...)
  • 56 Modèle de coupe, gravé vers 1520-1525. Ratisbonne, Museen der Stadt Regensburg.
  • 57 Aubergine longue : Augsbourg, 1570, conservé à Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’É (...)
  • 58 Copenhague, musée national de Danemark.

24Les coupes à boire et les pichets de vin sont communément ornés de motifs végétaux. Ceux-ci n’ont rien à voir avec la vigne ou le raisin53. Des feuilles, des fleurs, souvent des pâquerettes, évoquent un autre critère sensoriel, le sens olfactif. La couleur du vase de terre cuite glaçurée, en général rouge ou verte, est à elle seule susceptible d’avoir joué un rôle dans la perception du goût. Celle du verre également : quelle sensation ressentaient donc les buveurs à la table des grands seigneurs du château de Blandy-les-Tours où, au xve-xvie siècle, étaient disposés de grands flacons en verre teinté d’un bleu profond54 ? On a récemment observé que boire dans un verre bleu faisait éprouver le sentiment d’être davantage désaltéré, que les consommateurs trouvaient meilleur goût à un vin blanc quand ils le buvaient dans une lumière d’ambiance bleue ou rouge55 et qu’ils le trouvaient même plus épicé, impression sensorielle que procurerait aussi une lumière verte. Au Moyen Âge, la simple couleur verte des pichets n’induisait-elle pas également une sensation de frais ? Le revêtement vert brillant des pots de terre glaçurés, courants sur les tables médiévales, n’évoquait-il pas immédiatement la verdeur ou le piquant des plantes ? Ce goût cénesthésique pour la fraîcheur végétale se lit peut-être aussi à travers le choix technologique, dans tous les pays germaniques, de certains types de verres teintés en vert. Parallèlement, dans cette même aire culturelle, aux xvet xvie siècles, se diffuse l’hanap de métal recouvert de fleurs (fig. 8) ou en forme de fruit. Le procédé est encore accentué par l’orfèvrerie, dont les techniques permettent de reproduire fidèlement les fleurs aux parfums entêtants. En buvant dans une coupe en métal couverte de boutons de muguet56, il devait être impossible de ne pas sentir, de mémoire, le parfum d’une telle fleur. D’autres hanaps reproduisent à l’identique, dans un état d’esprit naturaliste, grenade, grappe de raisin, aubergine57 ou fruits plus exotiques encore tels que l’ananas et le fruit de l’arbre à pain58… Les appétences pour le goût fruité auraient-elles succédé à la passion de la verdeur, voire de la fraîcheur ?

Figure 8 : Hanap aux muguets, gravure, vers 1520-1525. Ratisbonne, Museen der Stadt Regensburg

Figure 8 : Hanap aux muguets, gravure, vers 1520-1525. Ratisbonne, Museen der Stadt Regensburg
  • 59 On en voit une, feuillue, dans le Dénombrement de Bethléem de Bruegel l’Ancien, daté de 1566. Bruxe (...)

25Réservés à une élite, ces hanaps orfévrés ne concurrencent pas les autres vases à boire. Néanmoins, cet intérêt marqué pour l’alliance du vin et de décors inspirés du règne végétal invite à rechercher dans les sources d’autres témoignages sensoriels de ce genre. Il y en a pléthore : les enseignes de tavernes adoptent une signalétique végétale dont la plus simple est un rameau de verdure et la plus répandue un cercle (de tonneau) suspendu à une perche, souvent entrelacé d’une vinée. Au xiiie siècle, dans le Jeu de la Feuillée, au nom révélateur, et qui se déroule aux deux tiers dans une taverne d’Arras, les buveurs parient pour savoir si l’enseigne est nue ou verte : la « feuillée »… Ce type d’enseigne est toujours en usage à l’époque moderne59. Les images montrent souvent, planté devant la taverne, un arbre au tronc encadré d’une banquette gazonnée pour permettre au passant de s’asseoir le temps de déguster un verre ou une treille sous laquelle les buveurs s’abritent du soleil.

Consignes de consommation : un pot, ça va, deux pots…

  • 60 Saintonge, xive siècle. Paris, musée du Louvre, Dpt des Objets d’art, inv. 7397, voir Potiers de Sa (...)
  • 61 Cité dans Claude Gaignebet et Jean-Dominique Lajoux, Art profane et religion populaire au Moyen Âge(...)
  • 62 Torgiano, musée du Vin Lungarotti.

26Il n’est pas exclu non plus que les images aient pu volontairement constituer une invitation à boire. Tel est manifestement le cas des pots saintongeais du xive siècle à bec verseur proéminent (fig. 9), ornés d’oiseaux60, qui paraissent renvoyer à une plaisanterie médiévale classique : Question. « – Qu’est-ce qui tend son bec vers son maître ? » Réponse. « – La cruche »61… En effet, en milieu populaire, les consommateurs boivent volontiers directement au bec du pot, sans passer par un verre ou une coupe à boire (fig. 10). Le même motif, qui a connu un vif succès, a été exporté en Angleterre. En Italie, sur la panse d’un pichet de terre glaçuré fabriqué à Deruta au xive siècle62, une main tend un verre plein de vin rouge au futur consommateur (fig. 11). Une invitation à consommer davantage ?

Figure 9 : Cruche à vin, Saintonge, xive siècle. Londres, Museum of London

Figure 9 : Cruche à vin, Saintonge, xive siècle. Londres, Museum of London

Figure 10 : Lorenzo et Jacopo Salimbeni, Urbino, fresque de l’Oratoire de Saint-Jean-Baptiste, détail

Figure 10 : Lorenzo et Jacopo Salimbeni, Urbino, fresque de l’Oratoire de Saint-Jean-Baptiste, détail

Figure 11 : Cruche à vin, Deruta, xive siècle. Torgiano, musée du Vin Lungarotti

Figure 11 : Cruche à vin, Deruta, xive siècle. Torgiano, musée du Vin Lungarotti
  • 63 Ibid.

27À Faenza, toujours au xive siècle, des messages en toutes lettres sont adressés aux buveurs sur la panse des pots à vin. L’un d’eux, sous forme de rébus alphabétique, ordonne tout simplement de « boire »63, par la déclinaison en trois lettres seulement, un B, un E et un R, de ce verbe (fig. 12). Selon un procédé habituel aux pots de pharmacie, les lettres sont mêlées, deux d’entre elles, de taille réduite, sont incluses dans les orbes de la lettre initiale, le B. Le mot se lit en latin ou en italien, au choix, de deux manières : au grand B, prononcé Bi, on ajoute l’addition du B et du E inclus, Be, et l’addition du R et du E suscrit, Re : « Bibere » ; en italien, à l’initiale B + le E, , on ajoute le R prononcé  : « Bere ». Buveurs, buvez !

Figure 12 : Majolique, Faenza, xivsiècle. Torgiano, musée du Vin Lungarotti

Figure 12 : Majolique, Faenza, xive siècle. Torgiano, musée du Vin Lungarotti
  • 64 Publiés dans Lia Pierotti-Cei, La Vie à l’époque de la Renaissance, Farigliano, Minerva-Liber, 1987 (...)
  • 65 Jacqueline Brunet, « Le vin chez un conteur italien de la Renaissance : Matteo Bandello », in Jean- (...)
  • 66 Un exemple de la fin du xiiie siècle dans J. Haslam, Medieval Pottery…, op. cit., p. 59, n° 8.
  • 67 Voir un récent exemple fragmentaire, recouvert de glaçure verte, dans les fouilles de Caen : Bénédi (...)
  • 68 Chansons satiriques et bachiques…, op. cit. Cette réflexion se trouve aussi dans les traités de méd (...)

28Autre exemple, on peut lire sur un couple de pots en majolique de la Renaissance italienne ces deux conseils apparemment limpides : « bois peu », « bois bien »64, sentences manifestement inspirées du médecin Arnaud de Villeneuve qui conseillait, parlant du vin, « Buvez-en peu, mais qu’il soit bon ». Les buveurs lettrés du xvie siècle, par exemple les lecteurs des nouvelles de Matteo Bandello65, savent que ces sentences font aussi et surtout allusion aux saintes Écritures, et notamment à une parole de Salomon, selon laquelle le vin bu modérément permet à l’âme d’exulter. Mais on ignore de quelle manière ces pots étaient présentés sur la table. Selon le dispositif, le message pouvait changer de sens et être détourné de sa fonction originelle, moralisatrice. Y avait-il deux buveurs, l’un sommé de boire peu, l’autre de boire bien ? Un seul buveur, invité à boire les deux pots l’un après l’autre ? Faut-il comprendre que si l’on boit peu, l’on boit bien, ou alors qu’il faut commencer par peu boire pour ensuite boire bien, donc beaucoup, car le mot « bien », loin de signifier seulement "de manière idoine" a, au Moyen Âge, une connotation quantitative : dans les livres de cuisine, notamment, bien peut signifier beaucoup. Autrement dit, s’agit-il d’un éloge de la sobriété ou, au contraire, de l’ivresse ? Où l’on voit que la consommation du vin pouvait être ludique. Voire rieuse si l’on en juge aux motifs ornant, toujours à partir du xiiie siècle, quantité de pichets et de chopes à boire fabriqués en Normandie et en Angleterre et qui sont à l’image d’un homme à la bouche incurvée, riant66. D’autres figurent un moine dont « la bouche ne sourit que d’un côté si bien qu’en fonction du profil que l’on regarde, il affiche ou non un air joyeux »67. La messe est dite déjà dans les Carmina Burana : « Sire tavernier, apporte donc du vin ! Grâce à lui, nous serons joyeux »68.

Rire à table : le goût amer ou trompeur du vin

  • 69 Le lai du cor, par Robert Biket, xiie siècle, in Ibid., p. 462.
  • 70 Ibid., p. 463-464.

29Rire à table, dans la société médiévale, fait l’objet de maintes considérations. Qu’un convive se renverse du vin sur soi entraînait une plaisanterie usuelle, fondée sur un vieux mythe répandu dans la littérature et postulant que celui qui renverse son vase à boire le vin sur lui est un époux malheureux en ménage. Un lai du xiie siècle raconte ainsi l’épisode d’un banquet mettant en scène une corne à boire ornée de grelots, offerte au roi Arthur et dotée d’une vertu magique : nul cocu et nul jaloux ne peuvent y boire69. Le roi Arthur, trop sûr de lui, dit en riant qu’il va en faire l’essai. Naturellement, il renverse sur ses habits tout le vin contenu dans la corne… Dans le Tristan en prose, vers 1230, il est affirmé que seules celles qui n’ont jamais fauté seront exemptes de taches de vin sur leur robe ! Le résultat dépasse toutes les espérances et le roi, faute de devoir exécuter toutes les dames de Cornouailles, est obligé de tenir ce fait pour un vulgaire canular70.

Le rire et les manières de table

  • 71 Sur le rire dans l’Occident médiéval, voir Jacques Le Goff, « Rire au Moyen Âge » et « Le rire dans (...)
  • 72 Voir J. Le Goff, « Rire… », art. cit., p. 1348, et Mary Beard, « Les Romains riaient-ils ? », Annal (...)
  • 73 « Manger sec », in Tables florentines. Écrire et manger avec Franco Sacchetti, traduit sous la dire (...)

30Si jusqu’au xiie siècle, dans les milieux monastiques71, le rire est contraire à l’humilité et si les règles, notamment celle de saint Benoît, condamnent les bouffonneries et les paroles oiseuses qui portent à rire, on a ensuite appris à distinguer le bon rire du mauvais, créant une codification que l’on retrouve dès le siècle suivant dans les manuels de bonnes manières destinés aux laïcs. Aux alentours des xiie-xiiie siècles, l’attitude envers le rire se modifie, peut-être sous l’influence du monde laïc, à qui il n’est pas interdit. En effet, le rire crée du lien social. Dans la société laïque, faite de contacts et de communication, il en faut. Il est même susceptible de créer de la communication politique72. On rit donc à table, du vin notamment. Dans l’Italie du xive siècle, un bon hôte se devait de susciter le rire de ses invités. Si l’on en croit les novellistes, il a même pu arriver qu’un repas soit prévu uniquement pour faire une farce : par exemple, celle consistant à inviter ses amis à venir dîner « comme le Christ fit la Cène avec ses disciples » et ne pas servir de vin, disant qu’il n’y en a pas. Les convives ne s’y attendaient pas ! Comme ils ne savent pas transformer le vin en eau, ils doivent en faire venir de chez eux. Ils ne sont pas vexés et trouvent même la plaisanterie excellente, l’accueillant « avec de grands rires »73.

  • 74 The Babees’ Book. Medieval Manners for the Young, édition par Frederick James Furnivall et Edith Ri (...)
  • 75 Ainsi, lors d’un banquet, Philippe le Bon dit à un neveu qu’il vieillit et que les années passées s (...)
  • 76 Jeanne Allard, « La vision de l’ivresse dans l’Espagne musulmane », in Hélène Barrière et Nathalie (...)
  • 77 Par exemple dans l’exemplaire de Liège. Voir Carmelia Opsomer, L’Art de vivre en santé. Images et r (...)
  • 78 Maître du Valère Maxime, Faits et dits mémorables des Romains, Bruges, v. 1475-1480. Malibu, J. Pau (...)

31Les choses ne sont pas sensiblement différentes en milieu curial. Simplement, tout le monde n’a pas le droit de rire avec autant de liberté. Ainsi, les jeunes pages se le voient interdire lorsque le seigneur chez qui ils sont en apprentissage boit, comme l’enseigne le Livre des Babees : « Si vous voyez votre seigneur boire, faites silence, cessez vos rires, arrêtez de bavarder, de siffloter, de dire des plaisanteries ou toute autre insolence74. » Mieux, on ne rit pas toujours du même rire. Le premier type de rire, honnête, est fait « par manière de joyeuseté ». Les chroniqueurs nous ont laissé des exemples de telles « joieusetés » de table75. Le second est le rire moqueur, mordant, celui que l’on pratique quand un convive ne sait pas se tenir à table. On se gausse du jeune noble qui ignore les règles du service du vin et éclabousse les convives. Ces moqueries sont certes douloureuses pour qui les subit et voit les autres rire à ses dépens, mais elles sont riches d’enseignements et ont une finalité didactique. Enfin, il y a le rire épais, qui dessert celui qui s’y prête : « Le rire épais éloigne la révérence et peut faire croire que l’on a abusé du vin76. » Au nombre des très rares images médiévales figurant un homme riant, il faut compter les illustrations de la notice « Ebrietas » du Tacuinum sanitatis77, et celles figurant, dans le traité de Valère Maxime, les vices opposés aux vertus sous la forme de deux tablées, celle des tempérants et celle des intempérants, l’une honnête et d’une élégance toute curiale, l’autre vulgaire et malhonnête, associant ribaudes et rufians : c’est à cette table-ci que l’un des convives à divers degrés de l’ivresse rit en montrant les dents78

L’abusé en cour

  • 79 Sur le plan médical (et médical seulement, le versant historique étant fort mal informé, notamment (...)
  • 80 A. Lafortune-Martel, Fête noble…, op. cit., p. 22.
  • 81 Sur ce point, voir Jean-Michel Mehl, Les Jeux au royaume de France du xiiie au début du xvie siècle(...)
  • 82 Pierre Gringore, Les Entrées royales à Paris de Marie d’Angleterre (1514) et Claude de France (1517 (...)

32Le service du vin, si codifié qu’il ait pu être, du moins dans les milieux de cour, a lui aussi cultivé la recherche d’un rire dont on peut se demander quel impact il a pu avoir sur le ressenti de la consommation. Rire en buvant change-t-il la perception du goût du vin ? L’humour affleure dans la décoration jusque sur les plus somptueux des hanaps. On sait aujourd’hui que le rire entraîne non seulement des mouvements musculaires mais aussi la sécrétion de neurotransmetteurs, tous jouant un rôle positif sur l’organisme. Au nombre des avantages physiologiques on compte, entre autres, une oxygénation du sang accrue, une digestion plus rapide et une meilleure élimination des graisses79. Si les consommateurs médiévaux ignoraient tout du caractère médicalement désopilant du rire, ne percevant que son rôle politique et social, ils n’ont sans doute pas manqué de bénéficier des vertus des « joyeusetés de table », au rang desquelles il faut placer les artifices visuels, chimiques ou mécaniques dont témoigne parfois le vaisselier. On doit se demander à quel moment du repas, peut-être l’entremets, se déroulaient de tels jeux, et quel en était l’objectif. Dans les festins, les entremets mêlaient la propagande politique et le rire, suscité par l’inattendu80. Comme les jeux81, les plaisanteries exercées à l’encontre des convives ont pu présenter un caractère d’affrontement et de mainmise sur autrui. Sous l’effet de la surprise, le consommateur, confus ou déçu, pouvait avoir pour réaction un rire joyeux ou défensif, selon le contexte social. De tels amusements pouvaient aussi prendre place à l’issue du repas. Lors du sacre et couronnement de Claude de France, en 1517, c’est après la fin du banquet que se déroulent « joyeusetés et esbatemens de resjoissance »82.

Amusements physico-chimiques

  • 83 Maur-François Dantine et al., L’Art de vérifier les dates des faits historiques…, t. 2, voir « Chro (...)
  • 84 Juan Ruiz, Livre de bon amour, texte castillan du xive siècle, traduit sous la direction de Michel (...)
  • 85 « Pour faire sur table vin blanc devenir vermeil », prenez en été des fleurs vermeilles de nielle d (...)

33En 1178, raconte Lambert d’Ardres, le comte de Guines, feignant l’ivresse, s’était diverti à faire servir à l’archevêque de Reims, à la place de l’eau qu’il demandait « pour tempérer la force des vins grecs qu’on lui servoit », un vin blanc très clair, du vin d’Auxerre83. Composé dans la première moitié du xive siècle par un « archiprêtre », Juan Ruiz, le Livre de bon amour, un traité d’art d’aimer, propose une autre plaisanterie consistant à teinter de l’eau en orange grâce à un peu de safran84. Un livre d’économie domestique de la fin du xive siècle, le Ménagier de Paris, dévoile quant à lui une nouvelle manipulation consistant à colorer « secrètement » du vin blanc en rouge à l’aide d’une plante tinctoriale, la nielle des blés85. Les aristocrates médiévaux jouaient donc à table au petit chimiste amateur et accomplissaient, pour rire, des expériences organoleptiques.

  • 86 Hervé This, La Cuisine note à note en douze questions souriantes, Paris, Belin, 2012, p. 143.
  • 87 Ibid., p. 144.

34Les invités à qui l’on faisait ce type de plaisanterie devaient certainement faire la tête au moment de boire leur verre de faux vin rouge, car les vins les plus appréciés des élites médiévales étaient les blancs. Ensuite, de deux choses l’une, ou ils reconnaissaient le vin pour ce qu’il était, et ils en étaient félicités, ou ils restaient avec leur rancœur car ils n’étaient pas capables de l’identifier – ce qui n’aurait eu rien d’étonnant : on a depuis vérifié scientifiquement que la perception visuelle de la couleur conditionne la perception du goût. À l’évidence, les cuisiniers savaient déjà, par expérience, que « le goût peut être trompé par l’aspect visuel des mets »86. En effet, le cerveau reçoit, codées sous forme d’impulsions, les informations sur les aliments détectées par les sens gustatifs ou olfactifs. Des influx ou messages nerveux excitent des fibres nerveuses ; celles-ci reçoivent d’abord une image visuelle, soit l’impression la première à parvenir au consommateur ; elles proposent cette image à la mémoire ; celle-ci recherche une ressemblance fondée sur cette première appréhension visuelle : soit la saveur du vin rouge même s’il s’agit de vin blanc. Une expérience exemplaire, qui s’est déroulée à l’Institut d’œnologie de Bordeaux, a pu faire prendre avec succès, à des sujets maîtrisant pourtant le vocabulaire des descripteurs de l’arôme du vin, un vin blanc coloré en rouge pour un vin rouge. On comprend mieux que les Anciens comme les savants médiévaux aient privilégié la vue sur les autres sens dans la consommation. Tout compte fait, ils ne se trompaient pas, puisqu’on sait aujourd’hui que « la vision est une composante essentielle du goût »87.

Pots surprise

  • 88 Nous renvoyons le lecteur aux remarques introductives de M. Beard, « Les Romains…», art. cit.
  • 89 Même pour l’époque moderne, de tels objets sont éludés ou ne sont cités que marginalement : on trou (...)
  • 90 Comme en témoigne un sermon du xiiie siècle cité par Jacques Berlioz (éd.), Le Rire du prédicateur, (...)

35La vaisselle du vin se fait également le témoin de cette convivialité vineuse non dépourvue d’une certaine cruauté. Le rire est certes un objet historique difficile à cerner88, et il peut paraître d’autant plus audacieux d’en rechercher l’écho à travers de simples objets domestiques. On comprend qu’il a pu naître à la vue des rébus ou des devinettes peints sur la panse des pichets, et plus encore de l’usage à table d’une catégorie de pots à vin particulière, en terre cuite, les « puzzle jugs » ou « pots surprise ». Une véritable archéologie du rire peut être conduite à partir de ces éléments du vaisselier du vin peu ou pas étudiés car jugés futiles, puisque amusants89. Les archéologues, trop cartésiens et imprégnés de l’idée toute contemporaine que le vin est un sujet sérieux, auraient d’ailleurs pu se pencher davantage sur ces objets qui comptent parmi les plus mystérieux du vaisselier médiéval et que les fouilles livrent plus souvent qu’on ne pourrait le croire, aussi bien en milieu castral qu’en ville. Ces objets de curiosité ne sont d’ailleurs pas tous reconnus comme tels, surtout lorsqu’il n’en reste que des fragments épars. Ils sont fondés sur des astuces de fabrication relevant de l’ingénierie la plus simple, mais devaient stupéfier le consommateur en ce qu’ils s’apparentent à la prestidigitation : en effet, certains pichets font disparaître le vin versé dedans au vu et au su de tous ; d’autres proposent un vin différent de celui que l’on croyait être dedans ; d’autres encore le font déborder par des orifices imprévus, ce qui s’explique par une croyance populaire selon laquelle renverser du vin par terre était un bon présage90.

  • 91 Fontaine de table, Paris, deuxième tiers ou milieu du xive siècle. Cleveland, The Cleveland Museum (...)
  • 92 Voir le projet de fontaine de table, aux jets braqués dans toutes les directions et sans bassin de (...)
  • 93 A. Lafortune-Martel, Fête noble…, op. cit., p. 43-44.
  • 94 Cité in Olivier de la Marche, Mémoires, cité dans M. Gally et C. Marchello-Nizia, Littératures…, op (...)

36Ce type d’objet témoignant d’un goût dispendieux pour le vin répandu paraît relever de la même catégorie que les fontaines de table. Celles-ci, contrairement à une idée préconçue, ne sont pas seulement destinées à faire gicler de toutes parts l’eau ou l’eau de rose pour se laver les mains91. Elles « pissent » aussi le vin et l’hypocras (blancs de préférence ?), laissant les liquides s’écouler sur la nappe, voire aspergeant les convives de leurs jets, fins il est vrai : souvent, les fontaines n’ont pas de bassin pour recueillir les liquides d’aspersion92. De tels mécanismes « trônent sur les tables à partir du xiiie siècle », où elles jettent de l’eau de rose, mais aussi du vin et de l’hypocras93. Plus proches des pots de terre, d’autres objets emblématiques de la viticulture dissimulent également de tels mécanismes. C’est le cas lors du banquet du Faisan, tenu à Lille le 17 février 1454. L’un des entremets qui fut proposé à la vue de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, mettait en scène, dans un vignoble, « ung tonneaul […] ou il y avoit deux manieres de breuvaiges dont l’ung estoit bon et doulx et l’autre amer et mauvais » ; dessus était juché un personnage richement vêtu tenant un phylactère sur lequel était inscrit : « Qui en veult si en prenne »94. On peut supposer que le buveur amateur ne savait pas à laquelle des deux bondes se servir ; il avait une chance sur deux de tomber sur le breuvage amer.

  • 95 A. Lafortune-Martel, Fête noble…, op. cit., p. 116.
  • 96 P. Gringore, Les Entrées royales…, op. cit., p. 37, note 90.

37De tels amusements, caractéristiques des banquets royaux ou princiers, sont popularisés par les entrées royales, au xve siècle. Ils symbolisent la prospérité économique des États. Aux carrefours des villes, des objets à mécanismes font gicler le vin par les trous les plus inattendus : lors de l’entrée royale de Charles VII à Rouen, en novembre 1449, c’est des cornes et des naseaux d’un mouton que, « par .x. ou .xii. tuyaux », jaillit « vin dessoulz eau »95. En 1484, lors de l’entrée de Charles VIII à Paris, c’est par les « mamelles » d’une pucelle que giclent du clairet et de l’hypocras96. En d’autres lieux, des fontaines à plusieurs biberons proposaient de deux à quatre boissons : deux bouches délivraient l’une du vin blanc, l’autre du vin rouge ; deux autres offraient deux liquides, l’un sucré, l’autre amer, vraisemblablement impossibles à reconnaître avant d’y avoir goûté, sinon personne ne s’y serait risqué : les liquides restant alors stockés dans la plomberie de la fontaine, les récepteurs du goût comme de la vue étaient inopérants. Surtout si les biberons étaient clos par un robinet, les molécules odorantes ne pouvaient parvenir jusqu’au cerveau avant la dégustation. L’effet de surprise devait être total.

  • 97 Émilie, première moitié du xviie siècle ? Paris, Petit Palais, coll. Dutuit, inv. 1125. Voir Cather (...)
  • 98 Exeter, Royal Albert Memorial Museum & Art Gallery.

38Il subsiste encore dans les collections de musées quelques-uns des pots à vin, dont la plupart ont été découverts par des fouilles archéologiques, destinés à susciter l’étonnement des consommateurs, voire déclencher leur rire. Une gourde en majolique, ornée d’un masque de faune hilare et tirant la langue au buveur97, est par exemple percée au fond, si bien que le vin dont on l’emplissait tombait directement au sol. Certains pichets ont un col très ajouré : pourtant on peut les remplir par l’ouverture sans que le vin ne coule par terre (fig. 13). En effet, le col est obturé un peu en dessous de l’ouverture et le liquide était détourné dans l’anse, creuse, qui communiquait avec le fond de la panse. Le vin ressortait par un goulot verseur en forme de girafe au long col partant du bas de la panse98.

Figure 13 : Pot surprise. Saintonge, v. 1300. Fouilles d’Exeter. Exeter, Royal Albert Memorial Museum & Art Gallery

Figure 13 : Pot surprise. Saintonge, v. 1300. Fouilles d’Exeter. Exeter, Royal Albert Memorial Museum & Art Gallery
  • 99 Le jeu sur l’eau et le vin n’est pas exclu : un truc alimentaire consiste à extraire l’eau du vin à (...)
  • 100 Voir, par exemple, le pichet d’Oxford, vers 1300, découvert dans les fouilles des fondations du nou (...)

39D’autres pichets dissimulent dans leur panse deux réservoirs, destinés à contenir chacun une boisson différente. D’un même pot, le serviteur pouvait verser du vin blanc à un convive et du vin rouge à son voisin, ou du bon vin à l’un et du mauvais à l’autre, voire soit du vin soit tout autre breuvage déplaisant – ou de l’eau, déplaisir suprême. Pour des raisons techniques, les pots de terre ne pouvaient proposer que deux breuvages chacun, qu’il s’agisse de deux vins différents ou d’eau et de vin : avec un tel pot, on pouvait même jouer à transformer l’eau en vin99 ! Comme le montrent des pots des xiiie-xive siècles découverts dans les fouilles d’Oxford100, d’Exeter et de Londres, de fabrication anglaise mais semblant avoir été copiés sur un modèle saintongeais d’exportation, la technique était simple mais astucieuse : la panse dissimule deux globes superposés et sans communication (fig. 14) ; le liquide contenu dans la partie supérieure est versé par le goulot ventral, en forme de tête animale ; celui contenu dans la partie inférieure est versé… par l’anse, dans laquelle un second goulot verseur est caché ; si l’on incline la cruche en avant ou si on l’incline en arrière, ce n’est pas le même liquide qui est versé.

Figure 14 : Pot surprise, Oxford, v. 1300. Oxford, The Visitors of the Ashmolean Museum, inv. 1921.212

Figure 14 : Pot surprise, Oxford, v. 1300. Oxford, The Visitors of the Ashmolean Museum, inv. 1921.212
  • 101 Venise, 1525. Londres, British Museum. Voir Dora Thornton et Timothy Wilson, Italian Renaissance Ce (...)

40Les potiers de la Renaissance italienne ont également fabriqué de tels vases « trompeurs », en leur conférant la forme amusante d’un chien basset à deux têtes, celles-ci faisant office de verseur101. L’un d’entre eux, encore conservé, de dix-huit centimètres de long, abrite deux conteneurs : l’un pour le « vin bian », le vin blanc, l’autre pour le « vin nero », un vin d’un rouge sombre. Pour que le serviteur ne risque pas de se tromper de cible, l’identification de chaque vin est portée par écrit dans un cartouche ovale. Lorsque de telles joyeusetés de table ne furent plus à la mode, cet objet a été converti en huilier-vinaigrier.

  • 102 Anne-Marie Flambard Héricher, Le Château de Caen. Mille ans d’une forteresse dans la ville, Caen, P (...)
  • 103 Voir note 46.
  • 104 Deruta, 1515-1525. Londres, Victoria & Albert Museum, inv. C. 2195.1910.
  • 105 Cipriano Piccolpasso, Les Trois livres de l’art du potier, présenté et traduit par Jean-Marie Lhôte(...)

41On trouve aussi des pots de vin en terre cuite dotés de goulots factices, bouchés : les fouilles du site potier de Fosses, en région parisienne, et celles de sites normands en ont livré des spécimens102. On reconstitue aisément la scène : le convive attend en vain que le vin coule dans son verre et, lorsqu’il insiste pour que le serviteur incline davantage le pichet, le vin jaillit en pluie par une série de petits trous ménagés dans la lèvre du bec verseur du pot et inonde son pourpoint ou ses pieds. Si le buveur avait décidé de boire directement au pot, comme il advenait souvent, il s’inondait le visage. D’autres pots ou pichets disposent de plusieurs goulots ménagés sur le pourtour du vase. Les verseurs sont dissimulés soit dans un masque humain qui paraît ainsi vomir son vin soit dans le heaume d’un soldat modelé sur la panse, comme dans le cas d’une cruche fabriquée à Bristol au xiiie siècle et découverte dans les fouilles de High Street à Dublin103 : le vin sortait donc par trois trous différents dont un seul au-dessus du verre, les deux autres sur les côtés, et l’on risquait fort d’en renverser par terre au moment de servir. Il existait enfin, en Italie, dans les années 1510-1520, des coupes à boire en majolique dont la lèvre était dotée de plusieurs goulots auxquels plusieurs buveurs tétaient en même temps (fig. 15) : mais seul l’un des biberons était opérationnel104. Le traité Les Trois livres de l’art du potier, de Piccolpasso, en parle d’ailleurs, juste après la catégorie improbable des « vases sans bouche », sous le nom de « tazze da ingano », les « tasses trompeuses ». Mais l’auteur se garde bien de décrire le procédé – et surtout d’en montrer un schéma – sous le prétexte fallacieux que cela l’entraînerait trop loin, en réalité parce qu’il aurait dû révéler un secret de fabrication105.

Figure 15 : Coupe surprise, majolique, Deruta, 1515-1525. Londres, Victoria & Albert Museum, inv. C. 2195.1910

Figure 15 : Coupe surprise, majolique, Deruta, 1515-1525. Londres, Victoria & Albert Museum, inv. C. 2195.1910

Forgeries et verres trompeurs

  • 106 Copenhague, musée national de Danemark, inv. 10710. Voir Les Fastes du gothique…, op. cit., p. 229, (...)

42Il en allait de même des objets orfévrés, dont l’apparence précieuse a invité à mettre de côté le caractère amusant. Un des plus grands trésors d’orfèvrerie médiévale parisienne, un pichet émaillé – d’ailleurs interprété comme aiguière – des années 1320-1330, orné de « drôleries », dispose d’un goulot verseur qui oblige le jet de liquide à jaillir vers le haut106 et non en direction du verre. Il fallait être grand clerc pour comprendre où précisément positionner le verre à boire. Dans les pays germaniques, l’esprit "farces et attrapes", dans les hanaps orfévrés, se diffuse surtout à partir de la fin du xve siècle et perdure au xviie siècle. Ainsi, dans les années 1630, les « trinkspiele » (jeux à boire) de Nuremberg sont de grands hanaps dotés de trois canules ou « biberons » auxquelles autant de buveurs biberonnent en même temps, mais dont une seule permettait d’aspirer le vin. L’un de ces objets présente un corps en forme de grappe de raisin.

  • 107 Amsterdam, début du xviie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv. E (...)

43Un autre hanap, de fabrication hollandaise, en manière de personnage féminin, est un assemblage de deux vases107 : le plus grand est constitué de la jupe longue de la dame ; le plus petit, qui se balance articulée sur un axe, est un pot qu’elle porte sur la tête. Il s’agit d’une coupe de mariage, destinée à être utilisée en même temps par les nouveaux mariés. On devine que l’époux doit boire à la jupe de la dame, et que l’épouse, appelée à plus de continence, notamment en ce jour, se contente du petit vase. Le jeu consistait, pour les mariés, à boire en même temps à ces deux récipients, trop proches l’un de l’autre et de taille comme de hauteur inégales, sans rire ni renverser le vin.

  • 108 Vivre au Moyen Âge. 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, catalogue de l’exposition, Strasbourg (...)
  • 109 Italie (Venise ?), xvie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv. E C (...)

44Les verres à boire ne font pas preuve d’une moindre imagination. Dans les pays germaniques de la fin du xve et du xvie siècle, des bottes à boire avaient vocation à inonder le buveur naïf ou débutant. Ce type de verre "baveur" qui pouvait servir au vin comme à la bière et dont un spécimen a été retrouvé dans les fouilles de Strasbourg108, a la propriété de se vider brusquement lorsqu’on l’incline pour boire : le contenu liquide, chassé brutalement vers le haut par la bulle d’air qui se forme dans la pointe de la botte, ressort alors en jaillissant, aspergeant copieusement le buveur. Pour éviter ce désagrément, il suffisait de pointer la botte vers sa poitrine, de boire à l’envers en quelque sorte. L’Italie a vraisemblablement testé le procédé avec l’exemple du vase en verre, en forme d’éléphant109, doté de deux orifices, l’un dans la queue, pour y verser le vin, l’autre dans la trompe, pour le boire : un verre trompeur aux deux sens du terme, car il devait être tout à fait impossible de finir son vin sans s’inonder la face…

  • 110 Verre trompeur, Venise, xvie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv (...)

45Autre procédé en usage dans l’Italie de la Renaissance, le verre dont le calice est peint couleur vin rouge à mi-corps, de sorte à laisser croire au convive qu’on le lui apporte plein (fig. 16). Deux farces au moins peuvent être jouées au buveur : alors qu’il se croit sur le point de boire du vin rouge, il lui est apporté du vin blanc, ou tout autre liquide, ou bien, remis solennellement au buveur, le verre s’avère vide110.

46Le buveur va-t-il rire, se fâcher ? Tester le caractère d’un proche, observer comment un allié gère déception et frustration, informations non négligeables lorsqu’il s’agit de bien savoir s’entourer, sont peut-être au fondement de certaines de ces fines plaisanteries.

Figure 16 : Verre trompeur avec vin rouge factice. Venise, xvie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv. E. Cl. 21633

Figure 16 : Verre trompeur avec vin rouge factice. Venise, xvie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv. E. Cl. 21633

47Les outils ne sont rien sans le geste, disait Leroi-Gourhan. Il en est de même des objets domestiques. Dans le service du vin, les objets et leur gestuelle d’utilisation démontrent que la culture matérielle peut s’avérer un révélateur remarquable de la civilisation des mœurs au point de déboucher sur une approche imprévisible de ce patrimoine immatériel qu’est le goût. La forme et la matière des objets révèlent toutes les subtilités des usages du vin à table. L’usage du verre à boire au calice haut perché sur une longue tige permet d’honorer à la fois le vin et le buveur. L’emploi pour le service du vin de pichets imagés, une catégorie exceptionnelle au sein du mobilier domestique, met en exergue le caractère remarquable de cette boisson dans la consommation alimentaire. D’abord aux xiiie et xive siècles en ce qui concerne le mobilier céramique, ensuite en matière d’objets de verre et de métal, le vaisselier du vin se révèle tout aussi exceptionnel sur le plan culturel. Non seulement il est couvert d’images, mais encore il est ingénieux. Le prestige du vin passe par une approche ludique et scientifique – pour le Moyen Âge s’entend –, à la fois mécanique, fruit du travail des ingénieurs, et chimique, fruit de l’ouvrage des cuisiniers.

  • 111 Nadège Arrivé et Florence Plet-Nicolas, « Us et coutumes », in F. Argod-Dutard, P. Charvet et S. La (...)

48Nos connaissances du vaisselier du vin, jamais décrit par les sources textuelles, doivent tout à l’archéologie qui nous montre que, dans ce domaine, les objets ne sont en rien des accessoires anecdotiques. Débordant les textes normatifs, ils dévoilent la réalité des mœurs à table. Si le buveur de qualité se contraint à boire à petites gorgées, comme le veulent les manuels de bonnes manières, si, au sommet de la distinction, l’échanson tient sous l’hanap une « tasse » « afin de préserver la décence du prince et de ses habits »111, le vaisselier montre aussi un vin festif déversé et coulant à volonté pour mieux mettre en valeur la générosité des hôtes – ou leur subtile cruauté. On comprend que le bon goût à la mode médiévale ne correspond pas aux bonnes manières tout empreintes de discrétion d’un xixe siècle bourgeois qui n’a d’ailleurs pas su voir, ou n’a pas voulu voir, le rôle des jeux vineux dans les festins du Moyen Âge. Élégance, tempérance et décence, les maîtres mots du savoir-vivre, sont en effet quelque peu mises à mal par les libations dont témoignent pots surprise et autres verres trompeurs et dans lesquels, à certains moments du repas, le vin devait surtout avoir… un goût de farce.

Haut de page

Notes

1 Plus exceptionnellement, on retrouve ce type de verre exporté dans le nord de la France. Un exemplaire seulement, daté de la seconde moitié du xiie siècle, a été découvert dans les fouilles du Louvre. Voir Catherine Brut, « Le verre à Paris au Moyen Âge. L’apport essentiel des fouilles de la Cour Carrée du Louvre pour le xiie siècle », in Le Louvre des Rois. De la forteresse de Philippe-Auguste au palais-musée de Louis XIV, Dijon, Éditions Faton, 1995, p. 56-59, et L’Âme du vin chante dans les bouteilles. De l’amphore à la bouteille, de la coupe au calice, catalogue de l’exposition, Paris-Bordeaux, Somogy éditions d’art/musée d’Aquitaine, 2009, p. 171, notice 156. Les cabochons ne recouvrent pas le bord, laissé lisse pour les lèvres ; au xvie siècle, ils sont de plus en plus en pointe et le pied peut être ajouré, comme à Metz : voir Metz médiéval. Mises au jour, mise à jour, Metz, musée de la Cour d’or/Éditions Serpenoises, 1996, pl. XIII et p. 84, notice 54.

2 Epitomea seu reparationes totus philosophiae naturalis Aristotelis, Cologne, 1496. Londres, Wellcome Library. Image publiée dans Robert Jütte, A History of the senses. From Antiquity to Cyberspace, Cambridge, Polity Press, 2005, p. 37.

3 James Dauphiné, « Bonvesin de la Riva : De Quinquaginta curialitatibus ad mensam », in Manger et boire au Moyen Âge, Actes du colloque de Nice (15-17 octobre 1982), t. 2, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 7-20 ; Patricia Mari, « La traduction des Contenances de table de Bonvesin de la Riva », in Ibid., p. 21-32.

4 Olivier de la Marche, Mémoires, édité par Henri Beaune et Jules dArbaumont, Paris, S.H.F., 1883-1888, in Michèle Gally et Christiane Marchello-Nizia, Littératures de l’Europe médiévale, Paris, Magnard, 1985, p. 549.

5 Femmes ivres des Dits de Watriquet de Couvin. France, Paris ?, v. 1330. Paris, Arsenal, ms. 3525, fol. 88 v.

6 Devinettes françaises du Moyen Âge, éditées par Bruno Roy, Montréal-Paris, Bellarmin/Vrin, 1977, p. 108.

7 Voir par exemple les verres retrouvés dans une cave-latrine de Rennes : Françoise Labaune-Jean, « Le vaisselier rennais du xve au xviie siècle », in Fabienne Ravoire et Anne Dietrich (dir.), La Cuisine et la table dans la France de la fin du Moyen Âge, Caen, Publications du CRAHM, 2009, p. 411-424, ici p. 421.

8 Arnaud de Villeneuve, Le Livre des vins, traduit du latin, présenté et annoté par Patrick Giffreu, Paris, Éditions de la Merci, 2011.

9 Cité dans Mireille Ausécache, « Des aliments et des médicaments : les plantes dans la médecine médiévale », Cahiers de recherches médiévales, n° spécial, 13, 2006, p. 249-258, ici p. 257.

10 On trouve encore un pichet de bois daté du xive siècle sur le site du monastère de la Charité, à Toulouse mais, compte tenu du contexte, il avait peut-être un usage médical. Toulouse, musée de l’Institut catholique, inv. 714.

11 James Motteau, « La verrerie de table en France du xive au xvie siècle », in F. Ravoire et A. Dietrich (dir.), La Cuisine et la table…, op. cit., p. 175-186 ; Danielle Caluwé, « La verrerie au duché de Brabant et dans les anciens Pays-Bas à l’époque moderne. Le verre opaque : un produit bien spécifique ? », in Id., Ibid., p. 187-211.

12 Voir Danièle Alexandre-Bidon, Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie xiiie-xvie siècle, Paris, Picard, 2013.

13 Chansons satiriques et bachiques du xiiie siècle, éditées par Alfred Jeanroy et Arthur LÅngfors, Paris, Champion, 1974, p. 82.

14 Nous soulignons. Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillée, Paris, Champion, 1978. Un vin mousseux au xiiie siècle ? Sans doute parce que versé de haut, comme le montrent les images, de sorte qu’il s’y fait des bulles éphémères.

15 En dépit de sa date ancienne, les tout premiers articles sur la question restent de première importance : voir, sur le verre, Donald Benjamin Harden, « Table glass in the Middle Ages », Rotterdam Papers, vol. ii, A Contribution to Medieval Archeology, 1975, p. 35-45 ; sur le bois : Werner Neugebauer, « Arbeiten Böttcher und Drechsler aus den Mittealterlichen Bodenfunden der Hansestadt Lübeck », in Ibid., p. 117-137.

16 Dans Regnault et Jeanneton, écrit par René d’Anjou, sont décrits « de terre deux goderons / Et l’escuelle / estoit d’une escorce nouvelle » : cité dans Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes, du ixe au xve siècle, t. 4, Paris, Librairie des sciences et des arts, 1937, p. 300, article « Goderon ».

17 Françoise Piponnier, « Fortune et genre de vie des vignerons dijonnais (fin xive-xve siècle) », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, n° 3-4, 1996, p. 41-48, ici p. 47.

18 Anne Dietrich, « La vaisselle médiévale en bois du site de l’hôtel de Ville à Beauvais (Oise) », Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 1994, p. 59-76 ; Id., « Les petits métiers du bois et les arts de la table à la fin du Moyen Âge », in F. Ravoire et A. Dietrich (dir.), La Cuisine et la table…, op. cit., p. 157-165.

19 Metz médiéval…, op. cit., p. 79-80.

20 Sylvie Cantrelle et al., Histoire d’un quartier de Montbéliard (Doubs). Le bourg Saint-Martin (xiiie-xxe s.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, « Documents d’archéologie française-83 », 2000, p. 77.

21 À la Fortune du pot. La cuisine et la table à Lyon et à Vienne xe-xixe siècles d’après les fouilles archéologiques, catalogue de l’exposition, Lyon-Vienne-Mâcon, 1990-1991, Lyon, musée de la Civilisation gallo-romaine, 1990, p. 61 ; Jacques Le Maho, « La vaisselle de bois au Moyen Âge et sa fabrication en Haute-Normandie (xie-xiie siècle) », in Nathalie Roy (dir.), Pots de terre, fragments d’histoire, catalogue de l’exposition, Rouen, Musée départemental des Antiquités, 1999, p. 18-19.

22 F. Piponnier, « Fortune et genre de vie… », art. cit., p. 47.

23 Le « cristallo » est un verre transparent fabriqué à Venise à partir de 1450. Voir L’Âme du vin…, op. cit., p. 64.

24 Antoine de la Sale, Histoire du petit Jehan de Saintré et de la dame des belles-Cousines, Paris, Didot, 1791, p. 230. Nous soulignons.

25 Traduit dans Gilbert Garrier, Histoire sociale et culturelle du vin, Paris, Bordas, 1995, p. 57. Nous soulignons.

26 Cité dans Françoise Argod-Dutard, Pascal Charvet et Sandrine Lavaud (dir.), Voyage au pays du vin. Histoire, anthologie, dictionnaire, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2007, p. 497.

27 Urban Nyström, Poèmes français sur les biens d’un ménage depuis L’Oustillement au villain du xiiie siècle jusqu’aux Controverses de Gratien du Pont, Helsinki, Imprimerie de la Société de littérature finnoise, 1940, p. 99.

28 F. Piponnier, « Fortune et genre de vie… », art. cit., p. 46.

29 Montaigne, Les Essais, Livre iii, chapitre 13, cité in F. Argod-Dutard, P. Charvet et S. Lavaud (dir.), Voyage…, op. cit., p. 487-488.

30 Voir Brigitte Fromaget, Médecine ou miséricorde ? Des outils pour le soin. Les étains des hôpitaux, catalogue de l’exposition, Tonnerre, Musée municipal de Tonnerre, 2008.

31 G. Garrier, Histoire sociale…, op. cit., p. 257 : à Lyon, le « pot de vin » des bistrots fut de terre ou d’étain jusqu’en 1842.

32 Barthélemy l’Anglais, Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie au xive siècle, introduction, mise en français moderne et notes de Bernard Ribémont, Paris, Stock/Moyen Âge, 1999, p. 247.

33 Hildegarde de Bingen, Les Causes et les remèdes, traduit et présenté par Pierre Monat, Grenoble, Jérôme Millon, 1997, p. 60 et 78.

34 Danièle Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût. Céramique et consommation (Moyen Âge-Temps modernes), Paris, Picard, 2005, p. 136 sq. ; Jacques Gélis, « Les mangeurs de terre, anthropologie d’une pathologie alimentaire », in Myriam Cottias et al. (dir.), Le Corps, la famille et l’État. Hommage à André Burguière, préface de Jacques Le Goff, Rennes, PUR, 2010, p. 77-89.

35 À l’exemple du pichet très décoré, daté du milieu du xiiie-xive siècle, découvert dans les fouilles de Metz. Dépôt SRA Lorraine. Publié in Metz médiéval…, op. cit., p. 74, notice 20.

36 Voir par exemple le pichet très décoré, daté du milieu du xive siècle, publié par Alban Horry, « Le vaisselier lyonnais du xive au xvie siècle : vers la naissance de la céramique moderne », in F. Ravoire et A. Dietrich (dir.), La Cuisine et la table…, op. cit., p. 299-316, ici p. 304-305.

37 Jeremy Haslam, Medieval Pottery in Britain, Aylesbury, Shire Archaeology, [1978] 1984, p. 47, n° 11.

38 On en trouvera plusieurs exemples in Ibid., p. 51 (fouilles de Londres), 55 (fouilles de Southampton), 56 (fouilles de Porchester), 59 (fouilles de Coventry), 60.

39 Par exemple, pichet à l’homme au fermail, fouilles de Coventry. Coventry, Herbert Art Gallery and Museum, inv. 49/220/2. Voir Age of Chivalry. Art in Plantagenet England 1200-1400, catalogue de l’exposition, Londres, Royal Academy of Arts, 1987, p. 440, notice 549.

40 Agathe Lafortune-Martel, Fête noble en Bourgogne au xve siècle, Montréal-Paris, Bellarmin/Vrin, 1984, p. 96.

41 Harlow, 1630-1660. Cambridge, Fitzwilliam Museum. Voir Juliet Fleming, Graffiti and the Writing Arts of Early Modern England, Londres, Reaktion books, 2001, p. 151-152.

42 Sur le site potier de Fosses, Rémy Guadagnin a su déceler des contenances types et mettre en évidence une relation précise entre la métrologie régionale et le volume des pots. Voir Rémy Guadagnin, Fosses-Vallée de l’Ysieux. Mille ans de production céramique en Île-de-France, vol. 2, Catalogue typo-chronologique des productions, Caen, Publications du CRAHM, 2007.

43 Cité par Marilyn Nicoud, Les Régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale xiiie-xve siècle, Rome, École française de Rome, 2 vol., 2007, ici vol. 1, p. 368, note 128 : « in pulchro vase […] aliquid pulchrum sit infirmus delectatur ».

44 Par exemple au château de Pymont : Pymont. La forteresse oubliée, Lons-le-Saulnier, Cercle Girardot/Centre jurassien du Patrimoine, 1993, p. 117 et 124.

45 Peter G. Farmer, An Introduction to Scarborough Ware and A Re-Assessment of Knights Jugs, Hove (Sussex), Chez l’auteur, 1979.

46 Voir le pot surprise publié dans Viking and Medieval Dublin, catalogue de l’exposition, Dublin, National museum of Ireland, 1973, pl. 18 et p. 36, notice 118.

47 Mireille Vincent-Cassy, « Between Sin and Pleasure. Drunkenness in France in the Late Middle Ages », in Richard Newhauser, In the Garden of Evil. The Vices and Culture in the Middle Ages, Papers in Mediaeval Studies-18, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2005, p. 393-430, ici p. 417.

48 Un sujet d’exemplum classique… Gobelet en argent, vermeil et émail peint, France (Bourgogne), v. 1420-1430. New York, Metropolitan Museum of Art, Cloisters Collection. Publié dans Christiane Prigent (dir.), Art et société en France au xve siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 1999, pl. couleur IV.

49 Un exemple dans les fouilles de Londres. Voir J. Haslam, Medieval Pottery…, op. cit., p. 60, n° 12.

50 Orvieto, fin du xve siècle. Paris, musée du Louvre, Dpt des Objets d’art, inv. 7393.

51 Voir le pichet glaçuré découvert dans les fouilles de Saint-Denis. Saint-Denis, musée d’Art et d’Histoire, inv. 11.231.2, publié dans L’Âme du vin…, op. cit., notice 164, p. 174. Autres pichets floraux dans Ripailles et Rogatons. Manger au Moyen Âge en Pays de France, catalogue de l’exposition, Roissy-en-France, Archéa/Roissy Porte de France, 2011, p. 52, 55, 57. Voir R. Guadagnin, Fosses…, op. cit., p. 304.

52 Voir supra, note 2.

53 Il en est de même des pots de pharmacie, dont les décors végétaux ne correspondent jamais, sauf quelques exceptions datant au mieux de la fin du xvie siècle, avec le contenu.

54 Voir le flacon publié in F. Ravoire et A. Dietrich (dir.), La Cuisine et la table…, op. cit., p. 389-400.

55 On consultera F. Sauvageot et A. Struillou, « Effect of the modification of wine color and lighting conditions on the perceived flavor of wine, as measured by a similarity scale », Sciences des aliments. International Journal of Food Science and Technology, vol. 17, n° 1, 1997, p. 45-67 ; Daniel Oberfeld et al., « Ambient lighting modifies the flavour of wine », Journal of Sensory Studies, vol. 24, n° 6, 2009, p. 797- 832.

56 Modèle de coupe, gravé vers 1520-1525. Ratisbonne, Museen der Stadt Regensburg.

57 Aubergine longue : Augsbourg, 1570, conservé à Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen ; ronde : Nuremberg, v. 1510. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum.

58 Copenhague, musée national de Danemark.

59 On en voit une, feuillue, dans le Dénombrement de Bethléem de Bruegel l’Ancien, daté de 1566. Bruxelles, musée des Beaux-Arts.

60 Saintonge, xive siècle. Paris, musée du Louvre, Dpt des Objets d’art, inv. 7397, voir Potiers de Saintonge. Huit siècles d’artisanat rural, catalogue de l’exposition, Paris, MNATP, 1975-1976, Paris, Éditions des musées nationaux, 1975, p. 60-61. Autre exemple dans les fouilles de Londres, conservé au Museum of London, publié in D. Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût…, op. cit., pl. XXIV.

61 Cité dans Claude Gaignebet et Jean-Dominique Lajoux, Art profane et religion populaire au Moyen Âge, Paris, PUF, 1985, p. 37.

62 Torgiano, musée du Vin Lungarotti.

63 Ibid.

64 Publiés dans Lia Pierotti-Cei, La Vie à l’époque de la Renaissance, Farigliano, Minerva-Liber, 1987, p. 68.

65 Jacqueline Brunet, « Le vin chez un conteur italien de la Renaissance : Matteo Bandello », in Jean-Luc Maynard (dir.), Clio dans les vignes. Mélanges offerts à Gilbert Garrier, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, p. 329-345, ici p. 341.

66 Un exemple de la fin du xiiie siècle dans J. Haslam, Medieval Pottery…, op. cit., p. 59, n° 8.

67 Voir un récent exemple fragmentaire, recouvert de glaçure verte, dans les fouilles de Caen : Bénédicte Guillot et Aminte Thomann, « Caen (Calvados) », Archéologie médiévale, vol. 42, rubrique Chronique des fouilles, « Habitats civils », 2012, p. 188.

68 Chansons satiriques et bachiques…, op. cit. Cette réflexion se trouve aussi dans les traités de médecine à la même date, par exemple dans le Secret des secrets : voir F. Argod-Dutard, P. Charvet et S. Lavaud (dir.), Voyage…, op. cit., p. 411.

69 Le lai du cor, par Robert Biket, xiie siècle, in Ibid., p. 462.

70 Ibid., p. 463-464.

71 Sur le rire dans l’Occident médiéval, voir Jacques Le Goff, « Rire au Moyen Âge » et « Le rire dans les règles monastiques », in Id., Un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1999, p. 1343-1356 et 1357-1368.

72 Voir J. Le Goff, « Rire… », art. cit., p. 1348, et Mary Beard, « Les Romains riaient-ils ? », Annales HSS, 67-4, octobre-décembre 2012, p. 893-909, ici p. 905.

73 « Manger sec », in Tables florentines. Écrire et manger avec Franco Sacchetti, traduit sous la direction de Jacqueline Brunet et Odile Redon, Paris, Stock, « Moyen Âge », 1984, p. 83-84.

74 The Babees’ Book. Medieval Manners for the Young, édition par Frederick James Furnivall et Edith Rickert, traduction par L. J. Naylor, Cambridge (Ontario), Parentheses Publications, « Middle English Series », 2000 (ici, traduction de Geneviève Alexandre).

75 Ainsi, lors d’un banquet, Philippe le Bon dit à un neveu qu’il vieillit et que les années passées sont comme un jeu de paume perdu : voir Estelle Doudet, « Du rituel narratif à la réflexion politique. Festins en Bourgogne dans les mémoires et les chroniques officielles au xve siècle », in Nelly Labère (éd.), Être à table au Moyen Âge, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (115), 2010, p. 77-89, ici p. 84.

76 Jeanne Allard, « La vision de l’ivresse dans l’Espagne musulmane », in Hélène Barrière et Nathalie Peyrebonne (études réunies par), L’Ivresse dans tous ses états en littérature, Actes du colloque d’Arras, université d’Artois, 22 et 23 novembre 2001, Arras, Artois Presses Université, 2004, p. 74-93, ici p. 77.

77 Par exemple dans l’exemplaire de Liège. Voir Carmelia Opsomer, L’Art de vivre en santé. Images et recettes du Moyen Âge. Le Tacuinum sanitatis (manuscrit 1041) de la Bibliothèque de l’Université de Liège, Liège, Éditions du Perron, 1991.

78 Maître du Valère Maxime, Faits et dits mémorables des Romains, Bruges, v. 1475-1480. Malibu, J. Paul Getty Museum, ms. 43. De même dans le Valère Maxime conservé à Bruxelles : Le Valère Maxime du Grand Bâtard, n° 16 de Art de l’enluminure, mars-avril-mai 2006.

79 Sur le plan médical (et médical seulement, le versant historique étant fort mal informé, notamment pour la période médiévale), on pourra regarder sur l’internet Rébecca Gumbau, Et si on en riait ? Les bénéfices de la gélothérapie en oncologie adulte, mémoire de fin d’études pour le diplôme d’État infirmier, IFSI-Nord Marseille, 2006.

80 A. Lafortune-Martel, Fête noble…, op. cit., p. 22.

81 Sur ce point, voir Jean-Michel Mehl, Les Jeux au royaume de France du xiiie au début du xvie siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 451 sq.

82 Pierre Gringore, Les Entrées royales à Paris de Marie d’Angleterre (1514) et Claude de France (1517), édition par Cynthia J. Brown, Genève, Droz, 2005, p. 311.

83 Maur-François Dantine et al., L’Art de vérifier les dates des faits historiques…, t. 2, voir « Chronologie historique des comtes de Guines », p. 787.

84 Juan Ruiz, Livre de bon amour, texte castillan du xive siècle, traduit sous la direction de Michel Garcia, Paris, Stock/Moyen Âge, 1995, p. 201.

85 « Pour faire sur table vin blanc devenir vermeil », prenez en été des fleurs vermeilles de nielle des blés, faites sécher, réduisez en poudre, puis versez dans le verre avec le vin, qui deviendra rouge. Le Mesnagier de Paris, texte édité par Georgina E. Brereton et Janet M. Ferrier, Paris, Livre de poche, « Lettres gothiques », 1994, p. 778.

86 Hervé This, La Cuisine note à note en douze questions souriantes, Paris, Belin, 2012, p. 143.

87 Ibid., p. 144.

88 Nous renvoyons le lecteur aux remarques introductives de M. Beard, « Les Romains…», art. cit.

89 Même pour l’époque moderne, de tels objets sont éludés ou ne sont cités que marginalement : on trouve un seul exemple de pot trompeur, fabriqué à La Chapelle-des-Pots et dont le mécanisme n’est pas décrit, datant des années 1620, dans Élisabeth Latrémolière et Florent Quellier (dir.), Festins de la Renaissance. Cuisine et trésors de la table, catalogue de l’exposition, Château royal de Blois, Paris-Blois, Somogy éditions d’art/Musée du château royal de Blois, 2012, p. 273.

90 Comme en témoigne un sermon du xiiie siècle cité par Jacques Berlioz (éd.), Le Rire du prédicateur, Louvain-la-Neuve, Brepols, 1992, p. 99. Voir aussi supra l’article de Marie-Thérèse Lorcin.

91 Fontaine de table, Paris, deuxième tiers ou milieu du xive siècle. Cleveland, The Cleveland Museum of Art, inv. 24.859 : la fontaine est mise en eau dans la reconstitution que ce musée propose actuellement sur l’internet. Dans Les Fastes du gothique. Le siècle de Charles V, catalogue de l’exposition, Paris, Éditions de la RMN, 1981, p. 237-238, notice 191, on estime que le bassin de cet objet a disparu, sans envisager qu’il ait pu ne jamais exister…

92 Voir le projet de fontaine de table, aux jets braqués dans toutes les directions et sans bassin de réception, dessiné par Dürer en 1509. Dessin à la plume coloré, Oxford, Ashmolean Museum, publié dans Albrecht Dürer. Aquarelles et dessins, Cologne, Taschen, 1994, p. 63. Autre exemple de fontaine de table sans bassin dans une enluminure peinte en France vers 1375-1380 dans des Grandes chroniques de France : Paris, BnF, ms. Français 2813, fol. 472.

93 A. Lafortune-Martel, Fête noble…, op. cit., p. 43-44.

94 Cité in Olivier de la Marche, Mémoires, cité dans M. Gally et C. Marchello-Nizia, Littératures…, op. cit., p. 549.

95 A. Lafortune-Martel, Fête noble…, op. cit., p. 116.

96 P. Gringore, Les Entrées royales…, op. cit., p. 37, note 90.

97 Émilie, première moitié du xviie siècle ? Paris, Petit Palais, coll. Dutuit, inv. 1125. Voir Catherine Join-Diéterlé, Catalogue de céramiques, t. i, Hispano-mauresques, majoliques italiennes, Iznik, des collections Dutuit, Ocampo et Pierre Marie, Paris, Musée du Petit-Palais, 1984, p. 306-307.

98 Exeter, Royal Albert Memorial Museum & Art Gallery.

99 Le jeu sur l’eau et le vin n’est pas exclu : un truc alimentaire consiste à extraire l’eau du vin à l’aide d’une ficelle faisant fonction de drain, expérience proposée par le Ménagier de Paris : voir Le Mesnagier de Paris, op. cit., p. 789.

100 Voir, par exemple, le pichet d’Oxford, vers 1300, découvert dans les fouilles des fondations du nouveau Hall de la ville, en 1895, qui ont livré un autre pot surprise, fabriqué à Londres. Oxford, The Visitors of the Ashmolean Museum, inv. 1921.212. Voir Age of Chivalry…, op. cit., p. 440, notice 551 ; voir aussi J. Haslam, Medieval Pottery…, op. cit., pl. 4 et p. 47, n° 10.

101 Venise, 1525. Londres, British Museum. Voir Dora Thornton et Timothy Wilson, Italian Renaissance Ceramics. A Catalogue of the British Museum Collection, Londres, British Museum, 2009, 2 t., ici t. 2, p. 642-643, notice 411.

102 Anne-Marie Flambard Héricher, Le Château de Caen. Mille ans d’une forteresse dans la ville, Caen, Publications du CRAHM, 2009, p. 81. Il existe aussi des pots à laver les mains à quatre goulots dont un seulement opérationnel : Teruel, Musée Provincial, xiiie-xive siècle.

103 Voir note 46.

104 Deruta, 1515-1525. Londres, Victoria & Albert Museum, inv. C. 2195.1910.

105 Cipriano Piccolpasso, Les Trois livres de l’art du potier, présenté et traduit par Jean-Marie Lhôte, Vendin-le-Vieil, Éditions La Revue de la céramique et du verre, 2007, p. 59.

106 Copenhague, musée national de Danemark, inv. 10710. Voir Les Fastes du gothique…, op. cit., p. 229, notice 183.

107 Amsterdam, début du xviie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv. E. Cl. 523. Publié dans L’Âme du vin…, op. cit., notice 243, p. 68 et 211.

108 Vivre au Moyen Âge. 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, catalogue de l’exposition, Strasbourg, Les musées de la ville de Strasbourg, 1990, p. 325, notice 364, fouilles du quai Altdorfer.

109 Italie (Venise ?), xvie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv. E CL. 2731.

110 Verre trompeur, Venise, xvie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv. E. Cl. 21633. Publié dans L’Âme du vin…, op. cit., notice 250, p. 214-215.

111 Nadège Arrivé et Florence Plet-Nicolas, « Us et coutumes », in F. Argod-Dutard, P. Charvet et S. Lavaud (dir.), Voyage…, op. cit., p. 391-401.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Epitomea seu reparationes totus philosophiae naturalis Aristotelis, Cologne, 1496, détail. Londres, Wellcome Library
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2 : « Les trois dames de Paris ». Watriquet de Couvin, Dits, Paris ?, v. 1330. Paris, Arsenal, ms. 3525, fol. 88 v
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3 : Coupe de Dracy (Côte-d’Or), milieu du xivsiècle
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 4 : Pichet glaçuré anthropomorphe, Angleterre, v. 1300. Londres, The Trustees of the British Museum, inv. MLA 55, 10-29.11
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 5 : Pichet glaçuré anthropomorphe souriant, Angleterre, fin du xiiisiècle. Fabrique de Nuneaton (?), fouilles de Coventry. Coventry, Herbert Art Gallery and Museum, inv. 49/220/2
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 6 : Orvieto, fin du xve siècle. Paris, musée du Louvre, Dpt. des Objets d’art, inv. 7393
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 7 : Pichet à fleurs et oiseaux. Fouilles de Saint-Denis. Saint-Denis, musée d’Art et d’Histoire, inv. 11.231.2
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 8 : Hanap aux muguets, gravure, vers 1520-1525. Ratisbonne, Museen der Stadt Regensburg
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 9 : Cruche à vin, Saintonge, xive siècle. Londres, Museum of London
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 10 : Lorenzo et Jacopo Salimbeni, Urbino, fresque de l’Oratoire de Saint-Jean-Baptiste, détail
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Figure 11 : Cruche à vin, Deruta, xive siècle. Torgiano, musée du Vin Lungarotti
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Figure 12 : Majolique, Faenza, xivsiècle. Torgiano, musée du Vin Lungarotti
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 13 : Pot surprise. Saintonge, v. 1300. Fouilles d’Exeter. Exeter, Royal Albert Memorial Museum & Art Gallery
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 14 : Pot surprise, Oxford, v. 1300. Oxford, The Visitors of the Ashmolean Museum, inv. 1921.212
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 15 : Coupe surprise, majolique, Deruta, 1515-1525. Londres, Victoria & Albert Museum, inv. C. 2195.1910
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 16 : Verre trompeur avec vin rouge factice. Venise, xvie siècle. Écouen, musée national de la Renaissance-Château d’Écouen, inv. E. Cl. 21633
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5917/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Alexandre-Bidon, « Le vaisselier du vin (xiiie-xvie siècle). Contribution à l’histoire du goût », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 25 septembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/5917 ; DOI : 10.4000/acrh.5917

Haut de page

Auteur

Danièle Alexandre-Bidon

Ingénieur d’études EHESS, CRH, Groupe d’archéologie médiévale, docteur en histoire et civilisation médiévales, Danièle Alexandre-Bidon est archéologue de formation. Sa spécialité, la céramologie, croisée à l'étude des représentations iconographiques, l'a conduite à s'intéresser aux usages et fonctions des objets de la vie domestique (par exemple : D. Alexandre-Bidon et M.-T. Lorcin, Le Quotidien au temps des fabliaux Textes, images, objets, Paris, Picard, « Espaces médiévaux », 2003), particulièrement à ceux de la cuisine et de la médecine. Ses deux derniers livres (Une archéologie du goût. Céramique et consommation, xiiie-xvie siècle, préface d’Hervé This, Paris, Picard, « Espaces médiévaux », 2005, et Dans l'atelier de l'apothicaire : histoire et archéologie des pots de pharmacie xiiie-xvie siècle, Paris, Picard, 2013) portent sur ce thème également scruté, sur le motif du vin, dans l'article publié ici. Ses autres travaux concernent la mort (La Mort au Moyen Âge (xiiie-début du xvie siècle), Paris, Hachette, « La vie quotidienne », 1998, rééd. coll. « Pluriel »), la vie familiale et la place de l'enfant au Moyen Âge à travers sa vie quotidienne (D. Alexandre-Bidon et Didier Lett, Les Enfants au Moyen Âge, ve-xve siècle, Paris, Hachette (préface de Pierre Riché), 1997, rééd. 1998, édition revue et augmentée, Paris, Hachette Littérature, « Pluriel », 2004 ; D. Alexandre-Bidon et P. Riché, L’Enfance au Moyen Âge, Paris, BN/Le Seuil, 1994). Par ailleurs, elle publie régulièrement des articles sur la bande dessinée dans des catalogues d'exposition et dans des actes de colloques universitaires portant, d'une part, sur la castellologie, d'autre part, sur l'histoire de l'alimentation.
E-mail : alexandr@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org