Navigation – Plan du site
Economie de la vigne et du vin

Vignes et vignerons à Provins aux xiiie et xive siècles

Mickaël Wilmart

Résumés

À partir d’archives produites par la commune de Provins aux xiiie et xive siècles, il est possible de décrire l’investissement précoce des habitants de la ville dans le vignoble et l’émergence, dès le début du xive siècle, d’un groupe vigneron. Les actes de transmission de biens passés devant les échevins laissent apparaître les raisons pour lesquelles on investit dans des vignes et l’importance de la transmission des outils viticoles. La liste des votants à un scrutin organisé en 1323 permet d’esquisser les contours du groupe socioprofessionnel des vignerons, qui se différencient nettement des laboureurs dans un contexte de forte spécialisation du travail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michel Veissière, Une communauté canoniale au Moyen Âge : Saint-Quiriace de Provins (xie-xiiie sièc (...)
  • 2 Michel Veissière, Une communauté canoniale.., op. cit., p. 264-272, acte 33, § 4 pour les droits su (...)
  • 3 Voir pour le cas bordelais, Sandrine Lavaud « Les privilèges du vin dans les petites villes du Bord (...)

1En 1205, sous la pression des taverniers de Provins, le chapitre Saint-Quiriace accepte de modifier les tarifs du rouage du vin pour mettre en place une véritable politique protectionniste1. L’accord, ratifié également par la comtesse de Champagne, prévoit d’exempter de cette taxe les vins de la région parisienne, qui bénéficie de ce privilège depuis 11762, ainsi que l’ensemble des vins produits dans le comté de Champagne, au nord de la Seine. Les vins produits au-delà de la Seine et de l’Yonne, c’est-à-dire ceux de Bourgogne, devront s’acquitter d’une taxe de douze deniers par charrette. Quant à ceux provenant d’Auvergne, ils verseront cinq sous par charrette pour pouvoir entrer dans Provins. Ces mesures protectionnistes précoces3 suscitent deux remarques. D’une part, l’intervention des taverniers montre que, dès le début du xiiie siècle, l’économie viticole à Provins n’est plus seulement seigneuriale, mais concerne une frange élargie de la population qui investit dans le vignoble, prend part à la production du vin et à sa commercialisation. D’autre part, la tarification différenciée du rouage esquisse une géographie des circulations vinicoles qui tient compte de la réalité d’un marché et non des qualités attribuées à telle ou telle production comme on peut le voir à travers certains textes littéraires.

*

  • 4 Texte édité dans Albert Henry, Contribution à l’étude du langage œnologique en langue d’oïl (xiie-x (...)
  • 5 Les historiens du vin ont été nombreux à souligner l’importance et la qualité du vignoble de la rég (...)
  • 6 Mickaël Wilmart, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du xiie au xve siècle, Montceaux-lès-M (...)
  • 7 Michael Clanchy, Abélard, Paris, Flammarion, 2000, p. 291-292 pour l’exil à Provins et p. 295-296 p (...)
  • 8 Hilarii Aurelianensis. Versus et ludi epistolae. Ludus Danielis Belouacensis, éd. Walther Bulst et (...)
  • 9 Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque municipale de Provins sous le numéro 89. Il a été édité (...)
  • 10 A. N. : J 771 pour les partisans de la commune et J 768 pour ses opposants. Les deux listes ont été (...)

2Quand, dans sa Bataille des vins rédigée en 1224, Henri d’Andeli dresse la liste des meilleurs crus du royaume4, il fait certes la part belle aux vins « français », confirmant par là leur réputation internationale5. La géographie qu’il dessine est cependant partielle et forcément subjective. Sans souci d’exhaustivité, il s’agit pour le poète de porter aux nues les breuvages excellents et de mettre à l’index les plus mauvais. Son classement s’établit selon des critères de réputation liés à la consommation des élites, mais aussi à des raisons purement techniques quand le nom permet la bonne rime. Ainsi, le vin de Beauvais est naturellement qualifié de « mauvais » tandis que celui d’Étampes provoque la maladie des « gotes cranpes ». Pour le Bassin parisien élargi, on trouve en tête le vin d’Argenteuil, « clers comme larme d’uel », qui dispute sa place avec ceux de Marly, Pierrefitte, Deuil-la-Barre, Montmorency, Meulan. Il s’agit des vins les plus proches de Paris, pour la plupart produits par les grandes abbayes parisiennes et donc présents sur le marché de la capitale. Pour la Brie et la Champagne, on relève les vins d’Épernay, de Sézanne et de Trilbardou. La présence de ce dernier village, port avancé de la ville de Meaux sur la Marne situé à proximité de son confluent avec le Grand Morin qui sillonne une partie du plateau briard, peut surprendre. Toutefois, il ne faut pas lire ici le vin produit à Trilbardou mais bien celui vendu en gros dans ce village, avant sa descente vers l’aval. Au xve siècle, la taxation de la vente en gros du vin à Trilbardou est l’objet d’une ferme de l’élection de Meaux, signe de la pérennité du rôle de nœud commercial joué par ce petit port fluvial6. À la lecture de cette liste, on remarque tout de même une absence : Provins, au nom si facile à faire rimer, n’est jamais mentionné malgré un vignoble florissant. Sans préjuger des intentions d’Henri d’Andeli, on peut émettre l’hypothèse d’une production uniquement orientée vers le marché local, avec pour débouché principal l’approvisionnement en vins des foires et de leurs visiteurs. Les vins de la région provinoise n’auraient alors pas de réputation particulière parce qu’absents du marché parisien, véritable plaque tournante du commerce viticole. Le vignoble provinois a cependant été chanté dès la première moitié du xiie siècle. Hilarius, disciple anglais de Pierre Abélard et qui l’accompagne dans son exil à Provins7, consacre un poème au village de Chalautre-la-Petite, soulignant la fertilité de ses vignes ainsi que la noblesse et la force de son vin dont la réputation dépasse celle du Falerne8. Même s’il recouvre une certaine réalité, Chalautre étant, comme nous le verrons, un village vigneron, il est évident que le texte d’Hilarius relève plus du topos poétique que de la description géographique. De fait, la Bataille des vins d’Henri d’Andeli a servi aux historiens médiévistes de guide pour dessiner une géographie viticole du royaume de France et seuls les vignobles cités par le poète ont attiré leur attention. Faute d’une réputation clairement établie, les vignes provinoises n’ont donc pas été étudiées alors même que la documentation qui les concerne est non seulement précise, mais précoce. Le corpus qui sera mobilisé ici est composé de deux sources exceptionnelles émanant toutes les deux de l’institution communale. Le cartulaire de la commune, portant sur les années 1271-1330, contient des règlements urbains et les comptes municipaux, mais aussi la transcription d’actes privés passés devant les échevins concernant tous des transmissions de patrimoine9. On peut, à partir de ces actes, suivre l’investissement viticole des membres de la commune. L’autre source résulte d’un scrutin organisé en 1323 portant sur la suppression de l’institution communale. On dispose grâce à elles de deux listes de votants sur lesquelles on a indiqué la profession d’une grande partie d’entre eux10. Il est alors possible de saisir les contours d’un groupe vigneron. Ce corpus permet de remettre en cause la chronologie habituellement admise de l’évolution de l’investissement viticole et de l’émergence d’un groupe social identifié comme vigneron.

Posséder des vignes : les raisons d’un investissement

  • 11 En 1170, le comte exempte ainsi de tonlieu sur le vin une maison située près des étals des bouchers (...)
  • 12 François Verdier, « Une affaire de famille : Notre-Dame du Val », Bulletin de la Société d’histoire (...)

3L’intervention des taverniers provinois pour obtenir des mesures protectionnistes marque durablement le contexte de production vinicole dans la région de Provins. Cette action n’est cependant pas un épiphénomène. Il faut la mettre en relation avec l’obtention d’exemptions sur le tonlieu du vin par un certain nombre de particuliers dès les années 117011, ainsi qu’avec l’attestation d’installations destinées à la vinification dans des maisons de bourgeois de Provins. Par exemple, en 1224, Jacques Douin, chanoine de Notre-Dame du Val, donne à l’abbaye de Vauluisant la maison en pierre de son père contenant à l’arrière un pressoir et une cuve, ainsi qu’un cellier12. Cet engouement pour la production vinicole semble précoce par rapport à la chronologie généralement admise.

Historiographie et limites des sources

  • 13 Guy Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 273-278 ; Marie-Thérèse Lorcin, (...)
  • 14 Guy Fourquin, « Les débuts du fermage : l’abbaye de Saint-Denis », Études rurales, n° 22, 1966, p.  (...)
  • 15 G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 173-189 ; R. Fossier, La Terre et (...)
  • 16 G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 81-91 ; M.-T. Lorcin, Les Campagn (...)
  • 17 Ibid., p.  372-378 ; M. Maguin, La Vigne et le vin en Lorraine…, op. cit., p. 113-130.
  • 18 G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 516-520.
  • 19 Ibid., p. 94 pour une critique des censiers.
  • 20 M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge…, op. cit., p. 319-324.

4L’historiographie concernant la gestion des vignobles a été fortement biaisée par l’utilisation quasi exclusive d’archives d’origine seigneuriale émanant d’établissements ecclésiastiques ou de grands laïcs. De fait, ces sources ne donnent à voir les vignes que dans l’optique seigneuriale et les historiens qui les ont abordées se sont d’abord penchés sur des questions de modes juridiques d’exploitation ou de distribution des terres, soulignant l’importance du faire-valoir direct puis son recul13, l’apparition et le développement du fermage14 ou l’évolution de la rétribution des tenures15. Bien sûr, derrière ces problèmes essentiels à la compréhension de l’espace rural médiéval, des études se sont attachées à décrire plus précisément les étapes de la production vinicole et les choix liés à sa rentabilisation16. L’analyse de l’investissement viticole a sans doute subi la plus forte déformation liée au type de sources utilisées. En dehors du rôle moteur des seigneurs, ecclésiastiques ou laïcs, l’attention s’est focalisée sur l’évolution de l’origine sociale des preneurs de baux ou des acquéreurs/vendeurs scellant un contrat avec l’établissement ou la personne morale productrice d’archives17, sans qu’on puisse toujours distinguer le poids de la sociabilité dans la décision de laisser, de façon définitive ou non, des vignes à un individu ou un groupe d’individus. Pour les campagnes de la région parisienne, Guy Fourquin a ainsi relevé un morcellement accentué à la fin du Moyen Âge et des investissements de citadins servant d’abord à bailler les terres et les clos à des paysans18, mais il a bien du mal à pouvoir esquisser une sociologie précise en basant son analyse sur les seuls censiers19. Il situe toutefois le début de l’investissement des bourgeois parisiens au milieu du xiiie siècle. Pour Meaux, à partir des archives des établissements religieux de la ville, il n’a été possible que de confirmer des conclusions déjà rencontrées ailleurs. Si, au xiiie siècle, nobles, religieux et bourgeois se partagent le vignoble pour des clos dépassant toujours l’arpent, il faut attendre la seconde moitié du xve siècle, et la période de reconstruction après la guerre de Cent ans, pour voir des artisans, des laboureurs et des vignerons prendre les baux de vignes, pour des parcelles toujours plus petites20. Ce constat suffit-il à conclure à une ouverture de l’investissement viticole après la guerre de Cent ans ? La situation du xiiie siècle, telle qu’on peut l’esquisser à partir d’archives décrivant le temporel d’établissements ecclésiastiques, ne reflète-t-elle pas plutôt la stratégie des gestionnaires religieux consistant à confier leurs meilleurs clos, un temps exploités en faire-valoir direct, à des personnes de confiance dont la position sociale les fait entrer dans leurs réseaux d’interconnaissance ? Ces individus peuvent ensuite exploiter directement les vignes ou jouer un rôle d’intermédiaire en les baillant à leur tour à des preneurs de condition plus modeste. L’évolution notée entre le xiiie et le xve siècle relèverait alors davantage d’un changement dans la stratégie de distribution des baux, entérinant l’effacement des intermédiaires, que d’une démocratisation de l’accès aux vignes.

  • 21 C’est ce qu’a fait, à partir des testaments du Lyonnais, Marie-Thérèse Lorcin, « Pourquoi léguer de (...)
  • 22 C’est F. Bourquelot, « Notice sur le manuscrit… », art. cit., p. 199-200, qui a interprété le premi (...)
  • 23 Jules d’Auriac, « Les désaveux à Provins au xiiie siècle », Bulletin de la Société d’histoire et d’ (...)
  • 24 Roger Grand, « Un sens peu connu du mot désaveu en droit coutumier : le désaveu de communauté famil (...)
  • 25 La commune de Provins est bien une institution, administrant la ville et ses campagnes proches, et (...)

5On le voit, la lecture des seules archives seigneuriales ne suffit pas à décrire les pratiques d’investissement et d’exploitation des vignes au xiiie siècle. Non seulement l’analyse de la composition sociale du groupe des tenanciers se trouve faussée par l’impossibilité d’identifier clairement les différents intermédiaires entrant en jeu, mais encore les raisons même de l’investissement viticole, allant de l’exploitation directe au placement d’un pécule, restent insaisissables. Pour éclairer de façon nouvelle la question, il est alors nécessaire de sortir du cadre seigneurial pour ne plus considérer la parcelle de vigne comme une tenure à cens ou à ferme, mais seulement comme appartenant, temporairement ou non, à un individu qui en dispose pour son propre compte afin de produire du vin ou d’en tirer des revenus21. La parcelle de vigne devient alors un élément constitutif d’une exploitation, un objet économique et non juridique. Pour cela, on peut s’appuyer à Provins sur le registre de la commune. Malgré le nom générique qu’on lui donne, ce dernier n’est pas vraiment un cartulaire puisqu’il contient à la fois les comptes municipaux, la copie de règlements urbains et la transcription d’actes dits de « désaveux » passés devant les échevins jusqu’en 1311. Ces désaveux ont été souvent regardés comme des actes d’émancipation au cours desquels des biens sont laissés par les parents à l’enfant « désavoué », bien que quelques-uns précisent ne rien donner22. Toutefois, de sérieux doutes peuvent être émis sur cette interprétation, l’âge de majorité en Champagne étant fixé à quatorze ans pour les garçons et à onze ans pour les filles ce qui ne laisse que peu de place à une pratique d’émancipation aussi massive. D’autres explications ont été avancées, comme la transmission du droit de bourgeoisie23 ou la sortie de la communauté familiale, que l’on retrouve dans les coutumes du nord de la France24. Même si cette dernière interprétation semble la plus juste, trancher la question de la nature des désaveux provinois dépasserait les limites de cet article. Pour notre propos, il importe surtout de retenir la transmission de biens d’une génération à l’autre, du vivant d’au moins un des parents. Cette circulation des biens, sans doute faite dans la majorité des cas en vue d’une installation indépendante de l’enfant, a sa cohérence propre, tant dans la valeur des meubles et immeubles transmis que dans la composition de l’ensemble. Dans une approche mêlant histoire économique et histoire de la culture matérielle, il est alors possible de cerner les ressorts de l’investissement viticole effectué par une partie des membres, urbains et ruraux, de la commune de Provins25.

Typologie des détenteurs de vignes à Provins

  • 26 V. Terrasse, Provins…, op. cit., p. 141-160.

6Si le cartulaire de la commune de Provins offre la possibilité d’une nouvelle approche de la possession des vignes au tournant des xiiie et xive siècles, il faut, avant d’en commencer l’analyse, bien circonscrire les limites d’une telle source. Celle-ci, nous l’avons déjà souligné, ne concerne pas l’ensemble des habitants de la ville et de ses campagnes, mais seulement la population communale dont on peut supposer sans grand risque d’erreur qu’elle est majoritaire. Cette dernière se définit avant tout par un statut juridique qui attache des hommes et des femmes à une institution municipale et qui n’écarte pas l’existence d’une grande disparité sociale à l’intérieur du groupe26. La pratique même du désaveu n’est sans doute pas non plus homogène. En l’état actuel de la recherche, on ignore par exemple si le recours à cette possibilité coutumière est socialement différencié. S’il est assez clair, à la lecture du recueil d’actes, que toutes les couches socioprofessionnelles peuvent être amenées à l’utiliser, il n’est pas certain que les enjeux, familiaux ou économiques, ou les stratégies mises en œuvre pour transmettre le patrimoine, soient les mêmes. En outre, il s’agit bien d’une source urbaine, même si elle laisse apparaître une partie de la population rurale, dont la vigne n’est pas l’objet premier. Seule une cinquantaine d’actes fait ainsi expressément allusion au vignoble, ce qui ne laisse pas la place à une étude statistique de la question. L’historien peut, en revanche, en tirer une typologie assez fine de l’investissement.

  • 27 Constatation faite à partir du cartulaire du Chapitre cathédral ainsi que des archives de l’hôtel-D (...)

7Par rapport à la région de Meaux où, pour cette période, la superficie moyenne des parcelles mentionnées dans les sources ne descend jamais en dessous de l’arpent27, les clos cités dans le cartulaire communal sont bien plus petits. En moyenne, les parents transmettant des vignes à leurs enfants leur accordent des pièces d’un demi-arpent. Là aussi, on doit souligner la disparité des situations que reflète assez mal cette constatation. En effet, 40 % d’entre eux donnent un patrimoine viticole égal ou inférieur à un quartier, tandis que 22 % sont en capacité d’abandonner à leur progéniture un arpent et plus. On note déjà ici une échelle des fortunes visible à travers les actes de désaveux, entre de petits « propriétaires » et des exploitants plus aisés. Il faut toutefois se garder de toute conclusion hâtive : la mention de petites parcelles ne signifie pas que nous sommes en présence de vignerons vivotant de leur art et, a contrario, de grandes superficies ne renvoient pas forcément à l’investissement d’un bourgeois aisé. Pour comprendre les liens existant entre possession viticole et activité économique, il est nécessaire de confronter les mentions de vignes dans les actes de désaveux et l’ensemble des biens meubles, notamment des outils, signalés dans le même texte. On peut alors distinguer, dans un certain nombre de cas, qui vit de sa vigne et qui ne s’en sert que comme un revenu d’appoint ou un placement.

  • 28 Actes et comptes…, op. cit., p. 1-2.
  • 29 Ibid., p. 6.
  • 30 Ibid., p. 6.
  • 31 Ibid., p. 9.
  • 32 Il est parfois difficile de trancher sur la question. Ainsi, en janvier 1275, Perraus, fils d’étien (...)
  • 33 Ibid., p. 180-181.
  • 34 Ibid., p. 144.

8Il est intéressant de relever que la personne laissant à ses enfants la plus grande superficie de vignes est assurément productrice de vin. Le 10 avril 1272, Bardauz de la Marquotière se présente devant le maire et les échevins de Provins et déclare mettre « hors de sa vourie » ses trois fils, Robin, Raoulet et Gilet, en leur donnant un arpent et demi de vignes avec la grange qu’il tient d’un certain Archambaut Haraiz, ainsi que quatre autres arpents de vignes qu’ils tiendront en meubles. À cela, il ajoute, à côté de quatre huches, trois « coutes » et trois coussins, trois petites cuves, trois « grans cuves pour parer vin », quatre tonneaux et sept queues28. Ici, la transmission des parcelles de vignes s’accompagne de la transmission du matériel nécessaire à la production vinicole. Le repérage dans la liste des biens donnés aux enfants d’outils ou de matériel lié à la vinification permet alors d’identifier les propriétaires-producteurs qui sont en possession d’une vigne dans le but de faire leur propre vin. Si le cas de Bardauz de la Marquotière est exceptionnel par la superficie transmise, d’autres, à une échelle plus modeste, établissent des actes de désaveux similaires mêlant parcelles et outils. Ainsi, se dessine une échelle de fortune à l’intérieur des propriétaires-producteurs. Le 4 novembre 1272, Herbert des Rues désavoue son fils Bricet en lui laissant, outre la moitié de sa maison avec du mobilier, des huches, deux lits fournis et la moitié de son jardin, trois quartiers de vignes, situés près d’un pressoir appartenant à un bourgeois, une pièce nouvellement plantée se trouvant à proximité, ainsi qu’une cuve, deux tonneaux de vin et trois tonneaux vides29. Trois jours plus tard, c’est au tour de Guiart Bourdon de se présenter devant les échevins pour abandonner à son « fillastre » l’usage d’un quartier de vignes, de trois cuves et quatre « baignoires », auxquelles il faut ajouter quatre huches, un lit de plumes ainsi que trois minots de vesces et un setier de pois30. D’autres, que l’on devine petits vignerons, n’ont pas les moyens de transmettre les cuves et la tonnellerie, tel Guerin, dont on n’a pas transcrit le surnom dans le registre, qui laisse à son fils Perraut seulement un demi-quartier de vignes et un fossoir, c’est-à-dire une houe de vigneron (17 août 1273)31. Au plus bas de l’échelle sociale, quelques-uns transmettent les outils pour le travail viticole, mais pas les vignes qui pourraient aller de pair32. Charge aux enfants de prendre alors le bail d’une parcelle ou d’offrir leurs services comme journalier. Le 7 novembre 1300, Robichonz de Merroles et son épouse mettent « hors de leur avouerie » leur fils et leurs deux filles33. L’acte liste le mobilier laissé : deux lits de plumes (pour trois…), huit « dras de lit », deux huches, un banc, un « paele », un bassin et un mortier. Le couple leur donne en plus cinq brebis, deux « tours à filer » sans doute destinés aux filles, un fossoir et une « hotte à porter vandange » pour le jeune homme. Ici, les enfants se retrouvent sans terre, mais ont les outils nécessaires à l’exercice d’une activité à l’évidence genrée. Si, dans ce cas, l’occupation du fils sera bien viticole, d’autres donnent à leurs enfants les outils nécessaires à une activité agricole diversifiée. En 1294, Gilet de Liboin reçoit ainsi de sa mère, veuve, un lit de bourre, un coussin de plume, un fossoir, une serpe et une faucille34. Si le fossoir et la serpe peuvent être utiles dans le travail des vignes, la faucille renvoie à un autre type de récolte.

  • 35 Ibid., p. 55.
  • 36 Ibid., p. 185.

9Les premiers actes cités ici offrent l’image d’un monde viticole ancré dans une mono-activité, mais ce dernier cas nous montre la viticulture comme une activité agricole parmi d’autres. Plusieurs transmissions immobilières viennent confirmer l’existence d’exploitants investis dans le vignoble et dans la céréaliculture. En 1272, étienne le Bègue, de Sainte-Colombe, donne ainsi à son fils deux arpents « que terre que vigne », ainsi que le quart de sa maison, des huches, des « coutes », des coussins, des draps, des nappes, de l’avoine, du blé, du vin, des queues et des tonneaux. Ce paysan de Sainte-Colombe tient une exploitation modeste, même si sa demeure semble relativement bien agencée. La pluriactivité constatée à travers les actes de désaveux peut toutefois être liée à la possession d’une exploitation agricole de taille plus importante dans laquelle la mise en valeur du terroir prend différents aspects. Ainsi, en 1285, Jeanne de Paz, veuve, laisse à l’un de ses fils, Perrinet, la part qui lui revient de son père et qui lui offre la possibilité de bien s’installer : la somme de 800 livres complétée de 25 arpents « que terre que vignes », un tiers de la maison et 70 brebis. Il s’agit vraisemblablement du tiers des biens des parents, deux autres frères étant mentionnés dans l’acte35. Encore en 1301, un couple laisse à ses cinq enfants 12 arpents « que terre que vignes que prés », une vache, un cheval et son harnachement, un troupeau de 50 brebis, ainsi que deux maisons et demie36. À côté d’exploitants spécialisés dans la viticulture, il existe bien une catégorie de paysans pour laquelle la vigne n’est qu’un élément de leur patrimoine agricole qui comporte également champs, prés et bétail.

  • 37 Ibid., p. 5.
  • 38 Ibid., p. 7.
  • 39 Ibid., p. 163.

10Cependant, la possession de vignes n’est pas le monopole des paysans. À travers les actes de désaveux, il est possible d’identifier d’autres professions exercées par des hommes pour qui le vignoble ne constitue qu’un revenu de complément. En octobre 1272, Adam de Courton abandonne ainsi à son fils Oudinet cent sous, trois lits en plumes, deux queues de vin « vermeil », une grande huche, une vigne, une chambre et surtout un métier à tisser dont la donation équivaut à la transmission du métier paternel37. Le cas est sans doute typique de l’artisanat urbain plaçant un pécule dans un clos. Le milieu rural n’échappe pas à des pratiques identiques. En 1273, Pierre Ammiarz laisse à son fils Guillot un lit, un « quartier de vigne à moison » dont il ne touchera donc que le produit, ainsi que deux « chevaux à charraute » et la charrette qui lui permettront de devenir charretier38. Comme on a pu le remarquer pour les outils, la transmission de vignes comme revenu de complément peut aussi être genrée. En 1297, Jeannot le Tisserand transmet à son fils un quartier de vigne dans la censive de la Maison-Dieu et un « mestier à draas », tandis que sa fille reçoit une « couste sanz coissin », quatre draps et un « mestier à toiles »39. Le garçon se voit confier la vigne paternelle et la machine permettant la production la plus noble, alors que sa sœur se contente de linge de maison et d’un métier à tisser de la toile.

  • 40 Ibid., p. 5.
  • 41 Ibid., p. 28.
  • 42 Ibid., p. 11.
  • 43 Ibid., p. 39.
  • 44 Ibid., p. 105-106.

11Si, dans ce cas, c’est le garçon qui reçoit la vigne, d’autres exemples montrent que le clos peut entrer dans la composition de la dot de filles à marier. L’investissement de bourgeois dans la vigne, souvent vu comme un complément de revenu, relèverait aussi d’un placement provisoire en vue du mariage des enfants. Il est alors proportionnel à la fortune des parents. En 1272, « mestres Jehan d’Aucerre », dont on ignore s’il s’agit d’un aïeul de son homonyme courtier en vin en 1323, se démet en faveur de chacune de ses filles, pour leur « troussel », de six arpents et demi de terres, cinq quartiers de vignes, 40 livres et la moitié de sa maison40. Dans le milieu paysan des villages de la commune, la transmission de vignes aux filles, dans des proportions plus modestes, relève de la même logique. Ainsi, en 1276, la fille de Jean Vitez, de Chalautre-la-Grande, reçoit un arpent de terres à Sourdun, un demi-quartier de vignes à La Chapelle-Saint-Nicolas, un lit et une huche41. La dot peut parfois être plus conséquente, comprenant au passage animaux et outils, ce qu’obtient Isabelon Chauvel en juin 1274 : un arpent de terres, un quartier et demi de vignes, une cuve, une « paele », une vache, une « couste », un coussin, une huche et une chambre42. La vigne peut parfois juste compléter un trousseau entièrement domestique, comme celui de la fille d’Hugues de Champfleuri qui, en septembre 1278, est composé de deux lits de plumes, douze « linciaux », une « cote et surcot de pers fouré de connins », une « pelice de connins », deux « paeles » auxquels les parents ont ajouté une maison et un quartier de vignes43. La transmission aux seules filles ne va toutefois pas toujours de soi, et les vignes peuvent être placées en indivisibilité. En 1286, au moment où les deux filles de Gilon de Tonsac reçoivent chacune un « lit fourni de dras et de couverture », l’arpent de vignes est donné au fils et aux deux filles « à aus trois ansanble »44.

  • 45 Ibid., p. 36.
  • 46 Les chardons sont utilisés par les foulons-lanneurs pour « lainer » les draps, c’est-à-dire pour gr (...)
  • 47 Actes et comptes…, op. cit., p. 141.
  • 48 Ibid., p. 142.

12Dans les cas présentés jusque-là, la transmission assure aux enfants un revenu, une activité, un patrimoine. Il faut en dernier lieu envisager la situation dans laquelle l’enfant ne reçoit que le produit de la vigne, soit de façon éphémère, soit de façon plus pérenne. En 1277, Guiot Pionnier donne à son fils deux lits de plumes, trois huches et un banc permettant de se meubler, deux setiers de blé et trois d’avoine, le vin de deux arpents de vignes et 35 000 chardons45. Le dernier élément de la liste peut faire penser à une activité liée au foulage des draps46. Les provisions de grains sont livrées en une seule fois et doivent avoir valeur marchande. Quant au vin, le jeune homme touchera chaque année le revenu d’un clos qu’il ne possède toutefois pas en tant que bien immobilier. L’apport reste ici suffisant pour une installation hors du domicile paternel. En 1293, la veuve de Jehan de Nouant met « hors de sa voerie » son fils Jehannin en ne lui laissant qu’une queue de vin rouge47. Il est clair que la transmission de biens par les actes de désaveux se fait selon les moyens de chacun et selon les partages coutumiers. Ainsi, en 1294, Perrin Darridan reçoit de sa mère, elle aussi veuve, un « lit de plume forni de IIII dras et de couverture », ainsi que huit muids de vin rouge pris sur les premiers vins qui sortiront de la vigne que la mère garde en douaire48.

13Les actes de désaveux passés devant les échevins de Provins offrent la possibilité de saisir une grande variété de situations. À l’évidence, posséder une vigne ne fait pas d’un homme un vigneron. Les raisons de l’investissement sont multiples : exploiter directement la vigne en monoculture, faire de celle-ci une activité agricole parmi d’autres, placer son argent en vue d’un revenu de complément ou pour préparer une transmission patrimoniale permettant de doter les filles pour leur mariage ou d’aider les fils à s’installer. Dans certains cas, il est nécessaire d’ajouter au clos les outils et la tonnellerie utiles à son exploitation. D’autres feront travailler dans leur vignoble des journaliers spécialisés qui auront eux-mêmes peut-être reçu par donation les outils indispensables à cette occupation, comme le fossoir.

14Tous ces cas de figure montrent également comment, de façon précoce par rapport aux données des autres régions, l’ensemble des couches sociales de la société provinoise s’est intéressé au vignoble périurbain. Alors que, ailleurs, seuls les seigneurs laïcs ou ecclésiastiques et les gros bourgeois apparaissent dans la documentation, à Provins, l’élargissement de la base sociale de l’investissement viticole est acquis dès le dernier quart du xiiie siècle. On peut bien sûr s’interroger, sans conclure hâtivement, sur un lien entre cet investissement et les mesures protectionnistes élaborées à la fin du xiie siècle et au début du xiiie siècle. On doit surtout articuler ce phénomène avec l’apparition, dès le début du xive siècle, d’un groupe désigné par le terme de « vigneron » que les listes de scrutin de 1323 permettent d’approcher.

Les vignerons : émergence d’un groupe social

15Si l’utilisation du terme vigneron par les historiens médiévistes est assez courante dès qu’il s’agit de désigner des travailleurs ou des tenanciers de vignes, sa généralisation n’a que peu à voir avec la réalité décrite dans les sources archivistiques précédant le xve siècle et relève de la facilité d’écriture. Comme on vient de le montrer, on ne peut pas associer de façon systématique vignerons et vignes. Heureusement, une partie de l’historiographie a pris en considération ce problème qui en soulève un autre : celui de l’apparition du groupe social vigneron, apparition jugée tardive, là encore par la faute de sources inadaptées au questionnement envisagé.

Les vignerons, groupe tardif ou invisible ?

  • 49 Françoise Piponnier, « Fortune et genre de vie des vignerons dijonnais (fin xive-xve siècle) », Bul (...)
  • 50 Alessandro Stella, « Un conflit du travail dans les vignes d’Auxerre aux xive et xve siècles », His (...)
  • 51 F. Piponnier, « Fortune et genre de vie… », art. cit., p. 41. Consciente du problème, Françoise Pip (...)
  • 52 Françoise Michaud-Fréjaville, « Vignerons des villes, vignerons des champs en Berry et Orléanais à (...)
  • 53 M. Maguin, La Vigne et le vin en Lorraine…, op. cit., p. 128-130.
  • 54  Registre criminel du Châtelet de Paris, du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, t. i, Paris, Société d (...)
  • 55 Clément Gurvil, Les Paysans de Paris du milieu du xve au début du xviie siècle, Paris, Honoré Champ (...)
  • 56 M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge…, op. cit., p. 323-324.
  • 57 A. N. : S 5176B, vente d’une vigne située près de Coulommiers, à Jean Le Roy, vigneron, 3 mai 1413.
  • 58 Citée par A. Stella, « Le profil social des vignerons… », art. cit., p. 72. On peut cependant émett (...)

16La plupart des études régionales ont relevé, sans toujours en tirer toutes les conséquences, le caractère tardif de la désignation « vigneron » pour des individus travaillant ou exploitant la vigne. Pour la Bourgogne, aussi bien dans la région de Dijon que dans celle d’Auxerre, le terme n’apparaît pas dans la documentation avant la fin du xive siècle49. À Auxerre, c’est dans le cadre d’un procès lié aux conditions de travail des vignerons en 1392 qu’un collectif est désigné comme tel50. Il faut ensuite attendre les terriers du xve siècle pour voir le terme se répandre progressivement. À Dijon, les inventaires après décès des vignerons étudiés par Françoise Piponnier les qualifient comme tels dès la dernière décennie du xive siècle51. Pour l’Orléanais et le Berry, le terme ne s’impose réellement qu’au xve siècle52. Malgré le dépouillement systématique des cartulaires de la région, Françoise Michaud-Fréjaville n’a trouvé qu’un seul individu mentionné ainsi dans les actes antérieurs au xive siècle, auxquels on peut ajouter un texte règlementaire touchant le travail des vignes rédigé à Blois en 1295. Le constat est le même dans l’est de la France. En Lorraine, les mentions de vignerons ne sont jamais antérieures au xve siècle et restent même rares jusqu’à la toute fin du Moyen Âge53. À Paris, le terme est présent dès la fin du xive siècle, par exemple dans les registres du Châtelet dans les minutes du procès de deux vignerons accusés d’avoir volé du verjus54. Cependant, pour les xve et xvie siècles, Clément Gurvil n’a pu que constater la rareté du terme dans les sources parisiennes, au profit parfois de celui de laboureur de vignes55. Notons tout de même la création d’une confrérie Saint-Vincent par les vignerons parisiens en 1467. À Meaux, il faut attendre la seconde moitié du xve siècle pour que les baux des vignes des établissements ecclésiastiques soient expressément confiés à des vignerons56. Dans la région voisine de Coulommiers, la plus ancienne mention que j’ai pu retrouver date de 141357. Une première remarque s’impose : la chronologie repérée et concordante d’une région à l’autre dépend fortement du corpus documentaire. On écartera les textes règlementaires, comme celui de Blois en 1295 ou encore l’ordonnance royale de 1351 sur l’organisation du travail58, dont la portée est trop générale pour permettre de mettre en évidence l’émergence d’un groupe social. Les études sur l’histoire de la viticulture s’appuient alors sur des fonds dont la conservation ne remonte pas au-delà de la fin du xive siècle (inventaires après décès dijonnais, minutes notariales de Paris, de Lorraine ou de l’Orléanais, comptes ducaux en Lorraine) ou sur des types d’archives dont les modalités de rédaction évoluent au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. C’est le cas, par exemple, des terriers auxerrois qui ne mentionnent pas de profession au milieu du xive siècle, mais sont plus précis à ce sujet à la fin du xve siècle, ou des titres de propriétés conservés dans les archives seigneuriales qui connaissent la même évolution. Pour ce dernier type de documents, s’ajoute la possibilité déjà abordée du changement des pratiques de distribution des tenures.

  • 59 A. Stella, « Le profil social des vignerons… », art. cit., p. 81.
  • 60 M. Maguin, La Vigne et le vin en Lorraine…, op. cit., p. 128. Du fait de ses sources, essentielleme (...)
  • 61 M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge…, op. cit., p. 323-324.

17Que la chronologie puisse être critiquée n’empêche pas de soulever la question de l’émergence d’un groupe social vigneron. En se basant sur les corpus utilisés jusqu’à présent, deux hypothèses principales ont été proposées. D’une part, son apparition résulterait de la cristallisation, au cours des xive et xve siècles, de conditions sociales propres aux vignerons, faisant d’eux un groupe intermédiaire entre ouvriers ruraux et propriétaires avec un fort ancrage citadin59. D’abord travailleurs pour autrui, ils s’affranchiraient peu à peu de leurs liens de dépendance économique pour former un groupe de petits propriétaires dont l’assise terrienne se concentrerait dans les ceintures viticoles périurbaines. D’autre part, l’affirmation d’une identité vigneronne pourrait être le reflet de la spécialisation du travail viticole. Dans un premier temps inclus dans un cycle de travaux agricoles plus large, caractérisé par une pluriactivité, le métier se serait autonomisé, à un moment de forte croissance du vignoble et de nouvelles exigences de qualité/quantité de la production. D’abord émise, sans argumentation, par Martine Maguin pour la Lorraine60, j’avais repris cette hypothèse pour la région de Meaux en constatant la multiplication des mentions de vignerons dans les baux de la seconde moitié du xve siècle pour des vignes en friche dont les contrats stipulaient l’obligation pour le preneur de replanter les ceps61.

18Pour confirmer l’idée de l’existence d’un groupe vigneron, il reste à résoudre la difficulté à saisir collectivement ces paysans. Nous avons vu, pour la fin du xiiie siècle, que le lien entre propriété viticole et vigneron était loin d’être évident. On pouvait certes repérer, à travers les outils transmis, un domaine d’activité spécifique, sans être certain qu’il soit unique, mais aucun métier n’étant indiqué dans le cartulaire de la ville, il est délicat de conclure sur une éventuelle identité sociale. Cependant, une seconde source vient éclairer la population communale de Provins avec un autre degré de précision.

Les vignerons de la commune de Provins

  • 62 Sur le contexte général de crise des communes, Charles Petit-Dutaillis, Les Communes françaises, ca (...)
  • 63 F. Bourquelot, Un scrutin au xive siècle..., op. cit.
  • 64 Pour une analyse socioprofessionnelle à partir de cette liste, V. Terrasse, Provins…, op. cit., p.  (...)

19Comme de nombreuses institutions municipales du nord de la France, la commune de Provins connaît de forts remous durant le premier tiers du xive siècle62. En 1323, ses membres sont appelés à s’exprimer sur la poursuite ou l’abandon de leur mode de gouvernement. Pour cela, une sorte de scrutin est organisé, qui débouche sur la suspension provisoire de la commune, et deux listes sont établies suivant l’option choisie63. 2 720 personnes, pour la plupart chefs de famille, y participent et, afin d’identifier clairement les votants, les scribes ont, pour un certain nombre d’entre eux, ajouté la profession au prénom et au surnom64. Alors que les femmes sont peu concernées par cette annotation (14 pour 372 votantes), 1 678 hommes sur 2 348 ont leur métier précisé. On pourrait ajouter les 260 hommes dont le surnom renvoie à une occupation (et 17 femmes dans le même cas), mais l’existence d’une dichotomie entre certains surnoms et la profession indiquée par ailleurs nous invite à la prudence à ce sujet. Concernant l’analyse qui est proposée dans cet article, seuls les hommes serviront à établir les données statistiques, à l’exclusion donc des femmes. Les surnoms n’ont pas non plus été pris en compte dans les proportions de métiers.

20Avant d’aborder la question des vignerons dans la population communale, il est nécessaire de s’arrêter un instant sur l’élaboration de ces listes pour un scrutin dont on ne possède plus de procès-verbal pouvant décrire son déroulement. Les deux listes n’ont pas été composées de la même façon. Le nombre de partisans de la commune étant relativement réduit (156 sur 2 720, moins de 6 % des voix), les votants ont été répartis en deux groupes géographiques : Provins et Rouilly. Par contre, pour les 2 564 opposants au maintien de l’institution, la répartition géographique s’est faite de manière plus subtile : les quatre paroisses de la ville (Saint-Quiriace, Saint-Pierre, Sainte-Croix et Saint-Ayoul) et les huit mairies qui rassemblent la population communale rurale. Si on ignore l’organisation du vote dans Provins intra-muros, quelques indices permettent de comprendre la manière dont il s’est déroulé dans la campagne. Les habitants membres de la commune des villages et des hameaux entourant la ville se sont déplacés jusqu’au chef-lieu de leur mairie, probablement le même jour. De fait, si la rédaction des listes est relativement uniforme pour Provins, pour les mairies rurales la qualité des informations dépend fortement du clerc qui a été chargé de recueillir les votes. Concernant les hommes de la ville, on dispose ainsi d’une indication de métiers pour 80 % d’entre eux, ce qui donne une bonne représentation. Par contre, dans certaines mairies rurales, le degré de précision est extrêmement variable : aucune mention professionnelle pour celles de Fontenay (auj. Saint-Brice) et Léchelle, seulement 22 % des votants à Augers-en-Brie, 33 % à Rouilly, mais 63 % pour le secteur de la Voulzie. Comme il est difficile d’imaginer que des villages entiers refusent d’indiquer la profession, on doit en déduire que la précision à la suite de l’identité des votants résulte bien d’une interaction entre le clerc et le membre de la commune qui se présente à lui. En revanche, on ne peut pas affirmer que le terme transcrit soit celui déclaré par le votant, même si les mentions de double activité laissent à penser que ce dernier a son mot à dire. Il est possible que le scribe ait parfois simplifié les données, comme le montrent certaines mentions réunies par des accolades pour les mairies rurales. Toutes ces précautions méthodologiques n’empêchent toutefois pas de conclure à la reconnaissance d’un statut de vigneron. Que celui-ci soit affirmé par le votant ou inscrit de façon non concerté par le clerc, il est bien le signe d’une identification sinon sociale, du moins professionnelle.

  • 65 Rappelons que ces chiffres sont des chiffres a minima ne portant que sur la population communale. I (...)
  • 66 Il faudrait ajouter sept vachers que Véronique Terrasse a classés parmi les métiers du cuir (V. Ter (...)

21De fait, le vigneron désigné comme tel est bien un personnage incontournable du paysage communal. Un peu plus de 10 % des hommes dont on connaît l’occupation sont dit soit « vigneron » (134 personnes), soit « vigneron et laboureur de terres » (14), soit encore « laboureur de terres ou de vignes » (28). Pour l’ensemble de la commune (ville et campagnes), vigneron est le troisième métier le plus déclaré, après les tisserands (323) et les foulons-lanneurs (260), juste devant les laboureurs de terres (118) et bien loin devant les drapiers (51). Naturellement, ce rang est plus modeste pour Provins intra-muros. Représentant le sixième métier de la cité, les vignerons sont tout de même 45 à habiter les paroisses urbaines, représentant 2,8 % de la population masculine dont le métier est attesté. Si aucun ne loge dans la paroisse Saint-Pierre, ils sont 12 dans la paroisse Sainte-Croix (3,7 %), 11 à Saint-Ayoul (2,2 %) et 22 à Saint-Quiriace (10,8 %)65. Cette dernière couvre les hauteurs de la ville et certainement une partie du vignoble ceinturant les remparts. Ils forment le principal groupe de travailleurs agricoles de la ville, bien loin devant les laboureurs (qui ne sont que deux) et les jardiniers (« courtilliers ») qui sont au nombre de vingt66.

22Dans le « villois », nom donné au secteur rural de la commune, la situation est très contrastée selon les mairies. Si on ne peut évidemment rien dire au sujet de celles pour lesquelles le clerc n’a rien indiqué lors de la rédaction de la liste (Fontenay et Léchelle), il se dessine pour les autres une véritable géographie vigneronne concentrée sur les collines, coteaux et pentes des vallées des petits cours d’eau baignant la ville et sa banlieue. Il semble également qu’on distingue clairement le laboureur du vigneron. À Courton, c’est le caractère diversifié des activités qui l’emporte. Près de 60 % des hommes membres de la commune y sont dits laboureurs de terres et de vignes, signe d’une agriculture orientée vers les domaines céréalier et viticole. Par ailleurs, 8 % sont dits vignerons et 6 % laboureurs de terres. À Augers-en-Brie, aucun homme n’est désigné comme vigneron. À Chalautre-la-Grande, la moitié des 29 hommes de la commune sont déclarés vignerons. À Rouilly, ils ne sont que 16 %. Dans ces deux mairies, aucun n’est mentionné comme laboureur, mais le fort taux d’individus sans indication de profession cache peut-être une réalité sous-entendue. Dans le secteur de Sourdun, 10 des 16 membres de la commune sont vignerons, tous habitant dans le village de Chalautre-la-Petite. Dans les deux plus importantes mairies, la situation des vignerons est minoritaire : 16 % à Rouilly, 67 % des hommes n’ayant pas de précision concernant leur activité ; 12 % dans le secteur vallonné de la Voulzie, alors que près de la moitié des hommes sont dits laboureurs. Dans cette dernière circonscription, il faut noter deux phénomènes. D’une part, l’existence d’une pluriactivité pour une proportion importante des vignerons. 14 sur 39 sont en effet notés comme vignerons et laboureurs. D’autre part, les vignerons s’y concentrent dans quelques villages au relief marqué : ils sont, par exemple, 20 sur 28 à Poigny.

  • 67 Richard H. Britnell, « Specialization of Work in England, 1100-1300 », The Economic History Review, (...)
  • 68 On trouve, par exemple, un certain nombre d’individus dits vignerons dans le scrutin de 1323 qui do (...)

23Plusieurs remarques s’imposent. Tout d’abord, les vignerons sont ici clairement identifiés comme tels. Dans plusieurs mairies rurales, on les distingue bien des laboureurs, et même parfois des laboureurs de vignes. Dans Provins intra-muros, on ne les confond pas non plus avec les laboureurs ou avec les jardiniers. Ils forment donc un corps de métier distinct dans une société provinoise où la spécialisation du travail est nettement affirmée. L’analyse des professions indiquées dans les listes du scrutin a en effet permis de repérer 115 activités différentes pour les membres de la commune, sans compter ceux que l’on pourrait ajouter à partir des surnoms, un chiffre nettement supérieur à ceux constatés dans les villes anglaises67. Suivant les conclusions de Richard Britnell, il convient de s’interroger sur ce que signifient réellement ces mentions d’occupation qui ne pourraient servir qu’à identifier les individus et qui ne peuvent pas renseigner sur la quotité de temps consacrée à l’activité indiquée. Toutefois, la différenciation très nette entre des métiers proches, l’existence d’indications doubles renvoyant à une pluriactivité et la sectorisation géographique des individus montrent bien qu’il y a ici reconnaissance d’une spécialité professionnelle. Cela ne veut pas dire cependant que ces vignerons n’ont pas d’autres activités. Si on doit les relier à la possession d’une vigne comme le montrent certains recoupements possibles avec les censiers encore conservés68 et sans doute à la possession d’outils de vignerons, ou même du matériel de vinification pour les plus riches, on ne peut exclure le travail pour autrui, qu’il soit viticole ou autre.

  • 69 Ce qui pose la question de l’homonymie, que l’on peut écarter pour le cas des villages voisins.

24L’analyse des rapports familiaux existant entre les paysans de la commune de Provins vient renforcer l’idée de la cohésion de ce groupe social. Il est en effet possible de cerner plusieurs familles de vignerons à partir des surnoms des individus. On peut considérer que le lien est avéré si ce surnom n’est pas courant parmi la population communale, ce qui est le cas avec la plupart des vignerons. À Rouilly, où les seuls paysans dont l’occupation est indiquée sont les vignerons, 15 hommes sur 34 se répartissent en sept familles (Chardon, Doe, Flori, Lemoine, Garnier, Potié et Trochin). Dans Provins intra-muros, on peut repérer deux familles dans la paroisse Saint-Quiriace (Coffinel et Quarrel), deux également à Saint-Ayoul (Le Bergoin et Perruche) et à Sainte-Croix (Freron et Herpiaux). Le phénomène est moins visible à Chalautre-la-Petite où seulement deux hommes portent le même surnom sur dix vignerons, ainsi que dans le secteur de la Voulzie et à Courton où l’on peut noter que trois hommes surnommés Dou Pressour sont dits laboureurs de terres et de vignes. Ce sont d’ailleurs les seuls dont le surnom renvoie clairement au domaine viticole. Il existe également des familles de vignerons réparties sur plusieurs localités. C’est le cas par exemple de la famille Grelart présente à Rouilly et dans la paroisse Saint-Ayoul, de la famille Flori implantée à Rouilly et à Courtioux ou encore de la famille Hiart dont l’un est dit vigneron à Rouilly et l’autre laboureur de terres et de vignes à Courton. Ce dernier exemple vient nous rappeler qu’on peut trouver à l’intérieur d’une même famille des stratégies économiques différentes où certains se consacrent entièrement à la vigne et d’autres jouent la carte de la pluriactivité. Ainsi, à Poigny, quand Baudin Racinart est dit vigneron, son parent Gilet est signalé comme vigneron et laboureur de terres. à l’intérieur du même village, les liens familiaux entre vignerons et laboureurs sont par contre très rares. On trouve un cas à Savins où Jean et Perrin Berangier sont respectivement vigneron et laboureur de terres, mais pour les neuf autres cas repérés, soit les individus ayant le même surnom n’appartiennent pas au même village69, soit le vigneron de la famille se distingue par une pluriactivité (il est dit vigneron et laboureur de terres). Enfin, il faut noter l’existence sporadique de filières familiales du vin. L’exemple le plus évident est celui de la famille Coffinel, dans la paroisse Saint-Quiriace, dont trois membres sont vignerons et un quatrième tavernier. Il faudrait compléter l’ensemble de ces rapports par une analyse des liens matrimoniaux, mais malheureusement aucune source ne le permet.

*

25Le groupe vigneron est donc bien délimité dans ce premier quart du xive siècle. Des familles concentrant leurs activités dans la viticulture ont pu être identifiées, d’autres pourraient l’être en dehors de la population communale. Leur présence montre à l’évidence l’existence d’une transmission familiale du métier, transmission en partie entrevue par l’analyse des actes de désaveux et qui se fonde sur le legs ou la donation de parcelles de vignes et des outils nécessaires à leur exploitation. Il est clair également que le vigneron ne se confond pas avec le laboureur, à l’exception peut-être du laboureur de vignes. Les liens familiaux repérables par l’anthroponymie entre les deux professions sont rares et l’on doit y voir la confirmation de la distinction très nette opérée entre les deux activités. Si l’annotation « vigneron » inscrite par le clerc dans la liste du scrutin est bien due à une spécialisation accrue des activités à Provins, l’analyse des rapports familiaux à l’intérieur de la population communale montre que la dénomination n’est pas que professionnelle mais aussi sociale. Elle renvoie sans doute à un savoir-faire, à la possession de vignes et d’outils et à l’inscription dans une filière viticole qui bénéficie de la politique protectionniste des seigneurs de la ville.

26Il faut en effet articuler ces mesures protectionnistes avec l’élargissement de l’investissement viticole, suivi de l’émergence du groupe des vignerons. Les premières ont sans doute joué un rôle moteur, non seulement pour les établissements religieux et les seigneurs laïcs, mais aussi pour la bourgeoisie de Provins, les artisans du textile et les paysans du « villois ». Tous profitent alors du débouché idéal que constituent les foires de Champagne qui, sans apparaître directement dans les sources concernant le vignoble, forment l’arrière-plan incontournable de l’économie provinoise. Il reste toutefois difficile de savoir si le caractère précoce de tous ces points est dû à une économie florissante ou au hasard de la conservation des sources. En ce qui concerne l’apparition des vignerons, la reconnaissance de leur spécialisation est bien la conséquence d’un phénomène économique dans lequel la croissance de l’activité et de la demande débouche sur une autonomisation des occupations professionnelles. Elle n’est à l’évidence pas propre aux vignerons à Provins si l’on en juge le nombre de métiers mentionnés dans les listes du scrutin de 1323. L’identité du vigneron découlerait alors de deux facteurs indissociables qui résultent en grande partie d’une transmission familiale : l’usufruit de vignes, même petites, en pleine propriété ou en tenure, d’une part, et la possession d’outils spécifiques incluant éventuellement la vaisselle vinaire, d’autre part. La distinction sociale à l’intérieur du groupe dépendrait alors de la superficie des parcelles, de la quantité et de la qualité des outils ainsi que de la capacité à employer d’autres travailleurs pour assurer la récolte et la production.

Haut de page

Notes

1 Michel Veissière, Une communauté canoniale au Moyen Âge : Saint-Quiriace de Provins (xie-xiiie siècles), Provins, SHAAP, 1961, p. 293-294, acte 64-65 ; Littere Baronum. The Earliest Cartulary of the Counts of Champagne, éd. Theodore Evergates, Toronto, University Press of Toronto, 2003, p. 113-114, acte 76 ; The Cartulary of Countess Blanche of Champagne, éd. Theodore Evergates, Toronto, University Press of Toronto, 2009, p. 317-318, acte 362.

2 Michel Veissière, Une communauté canoniale.., op. cit., p. 264-272, acte 33, § 4 pour les droits sur le vin. Les vins « français » sont alors en plein essor (Guy Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Âge, du milieu du xiiie siècle au début du xvie siècle, Paris, PUF, 1964, p. 107-108).

3 Voir pour le cas bordelais, Sandrine Lavaud « Les privilèges du vin dans les petites villes du Bordelais au Moyen Âge : un protectionisme de clocher », in Philippe Loupès et Jean Mondot, Provinciales. Hommage à Anne-Marie Cocula, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, p. 323-342.

4 Texte édité dans Albert Henry, Contribution à l’étude du langage œnologique en langue d’oïl (xiie-xve s.), t. i, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1996, p. 127-133.

5 Les historiens du vin ont été nombreux à souligner l’importance et la qualité du vignoble de la région parisienne, qui donne de ce qu’on appelle les vins « français », au cours de la période médiévale. On se contentera ici de citer les deux principales synthèses sur l’histoire du vin en France : Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au xixe siècle, Paris, Chez l'auteur, 1959, p. 214-236 et p. 492-502 ; Marcel Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988, p. 62-70. Les médiévistes qui se sont intéressés aux campagnes de l’Île-de-France ont tous consacré des pages au vignoble : G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 88-91 et 117-118 sur la réputation des vins ; l’analyse du vignoble est répartie dans presque tous les chapitres. Pour la période précédente, Simone Lefèvre, L’Aménagement du sud de l’Île-de-France par les établissement religieux, xie-xiie siècles, Corbeil, Société historique et archéologique de Corbeil, de l’Essonne et du Hurepoix, 1993, p. 82-89. Voir aussi La Vigne et le vin en Île-de-France. Actes du IVe colloque de la Fédération des sociétés historiques et archéologique de Paris-Île-de-France, Mémoires Paris-Île-de-France, t. 35, 1984. Sur l’organisation du commerce de ces vins : Jan Craeybeckx, Un grand commerce d’importation : les vins de France aux anciens Pays-Bas, Paris, SEVPEN, 1958, p. 44-80.

6 Mickaël Wilmart, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du xiie au xve siècle, Montceaux-lès-Meaux, Éditions Fiacre, 2013, p. 319.

7 Michael Clanchy, Abélard, Paris, Flammarion, 2000, p. 291-292 pour l’exil à Provins et p. 295-296 pour Hilarius.

8 Hilarii Aurelianensis. Versus et ludi epistolae. Ludus Danielis Belouacensis, éd. Walther Bulst et Marie Luise Bulst-Thele, Leyde, Brill, 1989, p. 32-33 : « Vinetumque multum et fertile/Vinum confert firmum et nobile/Nec Falernum est comparabile/Ne gustavit Silenus simile ».

9 Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque municipale de Provins sous le numéro 89. Il a été édité dans Actes et comptes de la commune de Provins de l’an 1271 à l’an 1330, éd. Maurice Prou et Jules d’Auriac, Provins, Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, 1933. Pour une analyse de son contenu et l’histoire du registre, on se reportera à Félix Bourquelot, « Notice sur le manuscrit intitulé "Cartulaire de la ville de Provins" (xiiie-xive siècles) », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 17, 1856, p. 193-241 et p. 428-460 ; Véronique Terrasse, « Le Cartulaire de la ville, destinées d’un manuscrit médiéval (fin du xiiie siècle-début du xive siècle », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, 2001, p. 31-46. Il faut noter que la transcription de ces actes privés s’arrête en 1311.

10 A. N. : J 771 pour les partisans de la commune et J 768 pour ses opposants. Les deux listes ont été éditées dans Félix Bourquelot, Un scrutin au xive siècle. Notice et document lus à la séance du 19 juin 1852, Paris, 1852, extrait du XXIe volume des Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France. Les listes ne sont pas datées. F. Bourquelot avait proposé de situer le vote entre les années 1344 et 1356. Toutefois, après avoir identifié un certain nombre de personnes qui y figurent, E. Chapin avait opté pour une datation antérieure, entre les années 1321 et 1328 (Elizabeth Chapin, Les Villes de foires de Champagne des origines au début du xive siècle, Paris, Honoré Champion, 1937, p. 221-222). À partir du contexte institutionnel, V. Terrasse a pu préciser le moment du vote et fixer l’évènement en 1323 (Véronique Terrasse, Provins. Une commune du comté de Champagne et de Brie (1152-1355), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 271).

11 En 1170, le comte exempte ainsi de tonlieu sur le vin une maison située près des étals des bouchers (Recueil des actes d’Henri le Libéral, comte de Champagne, 1152-1181, t. i, éd. John Benton et Michel Bur, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2009, p. 385, acte 302). Encore en 1178, il confirme le même privilège pour la maison d’un de ses sergents située dans la rue des Tonneliers (Ibid., p. 574-575, acte 462). Signe de la vigilance de chaque partie en présence dans la ville, les deux actes concernant des particuliers ont été recopiés au xive siècle dans le registre capitulaire du chapitre Saint-Quiriace (Le Livre pelu (BM Provins, ms. 220). Registre capitulaire de la collégiale Saint-Quiriace de Provins (1350-1398) enrichi de notes historiques (1020-1787), éd. François Verdier, Provins, SHAAP, 2012, p. 254). D’autres immeubles ne doivent pas non plus le tonlieu du vin, comme le montre la mention « sine teloneo vini » pour plusieurs d’entre eux dans le censier de l’hôtel-Dieu (Marie-Thérèse Morlet, Marianne Mulon, « Le censier de l’hôtel-Dieu de Provins », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 134, 1976, p. 5-87, plusieurs exemples p. 28-29).

12 François Verdier, « Une affaire de famille : Notre-Dame du Val », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, 2006, p. 65-110, acte 6 édité p. 105-106 : « domum suam lapideam que fuit Milon Doyn et Agnes matris ejus et torcular retro domum suam la et vasa sua ejusdem torcularis et tres areas liberas et cameras que dicte adherent domui et cellarium et aulam que super est edificata. »

13 Guy Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 273-278 ; Marie-Thérèse Lorcin, Les Campagnes de la région lyonnaise aux xive et xve siècles, Lyon, chez l'auteur, 1974, p. 88-90 ; Martine Maguin, La Vigne et le vin en Lorraine, xive-xve siècle, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1982, p. 169-177.

14 Guy Fourquin, « Les débuts du fermage : l’abbaye de Saint-Denis », Études rurales, n° 22, 1966, p. 7-81 ; G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 478-480 ; Robert Fossier, La Terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie siècle, t. ii, Paris, Nauwelaerts, 1968, p. 606 ; Michel Bur, « Aux origines du fermage : l’exemple du chapitre cathédral de Meaux », Revue du Nord, t. 49, 1967, p. 5-22. Les questions du fermage et de la chronologie de son apparition ont fait l’objet d’une mise au point récente par Ghislain Brunel, « Contrats agraires et stratification sociale en France du nord aux xiie et xiiie siècles », in Alfio Cortonesi, Massimo Montanari et Antonella Nelli (dir.), Contratti agrari e rapporti i lavoro nell’Europa medievale. Atti del convegno internazionale di studi, Montalcino, 20-22 settembre 2001, Bologne, CLUEB, 2006, p. 113-146, et Ghislain Brunel, « Leasehold in Northen France in the twelfth and thirteenth centuries: Economic Functions and Social Impact », in The Development of Leasehold in Northwest Europe, c. 1200-1600, éd. Bas Van Bavel et Philipp R. Schofield, Louvain, Brepols, 2008, p. 81-98.

15 G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 173-189 ; R. Fossier, La Terre et les hommes en Picardie…, op. cit., p. 579-606. Pour un bilan historiographique de la question, Laurent Feller, « Les conversions de redevances. Pour une problématique des revenus seigneuriaux », in Id. (dir.), Calculs et rationnalités dans la seigneurie médiévale : les conversions de redevances entre le xie et le xve siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 5-26.

16 G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 81-91 ; M.-T. Lorcin, Les Campagnes de la région lyonnaise…, op. cit., p. 57-67.

17 Ibid., p.  372-378 ; M. Maguin, La Vigne et le vin en Lorraine…, op. cit., p. 113-130.

18 G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne…, op. cit., p. 516-520.

19 Ibid., p. 94 pour une critique des censiers.

20 M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge…, op. cit., p. 319-324.

21 C’est ce qu’a fait, à partir des testaments du Lyonnais, Marie-Thérèse Lorcin, « Pourquoi léguer des parcelles de vigne ? », in Jean-Luc Mayaud (dir.), Clio dans les vignes. Mélanges offerts à Gilbert Garrier, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, p. 33-44.

22 C’est F. Bourquelot, « Notice sur le manuscrit… », art. cit., p. 199-200, qui a interprété le premier ces textes comme des actes d’émancipation. Ses conclusions ont été reprises par V. Terrasse, Provins..., op. cit., p. 142-143.

23 Jules d’Auriac, « Les désaveux à Provins au xiiie siècle », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, 1921, p. 40-48 ; 1922, p. 12-34. L’explication n’avait cependant pas emporté l’adhésion de Maurice Prou, Actes et comptes…, op. cit., p. iii.

24 Roger Grand, « Un sens peu connu du mot désaveu en droit coutumier : le désaveu de communauté familiale par-devant l’échevinage », Revue historique de droit français et étranger, 1923, p. 385-404. Ses conclusions, pourtant solidement étayées, n’ont pas été reprises par les historiens de Provins. La pratique de doter les enfants qui fondent leur propre foyer et de les écarter de l’héritage en leur procurant une avance est attestée dans plusieurs coutumes du nord de la Loire : Emmanuel Le Roy Ladurie, « Système de la coutume. Structures familiales et coutume d’héritage en France au xvie siècle », Annales ESC, vol. 27, n° 4-5, 1972, p. 825-846.

25 La commune de Provins est bien une institution, administrant la ville et ses campagnes proches, et non un territoire comme on peut l’entendre aujourd’hui. De fait, l’ensemble de la population provinoise ne fait pas partie de la commune, même si cette dernière en regroupe la majorité.

26 V. Terrasse, Provins…, op. cit., p. 141-160.

27 Constatation faite à partir du cartulaire du Chapitre cathédral ainsi que des archives de l’hôtel-Dieu et de la léproserie Saint-Lazare. À douze kilomètres au sud de Meaux, dans la petite ville de Crécy, la répartition des vignes de la seigneurie relevant du douaire de Jeanne d’Évreux confirme cette impression : en 1328, les vingt-quatre arpents qui ne sont pas exploités en faire-valoir direct sont répartis entre seize tenanciers, pour une superficie moyenne d’un arpent et demi. Toutefois, la superficie médiane est seulement d’un demi-arpent (A. N. : KK 3B, fol. 1 v).

28 Actes et comptes…, op. cit., p. 1-2.

29 Ibid., p. 6.

30 Ibid., p. 6.

31 Ibid., p. 9.

32 Il est parfois difficile de trancher sur la question. Ainsi, en janvier 1275, Perraus, fils d’étienne de l’Orme, reçoit sa part d’héritage dans laquelle ne figure aucune terre ou vigne, mais où l’on trouve trois tonneaux de vins, trois tonneaux vides et trois cuves (Ibid., p. 20).

33 Ibid., p. 180-181.

34 Ibid., p. 144.

35 Ibid., p. 55.

36 Ibid., p. 185.

37 Ibid., p. 5.

38 Ibid., p. 7.

39 Ibid., p. 163.

40 Ibid., p. 5.

41 Ibid., p. 28.

42 Ibid., p. 11.

43 Ibid., p. 39.

44 Ibid., p. 105-106.

45 Ibid., p. 36.

46 Les chardons sont utilisés par les foulons-lanneurs pour « lainer » les draps, c’est-à-dire pour gratter le tissu et en faire sortir le poil pour le rendre plus épais (Dominique Cardon, La Draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, CNRS Éditions, 1999, p. 186).

47 Actes et comptes…, op. cit., p. 141.

48 Ibid., p. 142.

49 Françoise Piponnier, « Fortune et genre de vie des vignerons dijonnais (fin xive-xve siècle) », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, n° 3-4, 1996, p. 41-48 ; Alessandro Stella, « Le profil social des vignerons de la Bourgogne du Nord du xive au xviiie siècle », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, n° 3-4, 1996, p. 71-82.

50 Alessandro Stella, « Un conflit du travail dans les vignes d’Auxerre aux xive et xve siècles », Histoire et Sociétés rurales, t. 5, 1996, p. 221-251.

51 F. Piponnier, « Fortune et genre de vie… », art. cit., p. 41. Consciente du problème, Françoise Piponnier n’a retenu pour son étude que les inventaires mentionnant expressément le décédé comme vigneron, soit 61 sur 700.

52 Françoise Michaud-Fréjaville, « Vignerons des villes, vignerons des champs en Berry et Orléanais à la fin du Moyen Âge », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, n° 3-4, 1996, p. 63-70.

53 M. Maguin, La Vigne et le vin en Lorraine…, op. cit., p. 128-130.

54  Registre criminel du Châtelet de Paris, du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, t. i, Paris, Société des Bibliophiles français, 1861, p. 301-305, procès d’Olivier Le Ruffet et de Thévenin de La Roche, 3 juillet 1390.

55 Clément Gurvil, Les Paysans de Paris du milieu du xve au début du xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 142-143.

56 M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge…, op. cit., p. 323-324.

57 A. N. : S 5176B, vente d’une vigne située près de Coulommiers, à Jean Le Roy, vigneron, 3 mai 1413.

58 Citée par A. Stella, « Le profil social des vignerons… », art. cit., p. 72. On peut cependant émettre un doute sur l’utilisation du mot vigneron dans l’ordonnance royale. Deux articles (XVI et XVIII) sont consacrés aux travailleurs de la vigne et le terme n’apparait que dans les titres de paragraphes qui pourraient n’être que du fait des éditeurs (Ordonnances des roys de France de la troisième race, t. ii, éd. Denis-François Secousse, Paris, Imprimerie Royale, 1729, p. 357-358). Secousse a publié le texte à partir d’une édition du xvie siècle après avoir constaté son absence dans les registres du Châtelet dans lesquels l’ordonnance était censée être conservée (Ibid., p. 352, note a).

59 A. Stella, « Le profil social des vignerons… », art. cit., p. 81.

60 M. Maguin, La Vigne et le vin en Lorraine…, op. cit., p. 128. Du fait de ses sources, essentiellement comptables, l’auteur décèle une spécialisation du travail viticole mais rejette l’idée d’une position sociale spécifique aux vignerons.

61 M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge…, op. cit., p. 323-324.

62 Sur le contexte général de crise des communes, Charles Petit-Dutaillis, Les Communes françaises, caractère et évolution des origines au xviiie siècle, Paris, Flammarion, 1970, p. 134-157 et une chronologie des faillites municipales, M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge…, op. cit., p. 128. Pour le cas provinois, V. Terrasse, Provins…, op. cit., p. 255-288.

63 F. Bourquelot, Un scrutin au xive siècle..., op. cit.

64 Pour une analyse socioprofessionnelle à partir de cette liste, V. Terrasse, Provins…, op. cit., p. 107-140. Je parle ici à partir de mes propres comptages.

65 Rappelons que ces chiffres sont des chiffres a minima ne portant que sur la population communale. Il devait exister également des vignerons parmi les hommes dits de prévôté, qui n’étaient pas affiliés à l’institution communale.

66 Il faudrait ajouter sept vachers que Véronique Terrasse a classés parmi les métiers du cuir (V. Terrasse, Provins…, op. cit., p. 127), mais dont le domaine devait bien être agricole.

67 Richard H. Britnell, « Specialization of Work in England, 1100-1300 », The Economic History Review, vol. 54, 2001, p. 1-16. À partir de l’analyse des surnoms, on trouve par exemple 92 métiers à Bristol ou 72 à Winchester, jamais plus de 100.

68 On trouve, par exemple, un certain nombre d’individus dits vignerons dans le scrutin de 1323 qui doivent un cens pour une vigne aux Cordelières de Provins (René Housset, « Le cens des Cordelières de Provins (début xive siècle), Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, 1939, p. 37-124).

69 Ce qui pose la question de l’homonymie, que l’on peut écarter pour le cas des villages voisins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Wilmart, « Vignes et vignerons à Provins aux xiiie et xive siècles », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 25 septembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/5926 ; DOI : 10.4000/acrh.5926

Haut de page

Auteur

Mickaël Wilmart

Mickaël Wilmart est ingénieur d'études au Groupe d'archéologie médiévale du Centre de recherches historiques (EHESS). Il travaille sur la Brie de la fin du Moyen Âge et a publié Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du xiie au xve siècle (éditions Fiacre, 2013). Il s'intéresse particulièrement au monde urbain, à la culture matérielle et à l'économie médiévale.
E-mail : mickael.wilmart@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org