Navigation – Plan du site
Du bon usage du vin

« Le vin est bon qui en prend par raison ». Le vin dans les recueils de proverbes français et les fabliaux

Marie-Thérèse Lorcin

Résumés

Qui vit à son aise (seigneur, prêtre, bourgeois) boit du vin. Le consommateur régulier sait boire et connaît les rites et usages sociaux qu’accompagne le vin. Boire trop en revanche est dégradant, faisant de l’homme un objet de risée, de la femme un objet de répulsion. Le vin conforte ainsi la mythologie sociale des contes à rire et la prudente sagesse des proverbes à l’aide de récits désopilants où sont ridiculisés les cibles favorites de la littérature comique, mari jaloux, femme légère, prêtre avare, moine luxurieux, paysan stupide, etc.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Élisabeth Schulze-Busacker, Proverbes et expressions proverbiales dans la littérature narrative du (...)
  • 2 Joseph Bédier, Les Fabliaux, études de littérature populaire et d’histoire populaire du Moyen Âge, (...)

1Associer deux genres littéraires si différents l’un de l’autre ne peut manquer de surprendre. En effet, le premier affirme, le second raconte. Le proverbe, selon la définition donnée par Élisabeth Schulze-Busacker, est « un bref énoncé de caractère universel qui frappe par une formulation différente du discours courant »1. Les fabliaux, comme chacun le sait depuis Joseph Bédier, sont « des contes à rire en vers »2. Pourtant il existe entre ces deux genres une parenté de temps et de lieu et surtout une parenté d’esprit. Tous deux, par des procédés divers, cherchent à convaincre qu’il est certes agréable de boire du vin mais qu’il faut le consommer avec modération.

  • 3 Voir, en dernier lieu, Marie-Thérèse Lorcin, Les Recueils de proverbes français (1160-1490). Sagess (...)
  • 4 Adolph Töbler, Li Proverbe au vilain. Die Spriechwörter des gemeinen Mannes, Altfranzösicher Dichtu (...)

2En premier lieu, les deux sources proviennent de régions de langue d’oïl. Les fabliaux furent composés dans les pays compris entre la Tamise, l’Escaut, la Meuse et la Loire. Leur succès fut durable, mais leur rédaction s’inscrit dans une durée relativement courte, 1150-1340 environ. Les proverbes évidemment sont de tous lieux et de toutes époques3. Mais le plus ancien recueil de proverbes en langue vernaculaire date de 1160 et son auteur est un savant qui enseigna à Paris comme à Londres, Serlon de Wilton. Plus connu est le recueil constitué vers 1180 par un poète vivant à la cour du comte de Flandre Philippe d’Alsace et qui s’intitule Les Proverbes au vilain. Cette collection se compose d’environ deux cents strophes, chacune terminée par un proverbe qui lui sert de conclusion et de leçon4. Voici un exemple en langue modernisée :

Le vilain qui consomme
Le blé de sa charrue
N’en tire sens ni savoir.
Mais quand il est bien ivre
Il se croit dégagé de toute obligation
Et pense être assez savant.

« Plus a de paroles en un mui de vin qu’il n’a en cent charretées de froment », ce dit li vilains.

3Les deux premiers recueils furent suivis de beaucoup d’autres, car la vogue des proverbes se maintint pendant tout le Moyen Âge et au-delà. Mais le lancement de la mode est contemporain des fabliaux.

4En second lieu, il faut rappeler que la période fut celle d’un extraordinaire essor dans tous les domaines. La hausse du niveau de vie et l’accélération des échanges favorisèrent la consommation du vin qui alors cessa d’être réservée à l’aristocratie. De plus, la France de langue d’oïl possédait des vignobles réputés dont les noms figurent dans les œuvres des poètes aussi bien que dans les comptes de péages et ceux des seigneuries.

5En troisième lieu, parmi les traits caractéristiques des deux genres littéraires, il en est qui touchent de près le sujet. Les proverbes, au nombre de 150, sont un condensé de la "sagesse des nations". Or cette sagesse ne vise à former ni des héros, ni des martyrs, ni des aventuriers. Son idéal est simple : non la gloire mais la tranquillité, non l’opulence mais une modeste aisance, non l’excès mais la mesure en tout. La liste des proverbes donnés in fine témoigne de cette sagesse-là.

*

6Les fabliaux, au nombre de 120 à 160 selon les critères retenus par les éditeurs, sont très divers par les sujets, par le ton et le vocabulaire. Mais tous respectent certains tabous sociaux. Le chevalier, le prêtre, encore moins l’évêque, ne sont jamais montrés ivres. Tout en amusant le lecteur-auditeur par l’ingéniosité de l’histoire racontée, les personnages le plus fréquemment mis en scène doivent être conformes aux stéréotypes du vilain, de la femme, etc.

7Nombreux sont les contes où le vin est l’objet d’une simple mention à l’occasion d’un repas, d’une fête, d’une transaction quelconque. Les fabliaux dont il sera question sont ceux où l’auteur donne au vin un rôle dans les péripéties du récit et dans la leçon qu’il en tire. Cheminant d’un scénario à l’autre, nous rencontrerons tout d’abord le vin qui réjouit le cœur de l’homme et dont les bienfaits sont célébrés, puis le vin dangereux qui fait d’un personnage l’objet de risées, la dupe de son entourage et pour finir un exclu.

Les proverbes confirment et illustrent le discours des fabliaux.

« Il n’est breuvage que de vin »

8Dans la majorité des cas, proverbes et contes font du vin une boisson agréable, bienfaisante, qui est complètement intégrée aux plaisirs de la vie en société et aux rites de la bonne éducation. Pour certains personnages, le vin est une boisson courante, pour d’autres il reste un produit coûteux, objet d’envie. L’aristocratie laïque et ecclésiastique, les bourgeois des villes, commerçants ou artisans, les prêtres sont des consommateurs réguliers. Les conteurs montrent le prêtre vivant à l’aise et bon connaisseur en vin. Le Bouchier d’Abeville narre l’aventure d’un homme qui revient de la foire sans avoir rien acheté car les bestiaux en vente lui semblaient de médiocre qualité. Il porte donc tout son argent sur lui et cherche un gîte dans un village, craignant de circuler par les chemins la nuit. La femme à qui il demande conseil n’hésite pas : le seul logis convenable est celui du prêtre, et l’on est sûr de trouver chez lui du bon vin dans le cellier.

  • 5 Chantier : support.
  • 6 Nouveau Recueil Complet des Fabliaux, édité par Willem Noomen et Nico Van den Boogaard, 10 vol., As (...)

Sire, por Deu qui fist le mont,
De vin na point en ceste vile,
Fors nos prestre sire Gautier :
A deus tonneaux en son chantier5
Qu’il amena de Nojentel.
Tos jors a il vin en tonel :
Alez avec li ostel prendre !6 

9Le personnage du prêtre est un des plus stéréotypés des contes. Il détient le pouvoir spirituel et en abuse parfois. Il est riche, plus riche que ses paroissiens. Il jouit sans complexe de tous les agréments que peut procurer la fortune. Un conte plus long que les autres donne l’occasion de suivre en détail les rites de la réception dans une demeure aisée. Le Prestre et le chevalier raconte l’histoire d’un jeune chevalier qui revient ruiné du tournoi. Lui et son écuyer ne possèdent plus que leurs chevaux. Ils cherchent l’hospitalité pour la nuit. On leur déconseille les maisons de paysans, trop inconfortables. Le seul logis apte à héberger un chevalier est celui du prêtre. Mais ce prêtre est avare et refuse. Après s’être fait longtemps prier, il accepte mais à condition que le chevalier paie cinq sous pour chacun des mets qui lui sera servi. Le chevalier feint d’être d’accord, tandis que l’écuyer se ronge d’inquiétude ; son maître n’a pas un denier en bourse… Le prêtre, sa maîtresse, sa nièce préparent un festin avec le concours de deux garçons du village appelés en renfort.

10Le repas est digne d’une table seigneuriale. Puis, pour finir, on apporte d’autres vins, on ranime le feu, et le prêtre propose de faire l’addition. Ce qui, selon les bonnes traditions, est l’occasion de boire : « Apres compter boire fault ». Le prêtre compte ce que doit le chevalier pour lui, pour son écuyer et pour les chevaux. Il donne au mot « mets » un sens anormalement étendu en comptant chaque fois cinq sous, ce qui dépasse déjà le prix d’une nuitée pour un homme et son cheval dans une bonne auberge :

  • 7 NRCF, ix, 103, v. 373-377.

Que je n’oubli cinc sous au sel,
Et cinc au lit, cinc a l’ostel,
Et cinc au fain tout sans l’avaine,
Et cinc a la litiere sainne
C’on mist desous vos deus chevaus.7

11Il parvient ainsi au total ahurissant de 200 sous, soit 10 livres. Le chevalier ne conteste pas. Tous vont se coucher, non sans avoir accompli tous les rites en usage dans les bonnes maisons, y compris le night cap, comme disent les Américains…

  • 8 Confortable.
  • 9 NRCF, ix, 103, v. 393-405.

Cius le descauche, chius le grate,
Chius le soustient et chius le taste :
Einsi li font tout son plaisir.
Acompli li ont son desir,
Tant qu’il l’orent muchié ou lit,
Qu’il orent fait bel et delit8.
Quant couchié l’ont isnelement,
Si ne targierent de nient,
Ains aportent le vermeil vin,
Si but entre les dras de lin.
Quant ot but, erraument se couche ;
Son chief envelope et sa bouce,
Et fait samblant que dormir voeile.9

12À malin, malin et demi. Le chevalier non seulement ne versera pas un denier, mais invente un stratagème qui lui permet d’extorquer au prêtre une forte somme après avoir fait passer à toute la maisonnée une nuit particulièrement agitée.

13Dans plusieurs contes, le vin est associé au repas du soir que l’on savoure en rentrant chez soi après une journée de labeur aux champs ou sur les routes. Le grand poète Jean Bodel a su rendre merveilleusement ce moment de détente dans Le Sohaiz des vez. Une jeune femme accueille avec joie son mari de retour d’un voyage d’affaires qui l’a retenu trois mois au loin.

  • 10 Le repas.
  • 11 Empressée.
  • 12 Plaire. NRCF, vi, 70, v. 21-35.

Qant l’ot acolé et baisié,
Un siege bas et aasié
Por lui aaisier li apreste ;
Et la viande10 refu preste,
Si mangerent qant bon lor fu
Sor un coisin, delez lo fu
Qui ardoit cler et sans fumiere ;
Mout i ot clarté et lumiere,
Deus mes orent, char et poissons,
Et vin d’Aucerre et de Soissons,
Blanche nape, saine viande.
De servir fu la dame engrande11 :
Son seignor donoit dou plus bel,
Et lo vin a chascun morsel,
Porce que plus li atalant.12

14Mais la dame a voulu trop bien faire. Elle a tant fait boire son époux que celui-ci, sitôt au lit, s’endort comme une masse et la jeune femme est très déçue. Comme nous le verrons plus loin, faire boire le mari peut servir à plusieurs fins.

15Dans les demeures aisées, le vin semble couler sans restriction. Les seigneurs ont une cave bien garnie et lors de certaines fêtes tiennent table ouverte. C’est alors un régal pour de simples paysans, comme l’est le héros du Vilain au buffet. Celui-ci est un brave homme qui ne paye pas de mine et qui se réjouit d’entrer au château de son seigneur où il aura le droit de manger et boire tant qu’il voudra. Ce festin inhabituel comporte évidemment du vin.

16Le régal inespéré est aussi celui que font Les Trois aveugles de Compiègne. En mendiant, ils rencontrent près de la ville un clerc qui voyage à cheval et qu’ils supplient de leur faire l’aumône. Le clerc facétieux annonce qu’il leur donne un besant… sans le donner. Cette pièce d’or, d’origine byzantine, serait pour des mendiants une véritable fortune. Chaque aveugle croit qu’un de ses compagnons l’a réellement reçue. Réjouis, ils décident de retourner en ville pour prendre un peu de bon temps. Le clerc les suit pour savoir comment tournera la farce. À l’entrée de Compiègne, les aveugles entendent la publicité que fait le crieur pour la meilleure auberge du pays :

  • 13 NRCF, ii, 9, v. 68-77.

Chi a boin vin frais et nouvel !
Cha d’Auchoire ! Cha de Soissons !
Pain et char, oissons et poissons !
Chaiens fait boin despendre argent :
Ostel i a a toute gent !
Ci puet on aise herbregier !13

17Les trois mendiants assurent que malgré leur pauvre apparence ils ont de quoi payer. L’aubergiste les croit et les installe à l’étage dans une pièce confortable. Ils sont servis comme des princes : poissons, viandes, pâtés et chapons, et des vins choisis parmi les meilleurs. Les aveugles se réjouissent bruyamment :

  • 14 Tapage.
  • 15 Restriction.
  • 16 Ibid., v. 110-122.

Chascun grant particle14 menoit ;
L’uns a l’autre le vin donnoit :
« Tien, je t’en donne ; après m’en donne !
Chius crut sor une vigne boine ! »
Ne cuidiés pas k’il lor anuit !
Ensi jusques a mienuit
Furent en soulas sans dangier15.
Li lit sont fait, si vont couchier
Jusqu’au demain, k’il fu bele eure.16

18La gaîté de ces trois sans-abri fait plaisir à imaginer. Il n’est pas question ici d’ivresse. Le vin est source de bien-être et de contentement partagé. C’est un élément majeur de sociabilité. Savoir apprécier, savoir servir, font partie de l’éducation. Il n’en reste pas moins que le vin n’est pas à la portée de toutes les bourses et c’est un thème riche en développements. La taverne est traditionnellement un lieu où il fait bon se ruiner. « Par vin, par fame et par dez / Si vient tout homme a povretez. »

19Les aubergistes des fabliaux sont des commerçants habiles pour qui le client, s’il peut payer, est roi. Dans Le Prestre comporté, un hôtelier n’hésite pas à se relever en pleine nuit pour recevoir le chambellan de l’évêque et ses compagnons qui ont fui l’abbaye où ils s’ennuyaient ferme. La première chose qu’ils réclament est un jeu de dés :

  • 17 Table de jeu.
  • 18 NRCF, ix, 102, v. 779-782.

Li uns des cinc a l’oste a dit 
« Ostes, quatre des et un belenc17 !
Ves ichi nostre cambrelenc,
Qui chi se vient soulachier ».18

20Puis ils demandent qu’on leur serve à manger pour accompagner le tonnelet de bon vin qu’ils avaient pris dans le cellier des moines. Le tavernier s’empresse à ses fourneaux sans s’offusquer de voir des clients apporter leur propre vin.

  • 19 Faire vite.
  • 20 Ibid., v. 793-802.

Mais savés vous qu’il nous convient ?
Que aucune viande salee
Nous cuisiés tost sans demouree
Pour ces bareus de vin gaster
Et si vous pensés du haster19,
Com boins ostes d’onnor apris !
- Carbonnees, frommage, oeus fris,
Seignor, de ce vous puis aidier
- Biaus ostes, nes a souhaidier
Ne querons nous autre viande ; […].20

Le « droit de bouchon », comme on le voit, est d’usage ancien.

21Les aubergistes et taverniers des fabliaux ne sont cependant pas tous des commerçants aussi avisés. Le conte intitulé La Plantez (l’abondance – qui a donné l’expression plenty of) raconte l’aventure d’un jeune Normand qui voyage sans guère d’argent. Il s’arrête dans une auberge de Champagne et demande au tavernier de lui servir pour un denier de vin. Ce tavernier est bourru et mal poli. Il verse si roidement le vin dans le hanap que la moitié du liquide se répand par terre. Le client proteste. Au lieu de s’excuser, le tavernier se moque de lui en rétorquant que répandre du vin porte bonheur.

  • 21 La Plantez, NRCF, vii, 76, v. 32-35.

Et cil li respont : « Va ta voie,
Car a celui qui vin espant
Vient, ce dit l’an, gaaigne grant !
Cist domages te doit mout plaire » […].21

22Le jeune homme ne répond pas, mais éloigne le tavernier en lui demandant du fromage. Pendant que l’hôtelier va en quérir, le Normand ouvre la bonde d’un tonneau et le vin se met à couler à flot. Le propriétaire, de retour, bondit et remet la bonde en place, puis vocifère : le client devra payer le dommage ! Ce dernier, goguenard, réplique : puisque répandre du vin porte bonheur, tu vas gagner une fortune.

  • 22 En abondance.
  • 23 À flots.
  • 24 Bientôt.
  • 25 Ibid., vii, 76, v. 73-81.

Ne sez tu que tu me deïs ?
D’un po de vin que m’espandis
Je gaaigneroie a planté22 :
Or saches bien de verité
Que cent dobles doiz gaaignier,
Que en ton vin te puez baignier,
Qui par ce celier cort a ruit23.
Par tans24 porras mener grant bruit
Del gaaing qui te pant as iauz !25

23Le tavernier furieux empoigne le client, mais le jeune homme robuste le projette contre un tonneau qui se renverse. Tout s’écroule dans le cellier et le vin se répand plus que jamais. Les voisins accourus séparent les combattants et l’affaire se termine devant le tribunal présidé ce jour-là par le bon comte Henri de Champagne en personne. Ce mécène généreux a très bonne presse auprès des poètes. Ayant ouï l’histoire dans tous ses détails, il rit, comme toute sa cour, et donne raison au client.

24C’est un scénario original qui raconte un mauvais tour : le tavernier perd certainement beaucoup dans sa mésaventure. Mais l’auteur a préparé l’auditoire à lui donner tort puisqu’il est grossier et mal poli sans raison. L’histoire est conforme à la mythologie des fabliaux où le jeune homme sans fortune, sans attache et sans responsabilité triomphe toujours de l’homme mûr qui a un patrimoine, un métier, une « mesnie », et sa place définie dans la société. De plus, il y a dans l’univers des contes deux défauts impardonnables : être jaloux sans raison, ce qui justifie que la dame joue mille tours à son époux, ou bien être inhospitalier, ce dernier défaut évidemment très redouté par les jongleurs que la littérature de divertissement veut désargentés.

  • 26 NRCF, ix, 104.

25Le motif du vin répandu est une trouvaille qui peut servir à plusieurs fins. Dans un autre conte, la dame détourne l’attention de son mari tirant la bonde d’un tonneau, et feint de la chercher. L’homme est obligé de boucher le tonneau avec son pouce, et pendant ce temps l’amant de la dame peut disparaître sans dommage26.

  • 27 V. 45-46. Urban Nyström, Poèmes français sur les biens d’un ménage depuis L’Oustillement au villain(...)

26Dans ce motif du vin répandu, il n’est pas question de consommation, mais de gaspillage volontaire. Le propriétaire affolé ne peut faire moins que bondir pour stopper le flot. Comme le vin est coûteux, c’est le premier frein mis à la consommation : les paysans, les vilains, sont très nombreux dans les contes et leur niveau de vie est très varié. Certains mangent assis par terre, d’autres ont une table et des sièges. Certains boivent du vin comme le curé et l’artisan, d’autres ne boivent que de l’eau. De façon générale, le vin leur est déconseillé car trop cher. C’est ce qu’explique le dit de L’Oustillement au villain : « Tost est d’avoir delivre / Homme qui trop s’enyvre27. »

27Le fabliau du Vilain qui donna son âme au diable propose une recette pour sortir de sa condition et se procurer nourriture et boisson de riche. Mais comme toujours lorsqu’un contrat est passé avec le diable, cela finit mal. Sans aller aussi loin, deux strophes des Proverbes au vilain se montrent très critiques à l’égard des vilains qui boivent du vin. Ils ne se contrôlent plus, se battent et s’attirent les foudres de la justice. Le poète du comte de Flandre n’a que mépris pour eux :

  • 28 Li Proverbe au vilain, op. cit., p. 44, strophe 101.
  • 29 Vagabonds, portefaix.
  • 30 Ibid., p. 58, strophe 136.

Vilains quand ils sont ivres
S’imaginent être libres
De toute obligation.
Mais ils font quand ils se battent
Entre eux et se combattent
L’affaire d’autrui et leur propre perte.
« Ou force vient, justice prend », ce dit li vilains28.
[…]
Ribauds29 se battent en taverne…
« Ce fait vin que ne fait iaue », ce dit li vilains.30

  • 31 Le fabliau de Cocagne, v. 60-77. Édité par Veikko Väänanen, Neuphilologische Mitteilungen, t. 48, 1 (...)

28Les jongleurs au contraire trouvent légitime de fréquenter les tavernes et se lamentent, topos des plus courants, d’y laisser en gage leurs vêtements, leur viole, voire leurs livres. Le fabliau de Cocagne exprime le rêve humoristique du jongleur : avoir du vin à satiété, du rouge et du blanc, sans débourser un denier et d’un vin bienfaisant qui n’entraîne ni malaise ni mise en gage, offert qui plus est par de courtois taverniers31

« Bien vault yvres desvez32 »

  • 32 Insensé.

29Les mésaventures des vilains nous font passer du vin bienfaisant au vin dangereux, au vin dont il faut se méfier. Proverbes et contes évoquent les dangers d’une consommation immodérée. L’abus entraîne des effets de plus en plus graves. C’est d’abord un flux de paroles incohérentes, puis un sommeil irrépressible, puis vient la violence entre consommateurs, enfin l’indigestion et l’ivresse hideuse. Cette dernière prête peu à rire, aussi en est-il question une seule fois dans le corpus des contes. Le comportement de celui qui a trop bu doit rester dans les limites de la drôlerie. Quant aux proverbes, leur laconisme traditionnel proscrit les détails.

30Les premiers effets de l’ivresse donnent aux conteurs l’occasion de mettre au point de bons tours. Certes l’épouse aimante qui comble d’attentions délicates son mari enfin de retour ne fait pas exprès de l’endormir. D’autres dames en revanche usent savamment du procédé pour se débarrasser de lui pour un moment ou pour longtemps. L’une d’elles, avec le prêtre son amant, pousse le mari à boire, et le voici qui se met à pérorer :

  • 33 Se mettent en peine.
  • 34 Baragouin.
  • 35 Bas allemand.
  • 36 Du Prestre et de la dame, NRCF, viii, 95, v. 98-112.

La dame et li prestre s’angoissent33
De verser vin a grant foison,
Tant qu’au seignor de la maison
Ont tant doné de vin a boivre,
Et mangier des pastez au poivre,
Que il fu maintenant toz yvres :
Si ot vaillant plus de mil livres
En son chatel que au matin !
Lors commence a paller latin
Et postroillaz34 et alemant,
Et puis tyois35 et puis flenmanc,
Et se ventoit de sa largesce,
Et d’une trop fiere proesce
Qu il soloit faire en s’enfance :
Li vins l’avoit fait roi de France !36

31« Vin et confession descouvrent tout » dit le proverbe… Puis le mari s’endort comme une masse. Les deux complices le rasent, le tonsurent, le revêtent d’un habit de moine et vont le déposer à la porte de l’abbaye voisine. Quand l’homme se réveille le lendemain matin, il est convaincu qu’il a fait vœu d’entrer en religion.

32Ce tour connaît diverses variantes et figure parmi les duperies qu’inventent les trois dames qui trouvent un anneau d’or sur le chemin et conviennent que l’emportera celle qui aura joué le meilleur tour à son époux.

  • 37 NRCF, x, 127.

33Le trait commun des farces que l’on joue à l’homme qui boit trop est que celui-ci est la dupe de son entourage et ne s’en aperçoit pas. Il s’enferme dans son rêve d’ivrogne et cesse d’assurer le rôle qui est le sien. Les maris n’ont pas l’exclusivité de cette mésaventure. Dans La Vescie a prestre, deux dominicains réussissent à extorquer au prêtre qui a déjà tout légué par testament la promesse qu’il leur donnera un objet qui lui est le plus précieux. Les dominicains enthousiasmés par la perspective de s’enrichir commandent un festin et boivent tant qu’ils en perdent la tête. Ils sonnent les cloches comme pour une fête du calendrier et font tant de bruit qu’ils scandalisent les habitants du quartier. Beaucoup de bruit pour rien, car le lendemain, devant le maire et les échevins, ils sont couverts de ridicule : l’objet qu’ils recevront est la vessie du prêtre qui meurt à cause d’elle. « Vous pourrez y mettre votre poivre », dit le moribond37.

34La violence de l’ivrogne est un thème qu’évitent les conteurs. Le mari qui bat sa femme n’est pas ivre, il est parfaitement lucide. Dans les Proverbes au vilain cités plus haut, le comportement agressif des vilains est décrit dans les strophes qui commentent les proverbes, et non par le proverbe lui-même.

35L’ivresse hideuse est un cas extrême qu’introduit un seul conte, et des plus tardifs. Watriquet de Couvin auteur des Trois dames de Paris, écrivait entre 1320 et 1340. Ce conte original à plus d’un titre fait preuve d’un réalisme inhabituel. Trois bourgeoises de Paris, le jour de l’Épiphanie 1321, entrent dans une taverne pour se désaltérer en dépensant quelques deniers. L’une d’elles vante un vin qu’elle apprécie particulièrement :

  • 38 Venu de Champagne par eau.
  • 39 Pétillant.
  • 40 NRCF, x, 122, v. 32-37.

Dame Tifaigne la coifiere,
Qui dist : « je sai vin de riviere38
Fors, fins, fres, sus langue frians39,
Douz et plaisanz a l’avaler :
A celui nous couvient aller,
Autre vin goust ne nous ara ».40

  • 41 Repas.

36Se poussant l’une l’autre à la consommation, elles ont vite fait de dépenser quinze sous. Mais « boire sanz manger est past41 a grenoulles ». Elles réclament une oie rôtie, des pâtisseries, des noix, du fromage, et tout disparaît, poussé par du vin fort. Au début elles conservent leur lucidité et leurs personnalités. C’est ainsi que l’une d’elles, qui boit goulument, est critiquée par celle qui « sait boire » et apprécier en connaisseur :

  • 42 Gosier goulu.
  • 43 Beaucoup de temps.
  • 44 Posément.
  • 45 Rester sur la langue.
  • 46 Ibid., v. 128-137.

Hé, que tu as la gorge gloute42,
Dist Margue Clouue, bele niece !
Je n’avrai encore en grant piece43
But tout le mien, mais tout a trait44
Le buverai a petit trait,
Pour mieux sus la langue croupir45 ;
Entre deux boires un soupir
I doit on faire seulement,
Si en dure plus longuement
La douceur en bouche et la force.46

37Les trois femmes restent à la taverne jusqu’à minuit, où il leur prend fantaisie d’aller danser dans la rue. Comme elles ont dépensé plus qu’elles ne possèdent, elles doivent laisser en gage leurs vêtements de dessus. Elles sont complètement ivres et, à peine dehors, le froid les saisit (la scène se passe en janvier) et elles choient l’une sur l’autre dans la gadoue des rues.

38Au petit matin, celui qui les trouve les pense mortes. Leurs époux qui les croyaient en pèlerinage sont atterrés de les voir en cet état. On les enterre au cimetière des Innocents. La nuit suivante, elles se réveillent, sortent de terre et réclament à boire. Celui qui les avait enterrées les reconnaît et suppose que c’est le diable qui les a rapportées. Le conteur ne dissimule rien des aspects sordides et dégoûtants de leur mésaventure :

  • 47 Rongées.
  • 48 Défigurées.
  • 49 v. 234-237 et 275-285.

Elles n’oloient pas encens :
Mout erent ordes et puans,
Si com gens povres ou truans
Qui se couchent par ces ruelles.
[…]
Comment sont elles revenues ?
En terre les mis toutes nues,
L’une seur l’autre, en une fosse.
Foi que je dois au cors saint Josse,
Elles ont les deables es cors !
Voiés les, a chascun des cors,
Comme elles sont de vers chargies,
Enterrées et demengies47,
Les cors noirs et delapidés48 :
C’est d’eles veoir grant pitez,
Touz li cuers ou ventre m’en tremble !49

Aucun autre conte ne donne une peinture aussi navrante de la déchéance humaine. Ce genre d’ironie macabre semble sonner le glas du genre fabliau.

*

39Dans la France des premiers Capétiens, le vin est devenu une boisson de consommation courante, du moins en ville. Les deux genres littéraires utilisés ici sont bien différents l’un de l’autre. La langue des proverbes est dominée par la sobriété, la concision. Les fabliaux en revanche donnent vie à des personnages et ils introduisent force détails empruntés à la vie quotidienne. Les deux sources donnent une image le plus souvent optimiste de la consommation. La joie de savourer le bon vin, la fierté de ceux qui savent en user pour entretenir les relations sociales, voire pour jouer des tours, comptent parmi les passages les plus réussis des fabliaux. Le vin fait partie de la vie courante et on lui attribue des rôles variés.

40Les conseils de modération donnés dans les proverbes s’adressent à l’humanité en général. Dans les contes, la nécessité de savoir modérer son envie de boire est démontrée à l’aide de scénarios bien imaginés. On se moque de celui qui a trop bu et devient le dindon de la farce. Mais le motif de l’ivresse est traité le plus souvent de manière discrète.

41La mythologie propre aux fabliaux influence très visiblement la façon dont est traité le thème du vin. Aucun conte ne montre un chevalier, un évêque, un prêtre, succombant à l’abus de la boisson. Trop boire est réservé à certains personnages, le mari dans les fabliaux où il est un cocu prédestiné, les mendiants et les vilains, les femmes. Le motif de l’ivresse dégradante est rare. Il est réservé à deux stéréotypes sociaux, les vilains et les femmes. Puisqu’ils ne savent pas boire raisonnablement, ils doivent rester sous contrôle du pouvoir, seigneurial ou marital, bref, des hommes.

Documents : Boire du vin dans les proverbes

Le vin est bon

  • 50 Nourriture.
  • 51 Eau.
  • 52 Vêtements.
  • 53 Crut.
  • 54 Tonneaux.
  • 55 Puant.
  • 56 Pète.
  • 57 Besoin.
  • 58 Médecin.

Pain et vin est la viande50 au pèlerin.
Il n’est breuvage que de vin.
Il n’a pas soif qui yaue51 ne boit.
Toute religion s’accorde au bon vin.
Toz jorz se[n]t li vin le terroir.
On ne cognoist pas les gens aus robes52 ne le vin aus sercles.
On ne doit pas demander a bon homme dont il fut, ne a bon vin ou il creust53.
Apres bon vin bon cheval.
Vaisseaux54 mauvais fait vin punais55.
Vin trouble ne brise dent.
Qui bien mangue et bien boit, bien chie et bien poit56, il n’a mestier57 de mire.58

Les occasions de boire

  • 59 Malheur, chagrin.
  • 60 Doit-on.
  • 61 Tousser.

Apres tout dueil59 boit on.
Apres compter boit fault.
Apres la poire le vin.
« Si bene perpendi, quinque sunt cause bibendi,
Dulcedo vivi, presens sitis atque futura,
Hospitis adventus, et ne perdeant mea jura
. » (« Si l’on y réfléchit bien, il y a cinq bonnes occasions de boire : la douceur de vivre, la soif présente et à venir, l’arrivée d’un hôte, et pour ne pas oublier son serment. »).
Pour la soif qui fuit et qui est et qui est a venir, doit len60 boire trois foiz.
Boire sanz manger est past a grenoulles.
Souper se commence par boire et matines par toussir.61

Le vin est dangereux si l’on en abuse

Le vin est bon qui en prend par raison.
Quant plus boit len, plus veult len boire.
Qui boit et reboit trop fol se tient.
Ce fait vin que ne fait iaue.
Plus a de paroles en un mui de vin qu’il n’a en cent charretes de froment.
Vin et confession descouvrent tout.
Bien vault yvres desvez.
Par vin, par fame et par dez / Si vient tout homme a povretez.

Haut de page

Notes

1 Élisabeth Schulze-Busacker, Proverbes et expressions proverbiales dans la littérature narrative du Moyen Âge français, recueil et analyse, Genève-Paris, Éditions Slatkine, « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge-9 », 1985, p. 36.

2 Joseph Bédier, Les Fabliaux, études de littérature populaire et d’histoire populaire du Moyen Âge, Paris, 1893.

3 Voir, en dernier lieu, Marie-Thérèse Lorcin, Les Recueils de proverbes français (1160-1490). Sagesse des nations et langue de bois, préface d’Élisabeth Schulze-Busacker, Paris, Champion, 2011.

4 Adolph Töbler, Li Proverbe au vilain. Die Spriechwörter des gemeinen Mannes, Altfranzösicher Dichtung nach den bekannen Handschriften herausgegeben von Adolph Töbler, Leipzig, S. Hirzel, 1895, p. 19-20, strophe 43.

5 Chantier : support.

6 Nouveau Recueil Complet des Fabliaux, édité par Willem Noomen et Nico Van den Boogaard, 10 vol., Assen (Pays-Bas), 1983-1990 (désormais NRCF), iii, 18, v. 44-55.

7 NRCF, ix, 103, v. 373-377.

8 Confortable.

9 NRCF, ix, 103, v. 393-405.

10 Le repas.

11 Empressée.

12 Plaire. NRCF, vi, 70, v. 21-35.

13 NRCF, ii, 9, v. 68-77.

14 Tapage.

15 Restriction.

16 Ibid., v. 110-122.

17 Table de jeu.

18 NRCF, ix, 102, v. 779-782.

19 Faire vite.

20 Ibid., v. 793-802.

21 La Plantez, NRCF, vii, 76, v. 32-35.

22 En abondance.

23 À flots.

24 Bientôt.

25 Ibid., vii, 76, v. 73-81.

26 NRCF, ix, 104.

27 V. 45-46. Urban Nyström, Poèmes français sur les biens d’un ménage depuis L’Oustillement au villain du xiiie siècle jusqu’aux Controverses de Gratien du Pont, Helsinki, Imprimerie de la Société de littérature finnoise, 1940.

28 Li Proverbe au vilain, op. cit., p. 44, strophe 101.

29 Vagabonds, portefaix.

30 Ibid., p. 58, strophe 136.

31 Le fabliau de Cocagne, v. 60-77. Édité par Veikko Väänanen, Neuphilologische Mitteilungen, t. 48, 1947, p. 3-36.

32 Insensé.

33 Se mettent en peine.

34 Baragouin.

35 Bas allemand.

36 Du Prestre et de la dame, NRCF, viii, 95, v. 98-112.

37 NRCF, x, 127.

38 Venu de Champagne par eau.

39 Pétillant.

40 NRCF, x, 122, v. 32-37.

41 Repas.

42 Gosier goulu.

43 Beaucoup de temps.

44 Posément.

45 Rester sur la langue.

46 Ibid., v. 128-137.

47 Rongées.

48 Défigurées.

49 v. 234-237 et 275-285.

50 Nourriture.

51 Eau.

52 Vêtements.

53 Crut.

54 Tonneaux.

55 Puant.

56 Pète.

57 Besoin.

58 Médecin.

59 Malheur, chagrin.

60 Doit-on.

61 Tousser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Thérèse Lorcin, « « Le vin est bon qui en prend par raison ». Le vin dans les recueils de proverbes français et les fabliaux », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 25 septembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/5967 ; DOI : 10.4000/acrh.5967

Haut de page

Auteur

Marie-Thérèse Lorcin

Professeur honoraire à l’Université Lyon II.
Bibliographie récente :
Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin, Le Quotidien au temps des fabliaux. Texte, images, objets, "Espaces médiévaux", Picard, 2003, 302 p.
Marie-Thérèse Lorcin, Les Recueils de proverbes français. Sagesse des nations et langue de bois, Paris, Champion, 2011, 166 p.
E-mail : jlorcin@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org