Navigation – Plan du site
Economie de la vigne et du vin

Les vignes et vignerons d’Orléans à la fin du Moyen Âge

Françoise Michaud-Fréjaville

Résumés

Orléans, grande ville du domaine royal à la fin du Moyen Âge était réputée pour son fleuve et son Université, mais aussi pour son immense vignoble dont la production faisait vivre une bonne partie de la population, dans et hors les murs. La documentation est inégale et provient de quelques établissements religieux mais surtout d’assez riches fonds de notaires et de la comptabilité urbaine. On trouve des clos de vigne dans les quarante-trois paroisses environnantes et jusqu’aux remparts de la cité ; il y pousse de l’« auvernat », du pinot noir, du fromenteau. L’important trafic de vin a provoqué la création de l’impôt du « douzième » du vin acheté, une des ressources principales de la ville après 1385. Les façons n’ont rien de particulier, sinon qu’elles sont souvent menées par des entrepreneurs qui font travailler des apprentis bien trop âgés pour ne pas être des ouvriers à bas coût qui finissent même par prendre la place des femmes lors des vendanges.

Haut de page

Texte intégral

Le terroir aux alentours [d’Orléans] produit beaucoup de vin […]. Les vins d’Orléans sont appréciés car nobles et délicats, on les expédie en France et autres lieux de la chrétienté, d’où la grande richesse des bourgeois locaux qui sont, de plus, très nombreux. Les grosses récoltes, la commercialisation générale et la facilité des transports fluviaux, tout cela y contribue tant et plus.

  • 1 Emmanuel Le Roy Ladurie et Francine-Dominique Liechtenhan, L’Europe de Thomas Platter, France, Angl (...)
  • 2 La bibliographie générale est mince, étant donné le mépris général pour le vin de la « ville du vin (...)

1C’est ainsi que le jeune médecin Thomas Platter junior commente, entre autres, son passage dans la ville ligérienne à la fin de juillet 15991. Le regard sur la vallée de la Loire au sommet de sa courbe parcourait, en ces temps, un paysage totalement différent de ce que nous percevons aujourd’hui2.

  • 3 Archives départementales (A.D.) Loiret, 3 E 1054, 28 février 1451 (nouveau style) : Jean Odeau, mar (...)
  • 4 Journal du siège d’Orléans (ici, éd. Henri Herluison, Orléans, 1868, p. 2) : les Anglais « […] entr (...)
  • 5 Dès qu’il entre dans la littérature, au xiiie siècle, le quartier de la paroisse Saint-Marceau, en (...)
  • 6 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33, Compte de l’Hôtel-Dieu de 1469-1470, fol. 38 : cinq quarti (...)

2En venant « de France », c’est à dire de l’Île-de-France, une fois passés les plateaux couverts des bois de l’ancienne forêt des Loges, indispensables, en particulier, à la tonnellerie et commodes par leur proximité3, les coteaux de la rive nord étaient, d’Ingré à Saint-Jean-de-Braye et au-delà, divisés en de multiples clos qui s’insinuaient jusqu’aux murailles entre les voies d’accès vers la ville. Les rues des faubourgs étaient bordées de maisons ouvrant derrière, au-delà du « jardin et verger », vers les chemins de desserte des clos et jusqu’aux abords des rives des faibles ruisseaux, de la Bionne et du fleuve où saules et « islayes » (oseraies) fournissaient les liens. Le sud du fleuve présentait un aspect moins spectaculaire, parce que moins visible dans la platitude de la rive, derrière les levées ou « turcies » de Saint-Jean-le-Blanc et de Saint-Denis-en-Val, signalées dès le xive siècle4, qui vinrent renforcer les colmatages antiques5, mais les vignes y étaient également une quasi monoculture. Quand Loire et Loiret se rapprochaient, comme auprès de l’abbaye de Micy, des terrassements importants6 renforçaient les moins faibles points, naturellement un peu surélevés, pour porter bâtiments et vignoble, les prés et oseraies y faisaient également la transition vers les clos. Il en était de même aux abords des ruisseaux affluents, la Dhuy ou le bras de Bou ; puis, au-delà du Loiret, vers le sud et le sud-ouest, on passait des vignes aux terres et aux bois solognots. Le plus grand malheur était évidemment le risque d’inondation, surtout dans la zone méridionale, dont nous n’avons guère d’exemples conservés pour la fin du Moyen Âge (fig. 1).

Figure 1 : Orléans et ses environs. Carte de Cassini, vers 1777, coll. part. (cl. FMF)

Figure 1 : Orléans et ses environs. Carte de Cassini, vers 1777, coll. part. (cl. FMF)
  • 7 Françoise Michaud-Fréjaville, «  Apprentis et ouvriers vignerons, les contrats à Orléans au xve siè (...)
  • 8 Françoise Michaud-Fréjaville, « Vignerons des villes et vignerons des champs en Berry et Orléanais (...)
  • 9 A.D. Loiret, CC 537-565 (forteresse, 1391-1497), CC 644-673 (communes, 1400-1502). Il y a des lacun (...)
  • 10 Jean Thibaut, Orléans à la fin du Moyen Âge (v. 1380-v. 1450), Thèse de doctorat, Paris IV, 1997, 3 (...)
  • 11 Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services : les contrats d’apprentissage en Orléanais (...)
  • 12 On se permet de dire que c’est toujours une recherche en cours…
  • 13 Françoise Michaud-Fréjaville, « Crise urbaine et apprentissages à Orléans 1474-1500 », in Villes, b (...)

3La vraie difficulté pour aborder la question matérielle et humaine du vignoble orléanais vient, en effet, de la rareté et de l’éclatement de la documentation. Non seulement les séries comptables des établissements religieux ont pratiquement toutes disparu mais aussi la plupart des cartulaires et des chartriers ; ce qui en a été publié avant 1940 (Sainte-Croix, Saint-Avit, Voisins) s’arrête en général au début du xive siècle. Néanmoins, il demeure quelques bribes postérieures utilisables venant de l’Hôtel-Dieu, de « l’Œuvre du pont », de la commanderie hospitalière (ex-templière) de Saint-Marc, du chapitre cathédral. Les archives notariales, importantes depuis 1390, bien que ne soient plus conservés pour certaines périodes que des registres d’une ou deux études médiévales sur douze et jamais l’ensemble des officines, ont permis de toucher, par sondages étant donné l’excès inverse des documents, au peuple même des vignerons auquel personne ne s’était intéressé jusqu’à la fin des années 19807. Tout cela reste donc très partiel8. Les comptes de la ville (forteresse et commune)9 permettent de voir les usages officiels du vin dans la vie politique, qui le vend et l’achète, dans quelles auberges, quels sont les édiles tenus d’avancer les cadeaux et pots de vin, ce qui ne va jamais bien loin et ne sera pas étudié ici. Enfin, s’il se trouve de nombreuses mentions de celliers et de caves, la présence de ces dernières, qui existent encore dans les quartiers anciens, n’a pas fait l’objet d’une recherche rigoureuse sur leur datation, leur nombre, leurs formes et leurs éventuels usages. Il est étonnant de constater que l’économie viticole est jugée ne pas concerner la ville médiévale10. Or, c’est justement la masse remarquable des vignerons à Orléans à la fin du Moyen Âge et l’offre de travail que la vigne proposait qui ont, depuis bien longtemps, attiré mon attention sur cette activité qui n’est pas seulement "péri urbaine"11. En effet, entre 1380 et 1480, pour 310 contrats d’apprentis chez des tisserands en toile ou en drap, nous avons 278 contrats auprès de vignerons, les deux activités représentant à peu près 42 % des contrats de "jeunes", lesquels signalent 88 métiers divers12. La période suivante pose un véritable problème social à l’égard des travailleurs des vignes13.

4Nous essaierons donc de voir les grandes masses territoriales de ce vignoble, puis les quelques données que l’on peut relever sur les façons et les usages locaux, enfin d’évoquer le cadre de vie des travailleurs qui sont ici, de fait, pour beaucoup, des ouvriers ruraux habitant en ville ou dans les paroisses adjacentes.

…Les dites gens d’Orlénois ne sont fondez que sur vignoble14

  • 14 A.D. Loiret, CC 644, Compte de 1402-1404 (1403-1405 n. st.), fol. 10, explication d’un voyage de de (...)
  • 15 A.D. Loiret, 3 E 10144, 1er janvier 1437 (n. st.), bail d’un jardin  « ou y a un pou de vigne, rue (...)
  • 16 A.D. Loiret, CC 930, fol. 25v-26v, les façons furent réduites et la récolte quatre fois moindre de (...)

5La collation des données fournies par les paroisses des patrons vignerons et des pièces de vignes citées dans des actes notariés, dans les cens de l’Hôtel-Dieu, ceux de l’Œuvre du Pont, d’un fragment de censier du chapitre et les cartulaires déjà évoqués, permet de travailler sur près de 3 000 localisations de pièces de vignes repérables, ce qui n’est, bien sûr, en rien exhaustif mais peut être considéré comme raisonnablement représentatif. Quarante-trois paroisses de la ville et des environs étaient concernées par des implantations de vignerons et/ou de clos authentiquement mis en culture viticole (il faut, en effet, se méfier des clos qui se révèlent de plus près être des « terres » ou des vergers), mais seulement quatorze villages sortent vraiment du lot, en raison sans doute de la prégnance des sources notariales de la capitale ligérienne qui restreignent l’aire d’étude, si l’on ne veut déborder vers Meung ou Jargeau. Il n’y a donc pas à s’étonner de constater que plus on se rapproche des murs plus les mentions touchant notre sujet se font nombreuses. En fait, la vigne « battait les murs » d’une ville qui doit être prise ici dans un espace étroit : celui de la vieille muraille romaine, agrandie à l’ouest, vers 1358-1360, par l’adjonction du quartier dunois, et après 1466-1480 par l’enfermement des bourgs orientaux bâtis autour des collégiales de Saint-Aignan et Saint-Euverte. Ces agrandissements, provoquant des modifications de parcelles et amenant des lotissements, ne semblent pas, cependant, avoir gravement touché autre chose que des jardins et vergers et quelques rangs de ceps, voire de treilles, de type tout à fait domestique15. Il en sera autrement avec la mise en œuvre de la grande accrue qui, commencée en 1498, donna à la ville son aspect pour trois siècles et qui est le terme de cette présentation : elle a anéanti les clos de toute la partie nord. De plus, les désastres de l’époque du conflit entre Armagnacs et Bourguignons, de la guerre anglaise et, surtout, le moment du siège, où les villages furent vidés, les églises et maisons religieuses et nobles trop importantes abattues, soit entre 1412 et 1430, ont entraîné une reconstruction des espaces bâtis et cultivés que l’on voit se faire à partir de la ville, et en premier au plus près de celle-ci et des faubourgs reconnus comme populeux. Cependant, on doit douter d’une destruction profonde du vignoble en 1428-1429 : les Anglais n’étaient pas assez nombreux pour occasionner de vrais dégâts aux vignes, lesquelles, en octobre 1428, étaient déjà vendangées et dont ils ont dû vider avec joie la production du quartier de Saint-Marceau. On sait que les trois arpents du Clos le Roy, à l’est de la ville, ont été presque normalement travaillés pendant le siège, pour le compte de l’Œuvre du Pont et, bien sûr, vendangés à l’automne de 142916. À cela il faut ajouter que la phrase mise en exergue de ce paragraphe s’appliquait essentiellement au plat pays et non à l’industrieuse capitale du duché.

6Pour la rive nord, celle qu’occupait la majeure part de la cité, avec « ses prises et ses mises », la paroisse de Saint-Vincent-des-Vignes n’usurpait pas son surnom avec 13 % des mentions repérées ; venaient ensuite Saint-Paterne – alors encore hors les murs – (11 %, sous le nom ancien de Saint-Pouar), et Saint-Marc (7,5%), Saran et Fleury (3 %). En y joignant quelques occurrences moindres, l’espace septentrional de la ville, de Boigny à Ingré, aurait accueilli 37 % du vignoble. Les plans des xviie et xviiie siècles, tout en se limitant aux abords proches, montrent fort bien encore, au nord de la ville, les vignes aux portes mêmes de Bourgogne, Saint-Vincent et Saint-Jean, coupées par les voies d’accès et leurs rangées de maison avec les jardins et vergers adossés (fig. 2).

Figure 2 : L’angle nord-est de la ville en 1649. Orléans, plan de Gilles II Hotot, reproduction par Henri Herluison, 1849, coll. part. (cl. FMF). Le « Clos du roy » est dans l’angle sud-est

Figure 2 : L’angle nord-est de la ville en 1649. Orléans, plan de Gilles II Hotot, reproduction par Henri Herluison, 1849, coll. part. (cl. FMF). Le « Clos du roy » est dans l’angle sud-est

7Toujours sur cette rive nord et plus près de la Loire, c’est davantage vers l’aval que s’étalait l’activité viticole, entre le fleuve et les voies d’accès vers Blois et Vendôme qui présentaient des dégagements faciles : à Saint-Laurent, Saint-Paul, et Saint Jean-de-la Ruelle, pour 16 % de nos données. L’est, en revanche, dans un espace plus resserré par la forêt proche (et son exploitation tout aussi vitale pour la région), avec Saint-Jean-de-Braye (5 %), Saint-Loup et Chécy (3 % chacune), n’apportait que 13 % de l’ensemble. Ainsi les deux tiers de la vie vigneronne se seraient-ils déroulés sur la rive nord.

8Il faut cependant nuancer : sur un espace plus restreint, très certainement moins peuplé, la rive gauche, entre Saint-Denis-de-l’Hôtel et Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, offrait en quelques paroisses de vastes et prestigieux clos (à elles seules 33,5 % de tout le val d’Orléans). D’abord à Saint-Marceau, où il semble avoir été le plus important et prestigieux des vignobles (16 % de l’ensemble orléanais), puis à Saint-Jean-le-Blanc (9 %). Enfin, Saint-Martin « sur-Leret », l’actuel Olivet, Saint-Hilaire et Saint-Privé (-Saint-Mesmin) représenteraient à elles trois 9 % de nos repérages. Une gravure allemande du début du xviie siècle suggère les vignes et les vergers de la rive sud, tout en vantant la richesse de la cité (fig. 3).

Figure 3 : Orléans depuis la rive sud, début du xviie siècle. Gravure anonyme, sans doute germanique, coll. part. (cl. FMF). On voit la rive de Saint-Jean-le-Blanc

Figure 3 : Orléans depuis la rive sud, début du xviie siècle. Gravure anonyme, sans doute germanique, coll. part. (cl. FMF). On voit la rive de Saint-Jean-le-Blanc

Parcelles et clos

  • 17 Ainsi à la limite d’Olivet et de Saint-Hilaire, les vignes représentent les trois quarts des cens d (...)
  • 18 Archives nationales, S 5010. Ajoutons que le volume ne contient que 223 actes et que la compilation (...)
  • 19 Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans, édité par Joseph Thillier et Eugène Jarry, Mémoires de la Soc (...)
  • 20 L’actuelle commune d’Olivet (amputée en 1962 de la ville neuve d’Orléans-la-Source) couvre une supe (...)
  • 21 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33.

9Les descriptions des parcelles, dont on sait qu’elles sont répétitives et très généralement confrontées à d’autre parcelles de même nature – et cela est heureux car elles permettent de parfois pouvoir rétablir des quartiers entiers de terroirs viticoles17 –, doivent nous laisser prudents. Les vignes ne sont pas la préoccupation première ni des compilateurs des actes de chartriers, ni même des receveurs et comptables des collectivités religieuses dont les archives nous sont parvenues, pas plus à Orléans qu’ailleurs. Ainsi, le cartulaire des Hospitaliers de la commanderie de Saint-Marc, rédigé vers 1350 et qui, de fait, se rapporte presque entièrement à la période templière de la commanderie, enregistre, certes, des actes concernant des vignes (dons, cens, rentes, dîmes, échanges, confirmations) à Olivet, Saint-Jean-le-Blanc, Bionne, Semoy, Saint-Denis-en-Val, Saint-Vincent, Saint-Marc, mais, près de neuf actes sur dix s’intéressent à tout autre chose18… De même, le cartulaire de la cathédrale, dont les chartes remontent (pour celles qui ne sont pas des forgeries) à Charles le Chauve, donnerait une idée bien fausse de sa fortune viticole, si l’on ne considérait que les 22 actes qui l’évoquent au regard des 387 autres actes rassemblés par Thillier et Jarry19 : le récapitulatif, partiel il est vrai, des biens des chanoines qui clôt l’ouvrage (1321) ne comporte qu’une mention de cinq quartiers de vignes, vers Saint-Vincent, au milieu des vignes de l’évêque ; or le censier de 1485, qui ne touche qu’à la limite d’Olivet et de Saint-Hilaire, énumère 142 pièces et 96 tenanciers, sur 82 arpents, soit à peine (si j’ose dire) 42 hectares20. L’Hôtel-Dieu, le seul pour lequel on puisse penser avoir un tableau précis en 1469-1470, gère 46 arpents 3 quartiers en 12 clos ou lieux et 8 paroisses, dont un, le « Livre d’or » en faire-valoir direct21.

  • 22 Nous n’avons en vérité qu’une évocation d’un fossé bordant : il s’agissait en l’occurrence d’un dra (...)
  • 23 Sans doute le clos de Coudray, à l’actuelle limite d’Olivet et de Saint-Hilaire.

10Une des questions qui se pose, ici comme dans bien d’autres lieux, est de savoir à quoi exactement correspondait un « clos ». Ce n’était pas, en tous cas, une unité censitaire toujours marquée par quelque borne ou haie ou même fossé22. Ainsi le chanoine de Sainte-Croix Denis Cahouet décrit-il chaque pièce, dans des clos dont les lieux-dits conservent parfois encore le nom  (« des Morides », de la « Martininière », du « Fresne », des « déserts », de « Fortune », de Caubray), non seulement par les confronts des autres censitaires, mais par des rues traversantes dont les appellations ont subsisté jusqu’à nos jours : rue des Vaslins, du Frêne, des Maurides, de Glatigny, des Martinières. Il n’était pas question de fermer la rue de Glatigny qui joignait deux cœurs de villages. Le censier montre également que les chanoines ne sont pas seuls sur ces pièces, ni comme détenteurs des cens ni comme bailleurs. Ainsi, aux « Morides », Étienne Bachelier est taxé de 4 deniers parisis de cens, au nom des Célestins d’Ambert, pour un arpent de vigne « qu’il tient de Perrot Brun » et qui jouxte « l’hostel de Sainte-Croix que tiennent Perrinet Noireaux et Jehan Bachelier », à la rue des Vaslins, et à une autre vigne de Perrot Brun lui-même, or les vignes de Jehan Bachelier et celles de Perrinet sont tenues par eux de l’Hôtel-Dieu23.

  • 24 A.D. Loiret, O supp. 15, CC 930, fol. 24 v. Nous garderons par la suite la simple cote CC.

11Cependant, à l’autre extrémité du terroir orléanais, les proviseurs du pont d’Orléans, chargés de son entretien, de sa surveillance et de l’aumône de Saint-Antoine, sise sur l’île centrale, charge financée par des dons (dont une boîte sur le passage…) et des biens immobiliers, nous rapportent leurs dépenses de 1430 concernant leurs vignes du « Clos le Roy près d’Orliens », déjà évoqué. Les proviseurs ont fait (re- ?)faire un petit mur et caler dedans un « portil », c’est-à-dire un portillon, avec son huisserie, sa serrure à clef, ses barres, le tout pour 42 sols 4 d. p.24. Un petit clos dans le coin d’un plus vaste clos ?

« Lignage » ou « bourdelais »

  • 25 « Au long d’icellui païs, et au long d’icelle rivière [la Loire] y croist de moult bons vins de Ger (...)
  • 26 Jacques Boullay, Manière de bien cultiver la vigne, de faire la vendange et le vin dans le vignoble (...)
  • 27 On peut trouver aussi de l’auvernat à Orléans dans des baux à complant orléanais (A.D. Loiret, 3 E  (...)
  • 28 A.D. Loiret, 3 E 1169 (1427-1430), auvernat : fol. 39, 54, 82 à Beaugency ; lignage : fol.  82, 85, (...)
  • 29 A.D. Loiret, 3 E 10134, 22 août 1423.
  • 30 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33, fol. 95-95 v : « Pour avoir fait vendanger les blancs et r (...)
  • 31 A.D. Loiret, CC 930, fol. 28, la perte est, par cette soustraction illicite, tout de même de 87,4 l (...)
  • 32 A.D. Loiret, 3 E 10151, étude de Jean de Recoin, n° 166, 4 mai 1436 : achat de 5 pipes de vin, 3 de (...)
  • 33 On est amusée de constater que, pour le dernier livre des procurateurs allemands qui vient d’être é (...)

12Quels raisins poussent et mûrissent dans ces vignes ? On sait que les vins d’Orléans, fort décriés aux deux derniers siècles passés, n’étaient pas si mal considérés au Moyen Âge. Au xve siècle, dans son Livre de la description des pays, Gilles Bouvier, dit Berry, les dit « moult bons »25, et le chanoine Boullay26, au début du xviiie siècle, ne craignait pas d’en célébrer une qualité que, seul, le mauvais travail de mauvais ouvriers aurait dénaturée. En réalité, nous sommes fort mal renseignés et nous devons plutôt ici nous référer à un notaire de Beaugency, Étienne de Ruequidort, dont les mentions nous apprennent qu’en 1429 l’on trouvait non seulement des vignes d’auvernat, ce qui ne saurait étonner, puisque c’était le cépage "roi", si l’on ose dire, du val d’Orléans27, mais aussi des vignes où poussait du « lignage », un pinot noir donnant un vin plus léger, et du « bourdelais », dont Boullay nous dit qu’il s’agit d’un « fromenté », donc d’un fromenteau pinot-meunier28. L’abbaye de Saint-Mesmin a donné à bail en octobre 1426 deux quartiers de vignes blanches dans son clos29. Le frère de l’Hôtel-Dieu indique, lors des vendanges, un espace où l’on avait planté des « blancs » qui semblent avoir été répartis entre les vignerons exploitant à métayage, au clos du Coudray (Saint-Hilaire) et à Noras (Olivet) ; il spécifie aussi la présence de deux sortes de raisins distingués par leur couleur, blancs et rouges ou « roges »30. On reste sur sa faim sur la sorte de vin quand est payée la mise en cave des tonneaux. Ce n’est pas le cas, par hasard il est vrai, pour la couleur du vin obtenu du Clos le Roy relevant de l’Œuvre du pont : en 1430, mauvaise surprise, les dix tonneaux rendus en cave ne sont pas vraiment pleins « par ce que on y avoit bu par tuyau ou autrement » et il fallut les compléter avec 78 pintes de « vin vermeil »31. Gilles de Rais, lors de ses séjours orléanais ruineux, a largement abreuvé son entourage de vin « blanc », « vermeil », « cleret » et d’hypocras32. Quant aux étudiants, les ivresses dont on les soupçonne viennent de vins dont nous ignorons s’ils ne furent pas achetés ailleurs (fig. 4)33.

Figure 4 : « Qui fruitur bono [...] » (E. Keiser, Merian, 1623, coll. part. (cl. FMF). Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’étudiants : la mention Universitas désigne l’emplacement du quartier universitaire et des Grandes Écoles

Figure 4 : « Qui fruitur bono [...] » (E. Keiser, Merian, 1623, coll. part. (cl. FMF). Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’étudiants : la mention Universitas désigne l’emplacement du quartier universitaire et des Grandes Écoles

Façons et usages locaux

  • 34 La fourniture des douze douzaines de « javelles de charniers » (ailleurs « charnes ») est traitée a (...)
  • 35 A.D. Loiret, CC 930, fol. 28-29.
  • 36 Ibid., fol. 27, rappelons que nous étions alors en calendrier julien et que les vignes ont donc gel (...)
  • 37 A.D. Loiret, 3 E 10164, 3 octobre 1467.
  • 38 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E  33, fol. 89, au Coudray, payé à Jean le Gastellier, fol. 89 v (...)
  • 39 A.D. Loiret, 3 E 10154, 6 octobre 1448, pour un arpent au clos d’Or de Saint-Jean de la Ruelle « et (...)
  • 40 A.D. Loiret, 3 E 10154, 13 novembre 1448 : « moyennant […] faire .L. fousses par an, et si plus plu (...)
  • 41 La Bataille et le Mariage des VII arts, poèmes inédits du xiie siècle d’Henri d’Andeli, édités par (...)

13Les façons n’ont, en vérité, rien de bien original. Les proviseurs du pont portent dans leurs livres des mentions des travaux des trois arpents du « Cloux le Roy », presque les seuls de nos sources, malheureusement, qui ne soient pas entièrement à prix fait. Le travail commence après les vendanges, par le nettoyage des lieux (en 1431, 29 journées d’hommes à la Toussaint), le fouissage à la marre et l’épierrage (40 journées en janvier), le remplacement des échalas (ici appelés « charniers »)34, puis la taille (18 journées en février), la ligature et l’ébourgeonnage fin mai, un binage en juin (22 journées) et un rebinage à la Saint-Jean. Il faut y ajouter les 500 pieds provignés à prix fait et 15 journées à relever et lier les provins35. En 1430, il fallut en outre parer à la catastrophe d’un gel tardif après l’ébourgeonnage de la première semaine de mai : le lundi suivant, un 8 mai, onze hommes revinrent « copper les bourgeons es vignes »36. Les « façons » ne sont évoquées que de manière très allusive dans les baux (« lesquelles vignes le dit preneur [Jehan Matau] sera tenu de faire ou faire faire de toutes façons et en saisons comme vignes de bourgeois se font et doivent faire37 »), et n’est précisé en général que le nombre de fosses de provignage. La norme locale est de 40 ; le frère Étienne Boivin, de l’Hôtel-Dieu, a noté systématiquement les surplus de provignage : en 1469, « oultre de trois cens » pour le Coudray, de 250 à 300 « oultre le compte » pour chacun des quatre vignerons qui ont pris en charge le clos du Livre d’or38. Rappelons que nous n’avons pas des vignes en rang mais « en foule » et le creusement des fosses et le provignage (un marcottage par enfouissement d’un rameau) étaient un profit toujours supplémentaire pour les vignerons. Dans les contrats « comme il appartient à faire à vigne de bourgeois »39, les preneurs partaient parfois de très bas pour faire monter leur revenus : ainsi, de cinquante fosses de base, on pouvait aller à plusieurs centaines40. On note que, comme le relevait la Bataille des VII arts, il n’est pas question de fumure, même au moment du provignage41, et ce travail n’est jamais mentionné au xve siècle.

  • 42 A.D. Loiret, CC 930, fol. 29 (1431). Deux femmes ont par ailleurs été payées pour cueillir le « ver (...)

14Les vendanges, telles qu’elles apparaissent dans les maigres sources des travaux, présentent une évolution ou un changement sur lequel il conviendra de revenir plus loin. Les proviseurs du pont nous énumèrent, de manière fort classique, au Clos le Roy, des femmes qui coupent et des hommes qui portent les hottes : le lundi 11 septembre 1431, 13 femmes pour couper les grappes et 11 hommes pour « hoter » et porter les hottes jusqu’au portillon du clos et un fouleur sur place ; le mardi, seuls 9 hommes finissent de porter. Tous sont nourris de pain, vin, viande (chair) et choux42. En revanche, les grappes de tous les clos de l’Hôtel-Dieu, à l’automne de 1469, sont coupées par des coupeurs, donc des hommes. Cela me semble correspondre à la période du siècle où les contrats « d’apprentissage » de jeunes vignerons deviennent de plus en plus nombreux et à la période de l’année où ces garçons reviennent des moissons et autres travaux d’été, et où les patrons les laissaient partir (en empochant les salaires) : il faut les rentabiliser au détriment de travailleuses.

15Le chanoine Boullay, en 1723, défendait la qualité des vins d’Orléans :

  • 43 J. Boullay, Manière…, op. cit., p. 568-569.

Quelques uns disent de nos vins qu’étant rudes, rouges, & trop violens, ils ne sont pas agréables à boire, & que ceux qui en font quelque excès s’en trouvent incommodés […], je répons que ces prétendus défauts mêmes sont les qualités réelles dans nos vins […], si la rudesse qui s’y trouve quelquefois est un défaut, il n’est toujours qu’accidentel, puisqu’on peut les prévenir en les faisant moins cuver.43

  • 44 A.D. Loiret, CC 930, fol. 28 : « pour III hommes qui furent à pressoyer et tirer le dit vin depuis (...)

16Nos sources actuelles ne permettent pas de suivre de très près les diverses opérations de vinification. Au Clos le Roy, en 1430, pour un cépage dont on fit du vin vermeil, nous l’avons vu, après un foulage sur place, par un seul homme payé des mêmes 2 s. 8 d. p. que les hotteurs, le pressurage au pressoir et le tirage prirent ensuite place pendant un jour et demi, terminé à la chandelle à minuit44. On ne nous dit pas combien de temps est demeuré le vin en cuve (ces dernières louées), ni quand il fut versé en tonneaux, ni le moment où un voiturier a mené les tonneaux du pressoir à la ville. Un « deschargeur » spécialisé (Jean Dupuy) a « avalé en cave », en ville, chez le proviseur Henry Moreau, les dix tonneaux et demi du vin obtenus et les a « mis en chantier », nous dirions sur chantiers. Les tonneaux ont été complétés en novembre par 45 pintes de « vermeil » achetées, ce qui semble tôt pour un ouillage (en 1431, ce dernier eut lieu la dernière semaine de février). Les vins restèrent en cave jusqu’en juin 1431. Dans le cas des vins du Pont, les trois proviseurs sont chargés tour à tour de garder dans leur cave le vin de l’année.

Le vin et la ville

  • 45 René de Maulde, « De l’organisation municipale coutumière au Moyen Âge », Nouvelle Revue Historique (...)
  • 46 Charles Vulliez, « Pouvoir royal, université et pouvoir municipal à Orléans dans les années 80 du x (...)

17La quantité de vin qui entrait et sortait des portes d’Orléans nous est inconnue. Elle devait être considérable, et les coutumes sur le pain et le vin entrant en ville étaient un revenu régalien important, mais nous ignorons tout de son rapport. On sait que cela semble avoir été le prétexte d’une première charte royale accordée à la ville par Henri Ier le 2 octobre 1057 (si elle est authentique) : le roi écoutait la plainte de l’évêque Isembard, ses clercs et le peuple, sur la coutume injuste pesant sur les vins entrant en ville, il ordonnait l’ouverture des portes sans taxation (qualifiées d’exactions…) pendant tout le temps des vendanges. En 1178, Louis VII, pour favoriser la vente des productions orléanaises, supprima les droits perçus sur les vins et le foin par ses officiers, non seulement pour les marchands de la ville mais aussi pour ceux des paroisses alentour, dont Saint-Martin-sur-Léret. En 1183, la taille sur le pain et le vin, toujours considérée comme coutumière, est la seule conservée pour la ville par Philippe le Bel, mais, pour la prélever, on fera appel à des bourgeois à côté des officiers royaux45. Les membres de l’Université, maîtres et étudiants, sont dispensés de cette taille et vendent sans taxe leur propre vin déjà entré exempt de droits, ce qui n’est pas sans provoquer la rancœur des bourgeois46.

  • 47 Paris, BnF, ms. Français 11 988.
  • 48 Pour tout cela, je me permets de renvoyer à ma participation, trentenaire mais non renouvelée ni co (...)

18Après les troubles de  1382, une charte du 2 mars 1385 (n. st.) autorisa la levée d’impositions par le corps de ville et leur utilisation pour la forteresse et les dépenses communes ; les procureurs de la ville seront aussi chargés des impôts, aides et tailles, demandés par le roi47. Comme en d’autres « bonnes villes » contemporaines, les tailles furent ensuite doublées de la gabelle, et d’une taxe sur le vin : l’« apetissement » de la pinte, qui consistait à payer 12 pintes et n’en emporter que 11, soit une taxation à 9 %, dont la ville gardera le quart. Cette taxe, mise à ferme aux enchères publiques, était presque l’unique recette de la cité. Elle lui a permis de s’emparer de belles murailles, de se munir de canons, de payer les départs des groupes de soldats errants, mais pas de financer des dépenses imprévues, comme les entrées princières, ni surtout l’approche des Anglais ; ce n’est qu’après le siège qu’elle fut complétée par une ponction sur la gabelle. Évidemment, le regroupement des perceptions (ville, faubourgs et les huit paroisses) des « prises et mises » reflète une consommation et non la production : entre 1417 et 1443, la ville a reçu de sa part du douzième, jusqu’au siège, près de 80 % des recettes, et après, au temps de la reconstruction, jusqu’à 93 % ; alors que les faubourgs peinent jusqu’en 1437 et que les villages à l’entour ne remontent que très faiblement, les cabaretiers de village ne font pas recette, les propriétaires, voire les clercs, faisant trop souvent « taverne » dans leur résidence urbaine. Par la suite, la gabelle, sur laquelle la royauté prélevait une bonne part, a presque disputé au vin la première place dans les revenus municipaux, nous laissant, de toute façon, dans l’ignorance du détail des perceptions48.

  • 49 Benjamin Kraft, Auberges et tavernes à la fin du Moyen Âge : l’exemple d’Orléans, mémoire Master 1, (...)
  • 50 Journal du siège…, op. cit., p. 25, 14 février 1429, « la pierre chust dedans Orléans en l’hostel d (...)
  • 51 A.D. Loiret, CC 664, VII.

19De ce vin vendu surtout en tavernes, appelées à Orléans « hostels » ou simplement « maisons », ce qui sème quelques incertitudes, ou pris dans les caves des bourgeois pour faire face à la nécessité urgente d’un « pot de vin », il est difficile de faire la moindre estimation. L’ambiguïté des désignations entre ce qui est public (et donc soumis à taxe), soit le vin des auberges, celles que l’on découvre par les bagarres, les paiements de frais de repas collectif, et ce qui est privé et considéré par le receveur de la ville comme simple avance auprès des procureurs et des bourgeois, pour des repas ou des dons aux personnalités, et remboursé comme tel lors des mandements de dépenses, cette ambiguïté est parfois insoluble. Une étude, modeste, des auberges et tavernes orléanaises du xve siècle a permis de dénombrer cinquante établissements de vente et de consommation de vin, ce qui est nettement inférieur à la réalité, dont une bonne part dans la seule rue des Hostelleries, la bien nommée, la rue qui descendait vers la porte du Pont49 et où les tirs des Anglais depuis les Tourelles firent, en février 1429, des victimes autour de l’hôtel de la Tête noire50 ; c’est la même auberge où, en 1455, la ville installa noblement le chancelier Nicole Rolin et Philippe de Croÿ51.

Les vignerons des prises et des mises d’Orléans

  • 52 A.D. Loiret, 3 E 10270, 14 avril 1498, la vente pour 16 l. t.
  • 53 A.D. Loiret, 3 E 10166, 20 janvier 1469 (n. st.).
  • 54 Idem, 18 mars 1469 (n. st.).
  • 55 C’est le cas chez les Archenault de la paroisse Saint-Euverte, entre 1493 et 1499.

20La présence de plusieurs centaines de vignerons dans la capitale du duché et ses immédiats environs est fondamentale, non seulement pour la mise en valeur des terroirs mais aussi pour l’économie générale de la ville. Les registres des notaires sont très riches en minutes d’actes qui citent les hommes et les biens de cette activité. Il y a quelques années, une recherche a été faite pour la période 1465-1468, dans les deux études conservées de Guillaume Garsonnet et Jean Prévost ; elle est confortée par des sondages autour du repérage, presque exhaustif, que j’ai effectué des contrats d’apprentissage sur cent vingt ans. Ainsi, 1 187 actes sélectionnés pour 1465-1468 (soit un peu moins du cinquième de la totalité des écritures passées par les notaires) montrent que les transactions en rapport direct à la terre et au travail de la vigne (locations, achats, ventes, baux) ont alors concerné 215 arpents de vignes, soit environ cent dix hectares, ce qui paraît, en fait, dérisoire, comme nous l’avons dit pour le censier du chapitre cathédral et ses terres d’Olivet et Saint-Hilaire, eu égard à la dimension des terroirs. La plupart des transactions, échanges, ventes et achats portent sur des surfaces minimes, quartiers, cinquièmes d’arpent, voire des rangs, le plus souvent dans la même paroisse que celle dont dépend le vigneron, et parfois jointives à d’autres dont les détenteurs portent le même patronyme : il s’agit bien de regroupements afin de faciliter les travaux ou de jouir d’une voie de desserte plus aisée. Les ventes concernant de plus grandes surfaces, des terciers ou des arpents, et les constitutions de rente font apparaître dans le monde viticole les placements, sans surprise, des métiers urbains artisanaux, des bourgeois et des clercs de tous niveaux : Girard Rencien, vigneron de Saint-Marceau, vend à Jacquet du Boille, bonnetier et marchand, une vigne aux « Montées », chargée de cens mais aussi d’une rente payable à Me Gilet de l’Aubespine52. Les baux font se rencontrer des parties d’origine géographique et sociale fort différentes : Guillot Harteau de Saint-Martin d’Olivet doit traverser la Loire (au plus court par un bac ?) pour aller planter, puis travailler un demi arpent au clos de la Follye de Saint-Jean de la Ruelle. Certains baux, même s’ils sont collectifs, peuvent porter sur des surfaces impossibles à travailler seul, ni même avec les deux ou trois co-preneurs. Ainsi, quand Jean Chéron prend à bail, avec cinq autres, quatre arpents de terre à convertir en vigne, il passe le même jour un accord avec son gendre Jean Broillet, pour l’engager à son propre côté53. À partir du deuxième tiers du xve siècle, on rencontre un certain nombre de baux à 6 ans, 29 ans et plus où le preneur vigneron s’engage à « mettre en vigne dedans un an » des « héritages » en mauvais état, en « terre et buissons »54, dont la mise en valeur nous échappe, sauf quand nous voyons les apprentis se succéder dans une même famille55.

  • 56 A.D. Loiret, 3 E 10163, 27 décembre 1465, il constitue 4 s. p. de rente à Saint-Euverte pour les me (...)
  • 57 A.D. Loiret, 3  E 10131, 21 décembre 1413.

21Pour le reste, il est difficile de distinguer les vignerons des autres artisans de la ville et des bourgs : les mariages montrent une relative endogamie professionnelle. Les vignerons ont des gendres, des frères, des cousins qui les aident et participent aux contrats. La coutume d’Orléans, aux partages égalitaires, fait que les vignes sont réparties entre tous les enfants et que les dots en vigne viennent accroître la parcellisation des lopins, ce que des partages et des échanges modifient parfois et qui est aussi corrigé par l’activité adéquate du mari. Mais les pères marient aussi leurs filles à des tisserands, des tanneurs, des cardeurs, à vrai dire assez rarement dans des métiers réglés. En revanche, on remarque que les unions se font peu au sein de la même paroisse, bien que dans l’aire d’influence de la ville. Les quelques testaments dont on a pu trouver le texte font entrer leurs auteurs dans la catégorie des artisans urbains : Bernard du Puy, vigneron de la paroisse Saint-Euverte, demande à être inhumé dans sa paroisse, fait des dons aux Mendiants et à sept sanctuaires, dont trois mariaux (1465)56 ; son père exerçait déjà la même activité dans cette paroisse en 1413 : le cas est peut-être non représentatif57.

  • 58 A.D. Loiret, 3 E 10166, 26 juillet 1468, la maison de Jean Vauxion l’aîné doit mesurer 5 toises 6 p (...)
  • 59 On trouve mention de pans de bois (3 E 10210, février 1466, n. st.), de torchis (3 E 10166, janvier (...)
  • 60 Maison d’Adam Loyseau (3 E 10163, septembre 1465).
  • 61 A.D. Loiret, 3 E 10231, 24 juin 1481, on l’apprend à l’occasion du bail d’une maison sur cette cour
  • 62 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33, fol. 36  (1469-1470), « maison couverte de tuille, le pres (...)
  • 63 A.D. Loiret, 6 J 23, 1407 : maison, pressoir et appentis.
  • 64 A.D. Loiret, 3 E 10165, 4 janvier 1468 (n. st.), Jean de Varennes et Gillet Picquart le 23 décembre (...)
  • 65 A.D. Loiret, 3 E 10120, 1er juillet 1465.
  • 66 Les receveurs notaient soigneusement, pour le temps de la vendange et de la vinification, le nombre (...)
  • 67 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33, fol. 71, 97 v-99. Juillet 1469, le bois des pans, des jume (...)

22Les maisons que l’on décrit lors de construction ou de location sont le plus souvent de banales maisons urbaines ou semi urbaines. En raison des formes des lopins, elles sont rectangulaires58 et généralement à structure de bois59 ; leurs couvertures, neuves ou réparées, sont de tuiles dans les agglomérations, de chaume ou de bardeaux60 (ici appelées souvent « essaumes ») dans les campagnes. Elles comportent généralement une cour et parfois un cellier séparé de la maison. Curieusement, les caves ne sont précisées que pour des locations de parts de maisons, et la localisation de ces dernières demeure imprécise, en particulier les accès. Le terme de « chai » n’apparaît pas et les bâtiments spécialisés possédés par les personnes privées sont assez rares. On a pu repérer une quinzaine de pressoirs de particuliers, comme celui que Loys Sevin, praticien d’Orléans, a en 1481 dans la cour de sa maison d’Ingré61, celui de Phelipot le Gauchier à Saint-Jean-le-Blanc62 ou celui qu’avait eu Guillot Boilleve dans cette même paroisse63, plus tard ceux que Jean de Varennes et Gillet Picquart commandèrent au même charpentier Jean Coillon64. La plupart de ces « pressouers » relèvent des grands établissements religieux : Guillaume Le Vasseur a pris à bail celui que les cisterciens de la Court-Dieu ont à Saint-Marc, au Clos Maupan, avec ses ustensiles, et les religieux lui fournissent les cercles et douelles pour relier les cuves65. L’Hôtel-Dieu dispose de plusieurs pressoirs où vont les vignerons à façon des clos en faire-valoir direct66 : celui de Semoy et celui du clos du Livre d’or de Saint-Marceau qui sert peut-être à tout le quartier, pour lequel les comptes fournissent les frais de réfection de 143167. L’établissement en avait eu un autre à Saint-Jean-le-Blanc, donné à bail en 1415 à Guillaume Chenu, notaire apostolique, et qui dut disparaître au moment du siège.

Un métier de la vigne et du pressoir

  • 68 A.N., JJ 223, n° 52, fol. 32 v (décembre 1492), et JJ 226A, n° 172, fol. 124 v (octobre 1493).
  • 69 F. Michaud-Fréjaville, « Vignerons des villes… », art. cit, p. 65.

23L’expansion des vignobles, tant des communautés que, et surtout, des bourgeois, a favorisé la naissance d’un véritable "métier" de vigneron, avec une structure hiérarchisée de patrons, ouvriers (autrement dit valets), et apprentis, avec les tensions qui peuvent exister entre les uns et les autres. Ainsi, les deux ouvriers de vigne de Saint-Jean-de-Braye, Michau Salmon et Robert Porcher, reçurent chacun une lettre de rémission pour le meurtre de leur patron, Jean Clozier, auprès duquel ils étaient venus protester contre les mauvais traitements qu’ils avaient subis de sa part68. J’ai écrit ailleurs comment les statuts anciens des travailleurs des vignes orléanaises nous étaient connus uniquement parce que le comte de Blois en avait demandé copie pour les travailleurs du Blésois69, et que leur condition était extrêmement proche de celle de tous les « ouvriers allant à place » : ils travaillaient du point du jour, l’heure générale des embauches, jusques au soleil couchant, avec une heure de pause et

  • 70 Théophile Cochard, « Le livre des métiers d’Orléans d’après les statuts des vignerons blésois au xi (...)

[…] nul ne vigneron ny autre ouvrier ne labourera en sa propre besoigne avant que ilz viennent en la besoigne ou il sera loué.70

24Les grandes vignes périurbaines – et Orléans est, bien sûr, une des grandes et bonnes villes du royaume – nécessitaient un réservoir humain de main-d’œuvre à leur mesure. L’Hôtel-Dieu avait en censive et possession directes au total 132 arpents, près de 70 ha en cinquante-sept pièces, et l’on a vu que les chanoines de Sainte-Croix recevaient le cens de 42 ha. En mettant en rapport les superficies que nous pouvons établir et les preneurs de marché ou les censitaires, on comprend aisément qu’il était impossible à ces hommes de faire face à eux seuls à ces étendues à « marrer », tailler et ces milliers de fosses à creuser pour les provins. En reprenant les chiffres des travailleurs d’un autre terroir, celui des vignes du connétable de Sancerre pour lesquelles le nombre des travailleurs est fourni jour après jour, j’avais autrefois calculé que la journée où 52 ouvriers sancerrois binaient une trentaine d’arpents, 228 Orléanais pourraient être actifs sur les arpents de l’Hôtel-Dieu. Ces chiffres n’ont qu’une valeur purement indicative, mais peuvent donner une idée de la masse de ces travailleurs de la terre, ceux que l’on ne voit presque jamais dans les études urbaines et qui rentraient en ville au soir tombé.

  • 71 Françoise Michaud-Fréjaville, « Crise urbaine… », art. cit., p. 20.
  • 72 A.N., JJ 225, n° 310, 311, 312, 322, lettres accordées entre juin et novembre 1487.

25Un certain nombre de ces ouvriers des vignes sont des "jeunes", valets, fils ou neveux assez grands pour aider le père ou l’oncle. D’autres, dont le nombre ne peut être approché, viennent en ville pour cela : les locations de simples chambres ne sont pas destinées qu’aux seuls valets artisans. Mais l’étonnant phénomène du travail vigneron à Orléans est la masse des "apprentis" de la seconde moitié du xve siècle et surtout du dernier tiers où, après 1486, elle forme peu à peu presque la moitié de ce groupe de travailleurs71. Parmi les questions que pose la présence de ces jeunes hommes, il y a celles de leur origine géographique et de leur âge. On trouve chez eux les plus âgés des apprentis, ceux de 18-20 ans, qui dépassent presque à leur entrée l’âge auquel auront fini leur apprentissage les jeunes des autres métiers, les mécaniques en particulier, et assez souvent ils n’ont pas eu besoin de la caution d’un parent pour s’engager. Ils viennent pour la plupart du diocèse d’Orléans, et de la vallée même de la Loire, pays de viticulture, tout comme leur actuel lieu de travail. On peut douter qu’ils se perfectionneront réellement dans « le stile du pressoir » comme le disent joliment les contrats, ils en savaient déjà sans doute beaucoup en arrivant. Plus encore, c’est dans leur groupe que l’on rencontre les apprentis qui, à leur sortie, ne recevront guère qu’un faible pécule, ou encore soit une marre, une serpe, ou les guêtres et la souquenille de leur costume de travail d’hiver, ce qui veut dire presque rien. L’été, leur patron les lâche pour les envoyer participer aux travaux de fenaison et de moisson, faute de pouvoir les employer aux vignes, et n’oublie pas de prélever sa part sur ce salaire. Ce grand vignoble orléanais, qui fait la fierté de nombre de ses bourgeois et participe au renom de la ville presque autant que son université, est donc en grande partie travaillé par une main-d’œuvre jeune et sous-payée, vivant dans la promiscuité de modestes maisons. Cette jeunesse se défoule parfois en violences incontrôlables : en 1486, une bande de six valets vignerons et apprentis se sont rendu coupables de rapts et de viols sur deux pauvres filles et se dissimulèrent dans les îles de la Loire devant Saint-Loup ; ils obtinrent les lettres de rémission sans lesquelles nous n’aurions rien su de leur méfait, qui était peut-être la frustration, certes inexcusable, d’une classe d’âge sans argent et sans projet d’avenir72.

*

  • 73 Françoise Michaud-Fréjaville, «  Une correspondance entre un aristocrate du Quercy et un arboricult (...)

26Le grand vignoble médiéval d’Orléans a subi une première attaque avec la réalisation de la grande accrue du début du xvie siècle, qui a repoussé, au nord, les clos hors de la vue des citadins mais n’a pas empêché la poursuite du travail viticole. Les bourgeois ont davantage encore été tentés par la possession de beaux clos bien exposés et la production de vins assez prestigieux, agréables à leur table locale ou parisienne. C’est à eux que le chanoine Boullay adresse ses conseils, en 1703-1723, pour qu’ils ne se laissent pas tromper et, surtout, qu’ils veillent à ne pas avilir leur production par les négligences des ouvriers peu consciencieux. Les ouvriers, eux, allèrent, semble-t-il, vers un marché parisien peu exigeant et y vendirent le « teinturier » fatal à la renommée orléanaise. Les vignes de la rive sud, elles, trop souvent menacées par les eaux, avaient peu à peu cédé la place au maraîchage et à l’arboriculture. Le plus spectaculaire est peut-être le remplacement des ceps et du pressoir du Livre d’or, devenu d’ailleurs « Lièvre » d’Or, par un très réputé marchand de plants et de graines qui faisait des expéditions dans les provinces lointaines et proposait même de faire parvenir à ses clients des vins de Champagne73.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Le Roy Ladurie et Francine-Dominique Liechtenhan, L’Europe de Thomas Platter, France, Angleterre, Pays-Bas (1599-1600). Le siècle des Platter, t. iii, Paris, Fayard, 2006, p. 93. Une formule similaire est inscrite dans le commentaire sous la légende du Plan et profil au naturel de la ville d’Orléans de Gilles II Hotot (1648) : « Rien ne peut mieux exprimer sa richesse que son nom d’Orléans, qui veut dire Or-léans, car estant très-bien située, elle abonde en bleds, vins de toutes sortes, bois, pasturages et toutes autres choses utiles à la vie humaine. »

2 La bibliographie générale est mince, étant donné le mépris général pour le vin de la « ville du vinaigre » qui n’a pas eu la chance, si l’on ose dire, des vins de l’Auxerrois. Pour le Moyen Âge demeurent les classiques : Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, Chez l'auteur, 1959 ; Marcel Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988. Outre mes propres dépouillements, des mémoires sous ma direction ont permis le repérage des exemples : Karine Cascan, Édition du livre de comptes de l’Hôtel-Dieu d’Orléans de 1469-1470, Mémoire de maîtrise, Tours, 1988 ; Carine Féroux, Vignes et vignerons dans les actes notariés orléanais, Mémoire de maîtrise, Tours, 1992 ; Carole Leclerc, La Clientèle d’un notaire d’Orléans, Guillaume Garsonnet, 1463-1464, Mémoire de maîtrise, Tours, 1984 ; Élodie Martin, La Clientèle d’un notaire orléanais, Jehan de Recoin (1433-1438), Mémoire de maîtrise, Orléans, 1996 ; David Thiberge, La Politique au quotidien. Les procureurs d’Orléans et leur travail (1399-1429), Mémoire de maîtrise, Tours, 1988 ; sous la direction de Monique Bourin : Agnès Gasnier, L’Œuvre du pont d’Orléans et de l’hôpital Saint-Antoine (1386-1437), Mémoire de maîtrise, Tours, 1990. Les vérifications ont été faites sur les originaux.

3 Archives départementales (A.D.) Loiret, 3 E 1054, 28 février 1451 (nouveau style) : Jean Odeau, marchand tonnelier d’Orléans, prend le marché du bois des trois quarts de 18 arpents de bois sur pied affermés par les forestiers ducaux dans la Garde du Milieu de la forêt d’Orléans (actuel massif d’Ingrannes). Le bois de chauffage et de construction était évidemment la vraie richesse de la forêt d’Orléans.

4 Journal du siège d’Orléans (ici, éd. Henri Herluison, Orléans, 1868, p. 2) : les Anglais « […] entre les autres avoient assis près de la turcie Saint-Jehan le Blanc, entre le pressouer de la Favière et le Portereau, un gros canon, qu’ils nommoient Passe-volant » (dimanche 17 octobre 1428).

5 Dès qu’il entre dans la littérature, au xiiie siècle, le quartier de la paroisse Saint-Marceau, en aval de Saint-Jean-de-Blanc, présente le toponyme de Tudelle (rue de). La formule tutela ponte est considérée, en fait, par Jacques Soyer, comme un ouvrage avancé des tourelles du pont d’Orléans et non comme une levée protégeant la rive des écarts du fleuve. Voir Jacques Soyer, Les Noms de lieux du Loiret, Roanne, Horvath, 1979, p. 331.

6 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33, Compte de l’Hôtel-Dieu de 1469-1470, fol. 38 : cinq quartiers d’oseraies à Saint-Privé, tenant « d’autre bout à la turcie ».

7 Françoise Michaud-Fréjaville, «  Apprentis et ouvriers vignerons, les contrats à Orléans au xve siècle, » in Le Vigneron, la viticulture et la vinification en Europe occidentale au Moyen Âge et à l’Époque moderne, Flaran 11, Auch, Comité départemental du Tourisme du Gers, 1989, p. 273-285.

8 Françoise Michaud-Fréjaville, « Vignerons des villes et vignerons des champs en Berry et Orléanais à la fin du Moyen Âge », Bulletin d’histoire économique et sociale du Centre Pierre Léon, numéro spécial Vignerons, 1995, n° 3-4, p. 46-53.

9 A.D. Loiret, CC 537-565 (forteresse, 1391-1497), CC 644-673 (communes, 1400-1502). Il y a des lacunes et des doubles, des registres incomplets.

10 Jean Thibaut, Orléans à la fin du Moyen Âge (v. 1380-v. 1450), Thèse de doctorat, Paris IV, 1997, 3 vol. dactyl., traite très brièvement de la vigne à propos de l’Hôtel-Dieu (t. iii, p. 732) et des cens (t. iii, p. 738).

11 Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services : les contrats d’apprentissage en Orléanais (1380-1480) », in Les Entrées dans la vie, initiations et apprentissage, xiie Congrès de la SHMESP, Nancy, 1981, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1982, p. 184-208.

12 On se permet de dire que c’est toujours une recherche en cours…

13 Françoise Michaud-Fréjaville, « Crise urbaine et apprentissages à Orléans 1474-1500 », in Villes, bonnes villes, cités et capitales, Mélanges offerts à Bernard Chevalier, Tours, Publications de l’Université de Tours, 1989, p. 13-23.

14 A.D. Loiret, CC 644, Compte de 1402-1404 (1403-1405 n. st.), fol. 10, explication d’un voyage de deux procureurs auprès du roi Charles VI, pour s’enquérir des projets de nouvelle taille et plaider la cause de la ville : « dire les excusations et nécessitez des gens du pais d’Orlénois, commant les vignes dudit pais estoient gelées […] ».

15 A.D. Loiret, 3 E 10144, 1er janvier 1437 (n. st.), bail d’un jardin  « ou y a un pou de vigne, rue du cimetière aux juifs […] et faire une haie d’espine ». Cette rue est actuellement la rue des Ormes-Saint-Victor, dans le quartier qui a été enfermé dans une nouvelle enceinte sous Louis xi.

16 A.D. Loiret, CC 930, fol. 25v-26v, les façons furent réduites et la récolte quatre fois moindre de celle de 1430. Ce clos se situait à l’est de la ville, à la tête de l’actuel faubourg Bourgogne, vers Saint-Loup. Il fut presque entièrement englobé dans la dernière enceinte ; il en reste le nom du « quai du roi ».

17 Ainsi à la limite d’Olivet et de Saint-Hilaire, les vignes représentent les trois quarts des cens des 192 lopins relevés sur cinq ans par le chanoine Denis Cahouet (cens dus en mai aux chanoines du chapitre cathédral, Orléans, bibliothèque de la SAHO, manuscrit de 1485, 24 fol., peut-être incomplet, sur lequel nous reviendrons).

18 Archives nationales, S 5010. Ajoutons que le volume ne contient que 223 actes et que la compilation s’arrête brusquement, laissant quelques feuillets blancs. Il a été parfois annoté en marge, peut-être au xviie siècle.

19 Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans, édité par Joseph Thillier et Eugène Jarry, Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, t. xxxiii, 1906.

20 L’actuelle commune d’Olivet (amputée en 1962 de la ville neuve d’Orléans-la-Source) couvre une superficie de 2 339 ha.

21 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33.

22 Nous n’avons en vérité qu’une évocation d’un fossé bordant : il s’agissait en l’occurrence d’un drainage dans le lit majeur de la Loire, à Saint-Jean-le-Blanc.

23 Sans doute le clos de Coudray, à l’actuelle limite d’Olivet et de Saint-Hilaire.

24 A.D. Loiret, O supp. 15, CC 930, fol. 24 v. Nous garderons par la suite la simple cote CC.

25 « Au long d’icellui païs, et au long d’icelle rivière [la Loire] y croist de moult bons vins de Gergeau, d’Orléans, qui est cité, et de Blois » (Gilles le Bouvier, dit Berry, Le Livre de la description des pays, Paris, 1908, p. 40).

26 Jacques Boullay, Manière de bien cultiver la vigne, de faire la vendange et le vin dans le vignoble d’Orléans, Orléans, Rouzeau, [1703] 3e éd., 1723, p. 576.

27 On peut trouver aussi de l’auvernat à Orléans dans des baux à complant orléanais (A.D. Loiret, 3 E 10166, octobre 1468 (n. st.), passés, après vendange, par Michau Esfrain, ferblantier, à Simon Chantin vigneron).

28 A.D. Loiret, 3 E 1169 (1427-1430), auvernat : fol. 39, 54, 82 à Beaugency ; lignage : fol.  82, 85, 86, 92, 96, 93, 98 à Beaugency, Tavers ; bourdelais : fol. 52, 86 à Beaugency.

29 A.D. Loiret, 3 E 10134, 22 août 1423.

30 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33, fol. 95-95 v : « Pour avoir fait vendanger les blancs et rouges du Couldray que Jehan le Gastellier a faict vendanger à nos deniers […]. À Mathurin Robichon pour avoir fait vendanger les blancs et rouges de Nozas. »

31 A.D. Loiret, CC 930, fol. 28, la perte est, par cette soustraction illicite, tout de même de 87,4 litres.

32 A.D. Loiret, 3 E 10151, étude de Jean de Recoin, n° 166, 4 mai 1436 : achat de 5 pipes de vin, 3 de blanc et 2 de « cleret », à payer dans un mois, et n° 174, 18 avril 1435, achat de 6 tonneaux de vin blanc et vermeil (cf. Élodie Martin, « Gilles de Rais, client de Jehan de Recoin, notaire orléanais, 1433-1438 », Bulletin des Amis du Centre Jeanne d’Arc, n° 21, 1997, p. 14-38, ici tableau p. 24-25).

33 On est amusée de constater que, pour le dernier livre des procurateurs allemands qui vient d’être édité, le copieux index ne comporte pas les entrées Vin ou Ivresse ! (Cornelia M. Ridderikhoff et Hilde de Ridder Symoens (éd.), Troisième livre des procurateurs de la Nation germanique […] 1567-1587, Turnhout, Brill, 2013).

34 La fourniture des douze douzaines de « javelles de charniers » (ailleurs « charnes ») est traitée avec Étienne Rose, un marchand de bois de Fleury (A.D. Loiret, CC 930, fol. 25 v, 27, 28 v).

35 A.D. Loiret, CC 930, fol. 28-29.

36 Ibid., fol. 27, rappelons que nous étions alors en calendrier julien et que les vignes ont donc gelé un 20 mai de notre calendrier.

37 A.D. Loiret, 3 E 10164, 3 octobre 1467.

38 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E  33, fol. 89, au Coudray, payé à Jean le Gastellier, fol. 89 v, au Livre d’or de Saint-Jean-le-Blanc (rappelons qu’il fait 14 arpents), payé à Mathurin Laloire, Jacquet Tinart, Jean Tronchet, Antoine Regnault.

39 A.D. Loiret, 3 E 10154, 6 octobre 1448, pour un arpent au clos d’Or de Saint-Jean de la Ruelle « et y provignera en saison quarante fousses […] et si plus y en fault provigner, il en sera fait convenablement à la coustume du pays ».

40 A.D. Loiret, 3 E 10154, 13 novembre 1448 : « moyennant […] faire .L. fousses par an, et si plus plus », XIV s. p. chacune .C. fousses », cela sur deux pièces de trois quarts et un quart d’arpent.

41 La Bataille et le Mariage des VII arts, poèmes inédits du xiie siècle d’Henri d’Andeli, édités par Achille Jubinal, Paris, 1838, p. 24 : « Pour boire les vins d’Orliens / Qui cressent sans gresse de fiens ».

42 A.D. Loiret, CC 930, fol. 29 (1431). Deux femmes ont par ailleurs été payées pour cueillir le « verdillon », avec lequel on faisait le verjus ; la date n’est pas donnée, c’était en général au début du mois d’août (Ibid.).

43 J. Boullay, Manière…, op. cit., p. 568-569.

44 A.D. Loiret, CC 930, fol. 28 : « pour III hommes qui furent à pressoyer et tirer le dit vin depuis le matin jusques au soir, et gaingnèrent chascun xvi d. p., et pour quatre autres homme qui y furent depuis le soir jusques à myenuit et gaignerent II sols p. chascun homme […], pour chandelle viii d. […] ».

45 René de Maulde, « De l’organisation municipale coutumière au Moyen Âge », Nouvelle Revue Historique du droit français et étranger, t. vii, 1888, p. 8-9.

46 Charles Vulliez, « Pouvoir royal, université et pouvoir municipal à Orléans dans les années 80 du xive siècle », in Actes du 150e Congrès des Sociétés savantes, Caen, 1980, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1984, p. 187-200.

47 Paris, BnF, ms. Français 11 988.

48 Pour tout cela, je me permets de renvoyer à ma participation, trentenaire mais non renouvelée ni contredite, in Jacques Debal (dir.), Histoire de l’Orléanais et de son terroir, Roanne, Horvath, 1983, t. i, Des origines à la fin du xvie siècle, p. 410 et tableau 1, et p. 433-442 et tableau V.

49 Benjamin Kraft, Auberges et tavernes à la fin du Moyen Âge : l’exemple d’Orléans, mémoire Master 1, Université d’Orléans, 2007, tableau, p. 17-19.

50 Journal du siège…, op. cit., p. 25, 14 février 1429, « la pierre chust dedans Orléans en l’hostel de la teste noire, en la rue des hostelleries […] et descendit en icelle rue et tua trois personnes de la ville ».

51 A.D. Loiret, CC 664, VII.

52 A.D. Loiret, 3 E 10270, 14 avril 1498, la vente pour 16 l. t.

53 A.D. Loiret, 3 E 10166, 20 janvier 1469 (n. st.).

54 Idem, 18 mars 1469 (n. st.).

55 C’est le cas chez les Archenault de la paroisse Saint-Euverte, entre 1493 et 1499.

56 A.D. Loiret, 3 E 10163, 27 décembre 1465, il constitue 4 s. p. de rente à Saint-Euverte pour les messes, 2 sous à la fabrique pour les luminaires. Il fait des dons, outre aux quatre ordres mendiants de la ville, à la confrérie de la Fête-Dieu, aux églises de Notre-Dame de Cléry, Jargeau, Notre-Dame des Barres (près d’Orléans), Notre-Dame du Puy, à la cathédrale Sainte-Croix, aux églises Saint-Paul et Saint-Michel d’Orléans.

57 A.D. Loiret, 3  E 10131, 21 décembre 1413.

58 A.D. Loiret, 3 E 10166, 26 juillet 1468, la maison de Jean Vauxion l’aîné doit mesurer 5 toises 6 pieds de long et 4 toises de large (soit à peu près une superficie de 90 m2), avoir une cheminée et une cloison séparatrice.

59 On trouve mention de pans de bois (3 E 10210, février 1466, n. st.), de torchis (3 E 10166, janvier 1469, n. st.), et de colombages (« colombe »), (3 E 10165, janvier 1467, n. st.).

60 Maison d’Adam Loyseau (3 E 10163, septembre 1465).

61 A.D. Loiret, 3 E 10231, 24 juin 1481, on l’apprend à l’occasion du bail d’une maison sur cette cour.

62 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33, fol. 36  (1469-1470), « maison couverte de tuille, le pressoires (sic), deux arpents et trois quartiers de vignes tout entre tenant ».

63 A.D. Loiret, 6 J 23, 1407 : maison, pressoir et appentis.

64 A.D. Loiret, 3 E 10165, 4 janvier 1468 (n. st.), Jean de Varennes et Gillet Picquart le 23 décembre de la même année, chacun devait être « tournant, long de iiii toises et demy » : s’il s’agit de pressoirs à levier, celui-ci devait faire plus de 8 mètres.

65 A.D. Loiret, 3 E 10120, 1er juillet 1465.

66 Les receveurs notaient soigneusement, pour le temps de la vendange et de la vinification, le nombre de travailleurs (coupeurs, porteurs ou hotteurs, fouleurs) embauchés spécifiquement pour ces journées, par d’autres contrats que ceux des travaux de culture du cycle annuel.

67 A.D. Loiret, Fonds de l’Hôpital, 1 E 33, fol. 71, 97 v-99. Juillet 1469, le bois des pans, des jumelles…

68 A.N., JJ 223, n° 52, fol. 32 v (décembre 1492), et JJ 226A, n° 172, fol. 124 v (octobre 1493).

69 F. Michaud-Fréjaville, « Vignerons des villes… », art. cit, p. 65.

70 Théophile Cochard, « Le livre des métiers d’Orléans d’après les statuts des vignerons blésois au xiiisiècle publiés par M. Dupré », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais (BSAHO), t. xi, n° 141, 1890, p. 484-488.

71 Françoise Michaud-Fréjaville, « Crise urbaine… », art. cit., p. 20.

72 A.N., JJ 225, n° 310, 311, 312, 322, lettres accordées entre juin et novembre 1487.

73 Françoise Michaud-Fréjaville, «  Une correspondance entre un aristocrate du Quercy et un arboriculteur d’Orléans au milieu du xiiisiècle », BSAHO, n° 80, 1988, p. 15-23.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Orléans et ses environs. Carte de Cassini, vers 1777, coll. part. (cl. FMF)
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 2 : L’angle nord-est de la ville en 1649. Orléans, plan de Gilles II Hotot, reproduction par Henri Herluison, 1849, coll. part. (cl. FMF). Le « Clos du roy » est dans l’angle sud-est
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Titre Figure 3 : Orléans depuis la rive sud, début du xviie siècle. Gravure anonyme, sans doute germanique, coll. part. (cl. FMF). On voit la rive de Saint-Jean-le-Blanc
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Titre Figure 4 : « Qui fruitur bono [...] » (E. Keiser, Merian, 1623, coll. part. (cl. FMF). Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’étudiants : la mention Universitas désigne l’emplacement du quartier universitaire et des Grandes Écoles
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/5990/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Les vignes et vignerons d’Orléans à la fin du Moyen Âge », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 25 septembre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/5990 ; DOI : 10.4000/acrh.5990

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Professeur émérite de l’Université d’Orléans, elle travaille en parallèle sur le Berry rural de la fin du Moyen Âge, (thèse d’État, 1997) et, en raison de son rattachement géographique, à la société et à l’économie orléanaises du xve siècle (elle a dirigé le Centre Jeanne d’Arc de 1990 à 2003). Elle s’est particulièrement intéressée aux vignobles de Sancerre, Châteauroux, Issoudun et Orléans et à l’évolution de leurs structures foncières et leur production dans la conjoncture des crises et redressements de la fin du Moyen Âge.
Cf. : « Apprentis et ouvriers vignerons, les contrats à Orléans au xve siècle », Le vigneron, la viticulture et la vinification en Europe occidentale au Moyen Âge et à l'époque moderne, Flaran 11, Auch, 1989, p. 273-285. « Vignerons des villes et vignerons des champs en Berry et Orléanais à la fin du Moyen Âge », Vignerons, actes du colloque les vignerons du Moyen Âge au phylloxera, Lyon 18 et 19 octobre 1996, Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, 1996, 3-4, p. 33-70.
E-mail : michaudfrejaville@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org