Navigation – Plan du site

Une institution d’Ancien Régime : La maréchaussée dans le Lyonnais au début du XVIIIe siècle

Thèse soutenue le 01 septembre 2014
Pauline Bernard

Texte intégral

1Composition du jury :

Madame Simona Cerutti, Directrice d’études à l’ÉHESS, directrice de thèse ;
Monsieur Vincent Denis, Maître de Conférences en Histoire Moderne - Université Paris I ;
Madame Catherine Denys, Professeur en Histoire Moderne - Lille III ;
Robert Descimon, Directeur d’études à l’ÉHESS ;
Monsieur Tamar Herzog, Professor of Latin American Affairs - Harvard University;
Monsieur Osvlado Raggio, Professore associato - Università degli Studi di Genova.

2Thèse soutenue le 1 septembre 2014.

Résumé

3Cette étude porte sur la maréchaussée. Principale force de police de la monarchie française, elle est aussi une cour de justice. Elle se concentre sur l’activité de la compagnie présente dans le Lyonnais dans les premières décennies du xviiie siècle. Longtemps décrite comme une institution punitive et répressive à l’encontre d’individus caractérisés par une identité sociale spécifique (la marginalité), ou pour être les auteurs de délits particuliers, considérés comme grave et attentant à la sécurité publique, quelques historiens ont, depuis une trentaine d’année, commencé à remettre en cause cette image, notamment en questionnant sa nature uniquement répressive, en soulignant l’amplitude de son activité, en venant, aussi, complexifier l’univers social et institutionnel dans lequel elle évoluait. La lecture rapprochée de centaines de procédures retrouvées dans les archives départementale du Rhône, si elle est venue confirmer cette image adoucie, plus complexe et raffinée de l’institution, a cependant aussi mis à jour que la juridiction de la maréchaussée, loin d’être un point clair de son identité, était constamment remise en question et qu’une large part de son activité consistait à faire face à un tel contexte. Cette découverte a nourri ma conviction que pour reconstruire un tableau de cette institution le plus fidèle possible à l’expérience qu’en faisaient les acteurs, il fallait revenir aux sources et analyser de près les pratiques de l’institution, en les inscrivant dans le territoire et dans le temps précis dans lesquels ces pratiques se déroulaient. Ce territoire était peuplé par une pluralité d’autres instances, juridictions locales en particulier, avec lesquelles la maréchaussée rentrait constamment en contact, et cela de façon souvent conflictuelle. Dans ces processus, les justiciables avaient un rôle actifs. Il était donc utile de repenser à cette institution dans ce contexte.

Abstract

4An Ancient Regime Institution : the Maréchaussée in the first half of the 18th century.
This study focuses on the Maréchaussée, the main police force of the French monarchy, and at the same a court of justice. I have focused on its activity in the region of Lyon, during the first decades of the 18th century. The Maréchaussée had been for a long time described by historians as a repressive institution. Scholars argued that its task primarily consisted in persecuting and arresting individuals who could be defined as marginal, and in repressing crimes that represented an eminent threat to public order, such as the infamous assassinats sur les grands chemins. In the past thirty years, this interpretation has been revised: historians have started to question the fact that the activity of the Maréchaussé was limited to repression. Instead, they have pointed out how the institution had a much larger domain of action, and that the social and institutional environment in which it operated was extremely complex. My research contributes to this more recent literature, but it also identifies new critical points for the analysis of the institution. The reading of hundreds of procedures found in the archives départementales du Rhône, in fact, demonstrates that not even the jurisdiction of the Maréchaussée should be considered as a well-established element in its institutional identity. Its space of action was constantly questioned, and a large part of the activity of the Maréchaussée was precisely concerned with facing this challenge. This fact inevitably shaped the experience that the actors had of the institution on the field; I needed, thus, to analyze the sources anew, in order to examine the practices of the institution and how they were rooted in the particularly conditions characterizing the local territory in which it operated. My research grounds the activity of the Maréchaussée in this local territory, populated by a number of other institutions and bodies; it shows how the contacts - often conflictual - between the Royal police force and local jurisdictions came to define the activities of the first in profound ways and it uncovers the meaningful role that the justiciables played in this process.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Bernard, « Une institution d’Ancien Régime : La maréchaussée dans le Lyonnais au début du XVIIIe siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/6087

Haut de page

Auteur

Pauline Bernard

Pauline Bernard est actuellement aux États-Unis où elle est assistante de recherche. Parallèlement, elle travaille à la publication des résultats de sa thèse de doctorat et poursuit ses recherches sur les institutions judiciaires et policières au XVIIe et au XVIIIe siècle, sur le contrôle des voies de communication et de la mobilité dans la France d’Ancien Régime. Elle est rattachée au CRH-LaDéHis et est membre du GDRI « Appartenance locale et communauté politique ; relations
sociales, droits, revendication », coordonné par Isabelle Grangaud;
Pauline Bernard est notamment auteur de communications : - le 16 décembre 2014 :« Étudier une institution d’Ancien Régime dans son territoire :démarche, outils d’enquête et limites », LaDéHis, ÉHESS, Paris ;
- le 14 décembre 2014 :« Sans autres Bornes ny limites que les chemins publics les Rivières et Ruisseaux » :La maréchaussée au cœur d’un conflit fiscal entre bourgeois et communauté d’habitants (Lyonnais, début du XVIIIe siècle), lors du colloque « Les liens de l’appartenance : les personnes et les choses », organisé par le groupe de recherche international « Appartenance locale et communauté politique. Relations sociales, droits, appartenance », Istanbul (Turquie) ;
- le 29 août 2014 : Les « grands chemins » comme « res publicae » : Une construction longue et difficile dans la France d’Ancien Régime, lors de la 3e école d’été d’histoire économique, Bien(s) Commun(s) et Biens collectifs aux époques Médiévale et Moderne, 27-29 août 2014, Villa Finaly, Florence (Italy) ;
Pour plus d’information consulter : http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/doctorants-ater-et-post-doctorants/1714-bernard-pauline;
E-mail : pauline [point] bernard [arobase] ehess [point] fr ; ou pauline_bernard [arobase] hotmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org