Navigation – Plan du site

La cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l'Empire du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le-Main)

Thèse soutenue le 17 mai 2014
Aude-Marie Certin

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Pierre Monnet, directeur de thèse, (ÉHESS) ;
Monsieur Jean-Claude Schmitt, directeur de thèse, (ÉHESS) ;
Madame Anna Bellavitis, (Université de Rouen) ;
Monsieur Christophe Duhamelle, (ÉHESS) ;
Monsieur Didier Lett, (Université Paris Diderot) ;
Monsieur Simon Teuscher, (Université de Zurich).

2Thèse soutenue sous la direction de Pierre Monnet et Jean-Claude Schmitt le 17 mai 2014, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

3Cette thèse porte sur les formes et sur la portée de la paternité dans les livres de famille et les textes autobiographiques de Nuremberg, d’Augsbourg et de Francfort-sur-le-Main entre le milieu du XIVe siècle et le milieu du XVIe siècle. Cette étude se fonde sur l’étude d’une soixantaine de chroniques ou de témoignages de soi conçus, écrits et conservés par les pères de famille et dans lesquels la paternité est un objet central de la mémoire. À ces sources écrites s’ajoute un certain nombre d’images votives, portraits et peintures qui apparaissent dans les mêmes familles à cette époque. Au Moyen Âge, domine une „hiérarchie des pères“ (J. Baschet) qui se caractérise par trois formes de paternité : la paternité divine, la paternité spirituelle et la paternité „charnelle“. Dans cet ordre culturel consacrant la supériorité de la parenté spirituelle, les pères „charnels“ apparaissent relativement dévalorisés. Au croisement de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, nourrie des apports de la médiévistique récente française et allemande, cette thèse s’interroge sur l’évolution de cette „hiérarchie des pères“ dans les villes méridionales de l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. L’étude porte en premier lieu sur l’articulation entre paternité et pratique concrète de la mémoire. Profil des auteurs, contenu, formes de la reprise, matérialité et production du livre sont au cœur de l’analyse. Pour envisager la portée de ces livres de familles, il convient aussi de replacer ces derniers dans leur contexte historique et matériel, en particulier dans les différents lieux de la memoria (O. G. Oexle) : la maison du père, le cloître, la salle du Conseil, les églises de la ville... L’étude se focalise ensuite sur l’objet même de la mémoire, à savoir les figures des pères. Qu’il s’agisse des pères du passé, du père du chroniqueur ou du père-écrivain lui-même, les pères de la famille tiennent en effet une place structurante et centrale dans le discours mémoriel comme dans les images. La mémoire familiale se construit autour de la paternité sur laquelle repose la dynamique de la transmission entre passé, présent et avenir. D’une génération à l’autre, les livres de famille dessinent une „chaîne des pères“ allant des pères fondateurs de la famille aux descendants du chroniqueur. L’étude de la famille dans la perspective du père permet de mettre en lumière les évolutions des représentations de la famille et du rôle du père dans l’ordre social et politique. L’analyse des sources révèle que la mémoire se concentre toujours plus sur le père écrivain lui-même. De façon générale, les autres pères (ancêtres ou père du chroniqueur), tout comme les formes de paternité spirituelle, sont moins évoqués qu’auparavant. Tandis qu’à l’époque médiévale, les pères „charnels“ s’inscrivent dans une chaîne des pères et dans une hiérarchie entre parenté spirituelle et parenté charnelle qui les dépasse, les livres de famille ainsi que les images de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne témoignent de l’importance croissante de la figure du père „charnel“ et père de famille. Ma thèse vise à montrer qu’une „réformation culturelle“ (B. Jussen) de la paternité a lieu dans les villes du Sud de l’Allemagne à partir de la fin du Moyen Âge. L’analyse approfondie des textes et des images permet de mettre en lumière une transformation culturelle globale de la paternité. Celle-ci se caractérise par une affirmation de la paternité „charnelle“ dans la famille et dans la ville. L’étude des transformations des formes de la paternité ouvre sur une réflexion large qui dépasse le cadre de la famille et ouvre sur de nouvelles représentations de la société et de la politique. Cette redéfinition de la „hiérarchie des pères“ contribue à fonder au temps de la Réforme, un nouvel ordre politique, social et religieux construit autour des pères dans la ville.

Abstract

4This paper deals with family books and "autobiographical" texts written in Nurnberg, Augsburg and Frankfurt am Main between the middle of the 14th and the middle of the 16th Century. It contemplates the rarely raised question of the link between fatherhood and memory. In these writings, fathers are indeed carriers as well as objects of remembrance. In many cases, these books were written by fathers who passed on the duties of bookkeeping and remembrance from generation to generation. The fatherhood itself also constitutes a central element of these recollections. Some chroniclers reminisce about the founding fathers of their family, the chain of fathers and sons in their lineage, while others draw up portraits of their own father or recount their own existence for their sons' benefit. While dealing with the various aspects of memory, this paper shows the growing role of "flesh" fathers in the City and within their family by the end of the Middle Ages. By putting this evolution in the perspective of medieval representations of parenthood and fatherhood, particularly regarding the "hierarchy of fathers", we set up to emphasize the stakes and consequences of the "cultural reformation" of fatherhood in the southern cities of the Empire in the dawn of the modem period. From the fathers of memory to the memory of fathers, this paper ends up going beyond the history of family and parenthood, to include the history of these urban societies, revealing their dynamics and their social, political and religious tensions from the late Middle Ages to the early modern period.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude-Marie Certin, « La cité des pères. Paternité, mémoire, société dans les villes méridionales de l'Empire du milieu du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle (Nuremberg, Augsbourg, Francfort-sur-le-Main) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/6143

Haut de page

Auteur

Aude-Marie Certin

Aude-Marie Certin a mené des études d’histoire à l’université Paris 1 puis à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris). Agrégée d’histoire (2007), elle a été allocataire du Collège doctoral franco-allemand (EHESS/HU) et monitrice en histoire médiévale à l’Université Paris 7 entre 2008 et 2011. Elle a ensuite bénéficié d’une aide à la mobilité à l’Institut Français d'Histoire en Allemagne de Francfort-sur-le-Main entre 2011 et 2013. Depuis mai 2014, elle est post-doctorante à l'université de Düsseldorf.
Aude Marie Certin a dirigé l'ouvrage Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, à paraître chez Peter Lang en 2016.
Elle a par ailleurs collaboré à l'édition du De Statua et de la Vie de L-B Alberti, éd. O. Bätschmann et D. Arbib, Collection Aesthetica, Éditions de la rue d’Ulm, 2011 ;
Elle a écrit différents articles, parmi lesquels : 
- « L’entreprise généalogique des élites urbaines du Sud de l’Empire au prisme des livres de lignage du XVIe siècle », Actes du colloque « L’entreprise généalogique : pratiques sociales et imaginaires en Europe XVe-XIXe siècle (Paris, 27-29 novembre 2014), Peter Lang, à paraître en 2016. (Voir le résumé de sa communication (http://humanisme.hypotheses.org/434);
- avec Didier Lett, « Introduction », dans Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, à paraître ;
- « Paternité et filiation illégitime dans les villes de l’Empire (XVe-XVIe siècles) », dans Carole Avignon (dir.), Bâtards et bâtardises dans les sociétés européennes, PUR, à paraître ;
- « Écriture autobiographique et image de la relation fils-père dans la Vita de Charles IV et la chronique familiale d’Albrecht Dürer », dans Cécile Becchia, Marion Chaigne, Laetitia Tabard (dir.), Ambedeus. Normes, réalités et inventions de la relation à l’autre au Moyen Age, PUPS, à paraître en 2016 ;
- « Alberti et l’invention d’une vie. Jalons pour une histoire de l’autobiographie humaniste ». Postface à la Vita d’Alberti, éd. O. Bätschmann et D. Arbib, Collection Aesthetica, Éditions de la rue d’Ulm, 2011, p. 150-157 ;
- « Pères de la mémoire et mémoire des pères dans l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Revue de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne, n°3, 2011, p.  206-223 ;
- « Relations professionnelles et relations fraternelles d’après le journal de Lucas Rem, marchand d’Augsbourg (1481-1542) », dans le cadre du dossier « Frères et sœurs. Ethnographie d’un lien de parenté » coordonné par Didier Lett, Médiévales, 54, 2008, p. 83-98.
Pour en savoir plus consulter : http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/doctorants-ater-et-post-doctorants/1524-certin-aude-marie et http://www.ifha.fr/de/profil/mitarbeiter-forscherinnen/5_aude-marie-certin ;
E-mail : am [point] certin [arobase] gmail [point] com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org