Navigation – Plan du site

Faire de l'histoire à l'époque romantique. Histoire nationale, nouvelle histoire (France 1789-1848)

Thèse soutenue le 25 septembre 2014
David Gaussen

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur François Hartog, directeur de thèse, ÉHESS ;
Monsieur Claude Millet, Université Paris Diderot ;
Monsieur Yann Potin, Archives Nationales ;
Monsieur Sylvain Venayre, Université Pierre Mendès-France.

2Thèse soutenue le 25 septembre 2014, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

3L’enchaînement des événements qui, de la convocation des états généraux à la nuit du 4 août aboutissent à l’abolition des privilèges en France, démontre que la nation est le principal acteur de l’histoire. Dès l’époque révolutionnaire, des intellectuels (Volney, Mentelle, Chanterau) s’interrogent sur le contenu à donner à une histoire qui ne soit plus conçue du point de vue monarchique.
Sous les monarchies constitutionnelles, l’élaboration de cette nouvelle histoire s’appuie ensuite sur le développement d’un marché spécifique : collections de livres dédiées à l’histoire, revues spécialisées. Parmi ces dernières, la Revue historique de la noblesse, animée par André Borel d’Hauterive, fait figure de premier périodique entièrement dévolu à la connaissance historique. De même la parution, à cette même période, de plusieurs collections de documents liés à l’histoire de France participe d’un mouvement d’appropriation de la connaissance historique par une population plus large.
Par ailleurs, la recherche s’effectue de manière de plus en plus collective selon un mouvement qui n’est pas seulement guidé par l’État. L’examen des dossiers refusés par le CTHS, fondé en 1834, et des premières années d’existence de l’Institut Historique, fondé (aussi en 1834) pour rassembler ceux qui ne se reconnaissent pas dans le régime de Juillet, permet de considérer autrement le rôle de l’État orléaniste dans le développement des études historiques.
Enfin l’institutionnalisation de l’histoire est illustrée par le destin d’un groupe d’amis nés vers 1815. Henri Bordier, Félix Bourquelot, Adolphe Duchalais, Alphonse Paillard, Charles Richomme, Jean Yanoski et d’autres membres de la Société bibliophile-historique, fondée elle aussi en 1834, se rencontrent au lycée Louis-le-Grand. Plusieurs d’entre eux participent à la naissance de la presse étudiante avant de fonder cette association qui ambitionne de fédérer la recherche. Les plus actifs s’inscrivent à l’école des Chartes ou bien travaillent sous la direction d’Augustin Thierry à l’exploration des archives du tiers état. D’autres suivront les traces de Michelet à l’école normale.
Cette génération, délibérément ignorée depuis que Gabriel Monod, en 1876, a affirmé que Michelet et Thierry n’avaient « pas eu de disciples », incarne une étape importante de la professionnalisation de la discipline historique.
Quant au contenu de cette histoire des années romantiques, il se veut « véritablement national », c’est-à-dire s’intéressant à toutes les composantes de la nation. De nouveaux sujets d’étude apparaissent : histoires des opinions, des métiers, des groupes sociaux, des villages, histoire économique, etc. Thématiques qui seront largement mises de côté dans la seconde moitié du siècle, lorsque l’histoire, de nationale sera devenue nationaliste.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Gaussen, « Faire de l'histoire à l'époque romantique. Histoire nationale, nouvelle histoire (France 1789-1848) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 31 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/6283

Haut de page

Auteur

David Gaussen

Depuis 2008, David Gaussen anime une maison d’édition à Marseille, principalement dédiée à la publication de livres d’histoire. Dans ce cadre il a participé en tant qu’éditeur à la création de la revue Écrire l’histoire co-dirigée par Paule Petitier et Claude Millet.
Parallèlement à cette activité, il poursuit actuellement ses investigations concernant l’historiographie française du premier XIXe siècle.
David Gaussen a notamment écrit :
- L'Île-de-France au temps de Louis XIV (1661-1715), Parigramme, 2005 ;
- La Tour Saint-Jacques: biographie d'un monument parisien, Gaussen, 2014 ;
- « Paul Arène et le génie des lieux », préface à Paul Arène, Récits d'un Provençal : vers la calanque, Gaussen, 2012 ;
- « Amans-Alexis Monteil, notre contemporain », préface à Amans Alexis Monteil, Mes Éphémérides, Le Cardinal, 1999 ;
Pour plus d’informations consulter : http://gehm.ehess.fr/ ; www.editionsgaussen.com;
E-mail : david [point] gaussen [arobase] gmail [point] com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org