Navigation – Plan du site

Mésentente cordiale ? Langues et coalition alliée sur le front de l'ouest de la Grande Guerre

Thèse soutenue le 29 novembre 2014
Mésentente Cordiale? Languages in the Allied Coalition on the Western Front of the First World War
Franziska Heimburger

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Christophe Prochasson, directeur de thèse, ÉHESS ;
Monsieur John Horne codirecteur de thèse Trinity Collège Dublin ;
Monsieur Stéphane Audouin-Rouzeau, ÉHESS ;
Madame Hillary Footitt, Reading University;
Monsieur Jean-François Chanet, Sciences - Po Paris ;
Madame Odile Roynette, Université de Franche-Comté.

2Thèse codirigée par Christophe Prochasson (ÉHESS) et John Horne (Trinity Collège, Dublin), soutenue le 29 novembre 2014, mention très honorable avec félicitations du jury.

Abstract

3Mésentente Cordiale? Languages in the Allied Coalition on the Western Front of the First World War.
My PhD research investigated the success of the Allied coalition on the Western Front during the First World War from the angle of language interaction. This is the abstract of my thesis in English.
Previous scholarship on the Allied coalition during the First World war has tended to stress the misunderstandings and distrust between the individuals representing their countries at high command level. There is an unexplained tension between this mésentente and the durable nature of the coalition and eventual victory of the French, British and Americans on the Western Front which leaves the lower echelons underexplored. By dialectically crossing communication practice and military logistics we can write a history which tells us both how these exchanges were possible and to what extent they contributed to the Allies’ victory. Official and private archival material enables us both to read traces of language from the perspective of the history of international exchanges and also to understand choices in military logistics from the point of view of interpreting and translation studies. France and Britain had very different military language strategies throughout the 19th century, with the French developing a specialised corps of military interpreters recruited by competitive exams while the British army relied on the one hand on officers qualified in foreign languages and on the other on guides and scouts recruited locally. Secret negotiations between 1905 and 1912 established a strategy consisting of attaching English-speaking French soldiers to British units. From August 1914 these untrained military interpreters were put to the test and had to learn to position themselves among the British officers, French authorities and the local civilian population behind the lines. Battlefield liaison and the handling of the paper bureaucracy of modern warfare were two further important elements in this fragile but successful balancing act which was further challenged in 1918 with the progressive integration of the US troops in the Allied operations and the shift from the trenches back to mobile warfare.

Résumé

4Les travaux existants sur la coalition alliée pendant la Première Guerre mondiale soulignent le grand nombre de malentendus et le niveau de méfiance entre ses différents acteurs au niveau du haut-commandement-pointant de fait une tension entre ce mauvais fonctionnement supposé et la conclusion victorieuse du conflit pour les Français, Britanniques et Américains qui se battirent ensemble sur le front de l'ouest. Une histoire croisée des pratiques de communication aux échelons inférieurs et des solutions de logistique militaire permet à la fois de constater comment ces échanges furent possibles et à quel point une bonne entente contribua au succès final des alliés. Les archives tant officielles que personnelles permettent de faire une lecture des traces de langues en tant qu'historienne des échanges internationaux et des choix de logistique militaire en tant que spécialiste de l'interprétariat et de la traduction.
La France et le Royaume-Uni ont des stratégies militaires de langue très différentes au XIXe siècle - les Français formant un corps spécialisé d'interprètes militaires recrutés à cette fin, alors que l'armée britannique s'appuie d'un côté sur des officiers qualifiés en langues étrangères et d'un autre sur des guides et scouts recrutés localement. Les négociations entre 1905 et 1912 mirent sur pied une stratégie consistant à attacher des soldats français anglophones aux unités britanniques. Cette solution fut éprouvée à partir du mois d'août 1914 pendant la guerre de mouvement quand ces interprètes non-qualifiés découvrirent leur tâche et apprirent à se positionner entre officiers britanniques, militaires français et population civile restée derrière les lignes. La liaison sur le champ de bataille et la traduction de la masse de papiers générée par la guerre moderne constituent d'autres éléments de cet équilibre fragile mais réussi qui fut une nouvelle fois mise à l'épreuve en 1918 avec l'intégration des États-Unis dans la coalition et la reprise de la guerre du mouvement.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franziska Heimburger, « Mésentente cordiale ? Langues et coalition alliée sur le front de l'ouest de la Grande Guerre », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/6310

Haut de page

Auteur

Franziska Heimburger

Après une thèse de doctorat étudiant la coalition alliée par le biais des langues, Franziska Heimburger poursuit actuellement deux directions de recherche. D'un côté elle travaille dans le long terme sur une histoire des croisements et échanges linguistiques en temps de guerre et paix entre la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, 1853-1945. D'un autre côté, elle travaille en tant que post-doctorante rattachée au CRH avec un financement de la Caisse des Dépôts et Consignations sur une histoire sociale et économique de cette institution pendant la Première Guerre mondiale ; pour plus d’information consulter : http://www.franziska.fr;
E-mail : franziska [point] heimburger [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org