Navigation – Plan du site

Le temps social. Conceptions sociologiques du temps et représentations de l’histoire dans les sciences de l’homme en France (1901-1945)

Thèse soutenue le 06 juin 2014
Thomas Hirsch

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur François Hartog (directeur d’études, ÉHESS) ;
Monsieur Bruno Karsenti (directeur d’études, ÉHESS) ;
Monsieur Benoît de L’Estoile (directeur de recherches, CNRS) ;
Madame Emmanuelle Loyer (professeur d’université, Science Po Paris) ;
Madame Frédérique Matonti (professeur d’université, Paris I) ;
et Madame Nathalie Richard (professeur d’université, Université du Maine).

2Thèse soutenue le 6 juin 2014, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

3Accélération, présentisme, crise du futur, montée de la mémoire, fin des grands récits : les transformations de nos rapports au temps sont devenus un objet privilégié d’investigation pour les diverses sciences humaines et sociales, qui interrogent par-là, sous les noms de postmodernité ou de modernité tardive, un véritable changement d’époque survenu depuis la fin des années 1970. Ces travaux, aussi différents soient-ils, partagent un même point d’ancrage : en deçà ou au-delà du temps « objectif », tel que le mesure la physique, et du temps de la conscience intérieure, qu’explorent la littérature et la psychanalyse, il est un temps social, c’est-à-dire un ensemble de représentations collectives, propres à telle ou telle société, qui informent le rapport au temps des individus. Cette thèse retrace l’histoire de cette idée, en France, depuis sa première formulation dans les colonnes de L’Année sociologique, revue étendard de la sociologie durkheimienne, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans les écrits de Marc Bloch et Lucien Febvre.
Il s’agit de l’histoire d’une idée donc, mais en tant qu’elle est un prisme permettant de nouer deux enjeux majeurs des sciences de l’homme de la première moitié du xxe siècle : les manières de concevoir l’histoire et les façons de penser les hommes. Parce qu’elle est porteuse d’une relativisation des temps, l’idée de temps social met en effet en lumière les effets de la crise du progrès qui se déploie à partir de la fin du xixe siècle : quelles sont les incidences du trouble jeté dans cette manière unilinéaire de se représenter l’histoire, qui faisait de l’Occident la pointe avancée de l’humanité ? Comment penser l’histoire dès lors qu’elle n’est plus orientée vers une finalité ? De quelles manières la Première Guerre mondiale, puis la montée des fascismes, infléchissent-elles les manières de penser l’histoire ? Parce qu’elle est un symbole du développement d’une pensée sociale des hommes, elle invite à suivre les voies par lesquelles les sciences de l’homme sont devenues des sciences sociales : comment, dès lors, penser la diversité des individus ? À quel point sont-ils façonnés par la société à laquelle ils appartiennent ?
Organisée selon un principe de progression à la fois chronologique et thématique, la thèse se trouve divisée en trois parties, qui correspondent à trois échelles différentes d’observation.
La première, à plus large spectre, suit l’idée de temps social depuis sa première formulation théorique en 1901 jusqu’en 1930. « Le temps est un objet de représentations collectives », affirme Henri Hubert dans les colonnes de l’Année sociologique en 1901 : comment rendre compte de l’émergence de cette idée nouvelle ? Quels problèmes sont soulevés par ses différentes élaborations ? Dans quelles discussions celles-ci sont-elles prises ? L’idée de temps social se trouve d’emblée engagée dans une multiplicité de débats, très connus, voire rebattus, pour certains, moins nettement identifiés pour d’autres : débat sur la définition de la sociologie (qu’est-ce que faire de la sociologie « sociologique » ?), débat sur la portée théorique de l’histoire (est-il possible de dégager des lois du devenir ?), débat sur les manières de penser la raison dès lors qu’elle paraît prise dans le temps (controverse polarisée par la philosophie bergsonienne), débat enfin sur la constitution sociale du psychisme (à quel point un individu est-il constitué par le social ?). Par-là, l’idée de temps social permet au fond d’interroger la pleine extension, la pleine ambition de la sociologie durkheimienne, au carrefour de la philosophie, de l’histoire et de la psychologie. Elle marque la volonté de refondation qui anime Durkheim, dans un geste heureusement qualifié alors d’évolutionnisme relativiste, ou encore de synthèse entre le positivisme et l’historisme : refondation du progrès, refondation du rationalisme, et somme toute, refondation de la philosophie et de la science de l’homme par le moyen de l’histoire des sociétés.
La deuxième partie, centrée sur la période 1918-1944, resserre l’angle de vue pour étudier dans le détail les trois auteurs qui ont le plus écrit sur le temps d’un point de vue sociologique – à savoir Lucien Lévy-Bruhl, Maurice Halbwachs et Marcel Granet. Trois savants dont les projets intellectuels sont considérés comme centraux dans l’entre-deux guerres. Trois savants qui, selon des modalités diverses, s’inscrivent dans la perspective durkheimienne et s’en démarquent néanmoins. Aussi divergents que puissent paraître leurs objets respectifs (la mentalité primitive, la mémoire collective, l’histoire de la pensée chinoise), leurs écrits témoignent d’un mouvement convergent : une même relativisation, une même pluralisation des temps, solidaires d’une transformation des représentations de l’histoire.
La troisième et dernière partie opère enfin un nouveau glissement dans le temps pour se concentrer sur les années 1930 et la première moitié des années 1940, et un élargissement de la focale, en portant l’accent sur les transferts de l’idée de temps social vers l’ethnologie nouvellement institutionnalisée et vers l’histoire. L’enjeu est de rendre compte de cette dissémination en documentant de manière très concrète les multiples liens, intellectuels et humains, entre des travaux différents, en interrogeant dans le détail continuités et discontinuités. De quelles manières les travaux ethnologiques des années 1930 – ceux de Maurice Leenhardt et de Jacques Soustelle en particulier – transcrivent-ils, non sans infléchissements, le questionnaire durkheimien ? En quoi la question du temps permet-elle d’apprécier dans le détail le geste de renouvellement de l’enquête historienne promu par Marc Bloch et Lucien Febvre ? Apparaît ainsi la manière dont la pensée du social a modifié les manières de comprendre les hommes d’autres espaces et d’autres temps, et, partant, a transformé le regard que les savants de la première moitié du xxe siècle portaient sur eux-mêmes.
L’histoire de l’idée de temps social permet ainsi de retraverser l’histoire des sciences de l’homme en France dans la première moitié du xxe siècle, et d’envisager à nouveaux frais certains de ses épisodes cruciaux dans les traditions historiographiques disciplinaires – du développement et des transformations de la sociologie durkheimienne à la « rupture » des Annales, en passant par le débat entre sociologie et psychologie ou l’émergence de l’ethnologie. Reposant sur la conviction qu’il est possible de faire l’histoire d’une idée qui soit réellement une histoire, la démarche mise en œuvre repose sur un double déplacement. Un déplacement horizontal, d’abord qui consiste à envisager d’un même tenant des sciences dont l’histoire est le plus souvent approchée de manière isolée et distincte – par projection de frontières disciplinaires en partie anachroniques. Un déplacement vertical ensuite, qui vise à tenir ensemble une histoire des pratiques savantes à toute petite échelle (notamment par la mise en réseau de plus d’une vingtaine de fonds d’archives) et une histoire des contenus intellectuels à plus large échelle, questionnant les manières d’appréhender l’homme et son passé. Ces deux échelles de l’enquête, s’éclairant l’une l’autre, s’ancrent dans un même corpus composite fait d’écrits de toutes sortes : de lettres et de livres, d’articles de journaux et de compte rendus, d’articles de revue et de notes manuscrites. Il s’agit en somme, en suivant le parcours d’une idée, de reconstituer un espace historique de discussion dans son originalité à la fois pratique et théorique.

Abstract

4Time representations vary from one society to another, in space and in history. The present thesis aims to establish the history of this very idea in French Social sciences between 1901 and 1945. How can its birth in the columns of l’Année sociologique be explained? How was the idea than accepted and transformed by sociologists, psychologists, historians or ethnologists such as - Marcel Mauss, Maurice Halbwachs, Lucien Lévy-Bruhl, Marcel Granet, Charles Blondel, Maurice Leenhardt, Jacques Soustelle, Lucien Febvre and Marac Bloch - amongst others? The close attention given to the intellectual controversies in which the idea of ‘social time” was elaborated enables to go across some of the most intense debates in French university along the first decades of the xxth century, such as the competition between sociologies around 1900, the debate between sociologists and historians known as the ‘debat de 1930”, the connections between durkheimian sociology and psychology, philosophy and ethnology during the interwar period.
Observing the interrelation between sociological conceptions of time and representations of history in a long crisis of the goddess of “Progress”, this work questions the process of”socialization” of the human arts and sciences: how the”social” became a way of understanding and explaining history as well as individuals.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Hirsch, « Le temps social. Conceptions sociologiques du temps et représentations de l’histoire dans les sciences de l’homme en France (1901-1945) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/6325

Haut de page

Auteur

Thomas Hirsch

Dans le cadre d'une bourse post-doctorale du LabEx Tepsis (du 1er novembre 2014 au 31 octobre 2015), Thomas Hirsch mène, au sein du GEHM, un projet de recherche intitulé "Politiques du savoir. Les engagements de Célestin Bouglé".
Chargé du cours "Histoire et sciences sociales" à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, il a notamment publié une édition de La Psychologie collective de Maurice Halbwachs (Flammarion, 2015) et différents articles:
- Un « Flammarion" pour l'anthropologie ? Lévy-Bruhl, le terrain, l'ethnologie », Genèses, n°90, 2013, p. 105-132 ;
- « Maurice Halbwachs et la sociologie religieuse. Des Formes aux Cadres sociaux de la mémoire », Archives de sciences sociales des religions, n°159, 2012, p. 225-245 ;
- « Historiographie et histoire disciplinaire. Marcel Granet et les sciences sociales », L'Atelier du Centre de recherches historiques, n°7, 2011 ;
E-mail : t [tiret] hirsch [arobase] orange [point] fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org