Navigation – Plan du site

Les historiographies québécoises et française, 1945-1985 : pratiques et contextes

Thèse soutenue le 28 février 2014
Daniel Poitras

Texte intégral

1Composition du jury:

Monsieur Thomas Wien, directeur de thèse, (Université de Montréal);
Monsieur François Hartog, directeur de thèse, (ÉHESS);
Madame Micheline Cambron, (Université de Montréal);
Monsieur Olivier Dumoulin, (Université de Caen);
Monsieur Christophe Prochasson, (ÉHESS).

2Thèse soutenue le 28 février 2014 en cotutelle avec l’Université de Montréal, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

3L’historien n’écrit pas de nulle part. Ancré dans son présent et participant à la société, il en épouse – ou critique – les projets, les utopies et les grands récits. Nous proposons dans ce travail d’approfondir cet ancrage à travers une histoire croisée et comparée des expériences du temps de deux historiens français (Michel de Certeau, François Furet) et d’un historien-sociologue québécois (Fernand Dumont). Notre objectif est double : il s’agit d’établir, dans un premier temps, les correspondances entre leurs expériences lors de deux tournants, celui des années 1960 et celui des années 1970. Tout en prenant en compte les contextes des auteurs à l’étude, nous élargirons l’échelle d’analyse afin de cerner la contemporanéité d’expériences du temps qui ne se réduisent pas aux seuls cadres nationaux. Nous pourrons ainsi établir les coordonnées des régimes d’historicité à chaque tournant en contribuant à préciser les différentes combinaisons des modes futuristes et présentistes en jeu. Ensuite, nous explorerons les liens entre historiographie et régime d’historicité afin de mettre en évidence les jonctions entre les considérations épistémologiques et l’horizon d’attente des historiens à l’étude. En abordant plus spécifiquement la question du rôle de l’historien dans sa société, nous jaugeons les transformations parallèles de son expérience du temps et de ses pratiques historiographiques. Le passage de l’expérience d’une Histoire en marche au tournant de 1960 à celle d’une histoire bloquée au tournant de 1970 affecte considérablement la place et le statut de l’historien. D’éminent passeur du temps à l’écoute du sens du progrès, l’historien voit son statut contesté et marginalisé. Mais qu’il débusque des alternatives passées ou court-circuite des téléologies, il est chargé de maintenir ouverts les horizons du temps.

Abstract

4Régime d'Historicité and Historiography in France and Quebec, 1956-1975: Michel de Certeau, Fernand Dumont and François Furet.
Historians don’t write from within a vacuum. Embedded in their present, they adopt or critically assess the projects, utopias and grand narratives of their society. In this thesis, we propose to deepen this sense of temporal embeddedness through the crossed and compared history of the experiences of time of two French historians (Michel de Certeau, François Furet) and one from Quebec (Fernand Dumont). Our goal is two-fold: to begin with, we establish the connections between these experiences during two periods: the turning points of 1960 and 1970. While taking into account the authors’ own contexts, we aim at expanding the scale of analysis to understand the contemporaneity of experiences of time that go beyond national borders. We will then be prepared to define the coordinates of two different régimes d’historicité, which are characterized by different modes of combining future and present. We build on this by establishing the links between historiography and experiences of time for the purpose of stressing the junctions between the epistemological enunciations and the horizon of expectation of the three authors studied. Focusing more precisely on the different roles they assign the historian, we examine the parallel transformations of their experiences of time and their historiographical practices. The shift from an experience of a progressing History in 1960 to the experience of a blocked history in 1970 considerably influences the status of the historian. As the trends and directions of History become unclear, the historian sees his role marginalized. Whether he unfolds past alternatives or deconstructs teleology and commemorations, he has to keep open the horizons of time.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Poitras, « Les historiographies québécoises et française, 1945-1985 : pratiques et contextes », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 31 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/6388

Haut de page

Auteur

Daniel Poitras

Pour information voir : GEHM CRH ;
E-mail : historiograph [arobase] yahoo [point] com;

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org