Navigation – Plan du site

Le censeur éclairé (Portugal 1768-1777)

Thèse soutenue le 10 janvier 2014
Rui Tavares

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Bernard Vincent, directeur de thèse, ÉHESS;
Monsieur Fernando Bouza Ávarez (Université Complutense de Madrid) ;
Monsieur Roger Chartier (Collège de France);
Madame Monique Cottret (Université Paris 10) ;
Monsieur Antonio Hespanha (Université Nova de Lisboa).

2Thèse soutenue le 10 janvier 2014, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

3La censure sur laquelle se penche cette dissertation prit corps dans une institution fondée en 1768, la Real Mesa Censôria, qui mit fin aux droits de la censure de l'inquisition et des évêques, abolit la juridiction au Portugal de l'Index Romain des livres interdits et expurgés, et chargea un groupe restreint de censeurs sous contrat et payés par l'État d'examiner tous les textes en papier manuscrits et imprimés. Ces censeurs, que nous suivrons jusqu'à la fin du règne de José ier et du mandat de Pombal comme ministre du Roi en 1777, clôturaient le plus souvent leurs rapports avec la démonstration que le texte en analyse était « digne » ou « indigne de la lumière publique ». Il s'agit d'une expression extrêmement révélatrice ; elle porte en elle une charge historique importante, qui met enjeu ce trinôme "dignité", "lumières" et "publique" si paradoxale dans la plume d'un censeur, en utilisant des mots les plus significatifs que le xviiie siècle ait légué à la postérité. Ce qui nous pose une question plutôt dérangeante : nous avons pris l'habitude de penser les censeurs comme étant les grands ennemis des Lumières et voilà que nous les rencontrons comme ses co-bâtisseurs ? L'histoire de la censure est aussi l'histoire des régimes de pouvoir et de connaissance. La censure dépend, en grande mesure, non seulement du pouvoir, mais aussi de la connaissance ; elle partage avec le savoir de son époque des informations, des concepts, des formes mentales, des pratiques intellectuelles ; serait-il alors possible que la censure du xviiie siècle partage avec les Lumières des éléments tellement centraux que l'on pourrait la considérer davantage comme une censure éclairée que comme une censure anti-Lumières ?

Abstract

4The kind of censorship that is the focus of this dissertation took shape in an institution founded in 1768 in Portugal, the Real Mesa censoria, with which the rights of censorship of the Inquisition and the bishops were abolished and the jurisdiction of the Roman Index of banned and purged books terminated. A small group of censors, hired and paid by the state, was charged to examine ail the texts either manuscript or printed, in the kingdom and its dominions. These censors, whom we will follow until the end of the reign of José I and the mandate of the Marquis de Pomba as minister of the king in 1777, usually finished their reports with a démonstration of whether the text in analysis was "worthy" [digno] or "unworthy of the public Light". This is an extremely revealing expression as it carries an important historical significance, which involves the triad "dignity", "Enlightenment" and "public", so paradoxical in the pen of a censor, using the more significant words that the eighteenth century bequeathed to posterity. Which warrants a rather disturbing question: we have become accustomed to think that the censors were the greatest enemies of the Enlightenment and now we meet them also as its builders? The history of censorship is also the history of régimes of power and knowledge. Censorship dépends to a large extent, not only on power, but also on knowledge, sharing with the knowledge of its time information, concepts, mental forms and intellectual practices. Would it be possible that the censorship of the eighteenth century has shared with the Enlightenment so many key elements that it could be regarded more as an enlightened censorship than as an anti-Enlightenment censorship ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rui Tavares, « Le censeur éclairé (Portugal 1768-1777) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/6423

Haut de page

Auteur

Rui Tavares

E-mail : ruitavares [arobase] mac [point] com;

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org