Navigation – Plan du site

L'OIT et l'Amérique du Sud (1919-1949). La construction d'un laboratoire social régional

Thèse soutenue le 18 octobre 2014
Juan-Carlos Yáñez Andrade

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Yves Cohen, directeur de thèse, ÉHESS ;
Monsieur Olivier Compagnon, Université Paris 3 ;
Madame Sandrine Kott, Université de Genève ;
Madame Annick Lempérière, Université Paris 1 ;
Monsieur Ludovic Tournés, Université de Genève.

2Thèse soutenue le 18 octobre 2014.

Résumé

3La recherche se propose comme objectif central l’étude de la formation d’un laboratoire social régional dans l’Amérique du Sud, dans le contexte de l’internationalisation du social induit par la multiplication des congrès, de la constitution de réseaux d’intellectuels progressistes et, notamment, par la création des premières organisations internationales. L’idée est d’étudier comment se mettent en pratique les circulations, les cadres de relations, les transferts et les programmes d’action transnationale lentement incubés dans les premières années du xxe siècle autour d’une nouvelle institution, qui portera les valeurs sociales universelles comme marque d’origine : l’Organisation Internationalisation du Travail (OIT). L’Amérique du Sud est une région riche pour l’étude de ce type d’expériences. En ce qui concerne l'organisation de la thèse nous avons choisi de la diviser en deux parties : a) Une première partie concerne la problématique de l’internationalisation du social, dont je pose la question de l’importance de l’Amérique du sud dans la consolidation de l’OIT au-delà de l’Europe ; b) Une deuxième partie, qui comprendre les trois derniers chapitres, analyse les possibilités que l’Amérique du Sud a offertes au développement de l’expertise du BIT (151Travesía, Nº 10-11, 2008-2009, pp. 151-172, ISSN 0329-9449).

Resumen

4El presente artículo estudia la evolución del movimiento de panaderos en Chile, desde fines del siglo xix hasta 1930. En especial se hace referencia a la etapa de movilizaciones por la eliminación del trabajo nocturno en las panaderías durante 1923 y 1924. Se plantea como tesis central que el movimiento de panaderos estaba en un proceso de transición organizativa entre la modalidad de sociedad de resistencia hacia una organización sindical proclive a institucionalizar sus demandas y aceptar la legislación, aspecto que explica la demanda en pro de la eliminación del trabajo noctur no

Abstract

5This article studies the evolution of the bakers’ movement in Chile, from the beginning of the 19th century to 1930. Special reference is made to the stage of demonstrations that were led in order to obtain the elimination of nightshifts in bakeries during 1923 and 1930. The central thesis is that the bakers’ movement was undergoing a process of organizational transition from a resistance association towards a trade-union organization inclined to institutionalize its demands and accept legislation, which explains the demands for night work abolishment

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan-Carlos Yáñez Andrade, « L'OIT et l'Amérique du Sud (1919-1949). La construction d'un laboratoire social régional », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/6432

Haut de page

Auteur

Juan-Carlos Yáñez Andrade

Pour plus d’informations consulter http://juancarlosyanezandrade.blogspot.fr/;
E-mail : juanyanez [arobase] voila [point] fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org