Navigation – Plan du site

Les suppliants du Pape : en marge de la suppression des petits couvents par Innocent X (xviie siècle)

Luca Giana

Résumés

à l'occasion de la suppression des petits couvents en Italie, suite à la bulle Instaurandae regularis disciplinae, plusieurs centaines de suppliques sont envoyées au Pape Innocent X entre 1652 et 1660 pour empêcher leur fermeture. L’abolition des petits couvents modifie profondément aussi bien la carte des espaces sacrés des communautés que celle des espaces sociaux ; les organisations sociales, cultuelles et institutionnelles sont remises en cause à travers des processus de suppression d’institutions et de fonctions, ou alors à travers la création de nouvelles instances. Dans ce cadre de réorganisation des espaces sacrés et sociaux, la supplique devient un des instruments à travers lesquels des choix locaux sont mis en avant, justifiés et légitimés.
L'article analyse un corpus de suppliques produites dans un cas spécifique de proposition de suppression des couvents. Afin de mesurer les enjeux liés à ces protestations, j’ai analysé non seulement le contexte de réception des suppliques, mais aussi les contextes locaux dans lesquels celles-ci furent produites ; en outre, j’ai essayé de reconstituer les effets politiques et sociaux qu'elles avaient engendrés. Cette démarche a impliqué une enquête ponctuelle sur les évènements ainsi qu’une analyse de la relation entre ceux-ci et les comptes-rendus rapportés dans les suppliques. Ce niveau local d’analyse permet de mesurer le poids des spécificités locales dans les rapports entre acteurs locaux et autorités centrales, et donc d’interpréter, sous un nouveau jour, leurs modes de communication.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est le premier résultat d’une recherche, actuellement en cours à l’Université du Piémont Oriental, bénéficiant d’un subside par la Région Piémont et concernant l’histoire des ordres réguliers en Piémont, entre xviᵉ et xixᵉ siècle (CRESO).

Texte intégral

Introduction

1Entre 1652 et 1660, quelques centaines de suppliques sont adressées au pape Innocent X afin d’éviter la suppression des petits couvents envisagée par la bulle Instauranda regularis disciplinae (15 octobre 1652). Cet article vise à cerner les contextes institutionnels de ces suppliques, les formes de leur rédaction et les effets qu’elles produisent dans un milieu particulier. Cela nous permettra, à partir des études les plus récentes, d'évaluer un contexte historique et social qui semble tout à fait caractéristique. Nous chercherons à esquisser les contextes de production des suppliques envoyées au pape afin de mesurer le rôle joué par les spécificités locales dans les relations entre les sujets d’une action. Pour ce faire, nous reconstruirons le dialogue établi entre les institutions romaines et les institutions locales, sur la question de la suppression des petits couvents.

  • 1 Le but est de remarquer les processus de construction des faits dans une perspective d’analyse visa (...)

2Les suppliques font suite à un décret officiel, aussi s’adaptent-elles toujours aux mêmes procédés et aux mêmes règles. Cependant, elles permettent de cerner les rapports entre l’événement donnant lieu à la supplique et les effets induits par celle-ci au sein des communautés locales, mettant dès lors en évidence les relations entre les suppliques et les faits1.

3Les historiens qui ont étudié le rôle des suppliques dans les sociétés d’Ancien Régime, à l’époque médiévale et moderne notamment, se sont surtout intéressés aux relations entre les sujets rédigeant des suppliques et les institutions auxquelles ils les envoyaient. De ce point de vue, les suppliques adressées aux princes afin d’obtenir une grâce ou de déroger à une règle ont reçu une attention particulière. Cependant, les perspectives de recherche demeurant très larges, j'ai divisé ces études en cinq domaines, qui recouvrent chacun une approche différente des relations entre institutions et individu.

  • 2 M. Vallerani, La Supplica al signore e il potere della misericordia, dans Intorno all’eccezione, ed (...)

4Un premier domaine d’études est centré sur les aspects juridiques et normatifs de la question, et s’attache au langage politique et aux relations entre les groupes sociaux et les institutions. Dans cette perspective, si le prince peut bien accorder une grâce, cette concession joue à son tour un rôle-clé dans les relations entre l’autorité politique et les groupes sociaux. En effet, la grâce étant un événement exceptionnel, elle affirme le pouvoir du prince et partant, renforce les rapports de sujétion, par le biais d’un langage politique qui règle les frontières juridictionnelles, les clientèles2.

  • 3 Suppliche e « gravamina ». Politica, amministrazione, giustizia in Europa (secoli xiv-xviii), opc (...)
  • 4 N. Covini, Scrivere al principe. Il carteggio interno sforzesco e la storia documentaria delle isti (...)
  • 5 Ce thème a été beaucoup étudié : voir, notamment, P. Blickle, Communal Reformation : The Quest for (...)

5Un deuxième domaine d’étude a mis en exergue les implications politiques des suppliques, afin d’expliquer la formation d’un idiome politique au fil des siècles, s’intéressant notamment aux formes de la communication politique et à ses catégories conceptuelles. Ces recherches ont non seulement montré que la supplique peut construire des rapports de clientèle, mais qu’elle peut également influer tant sur l’application des normes juridiques que sur leurs changements, surtout dans un milieu d’incertitude normative3. De ce point de vue, il est possible de considérer la supplique comme l’un des outils par lesquels les normes se modifient et s’adaptent aux changements des contextes sociaux, dans un cadre de négociation des pouvoirs, au sein duquel se trouve le système de la grâce, qui se fonde sur de complexes relations de clientèle à l’intérieur de la cour du prince4. Dès lors, la grâce accordée par le prince, loin d’être un indice d’affaiblissement de l’autorité souveraine, serait au contraire, par les biais des dérogations aux normes établies qu’elle suppose, le moyen de construire des clientèles et des fidélités5.

  • 6 Voir N. Z. Davis, Fiction in the Archives, Pardon, Tales, and their Tellers in Sixteenth-Century Fr (...)

6Un troisième domaine d’étude se fonde sur l’analyse rhétorique et stylistique des suppliques adressées au souverain. Les matrices culturelles qui se trouvent à l’origine de la rédaction du texte constituent le point de départ de cette approche, qui vise à identifier les relations entre les suppliants et le prince. L’analyse textuelle des sources permet de définir les catégories utilisées pour rédiger les suppliques et, par conséquent, de cerner les stratégies et la composition des groupes sociaux qui ont recours à la supplique6.

  • 7 Sur ce thème, les sociologues ont utilisé des sources qu’on pourrait comparer aux suppliques. À tra (...)
  • 8 D. Fassin, « La Supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demandes d (...)

7L’intérêt que les sociologues portent aux suppliques en tant qu’outil de légitimation des actions7, ainsi que les études qui soulignent les rapports entre la construction d’une identité individuelle et les valeurs de sociabilité exprimées par les suppliques8 constituent un quatrième domaine d’étude. Dans ce cadre, on a remarqué que, lorsqu’un individu entre en contact avec une institution supérieure, il cherche bien souvent à affirmer sa propre identité face au pouvoir institutionnel. Dans le cas présent, on peut envisager cette hypothèse lorsque le sujet, s’adressant au souverain, s’inscrit dans un groupe spécifique qui ne coïncide pas avec son identité individuelle.

  • 9 Je trouve très intéressant à ce propos l’étude des groupes sociaux et des États d’Ancien Régime à p (...)

8Enfin, un dernier domaine de recherche s’est penché sur les suppliques, sans toutefois procéder à une analyse ponctuelle de leurs spécificités, en soulignant leur utilité pour la description des relations entre les institutions locales et l’autorité souveraine. Le but était d'expliquer les formes complexes de l'État d'Ancien Régime dans leur réseau institutionnel et social. L’examen des suppliques a ainsi permis d’étudier les rapports entre bureaux fiscaux et communautés locales. En effet, afin de reconstruire le contexte dans lequel s’inscrivent ces suppliques, il faut procéder à une analyse d’un point de vue local, d’autant plus qu’on a très souvent affaire à des contextes locaux marqués par les conflits et par des réseaux sociaux, qui doivent être qualifié9. Dans ce cadre, la supplique apparaît comme une procédure ordinaire, utilisée par les institutions dans la relation avec les groupes locaux sur les territoires : les institutions gouvernementales encouragent même la rédaction de suppliques pour réclamer des privilèges ou bien pour présenter une demande, dans le cadre d’un dialogue entre institutions locales et groupes sociaux, organisé sur la base de liens de parenté.

9Face à ces cinq domaines de recherche, qui représentent autant de modèles d’interprétation des suppliques, j’ai étudié les suppliques adressées au pape avec l’intention d’analyser leur contexte de rédaction.

10Mon intention est d’examiner les milieux dans lesquels les suppliques sont produites, les objectifs poursuivis par les suppliants et les effets que les suppliques génèrent. Il faudra également mettre en place un second type de contexte, issu du texte même de la supplique : les suppliques contiennent en effet des descriptions de situations locales pas forcément véridiques, mais probables. À travers ces descriptions, les suppliants cherchent à légitimer une situation spécifique, parfois récente ou inédite, ce qui motive leur demande de dérogation. Dans cette perspective, rédiger une supplique devient évidemment une opération qui vise à établir de nouvelles relations entre les institutions et les autres sujets locaux. La pétition n’épuise donc pas sa fonction de dérogation exceptionnelle à la règle, mais devient un outil pour développer et produire des arrangements institutionnels nouveaux et spécifiques.

Le contexte institutionnel et politique

  • 10 Le point de départ de ma recherche est l’échelle régionale actuelle : j’ai donc considéré les terri (...)
  • 11 J’ai examiné les rapports concernant 241 couvents, envoyés à la Congrégation et provenant des diocè (...)

11Les suppliques que l’on va prendre en considération ne sont pas très nombreuses et proviennent, de surcroît, d’une seule région italienne, le Piémont10. Il s’agit de soixante dix suppliques repérées aux archives du Vatican qui représentent, après examen des inventaires et des fonds, près de 50 % de toutes les suppliques provenant du Piémont qui y sont conservées11. Les suppliques que j'ai étudiées ont toutes été rédigées durant une courte période – une dizaine d’années environ – entre 1652 et 1660 ; elles sont par ailleurs très homogènes car elles poursuivent un même but. Les différents contextes au sein desquels chaque texte est produit sont cependant à l’origine de leurs spécificités.

  • 12 E. Boaga, La Soppressione innocenziana, op. cit., p. 33-51. Il faut souligner ici qu’il s’agit d’un (...)

12Avec la publication de la bulle envisageant la suppression des petits couvents d’Italie, Innocent X vise à réorganiser les couvents des ordres réguliers, jugeant qu’un trop petit nombre d’individus dans un couvent n’était pas en état d’assurer le respect de la règle propre de chaque ordre. Dans le cadre d’une réforme des ordres religieux, Innocent X établit donc la Congregazione sopra gli Ordini Regolari, qui va ouvrir une enquête sur le patrimoine des ordres réguliers. En décembre 1649, une fois les principes juridiques du décret établis, le pape promulgue l’Inter Cetera, qui va ouvrir l’enquête dans tous les couvents de tous les ordres religieux d’Italie. Celle-ci vise à établir le nombre de religieux qui peuvent être accueillis dans chaque couvent. Elle est structurée sur une base territoriale : les biens sont considérés comme le patrimoine local de chaque couvent, afin de cerner avec la plus grande précision ceux qu’il faut supprimer, ce qui doit également entraîner une redistribution des ressources ainsi qu’une réorganisation des institutions religieuses sur le plan local. Emanuele Boaga a remarqué qu’il s’agit là d’une mesure préventive, d’après les lignes directrices du concile de Trente : les doutes sur cette question demeurent cependant12.

13Chaque ordre est tenu de rédiger une liste précise de ses couvents et monastères, avec les entrées et les sorties, ainsi que le nombre de résidents de chaque couvent. En 1652, après avoir étudié les rapports envoyés par les ordres, le pape promulgue la bulle Instaurandae disciplinae, décrétant la suppression des petits couvents. À partir de ce moment, les suppliques vont s’amasser auprès de la Congrégation.

14La procédure de suppression se déroule en trois phases :
a) la construction d'un système de normes juridiques pour permettre à l'enquête de procéder légitimement ;
b) la création d'une congrégation spécifique afin de surveiller et d'aider les religieux et les évêques dans la production de l'enquête ;
c) la mise en place de la suppression avec la bulle Regularis Instaurandae disciplinae. Le texte de cette bulle est très important puisqu’il établit la légitimité de l’enquête et représente le principe par lequel la Congrégation et le pape peuvent rejeter les recours contre les suppressions.

15Les institutions impliquées dans cette première phase sont donc le pape, la Congrégation, les évêques, les supérieurs des ordres et les couvents : nous verrons de quelle manière les suppliques parviennent à élargir le nombre d’interlocuteurs de ces institutions.

Les aspects patrimoniaux

16D’un point de vue général, les suppressions sont un processus par lequel les biens de petits couvents – à savoir les terres, les cens et les immeubles – sont transférés des ordres réguliers au clergé séculier. La suppression prévoit, en effet, le transfert des propriétés des couvents supprimés aux évêques, qui sont censés les employer en œuvres charitables dans la communauté locale. Dans les diocèses du Piémont, les évêques emploient d’habitude les biens des couvents supprimés pour la dotation des séminaires, ainsi que pour l’érection de paroisses ou bien pour la création de bénéfices destinés au clergé séculier. Le choix d’une dotation en faveur des séminaires relève d’une volonté d’engagement dans l’instruction des prêtres et dans une institution qui avait encore, malgré les directives du Concile, beaucoup de mal à trouver des financements. Il faut également remarquer le sort des granges (grangiae), petites fermes habitées par un petit nombre de réguliers travaillant eux-mêmes leurs propres champs. Ces granges représentent cependant un revenu considérable pour les couvents : lorsqu’elles sont habitées par des laïcs, elles sont utilisées comme logis par les religieux. Lors des suppressions, leurs biens ne sont pas transférés aux évêques mais sont assignés aux couvents du même ordre, sur un même territoire. Il s’agit là, évidemment, d’une règle qui n’est pas toujours appliquée, comme le montrent les abus, les exceptions et les conflits sur l’attribution de ces granges. Il semblerait qu’une telle disposition ait été dictée non seulement par la volonté de ne pas affaiblir la présence capillaire des religieux, mais encore par le souci de ne pas appauvrir excessivement les réguliers. Le rôle des granges dans le système social et économique d’Ancien Régime a été largement négligé par l’historiographie, tant en ce qui concerne ses formes juridiques que son impact sur le plan social.

  • 13 Pour une approche à l’échelle nationale, voir E. Boaga, La Soppressione innocenziana, op. cit., p.  (...)

17Les granges supprimées par Innocent X représentent 35 % environ des couvents supprimés. D’un point de vue patrimonial, une grange est généralement plus petite qu’un couvent ; si l’on considère qu’après leur suppression elles reviennent tout de même aux réguliers, leur transfert aux évêques ne semble pas en mesure d’entraîner le démantèlement systématique des petits couvents. En définitive, la suppression contribue à un renforcement des institutions diocésaines, ainsi qu’à une réorganisation territoriale des institutions religieuses : en effet, Innocent X visait une réévaluation des centres d’excellence gérés par les réguliers, et, parallèlement, l’élimination des petits couvents des villages13.

Les résistances aux suppressions

  • 14 Ibidem, p. 59-66.
  • 15 Mémoire du 2 avril 1651, Archivio Generale dei Carmelitani Roma, II, C.O. n. 10.

18Selon les cas, les suppressions ont des conséquences différentes et entraînent diverses formes d’opposition. Dans un premier temps, avant la promulgation de la bulle Instaurande disciplinae, on constate une résistance, pour ainsi dire, de pure forme : c’est le cas de la correspondance entre les généraux des ordres et la Congrégation, pour définir les modalités des suppressions14, ou encore de la « relation » divisée en treize arguments envoyée par le supérieur des carmes, le père Girolamo Ari, rédigée au nom des ordres mendiants15. Elle prévient le pape du danger de sous-estimer le rôle joué par les petits couvents dans l’organisation des réguliers et dans la charge d’âmes : le but est d’arrêter le projet de suppression ou, du moins, d’en affaiblir les effets. Les choses vont changer à partir de 1652, lorsque les lettres de suppression sont envoyées aux couvents : aux épisodes de résistance violente s’ajoute, alors, une première vague de suppliques. Il arrive ainsi aux frères de se cacher à l’intérieur de leur couvent, de prendre les armes, aidés par des soldats : à Monastero Bormida (AL), par exemple les huissiers envoyés par l’évêque d’Acqui afin de procéder à la suppression, sont reçus à coups de fusil par les Augustins, barricadés dans leur couvent avec l’aide de la communauté de Monastero, qui les approvisionne en bandes armées, attendant la réaction des institutions romaines. Ailleurs cependant, la suppression est très aisément acceptée : c’est ainsi que les « Fatebenefratelli » quittent le couvent d’Acqui juste après la promulgation de la bulle.

19Les suppliques viennent de lieux où les tensions sociales sont plus violentes et où la compétition autour des espaces dévotionnels se résout au détriment des institutions diocésaines : autrement dit, là où il n’y a pas de conflits, il n’y a pas de désordres et partant, pas de suppliants. Les suppliques sont un réel indice de la capacité de négociation et d’ajustement des institutions locales.

Les suppliques comme propositions

20Les suppliques permettent de suivre une deuxième phase du projet de suppressions, commençant en 1652, et axée sur une question fondamentale : que se passe-t-il lorsqu’une communauté, même petite, modifie sa propre structure institutionnelle – celle par exemple associée aux dévotions – incitant de la sorte les institutions à réagir en créant de nouveaux espaces ?

  • 16 Ibidem : « ...una concordia con alcuni capitoli compatti e condizioni, fra gli altri che le dette f (...)
  • 17 Ibidem : « ... che i frati siano rimessi al possesso dei beni della grangia e che il chierico sia c (...)

21L’un des cas les plus intéressants est celui d’une supplique envoyée à la Congrégation afin que celle-ci attribue aux Servites d’Alexandrie l’une des granges supprimées. Lors de la suppression du couvent et de la grange de Saint Étienne d’Alexandrie, en effet, deux familles, les Ponza et les Mantelli, craignent de perdre leurs privilèges en tant que patrons de l’église du couvent. L’acte de fondation du couvent en 1498, les autorisait à en nommer le prêtre, comme s’il agissait d’un simple bénéfice. Toutefois, au fil des années, des conflits opposèrent les familles aux religieux qui finirent par mettre en question l’accord et, par voie de conséquence, leur rapport aux deux familles. En 1596, le conflit avait engendré de nouveaux pactes : les familles devaient désormais désigner un prêtre au sein d’une liste de candidats proposée par les pères du chapitre16. Le contrôle de l’église se trouvait donc partagé entre les familles et les religieux, mais à l’occasion de la suppression du couvent de Saint Étienne, le problème de la gestion de l’église de la Bienheureuse Vierge resurgit. Les Mantelli et les Ponza n’attendent pas la réorganisation des institutions religieuses et nomment un prêtre séculier, gardien de l’église, sans consulter les frères de Saint Étienne. De fait, par cette décision ils s’octroient un bénéfice sans en avoir l’autorité. Les frères s’opposent à un tel procédé et demandent aux familles de passer par une procédure formelle – la supplique – afin de rétablir la situation primitive, ce qui revenait à demander la restitution de la grange aux frères, ainsi que l’argent perçu jusque-là par le prêtre17.

22La communication par les suppliques concerne un éventail plus large d’intervenants comparée aux seules relations produites en réaction aux suppressions ; cela permet de cerner de plus près les acteurs qui entretiennent des rapports avec les couvents et qui s’engagent dans les dévotions associées aux réguliers. Le contrôle des patronages dans les couvents exige également des négociations avec les religieux ; en ce sens, le cas des suppressions de 1652 est un exemple de remise en question de l’organisation des dévotions. La supplique est le moyen par lequel de nouveaux acteurs entrent dans la négociation avec les institutions religieuses pour définir les espaces propres des réguliers : il s’agit de certifier un engagement économique, afin de proposer le maintien du couvent.

23Le cas de Monasterolo n’est qu’un exemple des relations institutionnelles entre groupes familiaux et religieux, ainsi que des stratégies mises en place par les familles, face aux changements des structures institutionnelles locales résultant des suppressions. Nous ignorons si la grange qui revenait aux frères de Saint Étienne a été assignée à un autre couvent ou si elle a été reconvertie en bénéfice, mais nous pouvons en revanche relever et mesurer l’influence qu’a eue la gestion des dévotions sur le mode de vie des réguliers. Ce thème de recherche est resté jusqu’ici négligé, voire ignoré, par les historiens.

La norme et les contextes

  • 18 Sur la construction d’un fait, voir S. Cerutti e G. Pomata (a cura di), Fatti : storie dell’evidenz (...)
  • 19 Quelquefois, la carence législative finit par justifier les suppliques : voir Nadia Covini, La Bala (...)

24Les moyens à disposition pour s’opposer aux suppressions étaient très limités. Le rédacteur de la bulle, Prospero Fagnani, avait prévu une procédure d’opposition, mais, par principe, une bulle papale ne peut être ni défectueuse, ni incorrecte, ni injuste. Il faut dès lors avancer d’autres arguments dans le dialogue avec les autorités romaines. C’est pour cette raison que les suppliques ne sont pas définies par un même cadre normatif, mais sont inspirées de faits en relation avec un contexte local. L’auteur d’une supplique estime que la bulle n’a pas produit les effets escomptés : c’est là le cœur de son argumentation. L’appréciation des effets d’une règle dans un contexte donné est, évidemment, le résultat d’une stratégie de communication politique. En tant que procédé rhétorique, il s’agit d’une construction. Cela n’empêche cependant pas que celle-ci soit en relation avec les faits historiques, et ce qui nous intéresse ici est justement le rapport existant entre la rhétorique de la supplique et les faits – en d’autres termes, la nature des faits mis en évidence dans une supplique18. Pour cerner cette nature, il faut adopter un point de vue local, car c’est sur le terrain de l’inapplicabilité d’une règle générale à des cas particuliers que se déroule la discussion sur les normes élaborées par la Congrégation. Bien que la supplique n’adhère pas à la norme, elle ne met pas pour autant en question la nature de cette dernière : elle agit plutôt dans le domaine des pratiques, cherchant à corriger les caractères généraux de la norme, afin de les adapter aux différentes situations locales19. On trouve deux éléments principaux dans la rhétorique de la norme. Tout d’abord la façon dont se définissent les acteurs, ensuite, l’articulation des argumentations au sein des suppliques, autrement dit la construction des faits.

  • 20 Sur les suppressions dans l’Italie du sud, voir M. Rosa, La Chiesa Meridionale nell’età della Contr (...)

25D’un point de vue local, il faut noter que les suppliques ne relèvent pas d’une même typologie, mais qu’elles s’adaptent aux situations les plus variées. En dépit du fait que les suppliques concernent en premier lieu les religieux, ces derniers n’en sont pas souvent les auteurs. Les religieux sollicitent bien sûr la rédaction du texte, mais préfèrent une confrontation plus directe et plus pratique avec les autorités épiscopales. Ils s’opposent ainsi aux directives des évêques en se barricadant dans leurs communautés et, le cas échéant, quittent les couvents après les avoir dépouillés de tout bien20.

  • 21 « ... hora nonostante ciò che ho detto della povertà della città e del gran numero di regolari così (...)
  • 22 Ibidem : « ... hanno tentato e tentano tuttavia i Carmelitani scalzi di S. Teresa, di prendere fond (...)
  • 23 Ibidem : « detto ministro (il cui nome resta sconosciuto) con lettere a detti cavalieri in persona (...)

26Un des rares cas de religieux ayant rédigé des suppliques est celui du capucin Paolo Sardi d’Alexandrie. Son texte est construit exactement comme les suppliques rédigées par les institutions laïques, mais il révèle des stratégies de dévotion locale très différentes des autres suppliques. Il s’agit d’une source très précieuse pour étudier la structure des suppliques et l’état des petits couvents. Sa supplique est envoyée à la Congregazione Sopra i Regolari en 1660. Á cette date, les suppressions ont déjà été effectuées pour la plupart ; il ne reste plus à étudier qu'un petit nombre de recours. Tout d’abord, le capucin date sa supplique, ce qui n’est pas si fréquent. En effet, les suppliques n’ont habituellement pas de date, à l’exception de celles rédigées par les notaires, qui, s’inspirant du modèle des suppliques adressées au souverain, les datent de leur propre main afin de leur donner une validité. La supplique du capucin est divisée en deux parties : une description des institutions religieuses de la ville et de leurs alliances et une intervention adressée aux autorités romaines, introduite par la formule « Supplico le signorie vostre ». Le texte s’ouvre sur une description très négative de l’état des réguliers dans la ville, qui seraient pour la plupart indigents. Cela, affirme le frère, pourrait justifier la suppression de quatre ou cinq couvents21. Le capucin souhaite même une plus large suppression et il semble surtout très soucieux d’éviter l’arrivée des pères carmes dans la ville22. À travers cette supplique, on constate que la fondation d’un couvent requiert un accord entre les institutions politiques et religieuses, au sein duquel les coalitions locales jouent un rôle-clé. En effet, les modalités de l’accès à la ville sont réglées par les liens existant entre les ordres réguliers et les institutions locales. La supplique est rédigée dans le but de délégitimer une coalition, aussi l’auteur affirme-t-il que les défenseurs des carmes veulent forcer les institutions de la ville à autoriser la fondation d’un nouveau couvent23.

  • 24 Ibidem :« non contenti di questo hanno tentato e tentano alcuni cavalieri per imposizione di detto (...)
  • 25 Ibidem :« ha scritto a Roma ad un eminentissimo suo parente che procurasse ai generali delle religi (...)

27Il convient de s’arrêter ici sur la manière dont est construite cette supplique. La coalition locale qui accorde la fondation aux pères carmes agit par le biais d'une mobilisation de familles locales, la création d’un groupe à l’intérieur du conseil de la communauté et l’envoi d’une demande de soutien aux défenseurs locaux des carmes adressée aux supérieurs de l’ordre24. Enfin, elle cherche des appuis à l’extérieur de la communauté afin d’exercer une pression sur les supérieurs carmes25. Cette démarche est toujours utilisée pour légitimer la présence d’un ordre régulier dans un lieu : les parties introductives des rapports dans l’enquête d’Innocent X, suite à la bulle Inter Cetera, ont la même structure et attestent de l’implication des institutions locales, soit laïques, soit religieuses.

  • 26 On peut donc affirmer qu’il n'existe pas un niveau élevé de discussion : la même situation a été ét (...)

28Le capucin cherche à remettre en question la procédure par laquelle a été créée la coalition qui soutient la fondation du couvent des carmes. Le succès d’une fondation est le résultat de l’habileté de ses partisans dans la recherche de son approbation par la communauté, ce qui entraîne par la même occasion des ressources pour financer le nouvel établissement religieux, dans un contexte marqué par une énorme concurrence dévotionnelle. Les suppliques sont donc à étudier dans un contexte structuré en deux parties, l’une juridique, l’autre sociale. Le pape et la Congrégation règlent la question par une action dans le milieu local, afin de cerner tant les suppliques à recevoir que celles à rejeter26.

29Les acteurs impliqués dans l’action constituent un ensemble très composite. Des évêques, des officiers de la communauté, des légataires de couvents, des notaires, des locataires des biens des couvents supprimés, et même de très puissants personnages, tels que le duc de Savoie ou les ministres du Sénat de Casale.

  • 27 « ... si preparano per traslocare e vuotare il convento anche delle cose sacre che allestiscono gli (...)

30On retrouve les mêmes situations dans des contextes très différents. Suite à la suppression du couvent de Saint Jérôme des pères jésuates à Alexandrie, le 15 décembre 1652, le conseil municipal rédige une supplique dans laquelle on prévient la Congrégation que les pères vont abandonner le couvent et les autels de l’église, non sans les avoir dépouillés de tous leurs biens auparavant27. La supplique vise non seulement à dénoncer la conduite des pères, mais également à solliciter l’intervention de la Congrégation, en tant que sujet investi de l’autorité nécessaire pour sauvegarder les investissements des citoyens dans l’église et dans ses autels. Le conseil municipal demande une intervention et non une dérogation. On supplie la Congrégation de promulguer un décret afin de limiter le pillage des églises. En réalité, la Congrégation avait déjà élaboré et diffusé des protocoles de conduite, mais elle n’était pas en mesure de forcer les religieux à les respecter.

  • 28 Voir E. Boaga, La Soppressione, op. cit., p. 115-130.

31Cette même diversité d’auteurs semble se dégager de l’examen des suppliques provenant des diocèses proches du Piémont. Ainsi, on ne trouve pas un grand nombre de suppliques en provenance des territoires de la République de Gênes, ce qui s’explique sans doute par une organisation territoriale différente de celle du Piémont. La République de Gênes a en effet recours à la médiation du cardinal Raggi lors de la suppression des petits couvents, si bien que le pape se voit forcé, dans presque tous les cas, de renoncer aux suppressions. Il en est de même pour la République de Venise28. L’organisation juridictionnelle des territoires piémontais est très hétérogène. Le Piémont actuel, espace sur lequel se concentre notre recherche, recouvre encore les territoires italiens de la Savoie, une partie du Montferrat, le marquisat de Saluces et un bon nombre de fiefs impériaux. Les suppliques sont par conséquent l’expression de coalitions locales qu’elles permettent en retour de légitimer face à l’autorité supérieure. Elles ne peuvent dès lors être considérées uniquement comme des demandes de grâce fondées sur des relations paternalistes, à l’image des suppliques adressées aux souverains.

La forme des suppliques

32Les textes, malgré leur caractère de supplique, suivent des modèles très différents rapportés aux suppliques adressées aux souverains. On peut les comparer aux preuves testimoniales adressées aux cours de justice visant la résolution des controverses. La typologie des suppliques la plus diffusée dans ce corpus les rapproche du genre épistolaire. La forme rhétorique est en effet celle de la correspondance entre un juge local et une institution supérieure. La supplique sous forme de lettre implique par conséquent une communication presque sans intermédiaires. Les lettres sont envoyées directement à la Congrégation ou au pape, qui y répondent.

33Dans ce corpus de suppliques on ne trouve jamais d’éléments personnels : la lettre n’est jamais rédigée au nom d’un seul individu, mais est le plus souvent collective, émanant tantôt de groupes fondés sur une appartenance institutionnelle ou bien familiale. Cette caractéristique influe sur les formes de la supplique : dans le texte (qui est généralement d’une ou deux pages de longueur), on trouve une description détaillée de l’organisation institutionnelle, religieuse et laïque, au sein de laquelle se trouve le couvent, ainsi que du rôle social de celui-ci. L’argumentation est centrée surtout sur la charge d’âmes, et sur l’implication des religieux dans la vie de la communauté, tant religieuse que sociale et culturelle, notamment lorsque les pères sont aussi maîtres d’école. Dans ce cadre, les résistances aux suppressions sont justifiées par les effets négatifs qui peuvent en résulter.

34Les modèles rhétoriques que l’on retrouve dans la première partie des suppliques sont très intéressants : la forme des suppliques rappelle de très près les textes produits dans les controverses juridictionnelles. Avec un style narratif très technique, les raisons des oppositions aux suppressions sont placées dans un contexte institutionnel local. Après une liste de tous les éléments jugés pertinents pour obtenir gain de cause, la supplique se termine par la formule de politesse habituelle. Le but de l’auteur est, à l’évidence, la construction d’un contexte visant à intégrer et à corriger les informations transmises par l’enquête.

  • 29 ASV, Misc., Arm. VIII 43, « materie diverse per civitates, supra Congregationis super regularium le (...)

35La supplique adressée, le 7 mai 1653, à la Congrégation Sopra gli Ordini Regolari par la communauté de Castellazzo Bormida, est suivie d’une lettre de l’évêque d’Acqui, le père Bicuti29. L’évêque demande, avec le Conseil de la communauté, de trouver une solution alternative à la suppression : les équilibres socio-politiques liés à l’organisation territoriale des couvents, risquent d’être renversés par les suppressions, et notamment par celle du couvent de Saint Martin. Dans la supplique, on peut lire que :

  • 30 Ibidem : « più di tutto, per la pace e quiete di quel popolo, la terra è divisa in due fationi, li (...)

[…] pour la paix et la tranquillité de ce peuple, le territoire est divisé en deux factions, désignées avec les noms des deux couvents, c’est à dire la faction de Sainte Marie, de l’ordre des Servites, et la faction de Saint Martin, de l’ordre de Saint Augustin. Ces deux factions sont situées dans deux quartiers différents : il y a eu entre elles par le passé et encore maintenant tellement d’inimitiés, confirmées par grand nombre d’homicides, qu'il est désormais impossible ou tout de moins très difficile, que les hommes de Saint Martin se rendent au quartier de Sainte Marie. Or, le couvent de Saint Martin ayant été supprimé, les habitants du quartier ont perdu le confort des messes, des confessions et de l'école que leur prêtaient les pères et restent ainsi abandonnés à eux-mêmes. Par contre, ceux de Sainte Marie se croient supérieurs et, en se vantant de leur condition comme le font les gens ordinaires, provoquent les autres.30

  • 31 L’évêque écrit que les revenus du couvent sont plus riches que ceux des pères augustiniens, ce qui (...)

36La suppression du couvent n’est pas remise en cause en raison de l’adhésion ou non à la règle, mais en arguant de catégories relevant du conflit social. L’évêque et le Conseil de la communauté ajoutent cependant un argument supplémentaire : ils remarquent également que le couvent ne manque pas d’argent et qu’il offre un service aussi bien religieux que rituel31 :

  • 32 Ibidem : « Questa se ben par cosa di poco conto tuttavia in riguardo ai geniy en humori di quelle g (...)

Bien que cela semble sans importance, il n’en va pas de même aux yeux des hommes envoyant la supplique.32

37La supplique cherche à élargir le point de vue de la Congrégation, ainsi qu’à proposer une solution aux problèmes pointés par les suppliants. L’évêque et le Conseil terminent la supplique avec la suggestion suivante :

  • 33 Ibidem : « ... l'altro convento delle Lagrime è piccolo e in un luogo quasi deserto: entrambi i con (...)

[...] l’autre couvent des Larmes est petit et se trouve dans un lieu presque abandonné : dès lors, les deux couvents pourraient s’associer sous la règle de Saint Augustin, d’autant plus que le couvent de Saint Martin, grâce à la réunion avec les religieux du couvent des Larmes, pourrait atteindre le nombre de sept frères.33

38La conclusion de la supplique, avec la tentative de trouver un accord, diffère des épreuves testimoniales et relève d’un contexte différent rapporté aux procédures de justice. Dans les cours de justice, en effet, l’élaboration d’un accord revient à l’institution : dans les suppliques, au contraire, la description d’un contexte vise à suggérer une solution adaptée aux exigences locales.

39Malgré l’absence de réponse par la Congrégation, le 30 octobre 1655 une nouvelle supplique est rédigée : elle est signée par l’évêque, qui propose une solution alternative, à savoir la réunion du couvent des Larmes de Castellazzo, de la congrégation augustinienne lombarde, et du couvent de Saint Martin. L’évêque ne manque pas de préciser que la supplique a été approuvée par toutes les institutions, donc par le chapitre, par la communauté et par le marquis.

  • 34 ASV, la RSE, 109 : la lettre est rappelée aussi par Boaga, La Soppressione innocenziana, op. cit., (...)

40D’autres suppliques sont cependant rédigées sous une forme rhétorique et avec un but très différents. Dans ce deuxième modèle, on ne trouve guère d’informations sur les institutions locales, mais des descriptions détaillées des patrimoines des couvents. Ce modèle est suscité par le formulaire rédigé en 1649 par la Congregazione Sopra i Regolari. Dans ce cas il s’agit de relations dans lesquelles les suppliants, souvent le conseil de la communauté ou les seigneurs, en appellent à la Congrégation afin de réévaluer le patrimoine des couvents sur la base des conditions requises en 1649 : ils démontrent que les biens des réguliers sont conformes ou suffisants. Une lettre de l’évêque d’Alexandrie, adressée au cardinal Spada le 2 avril 1653, nous révèle les raisons pour lesquelles les institutions locales rédigent ce genre de suppliques34. L’évêque explique ainsi au cardinal que les mémoires rendant compte des avoirs des couvents envoyés par les religieux les avaient sous-estimés, parce que les frères pensaient devoir évaluer leur patrimoine en vue d’une ponction fiscale. Cependant, une fois qu’ils eurent constaté les effets de leurs déclarations, les frères qui avaient sciemment évalué à la baisse, cherchaient désormais à rééquilibrer leurs estimations afin de satisfaire aux paramètres imposés par la Congrégation.

  • 35 ASV, Armadio VIII Misc., « Congregationis status regularium », vol. 17, lettre S, f. 426.

41Dans ce dernier modèle de supplique, on utilise la forme d’une lettre d’introduction non datée, accompagnée d’un inventaire rédigé par un notaire, daté et signé, et par une liste de témoignages sur l’honneur. Il s’agit donc d’une discussion sur un plan formel, dans le but de mettre en question les résultats des rapports précédents : en effet, on souhaite invalider les décisions de la Congrégation. Dans ce cas aussi, les institutions locales jouent un rôle actif, en tant que promoteurs de la supplique : il arrive parfois aux seigneurs d’offrir eux-mêmes des garanties et des biens pour la dotation des couvents, par exemple à Turin, où Chrétienne de France demande au pape le permis de doter le couvent de Sainte Marie des camaldules, dans le quartier Pozzo Strada, afin d’éviter sa suppression35.

42Dans ce modèle de supplique, aucune institution ne revendique de privilèges en raison d’une quelconque proximité avec l’autorité supérieure : le tout se déroule selon les règles juridiques, sans qu’il n’y ait de passages rhétoriques ou argumentatifs. Il ne s’agit donc pas d’une véritable demande de dérogation dans le cadre d’une relation de clientèle, mais d’une demande de considérer des éléments qui n’avaient pas été pris en considération par la Congrégation dans un premier abord.

  • 36 Sur le sens social des pratiques de dévotion, voir Angelo Torre, Il consumo di devozioni, Venezia 1 (...)

43La supplique est faite d’un ensemble hétéroclite de textes produits par le concile de Trente et de certifications plus courantes. L’espace réservé aux témoignages et aux notaires ne dépend pas de la capacité de choix des institutions locales, mais est déterminé par les formes mêmes utilisées par la Congrégation. Fagnani, comme le relevait déjà Boaga, construit un système juridique inattaquable d’un point de vue formel : pour cette raison, les suppliques reprennent ce modèle. Dans les bulles, ainsi que dans la documentation produite dans le cadre de l’enquête, ce sont les normes élaborées par le concile de Trente qui dirigent les choix linguistiques et les formes de la rédaction. Les réactions des institutions locales aux documents produits par la Congrégation renvoient aux formes des visites pastorales et à la documentation produite par les curés, lors de la rédaction d’inventaires des biens des paroisses36.

  • 37 Le modèle est représenté par le mémoire rédigé par les Superiori Maggiori des ordres mendiants : Me (...)

44Dans les suppliques, la description des institutions locales se fait plus détaillée lorsque l’on demande la fondation d’une nouvelle paroisse ou d’un lieu de culte : la structure rhétorique au centre de la supplique se focalise alors sur le thème de la charge d’âmes37. Cette fonction justifie la présence capillaire des réguliers sur un territoire, même si les religieux n’observent pas les règles de leur ordre : la discipline des réguliers n’a donc aucune importance.

  • 38 ASV, Misc., Arm. VIII 43 « materie diverse per civitates, supra Congregationis super regularium let (...)
  • 39 Aujourd’hui Castelnuovo Don Bosco (AT).
  • 40 Puisque le territoire de l’église de Sainte Marie de la Consolation de Cocconato, lieu d’origine du (...)
  • 41 « e fece atti possessori ».
  • 42 « secolari e, per non lasciar impregiudicato alla raggione della nostra Diocesi, mi portai a detto (...)

45Chaque supplique est examinée avec attention. Á ce propos, on peut citer, l’exemple du couvent des augustins qui se trouve à la frontière entre Piova Massaia (AT) et Passerano Marmorito (AT), entre les diocèses d’Asti et de Vercelli38. La supplique est rédigée par un notaire de Piova, Filippo Vespa, qui cite des passages de témoignages remis par les personnes impliqués ; le notaire rédige la supplique au nom du curé de Castelnuovo, Pietro Maria Rovegna39. Dans la narration des évènements faisant suite à la suppression du couvent, on apprend l’existence d’un contentieux sur l’attribution d’une partie des biens du couvent supprimé, opposant le curé de Cocconato à celui de Castelnuovo. Le curé de Cocconato revendique les objets du culte, arguant de ce que le couvent se trouve sur le territoire du diocèse de Vercelli, tandis que le curé de Castelnuovo affirme pour sa part que le couvent revient au diocèse d’Asti40. Comme on peut le constater dans la première partie de la supplique, il s’agit d’une affaire assez complexe, nécessitant des explications minutieuses afin de la rendre compréhensible aux autorités romaines. Pietro Maria Rovegna, curé de Castelnuovo, affirme que seul l’autel de la Très Sainte Vierge, dans le couvent, se trouve sur le territoire du diocèse d’Asti, tandis que les autres parties du couvent et de l’église reviennent au diocèse de Vercelli, sans que cela ne puisse être contredit. Il estime par conséquent que les prétentions du curé de Castelnuovo ne sont pas illégitimes. Selon Rovegna, le curé de Cocconato est entré dans l’église plusieurs fois afin de déplacer tous les objets sacrés de l’autel de la Très Sainte Vierge afin de les installer dans la partie du couvent revenant au diocèse de Vercelli, « et il fit prise de possession »41. Le curé de Castelnuovo, considérant que ses prérogatives étaient directement menacées, entre alors au couvent escorté par un groupe de « séculiers et, de crainte que le droit de (son) diocèse fût dénié, (se rendit) à l’église pour prendre tous les objets sacrés »42. L’affaire devient donc de plus en plus complexe, avec des déplacements d’objets d’un endroit à l’autre de l’église. Le frère augustin, jusqu’à ce moment jamais mentionné, demande alors au curé, afin d’empêcher tout abus, qu’on lui laisse la garde des biens de l’autel.

46La question de la destination des immeubles du couvent entraîne un élargissement du récit du contentieux, qui met désormais en cause d’autres acteurs :

  • 43 « la cascina e la più parte dei possessi del detto convento si trovano situati sui confini della Pi (...)

[...] la ferme et la plupart des propriétés du couvent se trouvant sur la frontière de la Piova, le conseil de la Piova désire que ces biens et la ferme même soient utilisés par la Piova et par la compagnie du Très Saint Suffrage, qui a été érigée dans ce lieu ; ils en exigent aussi les droits, car les frères n’ont pas payé les taxes ordinaires sur les biens inscrits dans le registre du cadastre43.

Le couvent est un lieu sacré, sur lequel d’autres institutions, à savoir le conseil de la communauté et la compagnie du Très Saint Suffrage, revendiquent des droits. Cette phrase répète la précédente. L’enjeu semble ainsi bien plus important que le seul autel de la Très Sainte Vierge. Bien que l’on ne dispose que de ces quelques indices, ceux-ci sont toutefois suffisants pour insérer le couvent dans un contexte où un certain nombre d’institutions cherchent à gérer l’espace revenant à une institution supprimée.

47Dans la supplique, rédigée par un notaire de la Piova, on en appelle à la Congrégation pour attribuer les biens du couvent à la Piova. Une lettre accompagne la supplique : le curé de Passerano Marmorito prévient la Congrégation que les frères augustins ont déjà dépouillé tous les autels de l’église et qu’ils ont vidé le couvent. Le curé ne mentionne cependant pas les biens immeubles et l’on ignore s’ils ont été transférés à la compagnie du Suffrage, à la communauté ou à l’un des curés impliqués dans la dispute.

  • 44 Edoardo Grendi a étudié la correspondance du « Magistrato della Comunità », afin de relever le dial (...)

48Les suppliques envoyées au pape au milieu du xviie siècle représentent également un outil de communication permettant de justifier l’organisation des institutions dans le but de dialoguer avec les autorités romaines, afin de préserver les prérogatives locales menacées par de nouveaux acteurs, nommément les évêques et les curés.
Ce modèle de supplique n’est pas nouveau, puisqu’il se retrouve, par exemple, dans la correspondance entre les magistratures de la République de Gènes et les institutions locales du territoire, notamment avec le « Magistrato delle Comunità »44. De même, les suppliques envoyées pour demander un bénéfice ou une grâce s’ouvrent très souvent sur une description du contexte justifiant la demande. Il s’agit de petits récits d’évènements dans lesquels sont impliqués tous les acteurs de la vie politique locale ; ce sont en somme autant d’instruments politiques soutenant la production normative. La supplique offre une analyse ponctuelle du contexte local, ce qui permet, tant aux acteurs qu’aux institutions, de remettre en discussion les décrets de suppression.

  • 45 Il s’agit par conséquent d’acteurs avec des rôles très différents par rapport aux acteurs impliqués (...)

49L'analyse rhétorique des suppliques ne met en lumière aucune demande de dérogation, mais l’évaluation de plusieurs éléments : elles proposent une solution alternative à celle de la norme prescrite. Il s’agit là de suppliques qui avancent des propositions, et possèdent par conséquent un rôle actif45.

50La rhétorique de la demande prend comme point de départ un contexte local, avec l’intention de corriger les effets négatifs d’une norme. La supplique ne produit pas des relations durables, puisqu'elles demeurent toujours fonctionnelles à une contingence donnée. Aussi la supplique se transforme-t-elle en l’un des éléments par lesquels on peut revendiquer des droits ou des prérogatives, ou encore apporter des éléments de preuve dans une controverse. La controverse entre l’évêque, la communauté et les Barnabites d’Acqui en constitue un bon exemple. En étudiant le document rédigé pour l’enquête d’Innocent X, on remarque tout de suite que les Barnabites d’Acqui produisent un rapport qui ressemble de très près à ce que l'on observe dans suppliques qui seront envoyées par la suite ; ils anticipent ainsi les moyens par lesquels sera justifier la présence d’un ordre dans un lieu. Nous allons donc suivre cette controverse, afin d’étudier le contexte dans lequel les acteurs impliqués placent le couvent.

Suppliques et configurations politiques : reconstruire les contextes de production

51Le rapport rédigé par les Barnabites s’ouvre sur la description de la fondation du couvent, une affaire dont la complexité intensifiera encore les problèmes soulevés par la suppression.

Il convient de prendre en compte les passages suivants :
a. la description de la fondation du couvent, avec les acteurs impliqués ;
b. les liens institutionnels locaux ;
c. la façon dont sont remis en discussion les accords entre les institutions et les acteurs locaux ;
d. la manière dont on utilise la supplique et ses effets ;
e. la reconstitution des coalitions après la suppression.

  • 46 Lors de l’enquête d’Innocent, le collège de Saint Paul des Barnabites est dirigé par le père Pacifi (...)

52Toute l’information concernant la fondation du couvent est issue de la relation envoyée à Rome par les Barnabites (a. la description de la fondation du couvent, avec les acteurs impliqués)46

  • 47 Nous pouvons lire dans le rapport : « li detti PP rifferirono che la detta quarta parte dell'heredi (...)

53L’histoire de la fondation est liée à une controverse sur l’héritage de Stefano Leva. Le père barnabite Pacifico écrit que l’évêque Camillo Beccio avait autorisé la fondation en 1602. Le bâtiment destiné aux pères se trouvait dans le canton de Pisterna, à quelques dizaines de mètres du siège du diocèse. Le collège avait été fondé grâce au legs de Stefano Leva, qui, dans un codicille de son testament du 25 janvier 1591, avait destiné le quart de ses biens à la Congrégation de Saint Paul (les Barnabites). Le legs se révéla aussitôt insuffisant, de telle sorte que les Barnabites refusèrent la fondation du collège s’il n’y avait pas une augmentation du capital47. Alors que l’évêque caressait l’idée d’avoir un collège de Barnabites dans la ville, les héritiers de Leva refusèrent d’augmenter le legs et, passant outre l’autorité épiscopale, remirent aux moines de l’ordre du Mont Cassin, du monastère de Sainte Catherine de Gènes, le legs destiné aux Barnabites. Les moines s’installèrent aussitôt dans l’édifice.

  • 48 Les raisons pour lesquelles on accueille un ordre plutôt qu’un autre demeurent assez obscures et il (...)

54L’évêque et les institutions de la ville, notamment le Conseil de la communauté, s’opposèrent tout de suite à l’installation des moines du Mont Cassin et, en 1596, ils renouèrent les fils de la négociation avec les Barnabites48. On ne possède presque aucune information sur les quatre années de présence dans les lieux des moines du Mont Cassin. La famille Leva semble quitter la scène car elle n’est plus mentionnée dans les documents. L’évêque et la communauté prennent en charge l’augmentation du capital du couvent et, après l’établissement des Barnabites, leur garantissent de nouvelles recettes. Ils vont même jusqu’à promettre de doubler la valeur des biens du couvent, de 250 à 500 grands ducats.

55En 1598, l’offre est approuvée par le chapitre général et, après le départ des moines du Mont Cassin, les Barnabites entrent en possession du couvent et de ses biens. En l’espace d’une année environ, les Barnabites mettent en place leurs activités, notamment les célébrations religieuses et les confessions, dans l’église de la Place.

56Les contentieux n’en sont pas terminées pour autant. Ainsi, il est question d’un litige entre les héritiers de Stefano Leva et les Barnabites au sujet de biens qui seraient illégitimement détenus par les pères. Á partir de 1602, les Barnabites investissent dans l’organisation d’une école et, en 1608, ils achètent la maison du comte Sebastiano Ferrari dans laquelle ils établissent le nouveau collège. Dans le rapport de 1649, ils envisagent aussi la construction d’une église plus grande.

57Le rapport rédigé par les Barnabites retrace ainsi le cadre des factions qui déterminent le choix en faveur d’un ordre plutôt que d’un autre (b. les liens institutionnels locaux). Avant d’examiner l’activité des Barnabites, nous devinons déjà que, lorsqu’un Stefano Leva assigne une partie de ses biens à la construction d’un nouveau couvent dans la ville et demande des services, il représente une coalition. Il existe par conséquent, une sorte de « marché des ordres ». En d’autres termes, il y a des raisons précises expliquant le choix d’un ordre en particulier. Ainsi, le choix des moines du Mont Cassin peut-il être expliqué par le fait que ces derniers acceptaient bien volontiers ce que les Barnabites jugeaient inapproprié.

  • 49 Voir la séance du Conseil, qui a été partiellement transcrite par A. B. Raviola, Il Monferrato gonz (...)

58L’engagement de la communauté en faveur des Barnabites reste par la suite considérable : dans la séance du 8 février 1637, le Conseil presse les pères de se charger de l’éducation des jeunes, dans le cadre d'une école qui doit être structurée dans les deux filières « théologie et affaires de conscience »49. (c. la manière dont sont remis en discussion les accords entre les institutions et les acteurs locaux). Le Conseil juge le projet didactique des Barnabites indispensable pour le renforcement de la ville, grâce à l’instruction des jeunes en lettres et en droit. Il s’agit donc d’un investissement ayant pour but la constitution d’une classe dirigeante urbaine, car

  • 50 « pochi si trovano nel megio di studiar tralasciano il corso per non haver comodità di mantenersi t (...)

[...] il y en a beaucoup qui se voient forcés d’interrompre les études, parce qu’ils n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins dans une ville étrangère50.

Tout compte fait, les ordres religieux font partie, eux aussi, des configurations politiques de la ville.

  • 51 L’évêque, Ambrogio Bicuti, semble avoir d’autres projets : il s’adresse à la Congrégation pour avoi (...)

59Il faut donc ramener les suppliques à une politique de médiation et de compromis. Les évènements qui vont suivre permettent d’interpréter les suppliques produites dans le contexte reconstruit par la relation du 1649. L’évêque d’Acqui est informé de la suppression du couvent des Barnabites par la bulle Instaurandae regularis disciplinae : cela va changer les plans des autorités diocésaines et relancer la discussion sur les équilibres religieux et institutionnels de la ville. Étant donné que l’on ne peut faire appel d’une bulle du pape, la seule chance consiste en la rédaction d’une supplique par laquelle espère persuader le pape par une mobilisation des institutions laïques les plus importantes d’une communauté51. Cette fois, l’évêque se range du côté des adversaires des Barnabites, car il envisage de destiner les biens du couvent supprimé au séminaire, en tant qu’institution consacrée à la formation du clergé diocésain. Le Barnabite Pacifico mobilise ses partisans et une émeute populaire se déclanche. Une grande partie des habitants d’Acqui, qui sont liés aux écoles, ainsi que le Conseil de la communauté, prennent fait et cause pour les Barnabites et vont jusqu’à protester devant le palais épiscopal. La situation semble s’arranger lorsque les supérieurs de Pacifico lui demandent d’observer les dispositions de l’évêque et d’abandonner le couvent. Bien qu’il obtempère, le père ne se montre pas docile pour autant, car il dépouille le couvent de tous ses biens meubles ; il rédige même l’inventaire des investissements faits par les pères du couvent, afin de demander des dommages et intérêts au séminaire.

60La supplique, adressée à la Congrégation, est rédigée par le Conseil le 22 juin 1653. La demande d’annulation de la suppression s’accompagne d’un certain nombre d’accusations à l’encontre de l’évêque, soupçonné d’avoir sous-estimé l’importance du couvent dans le but d’en faciliter la suppression et de s’en approprier ainsi les biens (d. la manière par laquelle on utilise la supplique et ses effets). Le document revient également sur une autre question :

  • 52 « Per mezzo di un suo procuratore (il vescovo) negotiava in Roma l'estinzione del collegio di S. Pa (...)

[...] grâce à son procureur, (l’évêque) négociait à Rome la suppression du collège de Saint Paul dans la même ville, avec l’intention de s’approprier les revenus du collège, connaissant pertinemment le grave préjudice que cela causerait52.

  • 53 « Se i campi sono ben arati e lavorati, e se ci sarà un po' di pace, i frutti saranno molto buoni »
  • 54 AVA, Ambrogio Bicuti, 1644-1669, Lettere pastorali, decreti, raccolta di omelie, F. 5, c1, f. 1, Ve (...)

En guise de conclusion, la communauté s’engage à soutenir les Barnabites « si les champs sont bien labourés et soignés, pour peu que la paix dure, ils donneront de très bon fruits »53. Les coalitions de la ville semblent prendre le parti des Barnabites, tandis que l’évêque se retrouve seul. La supplique ne semble cependant pas avoir eu d’effet, puisque, en 1657, l’évêque prend possession du couvent. En tout état de cause, l’affaire ne s’arrête pas là ; le rétablissement des Barnabites en 1680 met en évidence le rôle de la supplique en tant qu’instance capable de produire des accords entre les acteurs dans un long processus de réorganisation des institutions locales, avec la participation active des institutions romaines. Les Barnabites jouissent de la faveur de la plupart des factions de la ville, tandis que l’évêque paraît isolé puisque c’est seulement grâce au soutien de la Congrégation qu’il parvient à faire face aux revendications des Barnabites et à trouver un nouveau rôle au milieu des institutions de la ville54.

  • 55 L’affaire concernant les Rivarola, qui aboutit à un procès présidé par l’inquisiteur de Milan, est (...)

61L’évêque se voit contraint par plusieurs familles de notables de la ville de confier la direction du séminaire à un prêtre originaire de Chiavari, un certain Gerolamo Rivarola55. Ainsi, l’évêque renonce-t-il à nommer lui-même un prêtre, afin d’aplanir les difficultés créés par ladite suppression. Toutefois, la gestion du séminaire par Rivarola est la cause de nombre de problèmes qui font obstacle à tout projet de séminaire diocésain. Les Barnabites reviennent à Acqui au début du xviie siècle, dans les années quatre-vingt, en reprenant possession des biens du séminaire.

  • 56 De très intéressantes informations sur les variations des frontières de la province des Barnabites, (...)

62Les évènements qui précèdent le retour des Barnabites montrent que la supplique s’intègre dans un processus de restructuration des institutions locales, au sein duquel les autorités romaines jouent un rôle actif. La ville comme l’évêque proposent aux Barnabites de fonder une nouvelle école. Comme lors de la première fondation, en 1591, s’ouvre alors une négociation sur la dotation du couvent. La construction d’une école exige des sommes considérables, et c’est seulement grâce à la communauté, qui s’engage à payer une partie des dépenses, que le père général accorde la permission le 7 août 168256.

  • 57 Archivio Storico della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo, Roma, Acqui Arm. 2 s. 4/1 (...)

63La visite du couvent par le père provincial des Barnabites, Ambrogio Spinola, le 8 juillet 1688, décrit un couvent en parfait état, dont les pères sont aimés par la ville et par l’évêque57. Une fois de plus, on trouve la coalition évêque-Conseil de la communauté reproduite dans la documentation des Barnabites. La ville et l’évêque semblent très satisfaits de l’activité pédagogique des pères, comme en témoigne le visiteur :

  • 58 « Facendo le loro funzioni scolastiche con soddisfazione di tutta la città, la quale gode in sommo (...)

[...] ils accomplissent leurs fonctions à la satisfaction générale, et la ville est si heureuse d’avoir des prêtres si vertueux, qu’elle souffrirait beaucoup du départ d’un seul d’entre eux ; quant à monseigneur l’évêque, il a montré qu’il les aime au-dessus de tous les autres58.

Conclusions

  • 59 E. Boaga, La Soppressione innocenziana, op. cit., p. 84-85.
  • 60 Pour les différentes positions par rapport à la capacité des suppliques de créer des agrégations so (...)

64Dans le cadre social et institutionnel d’Acqui, la supplique décrit sans doute une relation entre le domaine social et l’autorité politique. Là où la bulle n’est pas la cause de la suppression d’un couvent, comme dans le cas de Calizzano, la supplique ne met pas en question la norme générale et n’est pas à l’origine de changements de la norme prescrite. Cette dernière, en effet, prévoit déjà la possibilité d’une dérogation ou d’une modification dans l’application d’une règle, par le biais de suppliques : il est donc possible de créer des situations locales de façon à atteindre le but codifié par la règle. Après l’analyse du contexte de la ville d’Acqui, on ne peut évidemment plus considérer la supplique comme simple correction à un manque de normes. La rhétorique, très commune en Italie, lorsque l’on dénonce la supposée myopie de la Congrégation59, consiste à demander, comme nous l’avons constaté, une analyse détaillée du contexte local. La supplique en elle-même ne corrige pas la norme, comme le souhaiteraient les acteurs des faits. Elle fait plutôt apparaître un réseau de relations et d’alliances. Les coalitions ne surgissent pas lors de la présentation d’une demande à l’autorité supérieure, elles sont bien plus anciennes60 : la supplique les dévoile afin qu’elles soient reconnaissables par les institutions.

  • 61 Voir S. Cerutti, Étrangers, Étude d'une condition d'incertitude dans une société d'Ancien Régime, P (...)

65Certes, les contextes d’analyse des suppliques sont différents : les formes rhétoriques, les choix stylistiques, le contexte normatif, sont à évaluer par rapport aux pratiques sociales ; tout cela permet d’esquisser le rôle des suppliques et d’expliquer, dans une certaine mesure, les relations entre les institutions supérieures et les acteurs61. Cependant, j’ai choisi de faire une simple allusion aux aspects plus formels et culturels afin de concentrer l’attention sur les contextes locaux, au sein desquels il est possible de juger les forces qui organisent et dirigent une supplique. Un tel choix a également été suggéré par les formes des suppliques prises en considération, décrivant toujours des contextes locaux. L’analyse de ces descriptions, sans doute adaptées aux contingences, permet de cerner les ressources qui entrent en jeu dans les relations entre les institutions : ces ressources sont justement à l’origine des différentes formes d’argumentation dans les suppliques, qui vont des lettres décrivant la charge d’âmes, aux inventaires, ou aux témoignages rédigés par les notaires travaillant pour les institutions laïques. Le renvoi à des contextes politiques locaux révèle les controverses qui se trouvent très souvent derrière la production de suppliques, qui ont pour but de défendre les prérogatives des suppliants, comme dans les cas étudiés, par exemple les familles Ponza et Mantelli à Alexandrie. Il s’est donc agi d’analyser un contexte, qui est loin d’être le seul, mais qui permet d’expliquer la genèse des sources au regard de la règle positive.

66Á partir des contextes locaux, on parvient également à mettre en lumière un autre aspect de la supplique, qui ne se borne pas à une simple demande de grâce pour défendre un privilège, mais qui est aussi un moyen de proposer une réinterprétation de configurations institutionnelles asymétriques que la supplique elle-même devrait en principe confirmer. Les suppliques adressées au pape sont rédigées non seulement pour demander une grâce, mais encore pour proposer une réorganisation des structures institutionnelles locales, par les biais d’une correction des effets négatifs de la norme édictée. Elles offrent, en définitive, une solution inédite, élaborée par une coalition locale. Une fois de plus, le contexte local représente l’un des éléments par lesquels il est possible de comprendre les textes écrits par les suppliants. Ce dialogue entre institutions supérieures et coalitions locales permet de reconsidérer l’asymétrie des relations et apporte de nouveaux éléments aptes à réorganiser les institutions locales.

  • 62 Je dois cette interprétation à E. Grendi, Lettere orbe : anonimato e poteri nel Seicento genovese, (...)

67Les suppliques ne sont pas des simples demandes : elles représentent une documentation exceptionnelle, qui apporte bien des renseignements sur les structures institutionnelles locales, constituant une sorte de prosopographie des institutions locales62. C’est le cas, par exemple, à Calizzano, où il est demandé de limiter le pouvoir des curés qui s’approprient illégitimement des biens légués aux couvents ; ou encore, c’est le cas à Alexandrie, où il est proposé d’augmenter le nombre des suppressions, afin de réduire la présence des ordres sur place.

68Jamais, dans les suppliques, n’est mentionnée la question de la discipline des fidèles ou celle des réguliers : la rhétorique de la discussion est centrée surtout sur la gestion du patrimoine. On y mentionne parfois l’incapacité d’autres institutions censées organiser les services à la place du clergé régulier. À Canelli (AT), par exemple, il est demandé le rétablissement des augustins, puisque le clergé séculier n’est pas parvenu à organiser les écoles ; et à Calizzano, la communauté demande la restauration du couvent des dominicains, par crainte de perdre non seulement les écoles, mais aussi le père inquisiteur.

  • 63 Boltanski et Thevenot sont très près de l’approche selon lequel les procédures de légitimation des (...)

69Les suppliques font partie d’une relation conflictuelle et d’une action de pacification qui produisent des coalitions politiques en proposant des interlocuteurs aux institutions supérieures, telles que, par exemple, les évêques, les communautés et la Congrégation. Dans ce milieu de dialogue et de communication, la narration des faits et les contextes que l’on reconstruit ont un rôle clé, bien qu’à travers les formes de la controverse. La confrontation avec la réalité justifie et explique constamment l’application d’une norme : en d’autres termes, on construit une relation entre le fait et la conséquence de l’application d’une règle. Il est donc important de souligner que la supplique circonscrit une réalité afin de la proposer à la Congrégation dans le but de conserver les ressources à la base d’un contexte local. Les résistances aux suppressions se fondent sur des éléments minutieusement cernés, à travers la production d’attestations de vérité (rentes, emprunts, locations, emphytéoses, mais aussi écoles et charge d’âmes). Il s’agit de systèmes économiques qui structurent les relations sociales liées à la dévotion et aux différents membres de la société, soit laïques, soit ecclésiastiques. Ainsi, la supplique devient-elle une action d’une durée limitée, faisant partie d’un processus de légitimation : elle produit des interlocuteurs pour les institutions, elle construit des relations, elle certifie des accords et des coalitions, elle produit des revendications et des engagements63.

Haut de page

Notes

1 Le but est de remarquer les processus de construction des faits dans une perspective d’analyse visant à cerner un fait historique : voir S. Cerutti et G. Pomata (a cura di), Fatti : storie dell’evidenza empirica, numéro monographique de Quaderni storici, 108 (2001).

2 M. Vallerani, La Supplica al signore e il potere della misericordia, dans Intorno all’eccezione, ed. par M. Vallerani, numéro monographique de Quaderni storici, 44 (2009), p. 411-441. G. M. Varanini, « ’Al magnifico e possente segnoro’. Suppliche ai signori trecenteschi italiani fra cancelleria e corte : l’esempio scaligero », in C. Nubola et A. Würgler (eds), Suppliche e « gravamina ». Politica, amministrazione, giustizia in Europa (secoli xiv-xviii), Bologne 2002, p. 65-106, p. 98-99.

3 Suppliche e « gravamina ». Politica, amministrazione, giustizia in Europa (secoli xiv-xviii), opcit

4 N. Covini, Scrivere al principe. Il carteggio interno sforzesco e la storia documentaria delle istituzioni, voir Reti Medievali Rivista, IX - 2008, http://www.retimedievali.it (consulté le 01/04/2012).

5 Ce thème a été beaucoup étudié : voir, notamment, P. Blickle, Communal Reformation : The Quest for Salvation in Sixteenth-Century Germany, Cambridge 1985.

6 Voir N. Z. Davis, Fiction in the Archives, Pardon, Tales, and their Tellers in Sixteenth-Century France, Stanford 1987. Zemon Davis se propose également d’étudier la diffusion de modèles rhétoriques dans la narration des faits historiques, qui adopte un style uniforme, que l’on retrouve dans les sources d’archives.

7 Sur ce thème, les sociologues ont utilisé des sources qu’on pourrait comparer aux suppliques. À travers l’examen des correspondances, en effet, ils ont relevé la façon dont on justifie les actions par les formes de la narration et de l’écriture, qui s’adaptent toujours à des modèles descriptifs donnés. C’est justement dans ce rapport entre action et contexte normatif que l’on peut retrouver, à mon avis, une analogie avec la rédaction des suppliques, qui offrent une clé d’interprétation aux actions afin de les justifier dans un cadre normatif général. Voir L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification – Les Économies de la Grandeur, Paris 1991.

8 D. Fassin, « La Supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demandes d'aide d'urgence » Annales. Histoire, Sciences Sociales. 55e année, N. 5, 2000, p. 955-981.

9 Je trouve très intéressant à ce propos l’étude des groupes sociaux et des États d’Ancien Régime à partir de l’analyse des archives des magistratures : c’est justement le cas d’E. Grendi, Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di Antico Regime, Torino 1993, Id., Stato e comunità nel Seicento genovese, dans « Studi in memoria di Giovanni Tarello » I : Saggi storici, Milano, 1990, p. 243-282 ; O. Raggio, Faide e parentele. Lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Torino, 1990.

10 Le point de départ de ma recherche est l’échelle régionale actuelle : j’ai donc considéré les territoires occidentaux du Montferrat, la partie la plus septentrionale de la République de Gènes, le marquisat de Saluce, les fiefs impériaux du Piémont méridional et une partie de la Savoie.

11 J’ai examiné les rapports concernant 241 couvents, envoyés à la Congrégation et provenant des diocèses piémontais, à savoir 4 à 5 % de tous les couvents italiens concernés (6 238 couvents). Il y a cependant encore près de 30 % des couvents piémontais qui manquent à l’appel. En Italie, sur un total de 6 238 couvents, 37 % sont assujettis à une suppression, tandis que dans le Piémont seuls 15 % des couvents ne remplissent pas toutes les conditions nécessaires, à savoir qu’ils ne peuvent maintenir au moins six religieux. Uniquement 13,8 % des couvents supprimés en Italie envoient des suppliques et, sur ces 13,8 %, 58 % sont tout de même supprimés : les suppliques admises représentent par conséquent 42 % des demandes. Cela est confirmé aussi pour les couvents piémontais : dans le diocèse d’Acqui, 54 % des couvents supprimés parviennent à rester en fonction. Les données à l’échelle nationale se trouvent dans E. Boaga, La Soppressione innocenziana dei piccoli conventi in Italia, Roma, 1971, p. 147-154.

12 E. Boaga, La Soppressione innocenziana, op. cit., p. 33-51. Il faut souligner ici qu’il s’agit d’un thème très complexe : pour le moment, je relève seulement, avec Boaga, qu’en Italie, au milieu du xviie siècle, il y avait d’après les sources un problème de « rilassatezza » dans les couvents. Il serait donc question de réglementation et de discipline, une catégorie qui, malheureusement, ne parvient pas à rendre compte de la pluralité et de la complexité des situations locales.

13 Pour une approche à l’échelle nationale, voir E. Boaga, La Soppressione innocenziana, op. cit., p. 71-86.

14 Ibidem, p. 59-66.

15 Mémoire du 2 avril 1651, Archivio Generale dei Carmelitani Roma, II, C.O. n. 10.

16 Ibidem : « ...una concordia con alcuni capitoli compatti e condizioni, fra gli altri che le dette famiglie potessero nominare 3 o 4 padri capitolari e che il capitolo dei padri fosse tenuto a leggerne uno dei nominati per il governo di detta chiesa con obbligo di celebrare la messa ogni festa di precetto e una volta fra settimana per le anime dei defunti di altre famiglie benefattrici ».

17 Ibidem : « ... che i frati siano rimessi al possesso dei beni della grangia e che il chierico sia costretto a restituire quanto ha preso ».

18 Sur la construction d’un fait, voir S. Cerutti e G. Pomata (a cura di), Fatti : storie dell’evidenza empirica, numéro monographique de « Quaderni storici », 108 (2001), et N. Z. Davis, Fiction in the Archives, op. cit., p. 4-5 et 7-35.

19 Quelquefois, la carence législative finit par justifier les suppliques : voir Nadia Covini, La Balanza drita. Pratiche di governo, leggi e ordinamenti nel ducato sforzesco, Milano, F. Angeli, 2007, et, pour une analyse de la supplique en tant qu’instrument pour gouverner, C. Nubola, La Via supplicationis negli stati italiani della prima età moderna (secc. xv-xviii), dans Forme della comunicazione politica in Europa nei secoli xv-xviii. Suppliche, gravamina, lettere, a cura di C. Nubola e A. Würgler, Bologna, 2004, p. 28-31 ; voir, également, N. Covini, La Trattazione delle suppliche nella cancelleria sforzesca: da Francesco Sforza a Ludovico il Moro, dans Forme della comunicazione politica, op. cit., p. 07-146.

20 Sur les suppressions dans l’Italie du sud, voir M. Rosa, La Chiesa Meridionale nell’età della Controriforma, dans Storia d’Italia, Annali 9, Torino 1986 ; G. Fragnito, Gli Ordini religiosi tra Riforma e Controriforma, dans Clero e società nell'Italia moderna, M. Rosa (ed.) Baria 1992 ; G. Galasso, Economia e società nella Calabria del Cinquecento, Napoli 1992 ; B. Pellegrino et F. Gaudioso, Ordini religiosi e società nel Mezzogiorno moderno, Galatina 1987 ; M. Campanelli, I Teatini, Roma 1987 ; G. Clemente, La Soppressione innocenziana dei conventi carmelitani in Capitanata nel xvii secolo, Bari 2001. Pour une analyse détaillée des dynamiques de formation et de gestion du patrimoine des réguliers, voir E. Stumpo, Il Consolidamento della grande proprietà ecclesiastica nell’età della Controriforma, dans Storia d’Italia Annali 9, La Chiesa e il potere politico, Torino 1986 ; F. Landi, Il Paradiso dei monaci, Accumulazione e dissoluzione dei patrimoni del clero regolare in età moderna, Roma, 1996.

21 « ... hora nonostante ciò che ho detto della povertà della città e del gran numero di regolari così mal stanti e miserabili che sarebbe un gran servitio di Dio sopprimerne quattro o cinque per le ragioni che ho accennato... », ASV, Misc., Arm. VIII 43 « materie diverse per civitates, supra Congregationis super regularium lett. » (en ordre alphabétique jusqu’au numéro 57) ff. 283 e sgg.

22 Ibidem : « ... hanno tentato e tentano tuttavia i Carmelitani scalzi di S. Teresa, di prendere fondazione di convento in questa città, ma come che già fu dalla loro repulsa per le sopraddette ragioni, persistendo nel lor proposito sono sempre andati negoziando per trovare apertura all'ingresso, ma non riuscendo, si sono appoggiati a personaggio d'autorità e principalissimo ministro Regio, quale nel favorirli ha fatto e va tuttavia facendo a per se stesso con lettere efficaci alla città e a diversi cavalieri violenze tali che sono le più vergognose e scandalose che si possino fare in questo genere ».

23 Ibidem : « detto ministro (il cui nome resta sconosciuto) con lettere a detti cavalieri in persona hanno violentato il Consiglio della Città con il sobornare i consiglieri, chi con inganni, chi con promesse e chi con minacce, per concedere ai Padri Carmelitani scalzi il loro consenso ».

24 Ibidem :« non contenti di questo hanno tentato e tentano alcuni cavalieri per imposizione di detto ministro con violenze straordinarie i superiori della religione con approntate istanze a dare il consenso a suddetti PP. ».

25 Ibidem :« ha scritto a Roma ad un eminentissimo suo parente che procurasse ai generali delle religioni che sono in questa città a superiori che li commodino o sii dato detto consenso ai PP. come è seguito ».

26 On peut donc affirmer qu’il n'existe pas un niveau élevé de discussion : la même situation a été étudiée par Edoardo Grendi, La Pratica dei confini, Mioglia contro Sassello, 1715-1745, dans « Quaderni Storici », 63 (1986), p. 811-845.

27 « ... si preparano per traslocare e vuotare il convento anche delle cose sacre che allestiscono gli altari e le chiese che sono stati donati dalla Città e da Cittadini particolari alla detta chiesa ».

28 Voir E. Boaga, La Soppressione, op. cit., p. 115-130.

29 ASV, Misc., Arm. VIII 43, « materie diverse per civitates, supra Congregationis super regularium lett. A », f. 182, lettre du 7 mai 1653.

30 Ibidem : « più di tutto, per la pace e quiete di quel popolo, la terra è divisa in due fationi, li quali pigliano il nome dai i frati che vi sono cioé di S. Maria dell'ordine dei servi e di S. Martino di Eremitani. Situati in due diversi quartieri: fra queste fationi vi è stata ab antiquo e vi é di presente tanta inimicizia confirmata di longa mano con homicidi hinc et hindi seguiti, che o è impossibile o è difficilissimo che quelli huomini di S. Martino vadino all'altro quartiere di S. Maria. Onde resta soppresso questo di S. Martino, pari al popolo che habita in esso che perdendo la comodità che li prestano i padri di messe, confessioni e scuola, restino come smarcati et a quelli di S. Maria di restare come superiori iattandosi, come fanno li genti ordinarie, con che provocano quelli altri ».

31 L’évêque écrit que les revenus du couvent sont plus riches que ceux des pères augustiniens, ce qui devrait faciliter la réouverture du couvent de Saint Martin : « dopo la visita del convento, seguito alla soppressione, parlando con persone della detta terra e poi con li huomini che di presente sono del governo di esso, il saldo delle entrate è superiore a quanto dichiarato dai frat ». Au cours d’une visite au couvent, le vicaire découvre l’existence d’une rente de 400 écus : une fois déduit les frais, il en reste une somme de 300 écus, par lesquels on peut maintenir très aisément six frères.

32 Ibidem : « Questa se ben par cosa di poco conto tuttavia in riguardo ai geniy en humori di quelle genti che l'apprendono è assai ».

33 Ibidem : « ... l'altro convento delle Lagrime è piccolo e in un luogo quasi deserto: entrambi i conventi potrebbero riunirsi sotto la regola militando li frati dell'uno e dell'altro sotto il medesimo titolo di S. Agostino, poiché cosi quelli di S. Martino col poco aggiunto di questo delle Lagrime potrebbero mantenersi sette frati ».

34 ASV, la RSE, 109 : la lettre est rappelée aussi par Boaga, La Soppressione innocenziana, op. cit., p. 59.

35 ASV, Armadio VIII Misc., « Congregationis status regularium », vol. 17, lettre S, f. 426.

36 Sur le sens social des pratiques de dévotion, voir Angelo Torre, Il consumo di devozioni, Venezia 1996, et “Politics Cloaked in Worship. State, Church and Local Power in Piedmont 1570-1770”, Past and Present, 134 (1992), p. 42-92.

37 Le modèle est représenté par le mémoire rédigé par les Superiori Maggiori des ordres mendiants : Memoriale 2 avril 1651, Archivio Generale dei Carmelitani Roma, II, C.O. n. 10.

38 ASV, Misc., Arm. VIII 43 « materie diverse per civitates, supra Congregationis super regularium lett. A ». Supplique 17 mai 1653 Asti.

39 Aujourd’hui Castelnuovo Don Bosco (AT).

40 Puisque le territoire de l’église de Sainte Marie de la Consolation de Cocconato, lieu d’origine du curé, se trouve dans le diocèse de Vercelli, il se considère comme la victime d’un abus. La paroisse demeurera dans le diocèse de Vercelli jusqu’au 1805, lorsque elle rentre dans le diocèse de Turin.

41 « e fece atti possessori ».

42 « secolari e, per non lasciar impregiudicato alla raggione della nostra Diocesi, mi portai a detto convento e entrai in chiesa e pigliai i mobili sacri ».

43 « la cascina e la più parte dei possessi del detto convento si trovano situati sui confini della Piova (Piovà Massaia), il Consiglio della Piova intende che detti beni e cassina non debbano aggiudicarsi ad altri usi pii che alla Piova e alla compagnia del Santissimo Suffragio eretta in questo luogo e pretendono mantenersi in possesso perché i frati non hanno pagato i carichi ordinari stando che i possessi sono catastati nel suo registro ».

44 Edoardo Grendi a étudié la correspondance du « Magistrato della Comunità », afin de relever le dialogue soutenu entre la communauté et les magistratures de la République. Les suppliques sont l’un des outils par lesquels on construit l’interaction entre institutions de l’État. Voir E. Grendi, Il Cervo e la Repubblica, op. cit., e Id, Introduzione alla storia moderna della Repubblica di Genova, Genova, 1976. Les suppliques envoyées par la communauté ont été l’objet d’une étude par Massimo Della Misericordia : selon ce dernier, la supplique n’était pas une pratique aimée ni encouragée par le gouvernement des Sforza ; voir M. Della Misericordia, « "Per non privarci de nostre raxone, li siamo stati desobedienti". Patto giustizia e resistenza nella cultura politica delle comunità alpine nello stato di Milano (xv Secolo) », in Nubola Wurgler (a cura di), Forme della comunicazione politica, op. cit., p. 147-216.

45 Il s’agit par conséquent d’acteurs avec des rôles très différents par rapport aux acteurs impliqués dans les suppliques adressées aux souverains ou aux institutions ecclésiastiques. Dans ce cas, en effet, on n’est pas d’accord sur l’infériorité ou sur la pauvreté du suppliant face à l’institution à laquelle on adresse la supplique. Le suppliant a un rôle actif dans ses argumentations et il propose même des solutions, afin d’éviter une dérogation. Parmi les exemples illustrant une situation très différente, on peut citer ici les cas examinés par M. Vallerani, La Supplica al signore, op. cit., p. 411-441, notamment p. 441 ; C. Nubola, A. Wurgler (a cura di), Forme della comunicazione politica in Europa nei secc. xv-xviii, Suppliche, gravamina, lettere, Bologna, 2004 ; H. Millet (dir.), Suppliques et requêtes. Le gouvernement par la grâce en Occident, Roma, 2004. Pour les suppliques concernant des questions plus proches de celles qui nous étudions ici, voir W. Muller, « Violence et droit canonique : les enseignements de la Pénitence apostolique (xiiie-xvie siècle) », Revue historique (2007), p. 771-795.

46 Lors de l’enquête d’Innocent, le collège de Saint Paul des Barnabites est dirigé par le père Pacifico Cosetti de Mirabello ; le personnel du collège compte également Carlo Antonio Vichi, originaire de la région des Marches, et Paolo Vincenzo Alii de Mirabello

47 Nous pouvons lire dans le rapport : « li detti PP rifferirono che la detta quarta parte dell'heredità non passava d'entrate di più di dugento e cinquanta scudoni che non sono sufficienti per mantenere in collegamento conforme l'instituzione d'essa Congregazione e nel detto Capitolo si decise di non accettare detto collegio ».

48 Les raisons pour lesquelles on accueille un ordre plutôt qu’un autre demeurent assez obscures et il faudrait les étudier en détail.

49 Voir la séance du Conseil, qui a été partiellement transcrite par A. B. Raviola, Il Monferrato gonzaghesco, istituzioni ed élites di un micro-stato (1536-1708), Firenze, 2003, p. 341-342.

50 « pochi si trovano nel megio di studiar tralasciano il corso per non haver comodità di mantenersi tanti anni a lor spese fuori in altre città ».

51 L’évêque, Ambrogio Bicuti, semble avoir d’autres projets : il s’adresse à la Congrégation pour avoir des instructions sur les manières dont il doit user avec les pères qui se refusent d’abandonner le couvent. AVA, Ambrogio Bicuti, 1647-1675 Corrispondenza, F. 8, c1, f. 1, lettre du 4 janvier 1658.

52 « Per mezzo di un suo procuratore (il vescovo) negotiava in Roma l'estinzione del collegio di S. Paolo della stessa città per aggregare a se stesso queste entrate conoscendo i gravissimi danni che ne seguirono ». Armadio VIII Misc., « Congregationis status regularium », volume 1 lettera A, Diocesi di Acqui fogli 453 e sgg.

53 « Se i campi sono ben arati e lavorati, e se ci sarà un po' di pace, i frutti saranno molto buoni ».

54 AVA, Ambrogio Bicuti, 1644-1669, Lettere pastorali, decreti, raccolta di omelie, F. 5, c1, f. 1, Vertenze relative alla soppressione dei conventini 1657.

55 L’affaire concernant les Rivarola, qui aboutit à un procès présidé par l’inquisiteur de Milan, est reconstruite par L. Giana, Ordini Religiosi in Piemonte. Un approccio alla scala locale : appunti da una ricerca in corso, in M. Dolermo (a cura di), Miscellanea in onore di don Angelo Carlo Siri, Acqui Terme, 2011, p. 179-196. La correspondance entre l’évêque et la Congrégation se trouve aux AVA, Ambrogio Bicuti, Atti dei vescovi e visite pastorali, F. 8, C. 1, f. 1.

56 De très intéressantes informations sur les variations des frontières de la province des Barnabites, en Piémont, se trouvent dans M. Regazzoni, « Un contributo allo studio della Provincia Piemontese-Savoiarda dei Barnabiti (1608-1982) », Barnabiti Studi, 20 (2003), p. 239-329.

57 Archivio Storico della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo, Roma, Acqui Arm. 2 s. 4/1 f. I.

58 « Facendo le loro funzioni scolastiche con soddisfazione di tutta la città, la quale gode in sommo d'avere preti così virtuosi e mal soffrirebbe che ne fosse levato ne men uno di quelli che vi sono e tanto s'è fatto intendere Monsignor Vescovo che li ama sopra tutti »

59 E. Boaga, La Soppressione innocenziana, op. cit., p. 84-85.

60 Pour les différentes positions par rapport à la capacité des suppliques de créer des agrégations sociales, voir D. Fassin, La Supplique, op. cit.

61 Voir S. Cerutti, Étrangers, Étude d'une condition d'incertitude dans une société d'Ancien Régime, Paris 2012, notamment p. 161-213.

62 Je dois cette interprétation à E. Grendi, Lettere orbe : anonimato e poteri nel Seicento genovese, Palermo 1989. Grendi n’analyse pas les suppliques, mais les lettres anonymes envoyées au Sénat de la République. Cette forme d’écriture a des points communs avec les suppliques que j’ai étudiées, car les lettres sont rédigées à partir d’une présentation d’un contexte local à une institution supérieure. La lettre a le but d’offrir les éléments nécessaires à une lecture correcte du contexte. Le renvoi direct aux contextes locaux, qui ne pourraient être autrement pris en considération par les institutions supérieures, est un caractère commun aux lettres anonymes étudiées par Grendi et aux suppliques envoyées au pape.

63 Boltanski et Thevenot sont très près de l’approche selon lequel les procédures de légitimation des actions sont au cœur de leur relation avec les faits historiques : voir L. Boltanski, L. Thevenot, De la Justification, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Giana, « Les suppliants du Pape : en marge de la suppression des petits couvents par Innocent X (xviie siècle) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/6526 ; DOI : 10.4000/acrh.6526

Haut de page

Auteur

Luca Giana

Luca Giana s'occupe d'histoire du territoire et d’histoire politique des sociétés d'Ancien Régime. Il est l’auteur de Topografie dei diritti, Istituzioni e territorio nella Repubblica di Genova (Edizioni dell’Orso, Alessandria, 2011). Il a travaillé notamment sur le rapport entre institutions, territoire et groupes sociaux, et, dans ce cadre, il a pris part au projet triennal CRESO : Religious orders and civil society, de l’Université du Piémont Oriental autour l’histoire des ordres réguliers en Piémont (Italie), entre xvi et xix siècle.
Mail: luca.giana0 [arobase] gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org