Navigation – Plan du site
L’ascèse et les pratiques de soi : individus et liens sacrés

De l’hypothèse d’une analogie entre « direction spirituelle » et cure psychanalytique

Léo Botton

Résumés

Cet article a été présenté lors d’une journée d’études doctorales à l’initiative du CEIFR et du CARE intitulée « Sacrés liens ! » ayant eu lieu le 21 mai 2013 à l’ÉHESS. Cette journée d’étude, problématisée autour de la notion de Lien et pariant sur son efficacité heuristique dans le cadre large et interdisciplinaire des sciences sociales des religions, a permis dans le cadre de sa quatrième session consacrée à « l’ascèce et les pratiques de soi : individu et liens sacrés » de réinterroger l’hypothèse audacieuse formulée, mais jamais développée, par Michel de Certeau d’une analogie entre pratique des Exercices spirituels et cure psychanalytique.
Il a pour objectif de mettre en lumière la spécificité de la triangulation du lien entre directeur, exercitant et Dieu dans cette pratique de soi si singulière que constitue les Exercices spirituels d’Ignace de Loyola, pratique trouvant ses racines dans le xvie siècle espagnol et se voyant dispensée depuis maintenant plus de cinq siècles à un public aussi bien régulier que laïque. Pour ce faire, je m’attacherai à analyser trois extraits du texte des Exercices spirituels, à savoir la primera annotacion, le prosupuesto et le principio y fundamento, pour mettre en relief la circulation de l’expérience au sein de cette pratique spirituelle jésuite qui pourrait alors se voir rapprochée d’une pratique de soi plus contemporaine que constitue la pratique psychanalytique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. de Certeau, « Chapitre x : L’espace du désir ou le ‘fondement’ des Exercices spirituels » dans L (...)

« Quoi qu’il en soit des mots, la méthode suppose ce qu’elle ne représente pas - disons, pour faire bref, les voix du désir -, et elle a pour objectif de les articuler »…
« Le texte qui articule ainsi le désir sans prendre sa place ne fonctionne que s’il est pratiqué par l’autre et s’il y a un Autre »
Michel de Certeau1

Introduction : Un chapitre manquant à la Fable mystique II

  • 2 Idem, La Fable mystique, xvie-xviie, Paris, Gallimard, tome II, 2013, p. 12-13.
  • 3 Id., The Mystic Fable, vol. I, The 16th and 17th Centuries, traduit du français par M. B. Smith, Ch (...)
  • 4 M. de Certeau, op. cit., p. 13 : « Pour la deuxième partie, font défaut la direction spirituelle et (...)

1Dans sa présentation à la Fable mystique II2, Luce Giard retranscrit une lettre, datée du 25 août 1985, de Michel de Certeau à son ami américain Michael B. Smith où l’historien jésuite présente au traducteur anglais du premier volume de la Fable mystique i3 son projet de plan pour le second volume à venir. Une sous-partie y est alors intitulée « la “direction spirituelle”, exercice du dialogue analogue à la cure psychanalytique ». Interrompu dans son initiative par la maladie, de Certeau ne put venir à bout de ce projet et, comme nous l’apprend Luce Giard, le chapitre consacré à cette question ne vit jamais le jour4.

C’est cette proposition d’analogie entre direction spirituelle et cure psychanalytique par Michel de Certeau que je tâcherai de reprendre à mon compte.

  • 5 Pour une approche complète de la pratique des Exercices spirituels, se reporter à A. Demoustier, Le (...)
  • 6 M. de Certeau, Le Lieu de l’autre : histoire religieuse et mystique, opcit., p. 239-247.
  • 7 Ibid., p. 239.
  • 8 Pour aborder la complexe question de l’élaboration de ce texte, voir Candido de Dalmases, « Histoir (...)
  • 9 Pour une approche plus complète de la lecture des Exercices par Roland Barthes voir Pierre Antoine (...)
  • 10 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Éditions du Seuil, Collection « Tel Quel », 1971.

2Fondement de l’identité jésuite, la pratique des Exercices spirituels consiste en une retraite spirituelle où un dirigé, l’exercitant, vient solliciter un directeur, plus fréquemment qualifié d’accompagnateur spirituel, afin de se mettre au clair quant à un choix de vie à assumer5. Dans un texte intitulé « L’espace du désir ou le ‘fondement’ des Exercices spirituels »6, qui s’attache à caractériser cette forme de direction spirituelle comme étant basée sur l’énonciation du désir, Michel de Certeau indique, sur un plan plus formel, que « les Exercices fournissent seulement un ensemble de règles et de pratiques relatives à des expériences qui ne sont ni décrites ni justifiées, qui ne sont pas introduites dans le texte, et dont il n’est d’aucune façon la représentation puisqu’il les pose comme extérieures à lui sous la forme du dialogue oral entre l’instructeur et le retraitant, ou de l’histoire silencieuse des relations entre Dieu et ces deux répondants »7. Une des difficultés majeures de l’approche d’une telle praxis est donc que le texte des Exercices spirituels fut établi en vue d’une pratique et non d’une simple lecture8. En reprenant Roland Barthes9, nous pourrions considérer que « purifié de tout contact avec les illusions de la forme, le texte d’Ignace, suggère-t-on, est à peine du langage : c’est la simple voie neutre qui assure la transmission d’une expérience mentale »10.

3L’objectif de cet article ne sera donc pas d’effectuer une analyse exhaustive du texte des Exercices spirituels mais plutôt de mettre en relief cette « transmission d’expérience mentale » et d’interroger cette analogie supposée avec la cure psychanalytique.

  • 11 Ignace de Loyola, Texte autographe des Exercices spirituels et documents contemporains (1526-1616), (...)

J’ai donc choisi de concentrer mon analyse sur trois extraits du texte des Exercices - la primera annotacion, le prosupuesto et le principio y fundamento tirés du texte autographe11 - afin de mettre en regard comment s’opère la circulation de l’expérience entre directeur, exercitant et Dieu dans la direction spirituelle jésuite.

En effet, aborder la spiritualité ignatienne sous l’angle d’une réflexion sur le lien en sciences sociales des religions nécessite de définir une approche méthodologique. J’ai donc fait le choix, restrictif, de montrer comment les Exercices proposent un dispositif pratique mettant aux prises directeur, exercitant et Dieu dans un jeu triangulaire où chaque acteur est renvoyé l’un à l’autre. Il m’est apparu pertinent de mettre en lumière ce triptyque en ce qu’il permet de saisir à la fois la singularité de la pratique des Exercices spirituels mais également la spécificité du rapport du directeur à l’exercitant comme du rapport de l’exercitant et du directeur à Dieu.

4Le manuscrit des Exercices spirituels s’ouvre sur une série de vingt annotations rédigées par Ignace de Loyola à l’intention des futurs directeurs spirituels et qui se présente comme une introduction et un préalable. C’est dans cet avant-propos que je choisirai mon premier extrait.

Le texte de la première annotation - primera annotacion - propose la définition de ce qu’Ignace de Loyola entend par Exercices spirituels. Plus qu’une simple définition, il y esquisserait une typologie de ces Exercices tout en nous permettant d’en saisir l’objectif et la visée pratique.

  • 12 Id., Exercices spirituels, Paris, Desclée de Brouwer, 1986, (Christus, 61), p. 27.

À la suite de cette série d’annotations – je n’aborde ici que le premier de ces vingt avertissements qui font office de Directoire –, le manuscrit des Exercices spirituels se poursuit par l’entrée en propre dans la pratique des Exercices. Intercalées entre la série des Annotations et les premiers exercices pratiques d’examen de conscience pratiqués en première semaine, deux pages intitulées « Présupposé » et « Principe et Fondement » viendront compléter mon choix d’extraits.
Le texte du prosupuesto, présupposé, réintitulé dans sa version française « Exercices spirituels pour se vaincre soi-même et ordonner sa vie sans se décider par quelque attachement qui serait désordonné »12, est remarquable en ce qu’il présente la conception ignatienne du « bon chrétien », qui s’illustrera dans le rapport que le directeur doit entretenir avec l’exercitant lors de la pratique de ces exercices spirituels.

Enfin le texte du Principe et Fondement, Principio y Fundamento, peut être considéré comme l’inscription textuelle de la conception théologico-anthropologique ignatienne fondant la pratique des Exercices spirituels. Condensé en un feuillet, ici se trouve la conception théorique de l’homme selon Ignace de Loyola qui vient sous-tendre tout l’édifice pratique de la spiritualité jésuite.

Ces trois extraits permettent ainsi de saisir les liens mis en jeu par la pratique des Exercices spirituels entre le directeur, l’exercitant et Dieu selon la source même du texte ignatien. Il m’est également apparu pertinent de recourir au texte castillan de la version consacrée comme Autographe des Exercices spirituels au côté de sa traduction française.

La primera annotacion : un lien structurel

  • 13 Ibid., traduction française de F. Courel p. 27. Le texte original donne : Annotaciones para tomar a (...)

Annotations pour acquérir quelque intelligence des Exercices spirituels qui suivent et pour que celui qui doit les donner aussi bien que celui qui doit les recevoir y trouvent une aide.
Par ce terme d’exercices spirituels, on entend toute manière d’examiner sa conscience, de méditer, de contempler, de prier vocalement et mentalement, et d’autres opérations spirituelles, comme il sera dit plus loin.
De même, en effet, que se promener, marcher et courir sont des exercices corporels, de même on appelle exercices spirituels toute manière de préparer et de disposer l’âme pour écarter de soi tous les attachements désordonnés et, après les avoir écartés, pour chercher et trouver la volonté divine dans la disposition de sa vie en vue du salut de son âme.13

5Les Exercices spirituels sont présentés par Ignace de Loyola comme des « opérations spirituelles » – spirituales opperaciones – en quoi elles se distingueraient nettement des actions spirituelles. Le travail à effectuer interpellera donc le retraitant - exercitant au niveau de son intériorité et non pas dans son rapport à l’extériorité.
Ces opérations se voient distinguées entre examen de conscience, méditation, contemplation et prières vocale et mentale. Les Exercices spirituels déploient ainsi une palette de différents dispositifs pratiques présentés dès les premières lignes du texte ignatien. Proposant une analogie avec les exercices corporels, Ignace réduit alors la spécificité de chaque pratique à une constante généralisatrice : un exercice spirituel est « une manière de préparer et de disposer l’âme » – todo modo de preparar y disponer el anima. Une fois l’objet anima ciblé, il va s’agir de présenter maintenant l’objectif de la pratique des Exercices spirituels. Cette visée est caractérisée par Ignace de Loyola comme triple :
- « Ecarter de soi tous les attachements désordonnés » - quitar desi todas las affectiones desordenadas ;
- « Chercher et trouver la volonté divine dans la disposition de sa vie » - y despues de quitadas para buscar y hallar la voluntad diuina en la disposition de su vida ;
- « En vue du salut de son âme » - para la salud del anima.

Deux éléments terminologiques peuvent retenir ici l’attention du lecteur : la mention des « attachements désordonnés » - affectiones desordenadas - et l’évocation explicite d’une « volonté divine » - voluntad diuina.

Les Exercices spirituels ignatiens consistent donc, suivant la lettre même du texte, « […] en la pratique de différentes opérations intérieures visant à se défaire des « affections désordonnées » pour ainsi agir selon un choix de vie conforme à la « volonté divine » dans la perspective d’une recherche de salut ou de santé de l’âme ».

  • 14 M. de certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit. , page 242.

Comme a pu le souligner Michel de Certeau, « bien loin d’être un ensemble de discours qu’il fallait ‘faire passer’ dans la vie, de sorte que l’affectivité et la pratique seraient les connaissances et les dépendances de connaissances assurées, cette théologie (mise en œuvre dans les Exercices) avait pour ‘principe’ l’affectus »14.

6Ainsi, m’inspirant de cette proposition certalienne, je propose de caractériser Ignace de Loyola comme un praticien de l’affect bien plus que comme un théologien.

La recherche du traitement de ces « affections désordonnées » pourrait permettre de rapprocher la visée de cette forme de direction spirituelle avec celle de la cure analytique. En revanche, la référence à la « volonté divine » à laquelle il s’agit de se conformer marque inévitablement les divergences et différences essentielles entre ces deux pratiques de soi.

L’analogie formelle entre ces deux pratiques de soi se conjugue donc à une dichotomie dans l’essence de ces mêmes pratiques entre, d’un côté, visée spirituelle – impliquant une reconnaissance de Dieu – et de l’autre, visée thérapeutique - impliquant une reconnaissance de l’instance psychologique Inconscient.

Dans un premier temps, en expliquant en quoi consiste un exercice spirituel, Ignace de Loyola a mentionné explicitement une volonté divine à l’égard de sa créature impliquant un lien de Dieu vers l’homme qui pourra se voir troublé par des « affections désordonnées » humaines. Je propose de caractériser ce lien de Dieu à l’homme comme un lien structurel, en ce sens que l’anthropologie ignatienne considère que la volonté divine structure le monde et l’homme.

Le prosupuesto : un lien expérientiel

  • 15 I. de Loyola, Exercices spirituels, op. cit. , traduction française de François Courel, p. 43. Le t (...)

Exercices spirituels pour se vaincre soi-même et ordonner sa vie sans se décider par quelque attachement qui serait désordonné.
Pour que celui qui donne les exercices spirituels, aussi bien que celui qui les reçoit y trouvent davantage d’aide et de profit, il faut présupposer que tout bon chrétien doit être plus disposé à sauver la proposition du prochain qu’à la condamner ; et s’il ne peut la sauver, qu’il s’enquière de la manière dont il la comprend et, s’il la comprend mal ; qu’il le corrige avec amour ; et si cela ne suffit pas, qu’il cherche tous les moyens appropriés pour que, la comprenant bien, il se sauve15.

7Une première remarque porte sur le choix terminologique opéré par Ignace de Loyola pour qualifier l’exercitant et le directeur : l’accompagnateur spirituel est désigné comme « celui qui donne les Exercices » - el que da los exercicios espirituales - et le retraitant comme « celui qui reçoit les exercices » - el que les rescibe.

Donner les Exercices suppose donc de les avoir déjà reçus et d’avoir expérimenté leur efficacité : tout directeur est donc un ancien exercitant supposant un lien d’expérience à parvenir à transmettre entre les deux acteurs. Une certaine horizontalité caractérise donc le lien entre directeur et exercitant là où l’expérience commune de la pratique spirituelle vient faire lien entre les deux acteurs mobilisés.

S’ensuit une étonnante assertion où il est expliqué que le directeur, au même titre que le retraitant, retirera « profit » de cette pratique et devra bénéficier d’une « aide » inattendue de la part de l’exercitant : il y a donc bien réciprocité d’intérêts entre « celui qui donne » et « celui qui reçoit » et horizontalité de leur rapport devant Dieu, le directeur étant l’égal de l’exercitant en tant que créature du créateur selon la conception ignatienne.

  • 16 M. de certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit. , p. 240.

Il est intéressant de noter que Michel de Certeau put proposer de désigner l’exercitant comme le « désirant » : « La “procédure” ignatienne implique un “désirant” – le retraitant, poussé par un désir et en quête d’une décision à prendre –, et elle vise à lui donner le moyen de nommer son désir aujourd’hui, provisoirement »16.

  • 17 Jacques lacan, « Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse », Les Écrits, Paris, (...)

8Cette proposition terminologique permet d’envisager le retraitant comme l’énonciateur d’un désir permettant une nouvelle fois de proposer une analogie entre l’exercitant de la direction spirituelle et l’analysant de la cure psychanalytique. En effet, le ressort thérapeutique de la cure analytique repose sur la prise en considération par le psychanalysant des expressions de son Inconscient dans sa parole, repérées par l’intermédiaire de l’analyste jouant le rôle de « ponctuateur dialectique » comme a pu le formuler Lacan17, pour y déceler le langage voilé de son désir profond.

Suivant cette nouvelle proposition certalienne, une nouvelle analogie apparaît entre ces pratiques de soi que sont la pratique des Exercices et la cure psychanalytique dans la mesure où ces deux dispositifs pratiques permettent à l’exercitant comme à l’analysant de se donner des moyens nouveaux de mettre à jour et d’énoncer leurs désirs profonds.

Le deuxième extrait sollicité permet donc de saisir l’originalité du rapport entre directeur et retraitant dans la spiritualité ignatienne, là où la pratique se trouve étonnamment présentée comme bénéfique aux deux partis en ce qu’elle est la possibilité même d’exercer l’attitude du « bon chrétien » : ici, le lien entre le directeur et l’exercitant serait celui d’un transfert d’expérience entre « celui qui donne les Exercices » et « celui qui reçoit les Exercices » - que je propose de nommer lien expérientiel.

Le Principio y Fundamento : un lien créationnel

  • 18 I. de Loyola, Exercices spirituels, op. cit., traduction française de François Courel, p. 44. Le te (...)

Principe et Fondement.
L’homme est créé pour louer, honorer et servir Dieu, Notre Seigneur, et, par là, sauver son âme, et les autres choses sur la face de la terre sont créées pour l’homme, et pour l’aider dans la poursuite de la fin pour laquelle il est créé.
D’où il suit que l’homme doit user de ces choses dans la mesure où elles l’aident pour sa fin et qu’il doit s’en dégager dans la mesure où elles sont, pour lui, un obstacle à cette fin. Pour cela, il est nécessaire de nous rendre indifférents à toutes les choses créées, en tout ce qui est laissé à la liberté de notre libre-arbitre et qui ne lui est pas défendu; de telle manière que nous ne voulions pas, pour notre part, davantage la santé que la maladie, la richesse que la pauvreté, l’honneur que le déshonneur, une vie longue qu’une vie courte et ainsi de suite pour tout le reste, mais que nous désirions et choisissions uniquement ce qui nous conduit davantage à la fin pour laquelle nous sommes créés.18

  • 19 Gaston Fessard, La Dialectique des exercices spirituels de S. Ignace de Loyola ** Fondement Péché O (...)

9Pour l’analyse de cet extrait plus célèbre, je m’appuierai sur le commentaire du texte ignatien trouvé dans La dialectique des Exercices spirituels de Gaston Fessard de 196619.

  • 20 Ibid., p. 17.

Par ce « Principe et Fondement », Ignace de Loyola pose distinctement l’homme et Dieu comme les deux termes, ou pour reprendre Fessard, comme les « pôles extrêmes du mouvement »20 des Exercices. La relation entre ces deux termes se trouve qualifiée de deux manières : par la création - el hombre es criado -, qui exprime l’origine de l’homme à partir de Dieu son créateur, et par la finalité - para malabar, hazer reuerencia, y servir a dios nuestro señor, y médiante esto salvar su anima - qui dans un mouvement inverse ramène l’activité humaine à Dieu.

Au milieu, dans une position médiane, se situe le monde et ses choses dont l’essence ne semble être que le milieu et le moyen pour cet aller-retour entre l’homme et Dieu.

« Tout l’être de l’homme est de venir de dieu et d’y revenir par le moyen du monde » en conclut Fessard. Ici, c’est bien le terme de criado, en accord avec toute la tradition chrétienne, qui caractérise le rapport essentiel de l’homme à Dieu. Au contraire, les trois verbes malabar, hazer reuerencia y seruir peuvent apparaître, comme le souligne Fessard, comme les fins spécifiques de l’homme cherchant sa fin dernière : salbar su anima.

Ainsi, le texte du Principe et Fondement insiste sur le lien de dépendance de l’homme vis-à-vis de Dieu – lien que je propose de qualifier comme un lien créationnel.

C’est ici que demeure la différence incontestable et irrécusable entre pratique des Exercices et cure analytique.

Le « Principe et Fondement » est la parfaite illustration de la conception théologico-anthropologique développée par Ignace de Loyola dans ses Exercices indiquant ainsi au directeur le lien qu’il s’agit pour l’homme de développer à l’égard de Dieu, en prenant conscience de ce que l’on désignera comme lien créationnel - en refermant ainsi le triangle du dispositif pratique des Exercices spirituels entre Dieu, le directeur d’exercices et l’exercitant.

10Par l’intermédiaire de ces trois extraits succinctement étudiés, ce triptyque déployé - entre directeur, exercitant et Dieu - a permis de mettre à jour trois aspects des liens mis en jeu par la pratique des Exercices spirituels ignatiens impliquant lien structurel, lien expérientiel et lien créationnel.

De l’expérience à sa transmission

  • 21 I. de Loyola, Écrits, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, (Christus, 76), p. 1010-1073.
  • 22 G. Bataille, L’Expérience intérieure : Édition revue et corrigée suivi de Méthode de méditation et (...)
  • 23 M. de Certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit., p. 247.
  • 24 I. de Loyola, Exercices spirituels, op. cit., « Règles et remarques », p. 183.
  • 25 Ibid., « La troisième règle. De la consolation spirituelle », p. 184.
  • 26 Ibid., « La quatrième règle. De la désolation spirituelle », p. 185.

11Si l’on se réfère à l’autobiographie d’Ignace de Loyola21 comme à tout commentaire hagiographique de sa vie, ce serait à Manrèse que le fondateur de la Compagnie de Jésus aurait expérimenté un certain rapport à Dieu dont il n’a pas voulu expliquer les termes. Comme le proposait Georges Bataille en 1943 dans l’Expérience intérieure22, « l’expérience ne révèle rien et ne peut fonder la croyance ni en partir ». De cette expérience, Ignace n’a donc cherché à tirer aucun discours positif mais a plutôt tâché de faire fructifier cette expérience intérieure par l’invention, à travers les Exercices spirituels, d’un rigoureux dispositif pratique où chaque exercitant, guidé par un directeur ayant lui-même expérimenté les bénéfices de cette pratique, en vient à reproduire quelque chose de son expérience originelle. Ainsi, comme a pu le souligner de Certeau, « le texte est structuré par cet autre qu’il ne dit pas - l’expérience du retraitant -, qu’aucun savoir ne remplace et auquel, par toutes les dispositions prévues, il est fait place »23.
Cette expérience peut être envisagée comme la constatation du jeu dialectique entre les « motions » intérieures24 de « Désolation »25 et de « Consolation »26, pour parvenir à un plus juste « discernement des esprits » :

  • 27 M. de Certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit., p. 246.

Ainsi la ‘consolation’ ou la ‘désolation’ ne saurait être considérée en elle-même. Impossible d’affecter un sens à l’une ou à l’autre prise isolément, comme si l’une disait “lagrément de Dieu et l’autre son ‘déplaisir’. Le sens résulte de leur relation et de la direction qu’elle indique. Seul un déroulement est signe.27

12Là réside le génie pratique d’Ignace de Loyola, saint catholique fondateur de l’ordre de la Compagnie de Jésus qui sut, dans le contexte de la Contre-Réforme, inventer une praxis ayant traversé plus de cinq siècles d’histoire pour se voir encore aujourd’hui dispenser à travers de nombreux centres spirituels jésuites en de nombreux points du monde.

  • 28 Pierre Fabre (1506-1546) : jésuite compagnon d’Ignace de Loyola et co-fondateur de la Compagnie de (...)
  • 29 François Xavier (1506-1552) : jésuite compagnon d’Ignace et co-fondateur de la Compagnie de Jésus. (...)
  • 30 M. de Certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit., p. 242.

Il devient alors légitime de se souvenir d’Ignace de Loyola comme d’un mystique chrétien dont le rapport à Dieu ne trouva pas à s’exprimer dans une théologie classique ou dans une quelconque prose mystique ou spirituelle mais bien dans une théologie pratique que ses contemporains Pierre Fabre28 ou François-Xavier29 ont pu qualifier de theologia affectus, « théologie du cœur »30.
Cette invention pratique des Exercices pourrait ainsi permettre de considérer Ignace de Loyola non plus seulement comme figure illustre de l’histoire et la spiritualité ou de la mystique, ou comme fondateur d’un ordre catholique, mais sous le jour nouveau de praticien de l’affect ce qui permettrait d’intégrer la pratique des Exercices spirituels au sens d’une histoire plus large des pratiques de soi.

Une analogie formelle entre « direction spirituelle » et cure psychanalytique : Pour une histoire des pratiques de soi

  • 31 Sigmund freud, L’Insconcient, trad. de l’allemand par Olivier Mannoni, Paris, Payot, 2013 ; « Insco (...)
  • 32 Id., Die Traumdeutung (1899-1900), L’interprétation du rêve, dans Œuvre Complète de Freud Psychanal (...)

13La circulation de l’expérience entre fondateur d’une praxis, directeur et exercitant pourrait se voir comparer avec la genèse et la pratique de la cure psychanalytique. En effet, suite à la découverte de ce que Freud institua comme l’instance Inconscient à la charnière entre le xixe et le xxe siècle – non sans reconnaître les mérites de ses prédécesseurs contrairement à ce qu’il lui est parfois reproché31 –, le fondateur de la psychanalyse, par la confrontation de l’analyse de ses propres rêves32 et de son expérience clinique, mit en place un dispositif thérapeutique où chaque psychanalysant se voit offert la possibilité de devenir psychanalyste par la découverte du fonctionnement et des ressorts de ce même Inconscient. Comme donner les Exercices suppose de les avoir déjà reçu, d’avoir expérimenté leur efficacité et d’avoir été exercitant précédemment, l’on peut constater qu’il en va de même en psychanalyse où l’analyste ne peut exercer qu’au titre de son expérience antérieure d’analysant. Un similaire lien expérientiel vient donc caractériser ces deux pratiques de soi pourtant hétérogènes dans leur essence.

Souligner l’analogie formelle entre ces deux pratiques de soi, que je propose de caractériser comme deux pratiques fondées sur la transmission du lien expérientiel et la reconnaissance d’un lien structurel sans toutefois s’accorder sur la question du lien créationnel - qui vient qualifier dans la direction spirituelle ce lien structurel comme divin -, n’implique en rien de les assimiler l’une à l’autre, loin s’en faut.

  • 33 École Freudienne de Paris (EFP), 1964-1980. Institution psychanalytique française créée à l’heure d (...)

14Cette analogie formelle, maintenant esquissée, pourrait aider à comprendre à partir d’un examen minutieux de la pratique des Exercices spirituels ignatiens comment plusieurs jésuites trouvèrent dans l’École Freudienne de Paris33 de Jacques Lacan un lieu d’engagement aussi bien pratique que théorique à partir des années 1960. Il faudra alors interroger quel rôle cette culture de la pratique des Exercices spirituels a-t-il pu jouer dans cet investissement au sein de la psychanalyse lacanienne. Ici vient certainement affleurer un lien inattendu entre histoire de la spiritualité et histoire de la psychanalyse, lien qu’avait souligné Michel Foucault dans sa leçon datée du 13 mai 1981 à l’Université catholique de Louvain et qui résonne aujourd’hui comme un appel à la considération d’une histoire des pratiques de soi, champ disciplinaire restant encore largement à explorer et nécessitant la rencontre entre une histoire des savoirs et techniques religieuses et une histoire des pratiques de soi contemporaines et sécularisées :

  • 34 Michel Foucault, Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice-cours de Louvain 1981, Louvain(...)

Tout au long du Moyen-Âge, on voit très bien comment - quels qu’aient été les prestiges, la préséance de l’herméneutique du texte - l’herméneutique de soi a donné lieu à toute une série d’expériences spirituelles, de formes de mysticisme qui étaient souvent en parallèle, parfois en divergence parfois même en contradiction avec les structures institutionnelles du texte autorisé par l’institution. Et je crois que ce qui s’est passé au xv xvie siècle - la Réforme, ou l’ensemble des mouvements qui ont accompagné, entouré et porté la Réforme... il me semble que là, on peut très bien saisir, voir le conflit qui éclate entre l’herméneutique de soi et l’herméneutique du texte.34

  • 35 Id., L’Herméneutique du sujet, Cours au Collège de France (1981-1982), Paris, Seuil, Hautes Études, (...)
  • 36 Ibid., p. 20.

15Nous pourrions alors considérer la pratique des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola et la cure psychanalytique comme deux pratiques de soi proposant deux dispositifs distincts recherchant l’énonciation du désir et fondées toutes deux sur une circulation expérientielle qui en assure la pérennité. Ce constat viendrait alors engager une réflexion renouvelée concernant l’histoire de l’ « herméneutique du sujet » selon le syntagme proposé par Michel Foucault lors de ses conférences au Collège de France en 198235 et ouvrir la possibilité d’un débat sur la place de l’héritage de la spiritualité, entendue selon sa définition foulcadienne, au sein de l’âge moderne. Alors la possibilité d’interroger le postulat de Michel Foucault qui suppose que « Si l’on définit la spiritualité comme étant la forme de pratiques qui postulent que, tel qu’il est, le sujet n’est pas capable de vérité mais que, telle qu’elle est, la vérité est capable de transfigurer et de sauver le sujet, nous dirons que l’âge moderne des rapports entre sujet et vérité commence le jour où nous postulons que, tel qu’il est, le sujet est capable de vérité mais que, telle qu’elle est, la vérité n’est pas capable de sauver le sujet »36, nous serait possible sous un jour nouveau et inviterait à reconsidérer notre condition moderne.

Haut de page

Notes

1 M. de Certeau, « Chapitre x : L’espace du désir ou le ‘fondement’ des Exercices spirituels » dans Le lieu de l’autre : histoire religieuse et mystique, Paris, 2005, p. 239 et 247.

2 Idem, La Fable mystique, xvie-xviie, Paris, Gallimard, tome II, 2013, p. 12-13.

3 Id., The Mystic Fable, vol. I, The 16th and 17th Centuries, traduit du français par M. B. Smith, Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 1992.

4 M. de Certeau, op. cit., p. 13 : « Pour la deuxième partie, font défaut la direction spirituelle et les ‘méthodes’ ou exercices spirituels, mais le très bel article de 1973 intitulé ‘L’espace du désir, ou le fondement de Exercices spirituels’ aurait peut-être servi de noyau fondateur. »

5 Pour une approche complète de la pratique des Exercices spirituels, se reporter à A. Demoustier, Les Exercices Spirituels de Saint Ignace de Loyola : lecture et pratique d’un texte, Paris, Éditions Facultés Jésuites de Paris, 2006.

6 M. de Certeau, Le Lieu de l’autre : histoire religieuse et mystique, opcit., p. 239-247.

7 Ibid., p. 239.

8 Pour aborder la complexe question de l’élaboration de ce texte, voir Candido de Dalmases, « Histoire de la rédaction des Exercices spirituels 1522 à 1548 », p. 11-35, in Ignace de Loyola, Texte autographe des Exercices spirituels et documents contemporains (1526-1615), Paris, Desclée de Brower, 1986, (Christus, 60).

9 Pour une approche plus complète de la lecture des Exercices par Roland Barthes voir Pierre Antoine Fabre, « Barthes lecteur de Loyola », Communications, 63, 1996, p. 121-132.

10 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Éditions du Seuil, Collection « Tel Quel », 1971.

11 Ignace de Loyola, Texte autographe des Exercices spirituels et documents contemporains (1526-1616), Paris, 1986.

12 Id., Exercices spirituels, Paris, Desclée de Brouwer, 1986, (Christus, 61), p. 27.

13 Ibid., traduction française de F. Courel p. 27. Le texte original donne : Annotaciones para tomar alguna inteligencia enlos exercicios spirituales que se siguen y para ayudarse asi el que los a de dar como el que los a rescibir.
La primera annotacion es, que por este nombre exercicios spirituales se entiende, todo modo de examinar la consciencia, de meditar de contemplar, de orar, vocal y mental, y de otras spirituales oppe- raciones segun que adelante se dira, por que asi como el pasear caminar y correr son exercicios corporales, por la mesma manera todo modo de preparar y disponer el anima, para quitar desi todas las affectiones desordenadas, y despues de quitadas para buscar y hallar la voluntad diuina en la disposition de su vida, para la salud del anima se llaman exercicios espirituales
.

14 M. de certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit. , page 242.

15 I. de Loyola, Exercices spirituels, op. cit. , traduction française de François Courel, p. 43. Le texte original donne :
Exercicios espirituales para vencer asi mismo y ordenar su vida sin. affeccion alguna que desordenada sea.
Para que asi el que da los exercicios espirituales, como el que los rescibe mas se ayuden y se aprouechen, sea de presuponer que todo buen xpiano a de ser mas prompto asalbar la proposicion del proximo que a condenarla, y si no la puede saluar, inquira como la entiende, y si mal la entiende corrijale, con amor, y sino basta busque todos los medios conuenientes para que bien entendiendola se salu
e.

16 M. de certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit. , p. 240.

17 Jacques lacan, « Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse », Les Écrits, Paris, Éditions du Seuil, Collection « Le champ freudien », 1966, p. 252.

18 I. de Loyola, Exercices spirituels, op. cit., traduction française de François Courel, p. 44. Le texte original donne :
Principio y fundamento
El hombre es criado para alabar, hazer reuerencia, y seruir a dios nuestro señor, y mediante esto salbar su anima, y las otras cosas sobre la haz de la tierra son criadas para el hombre y para que le ayuden enla prosecucion del fin para que es criado de donde se sigue que el hombre tanto a de vsar dellas, quanto le ayudan para su fin, y tanto deue quitarse dellas, quanto para ello le impiden. por lo qual es menester hazernos indiferentes, a todas las cosas criadas, en todo lo que es concedido ala libertad de nuestro libre albedrio y no le esta prohibido, en tal manera que no queramos de nuestra parte, mas salud que enfermedad, riqueza que probeza, honor que dessonor, vida larga que corta y por consiguiente en todo lo demas, solamente deseando y eligiendo, lo que mas nos conduçe para el fin que somos criados
.

19 Gaston Fessard, La Dialectique des exercices spirituels de S. Ignace de Loyola ** Fondement Péché Orthodoxie, Paris, Aubier, 1966, p. 15-35.

20 Ibid., p. 17.

21 I. de Loyola, Écrits, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, (Christus, 76), p. 1010-1073.

22 G. Bataille, L’Expérience intérieure : Édition revue et corrigée suivi de Méthode de méditation et de Post-scriptum 1953, Paris, 1967.

23 M. de Certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit., p. 247.

24 I. de Loyola, Exercices spirituels, op. cit., « Règles et remarques », p. 183.

25 Ibid., « La troisième règle. De la consolation spirituelle », p. 184.

26 Ibid., « La quatrième règle. De la désolation spirituelle », p. 185.

27 M. de Certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit., p. 246.

28 Pierre Fabre (1506-1546) : jésuite compagnon d’Ignace de Loyola et co-fondateur de la Compagnie de Jésus. Béatifié par Pie ix en 1872.

29 François Xavier (1506-1552) : jésuite compagnon d’Ignace et co-fondateur de la Compagnie de Jésus. Béatifié en 1619, canonisé en 1622. Qualifié d’« Apôtre des Indes » après ses succès missionnaires en Inde et Extrême Orient.

30 M. de Certeau, Le Lieu de l’autre, op. cit., p. 242.

31 Sigmund freud, L’Insconcient, trad. de l’allemand par Olivier Mannoni, Paris, Payot, 2013 ; « Insconcient » dans Jean laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, (dir. Daniel Lagache), Presses Universitaires de France, 1967, p. 197-199.

32 Id., Die Traumdeutung (1899-1900), L’interprétation du rêve, dans Œuvre Complète de Freud Psychanalyse, tome IV, Paris, Presses Universitaires de France, 2003.

33 École Freudienne de Paris (EFP), 1964-1980. Institution psychanalytique française créée à l’heure de la dissolution en 1964 de la Société Française de Psychanalyse.

34 Michel Foucault, Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice-cours de Louvain 1981, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 2012, p. 166.

35 Id., L’Herméneutique du sujet, Cours au Collège de France (1981-1982), Paris, Seuil, Hautes Études, 2011.

36 Ibid., p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Botton, « De l’hypothèse d’une analogie entre « direction spirituelle » et cure psychanalytique », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/6705 ; DOI : 10.4000/acrh.6705

Haut de page

Auteur

Léo Botton

Doctorant en histoire à l’EHESS, Léo Botton travaille sous la direction de Pierre-Antoine Fabre (CéSor). Sa thèse porte sur l’investissement de jésuites en psychanalyse en France dans la seconde moitié du xxe siècle. L’enjeu de ce travail sera de rendre intelligible cette présence jésuite au sein de L’Ecole Freudienne de Paris de Jacques Lacan et dans la champ psychanalytique clinique alors même que la pratique des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola connaît des formes de renouveau auprès du monde laïque dès les années 1950. Lacan, à l’occasion de ses Séminaires, n’eut de cesse de renvoyer ses auditeurs à toute une culture théologique et spirituelle qu’il considérait essentiel à prendre en compte pour les praticiens de la psychanalyse. Un retour sur les parcours différenciés de Michel de Certeau, François Roustang, Philippe Julien, Louis Beirnaert et Denis Vasse permettra d’éclairer cette rencontre insolite entre tradition spirituelle ignacienne et culture psychanalytique pour en mieux mesurer l’héritage.
Article à paraître : « Sémiologie et spiritualité ignacienne : revenir à l'analyse de Barthes » dans la revue ThéoRèmeshttps://theoremes.revues.org/
E-mail : leo [point] botton [arobase] ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org