Navigation – Plan du site

Art populaire, art contemporain et pratiques politiques au Moyen-Orient : entre orientalisme et Révolution égyptienne, 2000-2014

Thèse soutenue le 27 mai 2015
Victoria Ambrosini Chenivesse

Texte intégral

1Composition du jury ;

Madame Jocelyne Dakhlia, directrice de thèse, directrice d'études à l'ÉHESS ;
Monsieur Denis Vidal, codirecteur de thèse, IRD ;
Monsieur Thierry Dufrêne, Université Paris Ouest La Défense ;
Monsieur Franck Mermier, directeur de recherche au CNRS ;
Madame Silvia Naef, Université Genève ;
Monsieur Nicolas Puig, IRD.

2Thèse dirigée en codirection par Jocelyne Dakhlia (ÉHESS) et Denis Vidal (IRD), soutenue le 27 mai 2015, avec mention.

Résumé

3À partir des années 1990, l’art populaire, ainsi dénommé par les artistes contemporains d’Égypte et du Moyen-Orient, désigne une pratique antiélitiste qui détourne les esthétiques populaires, s’ancre dans le pop art et l’irruption de la vie quotidienne dans les représentations. Parmi ces esthétiques, le kitsch est emblématique. Entré dans l’art au début du XXe siècle, de nombreux artistes du Moyen-Orient s’en emparent bien qu’il concentre une critique esthétique et éthique. Il s’agit pour les artistes de produire une surenchère visuelle porteuse d’ambivalence et de faire flotter le sens de l’œuvre. Ainsi, la représentation de l’identité culturelle fait apparaître une ostentation, qui introduit une distance et une nuance, par laquelle l’artiste peut affirmer son appartenance, répondre aux injonctions des marchés locaux et internationaux et introduire une dimension ironique. De même, de nombreux sujets de l’art détournent une esthétique populaire, de façon à créer une tension qui dramatise, par le contraste entre l’apparente légèreté et la gravité contenue. Il s’agit également de subvertir la hiérarchie des valeurs de l’art, non pour en affirmer le relativisme mais pour mieux renverser l’ordre social. Avec la rupture que constituent les Printemps arabes de 2011, l’art révolutionnaire, notamment l’art urbain, qui explose, renforce et amplifie avec éclat en Égypte le projet démocratique de l’art populaire, relayé par internet, pour une audience tant locale qu’internationale. L’avant-garde politique et artistique coïncident. Le dialogue public entre les graffeurs et les gens de la rue nourrit la visée libertaire de certains d’entre eux avant que l’essoufflement révolutionnaire et le retour à un pouvoir militaire en 2014 ne marquent son reflux.

Abstract

4Popular art, art of subversion, on a local and international scale. Since the 1990s, 'popular art' is the name given by contemporary Egyptian and Middle Eastern artists when they refer to 'anti-elitist' artistic practices inspired by popular esthetics and which are taking root in pop art and in daily life in representations. Kitsch is the most emblematic form of it. Entering the realm of art in the early 20th century, it was adopted by many Middle Eastern artists despite being the focus of esthetic and ethical criticism. The aim of the artists was to produce a visual escalation that carried ambivalence and a wavering sense of meaning. The representation of cultural identity was thus given to ostentation, introducing distance and nuance through which the artists could assert their belonging, provide an answer to the orders of the local and international markets, and inject an element of irony. Similarly, many of the subjects diverted a popular esthetic, creating a dramatizing tension through contrast between the apparent frivolity and gravity contained within. It was also a matter of subverting the hierarchy of artistic values - not to assert the relativism thereof, but to rather further disrupt the social order. With the upheaval of the Arab Spring in 2011, revolutionary art, and particularly urban art, exploded, reinforced and amplified the democratic intention of popular art in Egypt, relayed by the Internet to both a local and international audience, resulting in a coexistence of the political and artistic avant-garde. The public dialogue between the graffiti artists and people in the street fueled the libertarian ambition of some, before waning revolutionary enthusiasm and the return to military power in 2014 caused its decline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victoria Ambrosini Chenivesse, « Art populaire, art contemporain et pratiques politiques au Moyen-Orient : entre orientalisme et Révolution égyptienne, 2000-2014 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/6776

Haut de page

Auteur

Victoria Ambrosini Chenivesse

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01168383 ;
E-mail : Ambrosini [point] victoria7 [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org