Navigation – Plan du site

La construction de l'idée du patrimoine collectif. Des collections privées aux nationalisations pendant la Révolution française

Thèse soutenue le 3 avril 2015
Pablo Avilés Flores

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Jean-Marc Chatelain, Bibliothèque nationale de France ;
Monsieur François Hartog, directeur d'études ÉHESS ;
Monsieur Federico Navarrete, Universidad Nacional Autónoma de México ;
Monsieur Dominique Poulot, Paris 1- Sorbonne ;
Monsieur Alain Schnapp, Paris 1- Sorbonne.

2Thèse soutenue le 3 avril 2015 à Paris, ÉHESS, dans le cadre de l'École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales, en partenariat avec le Centre Maurice Halbwachs à Paris (laboratoire), avec mention très honorable et les félicitations du jury à l'unanimité.

Résumé

3Tout au long du XXe siècle, dans différents domaines et institutions, s'est défini ce qui semble un vocabulaire autour du patrimoine collectif. Or, ce concept contient une contradiction qui s'exprime de plusieurs manières, parmi lesquelles une « ambiguïté juridique », une « inflation sémantique » et une « universalisation ». Le concept actuel de patrimoine collectif est, selon nous, le produit, d'une part, de l'histoire des collections et de l'autre, de l'agencement de l'art et des sciences par le pouvoir public. Nous souhaitons mener une réflexion interdisciplinaire qui souligne les traits en commun tout au long de l'histoire des collections. Le patrimoine culturel est une institution politique qui octroie un statut juridique spécial à l'ensemble des biens réunis et qui réclame à être de caractère public. La distinction entre propriété privée et publique devient alors floue, au point que l'intérêt public détermine la destination et le traitement des objets même de propriété privée. « L'universalisation du concept » passe d'abord par l'histoire du collectionnisme dans la longue durée et, ensuite, en étudiant le cas de la Commission des monuments, active entre 1790 et 1794, à travers les nationalisations. Les travaux de cette commission relèvent, à la fois, du collectionnisme depuis la formation de collections de reliques, en passant par la formation de cabinets de curiosités et jusqu'à la collecte d'objets lors de grands voyages d'exploration ; et par l'établissement des collections nationales par le pouvoir public.

Abstract

4The Construction of the Idea of Collective Heritage: from private collections to nationalisations under the French Revolution.
Throughout the 20th Century, in different domains and institutions, what seems to be a vocabulary around the collective heritage has taken shape. Yet, the concept contains a contradiction, expressed on different ways, among those a « legal ambiguity». A « semantic inflation » and a « universalisation ». The current definition of the collective heritage is the product, in one hand, of the history of collections and on the other hand, the arrangement of arts and sciences by the public authority. We wish to conduct a multidisciplinary reflexion underlying the common characteristics all along the history of collection. The cultural heritage is, therefore, a political institution with a particular legal status, requiring publicity. Distinction between private and public property becomes therefore blurred, to the point that the public interest may determine the destination and treatment even of private property goods. The « universalisation of the concept » passes through the history of collectionnisme in the long term to the study of the Commission des monuments, active between 1790 and 1794. The works led by this commission were concerned, at the same time, by the history of collectionnisme since the formation of relics collections, going through the formation of the curiosity chambers, and ending up at the object collecting during the voyages of scientific exploration, and of course, at the establishment of the national collections by the public authority

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Avilés Flores, « La construction de l'idée du patrimoine collectif. Des collections privées aux nationalisations pendant la Révolution française », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 31 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/6809

Haut de page

Auteur

Pablo Avilés Flores

Pablo Avilés Flores a été boursier de 2006 à 2009 Marie Curie puis en 2010 boursier Stipendium Doktorandgast, au Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte (Francort-sur-le-Maine, Allemagne), suite à l’invitation du Professeur Michael Stolleis.
Il a défendu sa thèse en 2015. Il a travaillé sur l'idée de patrimoine culturel. Dans sa thèse "La construction de l'idée du patrimoine collectif" il explore l'histoire du collectionnisme à la lumière de l'idée du patrimoine qui est aujourd'hui à la base de l'idée de patrimoine de l'humanité ;
Il a notamment publié : « El Patrimonio Cultural: función social y relaciones interdisciplinarias », Mouseion. Revista Eletrônica do Museu e Arquivo Histórico La Salle, n° 13, 2012 ainsi que « L'Insomnie d'Edmundo O'Gorman : Récit, preuve et historiographie », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios; DOI : 10.4000/nuevomundo.63394 ;
E-mail: Pablo [point] Aviles-Flores [arobase] ehess [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org