Navigation – Plan du site

Économie et territoire en Macédoine sous domination romaine (la Bottiée, l’Éordée et la Piérie du IIe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C.) : l’apport des résultats de l’archéologie préventive à l’histoire des sociétés anciennes

Thèse soutenue le 31 janvier 2015
Charlotte Blein

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Jean Andreau de l’ÉHESS, directeur de thèse;
Monsieur Emmanuel Voutiras, de l’Université Aristote de Thessalonique, directeur de thèse;
Madame Véronique Chankowski, de l’Université de Lyon 2, présidente du jury;
Madame Zosia Halina Archibald de l’université de Liverpool, rapporteur.

2Thèse ÉHESS dirigée en cotutelle avec l'Université Aristote de Thessalonique, dans le cadre de l’École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales, en partenariat avec Université Aristote (Thessalonique, Grèce). La thèse a été soutenue le 31 janvier 2015, mention très honorable

Résumé

3Qu’est devenue l’économie du royaume de Philippe II une fois la conquête romaine établie ? Question bien vaste et d’autant plus intéressante que la Macédoine constitue une interface entre monde grec et monde barbare, et un relais entre l’orient et l’occident sur le trajet de la Via Egnatia. Comme les sources littéraires sont fort peu disertes à propos du destin, suite à la bataille de Pydna, de cette province romaine au passé si glorieux, il pourrait sembler qu’elle soit alors délaissée. En réalité, nous n’en savons rien. Ce travail a donc pour dessein de dresser un premier aperçu de l’organisation économique de cette région sous domination romaine, non pas tant du point de vue de son intégration dans les réseaux d’échanges méditerranéens, que du point de vue de son fonctionnement interne, concret et quotidien.
Pour appréhender à une échelle locale aussi bien que régionale la diversité des fonctionnements économiques ainsi que l’organisation de l’occupation du territoire macédonien, nous avons choisi d’accorder notre confiance aux sources archéologiques. Cette étude repose sur un répertoire exhaustif des vestiges des établissements et des « structures de la vie économique », c’est-à-dire des traces des activités agricoles, artisanales et commerciales, dont l’essentiel provient des résultats de l’archéologie préventive. Les données dont nous disposons s’avèrent foisonnantes par leur nombre et cependant ténues par les informations qu’elles apportent : les vestiges concernés ne pouvant être considérés indépendamment les uns des autres, la méthode que nous avons choisi de mettre en œuvre afin de les « faire parler » obéit à une approche à la fois globale et contextuelle.

Abstract

4“What has become of the economy of Philip II of Macedon’s kingdom following the Roman conquest of Macedonia?” This broad – but significant – question is of particular interest as Macedonia is often depicted as an interface between the Greek and the Barbarian world and a passageway between the East and the West through the Via Egnatia. However, following the battle of Pydna in 168 BC, literary sources are scarce on the history of the new Roman province. This historical silence can be interpreted in ways that the area seems neglected and totally devoid of any economic dynamism. This dissertation seeks to outline the economic organization of the Roman province of Macedonia, from the point of view of its inner, daily and domestic functioning rather than on its integration within the broad Mediterranean trading networks.
In order to grasp the diversity of the economic strategies and the organization and occupation of the Macedonian landscape at a local and regional scales, this study will primarily focus on archaeological evidences. It will be based on an exhaustive and comprehensive collection of remains uncovered from rescue excavations and closely related to “production” and “economic mechanisms” such as agricultural installations, trading facilities and craft apparatuses and workspaces. The available data is plentiful, but the amount of information that can be extracted from them is often limited as most of the archaeological remnants cannot be investigated separately from one another. The methodology use to reconstruct parts of the economical system of Roman Macedonia will be based on an approach focusing on a global and contextual examination of the archaeological vestiges and on their interpretation within a broader historical frame.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Blein, « Économie et territoire en Macédoine sous domination romaine (la Bottiée, l’Éordée et la Piérie du IIe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C.) : l’apport des résultats de l’archéologie préventive à l’histoire des sociétés anciennes », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/6830

Haut de page

Auteur

Charlotte Blein

E-mail: charlotte [point] blein [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org