Navigation – Plan du site

Histoire et mémoire de la "nouvelle" Compagnie de Jésus au Mexique (1816-2002) : l'influence de l'imaginaire des missions jésuites de la Nouvelle-Espagne sur le rétablissement incertain de l'ordre et la construction de sa mémoire (1843)

Thèse soutenue le 5 février 2015
Historia y memoria de la "nueva" Compañia de Jesús en México, 1816-2002 : el influjo del imaginario de las misiones jesuitas Novohispanas en el incierto restablecimento de la Orden y la construccion de su memoria, 1843
Alejandro Patricio Cancino Franklin

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Pierre-Antoine Fabre, ÉHESS ;
Madame Antonella Romano, ÉHESS ;
Monsieur Alfonso Mendiola, UIA, México ;
Madame Perla Chinchilla, UIA, México ;
Madame Elisa Cárdenas, Universidad de Guadalajara, México.

2Thèse de l'ÉHESS soutenue le 5 février 2015 en cotutelle avec l'Université Iberoamericana du Mexique.

Résumé

3L’objet de cette étude consiste à déterminer dans quelle mesure l’imaginaire des missions jésuites de la Nouvelle-Espagne a influencé la construction de la mémoire de groupe des membres de la nouvelle Compagnie de Jésus, en tant que corps social et religieux, à partir de son rétablissement universel en 1814, et à revenir sur ces deux moments spécifiques qui sont la promulgation du décret (du gouvernement mexicain) rétablissant les missions en 1843 et la nouvelle fondation de la mission de Tarahumara en 1900. L’analyse de cette activité missionnaire sur différentes périodes et à différentes échelles permet de mieux comprendre certains effets de l’expulsion de l’Ordre en 1767, aussi bien à travers les traces qu’ont laissé les missions du nord-ouest que dans l’imaginaire qui s’est forgé autour de l’œuvre des jésuites durant leur absence au cours du xixe siècle (les jésuites comme une 'présence absente'). La construction de cet imaginaire n’est autre que celle de la mémoire des missions jésuites, dans laquelle sont intervenus non seulement les membres de l’Ordre, mais aussi d’autres acteurs sociaux. Or cette mémoire a encouragé les jésuites à continuer à se constituer en groupement à partir de leur rétablissement incertain au Mexique, en 1816. Quant aux acteurs sociaux qui ont contribué et participé à cette construction de l’imaginaire des missions, ils l’ont fait - selon leur contexte - avec des perspectives et des intérêts divergents. La recherche accorde de l'importance au relèvement du territoire nord (pour l'empire espagnol, pour la nation mexicaine, pour la Compagnie de Jésus, pour la mission de la Sierra Tarahumara) et à son rôle dans la construction de la mémoire.

Abstract

4History and memory of the “New” Society of Jesus in Mexico, 1816-2002: The influence of the social imagination around the Jesuit Missions in New Spain, in the uncertain times of the reestablishment of the Order and the construction of its memory.
This work explores how the social imagination on the Jesuit Missions in New Spain influenced the process of constructing a collective memory by members of the Society of Jesus once they were restored in the 19 th Century. The research focuses on two moments: 1) 1843, when the Mexican government enacted a decree to restore the Jesuit Missions, and 2) 1900, when the Mission in Tarahumara was actually relaunched. The study ponders the many effects that followed the expulsion of the Jesuits in 1767. Once evicted from the Spaniard territories, the Jesuits left behind several traces of their missionary work, particularly in the Northwest of Mexico. Such traces contributed to shape a particular social imagination upon the religious Order, which ultimately turned their absence into a symbolic but highly active presence. In time, such social imagination cultivated and kept by those who met and benefited from the Jesuits, turned out to be the key-source upon which the restored members of the Society of Jesus –along with other social actors–constructed their memory and recovered the purpose and meaning of the Jesuit Missions. Turmoil and political instability that characterized Mexico in the 19th Century, led the Jesuits into new scenarios of dispersion and persecution. Nevertheless, the construction of their collective memory prevented the disintegration of the group that, otherwise, could have easily happened. I argue that the social memory of the Jesuit Missions is a major factor to explain the symbolic presence of the Jesuits once they were banished. Moreover, processes of collective-memory construction are crucial to understand the integration of the Northern territory of Mexico.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alejandro Patricio Cancino Franklin a notamment écrit comme article: Los rastros de las misiones jesuitas en el noroeste de México, 1843 en Leonor Correa Etchegaray, Emmanuel Colombo y Guillermo Wilde (coords.) ; Las misiones antes y después de la restauración de la Compañía de Jesús continuidades y cambios, México, Universidad Iberoamericana, Pontificia Universidad Javeriana, 2014.

Référence électronique

Alejandro Patricio Cancino Franklin, « Histoire et mémoire de la "nouvelle" Compagnie de Jésus au Mexique (1816-2002) : l'influence de l'imaginaire des missions jésuites de la Nouvelle-Espagne sur le rétablissement incertain de l'ordre et la construction de sa mémoire (1843) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/6846

Haut de page

Auteur

Alejandro Patricio Cancino Franklin

Alejandro Patricio Cancino Franklin est né au Mexique en 1968. Diplômé (BAC + 4) en philosophie et sciences sociales, (ITESO, Guadalajara) et en sciences théologiques chrétiennes, (Universidad Iberoamericana, México), il a obtenu un master en sciences sociales mention « sciences des religions et société » (à l’ÉHESS, Paris); Il est titulaire d’un doctorat en Histoire et Civilisations (à l'ÉHESS, Paris) et d’un doctorat en Histoire (Universidad Iberoamericana, México), cette thèse a été soutenue en cotutelle.
E-mail : acancino [arobase] jesuits [point] net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org