Navigation – Plan du site

Ulcères sociaux : La société grecque de l’entre-deux-guerres face à la drogue

Thèse soutenue le 20 mars 2015
Konstantinos Gkotsinas

Texte intégral

1Composition du jury :

Monsieur Georges B. Dertilis (ÉHESS), directeur de thèse ;
Monsieur Dominique Kalifa (Université Paris I Panthéon Sorbonne) ;
Madame Marie-Lise Mitsou (ÉHESS) ;
Monsieur Xavier Paulès (ÉHESS) ;
Madame Emmanuelle Retaillaud-Bajac (Université François Rabelais Tours) ;
Madame Myriam Tsikounas (Université Paris I Panthéon Sorbonne) ;
Monsieur Jean-Jacques Yvorel (École nationale de protection judiciaire de la jeunesse).

2La thèse a été soutenue le 20 mars 2015, mention très honorable avec les félicitations du jury

Résumé

3Depuis la fin du xixe siècle et la diffusion du chanvre indien, jusqu’aux années 1920 et la propagation de l’héroïne, l’usage récréatif de substances psychoactives s’est popularisé en Grèce, donnant naissance à une « scène de la drogue » avec ses substances vedettes, ses acteurs principaux et ses lieux de consommation favoris. Cette évolution s’est accompagnée par la promulgation de mesures restrictives culminant dans l’imposition d’un monopole étatique des narcotiques pendant l’entre-deux-guerres, ainsi que dans une série de réponses répressives ou, dans un moindre degré, thérapeutiques. Si ces réponses avaient somme toute une portée plutôt restreinte, la mise en place d’un régime prohibitif - évolution simultanée dans plusieurs pays à travers le monde -, traduisait en fait l’avènement d’un problème social inédit : la « toxicomanie ». Et, bien que le nombre des « toxicomanes » enregistré par les statistiques policières, judiciaires, pénitentiaires, psychiatriques etc. soit resté relativement limité au cours de l’entre-deux-guerres, l’imaginaire lié aux trafiquants et aux usagers de substances désormais prohibées s’est prouvé prolifique et puissant, car il faisait écho à des questions plus larges préoccupant la société grecque : d’abord l’avenir de la nation, la préservation de la « race grecque », la place du pays dans le monde, les rapports de la société avec la modernité et le changement ; ensuite, l’attitude envers l’Autre, que celui-ci fusse défini par son sexe, son âge, sa nationalité, sa position sociale ; enfin, le contexte sociopolitique agité de la période de l’entre-deux-guerres.

Abstract

4From the end of the 19th. Century and the diffusion of Indian hemp to the 1920s and the dissemination of heroin, the recreational use of psychoactive substances spread across Greece giving birth to a “drug scene” with its popular substances, its principal actors and its favorite consumption places. This development was accompanied by the promulgation of restrictive measures, which culminated in the imposition of a State Monopoly on Narcotics during the Interwar period, as well as in a series of repressive or, in a lesser degree, therapeutic responses. If these responses were on the whole of a rather limited scope, the establishment of a prohibitive regime – a development that occurred simultaneously in several countries across the world – expressed actually the rise of an unprecedented social problem: “drug addiction”. Although the number of drug addicts recorded in police, court, penitentiary, and psychiatric statistics remained low during the Interwar period, the imaginary concerning drug traffickers and users proved to be rich and potent. The reason was that the problem echoed broader questions which preoccupied Greek society at the time and which were related first to the nation’s future, the “Greek race’s” survival, the country’s position in the world, the society’s relations to modernity and change; second to the attitudes towards Otherness, whether defined by sex, age, nationality, or social position; third to the agitated sociopolitical context of the Interwar period.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Konstantinos Gkotsinas, « Ulcères sociaux : La société grecque de l’entre-deux-guerres face à la drogue », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/6957

Haut de page

Auteur

Konstantinos Gkotsinas

Konstantinos Gkotsinas est membre rattaché au Centre de recherches historiques à l’ÉHESS (http://crh.ehess.fr/index.php?4830). Il travaille actuellement sur le manuscrit de sa thèse en vue d’une publication et poursuit ses recherches sur les attitudes et les représentations sociales concernant les substances psychoactives dans la première moitié du xxe siècle, en élargissant le cadre géographique et chronologique de sa recherche doctorale.
E-mail : kostis [point] gotsinas [arobase] ehess [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org